Informations belges

166 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 31 Août. Informations belges. Accès à 22 janvrier 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/n00zp40b1v/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Mo h h \ 31 Août 1917 Informations Belges Observation importante Les difficultés inhérentes à l'état de guerre rendent actuellement impraticable le contrôle régulier des nouvelles de presse concernant la Belgique occupée ; lorsqu'il s'agit de nouvelles indirectes, il est seulement possible, en , certains cas, de s'assurer de l'exactitude de leur texte ou ae leur substance, par un contrôle de leur source première .de publication. On aura donc égard aux classifications ci-après : (x) signifie : Information indirecte et qui, tout en présentant des caractères suffisants de vérité, n'a pu être contrôlée sur source. (xx) signifie : Information indirecte qui a pu être contrôlée sur source. (xxx) signifie : Information de source officieuse ou officielle belge. Les notes d'information directe et personnelle ne sont précédées d'aucun signe. Adresser les communications de service : 52, rue des Gobelins, LE HAVRE (Seine-Inférieure) France. Sympathies de la Suisse alémanique pour la Belgique. — Dans son numéro du 8 août 1917, la National Zeitung, de Bàle, publie un article : Bel-giens Leiden (les souffrances de la Bilgique), signé du Dr E. Schwab, professeur d'histoire à Bâle. « Cet article, remarque le journal La Suisse, 17 août 1917, permet de constater que la presse de la Suisse allemande sort de la réserve qu'elle a toujours montrée, quand la presse et le peuple romands protestaient contre la violation de la Belgique. Au dire de M Schwab,cette rés rve est en grande partie la cause de la profonde méfiance des Welsches envers leurs compatriotes de langue allemande. « M. Schwab affirme que la Suisse allemande commence à comprendre les affreuses souffrances que la Belgique doit supporter depuis trois ans. Les déportations qui, malgré les protestations élevées de partout, se poursuivent régulièrement, excitent principalement l'indignation du peuple suisse, et d'autant plus qu'il est impossible de ne pas se rendre compte de ce que le chômage, dont les Allemands invoquent le prétexte, a été en quelque sorte organisé par eux. « Mais peut-être les souffrances morales sont-elles plus dures encore à supporter que les souffrances physiques, et cela surtout doit être pénible aux Belges de voir les Allemands mettre tout en œuvre et spéculer sur la question des langues pour déchirer la nation et pour détruire, par le moyen de la séparation administrative, l'unité nationale. Combien peu, pourtant, se laisse asservir le patriotisme des Flamands, le petit nombre des étudiants inscrits à la nouvelle Université de Gand le prouve assez. Pas plus que la Pologne, la Belgique, malgré le régime de terreur que font régner les Allemands, ne se plie à la domination de l'étranger, et les souffrances mêmes dont Flamands et Wallons portent tous deux le poids, ne font que plus solidement encore nouer les liens qui, depuis des siècles, unissent l'une à l'autre les deux parties du pays. « Un autre article : Den Helden der Yser. Ein Soldatengrusz aus der Schweiz (Aux héros de l'Yser. Salut d'un soldat suisse), que, dans son numéro du 2 août 1917, publie le Margauer Volksblatt, nous apporte une preuve nouvelle de ce qu'aujourd'hui,en Suisse alémanique,on juge comme il convient la politique qu'a suivie l'Allemagne vis à-vis delà Belgique. L'on s'y rend exactement compte enfin de la mauvaise foi des raisons invoquées dans l'ultimatum du 4 août 1914, on y apprécie la bassesse de la propagande, d'ailleurs bien maladroite, qu'à l'aide de documents découverts à Bruxelles, les Allemand menèrent contre un pays assailli par eux au mépri du droit des gens et de la foi jurée et sur lequel il tentent de rejeter la responsabilité du crime qu'il; ont eux-mêmes commis. Et surtout en Suisse aléma nique, on apprécie enfin le rôle moral joué pa la Belgique dans cette guerre pour le droit, et qu M. Alexis François, professeur à l'Université d< Genève, avait depuis longtemps déjà souligné dan son livre : Dans la Lutte. Réflexions patriotiques morales et sentimentales d'un neutre (Atar-Ge nève, 1916^.» (xxj — Les conditions d'existence en Belgiqu» occupée. — La vie chère à Bruxelles. — Lettri d'un journaliste hollandais. — Le correspondais ordinaire de VAlgemeen Handelsblad d'Amsterdan (13 août 1917, édition du soir), écrit de Bruxelles : son journal, le 6 août, une lettre consacrée à 1î cherté de l'existence dans la capitale belge. Voici quelques-uns des passages marquants de cetti correspondance, intéressante d'un bout à l'autre mais trop longue pour être citée en entier : « Charbon et beurre, écrit le journaliste hollan dais, voilà les deux produits qui intéressent le plu les Bruxellois. S'il est vrai, en effet, que le charbor est rare, la pénurie du beurre l'est autant. Nous vi vons déjà, Cependant, une période de disette di graisse et cela au cosur de l'été. Siindoux et matière grasses sont introuvables. « ... En dépit de l'existence et des efforts d'un' centrale belge de négociants! en beurre, la populatioi obtient seulement, de temps en temps, un peu di beurre qu'elle peut acheter dans des magasins déter minés : 200 gr. par ménage comptant jusqu'à 3 per sonnes, 300 gr. par ménage de 3 à 6 personnes e 400 gr. lorsque la famille est plus nombreuse. «Cette quantité, depuis de longs mois, a déjà sauvf mon ménage deux fois du dénuement, si j'ose dire Ce beurre-là, étant données les circonstances ac tuelles, n'est pas d'un prix trop élevé : 8 fr. par kilt au lieu de 2 fr. avant la guerre. Des fraudeurs veil leront, cependant, à ce que vous ne succombiez pa; à la disette de beurre, mais, cela va de soi, leur; services devront être bien rémunérés : chez eux, 1< beurre coûte 25 fr. le kilo. Il paraît aussi que beaucoup de beurre est soustrait à l'alimentation pai ceux qui, dans leur intérêt, préfèrent s'occuper d< graisse et de savon. La graisse et le savon, en effet sont payés plus encore que le beurre, c'est pourquo

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Ajouter à la collection

Périodes