Informations belges

729 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1918, 29 Juin. Informations belges. Accès à 21 janvrier 2022, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/d21rf5pq9c/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

N° 738 29 Juin 1918 INFORMATIONS BELGES Observation importante Les difficultés inhérentes à l'état de guerre rendent actuellement impraticable le contrôle régulier des nouvelles de presse concernant la Belgique occupée ; lorsqu'il s'agit de nouvelles indirectes, il est seulement possible, en certains cas, ■de s'assurer de l'exactitude de leur texte ou de leur substance, par un contrôle de leur source première dé publication. On aura donc égard aux classifications ci-après : (x) signifie : Information indirecte et qui, tout en présentant des caractères suffisants de vérité, n'a pu être contrôlée sur texte de presse ou sur document. (xx) signifie : Information indirecte qui a pu être contrôlée sur texte de presse ou sur document. (xxx) signifie : Information de source officieuse ou officielle belge. Les notes d'information directe et personnelle ne sont précédées d'aucun signe. Adresser les communications de service : 29, rue Jacques-Louer, JL.E HA.VR.E (Seine-Inférieure) France. (xx) — Généreusement, la Croix-Rouge américaine offre une salle de fêtes aux blessés et aux malades de l'armée belge. — Le 26 juin 1918, il a été procédé à l'inauguration d'une magnifique salle de fêtes et de récréations offerte par la Croix-Rouge américaine à l'hôpital militaire belge du Havre. Le nouveau local est édilie dans l'une des cours du vaste immeuble occupé par les services de l'hôpital. La cérémonie était présidée par S. E. M. Brand Whitlock, ministre des Etats-Unis, et par Mme Brand Whitlock, qui furent reçus par M. le docteur Smets, médecin directeur de l'hôpital. De nombreuses personnalités belges et étrangères assistèrent à la fête inaugurale, notamment M. le ministre belge dos affaires étrangères et Mme Paul Hymans ; M. le comte Goblet d'Alviella, ministre d'Etat, et Mme la comtesse Goblet d'Alviella ; M. Adatsi, ministre du Japon et Mme Adatsi : M. le ministre de Hollande et Mme De Weerde ; M. Van Schaick, président du Comité de la Croix-Rouge américaine et Mme Yan Schaick : M. le préfet Talon et Mme Talon ; le colonel Firth, chef du service sanitaire anglais. Des discours ont été prononcés par M. Brand Whitlock •et par M. le docteur Smets. Un très" brillant concert, donné par le groupe belge des concerts aux hôpitaux alliés de la région du Havre, a clôturé la cérémonie. (xx).— La déclaration du Gouvernement belge au sujet de la paix séparée signée par la Russie.— Commentaires péruviens. — La déclaration du Gouvernement belge, au sujet do la paix séparée conclue par la Russie avec les Empires centraux, a été l'occasion pour la presse de Lima (Pérou) de manifester une fois de plus sa sympathie à l'égard des Belges, La Prensa, du 15 mai 1918, dit notamment : « Tandis que la Russie qui, elle, se rend inconditionnellement aux Austro-Allemands, grâce à la trahison de Lenine et de ses partisans, la Belgique se dresse, Hère, au milieu de sa douleur et de ses angoisses, pour déclarer qu'elle continuera à lutter, nonobstant les violences et le martyre auxquels elle est soumise, parce qu'elle a conscience de son droit et qu'elle y trouve, ainsi que dans son amour do la liberté, l'énergie pour résister. Un meilleur exemple de dignité et de fierté peut-il être donné ? «... Dans les siècles à venir, quand on évoquera les luttes de ce petit pays, sans parallèle dans l'histoire de l'humanité, les générations futures s'étonneront, de tant d'héroïsme et de tant de courage et le doux nom de « Belgique » sera prononcé avec émotion et regret ». De son côté, El Tiempo, du 16 mai 1918, a, entre autres commentaires : « Mais, si la déclaration du gouvernement belge n'amène pas la Russie à reprendre sa place dans cette guerre et à continuer à combattre les Empires centraux, pour la liberté de la Belgique, tout au moins restera-t-elle un témoignage nouveau et immortel de l'héroïsme de ce petit et si grand Peuple ». (xx) —Le Corps belge des autos-canos à Paris. — Le corps belge des autos-canons, retour de Russie, est arrivé le jeudi matin, 27 juin 1918, en gare d'Austerlitz, à Paris. 11 fut reçu, sur le quai, par les membres do la mission belge, dirigée par M. le lieutenant général de Selliers de Moranville ; par le général Thiemanu, les colonels Fourcault, commandant la place belge do Paris et de Quebodo : M. le baron de Gaiffier d'Hestroy, ministre de Belgique à Paris ; M. Bastin, consul général de Belgique ; Noven, membre du Parlement belge : le colonel français Gauthier, le commandant Massart, représentant; le gouverneur de Paris ; le capitaine Bousquet, représentant le général commandant la place de Paris ; de ' nombreux membres de la colonie belge de Paris et un public français très enthousiaste. Des dames ont eu la délicate pensée de fleurir les combattants. Le Petit Journal, de Paris (28 juin 1918), donne de la cérémonie un compte rendu dont voici l'aperçu principal : « Une sonnerie de trompettes retentit, une voix sonore commandé : « En avant, marche ! » et les trois cents hommes, en tenue kaki, bourguignotte en tête et fusil sur l'épaule, se mettent en marche et passent devant le Ministre de Belgique. « Ils vont ensuite se masser dans la cour de la gare, où M. de Gaiffier d'Hestroy leur souhaite la bienvenue en ces termes : « Mes chers compatriotes, je suis fier de vous saluer « au nom du Roi et de dire devant tous combien nous « vous sommes reconnaissants des actes d'héroïsme dont « vous avez illustré notre armée. « Voici trois ans que vous avez quitté l'Yser pour aller « combattre aux côtés de nos alliés de Russie ; hélas ! « beaucoup des vôtres ne reviendront plus jamais, frap-« pés au champ d'honneur, dans les plaines de Galicie : « mais vous avez survécu aux durs combats dans les-« quels vous avez été engagés, vous revenez juste au « moment où nos alliés italiens enregistrent une victoire, « présage de la nôtre. « Je suis convaincu que bientôt vous serez rendus à

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Informations belges appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Le Havre du 1916 au 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes