L'écho de Belgique

533 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1916, 13 Juillet. L'écho de Belgique. Accès à 08 avril 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/mp4vh5f814/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

L'Ecbo de Belgique Bureau: 21, Russell Square, W.C. Abonnement : is. 6d, pour trois mois. Subscription : îs, 6d, for three months. lre Année.—No. 23. JEUDI, JUILLET 13, 1916. Pour ta France : 2 fi Pour les Pays-Bas : 1 Prix ld. SPLENDIDE AVANCE DES FRANCO-ANGLAIS. LES RUSSES VICTORIEUX MENACENT KOVEL La Fête Nationale. Cette année la Fête Nationale du 21 juillet sera célébrée à Londres avec un éclat particulier. Avec beaucoup de tact et un à-propos dont nous lui sommes reconnaissants, Mr. Hymans, notre ministre à Londres, est parvenu à grouper toutes les forces belges pour les faire collaborer au succès de la fête. Et vraiment l'heure semble bien choisie pour commémorer avec une solennité plus grande l'anniversaire de notre Indépendance nationale. Certes nous n'avons jamais désespéré. Jamais nous n'avons douté qu'un jour nous reverrions notre patrie meurtrie, dévastée, appauvrie, mais libérée à jamais de la domination étrangère. Nous n'avons pas douté, mais l'attente était bien longue. Notre foi en 1a. victorie finale ne se maintenait intacte qu'au prix d'un effort de volonté. Aujourd'hui cette foi se ranime au souffle d'une immense espérance. Nous sentons que notre rêve jalousement conservé, au milieu des tristesses de l'exil, commence à se réaliser. L'orgueil insolent de l'Allemagne militariste a subi un premier échec. Le cercle de fer et de feu va se resserrant tous les jours sur l'ennemi. On les aura! Ce cri des poilus français est notre mot d'ordre à tous. Le moment est bien choisi pour donner à notre fête nationale une solennité particulière. Ce ne sera pas seulement la fête du souvenir, ce sera aussi celle de l'espérance. . Sans doute, s'il plaît à Dieu, c'est la dernière fois que nous la célébrerons sur la terre d'exil. Tous les Belges qui le pourront auront à cœur de s'associer à cette fête. Le patriotisme, tout comme la religion, a besoin pour se soutenir de l'appui d'un culte èxtérieur. Il me semble qu'à cette heure solennelle, où notre rédemption s'annonce prochaine, nous serons heureux et fiers de nous sentir groupés pour quelques heures en de communes commémorations, unis dans un même amour, dans une même résolution énergique de nous vouer tous, riches et pauvres, Wallons et Flamands, catholiques, libéraux, socialistes, à la grandeur de notre patrie reconquise. PROGRAMME DE LA FÊTE NATIONALE DU 21 JUILLET. Le matin à nh. 30 un "Te Deum" solennel sera chanté à la cathédrale de Westminster. Son Eminence le cardinal Bourne officiera. C'est le R. P- Rutten qui prendra cette année la parole au cours "de la cérémonie religieuse.A 3 heures grande réunion au Royal Albert Hall à laquelle assisteront plusieurs membres de la famille royale belge. Le premier ministre anglais, Mr. Asquith, prononcera un discours. Après lui prendront également la parole Mr. Paul Hymans, ministre de Belgique, et Mr. Standaert, député de Bruges (en flamand). Les artistes belges, Isaïe et Artur De Greef, et l'éminente cantatrice an glaise, Clara Butt, se feront entendre. Et puis il y aura l'excellente musique du 1er guide, venue spécialement de France pour participer à la fête. L'entrée sera payante. Le produit de la recette sera versé aux diverses œuvres d'assistance belge. Voici les prix des places d'après le communiqué officiel qui vient de nous parvenir : Tickets (including entertainments tax) : Boxes—grand tier (10 seats) ^5 10s., loggia (5 seats) ^3 4s., second tier (5 seats) £2; stalls, lis.; arena, 5s. 3d. ; balcony (num-bered), 2s. 8d. ; orchestra, is. 2d. ; gallery (nrnmfinadfil. fSd. est de 16,000,000 de tonnes de céréalesj et quoique il y ait eu beaucoup de dommage, je pense qu'elle donnera cette année trois millions de tonnes de plus que l'année dernière (la dernière récolte n'était que de 13,000,000 de tonnes). Mais ce n'est pas là le point critique. Quand l'Allemagne commença la guerre, elle avait un cheptel de 23,500,000 têtes de bétail dont 8,250,000 étaient nécessaires, pour la reproduction, pour la fourniture du lait, etc., et il y avait environ 6,000,000 de veaux. Cela laisse 5,200,000 têtes pour la consommation dont la plus grande partie consistait en bêtes de deux ans qui par consé-nuftnt n'avaient nas atteints leur nleine valeur. L'ECLUSIER DE NIEUPORT. Dessiné peur "l'Echo" par l'artiste: M. Van Mechélen. On peut obtenir des places au Royal Albert Hall, chez MM. Chappel and Co., 50, New Bond Street, et dans les agences. Les personnes éloignées de Londres peuvent adresser leurs demandes, accompagnées de chèques ou de mandats postaux pour la valeur des tickets, à M. Lambotte, directeur des Beaux-Arts, 28, Grosvenor Gardens, Londres, S.W. La situation économique de l'Allemagne. Elle est désespérée. Le "Times" du 11 juillet publie une correspondance émanant d'ara, sujet neutre, qui contient un jugement sérieusement motivé sur la situation économique de l'Allemagne. Nous en reproduisons ci-après la partie la plus importante. Nos lecteurs pourront juger par là combien la .situation est devenue critique chez nos ennemis. Certes nous souffrons nous-mêmes et beaucoup. Mais si nous avons le courage de tenir jusqu'au bout, com. me nous l'aurons à n'en pas douter, la défaite de l'Allemagne est certaine. La prochaine récolte. La réooilte cette année semble devoir être bonne. La moyenne de la récolte normale La situation, en ce qui concerne les porcs est encore moins favorable, car il a fallu en abattre une grande quantité faute de nourriture.La situation est donc celle-ci : L'Allemagne peut continuer une nouvelle année de guerre à condition d'abattre tout le bétail qui n'est pas nécessaire pour la reproduction et de fournir un minimum diététique de graisse et de protéine dont aucun être humain ne peut se passer pour vivre. Après cela, ce sera la complète débâcle économique.Si on suppose que l'Allemagne fasse la paix cette année, elle sera dans la situation suivante : il lui faudra quatre ans pour ramener son cheptel à son état normal, et pendant ce temps il lui faudra importer toute sa consommation de viande. Il n'y a pas assez de ^yiande dans le monde pour que cela soit possible. La fourniture mondiale de viande était déjà déficitaire avant la guerre. L'Allemagne aura besoin de 5,000,000 de têtes de bétail et d'environ1 4,000,000 de porcs de l'étranger, annuellement pendant 4 ans. C'est pourquoi l'Allemand intelligent commence à réfléchir et ses pensées s'orientent vers la paix. Le prix de la viande montera après la guerre. Le bétail que l'Allemagne devra importer ne lui ooûtera pas moins de 20 livres par tête (porc compris), à supposer qu'elle puisse se le procurer et elle ne le pourra pas. Supposons qu'elle étende son importation sur huit années. Alors il lui faudra se passer de la moitié de son. minimum de viande pendant ce laps de temps. Mais supposons qu'elle puisse acheter tout ce dont elle a besoin de viande en 4 ans, qu'elle puisse le payer, un autre problème se pose : Pourra-t-elle le transporter? C'est impossible. Le commerce après la guerre. Et quelle sera sa situation, industrielle? L'Allemagne est à sec au point de vue des matières premières, sauf pour les jouets, les teintures d'aniline et quelques drogueries. Ce sont les seules choses qu'elle puisse exporter immédiatement après la guerre. Avant de pouvoir manufacturer quoi que ce soit, l'Allemagne devra se procurer des matières premières. Elle n'a ni cuivre, ni plomb, ni aucun des métaux basiques nécessaires pour ses manufactures de fer et d'acier. Elle doit tous les importer. Il lui faudra absolument importer 200,000 tonnes de manganèse, de cuivre, de zinc, et d'autres matières avant qu'elle puisse commencer à manufacturer dans ce seul département industriel. Même chose pour ses industries textiles.. Elle n'a pas de laine, elle ne peut pas se procurer du coton et elle ne peut faire de tissu avant d'avoir importé ces matières premières et de les avoir payées. Elle ne peut pas les payer sinon en. exportant des produits manufacturés. Telle est la position de l'Allemagne. Si elle pouvait faire la paix au moment de la moisson prochaine, elle économiserait 5,000,000 de tonnes de céréales et c'est tout. Les autres problèmes' bien plus insolubles subsisteraient. Si la guerre dure une nouvelle année et qu'a/lors l'Allemagne fasse la paix, elle sera complètement et absolument anéantie au point de vue économique. Les matières premières dont elle aura besoin se monteront à des sommes fabuleuses. Et où trouvera-t-elle l'argent ou son équivalent en produits manufacturés pour exporter? Elle ne le peut pas. Elle n'a rien à attendre de l'Autriche. Du seul point de vue militaire elle s'écroulera d'ici à un an. Mais même si elle obtenait la paix demain, elle s'effondrerait économiquement. Elle désire la paix, elle la désire ardemment, mais elle ne sait pas comment l'obtenir. Il y a à Berlin un parti politique que nous appellerions volontiers futuriste, parti que Bethmann-Hollweg aspire à diriger, un parti qui étudie les terribles problèmes de l'après-guerre.Bethmann-Hollweg demande chaque fois moins, mais il ne peut pas offrir des conditions de paix acceptables pour les Alliés. La caste militaire ne le lui permettrait pas, et s'il offrait ces conditions1, il serait renversé du pouvoir. Je ne crois pas qu'une révolution populaire éclate en Allemagne pour se libérer du militarisme. L'idée que le devoir suprême de chaque citoyen est de servir l'Etat est si bien imprimée dans le caractère allemand après des siècles de propagande, qu'elle est devenue l'âme de la Germanie. Si le gouvernement actuel est renversé, je crois fermement qu'il sera remplacé par un autre qui sera pratiquement le même sous d'autres oripeaux. Ce seront la même domination, les mêmes idées directrices. Le militarisme c'est l'Allemagne (1) elle-même et il est aussi indestructible que la race. Le socialisme a fait de grands progrès pendant la guerre comme conséquence des mesures socialistes imposées à l'Etat par la nécessité. La fourniture du pain quotidien par l'Etat plaît au prolétariat allemand. Il espère qu'après la guerre le système continuera, miais dans de meilleurs termes poui lui. Ss_ (1) Nous croyons qu'ici l'auteur dont lf compétence frappera certainement nos lec. teurs, se trompe ou plutôt qu'il exagère ur peu. Le militarisme c'est l'essence de l'Eta Prussien, non de l'Allemagne. Certes l'Aile magne toute entière est aujourd'hui prussia nisée jusqu'aux os. Mais rien ne prouve qui cet accident historique ait contaminé poui jamais l'âme allemande. N'oublions pas qui la France a su se dégager du virus napoléo .» nien.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre L'écho de Belgique appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Londres .

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes