L'écho de Sambre et Meuse

496 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1918, 23 Janvrier. L'écho de Sambre et Meuse. Accès à 16 octobre 2019, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/3775t3h04m/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

A ,mlnis'ration-Rédaction : J.-B. COL^ ARO 37, rue Fossés Fleuris, Namur M !««. ' *1 «!* f L'Echo de Sambre & Meuse JOUR1VAL QXJOTIDIBÎIV Us OoiiDiiiïs les lellliéraifi —0— ÀUTRICBIENS "Vienne, 21 janvier (effieiel). Pas d'événement particulier à signaler. BULGARES Sofia, 19 janvier (officiel). Sur le front en Macédoine,dan» la vallée supérieur* de la Skombi, nos troupes de reconnaissance ont détruit un poste ennemi ■t ont ramené du butin. Sans la boucle de la Czerna, un important détachement d'infanterie ennemie a attaqué notre position et a été repoussé par notre feu. Nos détachements ont ensuite pris 1 offensive, malgré la violente résistance de l'ennemi, ont pénétré dans ses tranchées; ils en ont ramené des prisonniers français.Près du Dobropolje, dans la région de la Moglena et sur d'autres points, entre le Tardar et Doiran, eanennade et feu de Mitrailleuse concentrique et intermittent. Dans la vallée de la Strouma, notre artillerie a dispersé pins aura détachements d'infanterie anglaise. Les aviateurs ennemis ont lancé des bemliet sur la ville de Demir-Hisaar, à proximité de l'hôpital militaire fui portait nettement ses signes distinctifs. Trois habitant» ont été blessés. Pas de dégâts d'ordre matériel. > Sur le front de la I ebrontscha,armistice. Sofia, 20 janvier (officiel). Sur plusieurs points du front en Macédoine, notamment dans la boïde de la Cz9rna et dans la région de la Meglena, au Sud d*? Hunaa et au Sad-Ouest de Doiran, la c. iionnade a été plus violente. A l'Est du lac de Doiran, nos avant-postes ont mis en fuite un fort dét» chôment de reconnaissance anglais. Sur le lac de Tahino, des engagements en "3 patrouilles ont tourné à notre avantage. Sur le front de la Dobroutichi,armistice. TURCS Constantinople, 15 janvier (officiel). Sur le front en Palestine, au Nord d'Bl Yir;:, l'ennemi s'est approché de nos lignes et s occupé une hauteur au Sud-Est de Dara, de laïuelle nous aviena retiré nos troupes ds c uverture. Une attaque de notre infanterie a immédiatement chassé l'ennemi de cette hauteur. Peur ailleurs, engagement» entre patrouilles seulement. Sur l'Euphrate, un avion ennemi a atterri; les aviateurs — t officiers anglais — ont été faits prisonniers. Sur le Tigre, un avion ennemi est tombé entre nos mains. Constantinople, 20 janvier (officiel). Entre Akbtch et Kilia, nn violent combat aérien a été livré. Le lieutenant Croneiss avait attaqué 4 aviateurs ennemis ; il a descendu l'un d'entre eux; «n autre a réussi, après les combats, à échapper à sa poursuite. ANGLAIS Londres, 21 janvier (officiel). Au Sud de Graincourt, nous avons repoussé une attaque ennemie. Aujourd'hui à l'aube, nos troupes ont attaqué par surprise les tranchées ennemies établies à l'Est d'Hargicourt; elles •nt ramené des prisonnisrs. Au Nord-Ouest d'Ypres et dans les environs de Neuve-Chapelle et de Lens, l'artillerie ennemie a été active dans la journée. La fiûit a été calme. Au eoars-d'engagements entre patrouilles, nous avons fait un certain nombre de prisonniers. Londres, 21 janvier. Officiel de l'Amirauté : Le 26 janvier à l'aube, 1* « Goeban » et lo « Breslau » sont sertis des Dardanelles et ont attaqué des forces navales britannique! au Nord d'Imbros. Le navire anglais < Raglan » et le « M. 28 », gravement atteints par la canonnade, ont coulé. Les > a vires ennemis se sont ensuite dirigés vers le Sud d'Imbros où le « Breslau » a été forcé d'entrer dans un ehamp de mines britannique; lo navire a touché uno mine et a coulé Le « Goeben » l'a abandonné à son sert et s'est dirigé à pleine vapeur dans la direction des Dardanelles. Des contre-torpilleurs britanniques ont engagé le combat avec des contre-torpilleur; turcs qui étaient accourus à l'aide du « Breslau » et les ont mis en fuite. A l'entrée des Dardanelles, lo «Goeben» a touché une mine à son teur, ce qui a ralenti sa marcha ot l'a fait donner de la bando de 15' ; enfin, le navire a touché la cô occidentale du cap de Nagara, où il es* en ce moment constamment bombardé par des avions anglais. Nous avons sauvé et fait prisonniers 132 survivants du « Breslau ». Les noms des survivants du « Raglan » 1 et <ia « M. 28 » ne sont pas encore connus; ■ jusqu'à présent, on sigaale 132 rescapés sur environ 310 hommes. f Lo « Raglan » appartient à uno séria de canonnières cuirassées lancées en 1915 et qui jaugant de 4,009 à 5,000 tonnes. Le « M. 28 » appartient à uno série de petits moiitow Uacéa en 1914 ou 1915 «t jaugeant 500 tonnes; ils ont 70 hommes à bord. En ce qui concerne le < Breslau » et le * Goeben », ils déplaçaient respectivement 4 550 et 23 000 tonnes et avaient à bord 373 et 1,013 hommes. ITALIENS Rome, 21 janvier (officiel). Hier, grande activité de l'artillerie outre la Brenta et le Piave, où notre feu roulant a été concentré sur les lignes ennemies; nos adversaires ont aussi concentré lo leur sur les nôtres. Au Sud du col Caprilo, à l'Oaest de Setera, sur le Lepre, nous avons fait quelques prisonniers grâce à un petit coup de main. Au Nord Est du Monte Asolono et en amont du Ponte Priula, nos troupes ont dispercé les patrouilles ennemies qui tentaient d'approcher de nos lignes. *<SiSa*B6®&rf!Bk5te. La guerre navale — Berlin, 22 janvier (officiel) Le 20 janvier les forces navales turques, c'est-à-dire le croiseur cuiraasé « Sultan Javus Salira » (anciennement « Goeben »), le petit croiseur « Midihi » (« Breslau ») et de3 torpilleurs sont sortis des Dardanelles et ont attaqué des forces navales ennemies dont la présence avait été signalée près de l'île d'Imbros par les aviateurs. Un grand et un petit monitor anglais ont été détruits. Un vapeur do transport de 2 000 tonnes a été coulé. Plusieurs chalands ont été fortement endommagés et la station anglaise de signalisation de la baie de Kephala a été détruite. En retournant dans les Dardanelles, lo petit croiseur « Midihi » a coulé après avoir été touché plusieurs fois sous sa ligne de flottaison par des mines ou par des sous marins. Le croiseur < Sultan Javus Selim » a touché fond en entrant dani les Dardanelles. dans le détroit près do Nagara. Une information anglaise prétend qu'il a été mis à présent à la côte à la suite de gravos avaries. Négociations de Paix A BREST-LITOVSK — Pétrograd, 22 janvier. La « Pravda » annonoa que le Comité exécutif du Soviet demande à M. Lénine de sa rendre lui-même à Brest-Litovsk. — Pétrograd, 22 janvier. On manda de Brest-Litovsk à l'Agance Télégraphique quo les délégués russes ont fait le 16 janvier la déclaration suivante : — Déjà le 8 janvier, lors de notre première entrevus avcc la délégation de l'Ou-k aine, nous lui avions notifié que nous estimions inadmissible qu'une conférence officielle ou privée pût se tenir sans qu'elle en fût avisée et nous avion» pris l'engagement de la tenir au courant de la marche des négociations. M. Goulubowitch. secrétaire général, nous dit alors qu'il allait se mettre en rapnort avec son gouvernement à Kief et qu'il comptait bien recavoir de lui l'ordre de suivre la même ligne de conduite à notre égard. Or, la délégation oukrainienne ne noua a fait aucune communication jusqu'à ce jour au sujet de ses négociations qu'elle a ouvertes dès avant notre arrivée et qu'elle poursuit en ce moment avec l'Allemagne et l'Autriche Horgrie. Nous constatons que malgré la lettre de nos conventions et bien que, mis à part l'armistice et les négociations entamées, bous ayons, au point de vue militaire, à feire front contre un esnemi commun, la dé^gation de l'Oakraine a contrevenu à l'esprit ds la Révolution qui répugne à la conclusion d'.- ccords secrets avec des impérialistes.Les O ukrainiens continuent à négocier à not e insu avec la délégation ennemie nonobstant nos réclamations exDresses, et contrairement à leur promesse il ne nous font aucune communication relativement à ces négociations. Les intérêts vitaux des masses laborieuses et rurales de la Russie ot de l'Oukraine étant en jeu, nous avons décidé de n'assumer aucune responsabilité quant à la conduite de cas négociations. Nous avons fait un nouvel appel à l'autorité du Comité central exécutif de l'Oakraine à Karkoff, lui demandant de prendra les mesures que l'intérêt de la république démocratique de l'Oukraine commande de prendre pour la protéger contre le danger des intrigues de la délégation du secrétariat général. Si nous n'avons pas protesté contre votre admission à la table des négociations, c'est parce que nous espérions que lorsque vous seriez en tête à tête avec notre ennemi commun, vous adopteriez une attitude basée sur les principes démocratique» les plus élémentaires et incapable de vous mettre en contradiction avec votre Comité exécutif central de Karkoff. Constatant aujourd'hui que votre politique admet la conclusion d'accords secrets et trahit par suite les intérêts de la démocratie, nous estimons nécessaire de déclarer publiquement quo vous ne possédez en réalité aucun droit au mandat que tous Derniers Cumipés te Belligérants ALLEMANDS Berlin, 23 janvier. Théâtre de la guerre à l'Ouest. Groupe d'armées du Kro ^pritz Rupprecht de Bavière. Sur la presque totalité du front, le combat de feu a été acceDtué dans l'après-midi. Au Sud de la Scirpe aussi, l'activité de feu a repris Près de St Quentin, de nombreuses reconnaissances exécutées avec succès nous ont permis de ramener des prisonniers. Groupe d'armées du Kronprinz impérial. Au Nord de Souain ainsi qu'au Nord-Est d'Avoncourt, aprèï une violente préparation par le feu, des poussées françaises se sont déclanchées. Par des combats violents, l'ennemi a été rejeté. Nos propres détachements d'infa tarie ont pénétré dan» les tranchées ennemies à l'Est de Malancourt et en ont ramené un certain nombre de priionniers. Entre Beaumont et Orne"», l'activité d'artillerie & augmenté vers le soir. Théâtre de la guerre à l'Est. Rien de nouveau. Front macédonien. La situation est sans changement. Front italien. \ D8 part et d'autre de la Brenta, combats d'artillerie. Der erste Generalquartiermeister, LUDENDORFF. —«o>— FRANÇAIS Paris, 22 janvier (3 h.). Ea Champagne, un coup de main ennemi à l'Ouest de la ferme de Navarin n'a donné aucun résultat. Dana la région d'Auberive, nos patrouilles ont ramené des prisonniers. Rien à signaler sur le reste du front. Paris, 22 janvier (11 h ). Un coup de main allemand sur nos petits poste» au Nord do Reims a échoué sous uos feux. Nous avons réussi une incursion dans les lignes allemandes à l'Ouest de la ferme Navarin. Un de nos détachement» a pénétré jusqu'à la troisième parallèle allemande et aprèi avoir opéré de nombreuses destruc tions a ramené u e dizaine de prisonDiei » Sur la rive droite de la Meuse, la lutte d'ertillerie s'est poursuivie assez vive sur le-front Bezoavaux-Bois le Chaume. Rien à signaler sur le reste du front. usurpez de négocier au nom de la République indépendante. » — Sofia, 20 janvier. Dans tous les milieux on envisage avec confiance la marche des négociations de paix de Brest-Litovsk; même l'opposition est optimiste à ee sujet. La présence d'une délégation bulgare à Pétrograd est considérée généralement comme étant, si pas officiellement, du moins en fait, une représentation diplomatique de la Bulgarie. On. est bien impressionné aussi par la disparition foreée des diplomates roumains à Pétrograd. DËFËCHES DIVERSES — Christiania, 20 janvier. Du « Morgenbladet » : — L'offensive allemande à laquelle on s'attend à l'Ouest pourrait amener une percée du front. Toutefois, s'il n'en était pas ainsi et si l'Allemagne réussissait simplement à rendre impossible pendant assez longtemps l une énergique contre-attaque de l'Entente, elle aurait obtenu un résultat important. Dans l'entretempy, la guerre des sous-marins sévit sans interruption et, en admettant que les Allemands soient forcés d'abandonner leur offensive sur terre, rien ne les empêchent de continuer leur guerre sous marine, aussi dangereuse qu'efficace. Or, sur mer, l'Entente ne peut pas, elle, prendre l'offensive sans jouer son va-tout. Il faut avouer que le gouvernement allemand n'a pas tort de considérer que le , moyen le plus énergique et le plus certain de remporter la victoire est l'action de ses sous-marin». — Paris, 21 janvier. On mande de Tokio au € Temps » : — Lea autorités militaires projettent de ; renforcer fortement l'armée et la marine. L'armée sur pied de paix comprendra I' vingt cinq corps d'armée contre vingt et un actuellement. — Londres, 22 janvier. Le « Daily Mail » apprend de Sidney f (Australie) que, par »uite du manque de tonnage en Angleterre, l'exportation de la récolte des céréales australiennes eat impossible, étant donné qu'on ne dispose pa» de navires pour transporter le blé en Eurape ou en Amérique. Eu outre, une grande quantité de blé provenant des deux récoltes précédentes se trouve immobilisée en Australie, qui ne consomme que 40 millions de boisseaux, soit le tiers seulement de sa production. —- La Haye 22 janvier. Le ministre des affaires étrangères a déclaré que la Hollande n'a nullement l'intention de vendre ni Surinam ci aucune autre pariie de ses colonies aux Indes occidentales.Il a ajouté qu'il ne savait rien d'une offre que les Etats-Unis aurait faite en ce sens. — Londres, 22 janvier. Uq radiogramme ansonce que le grand navire écile anglais < Warspite », a pri» feu pendant la nuit de dimanche à lundi et a sombré à la hauteur de Moori»gs-on-Thames.Tous les élè7es ont pu être sauvés. DEBWIÏBES"" DÉPlCHES — Berlin, 23 janvier. On mande de Bâle au «Lokal Ar zdger#: L' « Echo de Paris » écrit que le Comité des premiers ministres et des m'nistres da la guerre des pays alliés se réunira probable aent la semaine prochaine sous la pré sidence de Clemenceau. Les Etats Unis et la Grèce seront égale ment représentés au Comité de Guerre de Versailles. — Badapest, 23 janvier. Le ministre du ravitaillement, le comte Gadip, a présenté sa démission au roi qui l'a acceptée. — Berlin, 22 janvier. A l'ouverture de la Commission principale du Raichstag, le président a commencé par déclarer que le chancelier de l'empire consent à la continuation de la discussion des questions de la politique étrangère et qu'il y paraîtra personnellement.— Berlin, 23 janvier. Dans ces derniers temps, nos sous-marins étaient sciifs avec un fuccès tout spécial contre les mouvements de transport vers l'Italie et l'Orient. 7 vapeurs et 2 voiliers, jaugeant en tout 27.000 tennes brut sont devenus leurs victimes.C'est surtout au lieutenant-capitaine Français Bscksr que nous devons ce résultat.Tous les vapeurs, à l'exception d'un seul, étaient armés. Parmi eux on a pu identifier les vapeurs anglais « Agyptian Transport », « Steel-vill », « Allanton », « Araba », dont la destruction est particulièrement déssgréa-ble pour no» ennemi» parce qu'ils transportaient 24000 tonnes de charbon. L'un des autres vapeurs, à en juger d'après la forte détonation avec laquelle il a sauté, avait une cargaison de munitions. Un autre vapeur, apparemment chargé de riz, a été poursuivi après un combat d'artillerie, poussé vers la côte de la Ciraenéica et anéanti malgré l'intervention d'une batterie de côte. L?is deux voiliers, « Guiseppe » et « An-tini » étaient de nationalité itslienne. Le premier avait une cargaison de boia. — Barlin, 23 janvier. Pour le rapport militaire chez l'empereur, le feldmaréchal von Hindenburg et le général Ludendorff sont arrivés ce matin à Berlin. — B«riin, 23 janvier. Le < Lokal Anzaiger » apptend de Bâle que s uivant le « Barner Bund » Hâves maade de Londres : L'-î général Haigh a nommé le général sir A. Lawrenca chef de l'état-major. Le c Temps » écrit à ce sujet que cette nomination "n'est que le prélude d'une série de changements au sein du commandement supérieur britannique. — Berlin, 23 janvier. Le commandant de la flotte de la mer Noire, l'amiral Nemeto, a, comme le mandent plusieur» journaux, informé le | secrétariat général de l'Ukraine de ce qu'il reconnaît officiellement le gouvernement ukrainien. — London, 22 janvier. A. ©ardner, le membre du Congrès, représentant de Massachusetts, est mort au c*mp Wheeler où il était actif comme major le 15 janvier. — Essen, 23 janvier. La « Reinisch-West'a ! ische Zeitung » écrit : « Combien les paroles de von Bîth-mann-Hollweg sur le tort causé à la Belgique sont dénuées de tout fondement, résulte d'un article du < Belfried » traitant des engagements internationaux du gouvernement belge. Deux traités sont considérés comme les . bases du droit de neutralité de la Beg'qua : 1 Le < Double-Traité » des cinq grandes puissances, y compris les Pays-Bas, avec | la nouveau royaume de Belgique du 19 avril 1839 ainsi que la cinquième accord de la Convention de La Haye , de 1907. Dans le traité de 1839 il n'y a pas de passage stipulant l'inviolabilité du territoire belge, C'était la résultat des traités secret» entre les 4 ou 5 grandes puissances qui envisagèrent une occupation militaire de la Belgique pour la protéger contrôla France. Un accord conclu en 1818 entre la Prusse, l'Angleterre, l'Autriche et la Russie donnait aux Prussiens le droit d'occuper, an ess d'une guerre avec la France, les places fortes de Huy, Dinant, Namur, Mariembourg, Philippaville et Charleroi. De plus, par un traité secret du 15 novembre 1831. le gouvernement belge s'est engagé de s'accorder avec les cours d'Autriche, de la Grande-Bretïgne, de Prusse et de Russie sur las mesure» nécessaires au cas où la téaurité de ces places forte» serait menacée. Dans ce traité secret, le droit d'ocoupa-tion par la Prusse n'est pas aboli. Aussi en 1914, n'y avait il qu'une seule attitude possible pour 1* Belgique, c'était de se mettre du côté des adversaire» de la France alor» que la Pru se, qui même aurait dû être mise au courant par la Belgique des intentions eggressives de la France, avait le droit d'occuper la Belgique.Yoire sans état de guerre l'exigence de» forteresse» de la Meuse d'admettre une occupation pur des troupss prufs'enne» aurait été justifiée, aussitôt qu'on avait seulement reconnu une menace comme u'rst stipulé par le traité de 1831. C'est une grave faute du gouvernement qu'il ne s'en est rapporté à ce traité concernant l'occupation des forteresses en 1914. Ce n'est que d'une façon générale que l'article 2 de la Convention de Ls Haye dit qu'il est interdit aux Etat» belligérants de faire passer p»r un Etat neutre des troupes ou des convois da munitions. La Belgique n'est pas mentionnée spécialement, mais son représentant a pris part aux délibérations. L'Angleterre n'a pas accédé à cette convention. 0% l'article 20 de la Convention dit que teu'es ses stipulations ne sont ap- plicsbles qu'aux puiasances qui l'ont sfgaée et cela seu'ement au cas eù tous ks belligérants y ont accédé. C'est ainsi qu'entre l'ABgleterre et l'Allemagne il n'y avait quo le traité de 1831 en ce qui concerne la Belgique. L'entrée en Belgique était donc notre bon droit. — Genève, 21 janvier. Le ministre de la guerre italien, accompagné du chef de l'amirauté, est arrivé dimanche à Paris afin d'assister à une conférence extrêmement importante. Os a demandé télégraphiquement à Londres l'envoi de la délégation du gouvernement anglais qui doit prendre part à la conférence. On assure quo les motif» de ce voyage des Italiens »e rapportent dans la situation critique sur le front italien ainsi qu'à l'intérieur.La cersure n'a pas laissé passer d'autres détails. — Berne, 20 janvier. Le correspondant pétersbourgeois du « Corriere délia Sera » télégraphie que des centaine» d'arrestations viennent d'être opérées. Il y a eu des combats de rue dans plusieurs quartiers, auxquels ont participé de^ mitrailleuses. Oa a dépavé et érigé des barricades en -, plusieurs points. Quelques navires de guerre venant de Cronstadt «ont intervenus dans le combat. — La Haye, 21 janvier. Le « Daily Chronicle » mande de Pétera-bourg que la d ssolution de l'Assemblée G instituante embrouille davantage la situation politique Elle démontre une fois de plus l'inexpérience politique et l'indiscipline socialiste dans la Russie actuelle. Il semble qu'il faille s'attendre à de nouveaux troubles à l'intérieur du pays. Des bnuits circulent disant que Lénine et Tro'zki ont l'intention d'instaurer une dictature militaire avec la devise : «Calme à l'intérieur, paix prochaine. » Il est fort probable que les Sovjets et les membres maximalistes de la Constituante vont se réunir en Convent National. La garnison de St-Pétersbourg a été renforcée, à la hâte, par des troupes maximalises. Entretf>mps, des combats de rue ont pris naissance partout à Pétrograd. — Berlin, 22 janvier. Le 21 janvier, dans les Argonnes, nos positions étaient exposées à un feu violent qui, peu à peu, a pris une intensité extrême et, à 4 heures de l'après-midi, a atteint la violence d'un feu roulant de courte durée. Peu après, plusieurs compagnie» françaises sont portées à l'assaut. Nos feux efficaces d'artillerie et de lance-mines ont fauché leurs rangs qui seulement avec grande peine ont pu avancer lenfe^ ment; c'est ainsi qu'en un seul point l'adversaire a pu pénétrer passagèrement dans nés positions d'où il fut redélogé par une contre poussée et en corps à corps sans tarder; il a laissé de nombreux morts et blessés entre nos mains. Pa» plus de succès ont eu de? compagnies anglaises qui, en Macédoine, tentèrent d'aborder la Butkowo-Dzuma et qui y ont essuyé use défaite sanglante. — Berne, 22 janvier. Lor» du débat du 17 janvier à la Chambre des Communes anglaise, le député Rogga a déclaré posséder des informations qu'il ne pouvait commusiquer en séance publique parce qu'il les tenait de source privée. Si Gaddes espère qu'au moyen des nouvelles mesures 459 000 hommes suffiraient lui déclare que toute l'entreprise aérait complètement absurde, ctr cela n'entrai-.. 4me année N" 19 Le N° ±0 centimes Mercredi-Jeudi 23-24 Janvier 1918

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre L'écho de Sambre et Meuse appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à - du 1915 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes