La Belgique: journal des réfugiés

504 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 27 Juin. La Belgique: journal des réfugiés. Accès à 10 août 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/251fj2b05f/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

ISOaSKKfiSTS: î IL Î.2»î, 8 mois fl. S-V). .jÉir. ÏS cU. r*t moit sn plus). A2T50ÎTCÇ8: !b Mga» SA «*»'.-<. (Pour Contrats /«'ailla .w a i'Ar^nhi stinùon) i.à:ts:-,#T TOTjTÏÏ' la corr«=pnn--iane» m „La Be)jique",Nooitloinds-plotu. I.EIDK.N*. LA BELGIQUE —„ .—II,,..1.111 ■ I I Directeurs : e. landoy ot i. waffers. LEIDITW Administra tira et IÎ43*ction -N oordolndsplGiu.-Télôphono Srf. 170 ROTTERDAM, Btoiger, 10!) — Tél. 7065. Aaiôâ;;or îouta la corresror.danco a LEIDBIf. Les manuscrits non inséra; n« sont pas rendus. Succès anglais Les Arsgïais progressent 2e long de 0a Souchez vers Cité du Mfoislin, faubourg de Lens. Commiiniqné (îo S henrea PARIS/ 25 juin. Communiqué officiel de 3 heures. L'action des deux artilleries continue et a été très vive dans le secteur de la ferme Laroyère et de la ferme Froidmont, ainsi que vers Hurfebise et à l'est de Chcvrcux. Dans cette dernière région deux coups de main sur les tranchées françaises- causèrent de3 pertes aux Allemands sans leur assurer aucun ré-eulcat.Deux tentatives allemandes contre de petits postes en Woëvre et dans la région de St.-ifihiel ont complètement échoué. La nuit a été calme partout ailleurs. 4'ou.iuiiiniqué «ïe 11 hetsi-ea PARIS, 25 juin. Communiqué officiel de 11 heures: Près de Laffaux, Cerny, Craonne et Che-' vreux l'artillerie démeure très active. _ Douze cents obus ont été tirés par les alle-niap.ds sur la ville de Reims. Camniaa'qrié «allais «In matin LONDRES, 23 juin. Communiqué du Quartier Général Anglais en France: Actions réussies sur divers points de notre front pendant la nuit dernière. Nous avonfe effectué des raids sur les positions ennemies prc§ de Epehy, Koeux, Loos et Hooghe, et avons tué quelques ennemis. A J'est de Vcrmelles nous avons fait des prisonniers, capturé deux mortiers de tranchées, détruit des positions de 1 ennemi en infligeant de lourdes pertes à celui-ci. Au sud-0'.icst et au nord-ouest de Warnë» ton nos opérations eurent également du succès. Nous avons gagné quoique terrain. CumniiiDiqac anglais «ln soir LONDRES, 25 juin. Communiqué du Quartier Général Anglais on France: Le succès que nous avons remporté cette émit au sud-ouest de Lens-a été encore étendu aujourd'hui le iong des deux rives do la rivière de Souchez. Dans cette région, nés troupes ont réalisé une avance considérable sur un front de 2 kilomètres et denji. L'ennemi, qui avait tenté un raid cette nuit au sud-est d'Ypres a été complètement disperaé par le feu de nos mitraillâusçs. Hier, des combats acharnés se sont livrés dans les airs. Nos avons abattu il avions allemands. Cinq de nos avions ne sont pas rentrés. aintmentaire Bculer LONDRES, 25 juin. (Reuter). Le correspondant de Reuter au Quartier Général Anglais télégraphie aujourd'hui: Pendant la dernière journée, à l'est du bois d« Riaumont, nos troupes ont réalisé un© avance en ligne droite et ont occupé ainsi environ un quart de mille de la nouvelle première ligne des allemands. Cela signifie dne avance directe sur Cité de Mou'in, qui est. en réalité, la lisière sud-ouest- de Len*; €e poînt se trouve dans le triangle formé par la jonction des lignes principales de Béthune et d'Arras. Ii ne semble pas qu'il se soit livré de sérieux combat.-Les a'hmands so sont retirés avant que nos hommes avaient atteint les tranchées et les abris qui furent- trouvés vides. Il n'est pas douteux que la pression constante que nous exerçons sur les ouvrages ennemis de Lens met les allemands à une* rude épreuve. Peut-être est-ce à ce'a qu'il faut attribuer le fait que nous n'avons pas tenté de prerdro cette place par une aU taque en masse. Tandis que la valeur tactique de Lensi justifierait à peine une a'-taque de ce genre, les allemands doivent conserver, par contre, des forces importantes autour do Len ■ pour parer à toute surprise de notre part. Enfin, comme nous occupons toutes les positions élevées et que nous dominons ainsi la ville de partout avec notre artillerie, la position des allemands n'y est pas très enviable. Entretemps, nos lignes se rapprochent) Constamment encore de la Ville, ainsi que cela vient d/être le cas. Un article du "Tiiacs " LONDRES, 25 juin. (Router.) Le „Times" publie un exposé des opérations des armées britanniques dans cette guerre et dit qu'au début, elles ont Sans douto rempli un rôle modeste, mais que, dans ces six derniers mois, elles ont le plus contribué à soutenir la cause dc3 alliés et qu'elles ont porté à l'ennemi des coups mortels. Elles ont arraché à l'ennemi les positions dominantes de Messines et de Vimy, elles ont décimé l'armée turque en ïiésopotamie, pris Bagdad, se sont engagés jusqu'au cours supérieur du Tigre, ont chassé les turcs du Si-naï et so sont engagées en Palestine. Ceux qui pensent que la lutte à l'ouest se poursuit lentement, feront bien de consulter les chiffres qui suivent. Au cours de ces G derniers mois, les armées franco-anglaises ont fait, eu France et en Flandre 70.000 prisonniers et pris environ 500 canons, une quantité de mortiers et do mitrailleuses et ont détruit plus de 300.000 soldats allemands. Dans la première phf.:eodS la-bataille d'Arras, la première et la 3e armées britanniques ont fait 14.000 prisonniers-e&pws 228. canons. Dans la 2e phase, les allemands ont perdu «a de iatœe eka às wo&ùe fta'a* Muim de la si sanglante première bataille d'Ypres. La bataille do Messines a valu aux Anglais 7000 prisonniers et 40 canons on un seul jour. Trois cent mille allemands ont été mis hors de combat. Au début d'avril, l'ennemi avait une réserve à l'ouest de 52 divisions. Deux mois plus tard, cette réserve n'était plus que de 12 divisions et plusieurs divisions de première ligne en avaient été retirées pour ê*re refondues. La bataille de Messines et la dernière d'une série d'opérations qui a duré environ un an et par quoi toutes les positions avantageuses que les allemands tenaient leur ont été arrachées. Ces positions avaient été longuement choisies par les allemands dans l'automne de 1014. Nous pouvons admettre,..conclut le ..Times", que le calme relatif de ces derniers jours ne durera pas longtemps. Coniiiicntairs Slavnsi PARIS, 25 juin. (Havas). La bataille intermittente de l'Aisne et de Champagne di- • minua d'intensité au cours de3 dernières 24 heures. Une affaire assez importante montée à la partie orientale de l'Aigne-; par les Aile-, mands fut brisée dans l'oeuf ;\ar les tirs de l'artillerie française. L03- tiré, admirablement réglés contre les .batteries de destruction, imposèrent silence aux canons enne^ mis et dispersèrent violemment les fantassins préparés à l'attaque. Par contre, une rude contre-attaque de3 França:.s leur rendit la majeure partie du saillant de la ferme de Moisy. Cette action affirma encore que les offerts ennemis sont vains et que leurs avantages passagers, sont perdus sans délai. II serait intéressant de rechercher la raison de leurs tentatives d'attaques multip'iées les derniers t mps, notamment var3 le Che-• min des Dames, l'objectif régulièrement vise qui demeure dans son entier au pouvoir des Français. Le „Mâtin" estime que l'ennemi, consentant aux sacrifices con'inuels (Fhomm s, viseï l'effet moral et veut donner à l'opinion publique allemande l'illusion d'une action soutenue.L'inefficacité des réactions témoigne de la persistante infériorité de ses moyens et de la diminution de sa valeur offensive. Il souligne ici la signification profonde des paroles adressées par le kaiser à la garde prussienne disant: „Nous pouvons dire en toute confiance que nous fimes tout notre possible pour nou3 préparer à la. guerre, et que cela ne fut pas en vain." Ils attestent que l'Allemagne prémédita do longue date l'agression et déploya toutes ses forces pour en assurer le succès. Cette déclaration précise dévoile les intentions 'criminelles et détruit irrémédiablement la légende de l'Allemagne pacifique. Un discours de Lloyd George „Le phis grand cataclysme, depuis le déluge." LONDRES, 25 juin. (Reuter). la „Wes!r minster Gazette" publia un article au sujet du discours que Lloyd George a prononcé hier à la Welsh Chapel et où il a dit que la guerre actuelle est le plus grand cataclysme qui se soit produit depuis le déluge. Or, après le déluge la promesse est apparue aux hommes que plus jamais une catastrophe de ce genre ne se reproduirait. Si nous cherchons à appliquer cette pro-messé à la catastrophe que nous subissons aujourd'hui, cela sîgri"i3 que nous dévons trouver les moyens, non seulement de Dieu aux hommes, {nais encore des hommes aux nations» qui nous donne la certitude que ces eaux ne grossiront jamais plus. La ,,Westminster" dit à ce propos: „Les paroles du premier ministre le place parmi ceux qui, après cette guerre, cherchent h conclure une union des nations des'i nées à, mettre fin aux guerres. Telle est la ligne qui sépare de plus en plus les nations en ce qui concerne ce que nous appelons les éléments d'une paix durable. Wilson a placé la paix durable et l'union des nations en tête de s)es buts de guerre. Balfour et Lloyd George ont déclaré être d'accord ave a lui et les Russes sont de dix siècles en avance, sans que la guerre soit finie ni que^a fin soit à prévoir. Mais du rolé allemand, il règne? un silence absolu sur ces questions qui intéressent non seulement l'Europe, mais le monde entier ou, en d'autres termes, n'importe quel pays sauf l'Allemagne et Ceux à qui elle dicte sa volonté. I/allemagne donne à entendre qu'elle est disposée à signer une paix séparée et loyale avec la Russie, mais elle rie dissimule même pas qu'elle veut conclure cette paix dans le but de pouvoir écraser tout le reste du monde sous sa volonté et> en fin de compte aussi, la Russie. Lorsque nous lisons les débats des journaux allemands sur la paix a'1.-mande, nous y voyons qu'ils s'occupent tous de tailler dar.sl Îe3 territoires' de leurs voisins et de lutter pour obtenir des garanti os qui doivent constituer une a'.lemagne plus forte au moment d& la prochaine guerre. Oa encore, ils s'occupent à placer par mille moyen s la Belgique, la Pologne, la Serbie et la Roumanie sous i'àilu&aaa allomande dans l'egp.jjr .que ces f I -p. Meddens ë Zôbn fm ■ costumes Tjffi SUE» Wp ME SU RU JJ i depuis fl. 32,50 j Hoîvveg, 11 *.A HAYE Oslir. ûerzon fl. I Plissa ©si Meut© jj • W ds£ié "mf pays ne pourraient plus jamais'se grouper à d'autres pays pour juguler ïc puissance belliqueuse de l'Allemagne. Jan Oiieslagers déooré II abat deux avions coflp si" coup LE HAVRE, 25 juin. Le sou -lieutenant Jan Olieslagers, surnommé le -i.dt'jton anver-sois" a été eité à l'ordre du jour de l'armée belge aVoc la mention suivante: Pilote d'aviOH de chasse doué le-qualités exceptionnelles, exécute des voK depuis le début de lu guerre, est pour ses camarades un modèle do zélé, de dévouement et de courage, a abattu successivement dcjix avions, est déjà décoré de l'ordre de Léopoid et de la Croix de Guerre et a été cité plusieurs fois à l'ordre du jour de-,l'armée. Leurs attentats Le bilan des victimes LONDRES, 25 juin. Communiqué officiel: Au cours de l'attaque aérienne du 13 de ce mois, sur Londres, il y a eu 157 mo-rts et 432 blessés. Le nombre des morts i'. fortement ugmenté parce que pjusieurs blosscs ont si -combé à leurs blessures et que des cadavres --ut-encore pu être i4>tirés des ruines. " Parmi -les mçrts ;I y a 24 femmet 42 enfants. Parmi les r essés, il y a }x'( 'emmea ; ot 100 c-ufants. * *'" * La Situation Sur !ss fronls Les Anglais enregistrent, un léger succès dans la direction de Lens. Ils ont occupé la première ligne allemande sur une profondeur de quelques centaines de mètres et-sur une largeur de deux kilomètres et demi. Un commentaire Reuter constate que ce mouvement constitue une marche de front vers. Cité du Moulin, qui est un des faubourgs de Lens, au sud-ouest de la ville. Lens est, en effet, entouré d'une chaîne do faubourgs qui portent tous le nom de/ „Cité": Cité du grand Condé, Cité St. Laurent, St. Edouard, Sfc. Pierre, Cité Jeanne d'Ara et, au sud-ouest, la Cité du Moulin, qui n'est guère à plus de 600 mètres de la ville. Ce succès a été remporté, non par l'infanterie, mais par l'artillerie ang'ai;eets'v.:t bien en quoi il est intéressant: les allemaras ont été contraints d'évacuer de3 positions qui se trouvaient sous le feu concentré des canons ennemis. Ces positions prés :n'aienfc pour les allemands un grand intérêt, car elles se trouvaient au droit de Lens £.t l'on commence à pouvoir compter les pas qui séparent encore les Anglais de ce centre important. II semble que ce reçul local des allemands-soit dicté, une fois de plus, par la- crainte d'une prochaine attaque et que nos ennemis ne.se sentent vraiment plus ©n état de t -"flirte te aux armées alliées. Ils ont beau avoir concentré toutes leurs troupes de ce c^té» ils ont lés pires craintes au 3ujet des prochaines opérations qu'ils devinent imm-'ïien-tes et qu'ils ne savent comment retarder. Le „Times? n'hésite pas à" nous faire entrevoir une prochaine reprise des combats dans cet article où il dit» en manière d8 , conclusion: „Nous devons admet'.re que le calme relatif de ces jours derniers ne sera plus de longue durée." Faut-il rapprocher de cette prédiction la recrudescence des combats d'artillerie sur le front russe? Il serait dangereux de répondre à cette' question cjr voici de longs jours que les canons russes se mettent à tonner gar'intermiltenCe, sans qu'aucun combat ne succède à ces, bombardements. Il est vrai que, cette fois, le communiqué allemand insiste sur leur vigueur et le communiqué autrichien dit expressément qu'.,on divers points ces bombardements s© poursuivent d'une façon systématique." En nous gardant de tout pronostic', nous pouvons conclure de cette dernière phraso que fétat-major autrichien sur le front russe' n'est plus très rassuré .., La paix allemande Lia „Wë3lminstêr Gazette" Commentant un discours de Lloyd George met le doigt sur la frontière morale qui sépare les pays germaniques des pays civilisés. Nous voulons tous une paix qui nous délivre à jamais du cauchemar de la guerre. L'allemande seule et j.les pays auxquels 4 elle» dicta a» voioftlé» ' jjane jjuc d'une _ paix qui ,,'donna des garanties à l'allema-gne", qui la „ dé fende contre de futures atta-oues", qui lui permettei „le libre essor det ses forces" ou ~ encore — comme le Kaiser vient de le déclarer à cette revue passée* sur le front occidental — une paix „dontl l'allemagne a besoin pour son futur développement", toutes formules qui isolent l'allemagne du monde entier, qui sont inspirées, par la conviction que l'allemagne est le peuple apijplé à régner sur le monde et qu'au moment de la conclusion de la rnix une seule chose import3: les intérêts futurs! de l'allemagne. Mais ces périphrases cachent autre ohostei encore: elles dissimulent l'intention formellement arrêtée dès à présent par nos ennemis de poursuivre, après ce premier échec, la réalisation de leurs rêves impérialistes! et de préparer une nouvelle guerre dont cel -le-ci n'aura .été que la préparation. C'est bien pour cette raison rçis l'allemagne n'ose préciser autrement ses buts de guerre. Elle s^nt- elle-même combien est profond le gouffre qui sépare sa mentalité de celle des peuples civilisés. G. L. DANS LES BALKANS L'amiral Jonnart chez le roi. ATHENES, 24 juin. (Reuter). Le roi a reçu l'amiral Jonnart en audience. Zaïnys l'accompagnait Il n'a pas encore été publié de détails au sujet de cette audience, mais la visite de Jonnart était nécessaire pour exposer au jeu-* ne roi la situation sous son véritable jour et pour"lui permettre d'échapper aux in-flQèiic -s que l'on chercherait à faire peser, sur lui. . .... 1 ■ < - La situation LONDRES, 25 juin (Reuter). — Le „Daily Mail" apprend d'Athènes: Lundi matin, les Français- ont occupé les environs du Stadion, ainsi que le Zappeïon et plusieurs; autre3 points dans Athènes. Le ,;Times" apprend d'Athènes: ,,Aussitôt que la chambre sera réunie, Vénizélos lui exposera son programme. Celui-ci pourrait impliquer que la Grèce se rangeât du côté des Alliés; toutefois, Vénizélos n'a pas l'intention de mobiliser le peuple grec contre sa volonté. L'Epire s'est déclarée en faveur du gouvernement provisoire. Après qu'un détachement français eut débarqué à Preveza, des troupes du gouvernement provisoire y débarquèrent éga-îemcui. Iroupea ji'«iiuo>-grecqes gardent plusieurs points. • _,^ En Italie Coï'îEiiïiniqué officiel ROME, 25 juin. Communiqué du général Ca'dorna: Au cours de la journée d'hier l'action d'ar-tilleri fut généralement peu intense. L'activité des détachements de reconnaissance provoqua en quelques endroits des fusillades.Une petite attaque ennemie sur les lignes de la vallée de Bâcher (vallée Sexten) fut facilement ropoussée. 4 XC11 X£-u@sie Communiqués ennemis Le communiqué allemand du 25 dit: Violente canonnade à la haute Stripa et entre la Slota Lipa et la Narayofka. En ces points nos troupes ont ramené des prisonniers des lignes- russes. Au nord do Kirlibaba, l'artillerie est plus active. Lo communiqué autrichien du 25 dit: Daris divers secteurs, l'artillerie so montre très active.. Dans Le secteur, de la Narayofka jusqu'à Zberoxv, le tir ennemi a été considérablement renforcé et, en divers points, il est mainteiu*1 d'une façon systématique. La nouvelle Russie Les lois nouvelles PETROGRAD, 25 juin (A. T. P.) Les inscriptions ;V l'emprunt de guerre ont atteint près de un milliard et demi do roubles. Ee ministre dos finances a présenté au gouvernement provisoire des projets de loi tendant à une augmentation progressive des impôts sur le revenu, ils pourront atteindre 30 pour cent dos revenus dépassant 400 mille roubles. Sur l'industrie militaire il sera proposé de prélever une contribution de 70 à 90 pour cent. Le gouvernement a approuvé une réforme des conseils de guerre qui se composeront désormais d'un nombre égal de j.uges élus parmi les officiers et les soldats. Le gouvernement a chargé le ministre du ravitaillement d'opérer/parmi la population une répartition systématique des étoffes, chaussures, j^irole, savon, et autres objets de pjiemière né-if cessfté. Les prix auxquels ces marchandises seront livrées doivent couvrir les frais de fabrication. de transport et de répartition. , t- En Amérique Le contrôle des vivres. WASHINGTON, 25 juin. (Reuter). "A lal suite "d'un arrêté dei Wilson, un conseil d'interdictions d'exportation vient d'entrer en fonction pour examiner les mesures à prendre dans cette voie en élaborant le projet de loi contre le gaspillage. Par ce pïojet de? loi, les Etats-Unis jreuv at prendre de nom breuses mesures de précaution destinées S facilité la voie qui doit nous mener à unei fin heureuse de la guerre et d'empêcher que1 des marchandises n'atteignent l'allemagne en passant par des pays neutre». Le plan de. mise à là ration des peuple# neutres d'Europe est achevé et entrera immé-jdiatement en vigueur. Les premiers article^ qui sont pris en considération sont le charbon et les grains. Bépêcli©3 diverses En Allemagne Un discours de l'empereur. — Il parle de mDint en moins -de la victoire BERLIN, 25 juin. "(Wolff, — Traduction littérale). — A nne revue sur le front occidental, l'empereur Wilhelm a prononcé un discours le 21 de ce moia et il a diii notamment: „J'exprime aux troupes rassemblées ici mon entière considération pour leur attitude! et j'ai pleine confiance qu'elles, tout comme précédemment, pleines de confiance en Dieuy feront leur devoir pour assurer par leurfl combats à la patrie une paix dont nou3 avona besoin pour notre développement ultérieur.En conclusion le Kaiser a 'dit: „Cela met fait surtout beaucoup de plaisir de pouvoir de nouveau féliciter le courageux régiment* des dragons de Hohenfriedberg. Il a répondu à mon attente et a posé des acte? qui doivent fournir de 1a, joie au vieux Fritz là-haut dans l'Elysée. Que les choses puissent demeurer ainsi jusqu'à ce qu'un» paix heureuse soit obtenue."1 En Espagne Pour maintenir l'ordre MADRID, 2G juin (Reuter). — Le conseil cfo» ministres a décidé hier soir de suspendre le» garanties constitutionnelles. DERNIERE HEURE Les navires hollandais torpillés LA HAYE, 26 juin. (Officiel). — Aprè* un long échange de vues au sujet des navires hollandais torpillés le 22 février, Ie3 gouvernements hollandais et allemand ont abouti à un accord. Pour remplacer les navires perdus, le gouvernement allemand cède ,au- gouvernement hollantiiià les na>virc£» allemands qui se trouvent- actuellement aux Indes Néerlandaises jusqu'à concurrence dt, la valeur des navires détruits. D'autre part* le gouvernement hollandais Versera au gouvernement allemand une somme-équivalent a» montant total des sommes à payer par lei compagnies d'assurance pour les navire^ détruits. En outre, le gouvernement allemand paierai des intemnités aux dommages subis par les! familles des équipages, dans leur santé e* dans leurs biens. Contre Wilson et contre Lansing STOCKHOLM, 26 juin. (Alg. H.) A la suit» des nouvelles de Washington sur la position des délégués américains, IIuysman3 a dit! „Ie comité hollando-scandinave est convaincu, après avoir examiné les papiers de Gold-( farb, Rheinstein et Davidowitch que ces 3 délégués sont les représen'an'a légitimes el autorisés de leurs partis (allemands? Réd.)'* - „Ni Wilson ni Lansing, poursuivit Huyar* mans n'ont a examiner ou à reconnaître ces» papiers. Cette tâche apparient 'au comita hollando-scandinave. Les efforts tendant discréditer les "délégués américains (pour} mémoire le mot „américain" désigne ici Gold-* sieln, Rheinfarb... pardon: Rheinovitch, Da* vids'.ein et... ou plutôt: Rheinst-in, Davido* vitch et Goldfarb... Ouf!!) n'aboutiront ■ pas."' i ' lit Lloyd George en Ecosse LONDRES, 26 juin (Alg. H. ) Lloyd Ccorg'l se rendra vendredi à Glascow, où il prononcent un important discours sur la guerre et le lyjt ces alliés. 11 se rendra ensuite à Dundee ou il sera élrw vô -iu rang db citoyen d'honneur de la villa. Churchill, qui est député do Dundee, y pronon-. cera également un discours. On s'attend à ctj qu'il y cï.pcse frn point de vue politique, le* quel sera probablement basé sur une collabo^ ration avec le président du conseil. Communiqué bulgare Le communiqué bulgare du 25 signale une vï*~ vo canonnade dans le coude de la Tcherna ef -i au sud du lac de Do*ran. Ai: nsrd du lac dé Doiran, trois compagnie» anglaises armées île mitrailleuses se sont por. tcos vers i: s postes bulgares avancés du village do Blf-tt, 1)? ont été repoussés. A ia basse Sîrouma, escarmouches entra éçlaircurs. Grf:::e au départ de Constantin Tt'PIN, Î5 j-;in — La „Stampa" appremï d'Athènes que peur la première fuis depuis des mois les marchés grecs sont abondamment pourvus de vivres. Certains .produits coûtent 8 fois m tin 5 cher qu'il y a jours. I'e< journaiis eilcnt une défit; rat ion faite d, y a un mei-s par Cçmfazilin des journalistes américains qui lui dônion'raieat l'avantage qu'il aurait à s'entendre avec Vénizélos et l'Entente. „àe ne rvr.is pps /lit Ooiutaritin, à une victoH<» des Allié*, rojr hâter la paix, il se peut qae l'Allemagne fasse des concessions à 1 ouest, mais elle «e dédommagera r. l'est car c'est elle qui réglera le sort des l!;dkans. Voilà ce qui doit | justifier ma conduits." -w's 1 Mercredi, 27 Juin 1917. 5 Cents 3m< Année No. 213

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre La Belgique: journal des réfugiés appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Leyde du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes