La Belgique: journal des réfugiés

133 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 11 Septembre. La Belgique: journal des réfugiés. Accès à 10 juillet 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/3x83j39q7q/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

ABONNEMENTS: 1 mort* "il. 1,23; 3 mois 8. «.60. „ fv - (Etr. 76 ets. par^mois en plus). ANI70NCE& f 1» Itpne SO cent». (Pour Contrats ï a'.ic!raàs«r il l'Adraini&tiation) £ Ailicsser TOUTE la coirespon- | '4Ûauc«j k -La Belgique", Nooideinds- tj |ploi . tfâx-'KK. LA BELGIQUE Directeurs : 5 0. LANDOY et J. WAPPER8. ' tEIDEN Administration ot Bédactlon . Noordeindeplein—Téléphone Ho. 175 % nOTTEEDAlI, Stel.;cr, 10b - Tél. 706S. -Adresser toute- Ja correspondance $ a LEIDEN. tes manuscrits non (nsérfe o* sont pas rendus. WJi—M La Suède démasquée Un nouveau coup de Stockholm. - Allemands et pro-allenrianîSs. ■ Curieux travail de Sa diplomatie suédoise. ( , Au service de l'allemagne <v WASHINGTON, 8 septembre (Reuter). li résulte de documenta officiels publiés par, le Ministère des Affaires étrangères que la. légation de Suéde en Argoiit.no s est prêtée à servir de lien secret entie^ le chargé d'affaires allemand, à Buenos-Aires ©4 le Ministère des Affaires étrangères à Berlin. , i La dite ICgatlon îouxn.ss.ut il s renseignements à l'allemagne au sujet de la sortie des na,vires, leur direction de marche et les destinations, le tout pour favoriser l'action des sous-marins. Les révélations de M. Lansing WASHINGTON, 8 septembre (Reuter). M. Lansing a publié sans aucun- commentaire la traduction des télégrammes chiffrés allemands transmis par la légation de Suède. Des copies de son information ont été remises, en même tempa quelle était publiée, à l'ambassade de la République Argentine et la légation de Suède à Washington. . » On assure que le but de3 Etats-Unis en .publiant ces télégrammes est de montrer eu premier lieu de quelle natâre sont en réalité les relations liant, la Suède à l'allemagne, et en second lieu de faire comprendre à l'Argentine, où l'influence allemande est plus forte que dans aucun autre état ida l'Amérique du Sud, de quelle manière ■l'agent diplomatique allemand a fourni des /renseignements, dan3 la capitale argentine, pour la destruction des navires argontins et comment il a renseigné son gouvernement au cours des négociations do ce dernier avec l'Argentine. A peu de chose près l'Amérique latine tout entière, sauf l'Argentine, s'est jointe aux Etats-Unis dans leur lutte contre l'autocratie allemande. L'impression eu Angleterre. LONDRES, 9 septembre (Reuter). Les révélations de Lansing ont produit, une profonde impression en Angleterre. Il .est évident que le Ministère des Affaires .étrangères de Stockholm a servi de bureau télégraphique au gouvernement allemand et qu'il a transmis régulièrement et continuellement pendant ces trois dernières années des télégrammes chiffrés allemands bous le couvert de télégrammes d'état suédois. i Des télégrammes chiffrés, signés par le ministre suédois des Affaires étrangères et adressés aux légations suédoises de cet-tains pays neutres, ont été remis par la légation de Suède de ce3 pay3 à la légation d'allemagne. En réalité ces télégrammes étaient rédigés en langue de codes allemands. Les ambassadeurs d'allemagne se sont trouvés dans différents pays neutres en libres relations télégraphiques avec Berlin, en adressant leurs télégrammes chiffrés A l'ambassadeur de Suède qui les signait et les transmettait comme télé-., grammes d'état suédois directement au Mi-inistère des affaires étrangères à Stockholm d'où on "les transmettait à Berlin. Pour ce qui regarde le continent américain la plupart des dépêches ont été, semble-t-il, adressées à la légation de Suède à Buenos-Aires. La légation d'allemagne en cette ville' les déchiffrait et les transmettait alors aux ambassadeurs allemands dans d'autres pays. Un précédent en 1915 LONDRES, 9 septembre. (Reuter). Au printemps de 1915 le gouvernement anglais ï attiré l'attention du gouvernement suédois iSur, les pratiques en question (transmission ides dépêches allemandes) lui donnant à entendre qu'à moins que des assurances formelles ne soient données pour mettre fin à c-et état de choses il serait pris des mesures restrictives au sujet de la transmission de télégrammes chiffrés suédois pour autant 'du moins qu'il soit fait usage en l'espèce des cables télégraphiques anglais. La 11 mai 1915, par ordre de Sir Edward Grey, Sir Eyre A, Crowe s'était entretenu dans ce sens avec l'ambassadeur d'allemagne. Après un certain délai et après avoir été rappelée une fois encore à l'importance de cette question l'ambassadeur de Suède donna, au nom de son gouvernement, l'assurance formelle que l'on ne laisserait plus passer par les routes officielles -suédoises des télégrammes chiffrés de pareille nature. ' Des assurances identiques données à Stockholm. Le-2 juillet 1915 l'ambassadeur d'Angleterre annonça que le gouvernement suédois avait promis de ne plus expédier de télégrammes pour le compta du Ministère allemand des Affaires étrangères, ni d'en recevoir.Le 10 août 1915 il attira encore une fois l'attention du ministre suédois des Aiûtires étrangères sur cette question. Ce dernier reconnut que l'on pouvait avoir eu à certain moment des raisons de so plaindre, mais il ajouta: „Depuis des mois il'ne s'est rien produit de ce genre et cela ne se produira plus à l'avenir." Il convient de signaler que la découverte A le déchiflrage de la'séHe'dés télégrammes qui viennent d'être .publiés sont dûs à j ' ♦ l'incomparable service des recherches américain. C'est ainsi que le nouvel ennemi que le gouvernement allemand affectait de mépriser dès l'abord vient de révéler — pour ses débuts — une manière d'agir qui constitua l'accusation la plus écrasante contre la gouvernement allemand et contre le gouvernement neutre que l'on peut considérer, pour n'être pas trop dur, comme étant la victime du premier. Le contenu des dépêches publiées ne pourra qu'apprendre aux gouvernement neutres en général quSlle confiance ils peuvent avoir dans les promesses et dans les concessions de l'allemagne. Par l'assassinat Ont voit comment le représentant allemand à Buenos Aires, qui jouissait de l'hospitalité de la République Argentine, préconisait ouvertement l'assassinat des sujets Argentins en pleine mer, aîin que le torpillage des navires argentins par les' sous-marins allemands ne laisse aucune trace; car si ces crimes étaient connus en Argentine ils feraient de ce pays un ennemi de l'allemagne. Telle est la politique qui fut mise en pratique continuellement contre d'autres neutres et notamment contre la Norwège. Tout pays neutre qui songe à négocier avec l'allemagne pourra comparer la promesse allemande de respecter d'allemagne il Buenos-Aires qui engage à torpiller les petits navires sans en laisser subsister aucune trace en vies humaines, ni autrement. Réd.) Un autre point important est l'assurance que le gouvernement argentin avait donnée -vraisemblablement de ne plus autoriser à l'avenir le départ de navire qu'à -destination de Las Palmas seulement. En d'autres termes, la prétendue garantie de sécurité assurée aux navires, argentins et qui était sensément due à la magnimité allemande, n'était qu'une faroe. En réalité cette garantie n'a pas été obtenue du fait que l'allemagne aurait rgnoncé à torpiller des navires argentins dans la zone de guerre, mais par le fait seulement que le gouvernement argentin consentit à ne laisser passer aucun navire par cette zone. Il sera h.','-?; ait. do saroîr '? Z"? l'opinion dans La République Argentine dira en apprenant la nature réelle de la prétendue «victoire diplomatique" que le gouvernement argentin prétendait avoir remportée. Une opinion anglaise LONDRES, 9 septembre. (Reuter). L'„Ob-server" dit dans un article de tête; La nouvelle parvenue de Washington ot prouvant la complicité de la Suéde dans la guerre sous-marine est d'une gravité extrême. L'on ne peut encore prononcé de jugement définitif sur la question avant d'avoir attentivement étudié les documents officiels, y compris le télégramme compromettant lui-même.Si la participation de îa Suède à cette ignoble façon de faire la guerre n'a pas été voulue, mais n'a ,éfcé que la conséquence inévitable de ses constantes concessions à la pression allemande, oe pays n'en est pas moins dans une très vilaine position,' qui entraîne pour, lui les plus graves conséquences. L'influence sur les élections suédoises COPENHAGUE, 9 septembre. L'es révélations sur la conduite de l'ambassade suédoise de Buenos-Ayres et du ministère des Affaires, étrangères de Suède ont une profonde répercussion sur les élections qui ont précisément lieu dans tout le pays. En certains points, les partis de droits ont réculé, de 22 p.c. sur cette nouvelle. | La Situation ; ( A l'ouest Lors de la forte poussée du 21 août, les Français avaient avancé leur ligne, au nord de Verdun, jusqu'à la lisière de Beaumont, englobant les bois des Fosse3 et de Cauriè-res. Entre ces dieux bois et au nord, se trouve le bois de Chamme: c'est de ce bois que les troupes françaises viennent de s'emparer. Leur ligne s'étend à présent en ligne droite, de l'ouest à l'est, depuis la lisière do Beaumont jusqu'à la lisière d'Ornes. Ces deux villages sont donc directement menacés.Aussi, les allemands ont-ils contre-atta-qué avec une fureur exceptionnelle. Dans leur communiqué, après avoir- déclaré que les Français s'étaient même engagés dans le village d.'Ornes, ils déclarent qu'il ne reste plus que quelques détachements fran-an nonce la conquête du bois de Chaume C'est là un mensonge évident, puisque le communiqué de 11 heures du 8 septembre annonce la conquête du bois de Chaumeu dans son entier, que le communiqué de 3 heures du 9 signale le maintien de toutes les positions françaises contre une série de violentes contre-attaques et que le communiqué de 11 heures du 9 — le dernier en date — signale quatre nouvelles contre-attaques allemandes repoussées successivement au nord du bois de Chaume. Le bois, est donc intégralement .demeuré aux mains des Français. Lee partes allemandes ont dû être très sérieuses a/u cours de ces contrs-attaques. Ces pertes, autant qu'on peut en juger par les listes officielles de l'ennomi, atteignent des proportions vraiment effrayantes. Pour le mois de juin, l'allemagne a avoué 27,835 tués, 70,128 blessés et 29,873 disparus, chiffres bien inférieurs encore à la réalité. Le total des pertes avouées par le commandement allemand depuis le début des hostilités jusqu'a/u 31 juillet' 1917 est de 1,158,001 tués, 2,922,320 blessés et 710,454 disparus, ce qui donne un total de pertes de 4,791,375 hommes. D'autre part, les pertes d'officiers, toujours d'après les publications officielles allemandes, Sonl jusqu'au 31 juillet, de 34,451 tués, 66,223 blessés, 7,654 disparus et 4,624 prisonniers, soit au total 112,952 officiers. Dans ces listes, les jeunes classes sont représentées par les chiffres suivants : Classe 1917: 15,982 (12,5 p. c.) ; Classe 1918: 6,056 (4,7 p. c.) ; Classé 1919 ; 145. Il n'y a pas de raison de croire que cette classe ait été, oes dernières semaines, plus ménagée que précédemment. Si le pourcentage des pertes est moindre, ;il semble que l'on soit fondé à en chercher la causo dans ce fait, que oette classe a été fort éprouvée depuis plusieurs mois, et que les effectifs disponibles commencent à être très réduits. La moyenne des pertes de la classe 1898 s'est au contraire sensiblement élevée, puisqu'elle est passée de 2,4 p. c. (mois de juin) à 4,7 p. c. (mois de juillet). Il arrive même que, dans certaines listes de la fin de juillet (surtout dans les listes wurtembergeoises), le total des pertes de la classe 98 est supérieur à celui de toute autre classe. C'est là une preuve, que les hommes de cette classe sont de ;• 1 us en plus fréquemment 'êigagés. sur les divers fronts; c'est peut-être aussi un indice que les éléments li lus vigou- «.oûji. ùôo j ëU.U'ôô ClÛ6bt?o ouvi'oriti." - "pOUl ulltl bonne part dans la constitution des troupes d'assaut, .si souvent mises en ligne dans les actions récentes et qui ont subi de si lourdes pertes. : " ' t En Italie Les Italiens semblent avoir avancé toutes leurs pièces d'artillerie, car les nouvelles lignes autrichiennes sont prises sous un feu intense depuis deux jours. De nouvelles attaques ne sauraient tarder à se déclancher. Les autrichiens parleront alors de la ,,12e bataille de' l'Isonzo" croyant ainsi justifier un nouveau recul. A l'est 'Après une retraite extrêmement rapide, les Russes semblent-se consolider, tout aussi rapidement, sur une ligne qui s'étend à l'ouest de Wenden et rejoint ainsi les positions qui n'ont pas été atteintes. En effet, les derniers communiqués aHe-mands ne signalent plus aucun progrès, ils signalent, au contraire, des combats avec ,,les troupes de couverture" de l'ennemi, qui ont été repoussées vèrs les „nouvelles positions" des Russes. Si les allemands renoncent à tirer parti du désarroi russe dans cette région, ce serait une preuve extrêmement grave de leur épuisement. G. L. lEn. JBVance Communiqué de 3 heures du 8 Le communiqué de 3 heures signale quelques opérations de détail ainsi qu'une lutte d'artillerie très violente sur les deux rives de la Meuse. Communiqué de 11 heure» du 8 PARIS, 8 Septembre. Communiqué officiel de 11 heures: Sur la rive droite de la Meuse, les Français ont attaqué les lignes ennemies, oe matin sur un front de 2'/2 kilomètres dans le secteur des bois de Fosses et de Carrières. Les opérations nous ont assuré un succès complet, en dépit de la résistance désespérée de l'ennemi. Nous avons étendu nos positions au nord du bois des Fosses, nous avons conquis le bois des Chaumes dans sa totalité et nous nous sommes emparés de la ligne, à l'ouest du bois, qui domine le bois do Cau-rières.Au cours de ces opérations, nous avons fait 500 prisonniers. Communiqué da 3 heirM PARIS, 9 septembre. Communiqué officiel de 3 heures: Pctadant la nuit, les troupes françaises ont entrepris plusieurs attaques brusquées sur les lignes allemandes, surtout près de la Ferme de La Royère et de Reims et dans la région de Maisou-de-Champagne. Nos troupes ont ramené des prisonniers. Sur la rive droite da la Meuse, les allemands ont entrepris une série de furieuses contre-attaques sur les positions que nous avons conquises la veille dans le secteur des bois de Fosses et de Caurières. Les efforts des allemands échouèrent sous notre front, des combats acharnés ont été livrés. Les Français ont offert une résistance énergique et sont finalement parvenus à conserver intégralement toutes leurs positions. Le 8 septembre, nous avons fait 800 prisonniers. Les troupes avancées dans le bois des Fosses évaluent le nombre de cadavres allemands, devant les lignes françaises, à plus d'un millier. Sur la rive gauche de la Meuse, on signale de -violents duels d'artillerie. L'infanterie n'est pas entrée en action. Communiqua de IL heures PARIS, 9 septembre. Communiqué officiel de'11 heures: Ce matin, les allemands ont attaqué sur un front de 3 kilomètres des deux côtés -de la cote 34 4. Les attaques ont été brisées par notre feu. Quelques rares détachements parvinrent à atteindre nos lignes à l'est et à l'ouest, de la côte 344. Us ont été immédiatement r©jetés. Dans l'après-midi, les' allemands ont renouvelé leurs attaqués sur nos nouvelles positions au nord du jbois des Chaumes. Quatre attaques ont été successivement repoussées. , Communiqué anglais du 8 Les communiqués anglais du 8 signalent des raids réussis sur le front d'Ypres, près de St Julieu et un fort bombardement allemand vers Lanêemarck. Communiqué anglais du matin LONDRES, 9 septembre. Communiqué du Quartier Général Anglais en France: Ce matin, nos troupes occupant les lignes à l'est de Villeret et au nord-est d'Hargi-court se sont portées à l'attaque et ont pénétré dans les lignes ennemies sur un front de plusieurs centaines do mètres. Nous avons fait de nombreux prisonniers. ■Au cours de la nuit, nous avons entrepris des raids réussis près de Gavrelle et à l'est de Vermelles, d'où nous avons ramené des prisonniers.Cette nuit, l'artillerie ennemie a été active près de Westhoek. Au nord-est d'Ypres, nous avons fait 13 prisonniers. Communiqué ennemi Le communiqué allemand du 9 (soir) constate que près d'Ypres et sur la rive droite de la Meuse, l'artillerie est très active. Commentaire Haras PARIS, 9 septembre. (Havas) Après un bombardement de 24 heures, qui avait tout détruit devant les lignes françaises, nos troupes ont de nouveau remporté un brillant succès devant Verdun, où elles ont considérablement étendu leurs positions dans le blois des Fosses et le bois de Caurières. Nous approchons à présent de la route Beaumont-Ornes. En dépit d!e la résistance acharnée de l'ennemi, nous nous sommes emparés des positions qui dominent le village d'Ornes; les formidables ouvrages fortifiés de cette région n'ont pu arrêter notre marche en avant. Dès oe moment, le village de Beaumont test menacé, a.msi que Jumelles, Ornes et Jatneux. Les Français approchent également de la côte 351. Le travail de déblaiement avance rapidement et le nombre de prisonniers na cesse encore de croître. En 3E£uL®!Ssi© Communiqué officiel du 8 PETROGRAD, 8 septembre. Communiqué du grand Etat-Major général: Dans la région de Riga, la situation ne s'est pas modifiée. Les avant-gardes ennemies, appuyées par de l'artillerie, reconnaissent nos lignes. Dans la région de Jacobstadt, les avions allemands ont été très actifs. Ils ont jeté des bombes sur la ville, tuant un médecin et blessant une soeur de charité et un étudiant en médecine. Dans le canal d'Orghin, nos avions ont jeté des bombes sur Telckliany sur l'état-major général d'un régiment allemand. Les bombes ont atteint leur but. A la Baltique, le 7, vingt-trois hydravions ennemis ont bombardé Tserel, Arensberg et Kuivasi. Dans le golfe de Riga, 5 hydravions ont' vainement attaqué nos torpilleurs. Nos hydravions ont abattu un appareil allemand qui est tombé en flammes près d'Aren-burg.Nos bateaux patrouilleurs signalent un sous-marin dans le golfe. D'autres navires allemands ressemblant à des pose-mines sont signalés près d'Irben. Canonnés par nos garde-côtes, ils ont pris la fuite, • Le Kaiser à Dunamunde Le Kaiser s'est rendu da Riga à Diina-miindo (Oest-Dwinsk) où il a harangué les troupes qui se sont emparées de la position. Il a constaté, dit la dépêche Wolff, que lé quai et le port avaient été gravement endommagés par les Russes. , , , Communiqués eatieais Le communiqué allemand du 8 dit qu'entre la Baltique et Dwinsk, la cavalerie allemande à lViest de Wenden, près de Bending, Nitau et' Neu Heidengoff, est en contact avec l'ennemi, qui se. fortifie hâtivement sur cette ligne. En plusieurs pointe, des détachements avancés des Russes ont été repoussés apr&tf un combat. (Il ne s'agit plus derrière-gardes", mais.de «détachement avancés" dovtint le gros des troupes russes, qui ee «fortifie hâtivement". Autant de symptômes do résistance. Réd.) Le communiqué allemand du 8 (soir) dit que, sur le front russe, la situation ne s'est pas modifiée. Le communiqué allemand du 9 dit: Entre la Baltique et la Duna, nos troupes avancées ont rejeté en plusieurs points le# troupes de couverture des Russes vers les nouvelles positions en préparation. Au sud du Pruth, violent tir de destruction et escarmouches entre patrouilles. Près du val d'Aïtoz, l'artillerie est plus active. Le communiqué allemand du 9 (soir) dit"? Rien à signaler, jusqu'à présent, sur 1«, front russe. DERNIERE HEURE Communiqué anglais du soir LONDRES, 9 septembre. Communiqué diu Quartier Général Anglais en France : Les troupes anglaises se sont emparées do 540 mètres de tranchées dans la région d'Hargicourt. Communiqué russe PETROGffiAJ), 9 septembre. — Cummu-niqué officiel russe: Dans la région de Riga, l'ennemi se concentre au nord de la Ehvina, se1 couvrant par de lq, oavalerie. A la route vers Pskof, combats d'avant-gardes près die Segewold. Notre oavalerie oombat la pression ennemie.Nos avions éelaireurs signalent une grande activité ennemie vers les gares de Jacobstadt et Dwinsk. Au sud do Racftautz, (Roumanie), l'ennemi, après une préparation d'artillerie, a attaqué nos positions, mais il a été repoussé par une contre-attaque. Nos avions ont jeté des bombes en divers points. PARIS Pillage méthodique LE HAVRE, 9 septembre, (Part.) De grands magasins bruxellois sont successivement vidés et liquidés. Dans .certaines de ces malsons l'autorité occupante fait appel au négociants allemands qui aux ench&res s'adjugent entre eux les marchandises. . Les allemands hommes et femmes achètent portes fermées à des prix fantaisistes. Les grands magasins de la bourse sont menacés d'un sort semblable. ROME Les relations franco-italiennes ROME, 10 septembre. (Part.) — Les journaux annoncent comme prochaine l'arrivée en France du roi d'Italie, qui viendrait rendre à M. Poincaré la visite que celui-ci lui a faite au front italien. La Guerre eu Afrique Les derniers efforts des allemands LONDRES, 9 septembre. Communiqué officiel anglais: Le 8 septembre, la résistance de l'ennemi près de Mpondas (à 53 milles au nord de Ma-lienge) a été complètement brisée. Nous avons occupé toutes ses positions. Nos troupes sont lancées à la poursuite de l'ennemi. Les Belges oi^t passé l'UIanga et marchent sur Mahenge, en débouchant du nord. Une troupe ennemie a été chassée do Mpepos (65 milles au nord-est de Mahenge) et de Ma-linge (18 milles au nord-est de Mpepos). Les allemands fuient vers le sud-est, poursuivis par nos troupes, qui débouchent de Rupenbe. Au sud un détachement ennemi a été chassé de Tondnru et s'est retiré sur Liwale. Dans le Nyassaland portugais, il n'y a plu* de troupes allemandes au sud de Rorrima. La guerre sous-marine Nouveaux exploits T LONDRES, 9 septembre. (Reuter). La' „Weekly Despatch" publie de nouvelles révélations sur les opérations criminelles d'uln; sous-marin. Récemment, un bateau de sauvetage a été remarqué dans l'océan Atlantique, entouré d'une bande dôv requins. Visiblement, le bateau avait été exposé à une canonnade'. Lorsque nous fûmes à portée du bateau; un spectable effroyable s'offrit à nos yeux; il ne s'y trouvait plus que des morceaux de chair humaine et des lambeaux d'étoffes. Les malheureux avaient sans doute été impitoyablement canonnés. Morts et blessés ont dû se trouver pêle-mêle à bord de l'embarcation, sans aucun espoir d'assistante. La! situation désespérée des naufragés est prouvée par la présence de biscuits intacts et de boîtes de conserves que Von n'a même paa essayé d'ouvrir. D'après les papiers trouvés parmi les lambeaux d'étoffes, le bateau voguait ainsi, à la dérive, depuis au moins trois mois. Pas de paix allemande La réponse anglaise à la note du Pape , WASHINGTON, 9 septembre (Reuter). La gouvernement britannique a communiqué aux Etats-Unis que la réponse du président Wil-|son à la note du Pape est, en fait, la même que la réponse de l'Angleterre, telle qu'elle a été exposée par lord CeciL ' Mardi3 11 Septembre 1917* 5 Cents 3m® Année No. 278

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre La Belgique: journal des réfugiés appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Leyde du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes