La Belgique: journal des réfugiés

167 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 12 Septembre. La Belgique: journal des réfugiés. Accès à 13 juillet 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/057cr5nz58/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

ABONNEMENTS: t ir.oit fl._iJ5; 3 mois E. S'.O. <Etr. 75 cts. par mois en plus). ÀiiKOKCES: la 'lf;no 30 cenLs. (Pour Contiats s'adresser à l'Administration) I Adresser TOUTE la corrospon-I tfanc* & .Là Rc)siquo",Nooideir.d5-1 ylciii, i.EIDEN, LA BELGIQUE Directeurs* a. LANDOY et J. WAFPEB& LEIDEK Administration et IîAdaetloa Noordoind?ploln-Téli5pl!one2fo;i75 ROTTERDAM, Btei»pr: 10b - TOI. 7085. Adresser toufco la correspondance à LEIDEtf. Les manuscrits non inserta s* sont pas rendus. La Suède que vantait le Kaiser!... a Le peuple suédois appronvera-t-Si ses gou^er-nanfe gormaneplhiles? - Opinions de la presse anglais®, américaine et française. -Que va faire TÂrgentisie? L'expectative américaine WASHINGTON, 10 septembre (Reut.r). Le Gouvernement américain attend d'avoir reçu quelque indication au sujet de la laçon dont le gouvernement suédois envisagé les révélations que l'on sait. Le ministère des affaires étrangères a fait comprendre clairement qu'il n'y a pas lieu de douter, de la bonne foi ni de l'honnêteté du peupla suédois même. On établit une distinction! formelle entre le gouvernement et le peuple de Suède. On s'attend à ce que le gouvernement argentin fera des démarches à l'effet d'obtenir une déclaration du gouvernement suédois. Le Département américain des Affaires étrangères serait surpris que le Ministère des Affaires étrangères d'Argentine ne contraigne point l'allemagne à rappeler Luxburg. La ministère des Affaires étrangère? dit que les Etats-Unis ne considèrent pas cette affaire comme un acte de guerre de !a Suède. „Spurlrs versenken!" LONDRES, 10 septembre. (Reuter.) Le conseil de Luxburg engageant sou gouvernement: à „SpitrIos versenken" (coulcr sans laisser trace aucune) les navires argentins, dit la «Westminster Gazette" est à ce point diabolique qu'il relègue à l'arrière plan le rôle que le gouvernement suédois y a joué de façon consciente ou inconsciente. Nous constatons que la guerre sous-marine aboutit logiquement à un comble qui permet au gouvernement allemand d'assassiner de plein sang froid tant les neutres que les belligérants* Nous espérons qu'il suffira au peuple suédois, qui en somme est loyal et amical par définition et qui d'ailleurs se trouve lui môme exposé aux crimes en question, de se rendre compte de ces faits pour s'entlammer d'indignation à leur sujet. M. Bernstorff et la Suède contre les Russes LONDRES, 10 septembre. Le „Daily Cliro-nicîor" apprend de New York: „Lo Providence Journal" dit que la découverte de la propagande organisée en Amérique du Sud par l'espionnage allemand est de même nature que celle que conduisait l'ambassadeur de Suède à Washington, un nommé Engerken. Le gouvernement possède des preuves^ de faits s'étendant sur une période do 18 mois, qui démontrent qu'Engerken était un docile instrument dans les mains de Bernstorff et qu'il faisait usage de ses prérogatives diplomatiques au profit de l'allemagne. Le Gou-noment possède aussi la preuve que Bernstorff, avait mis la main, par entremise de la Suède, dans la révolution russe et que le mouvement tout entier en Ukraine est conduit par Bernstorff sous l'oeil indulgent des autorités suédoises. La presse française PARIS, 11 septembre. — Toute la presse s'émeut des servions rendus par la diplomatie suédoise au gouvernement allemand en transmettant les télégrammes relatifs aux mouvements dies navires par son ambassadeur à Buenos-Aires. Us estiment que c'est là un acte formel de déloyauté de la part de la Suède. On espère généralement que les gouvernements de l'Entente feront preuve d'une grande énergie dans cette affaire et qu'ils exigeront des garanties prévenant le retour de pareils faits. Les journaux s'attendent a'ussi à une explosion d'indignation contre l'allemagne en Argentine ; ils croient que les révélations exerceront Une influence sur les élections actuelles en Suède où le peuple comprendra quels sont les dangers qu'entraine la germanophilie de certains membres de son gouvernement.La presse américaine NEW-YORK, 10 septembre. (Reuter.) — Le ,,World" dit dans un article de fond : Les droits et les intérêts de l'Argentine sont atteints directement. II appartient à ce pays de fixer sa propre conduite, mais indépendamment de oe qu'il fera, il peut entraîner d'autres peuples à faire la guerre à l'allemagne. Il ne saurait nier les preuves qui se trouvent actuellement entre nos mains, au sujet de l'entente secrète qui existait entre la Suède et l'allemagne. Il faïut que Stockholm rompe avec Berlin ou qu'une fin rapide soit mise à cette prétendue neutralité suédoise. Il est impossible cfue la Suède continue à jouer en Argentine son rôle de belligérant ,en échange d'un salaire qui lui vient de Berlin, et en se réclamait auprès des alliés de prérogatives , qui n'appartiennent qu'aux vrais neutres. Le ,,New-York Times" dit: „I1 est inutile de donner des explications quand il s'agit de l'honneur et de la bonne foi de l'allemagne, mais il nous faut des explications pour oe qui regarde la Suède et le jeu qu'elle joué dans la guerre actuelle. Nous savions sans doute que l'allemagne était capable de faire usage de l'inviolabilité sacrée de la correspondance diplomatique pour se procurer la date de départ des navires de commerce que doivent couler ses sous-marins. Mais noms ignorions que ces navires sans défiance étaient livrés à leur destin par le moyen de la correspondance diplomatique suédoise, soigneusement respectée par les Alliés. Nous le savons maintenant. Nous comprenons mieux aujourd'hui comment l'allemagne se renseignait mystérieusement au sujet de ce qui se passe d'ans les autres pays. L'opinion des cercles dirigeants anglais LONDRES, 10 septembre. (Reuter.) — L'agence Reuter apprend de scurce officieuse anglaise que les Alliés ne croient pas devoir entreprendre de démarches à propos des révélations concernant la Suède et que l'on n'envisage aucune action isolée ou commune sous ce rapport. Les faits sont suffisamment éloquents par eux-mêmes. Ceci n'est pas matière de controverse entre les alliés et le peuple suédois, mais bien une question d'activité personnelle de la part de certains personnages officiels et que le peuple suédois, on en a la ferme conviction, réprouvera et désavouera énergiquemenit. Il ne faut pas douter que la Suède ne saisisse la première occasion pour éclairer la situation et l'on espère que cela aura pour effet de purifier l'atmosphère et de provoquer une plus juste compréhension 3es choses. On sait fort bien qu'il existe en Suède un petit groupe militariste qui approuve des intrigues comme celles qui viennent d'être révélées, mais l'on croit fermement que l'iramense majorité du peuple suédois adopte le point de vue de l'humanité pres-qu'entière au sujet des criminelles et barbares pratiques de l'allemagne. Des dépêches de Buenos-Aires disent que les révélations ont causé une profonde émotion mais qu'en l'absence des ministres de Suède et d'allemagne il ne s'est rien produit. de regrettable. Des hommes d'Etat argentins très en vue estiment qu'il sera indispensable que le gouvernement prenne des décisions sérieuses. La presse anglaise IjONTKRES, xo septembre. (Reuter.) — L',,Evening Standard" écrit au sujet des révélations relatives à la Suède : „Au sujet de la violation de sa neutralité par la Suède, il faut souligner en premier lieu qu'il convient de distinguer entre le peuple de Suède et son gouvernement royal. H est possible que le peuple couvre son gouvernement à propos de sa conduite tout à fait inconvenante et traîtresse, mais les Alliés feront preuve de calme avant d'agir, quand ce serait aveo la dernière énergie, tant qu'il ne sera pas démontré que le peuple suédois tolère ou approuve les actes de son gouvernement. Il est évident que les Alliés ne peuvent faire la loi à la Suède en matière de politique intérieure, mais c'est leur droit et leur devoir de faire comprendre au peuple suédois que s'il reste en défaut de mettre ses affaires diplomatiques en ordre, toute la responsabilité en retomber» sur lui. » La Situation Sur les fronts Les allemands, au nord de Verdun, n'ont guère contre-attaqué pendant plus de 24 heures. Leur effort a été particulièrement violent, mais il a été d'autant plus bref. Nous yoici loin des hécatombes de l'an dernier qui se prolongeaient pendant des semaines et des mois. L'état-major du kron-prinz pe mesurait pas, à cette époque, les sacrifices qu'il imposait à ses troupes. Aujourd'hui, les temps ont changé: les réserves étant „rationnées", tout comme le3 vivres, il faut bien limiter la violence des efforts que l'on entreprend sur le front. Tout nous porte à croire, en effet que l'allemagne .en est arrivée à un stade qui n'est pas encore l'épuisement, mais qui n'en est pais moins fort critique, puisqu'il empêche Hindenburg de passer à l'exécution dé ses plans. Sur tous les fronts, nous constatons l'effet du f,rationnement" des réserves: _En Roumanie, l'effort de Mackensen est brisé pat les Roumaina, alors que, tarés certainement le vainqueur de la Serbie et de Bucarest, s'étant spécialisé dans l'écrasement des petits pays, avait conçu de vastes projets. Au nord, après la prise de Riga, les allemands ne tirent aucun profit de leur avance. Ils insistent, au contraire, sur la hâte que les Russes mettent à organiser leur défense, et le Kaiser retourne a Potsdam, Sans attendre d'autres conquêtes. Sur le front de Macédoine, les troupes allemandes sont m faibles qu'elles reculent au premier assaut des Alliés. Au front italien, l'aide prêtée par les allemands aux autrichiens parait bien illusoire.Enfin, au jfront occidental, les contre-attaques allemandes, tout en conservant une réelle violence, 0e font de plus en plus brèves. Si l'allemagne avïalt eu assez d'homme^ Mackensen — ayant devant lui la petite armée roumaine et des Russes équivoques —• (aurait reçu assez de renforts pour perceir Jusqu'à Odessa; pu le prince de Bavière aurait exigé jine armée pour atteindre Pe-trograd; ou le front de Macédoine ne serait pas à ce point dégarni; ou les autrichiens auraient été plus efficacement appuyés après leur dernière défaite; ou enfin nous assisterions, devant Verdun, à des combats aussi longs et aussi acharnés que l'an dernier. Et si l'allemagne ne dispose plus, dès à' présent, des armées dont elle aurait besoin pour mener la guerre avec quelque chance de succès, quelles troupes opposera-t-elle bientôt aux armées, fraîchement entraînées et .équipées, des Etats-Unis? Pas de pais allemande Lai commission libre du Reichstag a clos ses pourparlers au sujet de la réponse de l'allemagne à la note du pape. Le commu-' niquê officieux qui nous apporte cette nouvelle nia précise pas davantage. Il ne dit pas si le texte de la réponse allemande 1 est dès à présent arrêté. Il ne dit même pas si les membres de la commission sont parvenus à se mettre d'accord sur la nature de cette réponse. Or, ce communiqué était attendu aveo anxiété par toute l'allemagne qui comptait 'en voir sortir une proposition de paix. Si donc la dépêche ne dit pas expressément que l'accord est conclu entre les divers membres de la commission, c'est que chacun a' conservé sai manière de voir et que les pourparlers de cette ..commission libre" ne pont qu'une vaine comédie, à ajouter à toutes celles que les gouvernants de l'allemagne ne cessent de jouer à leur peuple. Le texte de la réponse n'ayant pas été rédigé par la commission libre, il le sera par le Kaiser et par son chancelier, comme à l'ordinaire. Si elle contient, «insi que nous la croyons, les propcacionb ia paU. allemande, nous pouvons nous attendra, d'ici peu, à jme lecture réjouissante. Est-ce pour jeter les base3 de 09tte réponse que von Kuhlmann expédie, dana différentes directions, des circulaires de haute fantaisie sur une paix assurant la" restauration de la Belgique... aux frais de l'Angleterre et r„indépendance" de l'Al-sace-Lorraine, sous la haute protection du Kaiser? On ne sait. Mais ces tentatives nous permettent de juger de la valeur du morceau; ' que nous aurons bientôt l'occasion de lire... G. Ii Kn France de 3 henrea PARIS, 10 septembre. Communiqué officiel de 8 heures: En Champagne et' en Argonne des coups de main heureux sur les tranchées allemandes permirent aux Français de ramener du matériel et des prisonniers. Sur les doux rives de la Meuse la lutte d'artillerie se poursuivit toute la nuit avec violence. Les Français complétèrent leurs succès du huit dans le secteur du bois des Fosses et du bois des Caurières, réduisirent des nids de résistance et firent de nouveaux prisonniers. Les Allemands ne renouvelèrent pas leurs tentatives dans cette région. Les nouveaux renseignements confirment l'importance de l'échec qu'ils ont subi dans la journée d'hier. Leurs contre-attaques se succédèrent avec acharnement en dépit de pertes extrêmement lourdes que leur infligeaient les ferux français. Sur plusieurs points les troupes françaises repoussèrent jusqu'à cinq assauts successifs et anéantirent en partie les unités allemandes montant à l'attaque. La irait a été calme partout ailleurs. Csamnaiqai «le 11 keirti PARIS, 10 septembre. Communiqué officiel de U heures: Sur la rive droite de la Meuse, on signale de violents combats d'artillerie. Guynemer a abattu son 50e avion ennemi. Gitaaiaoiqai anglais da witla LONDRES, 10 septembre. Communiqué du Quartier Général Anglais en France: Nous avons consolidé toutes les positions que noue avons prises hier et nous avons repoussé plusieurs raids ennemis. !Au cours d'une reconnaissance de nuit, £ proximité de Lagnicourt, nous avons fait plusieurs prisonniers. Pendant la nuit, des combats loca/ux ont eu lieu au sud-eat de St Julien, qui nous ont" permis de faire de nombreux prisonniers. An sud-est de St Jaushoek, l'ennemi a entrepris une attaque brusquée sur nos postes avancés. Nous avons aussitôt rétabli nos postes, mais il nous manque quelques hommes. A l'est d'Ypres, pendant la journée, l'artillerie a été active de part et d'autre. Le 9 septembre, le brouillard a sérieusement entravé los reconnaissances d'nvions. L'artillerie a coopéré autant que possible avec pos services aériens. De nombreuses bombes ont été lancées de jour et de nuit sur des pares d'aviation ennemis. Nous avons abattu 3 avions allemands et nous avons perdu 5 appareils. Communiqué anglaia dm «sir LONDRES, 10 septembre. Communiqué du Quartier Général Anglais en France: Au cours de la nuit, nous avons réussi à ^consolider les positions que nous avons conquises hier au sud-est d'Hargicourt, en dépit de quelques combats à la grenade livrés sur notre nouveau front. A l'est de Loos, un détachement d'assaut de l'ennemi a été repoussé. D'autres détachements d'assaut ont tenté trois raids sur nos postes à l'est d'Armentières, mais ont été repousses avec succès. Dans chaque cas, nous avons fait quelques prisonniers. Pendant la nuit on a signalé des combats de patrouille au nord-est de Monchy-le-Preux et au nord de Langemarck. Commentaire E3ava» PARIS, 10 septembre. (Havas). La dernière journée, le commandement allemand! s'est rendu compte de l'échec qu'il a subi devant Verdun au cours des efforts tenté3 la veille pour (reprendre les positions qu'il a perdues. . La bataille engagée par les allemands après un bombardement préparatoire d'une exceptionnelle violence s'est terminée par le maintien intégral des positions françaises. Les allemands ont été 'repoussés avec die lourdes pertes vers leurs tranchées de départ. Neuf cents prisonniers et un millier de cadavres allemands donnent une idée de la gravité de ces combats. Jffill JE&ULSSUML© lies Basses se fortifient Un kommentaire iWolff du 10 dit que», sur le front à l'est de Riga> les Russes se fortifient fiévreusement et s'efforcent en hâte de rétablir leurs communications avec l'arrière. La nouvelle ligne russe LONDRES, 10 septembre. — On télégraphie de Petrograd au „Daily Telegraph": L'aile droite des Russes se trouve à l'embouchure de l'Aa, le centre est devant Sfige-woildl à 32 miles au nord-est de Riga (51 kilomètres) et l'aile gaucho ao trouva à Fris- drichstadt. La ligne n'est pas très bonne, mais on compte que l'on pourra y appliquer avec succès une stratégie défensi ve si les troupes, ainsi que cela semble se réaliser, parviennent, dans une certaine mesure, à retrouver leur valeur combattive. Il n'espère pas entrer à Dwinsk BERLIN, 10 septembre (Wolff). — Le Kaiser a terminé son voyage sur le front oriental et il est rentré à Potsdam. Communiqués «ntieatis Le communiqué allemand du 10 dit: Entre le golfe de Riga et la Dana, dans la région des forêts et des marais, pn signale des combats entre éclai-reurs, qui se sont terminés à notre avantage. Le communiqué autrichien du 10 dit que la situation sur le front russe ne s'est pas modifiée. En Roumanie Communiqués ennemis Le communiqué allemand du 10 dit: ïjes Russes et les Roumains ont attaqué à' plusieurs reprises et avec des forces considérable s les positions entre le Trotus et l'Oitos. L'ennemi a été repoussé partout avec pertes. Le communiqué autrichien du 10 dit: Dans la région d'Okna, les Russes et les Roumains ont renouvelé leurs assauts. Au prix de lourdes pertes, ils ont été repoussés partout. DANS LES BALKANS Avance française BERLIN, 10 septembre. Communiqué officiel:Sous la pression, de troupes françaises supérieures en nombre, nos troupes se sont retirées vers les hauteurs au sud-ouest du lac d'Ochrida. VIENNE, 10 septembre. Communiqué officiel:An nord et & l'ouest du lac de Malik, des forces ennemies supérieures en nombre, composées de Russes et de troupes françaises et Coloniales, ont repoussé nos postes vers nos positions principales. Au sud de Berat, on signale également de violentes rencontres entre troupes d'éclai-reurs.En Italie Communiqué officiel ROME, Î0 septembre. Communiqué 'du général Cadoma: Sur le front du Trentin des détachements d'écîaireurs adversaires furent mis en fuite par nos postes avancés sur la "cime du Cady (Tonale), dans la région de Znrez (à l'est de Garda) et le col de Dilana. En Carnie une attaque sur nos positions du mont de Granada et le col de Tarond échoua complètement, bien qu'effectuée en force et soigneusement préparée par un feu d'artillerie. Au nord-est de Gorizia notre pression continue. Trois tentatives de l'adversaire, appuyé par des contre-attaques d'infanterie, furent aussitôt réprimées. Dans la zone du sud du plateau Carsiqua l'activité fut trè3 grande hier. Nos avions battirent les batteries adversaires dans la forêt de Ternova; l'ennemi opposa iin très vif feu anti-aérien. Le groupement énorme du butin fait depuis le début de la bataille n'est pas encore terminé. Nous avons dénombré jusqu'ici 145 canons, dont environ 80 de moyen et de gros calibre, 94 lance-bombes, 322 mitrailleuse^ 1119 fusils et beaucoup de ces armes sont déjà tournées vers l'ennemi. Commusiiqùé ennemi Le communiqué autrichien du 10 dit: A l'Isonzo, la journée s'est passée san» grands combats. Près de Bezzecco, une opération d'une de nos troupes d'assaut nous a livré 50 prisonniers et 2 mitrailleuses. DERNIERE HEURE Il faut que la Suède précise NEW-YORK, 11 septembre. (Reuter.) L'„Evcning Post" dit: Ces révélations doivent exercer leur influnece sur nos relations avec la Suède. Est-elle ou n'est-elle pas alliéo à l'allemagne? Si elle a manqué à ses devoir de neutre sur un certain point n'y manqufTa-t-elle pas sur d'autres? Ce sont là des questions graves et que le gouvernement suédois se devrait de résondre très promptement. Des mesures énergiques LONDRES, 11 septembre. (Reuter.) Le correspondant du „Daily Mail" à New-York manda lo 10: Les légations suédoises de Washington et do Buenos Aires lancent en ce moment des déclarations et des démentis, mais après les révélations produites par Lansing, ils n'obtiennent nulle créance. On demande unanimement que la Suède se voit supprimer par la reste de la guerre le bénéfice de l'immunité diplomatique.L'indignation en Argentine. BUENOS AYRES, 10 septembre. (Reuter.) Un comité patriotique organise dos meetings de protestation contre l'attitude de la Sifôde. Le comte Luxburg est à la campagne, mais on ne sait pas où. Le passage du télégramme de Luxburg disant que l'Argentine aurait promis que les na-viras argentins ne dépasseraient pas Las Pal-mas est un mensonge. Le gouvernement n's accepté aucune proposition allemande au sujet de la circulation des navires argentins. Les chemins de fer hollandais LA HAYE, 11 septembre. (Part.) Par suite de l'arrêt soudain des importations de charbon provenant de l'allemagne, les diminutions dans la circulation des chemins de fer prévues pour le 24 devront être appliquées dès lo 18 courant. La situation LONDRES, 11 septembre. Reuter. — On télégraphie de Petrograde au „Daily Mail" que deux courants se dessinent en Russie. Le^ premier, formé par les intellectuels, appuie le gouvernement dans ses mesures pour rétablir la situation militaire et économique. Le second est formé par les c/avriers de la capitale qui veulent retourner dans leurs villages. Ils se plaignent du manque de nourriture. Les agents allemands sont en pleine activité et cherchent, à provoquer une panique, d>» ihuant des circulaires ou il est dit que) le ^fabriques sajuteront toutes à date fixe. Vers minuit des manifestations insignifiantes se sont produites près des fabriques de caoutchouc, mais la milice les a promptement réprimées. Un petit mouvement parmi les marins a causé, malheureusement, des morts et doa blessés. Paul Hymans, ministre de la Restauration nationale. LE HAVRE, 10 septembre. Paul Hymans, semble devoir être placé à la tête d'un ministère „de la Restauration nationale de la Belgique". Le poste d'ambassadeur à Londres sera occupé par le comte de Buisseret, ex-ambassadeur de Belgique à Petrograd. Les Russes aussi laissent Stockholm aux Boches COPENHAGUE, 10 septembre (Wolff). Le «National Tidende" apprend de Stockholm: Des journaux de Petrograd annoncent que le Comité du Conseil russe des Ouvriers et Soldats a> décidé de ne pas prendre part à la conférence de Stockholm attendu que ni l'Angleterre, ni la France ni aucun autre Ipays allié n'envoie des délégués à Stockholm.La reine se porte mal La santé de la reine Eléonore de Bulgarie s'est gravement altérée. Le Roi et les princes sont revenus du front. La famille royale bulgare est i Euxinograd (palais d'été du roi, au boni de la mer Noire, au nord de .Varna.), Sytersredl, 12 Septembre 1917. S Cents 3ma Asmêe No. 279

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre La Belgique: journal des réfugiés appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Leyde du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes