La Belgique: journal des réfugiés

364 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 07 Septembre. La Belgique: journal des réfugiés. Accès à 10 juillet 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/rn3028qd3p/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

ABONNEMENTS: l mois il. 1.2Ç; 3 mois II. #51 lEir. <ô cta. par mois on plus]. ANNONCES: la llsrne SO cents. (Pour ContTats s'adresset & l'Adrulnistialion) Adtesser TOUTE I» eorre=pnn-<*.'irioa a «La Bolglque".îîooi(iemd3* 1 loin. LEIDEN. LA BELGIQUE Directeurs : 0. tANDOY et i. wxipzaa. LEICEN Administration et RMaetloa Noordelndsplein—TéWphone JTo. 175 ! ROTTERDAM, SteigDr, 10b - m 7066. Adresser toute la correspondance 6. LEIDEN. Les manuscrits non InMNs a* sont pas rendus. — ■ Sur le Monte San Gabriele Les Italiens parviennent au sommet du rocher et font 20ÛÛ prisonniers. Coinmiiiiiqaé otliciel RÔME, 5 septembre. Communiqué du "gé-c?raî Cadcrna: Hi«r, an front Julien, la bataille a et» par moments acharnée. Sv.r la plateau de Bainsizza, nous avons remporté des succès. Nous nous sommes cm-jjfHvs d'une position importante à Test d'O-krosrj.A ; ::o;-,l-f-st do Gorizia, la bataille continue Au cours de la journée, itetis avons pris K><; ofïicie*# et 1.602 hommes, appartenant à u h grand nombre de régiments. Sur le Carso, après un furieux bombardement. l'ennemi a lancé de grandes masses d'infanterie contre nos positions de Costa-isiévica à la mer. Dans un secteur du nord e:itrc Costaniévica et Korito, une attaque a été repoussée après une lutte longtemps incertaine.- Au centre, entre Korito et Selo, trjapcs ont-courageusement repoussé sept attaques acharnées et' ont conservé toutes leurs p isitions. Au sud, entre la vallée de Krestovizza et la mer, l'ennemi est parvenu t..ut d'abord à progresser quelque peu entre i x côto 14(5, au nord-est de FJondar, et le tunnel au nord-est de Lokavec, où nous avons abandonné momentanément nos positions avancées. Dans l'après-midi, grâce h une vigoureuse et brève contre-attaque, notre ligne a été complètement rétablie et nous avo-.îs fait 40:5 prisonniers dont 14 officiers. Notre service d'aviation a coopéré, avec 261 appareils, tiux combats. Nos avions ont tiré sur les troupes ennemies et ont bombardé les positions derrière les lignes autrichiennes. Dans la nuit dli 4 au 5, une de nos escadres aériennes a de nouveau bombardé Pola avec un s'ifcss conr.tsté. E!!c et rentrée indemne. <i-ii q-v < tseiisi Le corn-in iniqu-J <»titrîcîi'crt du 5 dit: Le lC-o jeur do K lie bataille de l'Isonzo a vu une série do violents et sanglants combats. Ptîa de MnO-ni, nos troupes d'assaut se sont heurtées h «Va colonnes massives d'infan-U-r ; " ■ «niaient; elles ont été arrêtées. Quatre attaques oonsécutives furent ensuite également brisées. Depuis hier, le Monte san Gabriele est de nouveau lé centre des combats les plus acharnés. L'ennemi n'a pas cessé de se porter à l'assaut du sommet rocheux de la montagne, qui s'est trouvé plusieurs fois en sa possession,. mais qui, chaque fois, a été immédiatement repris par notre glorieuse infanterie. La bataille, livrée de part et d'autre avec un grand acharnement, se poursuit en ce moment avec la même vigueur. Près de Gorizia, les Italiens ont fait quelques vaines attaques près de Selo et de Me-deazza. Nous avons amélioré notre ligne. Sur tout le plateau du Carso, de violents combats ont été livrés. Toutes les attaques entreprises par l'ennemi ont été brisées (On sait que ce sont les autrichiens et non pas K>s Italiens qui se trouvaient hier à l'attaque, lïéd.). Nous avons fait 4000 prisonniers (les zéros n'ont jamais été à meilleur compte on Autriche. Eéd.) Depuis le début de la bataille, nous avons fait 15.000 prisonniers. Trieste a de nouveau été bombardé à deux reprises par les Italiens. 950 prisonniers LONDRES, 5 septembre (Router.) Bien qu'il ne nous soit pas oneoro parvenu des renseignements complets sur la pris.® du San Gabriele, on nous signale que 950 prisonniers, dont 32 officiers, ont été capturés. Grâoe à Ta conquête die oe mont les autrichiens no pourront plu3 bombarder désormais Gomia. 3!«e attaque sur Venise^ ROME, 5 septembre. (Stefani). L'ennemi a cru devoir répondre aux attaques réitérées entreprises par nos hydravions sur les installations militaires et industrielles du port de Irieste par une attaque sur Vienise. La nuit dernière plusieurs bombes ont été lancées de nouveau sur la ville; heureusement elles n'ont pas faiï de victimes ni occasionné de» dégâts. s'agace ! ^ « a*? i?* ? ■:< *5r«o cl® 3 foenres PARTS, 5 r Communiqué officiel de 'i fcçures: . Hier, dans la soirée, après un vif bombar-di-ment. les Allemands prononcèrent une attaque enr le plateau des Casemates. Arrêtés par ! ^ frv.i des Français les assaillants n'ont pu ab.irdaç les lignes françaises. Kii Ciiampagne les Français repoussèrent uri m demain allemand au nord du Casque. Lc-s Français réussirent un coup do main au nord-test du ïcton ej firent des prisonniers.S'-'ï" les deux rives de la ^îeuse la lutte d'artillerie continua avec violence pendant la finit. • Dans la Haute Alsace des rencontres de patrou'lles se produisirent dans le secteur de Soj»poin. Cette nuit des avions allemands bombardèrent de nouveau lec formations sanitaires françaises à l'arrière du front do Verdun. On signale des tués et des blessés. Bar-le-Duc reçut également *<5e nombreux projectiles qui firent quelques victimes 'dans la population civile. Dans la journée du 4 septembre cinq avions allemands furent abattus par des pilotes français. Cinq autres appareils allemands endommagés tombèrent dans leurs lignes. Un onzième avion allemand fut abattu par le feu des mitrailleuses françaises. En guise de représailles des bombardements effectués par les Allemands sur des formations sanitaires françaises deux avions fran-çais bombardèrent Trêves. La nuit dernière l'aviation française de bombardement effectua en outre de nombreuses expéditions sur les gares de Bouler» et de Pitagheiu, sur les terrains d'aviation de Gliistellos, sur les dépôts de munitions de Thourout, où un violent incendie se déclara, s ht tes casernes de Lahr, sur le terrain d'avia- j tion de, Schtenstaert et les usines d'Hagen-dange.Cs^oinEiiqaé «le 11 keareei l'ARIS, 5 septembre. Communiqué officiel de 11 heures: Deux attaques allemandes sur le plateau de Californie ont été repoussées. Des deux côtés de la Meuse, vive canonnade.Cominnniqaé anglais «la matin LONDRES, 5 septembre. Communiqué du Quartier Général Anglais en Franoe: Un détachement d'assaut ennemi fut repoussé près d'Armentières. lire attaque sur les positions portugaises fut tout aussi vaine. L'artillerie ennemie se montra aotive dans i;»s environs de Lens. . Cemuaniqaé anglais da aair LOInDRES, 5 septembre. Communiqué du Quartier Général Anglais en France: Cette, nuit, un fort détachement ennemi a tenté de pénétrer dans nos lignes à l'est de Klein Zillebeke. II a été chassé par notre feu avant d'avoir atteint no« positions. Sur le front d'Ypres l'activité réciproque de l'artillerie sa maintient. La nuit dernière, les aviateurs ennemis ont de nouveau jeté des bombes en divers pointa derrière nos lignes. Nous avons subi quelques pertes dane ta zone de nos hôpitaux. Les propriétés privées ont également été quelque peu endommagées. Il n'y a aucun dégât milli-taire. Un des avions assaillants a été touché par notre tir et détruit. Jour et nuit, nos avions ont continué & lancer des bombes. Hier, l'activité a été grande de part et d'autre dans les airs. Nos avions et nos bâtions d'observation n'ont cessé de coopérer toute la journée avec l'artillerie. En dépit des vigoureuses attaques de l'ennemi nos aviateurs ont établi hier le record «les photographies. Plusieurs de ces clichés eut été pris à une grande distance derrière les lignes allemandes.Bien que las avions ennemis ne paraissaient guère disposés à renoontrer les nôtres, fi ce | r 'est â une grande distance à l'fwt de leurs lignes, nous avons abattu 9 appareils allemands. En outre, 90(?) avions allemands ont été chassé» au sol avec des avaries. Nous avons perdu 7 appareils. (lomicnniqué eiineani dn aoir Le communiqué allemand du 5 (soir) dit: Canonnade en Flandres et devant Verdun. Notre attaque nocturne sur Londres a atteint son but (?) I ï&uumie Communiqué officiel PETROGRAD, 5 septembre. Cômmuaiqué du grand Etat-Major général: Dans la région de Biga, nos troupes, après avoir franchi la rivière Aa, poursuivent leur retraite le long de la côte du coude do Bigu vers le nord-est, dans la région de la graad'-route vers Pskoff et l'Aa L'ennemi, poursuivant son offensive, près d'Abrant et près sic la ferme de Hinzenberg, à 50 verates au nord-est de Biga, a atteint les passeges de l'Aa, N'ïs troupes .qui luttoiit fc l'est d> Biga se retirent, sous la pression de l'ennemi, vers Segenwold, Leinburg et Detz Choudrasd. On signale que les navires ennemis qui ont bombardé la côto dans le ooude de Biga le 3 septembre étaient des sous-marins. Vers Dwiusk on signale une violente canonnade.Vers Czernowitz, l'ennemi continue à attaquer dans la région do Slobodzia. Il a pria 2 hauteurs fortifiées, mais nos contre-attaques nous ont permis de rétablir la situation antérieure. Nous avons fait plus de 200 prisonniers.line information inexacte LONDRES, 5 septembre. (Router). Le bureau Rieuter apprend que l'on ignore tout dë la nouvelle suivant laqufiîfo des troupes japonaises auraient été appelées à soutenir lias armées russe». On peut déclarer qu'aucun soldat japonais n'a été embarqué pour la Mandchourie. pourquoi il convient de c àdérer ootfce nouvelle comme un ,,canard"! fei sant- part'e de la propagande allemande La Situation En Italie Les Italiens sont en train de- livrer des combats qui détournent fort heureusement notre attention du front russe Pour la première ïois, les autrichiens- n' .sent pas déclarer qu'ils ont „repou;sé t .itos les attaques" et que, bien qu'ils »3 rewreat, ils sont „victorieux sur tout le fron. ' Ils ne se hasardent pas davantage à dir que le Monte San Gabriele', où se livre la b raille, est snr lo point d'être „évacué corn erméme^t au plan". Non. cette fois nous r voyo-s rien de tout cela dans leur communiqué. Ils se contentent-de dire que la- journée de la llo bataille de l'Isonzo (pourquoi cette sotte arithmétique?) a vu une .:érie de combats sanglants et acharnés." Douo, s'ils se bornent à cette formule neutre, s'ils renoncent à se proclamer victorieux, c'est bien que les Italiens se sont montrés nettement supérieurs et que le Monte Ssn Gabriele -est perdu pour l'ennemi. Après la prise du Monte Sant>, c'est une très brillants victoire pour la vaillant? armée italienne. Rien n'est plus ingra. que la conquête de ces pics "arides et r cheux. - La conquête du Monte San Gabriele menace, très sérieusement les partions autrichiennes à l'est de Gorizia. !.. • M»nt> San Daniele (554 mètres) est nette «ent dominé par lo gan Gabriele (646 mèl<:ds)-et c'est bien pourquoi les deux adver -vins y at'a-chaient une si grande imporfe -ce. Les autrichiens ont. t'iut, V' -^nr garder cette hauteur. Ils ont été jusqu'à déa'aacher, avec l'aide des allemands, de paissante';, attaques do diversion depuis Costaniévica jusqu'à la mer, mais la journée s'est terminée do ce côté sans leur assurer le moindre succès. Ainsi, les Italiens poursuivent leur offensive aven une décision rare. S'il» arrivent à faire lâcher prise à l'ennemi à l'est de Gorizia, ils pourront reprendre avec une force redoublée leurs attaques au sud de la ville, sur lo Carso, par où il faut qu'ils atteignent la région de Trieste. A l'ouest Tandis que les raids semb'.enfc se multiplier en Champagne, I03 combat? d'artillerie se sont poursuivis avec une croissante intensité aux divers points quj nom avon3 énumérés hier. ! Le3 aviateurs français et anglais ont rivalisé d'activité et d'audace. On ne compte plus les raids de bombardement et ils élargissent sans cesse leur rayon, pour atteindre des villes allemandes c-t tous les pointa présentant quelqu'intérêt militaire derrière les lignes ennemies. Les allemands ont essayé de se venger en "bombardant Londres. On sait qu'ils ont l'habitude de répondre aux opérations militaires des Alliés en tuant des civils. Procédés fâcheux: à chaque fois, ils justifient les haines qui s'accumulent contre eux, et c'est tout. i A l'est Les Eusses subissent le3 conséquences do l'évacuation de Riga. Ils se s>nt retirés derrière l'Aa, à 30 kilomètres au nord-e3t de la ville, et ils n'en défendent point les passages. I>a retraite continue. On se demande où elle s'arrêtera. Tout dépend de la vigueur des mesures prises contre les fuyards et les traîtres, car les forces allemandes lancées vers le nord do Riga ne sauraient être très nombreuses. On se demande surtout si cette retraite n'entraînera pas la chute de Dwinsk (Dii-naburg) qui est une clé importante do la ligne russe. La perte de Dwinsk achèverait de compromettre tout le front nord jusque garanovitchi. [Venant après Riga, cette seconde perte serait plus' grave que lai première. Il faut espérer que les Russes lo comprendront. G. L. i P.$. — Un lecteur m'écrit: Dans votre article „Après Riga" voua parlea des exagérations allemandes. Je tiens à vous rappeler que, lor3 de la chute d'Anvers je passais le samedi suivant par Vil-vorde et les boches avaient affiché là, à CÔté de lai porte de l'Hôtel de Ville, l'avis suivant: „Antwerpen gerfaUen, 100,000 Ge-fângene!" Or, étant fussia trois ou quatre jours japrès à Morteel, à la porte d'un café, j'ai vu passer, les fameux ^gefàngiejwr. Il y en jasait 7 en tout, auxquete encore offert un verre de Mère * 'Alphonse SCKOONHOEEN j^ànvfcrafc La guerre en Afrique Communiqué belge LE HAVRE, 5 septembre. Communiqué officiel du Ministère des Colonies de Belgique: En Afrique Orientale, les forces ennemies, traquées par la marche convergente des troupes anglo-belges, se sont décidées à la retraite. Eiles se sont retirées sur la rive méridionale du Kilimbero. Le 24 août, les troupes du major Bataille ont attaqué un détachement ennemi, qui occupait un ouvrage défensif sur la Sanso. l'Ennemi à été rejeté vers le sud. Los alieman-ds on abandonné entre nos mains deux Européens tués, deux prisonniers Européens et 7 autres soldats. Nous avons pris une mitrailleuse. Nous avons en outre libéré six prisonniers anglais. Le 28' août, l'es- colonnes belges, descendant du nord, ainsi qu'une colonne anglaise et une colonne belge venues de l'ouest opéraient simultanément dans la direction de Fakara, sur la rive nord du Kilimbero. Communiqué anglais LONDRES, 5 septembre. (Reuter.) Un communiqué officiel au sujet des opérations dans l'Est Africain annonce: Dans la contrée de Lindi les patrouilles anglaises se montrent très actives. Elles détruisirent plusieurs dépôts de vivres. Le 21) août une colonne anglo-belge d'Irin-ga rejoignit près do Takiras, à 97 milles au sud-ouest de Kilossa, une colonne belge de Kilossa. Le 30 août une colonne de Loupenbe infligea de grosses pertes à une force allemande qui se replia sur Malisage. Trois Euro-pééns et 92 Askaris furent'tués ou faits prisonniers, tandis que plusieurs hommes qui réussirent à échapper, furent blessés. Dans lé sud, où les Anglais occupent solidement Toundeùrou, plus de 400 ennemis se rendirent. Bépêcîaes ài^©rs©s B>ans les ISalknitH Attaque aérienne sur Andrinople LONDRES, 5 septembre (Reuter ) — L'amirauté mande : Dans la nuit du 2 jvu 3 septembre des hydro-avioas anglais firent une attaque sur Andrinople. Des bombes furent lancées avec succès sur la gare et sur un pont. Snr mer Dos prisonniers échappés reeapturés LONDES, 5 septembre . .(Reuter.) — L'amirauté mande: L-ors d'une patrouille le 1 septembre, quelques-'unes de nos i.nités i marines de oombat capturèrent dans là Mer du Nord un petit bateau sur 'equel se trouvaient six prisonniers allemands qui s'étaient échappés de la Grande-Bret tgno. Mouvement des ports anglais LONDRES, *5 septembre (Part.) L'Amirauté communique: Durant la semaine écoulée 2384 navires sont entrns et 2432 sont sortis de nos ports. Vingt navire3 do plus do 1600 tonnes et 3 de moins ont été coulés, Neuf navires furent attaqués eans succès. Ko Grande-Bretagne Le mouvement ouvrier LONDRES, 5 septembre. (Router). Le congrès des associations professionmelies à Blackpool a adopté une motion décidant de réclamer immédiatement après la guerre l'introduction de la semaine de 48 heures de travail. En Extrême-Orient Un gouvernement provisoire à Canton — Il déclare la guerre h l'allemagne LONDRES, 5 septembre. (Reuter), Reuter apprend qu'à Canton un gouvernement provisoirei a été établi en attendant le vote de la Constitution. Le chef est Se-En-Yat-Sen. Il n'y a pas de désordres. On communique que le nouveau gouvernement de Canton a déclaré la guerre à l'Allemagne et à l'Autriche. En Allemagne La réponse à M. Wilson BERLIN, 6 septembre. (Woiff). La femme du kronprinz est mère d'une princesse. La mère et l'enfant so portent bien. (C'est lo sixième' enfant du kronprinz. Les 4 aînés sont des princes. Depuis la guerre, Je fils du Kaiser n a plus eu que des princesses.)C'arte austro-allemande de la paix Le „VQlksrecht", de Zurich, annonce qu'une nouvelle carte de l'Europe centrale vient d'être éditiée a Vienne. Cette carte a été imprimée suivant les indications du baron von Reohemberg. Elle comporte l'annexion à l'empire d'Allemagne de la Cour-lande et de la partie flamande de la Belgique. 1/Autriche, de son côté, s'annexe la Serbie occidentale, tout le Monténégro «t l'Albanie.Cheï Erupp Un ouvrier évadé des Usines Krupp ces jours derniers, a rapporté à noïre confrère „Les Nouvelles" que la vie des travailleurs y (est devenue intenable par suite du manque de nourriture. Les ouvriers ne reçoivent plus q-Ue l.V? kg. de pain, 2'/2 kg. de pommes de terre et 62 grammes do margarine pafc semaine. Et cette situation empire cha-gus jour, «ait1 les récoltes sont fort com- , promises et les pommes de terre pourrissent.A la mine „Christiane Leven" de la firma Krupp, il y a 800 à 900 ouvriers dont 75 prisonniers belges, français, russes et 5 anglais. La, filiale de Krupp à Botrop, qui far brique des munitions, a dû cesser le travail de nuit par suite du manque de charbon et do main-d'oeuvre. Lors du raid d'avions sur Essen par un aviateur français, 9 maisons ont été détruites et une cheminée d'usine située à quelques mètres de l'endroit où sa trouvait la dépôt des poudres, qui a 'été immédiatement déplacé. A Essen pomme ailleurs, les Allemand! veulent la paix avant l'hiver. Ils ne demandent plus que cela. En Autriche Troubles à Trieste D'après des renseignements de source suisse, do graves manifestations se sont produites à Trieste à la nouvelle de la défaite autrichienne. Le commandant de la place • dû procéder à l'arrestation de plus de 300 manifestants, sans parvenir à enrayer les troubles et à mettre fin à la panique qui suivit le bombardement des usines de guerre par les avions italiens. Ge bombardement a provoqué d'ailleurs, les dégâts les plus considérables.La population de Trieste continue à évacuer précipitamment la ville, tandis que des renforts militaires, dirigés en grande hâte arrivent incessamment de Hongrie. On estime que les deux tiers de la population sont déjà partis, chassés à la fois par la crainte de l'avance italienne et par la famine. L'empereur Charles, dont la visite à Trieste avait été réclamée par le haut commande-; ment et qui devait venir remonter par aa présence le moral de la population, vient de i faire savoir que ses occupations actuelles l'empêchent de donner suite à ce projet. DERNIERE HEURE La bataille au Monte san Gabriele, La bataiilo au Monte San Gabriele a été plus acharnée que jamais. Les Italiens ont attaqué avec des troupes fraiches. Ils ont réussi au prix des combats les plus violente à atteindre le sommet le plus élevé de la montagne. Dans une contre-attaque, notre infanterie a rejeté l'ennemi. Jusqu'au soir la lutte s'est poursuivie avec rage pour la possession du sommet. Une nouvelle vague d'assaut porta les Italiens au faite du ment mais une autre contre-attaque les en rejeta. Six attaques consécutives furent alors brisées l'une après l'autre. La nuit a été relativement calme. Depuis cinq heures du matin, la ba/taille fait rage. Nos lignes au nord e<fc au sud du Monte San Cabriole sont bombardées par l'artillerie lourde italienne. En ces points nous avons déjà repoussé de fortes attaques. Le terrain du oombat jusque fort loin on arrière de nos lignes ex ' pris sous le feu de la grosse artillerie de l'ennemi qui tire avec la plus grande violence. L'exemple américain WASHINGTON, 6 septembre. (Reuter.) Le Ministère de la Justice ouvre un enquête au sujet de la publication de certains journaux allemands aux Etats-Unis et au sujet des éorits de prétendus organismes pacifistes. On estime que cette enquête donnera lieu en plusieurs cas à dos poursuites. A Searborough LOKDRES, 6 septembre. (Reuter.) Au sujet du bombardement de Searborough par un (Sous-marin ennemi, on apprend encore que la journée était splendide et que nombre de pic-nickeurs se promenaient aux environs tandis que des milliers de personnes en villégiature erraient le long de la plage. On aperçut le sous-marin à 3 milles environ 3e la cote; il tira pendant à peu dix minutes au raoyen de- dews canons. Quelques obua passèrent par dessus la ville, d'autres témbô-tent sur la plage,. Après dix minutes le sous-marin n'osa poursuiv rele bombardement par orainte des trawlers anglais qui arrivaient. Il plongea en toute hâte. Les révélations du „New-York Herald" LONDRES, 6 septembre! Reuter. — Le publicisfco bien connu dooteur Dillon est en mesure de confirmer les révélations du ,,New-York Herald" au sujet d» l'attitude du kaiser et du tzar. Il publie sur oe sujet une série de confirmations intéressantes dans lo „Daily Telegraph". Le ,,Daily Telegraph" commente ensuite cette communication et estime que l'exis-fcenoe d'un traité secret entre le kaiser et le tzar est à présent prouvée d'une façon suffisante.Certains avaient accueilli ces révélations avec cfuolquo scepticisme, mais le ,,Daily Telegraph" est d'avis que l'on se trouve, à présent, devant un fait d'une valeur historique : il est certain que l'empereur d'aile magne et le tzar de Russie ont échangé leur» idées dans le but de conclure un traité se oret tourné contre la Franoe et la Grande--Bretagne.Le journal exprime, en terminant, la oon vkftion que l'initiative dans oes pourparlers appartient ou kaiser. Le commentaire Wolff du 9 septembre dit: Vandredf, 7 Septembre 1917. 5 Cents: 3me Année No. 275 _ .

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre La Belgique: journal des réfugiés appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Leyde du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes