La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

1334 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 18 Octobre. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Accès à 28 octobre 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/bv79s1n05b/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

jeudi 18 Geisha !9!T JOURNAL QUOTIDIEN — TL,o Numéro ; 15 Centimes 49 Année. — Ne 1052 PRIX OES ftBONiMEMfWÎS t mois octoK, norem'., décemb.)» lr« H.4-0; 2 mois «>cr.. aov.), tr. 7.60; 1 mois (ocu), tr. 3.8 J. Ui» icrnandt• 1 abonnement ton* -~*çus* sxaiasi-ttijieru ya> tes 'sureaux et les faneurs des posta*. — les réclamations concernant tes abonnements doivent fej* idresséci ivdusivemeju aux bureau* de poste* noaiimsiRiiioii n rèdactiob 81, ftlonlagna-cux-HarbBS-PGÎafîôres, LA BELGIQUE PRIX DES ANNONCES Petites annonces, la ligne, (r. 0.75. — Réclames avant las annonces, ia ligne, ir. 1.78» —• Corjtsxiu journal, la ligne, lr. 7— Faits dioert, la lùjno, lr. 5.Q9. — Nécrologie, la ligne, tr. 3.53. — Gain des Eleveurs, la ligne, ir. 1 .Sîi. Bureaux de 9 à 17 heures. DSrsetioo eî Atoiiiiistratloa : j,'Vh JOS. raOR2S3lE, DIRECTEUR LA GUERRE 1,172e jour $-© suerr® JSiaa à signaler. Les événements de Russie Milan, 17 octobre j # On t I .-graphie cïf& Londres au ,,Se&olo : — Laj bruit court qu une bataille s© livre eu ce in^nitrut entre les flottes russe et ai. lemande. , , . Al. Kereoski a adresse télégraphique-ment un manifeste à la flotte russe lui disant que ia pairie comptait sur sou esprit do sacrifice. i'oui£ois, après Ie mouvamens révolutionnaire de Kronstadt, de Viborg e» ti'lieisnigtors, on e&tiino généralement que la Hotte russe n'est pas en ébat de prendra l'oKehsive. * • Pétrograd, 17 octobre : L'amiral Verderewski, ministre de la marine, a annonce à ses collègues la perte du torpilleur ,,Oschotrtik;/. • * Paris, 17 octobre : Ou mande de Pctrograd aux journaux que la rapide occupation par les Allemands des îles d'Oe$oA et de Vago est due au manque de résistance de la fiot'.e russe. Dans lcv? milieux militaires, on cpnsdhîùre la situation comme étant très grave. 1/occupation complète des deux Iles n'est plus qu'une question de jours. Les Allemands occuperont vraieeniblabtiemeui aussi les îles de Worms et de Moon. A Pétrograd, une certaine panique a régné passagèrement. On dément le bruit que le gouvernement ait ordonné l'évacuation de la oapitale. » » * Milan, 16 octobre : On mande ce Pétrograd qu'on y considère l'occupation des îies d'Oesel et d-a Dago comme une menace immédiate pour 1q porc de JKeval, mais qu'on n'y croit pas, vu la saison avancée, que la capitale soit directement menacée. Les joui-naux eslimefatt invraisemblable le bruit qui y a couru qjue les tantufi cation s qui dominent le goli'o de Hâpsal seraient déjà au pouvoir dos AlLeaaûJids, mais avouent que s'il est vrai, le fait serait gros de conséquences pour les liasses. Berlin, 16 octobre : On transmet de Copenhague à la ,,Kriogs-zeitung ' des informations de Pi'tcograd relatant que la perte des îles d'Oosel et de Dagd y a l'ait l'impression d'un éciase-ment. Depuis deux jours, de bruyantes ma-mfesoatious dirigées contre le g^aveine-hvjui et l'Angieterre se succèdent devant le Paiais d'Hiver ai devant 1 ambassade c/Angleterre, ou un orateur a prononcé un discours dans lequel ii a raillé la prétention des Anglais cf'eM-e t. les maîtres sur mea*. L'arme étant intervenue, des collisions sanglantes 6e sont produites, et finalement les màniiestjmita ont été dispersas. * ik Londres, 16 octobre : Le oorreSponcbaiit du ,,Morning Post?' à Pùtrogxad par-e do l'habile exécution du plan de débarquement des Alleona^ds dans l'îie d Oesel, qui s'est effectué, d'après la „2S:ovoié Vrremia'-', sans même interrompre les discussions politiques auxquelles les matelots de la flotte russe de la Baltique perdent exclusivement leur temps, malgré les efforts tie leurs officiers. I/opéa-ation des Allemands avait été minutieusement préparée , ils avaient exactement répéré la position cio toutes les batteries russes et la répartition des troupes dans les forts. * * Pétrogracï, 16 octobre : Les journaux des partis bourgeois dépeignent soutf les couleurs les plus sombres les conséquences de l'occupation de l'îie d! Gesel -, ils tirent visiblement parti de cet événemeait pour olieroher à hâter l'évacuation de Pétrograd. La ,,Gazette de la Bourse'' écrit que la Ilussie esv foro'e désormais de retirer sa ligne do défense sur la ligne Kevai-Hap-fial-Pemot -, en perdant la baie die Riga, les Busses devront considérablement allonger leur Iront sur terre. 1/armée du nord se trouve dans une situation très difficile, et Pétrogran1 est directemeat menacés d'attaques allemandes. D'autre partj ia ,,(xa-zet.o de la Bourse" signale qu'une panique s'est prodluite dans la capitale : les gares sont assiégées, et les tickets de chemin de ter sont achetés à tout prîz. * * Pans, 16 octobre : La presse française se montre fort Jit-quiôte au débai-qucment des troupes allemandes dans l'île d'Oesel. Le „Petit Parisien" dit que cette opérât1 on met en péril le front russe eu Livonie et menace la sécurité de l'Esthonie. Le ,,Journal''' e0 demande si Pétrograd no va pas se trouver soils le coup d'une offensive et pense que cette offensive se développera certainement après l'entrée des Allemands dlans la baie de Fmlantde. La ,,Liberté'' déclare qu'on ne peut malheureusement pas cocnpiter sur la Russie pour enrayer les projets de l'ein*. nemi. ,,Les extrémistes, jlit-eile, sont puissants; la flotto et l'armée sont en dissolui-tion. Le dernier événement n'a fait que compliquer davantage la situation du côté ! de _ la Baltique. Les conséquences do cette ! opération peuvent être di£îicilement appréciées, mais on voit aine fais de plas que la Russie est incapable de d&Een)d!re sefl côtes et do protéger son territoire contre de nouvelles offensives. D'autres jopirniaut: font ressortir le côté politique do F entreprise. Le ,,Rappel" estime que la réussite des opérations allemandes du côté de l'île d Oesel est moins inquiétante que les efforts faits par l'Allemagne po^ur mettre les côtes belges à l'al)ri des attaques de la Hotte anglaise, mais il n'eu faut pas moins prendre acte que la première opération dir^jée contre la côte russa a été couronnée d'un plein succès. La révolution russe a exerce une répercussion dans tous Hcs pays alliés, mais cette répiercussion s'est surtout fait sentir en France. Les solutions que l'on préconise à Pétrograd pour mettre fin à la guerre ont touché l'esprit des peuples. On ne doit pas abandonner la .Russie, mais on doit se restsaifiûg* fioi-mâmç. « Stockholm, 17 octobre : On mande d'Iîelsingfors que la nouvelle du débarquiemeut des Allemands dans l'ile dT Oesel s'est répandue comme une traînéo de pondre en Finlande. La population est fiévreuse et pense que l'heure fatale va sofner pour le pays. Depuis ®amedi, tous ies trains partant pour Pétrograd sont bon>-dvs do Russes et de familles do soldats russes qui so sauvent. Des scènes indescriptibles se passent dans la gare. Le commandant de la forteresse de Swen^ twrg a ordonné aux civils d'évacuer immédiatement le ra^on de la forteroasa. Craignant que les troupes russes, si elles devaient abandonner lo pays, ne se livrenv à dos actes de violence, les autorités ont constlitiDO des gardes nationales dans toutes lea localités. * * * Berlin, 16 octobre : 0utr8 M. Tereîchenko, oho'si comme d&. légné du gouvtTriiement, et M. Zeretelli, choisi comni3 d-légué du préumi-lemeati, le général Alexîdef se rendra à Paris comme délégué de l'armée pour y assister à la Conférence de 1" Entente convoquée pouir le 29 octobre. Avant son départ, M. Tcrefc-chenko aura une entrevue avec les attachés miLfciires de l'Entente. * ' * Paris, lô octobre : On mande de Pétrograd au , Journal" que le gouvernement examine l'éventualité du transfert de son siège. il. Ksrenski a déclaré que les villes d'-Arkhangel et de Moscou sont absolument fermées ; seuls, les membres du gouvernement ont accès aux gaies. à M Pétrograd, 17 octobre i Le gouvernement provisoire a ajourné 1/ouverturo du pré-Parlement au 20 octobre; il cessera ses travaux huit jours avant l'ouverture dià l'Assemblée constituante. Le président da l'Association de la presse et un certain nombre de directeurs de journaux ont été nommés membres du pré-Parlement. Pour être valablement déposés, les projets de loi doivent être signés par vingt membres. * * Pétrograd, 16 octobre : Le Sénat a refusé dJapprouver les instruc^ tipns transmises par lo gouvernement provisoire au secréaartat général do 1; 0 uiraine, en disant que le gouvernement n'a pas le droit de déclarer l'Oukraine indépendante d!e l'Assemblée constituante. a A Pétrograd, 16 octobre : Le directeur de la Banque d Etat a annoncé au ministère des finances que les souscriptions à l'emprunt d|it de Liberté on,t atteint au total 4 milliards 43 millions de roubles. * ♦ * Pétrograd, 16 octobre : Parlant de la répiessiou d'une mutinerie de soldats russes sur le front français provoquée par la propagande maximaliste, les journaux disent que huit mutins on|â été tués et quarante-quatre blessés. » Pétrograd, 17 octobre : Les piiaimaciens de Pétrograd ay^nit refusé de faire droit aux exigences da leur personnel, celui-ci a djécidé de se mettre en grève. La sierra sous-nrîann® New-York, 15 octobre : Dans une interview accordée à 1',,United Press", lord Northcliffe a rappelé que, d'après une estimation de sir Joseph Mao-iiî.y, le contrôleur de la navigation britan^-nique, il faut que les Etats-Unis construisent aiinuÊllement de» navires pour un tonnage de 6 millions de tonnes s'ils ne vea_ lesit compromettre des le début l'effort mi. litair© des Etats-Unis. Il s agit, en effet, de transporter en Europe non: seulement toute l'armée américaine, mais aussi tout son matériel de guerre, tous ses approvisionnements, ses locomotives, etc. Lord Northcliffe a déclaré que la forme sous laquelle les pertes sur mer étaient communiquées ne permettait paa de se rendre compte de la situation et qu'il ne croyait pas qu'un progrès important eût été fait pour empêcher les ravages des sous-marins.— La semaine dernière, nous avons appris que les pertes britanniques causées par les sous-marins étaient les plus légères annoncées depuis l'ouverture da la oampa^ue sous-marine intensive, mais, an nous a cHit, quelques heures plus tard, que les pertes françaises pendant la même samo-ine étaient les plus foiles enregistrées depuis le commencement de cette campagne. Il est donc probable que des sous-marins ont reçu ordre da quitter la côte méridionale de l'Irlande pour la côte française, afin dfemp^cîier l'arrivée en France des approvisionnements uô-cessa ires à votre armée grandissante. En regardant vos Idéaux soldats, dites-vous que leur sacrifice sera vain si vous ne pouvez leur donner la nourriture, les arme? et tout ce qu'il leur faut en Franco, et dont chaque once doit être transportée au d&à. die la zona sous-marine.'' MJV JLM.mttlQ, U'S Londres, 16 octobre : On mande de JSewr-Tork à l'Agence Reu-ter que plus de la moitié des parcs à bestiaux dje Kansas City, qui sont les a-econds des Efefes-Unis, ont été détruits par un incendie. Plusieurs milliers- de t^es d)e bâ-tadl ont été brûlées. Le^ cause3 ëa sinisîre sont inconnues. ^ f BueaœuAyres, lo octobre : La grève des cheminots continue : çà et là, de viJoleP'fces collisions se sont produites. * A Berne, 16 octobre : Faisant droit à la demande du gouvernement allemand, le Conseil fédéral a accepté de se charger de la défense des intérêts allemands dans i Uruguay. DEPECHES DIVERSES ; Paris, 16 octobre : Le général de division Alfcy a été nommé chef de l'i^at-major en remplace. ment du géméral Dupont. * * * Paris, 16 octobre : Le ,,Matin"' annonce que le, lieutenant- c aviateur Mesguich,_ un âà mfâilleurs avia- (: teurs de chasse français, n'est pas rentré [ du dernier vol do reconnaissance qu'il a a exécuté vetrs la côte- \ Paris, i7 octobre : * La Chambre a décidé de discuter en u séance secrète l'interpellation' Majoras rela- o tive à. la déclaration de M, Ribofc au sujeS e des ma£.ceuvres allemandes contre l'Alsace, b Lorraine et l'interpellation Bokanswski oon- L cernant la manière dont les Alliés se dé- e fendent contre les intrigues de leurs ennemis.Après' la séance secrète, le président a à|é- h claré que la discussion avait été ckx?e par d le dépôt d'un ordre du jour pur efc simple, d accepté par le gouvernement. M. Renaudel a ®xpooé qu'après les d-'cîa- ci rations de M. llibot, les socialiste^ s'abs- u] tiendraient. 6l La Chambre a voté en séance publique si l'ordre du jour pur et simple à l'unam'mi t$ r< Ses 8i2 votants. ti La Chambre a ensuite déaidé, por 24^ voix contre 1S9, cq ne discuter qu'après la fin de l'instruction judiciaire l'interpellation da M. Daiahaye sur l'incident Ma'vy^ Daudet. » o ib Paris, 17 octobre : M. Clémenceau écrit dans F„Homine Enchaîné" que M. Ribot a fait bift^r dans le compte rmd'u sténographique un pivs-Siige du discours qu'il a prononcé vendredi à la. Chambre. Dans le passage supprimé, M. Ribot avait affirmé que lo gtou-veritemenfc allemand avait __ offert à la France, par l'intermédiaire d'un homme politique français, des concessions en Alsace-Lorraine en échange d une paix s-*-parie. La suppression n'a été ordonnée qu'après une \ive discussion entre le président du Conseil et un parlementaire en vue. M. Clémenceaui demande à M. Ribot des éclaircissements sur cet incident. * * Paris, 16 octobre : Récemment, M. Maurice Long, Opposant sa politique de ravitaillement à la, Chambre, a annoncé son intention de suspendre tout transport de café du Br'sil, les stocks lui paraissant suffisants et le tonnage- pour vant ocre mieux employé. Cetfe3 nouvelle a provoqué ure! baisse sou-sible de.'s prix du caîé à Rio-de-Janeiro, ainsi qu'à New-York. Par contre, elle a entra'tnA une hausse immédiate du café à la Boutas du Havre, où il est devenu tréa difficile de traiter effectivement des affaires, le® d'&tenterurs de stocks &'empressant de se réserver dans l'espoir d'une haussa plus forte encore. <> * a Berne, 17 octobre ; Mardi après-midi, un avion français est tombé, au cours d'un combat, entre Boer-nevesin et Rechesy. Les deux aviateurs ont péri. Leurs corps ont été conduits à la frontière et remis aux autorités françaises; les honneurs militaires ont été rendus aux dépouiiies des victimes. » 6 * Munich, 16 octobre Le comte Ilerting, président da Conseil des ministres de BavièrO, a fait au Parlement, concernant l'avenir de ta Belgique, la déclaration suivante : — Nous n'avons pris aucun engagement quelconque au suijet de la .Belgique, pas même vis-à-vis du Yatican.Le moment n'C3t pas veau de faire connaître notre opinion *\ir la valeur du gage que constitue pour nous la Belgique- En tout état de cause, l'Allemagne a la devoir do prendre les mesures nécessaires pour obtenir des garanties politiques et économiques contre l'éventualité dfune Belgique qui serait son ennemie dans Pavenir, mais elle ne peut procéder à cefi égard qu'avec mesure et en tenant ccimpte des dispositions du peuple bcflge." Au su;et do l'Alsace-Lorraine, le comte a fait la déclaration suivante : — Lo gouvernement bavarois estime que l'annexion de l'Alsace au sud' de l'Allemagne et colle de la Lorraine à La Prusse, serait conforme aux circonstances et opportuns. Ce serait une faute difficile à réparer de soulever en publié l'idée de donner l'autonomie aux pays d'Empire et celui qui croirait amener le gouvernement par ce moy eaj de la France une altitude pins conciliante, se tromperait amèrement. Quoi qu'il en soit, les informations publiées par certains journaux disant que "la question do l'Alsace-Lorraine est d'ores, et déjà décidée sont faitasses1. Une décision définitive ne sera même vraisemblablement pas prise d& si tôt : il n'est pas aussi facile qu'on imagine de créer de toutes pièces un -Etat té_ déral autonome." * * Buoapest, 15 octobre! : Pour écarter certaines divergences dis vues qui existaient depuis quelque temps dans lo Cabinet, M. Qrsosak, ministre de la justice, s'est retiré. Le budget que Kl. t"7ekerlé soumettra demain au Parlement prévoit) 600 millions pour le service d'intérêt des six emprunta de guerre émis jusqu'à présent. o e & Vienne, 16 octobre ; D'après divers journaux viennois, les dernières déclarations de MM. Lloyd Gec-ge, Asquith et Robot ont. provisoirement mis fin à l'action exercée par le3 Puissances centrales ea faveur de la paix. Tel est l'avis des milieux diplomatiques. Le refus opposé aux offres dd pais les coalisés a amené la. situation dont i parlé le comte Gzeirnin lorsqu'il a dé- ] slaré que si les Alliés faisaient la sourde DreiUe, les Puissances centrales devraient , forcément reviser leurs buta de guerref qui le viendraient proportionneslâ aux sacrifices à . [aire. e * * j Conetanliiiople, 15 octobre : | L'empeieur Guillaume est arrivé ea Liny à 11 h. 40, à Constantânopjlei, . . « * & Péti-ograd, 16 octobre : On annonce que la reine de! Rouinanag < ist atteinte du typhus, qu'elle aurai,<i coït- i racté en visitant une ambulance}. f * ^ 6 Milan, 16 octobre! : ( Le „S.ecolo!' annonce que M. Bosalli in-?it.era la Chambre au calme et fera appel i l'accord de tous les partis. Septante oxa-,etirs se sont déj;\ fait inscrire. 1 ♦ * * 1 Rome, 16 octobre : Li- nStampa" défend aujourd'hui aveo me vigueur sui^renante iQ programma par-ementaare des 47 et partiOuiitremenfc kt po-itique de M. Giolitti, qui a toujours, sans 1 ubir la moindre influence éteangère, dirigé v ia politique dans 1: intérêt de rltaJijB. ci Le premier numéro do l'édition romaine j [e l'„Avanti" a été saisi. c * ii Rome, 17 octobre : ( La Chambre a repris ses travaux ; le -t résident a ouvert la b^sion par une allô. utiocj au cours de laquelle il a déclaré ii'il n'est pas possible que les efforts mi-itairefc»' d)o l'Italie aboutissent à un© paix g llemande ou à une paix boiteuse : ils doi-ent amener une paix victorieuse qui réa--Sq l'union complèto de l'Italie. M. Boseili, pr sideat du Conseil3 a fait (| ne déclaration sur la politique mihladi^e du >, ouvernement. Il a fait ressoi-tir que les y spoirs trompeurs au sujet de l'approche de i paix ne servaient qu'à retarder celle-ci. Q .'Italie ne veut pas &e laisser induire en :reurv Le gouvernement a déposé un projet de m demandant le vote de quatre douzâ^mes ix%étaires provisoires. Les socialistes ont ïmandé que la Chambra n-'eni voie que •ux. M. Boseili a prie la Chambre do ne dis- cj lier ia déclaration gouvernementale qu au jti ornent de l'examen des douzièmes provi- qi ►ires. Il a posé la question de confiance tr la proposition des socialistes, qui a été Pc poussée par 228 contre 51 et 10 absten- b' , S • a Ijpa Rome, 16 oofeobre : La Cliarr^re discutera une motion d© M. Ferri, député socialiste indépendant, qui déclare qu'au bout de trois années de guerre an ne constate pas de sup^riontô militaire absolue ©l. faveur d'aucun des groupes belligérants; que, par conséquent, aucune hé-gecionio n'est à craindre; que, par contre, la prolongation de la guerre replonge l'Ett-rope dans la barbarie. La motion invite le gouvernement, excluant toute idée de paix séparée, à s'em-ploij-er d'accord avec bea alliés à renflxe possible des négociations da paix donnant) satisfaction aux aspirations des peuples par des cessions de territoire réciproques et par des dédommagements équitables. La motion demanda, en outre, des garanties pour le desarmement général, l'abolition' du service obligatoire, l'institution d'une Cour générale d'arbitrage disposant de mojyens db coercition collectifs pour la sauvegarde de la liberté des mers, le renforcement du contrôle parlementaire et enfin des conventions internationales en vue de rendre impossibles des guerres économiques après la conclusion do la paix. Le correspondant à Rome de la ,,Stampa" estime que M. Sonnino répondra négativement à cette motion. o O A Rome, 16 octobre : L%,0t5sorvatorc Rounano" dément ie bruit que lo Vatican aurait cherché à amener le roi d'Espagne à faire une démarche internationale en faveur de la paix. » n u Rome, 1G octobre : Appelés à Rome par le Pape, plusieurs cardmaux est évêques français sont arrives au Vatioan. Dans les milieux catholiques, on se' montre très réservé quant au but de leur voyage- * * * Rome, 17 octobre : Les journaux annoncent que le Saint-Père a décidé la création de cartes de pain pour le personnel du Vatican, soit environ six c^nts personne**. , , Londres', 16 octobre î La Chambre des Communes, rentrée de ses vacances d été, a repris ses travaux. M. Bonar Law lui a annoncé la dépôt prochain d'un projet da loi visant La création d'un ministère de l'aviation. La Chambra a votjé en deuxième lecture le projet de loi conférant au gouvernement le contrôle de toutes les sources de pétrole découverte* dan3 la Grande-Bretagne. - V * ti Londres, 17 ootobre : Parmi les nombreux projets de loi déposés à la Chambre des Communies, un projet die réforme électorale visant la démocra-timtion du régime électoral actuel attire l'attention. Un dea prochains jours viendra le vote des crédits do guerre : on s'attend à cette occasion à des déclarations importantes du gouvernement sur la situation militaire et sur la position prise paç l'Ea. tente dans la question de la paix» , Londres, 15 octobre : En septembre, les importations se sont élevées en Angleterre à 8S,299,66S £ et les exportations à 43,244,104 £, <* * La Haye, lo octobr0 : Le ,,VadeHand:'' apprend de bonne source que des troubles graves se sont produits à Glascow par suite de la pénurie de^ vivres. Les ouvriers da h arsenal se sont mis en grève. « Ainfitartîam, JG oesobra : Le gouTemement Rsig-lais a interdit- à, la Bourse (in coton da Liverpool toute opération. à larme arec des euje» d'Etats aeti» Ères. * ❖ * Londres, 16 octobre : Parlant de la bataille en Flandre, le ,,Times" écrit que les résultais obtenus par Ies^ Anglais sont généralement satisfaisants, tnais qu'il faut néanmoins abandonner l'espoir de conquérir cette annéo-ci encore la I>as3 des sous-marins allemands établie sur la côte belge. La compléta destruction de l'ennemi demande l'intervention d'une nouvelle armée de millions de soldats, qui ne peut évidemment pas ôwe transporta partner avant la fin de l'année. 9 • Ainstoidum, 16 ootohro : Le „Nieawe Ecttercfemscàia Courant'' an-ioa<!« que lo Coaseol d'Etat rieat d'êtra saisi de doux projets do loi portant : 1» Sur l'inscription au budget de l'exœcioa en ioura d'un crédit sirpjulâmentairo de 40 rallions de florins poux assura: lo sûrvica d\î listribution ùa tîearées alimentairee; ^ i'au-;re tendant à réserver pour la premier ee-nesire die lt>l8 uai cr&Iit da 17û miUiona de lorins pour le mêma but. * Amsterdam, 16 octobre : On mande de Stockholm au ,,Nieu^T« Jotterdarnsche Couraut" que M- Troelstra, Êéputé socialiste holliandais et l'un des pro-noteuis de la Conférence socuaiiste de Stockholm, çb quitté mardi la ca/pfifcaLa da la iU'^de «t arrivera en Hollande samedi prochain.« A * Ani&firajaœc, 16 octobre : Lo ,,Han<ïolsblad'' amattacei que lo gou-'ei'iusnent néer&mdaia a l'intention cfe dé-wsor un projet da loi éwUissajit le eer- ica obligatoire civil. * * # Rotterdam, 16 octobre t Qn mande de la frontière! à 1,Agence raz Dias que, mardi matin, les premiers ragons de charbon allemand ont passé à estimation de la Hollande. A partir de ce 5ur, des tr-tins spéciaux transporteront du harbon allemand vers Amsterctot, Rotter-am, La Haye et les stations intermédiaires, 'es wagons auront expédies en tout premier eu. * « # Amsterdam, 15 octobre : M. Schrôder, rédacteur on chef du „Tele- raaf", a été définitivement acquitté. © « Copenhague", 15 octobre : La Conférence internationale qui s'occupe H3 prisonniers de guerre s'est réunie lundi Copenhague sous la présidence dit prince /aldeimar. Les „ Croix Rouge" allemande, Listro-hong-roise, turque, roumaine, suédoise ; danoise y sont représentes* « ç, PETITES NOUVELLES toujours plus vste D'aprvs la < Westminster Gez-el>, doux ofli-?r3 attacl>?B au servie© a^ronainique <Io rarïné® iioiint) auraieint construit \ux BcAijvcil appareil, ! atteint uue vite:--o vertigineuse. i Lora du vol d'épaeuve, le àe/gent StoppaM, xll ce .-arlrb h 2 h. 413, serait arrivé à lloDîe . 5 li. 35» et n'aurait donc mie qao doux heu- . j et ciaqujar.îo minutes à, franchir Cette ùi:-. iiQcy. La vitesse ntiteint j)ûr la macQuicie sci-flii; ! r conséquent, ù« 230 kûomètie» par heure... t COMMUNIQUES OFFICIELS Coiieuasuiïfjuéâ des Puiasaacss Centrales. Berlin, 17 octobro. — Officiel de ce midi: Théâtre da la guerre à l'Ouest. Armées du feld-maatédhal prince héritier Ruppreciit de Bavière : En Flandre, derpuis la région inond;re de l'Yser ^usqu/à la Lys, le dluel dartiLerie a progressivement augmenté d'intensité et est devenu très vi"]ent. Le soir, la canonnade a été plus intense dans quelques »eo-icurs ; ce matin, il en a été ainsi sur tout le front. En dehors d'engagements entre détachements de reeonnaissîince, qui ont aussi uLé nombreux entre le Canal de La Bassée et la Scarpe, il nry a pas eu de combat d'infanterie. Axmé& du prince héritier allemand : Au noi-d-est do Soissoais, le duel d'artillerie s'est étendu hier sur les ailes et a été très violent à certains moments ; il a aussi continué la nuit. Dans l'ouest de la Champagne, en Ar ;.;onne et sur la rive orientale de la Meuse, le feu da l'artillerie a aussi été plus violent que ces derniers jours. Hier, nous avons descendu dix avions et un ballon captif ennemis. Au cours de combats aériens.; le lieutenant von Biilow a descendu son 23e adversaire et le lieutenant Boehme, son 20e. La ville de Dunkerque a été de nouveau ijomhardtiù par nos aviateurs, qui ont observé que des incendies éclataient. En guise de représailles pour les jets de bombes sur des localités ouver-:e3 allemandes, no3 aviateur» ont bombardé la ville de Nancy située dans lo rayon d'opération de l'armée française; les explosions ont provoqué plusieurs vastes incendies. Théâtre de la guerre à l'Est. Hier, les troupes emiemies qui résistaient encore sur la presqu'île de Sworbe ont été maîtrisées par nos troupes; en conséquence, l'île d Oesel est complètement en noire pouvoir. Notre butui s'accroît; plus d<3 1,100 prisonniers ont été faits hier. Au nord d'Oesel et dans ia baie de Riga, des combats se sont livrés entre nos forces navales et des contre-torpilleurs et des canonnières russes; ils se sont terminés on notre favour. fc'nns perdre un saul navire, nous avons forcé les navires ennemis à rebrousser chemin. Nos dirigeables de la marine ont lancé des bombes sur Peranu, où de grands incendies' ont éclaté. Sur le front en terro ferme, les opérations sont devenues plus importantes dans plusieurs secteurs. Des détachements do reconnaissance russes, qui tentaient do progresser, ont été repoussés. Front macédonien. Pas d'opération importante à signaler. * * ù Berlin, 17 octobre. — Officiel d'hier soir : En Flandre, intense activité d'artillerie, mais pas de combats d'infanterie jusqu à présent. Nous avançons daus ia prearu' île de Sworte, où nous avons amené l,l(A> prisonniers de plus. A part cola, rien d'im- , portant dans l'Est. * o * Berlin, 16 octobre! — Officiel : Nouveaux succès de nos sous-mariiiâ : Le bateau ,;U-38 ', commandé par le lieu- j tenant-capi laine Forstmann, officier qui, aiu cours aie ces trois années de guerre, s'est particulièiemenc distingué, a, entre 1 autres, coulé réoemment devant le détroii de Gibraltar cinq vapeurs d'une grande valeur et jaugeant au total plus de 20,00a tonnes. C'étaient le vapeur aimé anglais „Neimanton" (3,862 , tonnes), „Mersario" 1 (3,847 t.), „Almora" (4,385 t.), r,Nuceda" (4,702 t.) et la vapeur japonais „Hikosa Maru" (3,555 t.). Les navires, détruits dans une périodje de trois jours, étaient chargés d'un, total de 31,500 tonnes de charbon, dont plus de 26,000 tonnes constituaient d(QS approvisionnements d'hiver. c * * * Berlin, 16 octobre. — Officiel : Le communiqué officiel russe du 14 oo- j tobre annonce la perte d'un petit croiseur allemand' et d'un torpilleur. Il résulte des ( i-apports allemancs qu'à la date du 16 co-* ( tobre auoun des naviree qui ont pris paît ( à l'opération contre Oesel n'a péri, à l'ax-ception da deux clialutiers à vapeur servant ] de dragneui-s da mines. Un petit vapeur de transport a touché une mine, mais il n'y a pas eu de perte de vie humaine. Tout aussi inexacte est l'information du communiqué officiel russe du 16 octobre, suivant * lequel deux torpilleur^ allemands auraient péri dans le Kassarwick. Le contret-torpil- 1 leur ,,Groin'', capturé par nous, a sombré ^ a ai moment où l'on tentait de le renflouer. ^ • k * * ): Bea^tin, 17 octobre. — Ofric^el : p Après avoir réduit au silène^ 1® batte- a ries ennemies de gros calibre postées dans t la pointe méridionale de l'ila d'Oesel, nos a forces navales ont pénétré dans la baie de I Riga. Le 17 ootobre, elles ont continué à e avancer vers l'est et dominent à présent xa ^ région' maritime jusqu'au Moonsund. c » Vienne, 17 octobre. — Officiel d'hier : u Ifronts de l'Est et d'Albamia. y Rien à signaler sur non fronite d'ar- ^ m'e. e Front italien. H d sur le plateau do Bainsizza-Heiligengeist1 0 les Indiens ont échoué dans des attaques A partielles. Sur le mont Saint;,Gabriel, dans Û un combat à la grenade, nous avons arrêté f{ les travaux ixréparatoires commencés par à des détachements ennemis. j Sofia, 16 octobre. — Officiel : ti Front macédonien : En plusieurs en- tl droits- du front, canonnildè vigoureuse, plus violente dans la bouclo de la Cz^.na. r; Grande, activité des aviateurs aurdessius des vallées du YarcKr et de la Strouma. A Cj t'est du Vardar, dos combats de pa- P trouilles terminés à noire avantage nous ont permis d'aînencr d,es prisonniers. h Front de la Dobroudja : Près de (Pulcoa a: si d'Isaccea, canonnades peu intenses. lx » la * * n Sofia, 13 octobre. — Cfticiel : Front macédonien : Vives canonnades q, ians le secteur des lacs, dans la boucle de bi a Qzema et sur la Dobropoljé. Dans la £ /allée de la Strouma, grandb activité d'in- antsrie. 1-xîs aviateurs se sont montrés très qi tclifs à l'ouest du lac do Dodran. Front de la Dobroudja :• -Vive canonnade r3 iux environs de Tulcea. Une forte pa- ^ rouille ennemie, qui ohoi-chait à gagner 1a bf ive droite du Danube à l'aide de plur et 4eurs petits bateaux, a, ciinsfiée poï j te notre feu am nord du village de Par-kresch.* * ♦ Constantineple, 16 octobre. — Offio{.<& : Rien de particulier à signaler. Berlin, 15 octobre. — 'CCfkieuix : lin Flandi-o, lo 15 octobre, le feu Cq l'nrtllîn. rie n.'a ôûù très yloleul que sua- o"»rfeiiaa jKin«a ia Ircv.i^ bataille. Nca positioufl taUl.*à i l'est d'Y,près dans le bois d'iloudiul t, p;c3 .du PoeleïLppollf; et des deuix côWs ca la luaiitux to D-roageuhrood, ont vîol(jU4ait>int bomt-aiv] es. Dans la rc^gicin do Pcslcappellle, notre i-ri. luio i [;ri6 soub ua feu elficucc c!c= coacei.trtition-xoiîp«9 enceendce. La nuit, ui> feu. dte\ cf jur in-;eueo a continoi» av<jc cro violeuce *^riw;lo-, il i augmenté d'inil&miitô h l'aubo, parti:;Jh\il-ouI ians ia r-'gioû tUu^o au aud du b-.ês d'ilout-h.iîl^t. Depuis Pabecheiiîdaale jusuu'à Ol:ri '.cit, Qoua avetne repouftsô de IiiÛes pjMrooilK» ennemies, qui ont tenté à diverse rcprîBea d'atte.o Ire nos lignes. En Artois et des deas e64s de Setnt-Qweaitin, l'artillerie a passagèr'omeut pli:s active. Sur le front de l'Aisne, la canomutee en: omia esi ^ revenue trèa violente l'apivje-Bïfeli oointro ooa positions établies au nord do Coueyv-le-Ohi.teau Vautxmlioa et la ferme dr: lioii^Pû ; ,-;j1o ne s'est apaisée qu'au er 'pusouile. Utao tentative i'a-toque er.pemie, dirig-e !e 15 oiteïps, au luatia contra nos nouvolies posi.ioufl ■ tafclî«3 <":aiu la région du moulin' de Vb,uci<rc, a ôt tmJI e soi.-t3 notre feu de barrage ce?trn.0teur. U'n<» Wte attaqua, renouvel-, o vers 4 lieux es de l'après-midi, a - i; repoussr® en parti- ■ par ma"> co^re-Htaque : l'oruiemi a subi ds fcm'e? pertets. ?A J, est de iîe'iœe iu:o op ration de noe< troupoa i attaque, prononc<0 à ]'ou«6t ce la Suipp". nous a valu 22 prisonniers et -i mitraiilauets. Sur lea leux rivc-3 de la A.'eiise, le fcmpg 6'ét*mt «claiicii la calaonnade est d^vonufa plus vio-ieute ; cl Le r. encore augmenté d'inteu-vif- vers le c0:r T-a />eit aussi e-Ue est rest e violente à ot-rtahvô endroits. Au sud d Hauocoxt,, des troupies d'ûjlutquo l\c. tnandos ont ptnx'-trô dans les tranoht^s st en or.c ramené 3 officiers et 3S soldats tr.-n. jais- Apre© uae canonuaJe plus violente dans l\ région d j'audromont es jjluriiours atuiijuts d'ar tSîerib prononcées la nuit, i.'uo cri xst'on enue-D,i© a élw «-touffe &ous notre feu ùc d.'fcnee. '?ur {q ihf'àtre de la guerre à f h^t, n-.s orjé. raiions dans 1 il© d'Oesel ont été continu e ! -ys-taaiau icwntnt ; noue occupons la partie yrtnr-d-pale de 1 île. Communiqués des armées athées Paris, 16 octobre. — Officiel db 3 heures r ï>ur le front de l'Aisne, activité moins grande des deux artilleries. Nous avilis L-ôussi deux coups do main sur les lïgiirs ann^nies : l'un, à l'est do Reims, l'autre in. Argonne, dans la région de Boureuitles. Nos deaachementô ont détruit do -niombTôoix loris et ramené des prisonniers. Sur la rive gauche de la Meuse, nous ivons repoussé une tentative ennemie au nord de la côte 304. Sur la rive droite, U Uitte d artillerie a été particulièrement vive ions le secteur au nord du bois d^s Cau> rières. Nuit calme partout ailleurs. Aviation : Des avions ennemis ont bom. jardé c-ette nuit la r'gion de i>uni-:e^ue. wi victime ni dégât matériel. H . * * Paaas, 16 octobre. — Officiel de 11 heures; Sur le front de l' Aisne, après uni vif ■K'ju-^ardement, l'ennemi a lance plusieurs ©on; s le main sur nos potions au sud de Cour-eeon. Il n'a réussi qu'à prendre piei dans m œ nos postes avancés, d'où nou«s l'a-^■ens rejeté aussitôt. Une autre tentative iud d'Aillés a également échouré. La lutta l'artillerie s'est maintenue très vive toii-îa a journée la r%ion des plateaux. Canonnade intermittente sur le res e r»u ront. « * * Londres, 15 octobro. — Officiel : Les troupe3 irlandaises ont exécuté cg naljin un heureux coup de metin au nord-ïujest- (?e Bulleoourt. L'artillerie ennemie a été très active 1& îuit dans les environs do la voie f-^rràa fpres-Staden. 9 « h Rome, 16 octobre. — Officiel : Sun le front du ïrentin, opérations modérées. _ Au nord do Lonsuino (lac de Ledro;-, lu cours d'une escarmouohe entre av*mt-posîes, les psatroaiilL-g ennemies ont éift nises en fuite. .Sur le front en Carinthie et sur -c^ci les -VJr:e3 Juliennes, depuis1 Paialba jus-[n;ou liombon, duel d'artillerie à cortajis ndroits. Sur le hau/t plateau de Bainsizza, vic-ent duel d'artillerie. Sur îe Karst, canonnade habituelle. * » * Pétroguad, 16 octobre. ^ Officiel dû 'Amirauté : Le 14 octobre, à 4 lionrea de l'après-lidi, ume de nos escadrilles de reoomi-ais-ance, composé© de quatre torr>iiiours et de aux canonnières, a été bombardée. ck*is ie >oedosuud per les grands navires de covu-ot allemands^ xiost'is à l'ouest d)u détroit, rès de la côte. Notre torpilleur „Grom,; été gravement avarié. Aussitôt doaJb Drpilleurs allemands d'un nouveau ppuyés par d'autres navires et ^protégéa ar le feu des grands navires de cornue; unemis, ont pénétré dans le Soeiosund. lotre escadriillo de reconaiaissance a ao-apté lo combûi j ia canonniièfo-cuirassée Chrabry" a pris deux fois à la remorque n torpilleur malgré le violent feu ennemi; os autres torpilleurs l'ont protégée en souciant un comba t acharné avec r ennemi, ui visait surtout le ,,Chabry', le,,Groin' t- la canonnière ,,Neordr", à bord de la-uelle un violent incendie s'est décl-.uré et ont tous le© canons ont été rnia hors mi bat. Ux} ,,Gxom" a coule peu après, [algré ie violent feu ennemi, la ermon-icre-ouirassée ,, Chrabry" a encore une lis tenté de prendre le torpilleur ,, Groin ' la remorque, mais sa tentative a échoua, a plupart des marins du ,,Grom" ont été »ueillis par le ,,Clirabry;', taudis que -o rrpilleur sombrait. I.e ,,Chrabry" a cou-nué son feu nourri et a coulA un toïpil-ur ennemi. Peu après, d'autres toqjiil-èurs isses sont arrivés sur le champ de Uv ille,. et les navires ennemis ont rebroussé temin. A l'Exception du ,,Grom'', îrfcea sur les autres navires sont inrsi<*ii-antes. l.e commandant de la flotte rend' mimage à la vaillance dos marins et ■■■-?, 'tilieurs de nos canonnières et de nos lleurs, particulièrement aux hommes da canonnière blindée ,,Chrabry", de la oo-mnièa'O „Chiwiuecz" et des torpiLl'ïurs ^abijko„Pobjaeditei" et ,,Constantin", ti ont Supporté tout le poids d'un coai-it contre un ennemi supérieur en nombre, es témoins de l'action navale déotereni: e deux torpilieJurs ennemis ont coulé e lo deux autres ont été gravementav r. ~. fcur l'ile d Oesel, "1 ennemi continue '• - e ranoher- Dqs nouvelles inquiétantes n* s r viennent au sujet de b. situation isr-s tterics postées près de 7.er.?l f:'w - dans la pres-gu'îio de Zw^ibe: < -•ics barrent l'eatne de l.i !-..ie - :ra.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes