La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

199 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 30 Juillet. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Accès à 17 septembre 2019, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/gx44q7s66f/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

FRIX DES ABON NÊMË'NTS 2 1110:3 (août, soplernbro), fr. 5.10; 1 mois (août), fr. 2.55. Les demandes d'abonnement sont reçues exclusi-vcmenl pa»* k* bureaux et les facteurs des postes. — JjtirèOfimcAiws concernant les abonnements doivent tire adressées exclusivement aux bureaux de poste* tPMIRISTÎUTION ET RÉDACTION: g!» Montafînc-aux'Hsrbes-Polaaèrû»» ErŒtaHca- // 111m irsl'hul rDEUX fiaees. 1 LA BELGIQUE PRIX DES ANNONCES Petites annonce», la ligna, fr 0.50. — RJclamm avant les annonces, ia ligne, fr. t .25. — (kn-ps du journal, la ligna, fr. 5.00.— Faits divers, la ligne, fr. 3.75. — Nécrologie, Ja ligne, fr. 2.53, — Coin des Eleveurs, la ligne, l'r. 1.00. Bureau* de 9 à 17 heurea. CIroclion et Mnlnistratlaii : Pt°j; '/? (j,"/?, at~?m JG3. MORESSÉE»' DIRECTEUR Aujourd'hui : T)tUX page LA GUERRE 1,092e jour ds guéri Les Centraux brisent la résistance troupes russes au fur et à mesure qui'û 2a leur opposent dans l'esï de la Gatici* continuent à faire de rapides progrès. Ils ont gagné du terrain à l'est de 1 nopol et, après avoir olia'ssé leurs adh saires de la valKe orientale du Seretli, s'avancent maintenant à marche forcée "v le Zbrucz, c'est-à-dire vers la frontière la Bessarabie. Nous avons dléji di'= comfc celte avance persistante de l'aile gauche Austro-Allemands est inquiétante pour Russes, à raison do la menace qu'elle et porte de couper leurs armée» du Nord leurs armées du Sud. Son résultat le x immédiat est de forcer à une retraite c teuse et de plus en plus difficile à exéci toutes les troupes russes de la Galicde : l'heure actuelle, coll!es_ci bc trouvent c rejetées sur les deux rives du Dniester, delà de la ligne J agielnica-Horodenkar- &ol tow. Or, Jagielnica est située à une d zaine de kilomètres au sud-ouest de Cz kow, à proximité du Sereth, dont le co inférieur est bien près d'être englobé d •La zone des combats. Horodienka, au 1 du Dniester, se trouve à 37 kilomètres nord-est de Kolomea, et Zoblotow, suit chemin de fer de Czernowitz, est 6ituiêe 19 kilomètres à l'est do Kolomea et aista de 100 kilomètres déjà do Kalusz, le pc oxtrôme où la rûcsnte offensive du géné Kornilof avait fait avancer les Russes. Plus au sud, les Centraux qui avanc dans la vallée de la Czeremosz s'a.pp client de la frontière occidentale cuo la j kovine, dans le sud-ouest de laquelle Russes continuent leur mouvement de ret En Moldavie, les Russo-Roumains ont taquô vainement sur plusieurs points ; revanche, ils ont réussi à gagner encore terrain à l'ouest dla val supérieur do Putoa, oui ils ont rejeté les Autriche jusque. sur les contreforts orientaux monts-frontière Bereczk. * * « En Flandre, le combat d'artillerie s< avec pl^s de violence que jamais- Dep lo 28 au matin, les canons anglais pris s rus un feu roulant les positions a mandés établies entre Merkem, au sud Dixmude, et Houthem, à proximité de frontière franco-belge, soit sur un fr d''environ 25 kilomètres. Déclarations du Chanceli* A LA PRESSE : (Beriin, 23 juillet : Ce soir, 1e chancelier de l'Empire a doi audience à de nombreux journalistes, ai quels il a fait les déclarations suivantes — Si je vous ai réunis ici aujourd'h ce n'est pas uniquement parce qu'il plaît do témoigner, des le début de l'es cice do mes nouvelles fonctions, à q point j'apprécie l'importance de la pre. an vue. t'e 11 jvnlifinùa mûS'V-.Jn d affirmer que je tiens a assurer une col boration étroite et confiante entre la pr'a et lo gouvernement de l'Empire. Mon in tation a un but plus immédiat. Lo discours prononcé le 21 juillet, j M. Ldoyd George, le premier ministre i glais, et les débats de la dernière séai de la Chambre des Communes oons tuent une preuve nouvelle, nette et in futable, quo la Grande-Bretagne, refusa une paix basée sur des accords ec dos coj pensations, entend ne mettre lin à la guci que quand elle pourra contraindre 1 Al magne à se soumettre aux exigences arl traires et brutales do ses ennemis. Sia v lonté en avait encore été récemment conf. mée par une déclaration de M. Carson qi parlant à Dublin, a affirmé qu'aucune r gociation quelconque ne pourrait être 0 verte avec l'Allemagne qu'après que 1 troupes allemandes sa seraient, au préalabî retirées au delà du Bfcrin. 11 est vrai q M. Bonar Law, en réponse à ur.e questii que lui posait M. Kùig, a atténué cette d claration, eu disant que le gouverneme anglais maintenait son point do vue et es geait que l'Allemagne, dans le cas où cl manifesterait le d'V.r de faire la ])aix, cor mence par se déclarer disposée a évacu< les territoires qu'elle occupe. Toutefois, noi avons la preuve certaine que les dirigean de l'Entente approuvent sans restriction ! déclaration que M. Carson a faite si in prudemment e. qui dépasse celle de son goi vernement. Vous savez tous que personi n'a contesté jusqu'ici les indications tri précises, données depuis plusieurs semaine déjà dans la presse neutre — elles ont éi publiées pour la première t'ois par la ,,Be; nor Tagewacht" du 19 ;"uin — concernai le» larges visées de conquête, approuvée par l'Angleterre et par la Russie, do 1 République française. Il est de la plus haul importance, pour éclairer le monde sur le vraies raisons auxquelles est due la conr-, nuation du massacre, de dire que dan rentretemps des preuves écrites des amb: lieuses misées de conquête de nos ennemi sont tombées entre nos mains, à savoir le relations écrites par des témoins oculaire présents aux délibérations secrètes de 1 Chambre française du 1er et du 2 juin 1017 Je demande ici publiquement au gouverne meut français s'il oserait nier, qu'au cour de la séance secrète de la Chambre, à la quelle ont pris part les députés Montes e Cachin, revenus de Petrograd, MM. Brian» et Ribot aient été obligés d'avouer que 1j France s'était, très peu de temps avani qu u'éclatât- la révolution russf», mise d'accor sur de très vastes projets de conquête avei le gouvernement du Tsar, que dans soi dernier discours M. Lloyd George appelai-une autocratie à l'esprit étroit et immoral Je lui demande s'il est vraa qu'en ré ponse à la demandé qu'il en avait adressô( à Paris, l'ambassadeur de France à (Pétro. ^adi, M. Paléologue, a été autorisé le 27 jan vier par son gouvernement à signer ave la Rus'-io un accord qu'avaient préparé cor tains pourparlers eatamés (par M. Doumer gue avec le Tsar. Est-il exact que le Prudent de la République lui a, sur la proposition de M. Ber-tho'ot, donné cette autorisation à l'insu de M. Briaud^ et que co n'est qu'ultérieuro-que celui-ci la approuvée 1 II s'agit d ur accord qui assurait à la France la frontière que lui avait donnée en 1790 une guerre de conquêtes, en lui donnant en pur don l'Alsace-Lorraine, le bassin de la Sarre et une large extension de territoire sur la rive gauche du Rhin. Est-co que M. Ter^chonko n'a pas, lors, qu'il est entré au gouvernement, protesté contre ces visées françaises et contre celles en outre, £ui intéressaient en Turquie là conquête de la SjTie <? N'a-i-il pas déclaré}, clins un mouvement passager dq conscienco patriotique), quo si la Russie nouvelle était mise au courant de ces buts d® guerrû de J.U< ITiuice, cuo lus u, p.Li ij.- s# ciper plus lon»lemps à lia guerre ll Le - voyage de M. Thomas en Russie n'ét.ût-ii [Xls en tout ixremier liea une tentative fai:e dans le but d'amener M. Teretchenko à renoncer à ses scrupules do conscience 'A Il est impossible au gouvernement de la République française de nAcr tout cela. H *Q sera bien obligé d'avouer, fut-ce tacitement, qu'à la séance à huis clos de la Chamb're, , AI. iBiiand a été pris violemment à partie, que M. Ribot, après s'y être tout id'abord refusé, a dû, sur unie sommation de M. Re-njaudel, soumettre à la Chamb'r0 le traité secrot. conclu avec la Russie, et. qu'au cours ^r" de la violente discussion qui a suivi, M. * f" Briand a laisse tomber le masque eta dbla-j ' rant qu'il fallait que la Russie révolut'-on- ; ^ nairo tint les engagements pris par la. Rus• . e sio du ^ tzar et que la France n'avait pas à , 11 e3inquiéter do ce qu'on en penserait on Rus-| sie parmi les classes populaires. Signit'ica. im_ tivo. en outre à ce propos fat l'intervention die M. Moutet pour dire qu'à la question 1 qu'on lui avait posée en Russie en lai dc-mandant si l'Alsace-Lorraine était le se '1 ,u" ol^stacle à la conclusion de ta paix, û avait eF répondu qu'il ne pouvait répondre à une qucstio:i ainsi posée, mais qu'il fallait consi-dérer que la Russie avait acheté &a li'jertô , u au pTix du sang français. L'opinion vraie * des Russes fut claironnent mise ea lumière aussi par un aveu de M. Cachin, rappor- or" tant qu'au cours de sas entretiens avec erjx, ins *es ^^ou,''s russes lui avaieut affirmé . , qu'ils n'attachaient aucune importance à la au Con<lu^te de Constant!nopîe qui n'était pas , uno vilio russe, en ajoutant que les cl6-'? légués d'à l'armée approuvaient leur ma-nière de voir. int Sans égai-d pour cette preuve évidente du raj fait qUe la naiipn russe est oppos-'e à la politique de canquè'te, M. Ribot a repoussé ^ la proposition, déposée au cours de la LO_ séanco secrète, de procéder à une revision >u_ des buts do guerre de la Franco : entre lea autres arguments, il a fait valoir quo lJ'En-,ul# teate avait consenti à l'Italie aussi de lar-a-t' ges extensions de territoire, et pour enlever CjI leur caractère de conquête aux prétentions (iu do la France sur la rive gauche du Rhin la — prétentions auxquelles refusent de sous-ms criro m^me lc-s Français q,ui no 6oai'£ pas ^ aveuglés par l'idée de revanche — il a fini I>ar se servir d*'un truc a'avocat, en pariant de la. constitution soi-disant nécessaire vjt d'un Etat-tampon. L'opposition toutefois uis s'est , aperçue do la manœuvre, et du milieu J!iti des protestations bruyantes qu'elle avait sou-Ile- ^vées est parti le cri très justifié : ,.C'est t\Q honteua: ! "'. Détail partiaulièrement curieux Ia et que je tiens a* signaler en terminaji't . )Ct M. ixibot, répondant à un discours pàciiiquo de M- Augagneur, a afiirmé à la Chambre qu'au dire des généraux, russes, leurs armées n'avaient jamais élé en meilleures cLsposi-îir lions ni mieux équipées qu'en co moment- f Do tout ceci résulte clair^ments malgré les vii's efforts déployés par M. Ribot pour le cacher, que le gouvernement français ln avait l'ardent désir de voir la nation russe continuer à verser son sang pour l'aider à réaliser ses illégitimes visées de conquête. » Ce désir a éti exaucé, mais non dius le e sens que M. Ribot se l'était imaginé : on f!\ ne peut croire, en eîfct, que M. Ribot soit ^ assez dépourvu do sentiments d'humanité [3-OUr a voir l; « j . ae ronensivë russe, et avoir quand m-'-me ,go demandé que cette offensive fût entreprise. ;:f rien que pour y trouver un nouveau bois d!allonge eu atteadant l'intervention tant dé-„r sirée de l'Amérique du: Nord dans la guerre. La presse de l'Entente s'est efforcée de e" faire interpréter mon discours de début au tj£ Reichstag en ce s^ns que ;o n'aurais a|> prouvé La résolution prise j>ar la maijoriti n. du Reichstag que sous la réserve à peine n_ dissimulée des visées de conquête de l'Aile-r~ magne. J'ai le devoir de protester contre ^ cette conception fausse# dont le but d'ail-]'[_ leurs n'est pas douteux : il va de soi ce-c>_ [)endant que mes déclarations au Reichstng r_ imposaient à l'ennemi, comme condition Li préalable, qu'il renonçât de son côté à ses visées de conquête. Or, les faits que je a_ viens de vous mettre sous les y eux dlémon-^3 ti-ent quo nos ennemis ne songent pas lo q moins du monde à semblable renonciation. 1(J IvO gouvernement français avait les meil-)a îeurcs raisons d'ordonner le huis c.los pour i\_ Ja séance de la Cliambre 1er et 2 juin : les faits révélés aujourd'hui fournissent, en i_ effet, uno nouvelle preuve de ce que ce 1 10 n'est ni' à nous ni à nos alliés, mais un:- j 1. qurmeut aux puissances ennenries que re- i ,.r monte la respcmsabilité de la continuation t lS de la guerre, et die ce que ce n'est point i ts nous, mais bien nos ennemis que guident r a des visées de conquête. r_ La conscience que nous avons ainsi de la ; r- justice de notre guerre défensive, ronforcera i :0 d'autant notre énergie et notre volonté dî v s vaincre. s « l LES BELGES A L'ÉTRANOER s ' û a ^ Elles ne sont guère réconfortantes, les r e dernières nou velles qui nous parviennent au \ s sujet des faits et gestes cie nos compatriotes - résidant à l'étranger. s II y a d'abord la, triste et pénible affaire - de la grève dans les usines militaires belges ' :i de Graville près du Havre. Les solcEats-ou- s vriers, fatigués de se plaindre êJa lui niau- t; 5 vaise nourriture et du mauvais entretien 0 1 cessèrent le travail. Les autorités intervin- f * rer.t énergiquemoat : cgilx d:s 230 grévistes L - qui occupaient un grade furenit dégradés : s 138 soldats furent renvoyés, S9 expédiés ll ■ au front, 16 incorporés dans les Compagnies J J ouvrières et 2o envoyés à la compagnie cie a; 1 discipline du camp d'Auvours. Le ministre ^ 1 M. Renkia, charge de l'enquête, 'du1 0011 \Te- * nir quo les griefs des grévistes étaient par- R * faitement fondés. Mais il était trop tard, le « 5 mal était fajit. En Hollande, la discorde règne on plein ^ ' au camp d'Agramont. La population Ix lge [!] | y est divisée en deux camps bien distincts n ! qui sont en ce moment à couteaux tirés. n. C^est ainsi que notre confrère Louis Piérard, S( du ,,Soir", n'a pu donner suite à son inten- » tion de faire une conférence au camp desi in- '1 ternés de Zeist, la fraction adverse couvrant . sa voix par les cris : ,,Jusqu'au bout î A 'o„ l'Yser ! Embusqué i Tendu ! Royaliste î" ^ L. Piérard, qui consacre deux colonnes de ,c son journal l',,Echo Belge" à cet événement, Se plaint amèrement do l'esprit qui règne dans certaines couches et sa idéfend $ . énergiquement d'ètro un embusqué, un vendu ru et un royaliste. ^ En Frantxï, les journauix gouvernemen- di taux demandent la suspension par la censure du journal _ hebdomadaire l'„0'piinion R, Wallonne" de Paris, qui prêche ouvertement ac et avec insistance l'annexi'on de la Wailo- d' nie à ia France- En Angleterre, 1',,Indépendance Beiges a do ouvert une souscription publique pour venir pi< en aide aux Belles dans lo besoin. Les allo- sa' cations gouverneme:Uales aiitx femmes et en- ge: fants d'o sioldats au front ont été sensible- aie ment rognas dans; ces derniers temps et ii an ne leur est plus possible de subvenir A î^ars ncsoins avec les quelques smiungs dont elles d'sposcnt encoie, d'autant moins que, d'après dics déclarations enregistrées par 1',,Indépendance", .outes les portes d^ usines et fabriquais se forment devant nos compatriotes, la consigne étant ; ,,0ni no veut plus do Belges." La guerre sous-^marine RECTIFICATION. — Les navires néerlandais „Batavier II" et „Zeemceuw", arrêtés par un sous-marih anglais, avaient été nagruère capturés i^ir les Allemand», amenés à Zeebrugge et déclai'és de bonne prise. Ils avaient, en conséquence, un équipage allemand à bord. C'est donc par erreur qrae ces navires ont été qualifiés de ,,néerlandais" dans la dépêche d'Amsterdam que nous avons publiée hier. * 1 Pans, 28 juillet * Une note officieuse annonce que les cher.-àé l'armée et de la marine de l'En lente on. conféré à différons es reprises et ont surtout examiné les questions intéressant la guerre des sous-marins et la conduite* générale des opérations militaires. * * ♦ Amsterdam, 28 juillet : L'Agence télégyajpbique néerlajadfcps^ annonce que 1e nombre total des chalutiers néerlandais qui 0111 été coulés est de dix. * 4c Copenhague, 28 juillet : La barque norvégienne ^Develron", qui : se rendait de Bueinosi-Ayres à Copenhague, a été coulée. Londres 2? juillet : A la Chambre des Communes, ls±ï Mac-Namara a d-.'claré que plus de 3,000 navires J sont déjà armés; l'armement des autres con- ! tinuo. Il est inopportun, a—t—il déclaré, de j donner des détails à cet égard. . , , 1 ; Londres, 28 juillet : Lord Sclborne, ancien gouverneur généra] de l'Afrique du Sud et ancien ministre de l'agriculture, a déclaré au cours d'un discours prononcé à Londres : — Ne croyez pas un instant quo le dhn-jrer de la guerre sous-enarino soit écarté. Il est possible que les opérations des submersibles donnent moins de résultats à présent par suite do la contre-action de notre flotte, mais ;o reste absolument convaincu qu'avant la fin de l'année nous verrons uno recrudescence do la guerre des sous-marins qui sera plus grave que -tout ce quo nous avons vu jusqu'ici. A mon avis, ^la guerre 11e finira pas cette année, et. il semble que la victoire ou la défaite dépend du i rendement do la récolte de 1918. o L'Allemagne et les Etals-Unis Washington, 28 juillet : A la Chambre, au cours do la discussion du budget do la guerre, L secrétaire d'Etat a déclaré que la première année de guerro coûtera 10,730,000,000 de dollars aux Etals-Unis, non compris les avances consenties aux Alliés. E11 conséquence, un. Crédit supplémentaire de G 1/2 milliard*» do dollars I.la. La situation en Grèce Londres, 29 juillet : O11 mande d'Athènes au ^imes" : — Un conflit menace d'éclater entre le , roi Alexandre et M. Venizelos. Le Roi est \ un obstacle aux projets du président dît ( Conseil, et celui-ci cherche à l'écarter en { amenant la Chambre à voter la destitution du Jioi et à proclamer La République. Or, r io Roi s'oppose à la convocation de la <. Chambre, iyl. Venizelos aura probablement [ recours à li violence pour s'assurer uno , 3ut;ère liberté d'action. Les milieux roya- f listes ,i;'recs estiment que son attitude amè- [ ier*a des troubles sanglants. DÉPÊCHES DIVERSES 1 1 La Ilaj-e, 2S juillet : y Après la rotraile du baron mi. s u tro fcelga des a^j'aîrcs étrangères, le jour- 1 lai llamanj „Vrij Bclgiô" s'attend à la re- ! raite des mijiisirea do la gi:erra, dci ht irjs-iuo et du travail et à des modifications c mportantes dan» le haut personnti diplo- i' tatiquo Lclge à l'étranger. Le ),Vr'j Belgîë" craint que le groupe !!:.eajnni-!3, qui a pour organe lo ,,XXe i de" et dont le chef est M. de Broqus-ille, ait encore gagne beauooup de terrain. * J. .Milan, 29 juillet : I j' On mande de Paris au ,,Seco]o" : <; — La Coni'érenco de l'Entente, qui vient si 0 se tenir à Par^s, a décidé définitivement te 3 faire uno campagne d'hiver et a pris les a lesures stratégiques* pour l'hiver es le d< rin'iemps prociiain. .. * * « Paris, 28 juillet : f, Les journaux insistent sur la gravité de d< 1 situation militaire en Russie. Sous lè ri- j-:e : ,,A l'aide do la Russie ! M (.Jus- ci tve ^ Hervé écrit d'ans la ,,Victoire" que les le :>uséquences du manque de disciplina dans d< armée russe sent funestes et demande que 1' Entente vienne rapidement au secours de l' >u aliico en commençant une offensive &ur t.. ! iront à l'ouest. Toutes les troupes de ch Entente doivent mettra un point d'honneur ne i>as laisser anéantir la Eussio par ^ Allemagne. _ la Le ,,Temps" écrit que la victoire aile-lande est un triomphe remporté sans dan-t ni gloire, mais qui mes quand même ^ 5 nouveaux gages 'entre les mains de l'en- pr jmi. La répercussion morale des efforts ch ie faits l'Entente à l'ouest est annihilée ni îaque fois par les succès que les Aile- ca ands remportent à l'est. L'Allemagne c'0 a in tient admirablement le moral de 'ses •lûats. La faiblesse de la Russie coûte cher ix Alliés." De son oôfc^, le ,,Temps" fait remarquer ix chefs russes que la France doit se a irtîer, aujourd'hui plus que jamais, d'une L* n (agi on dangereuse et qu'elle doit main-tvir la discipline et l'union dans son pro- vi ra pays. ilv Le collaborateur militaire du ,,TSmps?; t quo le haut commandement die l'armée vu ssa doit forcément se borner aujourd'hui o-u coordonner la retraite ot à rétablir la ° scipline. Dans li ,,Liberté", le lieutenant-colonel >usset déclare que toute la Bucovine est [uellement menacée et 1',, In transigeant' ' ; que ClzOrnowifei esc en danger. L'amiral Degour, collaborateur militaire 00 la ,,Liberté'% dit qu'une intervention raie du Japon est nécessaire et qu'il faut roir reconnaître que la Russie es: on dan-? L'Entente doit se hâter de venir en Es fi à ses alliés malheureux; il n'y a pas ni s instant à perdre. à Le critique militaire de ,,La Yicboire" l'I ecr.t que si 1 o.tensive germano-autrichienne continue avec la mCme rapidité, toute la Galicia orientale est perdue. * * * Taris, 20 juillet : , • "| De l'Agencé Ilavas : Aussitôt que l'aitaque aérienne sur Paris a ét'i signalcc, les pompiers ont parcouru les rues avertissant la population, par des clairons et d03 sirènes, d'avoir à se conformer aux mesures do ajourné prescrites. Les aviateurs se sont élevés à la rencontre des appareils ennemis et les protecteurs ont sillonne lo ciel do leurs faisceaux lumineux. La ville a été immédiatement» plongée dans l'obscurité. & * a I Paris, 29 juillet î Les journaux annoncent que les quatre délégués du „Soviet", do ivtrogracE, sont arrivés de Londres à Paris. Ils ont été reyus à la gare par MM. Cachin et Mou-tot, déi^mtés socûilisLos. On aUeniâ au;our-d'hui l'arrivée de MM. Henderson, Mac Donald et Wardie, chef du parti ouvrier britannique. Les délégués anglais et russes délibéreront à bref délai avec le comité du parîi ouvrier socialiste français et le groupe socialiste de la Chambre française au sujet de la Conférence internationalci convoquée par lo ,,Soviet". t ♦ P ir'&, 2S juillet •* Le gouvernement monténégrin, qui a son siège à Paiis, a protesté contre son exclusion de la Conférence des Alliés. A la suite de cetro protestation, ie président du Conseil et io ministre dos affaires étrangères monténégrins ont été invites à ia séance de clôture. » Paris, 2S juillet ^ * La Commission du parti socialiste s'est réunie mercredi soir pour discuter le rapport de M. Renaudcl Sur la question: ,,A •jui Incombe la responsabilité de la guerre T ' do manière à pouvoir répondre au questionna ifo cie »c't'..cxho]m. Bien que la ma.jo- ; ri té aifc faifc des concessions à la minorité, îes deux groupes n'ont pu se mettre d'accord. La minorité reste d'avis qu'il ne seul l>3/s possible d' c.tablir qui o;-t responsable do la guerro tant que les document diplomatiques cooitempiorains n'auront pas et j publiés. La minorité insiste pour que cétie manière do voir soit exposée à la Confô-îenco de Stockholm. Le Comité du parti socialiste so réunira encore lundi. » & « Rotterdam, 23 juillet : 1 On mande de Paris au ,,Nieuwe Rotter-damsche Courant" : — A l'unanimité, lo Conseil do guerre a condamné à mort pour espionnage Mme ZeHc, danseuse dè nationaH,é néerlandaise, comme sous le nom de „Mata Ilari". t> * l><vne, 2>? ju:uc-t ; Suivant les journaux italiens, lo Comité .les socialistes gouvernementaux dw Florenc-i voté plusi..'tijs résolutions. Coatrairo-r-eat la proposition de M. Turati, il a ét". d.-iàd'é notamment qu'en vue d'assurer la pai e bref, d-ilai, les groupes parlementaires îoivent s'abstenir de conclure avec les péris bourgeois quel me "'con:;-rom;s quo ' ce >ait et de R'én tenir strictement sur !oter_-• iin cola lutte de?- classes. Il a été décidé en nitre de Convoquer une conférence sccia-istc nationale à Rome. Cetto conférence tura liea du 25 au 29 septembre. Sar.s at-e:idre lo congrès des socialistes de 1 ién-ente, qui dioir, tenir à Paris, la direc-ion du parti s ;cialisto italien a d cidé ea-ore d'envoyer d<-s délégués aus-i Ineii à la délibéra tion du groupe de Zimmerçvald à tookholm qu'à la confère!.ce russe. M. Tii-ati a exprimé l'avis qu'il fallait aller à ;tackholm et d -libérer égalemeat, dans l'in-■r't suj-éricur de la paix, avec les g rouies socialistes qui, ea co qiui regarde la uOrre, so «'a;t plao's sur un autre ter-nia que celui d'e l'Internationale. Co te propoîi ion de M. Turati a été vio-•rnaient combattue dans toutes ses parties ar les dirigeants da pa^-ti. Les Russes, invirés à la Conférence de lorence, ont télégraphié qu'ils no pouvaient assister, faute d'un cl- lai suffisant pour y rendre et ils ont prié lé» d'légués Paons de se trouver au congrès des secia-stos de l'Ente .te ii Paris. Finalement, ou a- voté un ordre du four i -■ .-imanl la confiance des socialistes ita-.s en la personne du social;s:o suisse rimm, qui a ét^ viclime des intrigues de 1 . bourgeoisie. * * u Londres, 2S juillet : Ïjq collaborateur militaire du ,,Daily Te- J graph" écrit que si la guerre doit durer ; t'squ'à ce que l'Enteate ait atteint la but ^ .'elle s'est proposé, à savoir la victoire 1 îr l'armée allemande, il faut que l'Angle- 1 rre so préparo à iwîo guerro de longue [ irée, qui exigera le recrutement de pins 1 : matériel humain. Faisant la. critique de; J •escriptions ea vigueur concernant 13 ser- * .ce militaire obligatoiie, il insiste sur le 1 ot que l'obligation ne devrait C-tuo subor->nnéie qu'exclusivement à l'âge des inté- c-o> il proteste vive a vent contre la dé. c sien prise d'atïranchir du service militaire -] s hommes mariés. Parlant, en terminant. 1 > l'aide qu'il est possible d'attendre do 2 Amérique, il expose que 1 instruction de .T :rméo américaine demandera un long mps, .pendant leriuel Farinée britannique vra continuer à tenir sur le front. — Il faut donc, dit-il, nous a'tondre à voir peut-être supporter pendant deux ans charge principale do la guerre, et consi-rer comme absolument nécessaire la pre- ■ .rattion d'une nouvelle cam).vagne d'hiver, j même, en e^'et, la Conférence de La n ix venait à se r'unir la semaine pro-aine les conditions sur lesquels es ell^ se attrait dj'accorcî sera1 eut mesurées à la pacité de continuer à se battre qu elle re-anaprait aux bclligérauts." c * * 5 Londtes, 28 juillet : Lord Rhondda, directeur de l'al'mentaiion s exposé son programme à la Chambre des (.: »rds. Des prix maxima seront fixés pour " i denrées do première nécessité : pain ® ind'e et sacre, chez les produfeurs, les crméciiaires et les détaillants. Ces prix 11 'ont établis suivant le système adopté en ^ 0 do la diminution des bénéfices die 0 erre. ♦ n * * c. Rome, 27 juillet : n M. Lyssakovski, jusqu'à présent chef du reau de la presse au ministère russe des aires étrangères, a été nommé ministre Russie auprès du Saint-Siège. Q « » * p: Vienne, 28 juillet : ".es ;ournaux annoncent que le comte T terhazv, président du Conseil des mi- à 1 res do Hongrie, arrivera le 31 juillet u< yicame et rencontrera le chanosOier de a' mpire allemand. d" COPJWiUS^JÎQUÉS OFFICIELS Çoffiaauaiqaés des Puissances Centraie^ Berlin, 29 t'nillet. —" Officiel ; Thoâtre de la guerre à l'Ouest. Armées du t'eld-miréchal prince-héritier Ruppreeht de Bavière : Hier, de grand matin jusque tard rfan-s la nuit, la bataille d'artillerie a sévi en Flandre sans interruption. L'action do Far_ tillorie est d'une teao violence qu'elle constitue le maiximum de puissance développée depuis ie cjébut des hostilités par des batteries mises eu ligne eu masses. Sur plusieurs points du champ d'e bataille, des attaques prononcées aussi bien par nous que par l'ennemi ont amené des duels d artillerie locaux et acharnas. Depuis le canal de La Bassée jusqu'à la rive méridionale de ia Scarjya, le Jeu de F artillerie a augmenté d'iutcnsité lo soir. A l'est çh Monchy, des attaques pronon-céaa 1a nuit par des bataillons anglais; se sont ecroukes et oul coûté de fortes pertes à l'ennemi. Près d'Ossus, au nordi ouest do Saint-Quentin, des attaques- britanniques locales sont aussi restées vaines. Armées du prince-héritier allemand : Lo long du Chemin des Laims, en Champagne, les opérations deviennent plus actives. Au sud-est d'Ailes, d'importantes forces françaises ont attaqué une fois le marin et trois l'ois le soir. Un régiment de Cologne, qui a souvent fait prouve de t inacité, a repoussé toutes les attaques ennemies par un corps à corps acharné. Les opérations aérijnnes ont été 0:.traor-dinairement nombreuses, partiiculiJàrement sur le front en Flandïc. iSous avons descendu ob avions ennemis. A la tête de son esca-•irille de chasse, lo lieutenant Drostler a complètement détruit une escadrille de (j appareils ennemis et a lui-même remporta sa 20e victoire aérienne. Au cours d'un combat aérien, ie lieutenant chevalier von Tui:-scheli a descendu son 10e et son 20e adversaire.Théâtre de la guerre à l'Est. Front du i'eld-maréchai prince Léopold de Baviùre : Armées ciu général-colonel von Bcehm-Emiolli : Dans la Galicio orientale, les Russes se sont retires au delà des frontières des deux cotés de Husiatyn. , àos corps d'armée ont atteint le Zbnicz- 1 D'autres corps approchent du con:iuent du 1 Sereth septentrional et- du Dniester. Entre le Dniester et la Frutih, les ar- ' rière-gardes russes ont accopté le combat i au sud-est d ilorotienkà. Une brillante attaque a peroé leurs positions. 1 Nous continuons à poursuivre l'ennemi 1 sur les deux rives du Dniester. Front du général-colonel archiduC Joseph ; Dans la vallée du Cz.:remo|32, nous avons conquis Kuty. En amont et en aval 'de la ville, nous changeons de rive eu ce moment.Dans les montagnes, nos divisions avan- i cent en combattant sur les talons de l'ea- • nemi au delà de la rouie Szl i ;Oth-Moldava- : -Sulitjzn. ~ * Au sau de la vallée d'Oitos, nous avons i repoussé do fortes attaques dirigées par les : Russes coiitre le mont Casinulai. i Sur la Putna supérieure, nous avons ter- | miné i exécution des mouvements commences î avant-hier. : Armées du feld-maréchal von Mackeasen : i S'iir le versant Septentrional du massif u O'u'obeit', des atvat^uos ennemies ont échoué. Dans l x pleine de la Roumanie, faible feu t'artillerie seulement. r. Front en Macédoine. t La situation est inchangée. r Berlin, 29 juillet. — (jfi'iciel d'iiier soir; t En Flandre, la bataille d'artillerie continue. c Dans la Calicie orientale, nos corps d'ar-Tl,'*e approchent de la rivière-frontière de t Zbrucz. v * Berlin, 28 juillet. —* Officiel : 1. Dans la 2011e interdite autour de l'An-jleterre, l'activité de nos soas-marias a eu- r -°re fait d-Sparaitro 2(.s,uôo ton: 9. de 3au- r ^eage. Parmi les navii-cs coulés, il y avait : h es vapeurs anglais ,,King David" (3,680 onnes), allant de Brest à Arxhangcl avec me cargaison de munitions c 55 avions ; vUtiii-field-" (3,0S6 t.), allant de Porlland à a Dublin _ avec 5,003 itoinaes de froment ; s jObussl" (4,416 t.), allant de Dakar vers 'Angleterre avec une cargaison d'huile de e: '•nlmier et de noix do palmier; ,,Dudaope" V 2,0Sô t.), chargé de caarbon; le vapeur a irmé italien „Lamiak L." (2,220 t.), avec d-me cargaison complète. Un vapeur navi- îr luant dans un convoi protégé ,i»ar deu^ con. a re-torpi^eurs ot cinq chalutiers, a éti tor. cl >illé et s' gravement avarié que, d'ici assez ongtemps, il ne comptera plus comme ton» Lage. 2. Nouveaux succès de nos sous-marins m ans la Méditerranée : un certain nombre et o vapeurs et do voiliers, représentant un augeago total do 20,000 tonnes. Entiro au- lî res, il y avait : les croiseurs auxiliaires ti< nglais „Bcdbreast" (1,313 t.) et „Nevv- g; Darket'' (S33 t.), ainsi qu'un transport >urdémont chargé, en route pour Saloaijue, m ui a flambé d'un bout à l'autre aussitôt si orpillé. !>• Dans la nuit du 23 au 27* juillet, un de os dirigeable; attachés, à la station do la II îalîique a attaqué avec grand sucôès des b: at.cries et des fortifications des ^les Aalanô; T L a réduit au silence une des batteries. En a> éiût du fou violent auquel il fut exposé, la otro dirigeable est rentré indemne. m =» (1. Sofia, 28 juillet. — ^Officiel : en Tout le long du front en Macédoine, fni- ia le feu d'artii i rie ; il. n'a été plus intense hf ue sur le Dobropnlje, au sud de Doiran, va ur lo mont Perviste et à l'est de la Jzerna. Des détachements de reconnais-^nce ennemie ont été mis en fuite par no- •0 feu. Une com^xignio ennemie qui tentait je' 'avancer près du i3obropoi;e a été disper- le: 3e par des jets de grenades à main. Sur t Stronma inférieure, près de Chrisaa Ka-' P- tela, nous avons î-epoussé par notre feu su n détachement do reconnaissance composé fr 3 troupes do cavalerie et d'infanterie.x m Sur lo front en Roumanie, près de Mah- mdie, fusillades. Sur le Sereth, dans le so ict.our' de la Strouma inférieure, canon- ne ides et fusillades locales. ' do o 0 # en Consi an tinOple, 2^ juillet. — Otf'ciel • pe Sur la frontière persane, au nord et au ur 3rds-est de Sulei,manli, engagements sentie itrouilles. es Sur la côte de l'Asie-Mineur?, à l'ouest ce fa: schesme, notre artillerie a forcé un navire co moteur ennemi à si jefer à la cote. Non s pe >us sommes emparés d'un canon de 57 mm. -ec munitions, de 4 bombes, do 6 fusils, in une mitrailleuse, do 360 cartouches, ei. I'a d'importants documents qui eo trouvaient à bord du navire. La nuit du 27 juillet-, canonnades locales. Le 27 jaLlo:., violent fea contre le groupe de Gaza. Berlin', 28 juillet- — Olficiéur : Lo 27 juilk't, continuant ù, nmrCiWr irrjjv'tufMi-SQir.cut do l'avant les ttoupes oJtl^mûRuc^ et aawtroJiongToiSes onli encore arraclié aux Kv.ssôs uno partie importante (le la Calicie orientai0. Soç les deux ii vos du Dnicstei, ci'i-s to ^omt e.npru r 'e3 de3 villes d© Jagielnica et de llor^ ieiiilia, Eitiu'fcs eur 1^-s voies ferrées qufi coinLoii: ie t s. Czcrno'witz, lignes tr^s importantes ai» p. i »C vue siratô^iquo. Eu oi?tre, elles ont refoudé plu* profondément encore les arriè:e>.ga.rdas rus dans le coiu'e que torir.ent lo .-r'ereth ci. lo Dni. t r et ont envahi, sur un front 00 45 kilomètres, la, région de6 coliines sit-j'oa entr0 lo r^iicsf.T et le l'rutb. Los colonnes allemaniles et ai P'fO-hcngrci"ea, d'ijoiTcliant des forets des Carpntl.e:, os.f unrclié vers le nord (t Je no:rd-est, dans la dircc.i »i de l.i vall c du Pruth et, dans la r gion des r->utca du C"eie:uos elles ont ^Crri de près l'ennemi qui fuit. Loi destructions et. de3 dc\T_;taki.3 marquent la route que suivent lc<i Ku<^-es en retraite- En atteignant la localité d.î Zallotow, noa troupes, avec ira élan admirable, ont prrc&ura depuis le i'j juillet, la di 11:1:0 <'.© cent kilomètres qui s pare co :o local3^i de Kaiusz, 3ur la Loami'-a. 10 00D kilomètres earr>'fl do terril'o'rc ont t reconquis. Sor le front en Roumanie, ('ans 1rs Ca:pathe3, en -VWi'.avio, sur lo ALyr et le Casmului, lea tent icivcs d attaque de l'ennemi o:.t Ci.''. t!-;oulf es soi:s nclre feu. Plus au sud, les op'rations oit éti un peu plus actives près d* FouD-13mair. Dans la région de Sarai, des a».taci;icS do ro->nî:.:is-^as!eo eaùemies ont éti repousses d'iuut; j::anièr« sanglante. Une opératioa ce nos pairouilt s noua o, valu iiiii aseez grand nombre de prisonnier^ et île mitrailleuses. En *Lk)oMoine, dans les environs du lac d« Doiran, lo feu de i'arti!leri0 a 'f violcn!-. Dttns la r.v>ion du Dobropolje, une compagr.ie ennemie, r-ui avx.it pris l'offen-ive, a été repou-So et a 3ul i des per'es sp-sibleî. l.n I- lanuro, ia batai.lg d'artillerie a conlinuj \ ? v'r, le 27 juâliet avec une grande vie-'.cm e, no :aminent au sud de Dixmude et des deux cOt a l'ilo-deiH^e. Dans l'apriB-midi, des forces n.iv.-.ioj , • è;e? ennoinies sont arrives devomt la ^ 1 t e ; ^lit*-" sent rest es hors d© pnrt « d© nos canons. Grande activité des aviateurs. De 23 juiJl.t, à 0 licn.o du matin, i:n très ,:icleiit feu romani s'est déchaîné depuis Merckem '.'.s (u à Houthem. 6i.r le resto du front à l'Ouït, 1« f© j de atîiilerio a été extrêmement violent drais ti© ;c"-' rdu eoeteurs. Dans io seotcur de îy.int»-L''uC'i.tin et dans l'est de la Champog: e nos ,:oupes ont ran e'i'C àes prisoiaiieis 6ar io front le l'Aisne, les i'"ran .ai3 ont encore une fois Fubi le fort-s portes sanglantes, p a r ÙOirl i < - rem e ' u an :ours ce? deux- violentes at:afj,i;:3 qu'ils ont pro-101: 03, entée D et 10 heures du so.r» au sud r Ailles, aînfci qu'au cota-, d uno attaque do pa-rouilles prononcé o près de la Icr,n:o ce J'c-io, (îan, après deux heures de prèpara.iioji <1 :. . i''o-• 0 Ct qui a complèicmejït Ccliou-'-. Une forte ; (.ta-ji'e française, prononcée le 27 j iilet. à r, heu & lu matin, sur lu lloihbérg a t repouss e d'r.ua naniero sanglante. Nous avons fait ](;o 1 r s j!_ liers pàiani lesquels ge trouva l'éU.Î majoi d un jaaauion. ♦ 1 Berlin, 23 juillet."— Officieux : Au co'ùrs du bomterdement de Saint-Quei-lia »ar les Anglais o: par les Fran«iD. !a e 1 . Q Jathedrale a et* toucli'© par cbiss ; 'e j a-ais de Justice en a re.u «m-iron u5'.', lr'-i'r.so ^ant-iiaitin 100; le Lyc'e et l'Egli e 6 u ':!01' 1 1'Hytcl c'ft vi l - et le Jar Ma Ut.ni-i-Pesîo et la llou.a-, une ticntain- t .© aieutre et ia Banque de France 11:0 vin':t..l::c. -n grand nombre (] ini!mei7bl<s, parmi l.s>: !s ,q .,1.3^0 Deeuyer et deux gra:id3 maf:a8ins, 1 tto ncendi-o e: eompd.;t,:r.ont dCciruits. I.î c,wV;>nt ■■■•,} <!« u •i.-.-.i 'i.i-l pr tend que I ari:l.cwc fran aise - f-a ontre forn-ol c.e r.e pas {i:-cr SUr la vil!o 'cfc uriottt d épargner la Cathédrale. Communiqués des arrnés3 alliées Paris, 2S ;wllet. — Officiel de 8 lie:;: -s; La nui.: a .-iô màrqaiO nar un v:i:i t lonibarttemcnt suivi à'^.-.e «Sri» ,'o nouvij eues tires enptemics, su.r tout 1 fton: Krû*. na^onno-s-Epine de Clievr^ny o.t xerl i9 aonument d'Ilurtcbise. Touios i .s al.; : -iat'anleric enne'iue pour pin^'ir/r dini nos toiles ont eompl&enieiit «caoué ct lui oiis outé de lourdes perîO.5. Activité rxipi'Ojue (h i'art lle.-iï o:- Cli:r,i-afïiie, sur iô -VIont Haut ct sur iij ■> ci ; c ives de ia Aleus-. * Pi.ris, 28 juillet. — Officiel de U h!-i:r-ï: Journto relativement calme, suuf d.îns : , igion d'Ai.l s liurtebise ct sur le.; deiu ives de la lieuse, où l'aotivi;6 de l'ar,.;-- :rie a été grande, de part et d'au-ro- * 4c * Lomlres, 27 juillet. — O fidel ; Lo premier alinéa du communiqué oî-icir-1 nglais publié liier doit ftro rectifié coian.a U- : — Cette nuit, combats locaux dars les îvirons de La Bass :e, au sud-oaosfc (la 'araeîon ; nos troujîcs ont expulsé 1 eanft-1 du village et ont fait un grand norabra î prisonaiioc». D'importantes forces alio-andes ont prononcé une céntre-attaTua qui ramené nos détachements dans leaiis tran-tocts de départ." ♦ Rome, 25 juillet. _ *Oi'ficiel : Les duels d'artiiloris journaliers ont été i peu plus intenses entre la Zu^na-Torna Je Vallarsa. Dans la vâlU'e supérieure de Do^aia, sur la ombon et sur le Dosso-Faiti, les ' >ns d iafanter'ie se sont limitées à des er.-igemcnts entre patrouilles. L'ennemi a l'ait sauter deux puissantes ines sons un de nos retranchements établi r le Monte Nero ; les explosions n'eut b3 causé de dégâts. Grande activité aérienne sur tout le Iront. 'Cr soir, un de nos dirigeables a bora-irdè la voie ferrée entre Santa-Lucia-cS >!mino et Bazza-di MeJua. Quelx]uea aateurs italiens ont endommagé des mstal-tiuns militaires ennemies à Opcina. Ca at-in, une for^e escadrille aérienne, prota. e par des appareils de chasse, a lancé viron 3 tonnes de puissants explosifs iiur Centrale électrique d'Idria ef. sur d^s ngars établis dans la valL'u de Chiaj_x>i no. ♦ Petrograd, 27 juillet. — Officiel : Sur le front à l'ouest, au nord du Prip« , fusillades ; elles ont £té surtout vio-ires entre Smorgon et Krewo. Au nord de Tarn'opol, l'ennemi a occupé otytza et Tschcchistiluw» localités siiiaéSs r le Seïeth. A l'est de Tai'nopol, sur la mt Lazow-Smykowelz, des attaques oane-es ont été repoussces. Au sud-est de Trembowla, nos trouas sa ac légèrement retirées vers 1 est dans da uvclles posi-tions. Dans la région de Tu-row, au nord de Czertkow, des attaques nemie3 ont été repoussées par nos trou-3. Lo 25 juillet, notr9 cavalerie a livré nouveau combat) fructueux dans la r-> >n de Korosmiatim-Kamarowka, au sud-. de Monasterziska ; elle a repoussé 1 ia-îterie ennemie vers le nord-or,est. Le nmandant du régiment „ Kherac'x uil*ow !^ a :dui la vie au cours ce ces comba{s. Entre lo Dniester et les Garpathcs, n. s upes ont poursuivi leur riîlraite vera st,

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes