La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

553 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1915, 12 Septembre. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Accès à 19 septembre 2019, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/v97zk57503/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

LA BELGIQUE ADMINISTRATION ET RÉDACTION 31, Montaffne-aux-Herhes-F'otaffères, BJR,U30£LiZj389 BUREAUX : DE 9 à 17 HEURES Jos. MORESSÉE, Directeur ^ir fj lift 'fp ^ '■» JOURNAL QUOTIDIEN LE NUMÉRO > 1p CENTIMES F Petifés anhohcèi. i < îTT là lîffié, !/. 0.40 Réclame avant les annonces . — î.od ANNONCES Corps du Journal .... » — 4,00 Faits divers — (.00 Nécrologie i _ imi AuJourd'Iiiiii SZ3C pagres. U GUERRE 405° jour de guerre Lea dépêches ne signalent pas de combats sérieux entre la Dwina et» le Niémen. De puis le sud-est de Grodnc jusqu'à l'est de Drohieayn, les belligérants restent en con fcacc étroiii le long de la. Zelwianka, ains: qu'à l'est de la Rozanka et de la Ja^iolrii supérieure. Ils sont également aux prises iles doux côtés de la voie ferrée Brest-Li-towsfc,-Pinsk, où les Allemands se sonl avancé jusqu'à 20 kilomètres à l'est cte Droliiqzyn. Toutefois, 1;envergure des engagements annoncés dans ces divers secteure apparaît} comparativement plus restreinte. I/alluro des opérations dans la régioD où combattent les armées russes du sud esi beaucoup plus active. Tout d'abord, on voit se préciser la menace d'investissement de Rowno : l'aile droite russe recule», eu effet, au delà de la Stubla, affluent du Go-ryn, et les assaillants se trouvent à une douzaine de kilomètres à l'ouest de la forteresse. A l'est de Zalosce, le centre russe accentue sa retraite vers la localité frontière de Zbaraz. Dans le secteur ouest de Tarnopol, les Russes continuent leurs vigoureuses contre-attaques, de interne que sur la rive occidentale do la Sereth, au sud de Bucniow, qui a été ocoupée par les Allemands. A ce propos, un lecteur nous reproche cfe ne pas avoir suffisamment insisté, dans notre axposé d'hier — suffisamment à son gré — sur la victoire que le communiqué do Pétrograd du 9 dit avoir été remportée le 7 8ur les Austro-Allemands près de Tarnopol. Nous nous sommes, en effet, contentés de dire hier que les Russes venaient de se comporter dans ce secteur avec une rare vaillauce, mais cette appréciation nous avait été inspirée uniquement par les indications de 'Berlin et de Vienne. Le- dépêche àe Pétrograd exposant l'affaire de Tiamo pol n;e3t parvenue à notre connaissance que tard dans l'après-midi, alors que notre résumé quotidien était depuis longtemps terminé. Malgré les détails que cette dépêche uoits a apportés, nous somipes fort au regret de ne pouvoir aujourd'hui aiouter grand'chose à noue précédente appréciation-Sur les pointa principaux, nos 'lecteurs l'auront remarqué, les déclarations de Berlin et de Pétrograd se contredisent catégoriquement, mais il ressort en fin de compte de leur confrontation que les Russes, après avoir très courageusement forcé les Autrichiens à reculer dans la région de Tarnopol, ont d'il se résoudre ensuite à regagner les positions d'où ils étaient partis — c'est Pétrograd qui parle — sous la prcission d'une violente contre-attaque allemande appuyée d'un feu d'artillerie insoutenable. Nous ne pouvons donc, réserve faite de la question des pertes subies de part e d'autre, conclure autrement qu'en disan que les combats acharnés dont il s'agi n'ont finalennant pas modifié la gituatioi stratégique dans 1a région ; ils^ ont mi une fois de jplus en lumière la vaillanc des troupes russes, et cela nous l'avions de hier souligné. Au surplus, nous Pavons ait déjà e nous le répétons, pour que la contre-offen sive d'apparence très sérieuse aotuellemen prononcée par l'aile gauche russe sua* h Sereth ait un résultat pratique, il faut qu< soit enragé 'le mouvement de recul imposa à Paile droite et au centre à l'ouest de Rowno et à l'est de l'Ikwa et de la Se reth supérieure. s * • Du théâtre de la guerre dans l'Cuest ainsi que du front italien et des Darda nettes, les nouvelles sont redevenues insi gnifiantes au point de ne suggérer aucun* observation intéressante. AU FRONT — Je me promenais, hier, à quelque cen mètres de distance des tranchées, à linté rieur de nos lignes, quand j'arrivai tout j coup près d'une maisonnette délabrée, maii qui, pensez donc 1 était encore habitée pai toute une famille 1 Devant les fen/ctre* étaient étalées toutes sortes de marchandise que recherchent les soldats. Curieux, j'entrai : — Madame, vous avez encore des pou les ? Ne veudez-vous pas des ceufs ? — Certainement, mon garçon 1 Combier t'en faut-il t EHe n'attend que ma réponse pour plonger dans l'eau de sa bouilloire les deux œufs commandés, et met le tout sur le feu, Je la questionne, très surpris de la ren-cci îtrer si près do la ligne de bataille. — Je suis ici pour nos pauvres soldats, {pour vous autres tous l D'ailleurs, c'est l< Roi qui m'a dit que je devais rester ic: pour vous. — Le Roi 7... — Parfaitement I Le Roi est venu clie. moi et m'a demandé de rester ici 1 — ?... — C'était par une belle après-midi d'été Je travaillais devant ma porte, lorsque j vois s'arrêter devant moi nn long coin mandant accompagné d'un lieutenant. Il m regarde d'un air étonné — comme toi,tiens —- et nie dit en flamand : — Eh ! quoi, ma bonne femme, vous ête restée ici î — Oui, que je lui réponds; oui, com mandant. Je suis ici depuis que la guerrj a commencé. Je ne puis pas m'en aller.\ Les soldats sont chez eux chez moi, et moi je les aime bien, ces pauvres garçons ! J faut savoir, mon commandant, que mes deu] fils aussi sont à l'armée. Alors, c'est, pa étonnant que j'aime bien tous ces garçorûJ Quand il faisait froid, ils venaient se r% ohauffor et se sécher chez moi ; quand il ont soif, ils y viennent- boire nn coup. — Mais quand il pleuvait partout â$: bombes et des balles, qu'est-ce que vdat *vea fait 1 — J'ai oouru "lors dans la boue jas qu'aux genoux pour aider à transporter le malheureux blessés dans les automobiles. I y en a eu, ici, allez, devant ma porte dans ma maison, partout. J'ai aidé à le soigner ; je leur donnais à boire. Depui lors, on a même tiré sur ma maison...Mais que voulez-vous, mon commandant, je n saurais pas me résigner à partir. — C'est très bien, dit-il alors; continue à bien soigner nos braves !" ...Et je le lui ai promis, oonclut labouni femme ; car, en somme, les soldats n'on pas demandé toutes ces misères, n'est-ci pas ? — Mais comment savea-vou» que c'est ai roi Albert que vous avez parlé î — Pardi I mon fils qui est aussi dam les tranchées, se trouvait justement dans h maison. Comme je rentrais, il me dit : — Méke, sais-tu à qui tu viens de parler' — Qa, non I que je réponds, o'est sam doute à un commandant, puisqu'il avai trois étoiles... — Non, non î qu'il dit, notre Charles o'était le Roi 1..." Je me suis saisie dt coup ! Le Roi !... Ce qne j'ai eu peur., après ! Mais enfin, vois-tu, je ferai ce que , je lui ai promis ! L.A DWINA La Dwina, sur le cours inférieur de la quelle se livrent tant de furieux combats eût longue de 1,02kl kilomètres, et son bas s in comporte 8o,00U kilomètres carrés. Ell( sort du lac Oshwat sur la hauteur de Wai-dai, au 6ud des sources du Volga et coule tout d'abord vers le sud-ouest entre ^ hautes rives boisées jusqu'à Welish : elle prend ensuite la direction oue3t et baigna le contrefort sud de la crête montagneuse du nord-russe jusqu'à son confluent avec l'Ulla, qui vient de gauche, en amont de Polozk. ici commence la percée de la montagne dans un lit aux rives abruptes e rocheuses, hautes de 13 mitres, avec de nombreuses chutes et tourbillons. Peu en aval de Dwinsk, la Dwina entre dans une grande plaine et menace de s'ensaUler. Elit se jette, large de 600 mètres, près de la forteresse do Dunamûnde dans la baie de Riga, à 16 kilomètres de la ville de ce nom* Dès le 67e kilomètre de son cours, le Dwina devient navigable, mais dans des conditions assez dangereuses à raison de ses chutes. Au moment des crues, le trafic des radeaux prend une grande extension Dans le système des cours d'eau russes, la le canal de 1a Bérésina. Grâce aux venta de la mer, on compte, près de Riga. 246 journées sans glace par an. Le nombre des affluents de la Dwina es* très élevé, mais ces affluents 6ont peu- importants. Ceci résulte de la configuratior des terrains arrosés par le fleuve, de la proportion entre sa longueur et la superficie de son bassin. Notons à ce propos que le bassin du Pripet, rivière qui a une longueur de 810 kilomètres, a une étendue de 121,000 kilomètres carrés. Les principaua affluents de la Dwina sont : à droite, h 1 Tocopa, la Drissa, la Dubna et l'Èwst ve ' nant du lac Lu ban et ayant une longueu: 1 de 102 kilomètres ; à gauche, l'Dlla, quii ^ longue de 105 kilomètres, conduit au 6ys 1 tèmo du canal de la Bérésina et à h * Disna. 3 La Dwina suit ou traverse en grand à partie le plateau des lacs baltiqpes. C plateau part de la hauteur de Waldaï ver t le sud-ouœt dans la région de Dwinsk e ' continue plus loin par Wilna et Kowm ' dans le nord de l'Allemagne. En aval di ' Dwinsk, des plateaux secondaires se for ' ment en communication aveo la crête prin * cipale, tel au nord de la Dwina inférieur ' le plateau d'Aa, le Geising j(314 mètres au nord de Jacokstadt, et sur la rive su< l'Oborland de Cour lande (167 mètres), qu s'étend par la Lithuanie vers la Baltique. Tous ces lacs et- petits cours d'eau, en treooupant les plaines et séparant tes rau gées de collines, forment un aspect pitto 5 resque pour le touriste, mais son't autan de difficultés naturelles pour les opération; militaires. Au point de vue économique, le cours in férieur de la Dwina est un centre de granc trafic commercial. Là se rencontrent de nom breuses voies ferrées. De Pétrograd, d< ' Moscou, de '^molensk, de Wilna, de Ldbai " et de Mi tau y convergent les grandes route; i de l'Etat. Entre ces routes et ces court » d'eau s'étendent des forêts de rapport e des champs fertiles produisant des céréales 1 du chanvre, du lin. La Dwina, aveo le ca » nal de la Bérésina, relie, au surplus, l£ ■ Baltique à la mer Noire. En dehors de Riga et de Dwinsk, oi trouve encore dans la région les localité* de Bauske, de Friedriclistadt, de Jacobstad" et de Nowo-Alexandrowsk, toutes villes ru raies de 7,000- à 8,000 habitants. Bau^ki est connue daus l'histoire par un comba qui s'y est livré en 1812 entre les troupes du général^ prussien LE CAS DE L' « ÀRABIC > •2 * Le gouvernement allemand a transmi ;* l'exposé suivant, sous forme de nota i ^ l'aJTTtM^saclêûr" américain à JJirlin : ç —' Le 19 aoû^ dernier, un "sSlis-marin al j/ lemand avait, à environ 60 niiHes marin au sud de Kinsale, arrêté le vapeur an }l glai3 „Dunslejy" et était sur le point, l é % quipage ayant quitté le navire, de d^truiri S sa prise par le feu dj ses canons. A ci moment, le commandant vit un gr^nd va j peur arriver sur lui en ligne dirrite. <?i Ç vapeur, qui, comme cela a été établi pliii P tard, était 1',,Arabie", a été reconnu comm K; étanc de nationalité ennemie, étant d< >nu; | qu'il n'arborait pas de pavillon et n'avai É aucun simple distinctif de neutralité, El î 8'apprpchant, le navire a modifié soi I courd primitif; mais il s'est ensuite de nou i veau retourné directement sur le sous-ma i rin. Convaincu par cette manoeuvre que 1 . vapeixr avait l'intention de l'attaquer et d . l'éperonner. le oommandant du sous-marin j pour prévenir cette attaque, a fait plot^e son bateau et a fait lancer une torpille sj. i le vapeur. Après avoir tiré ce coup de fou i il a constaté que les personnes qui se trou vaient à bord sont sauvées dans quinz* canots. S D'après ses instructions, le commanda ne pouvait attaquer l'„Arabie" sans ave tassement préalable et sans sauver les pe sonnes qui se trouvaient à bord, que dai le cas où le navire chercherait à fuir c ! bien opposerait! de la résistance. i De ce qui venait de se passer, le caç taine devait forcément conclure que V„Ar |bie>" projetait une attaque violente contre ^sous-marin. Sa conclusion était d'autant pli ^plausible que, le 14 août, c'est-à-dire que bques jfi'irs auparavant, il avait été boi Jbardô déjà à longue distance, dans la in< ?d'Irlande, par un grand paquebot apport fanant apparemment à la British Royal Ma gSteam Paket Company, paquebot qu'il kvaifc ni attaqué ni arrêté. [ Le gouvernement allemand regrette tri vivement qne, par l'action du eommandan des vies humaines aient été perdues. Il et Ij prime spécialement au gouvernement) de r . Etats-Unis les regrets qui lui cause lamo i ; - de oitoyens américains. Il ne peut cepe: f dant pas se reconnaître obligé de pavei d< ; dommages-intérêts de ce fait, môme dans t : cas où le commandant se sei'ait trompé si los intentions de l'„Arabie". Si l'accord i I pouvait éventuellement se faire sur ce poii Centre les gouvernements allemand et amér Icain, le gouvernement allemand serait dii tposé à soumettre le différend au Tribum -^d'arbitrage de La Haye, couformément-4'article 38 de la Convention de La Ilary* «relatif à l'arrangement ^>acif'rque des coi , "flita internationaux. Il fait toutefois cet , réserve, toute nouvelle, à savoir que 1 , ; jugement d'arbitrage ne pourra pas const i Uuer uno décision de principe quant à 1 , ^légitimité ou à la non-légitimité de la guerj , allemande de sous-marins. ^ ^oUR MER La Rochelle, 10 septembre 1 Jeudi, le sapeur „Baleinau" est entré a port, amenant le capitaine et vingti-cin ■ hommes de l'équipage du vapeur anglai „Nora". Celui-ci a été bombardé et cou! par un sous-marin allemand, mardi, 3 h. 30 de l'après-midi, près de Penmarol Le navire se rendait de Santander à Ne\a port. t > k t t , Londresi, 9 septembre : : 1 L/loyds apprend do Bennuda que la vi , peuir anglais „Grœcia", de Gibraltar, s'e; échoué. On craint qu'il ne soit perdu. 0 , n'a pu encore venir au secours de l'équ ! page, mais on espère pouvoir le sauver. Athènes, 11 septembre : t,uPnu£a^SSo-a!i£0jilinâ„!3i» de Gavdes, située au sud de l'Ile de Crèt< Dix-huit hommes de l'équipage ont été & barqués en Crète. DÈPÊCHESJMVERSES i Cologne, 10 septembre : , Le correspondant berlinois de la „Gi zette do Cologne" lui télégraphie de Berlin — J'apprends qu'en Bulgarie les autorit< ! adressent à toutes les connu unes une br< , chure exjx;sant que, pour des motifs écom miques et politiques, la Bulgarie pourra 1 êïtre forcée de sortir de sa neutralité < k qu'en ce cas, pour les mêmes motifs, £ place est aux côtés des puissances cei » traies. 3 • 3 * ' • j Paris, 10 septembre : t L'information suivante a été envoyée < , Salonique au „Matin" : 3 — Après un échange suivi de notes, M. V . niaelos a réusai à obtenir un accord enta . les gouvernements grec, serbe, roumain 5 bulgare au sujet d'une conférence des pa^ t balkaniques, conférence ifii aura lieu elai 1 quelques jours à Salonique. Les quatre pa; [ seront représentés par leurs présidents e Conseil, accompagnés chacun par un ofi - cier d'état-major. * * • f t " Sofia, 10 septembre : 6 L'Agence bulgare dément officiflUemei i les bruits répandus par une partie de ! presse bulgare concernant d'importants moi . vemerits diplomatiques, notamment en ce qi I concerne les ambassades de iBucaresti, ( . Vienne et de Constantinople. > . • * * i FrancforUsur-Mein, 10 septembre : i Revenant sur les déclarations faites pî ; M. Radoslawow à une délégation de mer bres de la Sobranié, le correspondant , Sofia de la „ Gazette de Francfort" anuon' que le président du Conseil a déclaré qi » l'accord turco-bulgare était signé. Suivît cet accord, la Bulgarie obtient un nouve* i territoire de 2,300 kilomètres carrés. 1 ; nouvelle frontière suit le fleuve Tundscl i jusqu'à Andrinople. Karagatseli, fauboui ■ d'Andrinople, do vient bulgare. Plus au su > la frontière e>st formée par la Maritza. I t Soslu jus<-|u'à Enos, sur la rive g f.iehe ( > hji Maritza, deux à trois kilomètres so r> j/fiûââs à la Bulgarie. L'occu]>ation du cli Juin de fer aura lieu dans trois jours; cel Ulu reste du territoire, dans quinze jour » ILa conquête pacifique du gouvernement pr 'voque une satisfaction générale à Sofia. * # i h Londres, 10 septemlu-e : k t On mande de Calcutta au ,,Mornir frost" : _ jr — Des incendies de coton, du môme gen » feue ceux qui ont été observés l'automi . Sernier, ont de nouveau éclaté à Bombt , causent une vive émotion. Jusqu'à pr >, fcbnt, en un court laps de temps, trois i j fendies ont occasionné pour 200,000 £ < - mis*«• . i % tf * j » Londres, 10 septembre : e JjLa Pei-se a exprimé tous ses regrets s s fejet de l'attentat commis montré le cons b à^néral anglais à Ispahan. Elle a pron i ptisifaction entière et fera tous ses effoi t feour arrêter les coupables. . g Londres, 10 septembre : 3 % L'Amirauté annonco que le développeme 3 âipide du service d'hydroplanes a rendu r , $as.saire une modification de son adimîn Ration. Elle vient d'être^ mise sous la < jféetion du contre-amiral Vaughan-Loe. " cpmmodore Sueter, directeur actuel, « chargé de surveiller la fabrication d Rivions. ■K M COMMUNIQL ta | * Communiqués allemands v- ; Cerlin, 11 septembre. — Officiel d'hier i - Théâtre de la guerre h l'Ouest. ^ An Haitmannsweilerkopf, en dépit de deu atta<4ues des Français, nous nous somme 3" ^maintenus dans les tranchées que noua ïei ^ avons enlevées le 9 septembre, il Théâtre de la guerre à l'Est. » ; Armées du maréchal von Ilindenburfj Dans les combats au sud-^st de Friediicl !S stadt et à l'est de Wilkomierz, nous avon t, encore capturé 1,050 soldats russes et 4 m r- trajflleuses. Entre Jeaiory et Zelwa (sur 1 is* Zelwianka), l'ennemi nous oppose encor rt une résistance opiniâtre. Il s'efforce d'ei i- rayer notre offensive en contre-attaquant a ^ moyen do gros effectifs. [e Ce n'est qu'après des alternatives de sue j cès et d'échecs que, la nuit dernière, non te avons conquis définitivement Skidel et-, a it nord-ouest de cette ville, le village do Niefe . rasze. Nous avons aussi pris d'assaut Lawn; i- sur la route de Skidel à Lunno et à Wol£ il Sur la Zelwianka, notre offensive pre à grosse. 2,700 prisonniers et 2 mitrailleuse i, sont tombés e^ntre nos mains. iw • Nos dirigeables ont bombardé vidlemmer xa les jonctions do chemins de fer deWilojk (»i l'est de VViina) et de Lida. i- Armées du maréchal prince Léopold d A Bavière : 0 Sur le front de ces armées1, les combat continuent avec la même violence entre le routes de Wolko^çyysk à Slonim et de Kc bryn à Milowidy. A plusieurs endroit nous avons réussi à passer la Zelwianka. Des troupes austro-hongroises ont pris 1 village d'Alba (à l'ouest de Kossow). O; a se dispute encore la possession de la gar q de Kossow. » Armées du maréchal von Mackensen î f La situation n'a, en général, pas changé a L# Théâtre de la guerre au SueWBst. Les troupes allemandes du général comt Bochiner ont repousse de violentas contre att-jpies en infligeant de fortes pertes ; l'ennemi. Elles oui fait plus de 300 pri i- sonriers. • *. Q Berlin, 11 septembre. — Officiel : i- Dans la nuit du 9 au 10 septembre m de noa dirigeiablesi de la marine a lanc aveo succès plusieurs bombes sur Baldscb .. port (un point d'apj-fui de la flot je russe 1 airi^uie^V,jtotîo',ù1.TtlmiM'iuidï %fsr^ h été canonné à diiférentes reprises par l'er ^ nerni. • * • Vienne, 11 septembre. — Officiel d'hier Front russe. Les forces russes qui combattaient l'ouest de Rowno ont été rejetées au del de la plaine du Stubiel. Nos troupes, de bouchant de Zalosce, ont repoussé î enneii " dans la direction de Zbaraz. Près de Tai : nopol, dejs bataillons austro-hongrois et a ^ lemands ont fait échouer ptus.euis attaque des Russes. Nos Allius ont pris le villag de Bucniow. A l'ouest du cours moyen c JJ la Sereth, l'ennemi a amené receinment de renforts; de violents combats y sont eng£ a gés. A l'est do l'embouchure de la Sere» ^ et à la frontière de Bessarabie, le calme régné. En Lithuanie, des forces austiro-hor groises ont traversé la grande région m£ récageuso de la Jasiolda et de l'Una et, e lo combattant, elles ont gagné du terrain a sud-est de Rozany. ^ Front italien. Bl Hier„ dans l'apres-midi et le soir, lea ïte _s liens ont entrepris plusieurs attaques vie is toutes contre la tète de pont de Tolmean chaque fois, ils ont été rejxmssés devar ° nos obstacles et ont subi de tories perte; L.u Dans le secteiur de Doberdo, nos troupe 1_ ont, comme toujours, fait échouer lea efforl de l'ennemi qui tentait de nouveau de t rapprocher de nos positions. La situatio ^ générale n'a pas changé. a Sur mer. ^ Hier, au cours d'une reconnaissance notre torpiileair n° 51 a été torpille et er ^ dommagé à 1a proue par uu vsousonar. ennemi. Notre torpilleur est revenu à so port d'attache. • * ' • lr Oonstantinople, 10 septembre. — Officie 1_ du grand quartier général : ^ Sur le front des Dardanelles, dans le Je secteurs d'Anafoita et d'Ari-Burnu, rie d'im|X)rtant à signaler. Notre artillerie a touché le pont cFu u torpilleur ennemi qui bombardait noti a aile gauche; il s'est immédiatement Ôloign< |a Sur cette aile, nos >ea ont occupé un , t tranchée qui 6'approchim peu à peu de ] jp ligne ennemie et dont la construction ava J' été terminée le 9 septembre. Nos foatterik ,e de la côte ont mis en fuite deux contre ® torpilleurs ennemis, qui s'étaient approché de l'entrée du Détroit et qui avaient bon ?" bardé notre aile gauche. Ces mornes batw le ries ont bombardé avec succès les positioi s* de l'infanterie ennemie près de bocki-u Bahr et un groupe de soldats ennemis qi se trouvai tait sur l'embarcadère de Mort* limar ; ce groupe a été dispersé. Sur le front de l'Irak, il y a eu, enti £ le 2 et le 7 septembre, au nord de Krm quatre rencontres entre nos trou^ios et de :Q volontaires, d'une part, et l'ennemi, d'autj ie part. Nos troupes ont entrepris une att; y que nocturne, au cours de laquelle uin cor mandant de ba-fciillon et 100 soldats ont é J" tuéa et 50 blessés ; 100 chevaux ont é tués. Nos pertes s'élèvent à 4 morts 9 blessés. Un de nos détachements s'e avancé jusqu'à proximité des canots aut mobiles ennemis et les a forcés à s'enfui 111 Le 8 septembre, nos troupes ont surpri u' près de Kalaai-ul-Nedjin, un camp de bar, (luements do l'ennemi et ont forcé celui-te à s'-enfuir. Elles ont brûlé toutes les h raques et se sont emparées du matériels la téléphonie de c-ampagne. Rien cie spécial sur le reste du front, nt ^ (k Coiiununiqués des armees aiiiéea Li- Ai Paris, 10 septembre. — Officiel de 15 h »t Lutte d'artillerie'au cours de la nuit a es tour d'Arras, devant Eoye et sur le fro de Champagne. En Argonne, dans le s< teur de la Ilaïazéo, combats à couua I a » x L-Si!-%0 A « 1 I- 9 t i 0 9 9 * 0 1 3 a i i â ) l r \ i lr S û e s a a a il j Lt s s e a '* a n il s n n e î. e a Lt » >- s 3-1SL-li)- •e h 13 ■e i-î-é)é et st > r. i-siï-leu-ntc-ie ES OFFICIELS grenade» et de bombes et fusillade de trai ohée à tranchée avec intervention eft'icae de nos batteries à <11verses reprises. Dans les Vosges, l'ennemi a attaqué hi( nos positions depuis le Lingekopf jusqu'à Barreiikopf en faisant usago d obus suffe cants. Au Schratzinoennele, une tranchée d notre première ligne a dû être évacuée la suite du jet de liquide enflammé. Ur contre-attaque nous a permis de regagne la plus grande partie du, terrain perdu < de nous maintenir à une dizaine de mètre de l'élément de tranchée qui n'a pu êti réooeupé. Sur le reste du front, nos positions 01 été intégralement maintenues. A la fin d la journée d'hier, l'ennemi a lancé oontr nos tranchées du sommjet de l'Hartmann t weileji'kopf une attaque qui lui a permis d' prendre pied; pendant la nuit-, noua avon contre-attaqué, repris les tranchées perdue et refoulé l'ennemi élans ses lignes. Nos avions ont bombardé ce matin le mines et les batteries au bois de Nonner briiok, ainsi que la gare de LutterbacL Uno trentaine d'obus ont été lancés sur 1 gare de Grandpré. Paris, 10 septembre. — Officiel de 23 h. Vive canonnade en Belgique dans la r^ gion de Nieuport-Steenstraete, autour d'Ai ras, devant Itoye et en Champagne d'Au berive à Souain. En Argonne, l'ennemi a bombardé ave des obus ele très gros calibre le ravin d la Fontaino-aux- Charmes et prononcé de tentatives d'attaques sur la route de l Haraaée à Saiut-Hubert, qui ont été arré tées. Au nord de Flirey et dans la régioj de Saint-Dié, on signale quelques action d'artillerie. L'ennemi a prononcé sur i'Hartmanne woilerkopf une nouvelle attaque très vie lente, mais qui a été repoussée. Deux avions ennemis ont lancé quelque obus sur Compiegne. Il n'y a pas eu d ac cidents do personnes, seulement quelques dé gâta matériels peu importants. Un aviatilt a été obligé d'attorrir dam nos lignes, près de Ilangest-eaL-Santere. Le aviateurs ont été faits prisonniers. Six appareils ennemis ont tenté de sur voler au matin Samt-Meuehoukl, mais ili ont été obhgés de retourner devant noi batteries. • • Loneîres, 9 septembre. — Rapport du ma Depuis le 30 août, à l7est d'ïpres, il n'] a eu que quelques combats de mines et de duels d'artillerie. Deux avions allemands ont été descendu par notre feu. • * • ■Rome, 9 septembre. —■ Officiel du gram quartier générai : Sur le front du Trentin, l'ennemi a limit son activité à un feu d-1 artillerie, auquel no< batteries ont efficacement répondu. Une reconnaissance hardie faite contre le pétitions ennemies du Cordevole supêrieu nous a permis ePétablir que notre feu fortement endommagé le fort Corte, aim-que P usine d'électricité de Kenaz. Dans l'affaissement de Plezzo, notre ai tilterie a forcé une colonne ennemie, qu tentait d'avancer eiu Pedril vers Pletazo, se retirer. Une autre colonne, descendant d la cabane de Kas vers Pedril, à l'est d Pedril, a été attaquée et dispersée. Sur le Karst, il n'y a pas d'événemer spécial à signaler. L'ennemi a jeté de newnbreuses bombes qui ont provoqué un incendie, sur les char tiers de Monfalcone. Il a tenté d'empêchei par son feu de barrage habituel, l'exécmtioi de travaux auxiliaires ; sa tentative n a pd réussi. j Un ele nos avions a jetfé, hier matin, dj bombes sur la gare de Klause, à l'est | Santa-Lucia. (La gare a été touchée pis sieurs fois et, en outre, le pont sur j Baca a été endommagé. • ! • • Pfétrograd, 9 septembre. jQfficiel d! grand quartier général : Dans la région de R'ga et près d Friedi'iblRStadt, il n'y a pas eu de inioelif: cation essentielle. Entre Jakobstadt et la rivière de Lauze les combats continuent aveo la même op: niâtreté. L'ennemi entreprend une séri d'attaques, visiblement dans le but de nou repousser 6ur la rive droite de la Dwina. Dans ia direction de Dwinsk, prê d'Abeli, violente fusillade. Sur les routes allant à Wilna, la situî tion est généralement restée la même; l'er nerni se retrauohe fortemvint. Dans la direction au sud-ouest de Grexlne le 8 septembre, près de Skidel et le Ion ele la rive gauche du Niémen, dans la re gion du confluent du Ros, nos troupes oi arrêté, par de violents combats, l'offensiv do l'ennemi, dans le but unique de lui ir fliger des pertes. L'ennemi a entrepris de attaques spécialement violentes contre noti front de la région de Skidel. Nous avon poursuivi notre retraite conformément a plan établi, et nous faisons de temps autre des contres-attaques, comme, par exen pie, près de Kochovo, à l'ouest de Skide Entre le Niémen et le Pripet, nos ttroi pes se retirent élans la région située enti la rivière de Selwjanka et le bourg de Kof hany. Sur La rive gauche du Pripet, sur 1 routte conduisant de Kamien-KoszyTShij Pinsk, nous avons arrêté une forte offea sive de l'infanterie et de la cavalerie ei uemies. Sur la route allant à Rowno, le 8 eei tembre, nos troupes, après un combat coi tre el'importantes forces ennen^ies qi s'avançaient 6ur le chemin de fer Olykj Klevan, ont arrêté la marche en avant c ces troupes sur los positions au-dessus dt rivières de Stubel et d'Ikwa. L'ennemi ee>i tient son offensive par un très violent fe d'artillerie, auquel nos troupes résdstei avec opiniâtreté. Sur la Sere^th, dans la région au eu< ouest de Trembowla, notre offensive s'e développée. • * • Pétrograd, 9 septembre. — Officiel < l'état-major do l'armée du Caucase : Le 7 septembre, une forte colonne de r ; i I ! i ! 1 l l I ; ; : : i ! i ) £ I i ! I 1 : i ! 1 : ' ! i i i . i i : : i > i i ] I ! ] i ! : 1 L- e T u y- e à e r ït s e Lt e e .-ys s s : 0 Ô 9 1 r i i \ é s.: s -ri i ! s e & j i I \ e 9 S y 3 .t 0 s e s a à L- [. > e a à i- ►r L- U l-e89 l-uLt î-3(tle o- minBiiii.ilni —Ean—il■ i imioa connaissance turque a tenté, dans la région côtzière, de franchir la rivière Arkhavi ; elle a été repoussée par les fusillades de nos avant-postes. Dans la eiirection d'Olty, près du village ds Chorst, ne>s patrouilles ont forcé un oe>rps de garde tuio à se retirer. Dans les régions de Melashgerd et du Wan, nos patrouilles ont eu des rencontre^ avec des Kurdes. Sur la riva mérielionale du lac de Wan, nos troupes de reconnaissance ont défait un important détachement de troupeîs turques, composé d'infanterie et de cavalerie. Sur les autres parties du front, la situation est inchangée. Dépêches Diverses ? Genève, 10 septembre : D'après eles nouvelles adressées de Londres aux journaux suisses, d'importants changements vont avoir lieu dans le haut cointmandeuient français. Il serait question surtout de la formation d'une armée indépendante ele l'Est, sous les orelres du général Pau. • • I^ondres, 10 septembre : ( , D'après une depeche de K^ew^York à l'agence Reuter, un tremblement ele terre violent vient de elévastear les républiques de San Salvador et de Guatémala. La vitoe de Jutiapa, au Guatémala, est déù'uite. Les églises ele Santa-Anna, Sonsonata eo d'adirés villes et villages en San Salvador ont disparu complètement. m m • I Pétrogi'ad, 10 septeanhre : M. Bark, ministre des finance?, est parti pour Londres. Le bruit court que la Douma de PE îi-pire serait ajournée. Ce bruit n'e?st toutefois pas confirmé. Oettigné, 10 septembre : Le ministèi-e monténégrin a donné sa démission. Le Roi a chargé le chef du Oabi-uet actuel, M. Wukotitsch, de 1a constitution du nouveau cabinet. Tous les anciens minisitreis conserveront Iout portefeuille à l'exception des ministres des affaires étrangères et des finances. M. Wukotitsch prend, aveo la présidence du Oonseil, le porndTeuille des affaires étrangères. M. Wiwschnowitsch devint ministre des finances. ■ • • • * Amsterdam, 10 septembre î UvTa V"l mm u VJ. VIV avisés qu'ils devront sous peu se rendre, par l'Angleterre, dans le nord ele la Prance | pour être employés aux chemins de fer. » * Londres, 11 septembre t L'agence Reuter apprend de Washington que l'ambassadeur des Etats-Unis à Vienne a été prié télégraphigu&nent d'aviser le gouvernement au^tre>-iioiigVoLs que M^tHanha n'^st pi us Qfeirable comme amfuussaid^ïf. aux i^tats-Ums, qui demandent sou rappel. i ; / ^a'rîs, 11 septembre * D'après le correspondant du ,,Temps" à 1 Pétrogrady les partis modérés de ]a, Dyuma, t d'accord avec fes ^êiemenU libéraux' du con- \ seil de PEmpire, ont formé uu groupe par- 1 lemoutaire qui poursuivra la réalisation du | programme suivant : 1* Formation d'un ministère formé cfe î personnalités qui jouissent de la confiance | du pays ; 2° Renouvellement du personnel de l'ad- î ministration provinciale ; S® Mise en pratique d'une politique tendant] à rétablir l'union et à supprimer les conflits entre les nationalités et les eiiverses j classes de la population die l'empire ; I 4* Libération et rétablissement dans leurs étroits de ceux qui ont été puinis pour mo* tifs politiques et religieux ; 6° Examen imméeliat de l'autonomie de la Pologne ; 6* Suppression des zone» de séjour pour les juifs ; 7" Politique pacifique envers la Finlande; S" Rétablissement eio la petite» preis^ ew>-vrière russe ; 9® Rétablissement des syndicats ouvriers ; 10" F^galité des paysans devant la loi j J 11° Interdiction définitive de la vente cm J l'alcool^ ♦ ♦ La Haye, 10 septembre : Le 29 mars dernier, le chalutier néerlandais „Hibernia" a été attaqué, à environ 90 milles dJHéligoland, par un avion allemand. Celui-ci a jeté une bombe, qui a éclaté à peu de elistance du navire. Répon-dant à la protestation du gouvernement néerlandais, le gouvernement impérial nîlo-inand a déclaré que l'endroit où l'attaque c/es-t produite se trouvait encore dans la «one elitngereuse et que le navire avait p*vru suspect à l'aviateur, qui n'avait pu établir «a nationalité. Toutefois, le gouvernement allemand a exprimé ses regrets an sujet dé oe®te attaque faire sans intention aucune. • * • ftofia, 10 septembre : Le Bureau de 1a presse de Sofia déclare que toutes les nouvelles lancées à N5sch et à Salonique au sujet do rassemblements <?« jo-illiers ele comitadjis bulgares, le long tiat frontières serbes et grecques, sont fausse? de tous points. « • • Lisbonne, 10 septembre : La session parlementaire a été clôturée f«»ns que le gouvernement ait fait une déclaration concernant la situation mondiale. • • « Londres, 10 septembre : , Ou mande de Pétrograd an „Times^ que la nomination eie M. Poliwanow, ministre de la guen-e, comme président du Conseil, «st imminente. * • Ispahan, 10 septembre : lie vice-consul anglais, qui a été blessé à Schiras, est décédé. La plupart des Anglais» quittent iRpahan. Les Français et le» Russes se préparent également à partir. « • Paris, 9 septembre : Depuis vingt-quatre heîurcs, la situation «'étant aggravée entre les Etats-Unis et le Mexique, les milieux gouvernementaux français croient à nne intervention armée de» Américains. ,i N* 3°1 t>imanche 12 Septembre 1915 Dimanche 12 Septembre 191£T\

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Ajouter à la collection

Périodes