La Belgique maritime et coloniale

1300 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 23 Mai. La Belgique maritime et coloniale. Accès à 29 septembre 2022, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/zg6g15xv4b/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

LA BELGIQUE MARITIME ET COLONIALE REVUE HEBDOMADAIRE (2ome année) Prix : 25 centimes (33 centimes pour l'étranger) N° 21. 23=24 mai 1914 ABONNEMENTS : BELGIQUE : Un an . . . 12 francs ÉTRANGER : Un an . . . 18 » Comité de rédaction : Paul Mussclie, directeur; H. Baels, secrétaire-adjoint du Conseil supérieur de la Marine; R. de Kercliove d'Exaerde, officier de Marine; Ch. Dezuttere, secrétaire de la Commission de pêche marit. de la Flandre occ.;Eug. Gillon, ing. naval,membre du Conseil supérieur de la Marine; L. Hennebicq, président de la Ligue Maritime; Ch. Hervy-Cousin, membre du Conseil sup. de la Marine Ch. Maroy, secrétaire de la S. B. de la L. M. B. ; J. Rousscaux, C. Smeesters, membre du Conseil sup. de la Marine, à Anvers; L. Teugels-Devos, membre de la Commission interprovinciale des C&n&ux brabançons; Van Bladel, secrétaire de la L. M. B. R. Vauthier, conseiller colonial. Seerétaire-Administrateur ; E. de BURBURE de WESEMBEEK. RÉDACTION-ADMINISTRATION 8, rue de la Tribune, BRUXELLES Téléphone : B. 1807 BUREAUX A ANVERS : 22, RUE DES RÉCOLLETS SOMMAIRE : Colonnes Avertissement suprême . ... 733 Les porls de Paris et de Bruxelles . . . 739 Nouvelles et informations 740 La machine épuisée 747 Navigation de plaisance. ... . . 749 Cadets d'autrefois 752 Géants des mers 756 Statistiques . .... ... y5y Bulletin commercial . Notes financières 760 Avis diveis 765 Avertissement suorême ■ Après vingt ans de lutte, nous croyions' être parvenus à écarter définitivement les1 terribles dangers que la Grande Coupure devait faire courir au port d'Anvers et1 au commerce maritime d'Anvers : les nouveaux projets nous promettaient, en effet, avant tout, l'achèvement du bassin-canal la construction d'écluses maritimes au Kruisschans et, pour ce qui était du fleuve lui-même, quelques ripages plus ou moins accentués... à étudier plus tard. Le plan gouvernemental des rectifications à faire au lit du fleuve ne plaisait guère... aux amis et aux connaisseurs du vieux Scaldis : l'emprise sur le territoire d'Austruweel, emprise inutile pour l'établissement de quais à la rive droite, dangereuse pour l'existence des profondeurs au pied de la digue de La rive gauche depuis les Hollandsche Werken jusqu'à la Pipe de Tabac, ressemblait, en effet, beaucoup'à une... coupure ; l'excursion dans les terres poldériennes de Mel-sele et de Calloo était, elle aussi, une coupure-... Mais nous n'avons rien dit parce qu'on ne cessait de répéter officieusement, presque officiellement, que le plan nouveau n'avait rien de définitif et qu'il était uniquement destiné à donner date certaine à l'enterrement du projet de Grande Coupure. Le gouvernement aviserait au plus pressé, construirait 3,000 mètres de quais à Austruweel, 4,000 mètres d'accostages directs à la rive gauche ; on nous donnerait dans le plus bref délai une seconde 733 écluse maritime d'accès aux nouveaux bassins et on conduirait le bassin-canal jusqu'aux écluses à établir au Kruis-schans et l'on étudierait sans hâte — parce que rien ne pressait — le problème de la rectification du fleuve dans les courbes du Krankelooii et de Calloo. Aujourd'hui, toute cette sagesse et ce bon ordre ont disparu : on parle de réaliser la coupure d'Austruweel, on met en adjudication les écluses du Kruisschans et l'on oublie l'essentiel et ce qu'il y a' de plus nécessaire. Ce qu'il nous faut, en effet, avant tout, c'est le dédoublement de l'écluse Royers, c'est un accès direct et pratique vers les nouvelles darses, c'est le moyen de parer à l'insuffisance des installations actuelles, le suprême remède contre les aléas du parachèvement du bassin-canal et du saut-dans les ténèbres qu'est l'établissement de l'amorçage sur l'Escaut au Kruisschans . Voici qu'un fait matériel vient de démontrer l'inévitable nécessité d'établir tout d'abord une nouvelle'écluse maritime mettant les bassins nouveaux en communication avec l'Escaut. Samedi après-midi, à la suite d'un accident anodin au mécanisme de l'écluse Royers, celle-ci a été complètement mise hors d'usage pendant environ soixante heures. A première vue, cela ne paraît guère fort importait puisque l'écluse du' Kattendyk, large de ?2m5o, peut suppléer tapt bien que mal à la mise hors de service du nouveau sas. Mais si le Kattendyk admet les navires ayant des dimensions modernes quant à la largeur, il ne peut, hélas ! leur permettre de se rendre dans les bassins du nord et dans les darses nouvelles parce que... le Doorsteek — bassin de jonction — n'a que 18 mètres de largeur ! De plus, cette jonction n'a que 21 pieds de profondeur. La conséquence de cet état de choses stupéfiant est que tous les navires ayant plus de 18 mètres de largeur et se trouvant dans les docks nouveaux ont été 734 bloqués et que ceux qui devaient y entrer ont dû rester en rade. Qu'arriverait-il si, comme c'est toujours possible et comme on aurait dû le prévoir, l'écluse Royers était impraticable pendant un temps prolongé ? Voit-on le V-adierlcAtid placé dans la nouvelle cale sèche que l'administration communale d'Anvers a située avant tant de légèreté derrière le bassin America 1 ! Qui paierait les millions de surestaries que' l'imprévoyance et la bêtise feraient encourir aux propriétaires des navires embouteillés, la ville s'empressant de plaider le fait du Prince et La séparation' des pouvoirs ? Quel est l'armateur qui oserait — sans trembler — envoyer encore ses steamers dans un port aussi dangereux ? ♦ * * Nous avons précédemment démontré l'énormité de l'erreur commise par ceux qui ont voulu — par l'ignorance des vrais besoins du commerce maritime — frapper ■v &.*une pierre deux coups en affectant le bassin-canal, destiné à servir de parade aux dangers de la Grande Coupure, à l'extension des installations maritimes. Voici que se manifeste un fait plus plus grave encore, tout au moins dans ses conséquences immédiates : l'impossibilité de suppléer à la mise hors de service de l'écluse Royers par suite de l'étroitesse de la voie de jonction entre les bassins nouveaux et l'écluse du Kattendyk. Et il n'est même pas possible d'excuser la ville en disant qu'elle a péché par ignorance : ce qui arrive a été prédit plu^ de cent fois, les avertissements les plus' salutaires lu,i ont été prodigués de routes-parts tant et si bien que noup devons nous' défendre contre nous-mêmes pour ne pas 1 Cette cale sèche présente une particularité ahurissante ; elle a 212 mètres de longueur et pourrait, par conséquent, recevoir le Lapland, mais... l'écluse Royers n'a que 180 mètres, de sorte que le colosse de la Red Star Line et ses semblables des autres lignes ne pourraient arriver jusqu'à la cale. Les 212 mètres de la cale sèche serviront dans... trente ans quand le bassin-cana! sera achevé ! 735

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre La Belgique maritime et coloniale appartenant à la catégorie Financieel-economische pers, parue à Bruxelles du 1905 au 1921.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes