La corbeille: journal financier, industriel, maritime et commercial

146 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1915, 25 Decembre. La corbeille: journal financier, industriel, maritime et commercial. Accès à 20 septembre 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/zs2k64bv08/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Fondée en 1905. N. 21. Edition de guerre, Prix : 10 centimes. 25 DECEMBER 1915. T " JOÎTP1VA T FTTVTAVrrPD et PAMUCDriiT Bureaux : 103, Place de Meir, ANVERS. Télépfao*» 42S3 I* ' f •» vJ U KJM AL r UXAiN V/lfcK fcl tOMMEKtlAL Affilié à l'Association de la Presse Financière Belge. AVIS A l'occasion du Nouvel An, le journal ne paraîtra samedi prochain. Le 3me bulletin de « La Corbeille » avec listes des tirages, paraîtra au commencement du mois de janvier. LE JOURNAL «LA CORBEILLE» EST EN VENTE A BRUXELLES AUX GALERIES ST-HUBERT ET DANS LES KIOSQUES CARREN. BRAZIL RAILWAY* Réorganisation de la Brazil Railway. — A la suite des conclusions du rapport du Receiver, le Comité avait imaginé qu'il y aurait avantage à unifier les ga-rantiës de trois titres, savoir: les obligations '4 i /2 p. c. de la série internationale, les Convertibles Debentures 5 p. c. et les Bons 6 p. c. (dix ans). On aurait émis alors, à due concurrence des capitaux réclamés pacr le Receiver, de nouvelles obligations de la Brazil Railway Company ayant priorité sur les obligations actuelles. Ces nouvelles obligations auraient eu ainsi pour garanties toutes les garanties unifiées appartenant aux trois séries de titres désignés ci-dessus. Ce plan soulevait des difficultés nombreuses, qui devraient être résolues à la satisfaction des intéressés avant que ceux-ci puissent se rallier définitivement à ce plan. Comment, notamment, fixer exactement la valeur actuelle et future des titres nombreux des sociétés filiales^ qui constituent le gage spécial de chacune des séries d'obligations de la Brazil Railway Company. Le Comité français a fait sienne également cette observation présentée par le Comité belge, faisant remarquer, par surcroît, que le système préconisé prêtait encore à la pratique, en tant qu'il réalise, par un sacrifice exclusif des obligataires de la Brazil Railway Company, le sauvetage de sociétés filiales dont les titres pour partie, sont détenus par des tiers. Il semble, d'ores et déjà, que l'idée soit abandonnée. D'autres idées relatives à l'abandon de la fixité de l'intérêt et à son remplacement par un dividende, ainsi que l'emploi au profit des filiales des intérêts dus aux obligataires ont été mises en avant et n'ont pu être prises en considération précisément à cause de la divergence d'intérêts entre les différentes catégories d'obligataires. A l'heure actuelle, lçs différents comités correspondent entre eux et il est à souhaiter que, du choc des idées jaillissant la lumière, ils parvient à trouver la formule pratique pour sauvegarder tous les intérêts en cause. Rappelons que la Brazil Railway a procédé à cinq émissions directes d'obligations, savoir: 1. Debentures 5 p. c. or; 7,500,000 fr. placées en majorité en Angleterre; 2. Obligations 4 1/2 p .c., First Mort-gage, 60 ans, or (série internationale) ; 321,550,000 francs, placées en Angleterre, en Belgique et en France, à l'exception de titres d'un montant de 71,070,000 irancs donnés en gage ; 3. Obligations or, 4 1/2 p. c. (série * Voir notre précédent numéro. française), d'un montant de 86,500,000 francs ; 4. 5 p. c. convertible debentures, d'un montant de 50,000,000 de francs environ, placés en Angleterre; 5. Bons 6 p. c. 1913-1923, 146 millions 33,000 francs, placés en France, sauf 41,033,000 francs donnés en gage. Au total et en chiffres ronds, le capital actions s'élève donc à 260,000,000 de francs et la dette obligataire directe à 611,000,000 de francs. Pour résumer il paraît certain que 5 à 6 millions de francs sont nécessaires comme nécessité urgente pour .sauvegarder les principaux éléments d'actif de la compagnie. D'après M. Forbes il serait nécessaire d'investir immédiatement une somme de 30 millions de francs ; une pareille somme sera nécessaire d'ici six ans par versements de 5 millions de francs chaque année.11 ^ a sans dire que ces nouveaux besoins financiers sont discutés et qu'ils ne semblent pas indispensables à l'avenir des différentes entreprises auxquelles il suffirait de donner tout simplement un weu moins d'envergure. . Nous tiendrons nos lecteurs au courant sur la marche de cette affaire. LES FINANCES AU BRESIL Nous avons parlé dans notre dernier numéro de la situation économique et financière au Brésil et spécialement de .'a mauvaise tenue du Change Brésilien qui avait diminué les rentrées de 25 %. Nous apprenons qu'un essai sérieux de réorganisation financière est à l'étude. Voici ce que le gouvernement Brésilien a préconisé afin de réaliser une réorganisation du .pays sur le domaine financier et économique. En ce qui concerne le premier point, le président a insisté tout particulièrement à ce que d'importantes et de nombreuses économies soient introduites partout, et qu'un budget consciencieux, dans lequel rien ne puisse être abandonné au hasard, soit dressé. Les mesures suivantes pour l'amélioration économique furent recommandées. : i° Réduction des droits d'exportation et leur remplacement méthodique par un impôt foncier, en rapport étroit entre eux ; 20 La libre entrée des articles qui ne peuvent être manufacturés rémunérative-ment dans le pays même ; 30 ' Suppression de tous les droits de douane inconstitutionnés entre Etats et communes réciproquement ; 4° Diminution de la taxe à payer sur la cession foncière ; 50 Jonction du trafic entre les sociétés de chemins de fer et de navigation ; • 6° Le droit aux Etats de soigner, en ce qui concerne leurs ports, à leur propre développement économique, et ce dans les limites de la loi; 7° Rétablissement des droits de douane. Le gouvernement préconise enfin le transfert de la capitale, laquelle devrait être située plus à l'intérieur du pays. Cette mesure — la construction de la nouvelle capitale — n'alourdirait pas les finances fédérales, à condition que la concession des terrains et l'exonération de l'impôt soient accordés gratuitement pendant quelques années. Actualités, Nouvelles Informations. ANVERS.—Affaires de Bourse.—.Les lots de ville maintiennent leurs cours : Bruxelles 1902, frs 75 1/2; Anvers 1887, frs 76; Anvers 1908, frs 64,50; Bruxelles Maritime, frs 59.75; lots de Gand, frs 61; Liège 1860, frs 117,50; Liège 1853, frs 91.75; Liège 1897, frs 60 ; Liège 1905, frs 61 ; lots d'Ostende, frs 57 ; lots du Congo, frs 63. Momentanément les Banques ont cessé l'escompte des coupons de valeurs étrangères. —■ Les florins F. B. reste aux environs de 2.86. — Caoutchoucs Kuala 127. Sennat 38, Galang 3 3/4. — Japon 5 % 101.50, papier Cédules nouvelles 99 1/2. — Taganvka obi. 167.50, actions 51. — Grosnyi 2190, privil. 2325. — Jouiss. Crédit Foncier Sud Américain 1450 environ. — Banaue Belge, privil. 1010. — Oblig. Nafta 450. — Cap. Borislaw, fr. 20. — Astra 850. — Crédit national industriel erd. 160, privil. 167.50. Valeurs caoutchoutières. — En regard de la hausse constante de. ces valeurs il est intéressant de revoir les çours> fin juillet 1914 : On cotait alors : Kuala 85, Federated 345, Sennah 22, Galansr 1.25,. Telok 125, Nietiw Tiisalak ord. 30. fond. 40', etc. ; depuis lors on a remonté le courant : Kuala cote 124-126. Sennah 37 1/2-38 1/2. Federateçl 500. Galang 4, Nieuw Tjisalak cap. 45,'fond. 85. FINANCES ANVERSOISES Afin de pourvoir dans l'état de nécessité créé par la guerre, aux besoins de sa population souffrante et à défaut des moyens de secours ordinaires, la ville s'est vue obligée de contracter les emprunts suivants : Taxe de guerre fr. 15,000,000.— Société Générale de Belgique, Banque d'Anvers 14,500,000.— Divers 1,400,000.— Moyens de secours extraordinaires (y compris une levée sur portefeuille de valeurs de la ville) 18,300,000.— Ensemble: fr. 49,200,000.— Ce montant énorme n'étonnera personne si l'on considère qu'en dehors de la taxe de guerre de 15 millions, eh dehors de l'entretien de l'occupation allemande, qui comportait plus de 7 millions, en dehors de l'indemnité qui a été imposée pour préjudices aux sujets allemands (faits survenus au commencement d'août 1914, environ 2 millions), il y a encore d'importants postes occasionnés ttâr la guerre, le manque des recettes du commerce du -port et autres causes à y attribuer directement. Le budget de 1915 donne déjà un déficit de 18 millions e.t le déficit pour 1916 ne sera pas moins élevé. Après examen minutieux de la situation, le collège a décidé qu'une annuité de 6 millions de francs est indispensable dans ces circonstances et une taxe, de guerre va être établie. MORATORIUM BELGE Par un arrêté du 21 octobre, les délais pour les, actes de protêt et autres actes permettant d'exercer les recours ont été prorogés, nos lecteurs le savent, jusqu'au 31 décembre prochain. Il a été encore édicté que l'arrêté du roi des Belges du 3 août 1914 concernant le retrait des fonds déposés en banque restera également en vigueur jusqu'au 3T décembre, avec la restriction prescrite par l'arrêté du 6 août 1914 et l'extension ordonnée par l'arrêté du 23 septembre 1914. Le maintien en vigueur de ces arrêtés a été prorogé jusqu'au 31 jarivier 1916 par un nouvel arrêté en date du 17 décembre.Rappelons que l'arrêté du 21 octobre 3 apporté une modification importante au régime antérieur : Tout porteur d'une lettre de change échéant avant le 31 décembre 1915 est obligé de faire savoir au tiré, avant ce 31 décembre, qu'il est en possession de la lettre de change tirée sur lui. S'il s'agit d'une lettre de change domiciliée, le porteur devra prévenir le « domiciliataire » ; s'il s'agit d'une lettre de change payable par l'intervention d'un tiers au lieu du domicile du tiré, le porteur devra prévenir le tiers en question. La preuve de l'avis donné par le porteur pourra être établie par un visa que l'intéressé inscrira sur l'effet en y ajoutant la date et en signant de ses initiales. Cette preuve pourra aussi être établie par le reçu postal d'une lettre recommandée ou d'une carte postale recommandée adressée à l'intéressé. Le fait de ne pas envoyer d'avis entraînera la perte du droit de réclamer des intérêts à partir du 1er janvier 1916. _ Ces dispositions, appropriées en conséquence ,sont aussi applicables aux billets à ordre. Billets de Banque. — Le privilège exclusif de l'émission des billets de banque, qui a été accordé à la Société Générale de Belgique pour une première période d'un an, par arrêté du 22 décembre 1914, est prorogé d'une nouvelle période d'un an prenant fin au 22 décembre 1916. Banque Nationale de Belgique. — La Banque Nationale de Belgique vient de fixer à fr. 300 le montant des coupons ci-après qu'elle achète par mois à une même personne à partir du 2 décembre 1915 : Rente belge, Bons du Trésor, Annuités, Emprunt du Congo et autres titres des chemins) de fer garantis' par l'Etat. Payement de coupons. — Les coupons suivants sont payables depuis le ir courant : Compagnie générale des tramways de Rosario coupon N. 20 avec fr. g.ôo1 ; Tramways Vicinaux (coupon à fr. 1.50); Compagnie des Métaux Overpelt-Lom-mel coupon N. 2, action de cap. fr. 30,00, action de jouissance fr. 17.50. Les M"nés Réunies, société anonyme, à Bruxelles. — Obligations 5%. — Le coupon d'intérêt semestriel n. 9, de 12.50 francs, est payable à Bruxelles, à partir du 2 janvier 1916. Les coupons non encore présentés, des semestres précédents, sont payables également par la même somme.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre La corbeille: journal financier, industriel, maritime et commercial appartenant à la catégorie Financieel-economische pers, parue à Anvers du 1905 au 1917.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes