La fédération artistique: organe hebdomadaire des intérêts artistiques, littéraires, scientifiques et industriels

628814 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 19 Avril. La fédération artistique: organe hebdomadaire des intérêts artistiques, littéraires, scientifiques et industriels. Accès à 28 mai 2022, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/fn10p0xz9b/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

N° 2160. XLI" ANNÉE. N° 28 LE NUMÉRO FR. 0.*50 DIMANCHE 19 AVRIL 1914. LA Fédération Artistique JOURNAL HEBDOMADAIRE FONDÉ EN 1 873 BELGIQUE : 15 francs par ail BRUXELLES ETRANGER : 18 francs par an. RUE DE LA VICTOIRE, 56. TÉLÉPHONE A 6162 Directeurs-Propriétaires : Edm.-L. DE TAEYE, VURGEY, VAN CLEEF Dépôts du journal : 7. galerie du lloi et maison Beethoven, 17, vue de la Régence et ù Garni, à la Librairie Van Goethem.— Los abonnements prennent cours u toute date. — 11 est interdit de reproduire nos articles sans eu indiquer la provenance et l'auteur. — lies manuscrits ne sont pas rendus. —• Les auteurs sont seuls responsables de leurs articles. OAAJM 4 T l> 'j1 A /vu/) • \rTTnnwv Tv7t rt tt y o 1 ti.tpt'fi i YPQ >J\J iTA .11 niltu, J.X. ' l 1/1/ *-• - »■ ~ - belges: Charles Conbardy. — Lettre de Paris: Jeanne Helft. — Lettre de La Haye : Noea van Tricïït — Lettre d'Anvers: E.-J. Verssands.— Lettre d'Ostende: Dom Pedeo. — Bibliographie. —Notes et Paroles. — Memento musical. — (fourrier théâtral.— Bulletin des Expositions et Concours. ART ET BANQUE D'un second article de notre vaillante consœur Telîhné, qui oppose l'art des « novateurs » à l'architecture flamande, il semble bien ressortit'que l'auteur des nouveaux locaux delà Deutsche Bank serait un de nos architectes les plus distingués, à qui l'on doit déjà plus d'une conception intéressante. 11 est d'autant plus pénible de le voir aujourd'hui s'inféoder, sous prétexte de modernité, à une esthétique dont nous ne voulons pas. Nous n'en voulons pas, nous, public. Nous prétendons peut-être >, émettre des appréciations lapidaires » — ne sont-ce pas les meilleures ?—mais quant à "guider l'opinion moutonnière », nous n'en avons cure, car c'est nous, public, qui sommes l'opinion, et si les critiques ont eu trop longtemps l'indulgence moutonnière, nous eu avons assez. Peu nous importe la nationalité des belles œuvies, mais si nous devons commencer à nous laisser annexer à 1 Allemagne par l'architecture, il faudra qu'elle nous tende d'autres appâts. Quant à vouloir défendre une façade en requérant contre 11 la physionomie, la coupe d'habit, la couleur des tentures et le tempérament » de ceux qui la trouvent mauvaise, le procédé est certes nouveau et peut être amusaut, mais même en nous y soumettant, nous ue parviendrions pas à pouvoir lui reconnaître la moindre valeur dialectique. Nous ne demandons pas mieux que d'être gratifiés par les architectes d'un style nouveau, nous sommes attentifs à leurs eflorts, mais en attendant qu'ils aient réussi, nous préférons aux flagrantes erreurs, aux violences, aux tristes déformations, l'heureuse adaptation des styles acquis encore susceptibles de bien des développements, comme surent le prouver avec auto rité et avec charme, nos Maquet, nos Biilat, nos Van Ysendyck; nos Bi unfaut et maints autres, sans oublier peut-être l'auteur de la Deutsche Bank. Nous ne tenons pas plus au poncif académique ou classique qu'à un autre, nous attentions les novateurs, mais ils ne nous donnent guère que des promesses.... Du mieux, certes, on s'en réjouirait : le passé est déjà si beau. Mais du pire, si le passé est déjà si détestable : quelle horreur ! M M les novateurs ue pourraient-ils laisser échapper quelque sourire, quelque esprit parmi leurs masses crénelées ou édentées. Nous cherchons aussi en vain dans ce qu'on voudrait nous imposer comme art nouveau, la noblesse, la distinction, la discrétion, la vie rayonnante. Nous trouvons un toc aride, sec, momifié. Y a-t-il même originalité dans cette formule froide qui enrégimente étroitement des esprits qui croient se libérer en changeant de servitude. Sommes-nous donc encore à l'âge des cavernes, ou une banque est-elle vraiment un repaire de bandits? Ou est-ce l'ennui des pauvres employés qui doit suinter ainsi à la façade? S'agirait-il de faire évoquer aux pierres l'éreintement de ceux-ci? Encore, pour l'exprimer avec force, faut-il être biutal ou grossier comme le monument de Leipzig ou le Bismarck de Bonn ? Ou faut-il cherche! midi à onze heures, de crainte de ne pas le trouver à quatorze? Quand on nous aura mis quelques petits bonshommes nus tout en haut d'une façade nue, ue restera-t-il place que pour quelques timbres-poste ou des morceaux de sucre ? Si notre indépendance nous permet de dire tout haut ce que tant d'autres "pensent tout bas, nous n'ignorons pas à quelles réticences, à quels silences sont soumis d'autres encore.... et nous les plaignons. Vuegey. P. S. Du Mercure, sous la signature de Charles Meiki : Les gens de notre époque ont naturellement mauvais goût, comme les gens d'autrefois avaient naturellement bon goût. Si vous ne me croyez pas, retournez voir, après n'importe quel édifice du Moyen-âge ou de la Renaissance, les maisons primées de la rue d'Abbeville, les immeubles en carton gris de la rue Dantin, celui de la rue Réaumur, qui a le ventre en fer d'un paquebot,

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes