La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres

746 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 19 Decembre. La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres. Accès à 24 janvrier 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/610vq2t29w/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

LA MÉTROPOLE D'ANVERS, PARAISSANT PROVISOIREMENT A LONDRES. 21me ANNÉE. SAMEDI 19 DECEMBRE 1914. N°- 353. COMMUNIQUES OFFICIELS FRANÇAIS. PROGRES EN BELGIQUE. ViGOUREUSE OFFENSIVE A ARRAS. PARIS, 18 décembre.—Communiqué officiel de 15 heures :— L'après-midi d'hier fut marquée, comme nous l'avons dit hier, par une progression de notre pari en Belgique, où toutes les contre-attaques de l'ennemi ont échoué. Dans la région d'Arras, une vagoureuse offensive nous a rendu maîtres de plusieurs tranchées devant Auchy-lez-La Bassée, Loos, Saint-Laurent Cl Sur ce dernier point, nous enlevâmes 1 ensemble presque complet des tranchees de première ligue de l'ennemi sur un front de plus d un '' Dan"la région de Tracy-ie-Val. sur l'Aisne et en Champagne, notre artillerie lourde a gagne un avantage marqué. , , r ., , Dans l'Argonne, les Allemands ont fait sauter une de nos "tranchées au nord de Le four de Paris, et essavèrent d'en déboucher avec trois bannirons. Cette attaque, et une autre qu i.s effectuèrent à Saint-Hubert, furent repoussees. t A l'est de la Meuse et dans les Vosges, jl-n y a rien à signaler. L'AVANCE BELGE. PARIS, 17 décembre.—Communiqué officiel dp 153 heures:— En Belgique nos troupes ont gagné du terrain au nord de la route d'Ypres-Menin ainsi quau sud et au sud-est de-Bixschoote. AVANCE GENERALE DES ALLIES. UN MOUVEMENT COMBINE. AMSTERDAM, 17 décembre.—Le correspondent du "Tijd" à Dunkerque dit que l'action ilïonsiv-c des Belges et des Français au nord de S'ieuport, qui conduisit à l'occupation de la ligne I. l'ouest de Lombaertzyde, fut apparemment effectuée en coopération étroite et préméditée ivcc l'escadre anglaise, qui détourna l'attention les troupes côtières allemandes. (.'■es forces ne purent ainsi aider l'effectif prin-•ipal à résister à l'attaque par terre venue du iud. Westende a été violemment bombardée. L'ennemi tenta d'échapper à l'attaque anglaise la mer par un contre-mouvement vers l'inté-ieixr, où il aurait été hors d'atteinte des a non s de marine dans les environs de Sadmt-ieorges, entre Nieuport et Mannekersvere. L'attaque des Alliés sur le front Hollebeke-Vytschae'te est générale maintenant, et ils •agroent du terrain sur différents points. Les Allemands ont perdu quelques prisonniers, le nombreux morts et quelques tranchées. Le mouvement en avant des Alliés fut en'tre-iris au bon moment et ouvre de belles perspec-ive8.—Central News. ANXIETE A OSTENDE. AMSTERDAM, 17 décembre.—Le correspon-lant du "Telegraaf" à l'Ecluse rapporte que a population d'Ostende attend avec anxiété les vouements. 1^ bruit court qu'une grande partie d'entr'elle . fui vers Bruges avec l'autorisation des Alle-nands.On s'attend à une nouvelle action par mer, nais plus vers l'est. Les Belges sont maintenant sur la rive droite ie l'Yser, .près de Saint-Georges. Les Allemands ont reçu de nouveaux renforts ujourd'hui, surtout à Heyst. Ils ont construit les tranchées bétonnées entre Heyst et Duin->ergen, et y ont placé de nouveaux canons lourds. Au début de la semaine, des canons ont passé ar Roulers, en route pour le front.—Exchange. MOUVEMENTS A ZEEBRUGGE. AMSTERDAM-, 18 décembre.—Des fugitifs ar-ivés des environs de Zeebrugge disent que les .llemands fortifient considérablement le port. Quatre nouveaux canons de fort calibre sont rrivés lundi, et onkété immédiatement placés ans des positions préparées à l'avance. Des troupes fraîches arrivent sur les positions ï long du canal maritime et on s'attend de îoment à l'autre à dés événements importants. L'inquiétude de la population augmente.— entrai News. CE QUE COUTE LA GUERRE. UN CREDIT DE HUIT MILL ARDS. PARIS, 17 décembre.—Le chiffre total des cré-its provisoires que le ministre des finances de-îande pour les six "premiers mois de l'année 915 s'élève à huit milliards cinq cent vingt-cinq îi 11 ions. Sur ce total les dépenses de guerre absorbent x milliards trente millions. Les dépenses de la marine sont fixées à trois ?nt trente-huit millions. Il reste donc pour les dépenses civiles deux liliiards cent cinquante-sept millions. A LISTE NOIRE DE HERR TRIMBORN. AMSTERDAM, 1S décembre.—Herr Trimborn, lembré du Reichstag, attaché actuellement à administration civile de Bruxelles, déclare sans Hidemeut la nouvelle qu'il ait composé une liste noire" dé notables belges. Il déclare qu'à l'occasion du décès de son fils, dressa une liste de ses nombreux amis et co'n-aissances en Belgique, aux fins de leur adresser es lettres de faire-part, et que la dite liste n'a imais eu d'autre objet.—Reuter. Xote.—On peut, cependant, semble-t-il, sans outer de la bonne foi germanique, s'étonner-de 3 que la fameuse liste de Herr Trimborn com-renne exclusivement des noms de Belges notoire-lent connus comme peu favorables aux idées llemandes. LES JOURNAUX ET LA SCHLAGUE. AMSTERDAM, 1S décembre.—Le baron Bis-ng. le gouverneur allemand de la Belgique, a lit des démarches personnelles pour inciter les irecteurs des principaux journaux d'Anvers et e Bruxelles à reprendre la publication de leurs milles. I/a réponse qu'il reçut fut que tant que le roi igitime de la Belgique n'était pas revenu à 'ruxelles, et aussi longtemps que la censure alle-îande continuerait, les journaux ne paraîtraient as. le baron Bissing a déclaré qu'il envisageait le rojet d'arrêter les trois directeurs de journaux ui se trouvent encore à Bruxelles, et de les en-oyer dans une forteresse en Allemagne.—Ex-hauge. UN DOCUMENT PEREMPTOIRE. HUY ET LOUVAIN. "MAN HAT GESCHOSSEN!" Air cours d'un magnifiique discours qu'il prononcé récemment au cours d'un grand mee: ing au King-'s Hall de Londres, M. Emile Vandei velde, ministre d'Etat, a donné lecture d'un doct ment d'une extrême importance, trouvé dans u camp allemand près de Huy. C'est, un ordre du jour adressé exclusivemen à ses troupes par le commandant allemand vo: Bassewitz, et dont on appréciera tout l'intérêi En voici la fidèle traduction :— Le 25 août 1914. Dans la dernière nuit une fusillade a eu lieu Il n'a pas -été prouvé que les habitants de 1 ville avaient encore des armes chez eux. Il n'est pas prouvé non plus que la populatio: a pris part au tir; au contraire, d'après l'aï paren-ce les soldats ont été sous l'influence d l'alcool, et ont ouvert le tir dans la peur incon préhensible d'une attaque ennemie. J^a conduite des soldats pendant la nuit fa; une impression honteuse à peu d'exception près Quand des officiers ou sous-officiers incendien des maisons, sans permission ou,ordre du con mandant ou ici de l'officier le plus âgé et qu'il encouragent des troupes par leur attitude à ii: cendier et à piller, c'est là un.fait regrettable a plus haut degré. J'attends que l'on instruise partout sévèrt ment sur l'attitude vis-à-vis de la vie. et de 1 propriété de la population civile. Je défends de tirer dans la ville sans ordr d'un officier. La triste conduite des troupes a eu pour suit qu'un sous-officier et Un soldat ont été gravemen blessés par de la -munition allemande. Le Commandant, (signé) von Bassewitz, Major. Le fait qui s'est passé à Huy le 25 août s'es reproduit à Louvain eu septembre ; des deux côté aucune provocation de la population. Si parmi les officiers allemands qui étaient Louvain il se fut trouvé un von Bassewitz, le ignobles calomnies germaniques s'acharnant su les victimes de la malheureuse cité n'eusse!) jamais été colportées. Comme l'a parfaitement dit M. Vanderveldt c'est là un document qui les détruit de fond e: comble et met fin à la campagne la plus odieus et la plus lâche, .dont les neutres n'ont jamai été dupes, heureusement. Nous n'attendons pas de la presse reptilienn d'outre-Rhin qu'elle reproduise ce document, o même qu'elle en vérifie l'authenticité, qui es indiscutable. Mais nous demandons à tous les hommes d bonne foi ce qui peut rester de la légende de "francs-tireurs" et du "Mari liât geschossen quand on voit un commandant allemand » procher publiquement à ses hommes de s'enivre et de tirer sans ordres " par peur incompréher sible d'une attaque ennemie," et à ses officiers e sous-officiers d'incendier sans ordres des maison et d'encourager leurs soldats à incendier et piller ! LES ECRIVAINS DANOIS ET L'ALLEMAGNE. OPINION DE GEORG BRANDES. COPENHAGUE, 7 décembre (de notre correa ; pondant).—En présence des discussions qui on eu lieu entre écrivains danois au sujet des sen timents à l'égard de l'Allemagne, il est intéres sant de reproduire un article qui àparii hier dan un hebdomadaire très lu ici, le " Hver 8. Dag " : Sous le titre "La guerre mondiale à diver points de vue," Georg Brandes, le célèbre critiqu danois universellement connu, a publié, dans l'< journal " Politiken " une série d'articles intéres sants. Dans l'un de ces articles, intitulé " Le point di vue allemand " se trouvent quelques lignes su lesquelles iious désirons attirer l'attention, ca elles intéresseront sans aucun doute la majorit des Danois qui ont été péniblement impression nés par les témoignages de sympathie enver l'Allemagne que quelques écrivains danois on cru pouvoir publier pendant la guerre dans le journaux de ce pays, malgré la déclaration di stricte neutralité du Danemark. Parmi ces écrivains les noms de Peter Nansen Johannes V. Jensen et de Mme Karin Stangelam seront probablement les plus connus. Oeorg Brandes écrit à ce sujet ce qui suit:— " Il n'y a probablement pas un écrivain quel que peu connu d'un pays neutre qui n'ait ét< sollicité à se prononcer en faveur de l'Allemagne Généralement cette invitation était accompagné* d'un commentaire faisant miroiter tous les avan tages qui en résulteraient pour l'intéressé et dé guisant à peine une menace pour le cas contraire " Dans une lettre reçue par le soussigné il es dit textuellement:— Wer in diesen Tagen Deutschland Freund schaft bezeicht, dem wird es nie vergesseï werden. Freilich auch nur korrekte Gleich zeitigkeit. "Traduction: 'Celui qui en ces jours témoi gnera de l'amitê pour l'Allemagne ne sera jamai: oublié* pas plus, du reste, que celui qui fer; preuve d'une correcte indifférence.' " Il est' évident que pareille démarche ne fer; aucune impression sur des esprits ayant quelqn fierté: sur d'autres elle pourra avoir'une certain* prise." Elle laisse supposer, en tous.cas, qu'il est com patible avec la Kultur allemande," tant vantée d'adresser aux écrivains dess pays neutres d« pareilles lettres de chantage. Il" serait intéres sant de pouvoir élucider si les écrivains danoi: cités plus haut se sont prononcés d'uue façoi flatteuse au sujet de l'Allemagne après avoir reçi semblable "invitation.'' Les écrivains, au même titre que tout autr< citoyen du Danemark, ont évidemment le droi d'avoir leur opinion au sujet de l'Allemagne, et peut-être aussi le. droit de faire connaître cett» opinion, à la condition parfaitement expressi toutefois de faire ressortir clairement que cett< opinion est toute personnelle, de façon à ce qu'elle ne puisse jamais être interprétée comme le sen t'iment de la nation danoise. Parmi ceux de nos écrivains qui ont déclim catégoriquement la faveur de flatter l'Allemagne nous pourrions en citer certains dont le nom jusqu'ici, était estimé là-bas, tel que le profes seur Vilhelm Andersen, les professeurs Valdema Vedel et Karl Larsen, de même que MM. Helg< Rode et Svon Lange, pour ne citer que les plu: connus. Il est permis de se demander si les écrivain: danois qui, en cette occurrence, ont fait état d< leurs sympathies pour l'Allemagne, auront rendi service à eux mêmes et à leur pays. Les Allemands ne sont pas des sots et s'iL avaient l'impression que nous nous laissom éblouir par leur puissance militaire au poin d'oublier tous les outrages que nous avons dV subir de leur part, en vertu du droit du plus fort, ils ne manqueraient certes pas dans le fonc de leur âme de nous trouver plus naïfs que nom ne voulons le paraître. LE RAID NAVAL ALLEMAND. DEUX CONTRE-TORPILLEURS ANGLAIS COULES? VERSION ALLEMANDE. AMSTERDAM, 18 décembre.—Un télégramme officiel de Berlin donne détails suivants sur l'attaque de la côte anglaise du nord-est:— En approchant de la côte anglaise, nos croiseurs furent attaqués sans succès en temps brumeux par quatre contre-torpilleurs anglais. Un contre-torpilleur fut coulé, et les autres disparurent, gravement endommagés. Les batteries d'Hartlepool furent réduites au silence et le feu fut mis à l'usine à gaz. On ' entendit plusieurs détonations, et trois grands incendies dans la ville purent être observés de 'nos navires. La station garde-côtes et l'usine de distribution d'eau de Scaiiorough, et la station garde-côtes ainsi que la station de signaux- de Whitby furent détruits. Nos navires reçurent quelques obus des batteries côtières mais ne furent que légèrement endommagés.A un autre endroit, un autre contre-torpilleur ; anglais fut coulé. VON BEHNCKE. —Reuter. , DEMENTI. LONDRES, 38 décembre.—Le Press Bureau ne possède aucune information au sujet de la prétendue perte de deux contre-torpilleurs anglais par les croiseurs allemands au cours de leur raid sur la côte du nord-est. IL Y AVAIT UN CUIRASSE. AMSTERDAM, 18 décembre.—On rapporte ; d'une source digne de foi que parmi les navires i qui effectuèrent le raid sur la côte anglaise, il y avait un t-.uirassé. Tous les navires retournèrent sans dégâts dans i des ports allemands.—Central News. DESASTRE ALLEMAND. ; UN GRAND CROISEUR COULE?' RETROGRADE, 3 8 décembre.—Le croiseur protégé "Friedrich Karl" a étc coulé pendant la | dernière sortie dans la Baltique. Les deux-tiers de son équipage ont péri, mais 200 hommes ont pu être sauvés.—Reuter. Note..—Le " Friedrich Karl " est un navire de 9500 tonnes, complété en 1903 et remanié en 1908. C'est un des cuirassés les plus puissants • de l'escadre allemande de la Baltique. Il a 130- mètres de longueur, quatre canons de 8 pouces, , dix de 0. .filait vingt noeuds, et a un équipage ; sur pied de paix de 560 hommes. LA PRESSE FRANÇAISE. PARIS, 18 décembre.—" D'aucune importance militaire," telle est l'appréciation unanime ici au sujet du raid allemande sur la côte anglaise. On considère que ce massacre de civils dans des villes ouvertes n'ajoute qu'un fait de plus à la série des actes de barbarie allemands. Le "Temps" dit:— Il est difficile de voir un côté militaire à cet exploit. Il ne peut être considéré que comme un acte de barbarie sans profit pour son auteur. Il est vrai que la destruction de l'escadre de l'amiral Spee ruina' le prestige naval allemand, mettant lin, en même temps, à l'activité des pirates du commerce. La flotte allemande fut obligée, ainsi, de faire quelque chose pour montrer qu'elle vivait encore. Elle s'est acquittée de cette tâche en répandant brutalement lé sang d'êtres sans défense, contrairement aux lois de la guerre.—Reuter. L' " Intransigeant " dit que l'attaque fut le résultat de la pression exercée par les liantes personnalités industrielles allemandes qui se Plaignaient depuis longtemps de l'inactivité de la flotte, laquelle était en réalité l'œuvre de la caste militariste prussienne. Lajflotte anglaise est prête à toutes les éventualités, et ses équipages sont pleins de l'esprit de Nelson. La " Liberté " écrit :— 1/action de l'escadre allemande fut extraordi-nairement audacieuse, mais l'audace peut devenir coûteuse. L'Angleterre vengera certainement 1 l'insulte.—rCentral News. LÀ PRESSE ITALIENNE. ROME, 18 décembre.—Le " Giornale d'Italia," commentant le raid sur la cote de l'est, dit :— Il n'a rien d'héroïque. L'amirauté britannique a raison de dire que semblables démonstrations n'ont aucune importance militaire et ne font de dommages qu'à la propriété et à la vie de personnes privées. La marine allemande n'a pas éprit une belle page par l'histoire de son raid. Les " Ïdea-Nazionale " écrivent:— La valeur militaire de l'entreprise allemande est très faible. Le bombardement de villes ouvertes ne produit rien d'autre qu'une panique parmi les populations côtières et une excitation de l'esprit public contre l'ennemi, à cause des victimes innocentes. Le communiqué de l'amirauté britannique est rédigé en une forme sereine et digne du moment. La "Tribuna" commente:— Le bombardement de villes ouvertes est une violation du droit international et de ses stipulations humanitaires. Il constitue un précédent particulièrement sérieux pour l'Italie, qui ne doit pas oublier que ses plus grandes et plus riches villes se trouvent sur ses côtes, et qu'elles ne peuvent être protégées que par une marine puissante et toujours prête.—Reuter. LE NOMBRE DES VICTIMES. SCARBOROUGH, 18 décembre.—Le nombre des victimes provoquées par le raid naval allemand est plus considérable encore qu'on ne le croyait. Les derniers chiffres sont:— Tués. Blessés. Hartlepool 90 250 Scarborough 17 100 Whitby 2 2 Total , 109 352 Le nombre total des victimes serait donc de 461, mais on craint qu'il ne soit plus grand encore: il est possible qu'on retrouve encore des cadavres dans les ruines de certaines maisons d'Hartlepool, et que certains blessés succombent. FAUSSE ALERTE. WEST HARTLEPOOL, 18 décembre.—Il y a eu quatre morts de plus à la suite du bombardement.Un bruit sans fondement au sujet de Ja présence de navires allemands a provoqué une alerte aujourd'hui, et des proclamations officielles ont du être affichées pour engager les habitants à reprendre leurs occupations ordinaires. Le maire de Scarborough télégraphie que les choses ont repris 'leur cours normal dana cette vilt". COMMUNIQUES OFFICIELS RUSSES. LES ALLEMANDS EN RETRAITE. SORTIES REPOUSSEES. PLTROGRADE, 17 décembre.—Communiqué officiel du quartier-général russe :— Dans la direction de Mlava notre cavalerie et des détachements avancés ont poursuivi vigoureusement les troupes allemandes défaites, dont un grand nombre ont traversé la frontière. Pendant la poursuite, nous avons capturé des prisonniers, plusieurs canons, et d'autre matériel de guerre. Sur la rive gauche de la Vistule, comme en Galicie orientale, il n'y a eu hier aucun engagement important. Au cours de la semaine dernière, la garnison de la forteresse de Przemysl a tenté de nom-" breuses sorties. Nous les avons toutes repoussées, et infligé de grandes pertes à la garnison. Pendant une de ces sorties, le 15, nous avons capturé plusieurs centaines de prisonniers et des mitrailleuses. VICTOIRE ALLEMANDE? CE QU'ILS RACONTENT. BERLIN, 17 décembre.—Communiqué officiel du grand état-major:— L'offensive russe contre la Silésie et Posen a complètement échoué. Dans toute la Pologne l'ennemi a été forcé de se retirer après un combat acharné sur tout le front. Dans la Pologne septentrionale, la victoire remportée hier et les jours précédents est due à la bravoure des régiments de la Prusse occidentale, et de la Hesse. Le résultat de cette victoire ne peut encore être estimé.—Wireless Press. VIENNE, 17 décembre.—Les dernières nouvelles démontrent sans aucun doute que la résistance russe a été vaincue. L'aile méridionale a été battue dans la bataille de Limanova, qui dura plusieurs jours. Les Russes ont été complètement défaits par nos alliés sur la rivière Bzura. Menacé par notre avance dans les Carpathes, l'ennemi a commencé une retraite générale qu'il essaye do couvrir par d'incessants et obstinés combats. Nos troupes attaquent la ligne Grodno-Zak-liczyn.Sur les autres points du front la poursuite a commencé. CRIS DE VICTOIRE. BERLIN EN FETE. AMSTERDAM, 18 décembre.—Une dépêche de Berlin annonce que la nouvelle d'une victoire allemande en Pologne a provoqué un grand enthousiasme. Lorsque, tôt cet après-midi, le communiqué officiel lut publié, il fut rapidement connu par toute la ville. Toutes les maisons, y compris elles occupées par des Autrichiens, arborèrent des drapeaux. Malgré le mauvais temps, des milliers de personnes remplissaient les rues. On sonna les cloches dans toutes les églises. L enthousiasme s accrut quand, quelques heures plus tard, le communiqué autrichien vint compléter les nouvelles allemandes. Les écoles seront fermées aujourd'hui. I.e " Lokalanzeiger" dit:—" Jamais auparavant une bataille aussi gigantesque n'a eu lieu, et rarement une décision aussi importante en est résultée. La bataille de Pologne fit? une des victoires la plus grandes du monde, et peut être comparée à celles de Semiramis et de Leipzig." La " Vossischc Zeitung" fait ressortir l'importance de cette victoire, et insiste sur ce point que la défaite russe est attestée par le fait que la Russie exerça toute la force dont elle disposait pour réussir. Le journal ajoute: " Par cette victoire la campagne de l'est arrive à une décision capital e. ' '—Central N e ws. L'EGYPTE. PROTECTORAT ANGLAIS. LONDRES, 17 décembre.—Le Foreign Office annonce Que, étant donné l'état de guerre entre la Grande-Bretagne et la Turquie, l'Egypte, placée sous la protection de ce pays, constituera dorénavant un " Protectorat britannique." La suzeraineté turque en Egypte a donc pris .fin, et le gouvernement de Sa Majesté adoptera toutes les mesures nécessaires à la défense de l'Egypte et à la sauvegarde de ses habitants. Le Roi a nommé le lieutenant-colonel Sir A. H. MacMalion commissaire-général en Egypte. PROCLAMATION OFFICIELLE. LE CAIRE, 18 décembre.—La proclamation éUblissant le protectorat anglais sur l'Egypte a été affichée ce matin à la première heure dans tout le pays.—Reuter. TENSION GRECO-TURQUE. ATHENES, 17 décembre.—La presse exprime l'avis que les relations entre la Grèce et. la Turquie pourraient être rompues, au cas où une sentence de mort serait prononcée contre un sous-officier de la marine grecque détenu à Con-s tan linopl e.—Re u ter. BOULIMIE. PARIS, 18 décembre.—Le " Matin " publie des reproductions photographiques de timbres postes authentiques, imprimés à Berlin, portant l'effigie de la " (Jermania," avec une inscription en filigrane "Deutsches Ileich " et une formule attestant que la Suisse fait partie intégrante de l'empire allemand. Ce journal possède quatre exemplaires de ces timbres.—Central News. — Les prévisions du bureau météorologique anglais pour le week-end ne sont pas tout à fait défavorables. On peut s'attendre à du temps beau, un peu variable au début, et à la fin de la période pluvieuse pour la Noël. On signale des inondations en Cumberland. — La comtesse Jean de Mérode, femme du grand maréchal de la Cour, présidente de la Croix Rouge de Belgique, revenant de Hollande en automobile, a été arrêtée à Bruxelles et conduite à la " Kommandantur." Elle aurait été trouvée porteuse d'une lettre de la Reine. Son arrestation a été maintenue pendant deux, jours. — Le "Telegraaf" apprend de Berlin que le Kaiser retournera au front cette semaine. Il a conféré la croix de fer de première classe au chancelier de l'empire. — Le roi de Suède, accompagné de son ministre des affaires étrangères, et du grand maréchal de la cour, a quitté Stockholm jeudi soir pour Malmô. Une grande foule Fa acclamé à À"v Gare et « eiutuVé l'air national suédois. COMMENT ILS NOUS "GOUVERNENT." L'ESPIONNAGE OFFICIEL. Us Allemands avaient déjà organise en Bc ique, avant'leur traîtreuse et lâche irruptior n magnifique système d'espionnage commercia l'aide duquel ils pouvaient "surveiller" toute 2S entreprises belges où ils n'avaient pas réusi s'infiltrer directement. Ce que ce système occulte est devenu depui 'occupation, l'arrêté suivant de von der Golt 'acha, entré en vigueur le 26 novembre derme: a nous le dire. Nous l'extrayons du quatrième numéro d u ertain " Bulletin officiel des lois et arrêtés pou s territoire belge occupé." Son authenticité e<. lonc indiscutable :— ARRETE. I. L Le Commissaire général pour les banque ;n Belgique pourra, par voie de rétorsion, nomme [es personnes qui auront à surveiller les entr< irises ou les succursales d'entreprises établie [ans le territoire occupé de la Belgique dont 1 lireetion ou la surveillance se trouve dans u ïays en état de guerre avec l'Allemagne, ou le ntreprises ou succursales dont les recettes voi otalement ou partiellement dans ces pays er iemis ou à leurs nationaux ou élans lesquelle eux-ci seraient intéressés sous une forme que onque. Les personnes ainsi nommées par le commi; aire général pour les banques en Belgique auroi jour mission de veiller, tout en respectant le Iroits de propriété et autres droits particuliei le ces entreprises, à ce que pendant la durée c a guerre leurs affaires ne soient pas gérées d'ur açon opposée aux intérêts de l'empire alleman :t du territoire occupé de la Belgique. Les frais do cette surveillance sont à* charc les entreprises sus-visées. 2. Le Commissaire général pour les banque n Belgique pourra prendre les mêmes mesures 'égard d'entreprises dont le champ d'activité f rouve entièrement ou partiellement au Con*. >eJge ou à l'égard d'entreprises belges dont 1 j.c. au moins du capital se trouvent entre 1< nains de sujets allemands. II. Ces commissaires de surveillance sont notan tient autorisés : lo.) A interdire des mesures de toute nature il éressant les affaires de l'entreprise, spécialemei es dispositions concernant des biens meubles < mmeubies. ainsi que les communications a njet des affaires. 2o.) A prendre connaissance des livres et de écritures, à examiner l'inventaire de la caisse, d< aleurs mobilières et des marchandises." Oo.) A exiger des renseignements sur tout c jui intéresse l'entreprise. III. Les administrateurs, les directeurs, et les en iloyés des entreprises ou des succursales soi enus de suivre les instructions et les ordres d< iomniissaires de surveillance, qui devront être ii 'ités en temps utile à chaque séa'nc-e du conse l'administration et à chaque assemblée générait 'ordre du jour de ces réunions doit leur êti ommuniqué. Toutes les décisions du conseil d'administr ion et de la direction doivent être portées pi :crit à la connaissance des commissaires de su reillance. IV. Il est interdit de remettre ou de virer ni d ectement ni indirectement dans les pays enn nis des fonds ou d'autres biens quelconques d< intreprises ou des succursales surveillées. Lés commissaites de surveillance pourront ai nettre des exceptions; ils pourront entre aut: lécider, le cas échéant, que des fonds ou d< valeurs dont la remise ou le virement est interd ielon l'alinéa I pourront être consignés ai •aisses du gouvernement civil pour le compte dt lyant droit. V. Sera puni d'une amende pouvant s'élever ju ju'à 50,000 frs. et d'un emprisonnement jusqu rois ans ou d'une de ces peines, quiconque en t jualité d'administrateur, "de directeur ou d'eu jloyé d'une entreprise ou d'une succursale, aui ntentionnellement contrevenu aux prescriptioi les articles III et IV. La tentative est punissable. La connaissant les infractions au présent arrêté est attribuée ai; ribunaux militaires. VI. Lorsqu'une entreprise ou une succursale su 'eillée n'a d'administrateur, de directeur c l'employé résidant dans le territoire occupé de : Belgique autorisé à la représenter également c orsque l'administrateur, le directeur ou l'emploi ie remplit pas régulièrement ses fonctions, Jommissaire général pour les banques en Be ^ique pourra, sur la demande du commissaire e ;urveillance, nommer ma remplaçant. Celui-ci aura à continuer la gestion d< iffaires courantes de l'entreprise ou de la succu ;ale lorsque le Commissaire général pour 1< >anques en Belgique l'aura jugé nécessaire dar 'intérêt de l'empire allemand ou du territoi: iccupé de la Belgique. Dans tous les autres cas il aura à liquid< intièrement ou partiellement les affaires courai es. Il pourra aussi faire de nouvelles opération nais seulement à l'effet de terminer des affaire :n cours. Il aura à suivre les instructions et L •rdres du commissaire de surveillance. Le remplaçant a droit au remboursement c es débours et à une rémunération convenable c es soins. Le montant en Sera fixé par le con nissaire général pour les Banques en Belgiqi it perçu par le remplaçant à la caisse de l'entr irise ou de la succursale surveillée. Pendant la durée du remplacement de dro les administrateurs, directeurs et employés c eprésenter légalement l'entreprise ou la succu aie est suspendu. Le commissaire général pour les banques e Belgique peut faire cesser le remplacement si e demande du commissaire de surveillance. VII. Les prescriptions plus étendues de l'arrête d 'Q septembre 1914 concernant la surveillant Rétablissements de prédit et de maisons de bai [ne (" Bulletin officiel des lois et arrêtés pour erritoire occupé de la Belgique," numéro 3) r ont pas modifiées par le présent arrêté. VIII. Cet arrêté entre en vigueur le jour de sa publ ation. Bruxelles, le 26 novembre 1914. Le Gouverneur Général en Belgique BARON VON DER GOLTZ. Feltimarchal. Si. avec ce système, les espions allemands d lommés par un heureux euphémisme " commi aires de surveillance," ne réussissent pas à s endre maîtres de toute l'organisation comme iale, industrielle et financière de la Belgiqu :'est que nos compatriotes qui peuvent encoi ' travailler " sont bien malins ! — Une maison de tout premier ordre située ïampstead, avec tous les soins médicaux, e iffert© gracieusement aux jeunes femmes d nondc, refugiées de la guerre et qui sont à : eiRe de devenir mères. On est prié t 'adresser à la Directrice, 95, South Hill Par! ïampstead. — L'appel formé par Ailiers, l'ancien eonsi illemand, contre sa sentence de mort, a été a iepté. MONITEUR BELGE DES 11, 12, 13, 14, 15 ET 16 DECEMBRE. ACTIONS D'ECLAT. DECORATION .M IUTAIliE. ixi ious-licuteuanl LcgasteloiF, J. M. J- du 2'5mc jv'''* ' nifint d'infanterie française, est autori^y ;i port-cr la cleço-, ration militaire de 2e ciassc Qu'il a reprise à l'ennemi. S MINISTERE DE L'INTERIEUR. ORDRE DE LE0P0LD. Pour reconnaître la bravoure et le dévouement, cuveit ir* S officiers et soldats dont M. Mus, II.. bourgmestre do la coin-l raunc do Saint-Georges lcz-Niouport, a fait_ preuve pendant ls bombardement de catte localité. iM. -Mus est nomme ' chevalier de l'ordre de Léopold. ORDRE DE I.A COURONNE. Pour les mômes motils, M. Mus, G., et les demoiselles Mus, I L., et Mus, R., sont nommés chevaliers de l'ordre d© 'a t Couronne. ASSIMILATION. Par un arrêté royal en date .du 6 décembre 1914, loa greffiers adjoints auprès des conseils de guerre sont aesiiniléa aux sous-lieutenants. S OFFICIER DE RESERVE. r Par arrêté royal du 8 décembre 1914, le lieutenant <]o réserve Sauvenier, L.-H., du 9e régiment de ligne, cesse d« ' faire partie du cadre de réssrve à dater de ce jour. J DESTITUTION. Par arrêté royal du 6 décembre 1914. le sous-lieutenant II payeur de réserve Loico, E:, du 5e régiment de chasseurs i S pic»i, est des'iiuc de son cnide. pour s'être abstenu à defseic t d'obéir et s'être rendu coupable d'une négligence grave dani son service. ORDRE JUDICIAIRE. ,b Par arrêté royal en daic du 32 décembre 1914, M. Dccre-C-son (T.-J.-E.), greffier-adjoint surnuméraire a.u tribunal do première instance de Liège, est nommé grcfQcr-adjoint à ce j. tribunal, en remplacement de M. Gonfin, décédé, t . CONSULAT. g Par arrêté royal du 5 décembre 19i4. M. Petcr.-oii, Adolphe:Fréderic, agent consulaire de Belgique à Folkestone. est nommé vice-consul do Bcleiquc à la même résidonce. (A Suivre.) d ■e LES BELGES EN ANGLETERRE 1S à Les journalistes belges, membres de 3'Assoeia- e tion de la Presse, se sont réunis hier après-midi, o au nombre d'une trentaine, dans la grande sallo 0 <1 e l'Jnstitule of Journal Lis. Au cours de s l'assemblée fut constituée la section anglaise des membres de l'Association de la Presse. A l'occasion de la Noël, les réfugiés désirant participer à un témoignage de gratitude par l'.en- 1 voi de quelques fleurs aux dames des divers . comités peuvent adresser leur obole, fut-ce un penny eu timbrés-poste, jusqu'au lundi, 21 cou-' rant, à M. James Cudlip, secrétaire du Home, 49, St. George's-road, London, S.W. ; Les organisateurs de cette manifestation de ; reconnaissance sont Mme Dothaise, le docteur Philippe, MM. Emmanuel Koelman, notaire, Joseph Cuvelier, avocat, Louis Lelong. ingénieur, (ieorges Dumont, avocat, James Cudlip et Geo. Hanciau. !j POUR LES PETITS PAUVRES | D'ANVERS j QUI N'ONT PAS EU DE ST. NICOLAS Report .'.je!7 •: i La " Belgica " de Bude 14 7 Les Réfugiés belges de Belper (Derbys.) o f> t> . Robert, en souvenir de grand' maman 0 2 1 ^ Two little Engîish boys (K. and B.)..- 0 10 U Pour que tout Anversôis séjournant à Londres participe à cette bonne i œuvre o m 3 •q J; 0. A -I (I n Mme Cr a en, d'Anvers O ."> O • . Julia Ny«, Anvers •. o o Jean Légère. Anvers 0 3 0 ; The London Staff of the Direct Spanish Telegraph Cy G 7 6 s- -— Les gardes-civiques belges licenciés qui croi-a raient avoir de la correspondance en souffrance a au bureau de poste. militaire belge de Calais 1- (Maritime) son priés d'envoyer à ce bureau leur a adresse (nom, prénom, numéros du régiment, ts bataillon, etc.), suivie de l'indication de leur résidence actuelle. ^ roi des Belges a envoyé un message à ^ M. Uoor, consul-général belge au Canada, pour remercier le peuple canadien de sa généreuse assistance. i'- Le Canada à envoyé plus d'un million de 11 dollars au Belgian Relief Fund. —D'après la "Vôssische Zeitung," le "Scharn-. horst " et le "Gneisenau" se trouvaient sous le Z commandement des capitaines Félix Schultz et Màrker. o —steamer est arrivé à Vladivostock avcc 1 equipage du croiseur russe " Zemtschug," cou'é ,s a Penang par feu 1' " Emden.'.' r- —Un télégramme de ïrieste annonce officielle-!S ment la perte du navire école autrichien " lieet-[S lioven," coulé par une mine avec tout son équi-e page de cadets et de marins. Le gouvernement' danois a donné ordre à ;r tous les importateurs danois de froment .et 1- denrées alimentaires de provenance américaine a remettre au gouvernement tous les cormaisse-5, ments et ordres, en vue d'empêcher toute expor-!S tation de vivres en Allemangne. :S ■ e LE LIVRE D'ADRESSES DES EXILÉS. e 9 Pence la ligne.—Joindre le montant aux ordres, s.v.p. :» \ I/LON-S bien, tous. Robert encore impotent. Merry Cbriotmas.—Irène. I ÛUI8 De BRANDT à Chapoltown, W7V Bugnard, en bonne santé.—De Brandi, Vjvermans, 23, rue de la Fourcha Bruxelles. " TV3 et Mme " MAUKHJJS -DECKEES, iSTTt ir ITI.» actuellement. 52, Ewell-road à Surbiton. ' aUÏRIN I, JOSEPH, Hôtel de Roubaix, Le Havre, demande nouvelles de sa famille. u X/OYAGE excellent. .Paul à" Go sport. Partoiïsle _▼ rejoindre, Baibors.—Jcanno Simone. \ VIS AUX REFUGIES.—N'envoyez des cor- e JTY. respondances, paquets, sommes d'argent, etc., ne faites e venir des jwrsonncw de Belgique, que par l'intermédiaire d une Maison pouvant vous offrir des référencée et garanties réellement sérieuses. ALBERT SJSRSTE et Cie., 8, Little St. Andrew-street, Upper St. Martin's-lane, l" Bureau de 9 à LONDON. W.U. Renseignements 6 heurp. gratuits, peuvent vous les fournir et se chargent de toutes ccc commissions à des prix réellement modérés. LA PREMIERE MAISON s'etant occupée avec 6ucc& do ces missions de confiance. CRITERION (Gerr. .'Î844). tous les soirs àSh. 30. M. LIBEAU et Mlle DIEUDONNE dans , LE MARIAGE DE MLLE BEULEMANS 5 MATINEES. MERCREDI, et SAMEDI 2h.30. e Prix spécialement réduit*» Parterre 1$. [" /COURRIER Bruxelles, Anvers, Malines; -» Nivelles, Namur, Louvain, Charleroi et leurs environs, e I^ettres militaires 6 p2nce lors remise, réponse gratuite liettres civils, 2 th. lors remise, 4 f.h. lors remiso répons^' Aucun détail guerre Départ tous les dix jours.—Adrewo Verrùote, 4, Priory-gardens, Folkestone, et 102, rue Montoyer ^ Bruxelles. jt T A METROPOLE parait chaque matin, sauFTê u JJ dimanche, dans le "Standard," vendu chez tous 1m marchands d,e journaux au prix d'un penny. Nous oons<4!-,l Ions vivement à nos amis do s'abonner au prix de 3sh. 3 par 0 mois pour ln Royaume-Uni 4sb a pour l'étranger, et rlo j nous adresser le prix de l'abonnement en un mandai,. Le ' tarif des :-.niion<-as est do 9d. la ligne pour le • Livre d'adiessjs des exilés," payable d'avance, et pour toute aulr* il publicité. !c tarif du "Standard." Non- avon.s ouvert un C, bureau dans l'immeubl« du "Standard," Fleet-^treel.. 132-4. U.C., ouvert ilo 2 ft 6 heures. Eu cas du demande écrit, joindre deux timbres d'un pennj.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Londres du 1914 au 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes