La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres

782 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1915, 04 Fevrier. La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres. Accès à 15 decembre 2019, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/862b854d8f/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

LA MÉTROPOLE TYA'Nrirn'PQ papatqqànt T3T?nvTRnTT?F?M'R"NrT A T.ONDRES. 22ME ' ANNÉE. JEUDI 4 FEVRIER L915. N°- 35. COMMUNIQUES OFFICIEL! FRANÇAIS. NOUVEAUX TRUCS ALLEMANDS. PROGRES J5UR L'AISNE. PARIS. 3 février.—Communiqué officiel de 1 heures :— . Au nord de la Lys, il n'y a rien a signaler. Eutre la Lys et l'Oise, dans le secteur do l Xoulette (à l'ouest de Lens). nos batteries on réduit ii silence une vive fusillade. Les Allemands ont lancé des canots charge rl'éxpfosifs sur la rivière l'Ancre au dessu d'Auveley (au nord d'Albert). Ces manigance iuient empêchées avant que l'explosion ne pût s produire. i, Notre artillerie a continue d'obtenir d ex ce. lents résultats dans la vallée de l'Aisne. Nou avons légèrement progressé, faisant des prisor niers et repoussaxit une contre-attaque à l'oues <!e la hauteur 200 près de Perthes. Dans lArgonne. une deuxième attaque all< mande fut faite près de Bagatelle vers six heure hier soir. Elle fut repoussée comme celle déj signalée, qui fut exécutée à 1 heure de relevée. Sur le front de la Meuse aux Vosges, tout fn tranquille. * . . En Alsace, nous avons organise nos position sur lo terrain gagné au sud d'Ammertzviller.-Keuter.VERSION ALLEMANDE. AMSTERDAM. 3 février.—Communiqué d grand quartier-général de Berlin:— Des attaques françaises contre nos position près de Perthes furent repoussées. Sur les autres parties du front sur le Ihéâti occkieutal de la guerre, il n'y a rien à signal* t|ne des combats d'artillerie. lin l'russe orientale, il n'y a rien de nouveau. F,ii Pologne, au nord de la Vistule. les attaqua ,!'• !;i cavalerie russe ont été finalement r< poussées. Au sud de la Vistule, nous avons capturé 1 village (!•.' ïïumin durant nos attaques à l'est d Boulimow. Le combat pour Volaszydlowicka continu* dàri> ces batailles nous avons capturé depuis ] 1er février plus de 4000 prisonniers et si mitrailleuses. Une attaque russe, de nuit, contre nos pos lions sur la Bzura a été repoussée.—Reuter. LE MARECHAL FRENCH DECORE PA: LE TSAR. LOIS DRES, 3 février.—Le Press Bureau publ: e communiqué suivant:— Le 30 du mois dernier le général prince Yusi t.off, aide de camp de l'Empereur de Russie, visité le quartier général de l'armée anglaise e vue de présenter, par ordre du Tsar, des décçr lions an maréchal Sir Jolln French, aux officie: commandants et autres ainsi qu'à des soldats d< Royal Scbts Greys, dont Sa Majesté Impériale e; . olonel-en-chef. Le prince Yusupoff était accon pligne du lieutenant-général Yermoloff, K.C.V.0 <■'. de M. Pilatsky. Il offrit à Sir John Frenc l'ordre de St. George. Son Altesse Royale 1 prince de Galles reçut également une haul décoration. UN CENTENAIRE VEUT S'ENGAGE! DANS L'ARMEE BELGE. AMSTERDAM, '■'> février.—Un centenaire non nié André Max s'est présenté hier au consulat c Belgique à Maastricht après avoir fait la route pied depuis Sterrebeek, près de Bruxelles ! M. Max s'était rendu en Hollande pour r pondre à l'appel général du Roi demandant d« volontaires pour l'armée belge. C'est un parei éloigné du célèbre bourgmestre de Bruxelles, est né dans cette ville en 1814. Le consul le félicita, mais il refusa de lui doi ner un passeport, eu égard à son grand âge. lie vieillard déclara qu'il ne retournerait pas e Belgique, de crainte d'être fusillé par les Ail mands.—Exchange. LA VIE EN BELGIQUE. AMSTERDAM, 3 février.—Les " Antwerpscl Tijdingen " ont été suspendues jusqu'au 1 H'vp't. par ordre des auto rites allemandes. . , conseil communal d'Anvers a décidé < considérer comme révoqués tous les employés c Ja ville et les instituteurs qui n'étaient pj rentrés le 2 janvier. Le conseil communal de Bruxelles a décidé c 'iefendre les fêtes du carnaval, à la suite de . situation en Belgique et du deuil de nombreusi familles bruxelloises. On annonce de Gand que 350 employés c chemin de fer ont décidé de se mettre au se vioe des Allemands à des conditions semblabh a celles existant avant la guerre. La situation à Termonde est très grave. Li Habitants sont menacés de famine. A Aersch* la situation s'est quelque peu améliorée. Dans plusieurs villages des Flandres, d> bandits dévalisent les maisons des habitants. On a entendu hier à Fîessingue une violen' canonnade.—Central News. > LE PAPE ET LES PRISONNIERS D GUERRE. ROME, 3 février.—-Suivant des nouvelles prov nan£ du Vatican l'Angleterre, l'Allemagne, l'Autriche ont répondu favorablement à la pr position du Pape au sujet do l'échange des pi sonmors de guerre, limité aux femmes, enfan et aux hommes âgés de plus de cinquante-cic ans. Quand toutes les réponses auront été r * in» do tous les chefs d'état elles seront publié* dans l'organe officiel chi Vatican.—Reuter. LA DISETTE EN ALLEMAGNE. AMSTERDAM. 3 février.—Dans de nombreux localités de, l'Allemagne on se plaint de ce qu' n'est pas possible d'obtenir du pain de guer: chez les boulangers à cause du manque de farir «le pomme de terre. Certaines feuilles font ressortir qu'il est égal roent possible d'employer des pommes de ter fraîches pour cuire du pain. Le journal " Das Gastnaus," organe de l'Unie des propriétaires allemands d'hôtels et café proteste vivement contre toute augmentation c prix de la bière.—Central News. —-En vue d'économiser le fourrage qui pourra être employé pour la population civile et po: i'armée, le gouvernement allemand a l'intentio dit le "Berliner Tageblatt ", d'acheter des por pour dix millions de marks, de les abattre d'en faire des conserves. — Dans la tranchée:— — Pourquoi t'es-tu engage? .— Je suis sans famille et i*aime la guerre. tOk? — J'ai une belle-mère et j'aime la paix... — Un télégramme de Bâlo annonce que 1 dépôts du 15me corps d'armée allemand à StK bourg ont été presque complètement détruits p un 'uconddft. > LE "U21 " CONTRE UI NAVIRE-HOPITAL. UN AVERTISSEMENT. AVEU DE CYNISME. PARIS, 2 février.—Une note officielle publia 5 par le ministère français de la Marine dit :— Hier à 5 heures de l'après-midi, à un endro situé à 24 kilomètres au nord-nord-ouest d a, Havre, un sous-marin allemand a lancé une to t pille sur le navire-hôpital anglais " Asturias mais le manqua. Cette action viole les stipuL s tions de la convention de La Haye du 18 noven s bre 1907.—Reuter. s AMSTERDAM, 2 février.—Le "Reiehsai = zeiger" publie le communiqué suivant L'Angleterre est sur le point d'envoyer e g France un grand nombre de troupes et une granc quantité de matériel de guerre. Nous agiroi [ contre ces transports avec tous les moyens ta.il taires à notre disposition. Les navires pac fiques sont ins tamments priés de ne pi g s'approcher des cotés méridionales et occidental! • par suite du sérieux danger qu'ils courent e taisant cela, parce qu'on pourrait les confond] + avec des navires destinés aux transports c guerre. Les navires trafiquant entre les ports c la mer du Nord, feront bien de faire le tour p; l'Ecosse.—(signé) Von Behnke.—Reuter. AMSTERDAM, 2 février.—La " Kreuzzeitung d'hier dit:—Si les deux navires marchant anglais au large du Havre dont parle le con muniqué français, ont été réellement torpillés p; a nos sous-marins sans avertissement préalabl c'est sans doute, parce que les sous-marii s avaient raison de le faire, et étaient ou bi< menacés par les navires marchands eux-mêm< e ou se trouvaient tout près de navires de guer: T ennemis. L'Angleterre ni la France ne peuvent récLam-de nous en toutes circonstances et sans exceptic s le traitement bienveillant que nous avons accort >. jusqu'ici aux navires niarehands en mer.^ Cerb la vie d'aucun civil ne sera sacrifiée sai e nécessité, mais. comme aucun des deux ne ! e garde de bombarder une forteresse ou des plac-sur le champ de bataille parce que des eivi • pourraient y être tués, et comme l'Angleterre n è pas hésité à semer des mines dans la meT c x Nord, sacrifiant ainsi la vie des neutres, i même nous n'hésiterons pas à torpiller les navir marchands anglais, simplement parce que la v de l'équipage pourrait être ainsi mise en dang€ —Reuter. BLUFF ALLEMAND. e - INVASION PROCHAINE DE » L'ANGLETERRE? COPENHAGUE, 3 février.—La visite ( •s Kaiser à Wilhelmsliafen en connexion av !S lravertissement de von Behnke à la navigation < 't commerce est interprétée ici comme étant le px l' logue d'importants événements navals. •• Le bruit court que l'Allemagne essaye 'l d'engager la flotte anglaise dans les eaux du su e tandis qu'une autre escadre s'en ira à pledi 6 vapeur vers le nord en vue de couvrir un d barquetaent de troupes en Angleterre. Le " Social Deraokraten " dit que suivant ui > rumeur persistante de grands contingents < V troupes furent réunis à Wilhelmshafen lors c raid de Scarborough.—Exchange. o LES SOUS-MARINS ALLEMANDS à ; . UNE HISTOIRE DE PLANS ?t VOLES. PARIS, 3 février.—Le " Matin " dit que 1 1. sous-marins allemands employés contre 1 vapeurs marchands anglais sont faits d'après 1 n plans du célèbre architecte américain, Sim< 3- Lake, de Bridgport, qui lui furent volés p Krupp. Les plans furent soumis à Krupp, dont 1 directeurs s'engagèrent sur parole de ne ri" divulguer. Eventuellement ils firent en accor e de la part de l'Empereur, suivant lequel l'arcl 5 teetc devait recevoir une somme do 1 milli* et demi de francs. Comme il ne put avoir ni si !e argent ni ses plans, M. Lake protesta et reç 'e comme réponse qu'un brevet, pour tout ce q ta regardait la guerre était illégal en Allemagne, que par là il n'avait pas le droit de réclamer, le Depuis lors M. Lake a vu plusieurs soi a marins allemands et il est convaincu qu'ils so 's construits d'après leâ plans qu'il confia à Kruj —Reuter. [e - LA GUERRE AERIENNE. • AU DESSUS DE LA FORE NOIRE. ,e LAUSANNE, 2 février (mkruit.).—Sept av leurs français ont été aperçus hier au-dessus d villages près de la forêt Noire.—Central News. ^ PARIS, 2 février.—Un aéroplane allemand volé au-dessus de Remiremont à 1 heure a 0 jourd'hui, et a jeté deux bombes tuant une p ~î sonne. Vers 3 heures un avion ennemi est appa au-dessus de Bel fort, mais un tir violent f dirigé sur lui tandis qu'en même temps d ^ aviateurs français prenaient le départ et p chassaient,—Reuter. LE CAS DU " DACIA.' WASHINGTON, 3 février.—On croit que gouvernement, pour sauver la loi sur l'achat d navires, étudie un compromis, grâce auquel ^ ne cherchera à acquérir aucun navire de natio belligérantes internés dans d'es ports américah ° de façon à éviter la possibilité de complicatio 1 internationales. Cette très importante concession, dit-on, élii nerait de la loi la seule partie contre laquelle Grande-Bretagne se croit autorisée à protester.-n Central News. ru —Un soldat anglais écrit qu'il ne suffisait f que les soldats fussent tenus en haleine par bombardement des Allemands, voici que étourneaux se sont tellement habitués au siff 11 ment sinistre des obus qu'ils se sont mis àimil ir ce sifflement avec une telle perfection qu' causent des alarmes continuelles dans ] ^ tranchées. 6 — Les membres du conseil municipal de Rî nitz, en Bohême, ont été emprisonnés pour av< refusé d'aller à la messe à l'occasion de Pam versaire de l'Empereur. Et —Le baron von Bissing, gouverneur allema. de la Belgique envahie, est allé à Turnhout ; vspecter les gardes-frontière allemands, es —Le Kaiser a autorisé le 21m© bataillon d s- chasseurs de la réserve à orner (?) ses drapea' ir et ses shakos d'une tête de mort, en recompeo du. |ait quUl JK2S& les ligues russes à Lodz» ( LA TAXE SUR LES ABSENTS. UNE PROTESTATION. 17 "Union Belge "' de Folkestone vient d'adw ser à l'honorable M. Davignon, la lettre suivant Folkestone, le 29 janvier 1915. Monsieur le ministre des affaires étrangère Le Havre. Monsieur le ministre,—Nous avons pris co naissance de l'arrêté du gouverneur von Bissin e frappant d'une pénalité égale à dix fois leur co tribut-ion personnelle de 1914 les Belges réfugi it à l'étranger. u Nous ne pouvons que protester contre cet mesure, qui est contraire à tous les principes < la légalité et de la justice. !- Nous disons que c'est une pénalité, quoiqu e] soit présentée sous la forme d'une taxe: il 6uf de la considérer de près, pour ]ui trouver tous 1 caractères d'une pénalité et non d'une taxe, a pli cable à tous les citoyens. a Comment peut-on justifier une disposition, qi ^ dans sa généralité, frappe les fonctionnaires, 1 '. officiers, en même temps que les civils? Quoi plus odieux, que de frapper des officiers et d soldats, qui ont le devoir d'être auprès de l'arm en campagne? Et certains fonctionnais ® ministres et fonctionnaires d'administratio n centrales, doat les devoirs ne peuvent s'exerc qu'en dehors de la partie occupée par les AL ° mands? On frappe d'une pénalité des citoyei 6 qui matériellement et moralement sont dans l'ii 11 possibilité de se conformer ii l'arrêté, en rentra en Belgique. Quelle justice! " Et tous les autres citoyens qui, pour des mot: ls spéciaux et pas moins respectables, ont vole i- tairement quitté leur patrie pour sauver d ir jeunes gens, des j-ounes filles, de#»femmes, et 1 s, mettre loin des atteintes des envahisseurs ! is enfin les autres encore, qui ont préféré s'élqign n que de subir la tyrannie et la vie côte-à-côte av is les oppresseurs. Ce sont incontestablement û •e motifs respectables, qui ont dicté leur conduit* Il est contraire à toute justice de frapper d îr citoyens d'une pénalité. Une peine est la sar n tion d'une infraction : dans tous les pays civilis lé il en est ainsi. Où est ici l'infraction ? Quel < >s l'article, nous ne dirons pas du code pénal. m< is du code de la morale universelle, qui a été rr >e connu? Quel article de la convention de >s Haye peut-on invoquer pour justifier parei ls mesure? a Un autre argument, que le gouvernement poi ù rait, à notre avis, faire valoir, est celui-ci : loTsq le l'administration allemande a convoqué les cc *s seils provinciaux pour les engager à voter la cc ie tribution de guerre de 480 millions, elle a p r. l'engagement de ne pas frapper d'autre ta: ' D'un autre côté, pourquoi l'administration al mande applique-t-ello un traitement pl rigeureux à là partie occupée de la Belgique co: parée au territoire occupé en France? Nous nous permettons de suggérer au gouveri ment belge de faire un appel solennel aux pu sances neutres, à l'Espagne, aux Etats-Unis, l'Italie, à la Suisse, à la Hollande, çtc.. po qu'elles intervienne ta, aux fins d'empêcher ce nouvelle violence. lu Et nous prions instanmtent le gouvernems îc belge de saisir d'urgence les agents diplomatiqt le des Puissances neutres, pour que la réclamati o- ne soit pas tardive et ne se produise pas api le fait accompli. -a Les malheureux citoyens belges n'ont do i, pas encore assez enduré, assez souffert ? ie Veuillez agréer, etc. é- ' >e NOTRE AVIS. le — ■u Nous avons reçu plusieurs lettres nous ( mandant ou des aéuuis ou des conseils ex cernant, l'impôt ctaou sur les absents par . , Allemands. |t Nous ne pouvons répondre que nous n'avo ae uuix^ixa nue ecu-s. que ii.uus avous uounes; q cet impôt est en coniraciiçiion avec la Convt tion oe îa Jtiaye et qu'il n'y a pas lieu après . violations fiagianoes ei saugiautes ae ceiie cc vention par l'Allemagne ae voir intei-vehir . puissances neuues. c-eiics-ci ne bougeront j as ixjur a es interets materieis alors qu'eues ne as sont j>as émues ues assassinats d'Anvers, as Louvain, d'Aerscnot, de Dînant, d'Anaenne, m fccarDorougn, de lung's Lynn, et d'aiLeuis. s»ua ar uua nous n en pouvons aoiuier qu u payez en tous cas au plus tôt toutes vos cont es Durons. Rentrer pour eenapper à la taxe < ■n cupi.ee î j^tes-vuus sur que i ou. ne veut pus vc d, faire rentrer pour vous faire une maipropri ii- plus granae que celle que vous vouiez eviw >n voua une question préalable que l'on doit )n poser quand on a pour les Allemands le profo ut dégoui que nous éprouvons. ai Ajoutons encore que, l'arrêté de von Bissi et étant inconstitutionnel et illégal, ceux qu' frappent auront toujours la ressource de la is- opposition à la contrainte avec commandem< nt ae payer qui leur sera sans aoute sigiunée j. p. huissier après le 15 avril, soit eu première stance, soit (si le montant de la taxe est inféri* à tiOO francs) devant le juge de paix, et plaider. Il suffit pour cela que la contraii soit remise à un avocat, qui fera le néoessai Peut-être même les reiugiés . pourraient: s'entendre eu vue d'une action judiciaire co p muneî A LA LEGATION. Un réfugié belge possédant de grandes p a- priétés a déclaré à un représentant es "Standard":— La proclamation signifie que nos proprié a seront saisies par l'ennemi. u- Notre légation ne nous donne aucun cons< îr- car il s'agit d'une affaire strictement personnel dans laquelle chacun doit agir selon sa pro] ru initiative. . ut Je suis un grand propriétaire terrien, et es possède une maison qui renferme de gran< le valeurs. Si je rentre, je tomberai sous la férule aJ mande; si je reste, tout ce que je possède si saisi. Je ne crois pas que les réfugiés belges soii disposés à obéir à cette proclamation, es m LA CORRESPONDANCE AVEC LA LS, BELGIQUE, os îi- Un comité a é.té formé à Fîessingue en vue la faciliter les communications entre les réfug — belges en Grande-Bretagne et , leurs amis parents en Belgique; ce comité publie un cc muniqué-au sujet de la façon de correspond La correspondance se fait comme 6uit: le Envoyer au comité l'adresse sur une ca es postale et cela dans l'ordre suivant:— 'e" Nom de l'endroit de résidence en Belgique. !^r Nom de la province. lIs Nom.du mari ou de la .femme, avec prén 63 du mari. Avec ou sans enfants. ■ d- Profession ou occupation du mari. )ir Nom et numéro de la rue en Belgique ii- demeurent les parents ou amis. Nom et numéro de la. rue où l'on habite îd Angleterre. n- Nom de l'endroit. Nom du comité. es Rien d'autre ne peut éire écrit sur la carte « ix doit être adressée à FAlgemeen Belgisch Ste-se comité, Bureau do Renseignements, "Troost Nrod/' % :Breestraat, VtieErngen, Holland. COMMUNIQUES OFFICIELS RUSSES. f; VIOLENT COMBAT A G0UMINE. 6, ! l DANS LA PASSE DE BESKID. n- ^ PETROGRADl-;, 2 février.—Communiqué du quartier-géneral :— ^ Les combats avec l'ennemi dans le district de lo Mlawa continuent et sont toujours favorables à nos troupes. ]e Sur la rive gauche de la Vistule il y a eu une t* i bataille sur la route de Bolimow le 1er février d'une violence considérable, et dans laquelle des 63 batteries lourdes et légères ont pris une part P" proéminente. Une attaque allemande le matin du 1er février dans la région nord de Borjimow u' fut repoussée avec de fortes pertes pour l'ennemi, f® Une bataille obstinée fut livrée au sud du village ■I'e de Goumine, où nous réoccupâmes les tranchées ^ avancées perdues par nous le 31 janvier. Be Au sud de la Pilitza, sUr la Douuactz, l'ennemi !S> a fait une canonnade plus considérable, tirant 1S toute la nuit et la journée, mais les efforts de ses er troupes pour.*ivancer n'ont eu aucun succès. e~ Dans les Carpathes la bataille continue. _ Le ^ 31 janvier et le 1er février nos troupes qui ont n" avancé en combattant le long du front étendu sur la passe de Dukia, capturèrent une batterie de six canons, deux obusiers, des canons à tir f-q rapide et de nombreux prisonniers. n_ Dans la même région un mouvement d'offen-es sive à Ysotzko, aud sud-est de la pa^se d'Uzok, 03 fut repoussé avec des pertes énormes. Et Des avis allemands du front des Carpathes er confirment que le 1er février un bataillon du 224e ^ régiment allemand fut anéanti au sud-est de la es passe de Beskid. Lé restant, comprenant les commandants du bataillon et du régiment ainsi es que vingt hommes furent faits prisonniers.— ic- Reuter. és | LES ALLEMANDS SE RETIRENT, lé-; te L'OBSTINATION RUSSE. ir_ RETROGRADE, 3 février.—Le communiqué uo semi-officiel suivant, est publié ici :— n- Aucours de l'attaque du village de Lutozine n- au nord-est de Serpetz, plusieurs de nos cosaques "is après avoir l'ait prisonniers les quatre officiers :e. < ©t trente-cinq soldats dont la capture a déjà été le- «ignalée, ont abattu presque jusqu'au dernier us homme tout un escadron du 7e régiment des n-. cuirassiers allemands. Sur la rive droite de la Vistule les Allemands 'C- continuellement harassés par notre cavalerie qui is- les avait attaqués sans répit, se sont rejetés sur à la ville de Lipno.—Reuter. ur SOUS LE KNOUT ! nt on LIEBKNECHT ET LE ,ès SOCIALISTES ALLEMANDS. nC AMSTERDAM, 3 février.—Un télégramme de Beriin annonce que le " Vorwàrts " publie la dé-; claration suivante:— Le parti socialiste démocratique du Reichstag allemand, dans sa séance de mardi, a voté, après ; une discussion approfondie, la résolution le_ suivante :— ,Q. Le parti sQciab'ste parlementaire condamne çg très fortement l'atteinte du Dr Liebkuecht à la, discipline, et la répudie vigoureusement^ comme ns étant incompatible avec les intérêts de 1a. social-uc démocratie allemande. Il répudie aussi lés in-•n- formations erronées répandues à l'étranger par le ^ Dr Liebkuecht au sujet de ses négociations avec ,n_ le parti. es Le parti parlementaire a décidé qu'à une ^ séance pléniëre du Reichstag il votera en corps, se à moins que la liberté du vote isolé ne soit ex- pressément donnée dans un cas particulier. de Si un député socialiste est incapable en con-nt scdence de prendre part à un semblable vote. n. il peut (sic) s'abstenir, mais ne doit pas donner à son abstention le caractère d'une manifestation. ^ —Reuter. i^té L'ITALIE ET LA ROUMANIE. >r' PARIS, 3 février.—Les journaux publient le se télégramme suivant de Rome:— ati On déclare dans les circles officiels, au sujet „ de l'information d'après laquelle l'Autriche-Hongrie céderait le Trentin à l'Allemagne, qui . le céderait alors à son tour à l'Italie, que Z? cette dernière est décicLée à n'acoepter aucune offre ^ de cette nature tant que durera la guerre.— in. Reuter. ur PARIS, 3 février.—M. Lorand, député l^elge, de. qui a fait une série de conférences en Roumanie, ite déclare d'arus un article au " Petit Parisien " que re. la Roumanie a décidé de se joindre aux Alliés, lis même si l'Italie refuse d'abandonner sa neu-ni- tralité.—Central News. LES ESPIONS AU CANADA. ^ ATTENTAT CONTRE UN PONT Lf NEW YORK, 2 février.—Un espion allemand a fait sauter ce matin, à la dynamite, une parti* -, du pont de chemin de fer traversant la rivière j ' Sainte-Croix, à la frontière orientale des Etats ' de Maine et du Nouveau-Brunswick. >re Arrêté par les autorités américaines, le crimine' avoua être l'officier allemand von Horn, âgé de 31 ans. Il est membre de l'organisation germano américaine créée, par M. Dernburg aux Etats . Unis dans un but de chantage et d'excitation. ^ On pense qu'il ne se produira point. de com plieations internationales à la suite de cet inei . dent. Les dégâts ont été faits du côté américain >n de la voie, et le dynamiteur est aux mains de k police américaine. Pour expliquer son acte, le prisonnier déclai : ; que son pays étant en guerre avec la Grande : Bretagne, il considère le Canada comme terri : toire ennemi. j Les dégâts du pont n'empêcheront pas J< de transport du matériel de guerre vers le littoral iés les trains sans locomotives pouvant encore tra et verser le pont en toute sécurité.—Reuter. m- " KULTUR" TURQUE A TABRIZ. RETROGRADE, 1er février.—La sévérité deî rte combats de tranchées à Borjimow peut être évaluée par ce fait que certaines compagnie* allemandes ont été réduites à quarante et mêm< à vingt hommes ! Dm " Gazette de la Bourse" dans une dépêcb< de Tiffis, dit que les Turcs ont pillé -Tabriz e brûlé le bazar avant d'évacuer la ville. De nombreux Persans qui avaient refusé d< q- donner des vivres furent pendus. Les Turcs et les Kurdes se retirent- sm ^ Ourmia.—Reuter. — M. E. S. Montagu a été nommé chance lie i du duché de Laneastcr, comme successeur à M lui Mastennan; M. Cecil Harrasworth a été nomme m- sous-secrétaire au Homo Offioe, et MM- Walte in Rea et. A. C- Beck, jxroiois lords du ministère de! lia an ces. LES " HORS-LA-LOI." CRIMINELS DE DROIT COMMUN. La Russie vient de prendre une mesure saine, . dégagée de tout sentimentalisme et rigoureuse-j ment conforme aux enseignements du Droit. Les lois de la guerre ayant été violées par les Allemands dans le bombardement aérien de Libau, ville ouverte, la Russie refuse d'appliquer ces mêmes lois à ces soldats. .Comme elle a fait prisonnier l'équipage du dirigeable, cet équipage sera traduit devant les tribunaux sous l'inculpation d'assassinat. Il est, en effet, un peu naïf—que nos amis les Anglais nous permettent de le leur dire—de vouloir traiter d'une manière chevaleresque un ennemi vaincu qui vient de se conduire, non comme un soldat digne de ce nom, mais comme un bandit. On condamne à mort des soldats ennemis coupables de vols sur des cadavres ou de pirateries commises à l'égard de civils et l'on ne décréterait pas l'accusation de l'équipage d'un Zeppelin qui bombarde une ville ouverte, d'un sous-marin qui coule des navires à passagers ou des navires marchands sans préavis pour permettre le sauvetage de civils innocents? Mais c'est de la folie. Soyez chevaleresque avec un ennemi chevaleresque, admirez lo capitaine de. 1' " Emden," s'il est vrai que son honneur militaire n'est pas souillé. Mais si l'honneur militaire n'est pas une plaisanterie, ne continuez pas à appliquei ses lois à des êtres dignes de mépris. Agir de la sorte c'est s'avilir soi-même, c'est encourager les drôles avec lesquels nous sommes aux prises à persister, c'est donc commettre un attentat contre notre propre patrie. Cette sanglante plaisanterie n'a que trop duré. L'émotion des neutres à chacune des violations du Droit des gens n'a pas été jusqu'à la menace d'une intervention; il faut donc agir énergique ment mais publiquement afin que le témoignage des neutres puisse être invoqué. "La Russie nous a montré la voie. C'est ls bonne. Et pbur bien avoir raison et doublemem raison elle relève dans l'équipage du Zcppelii: deux aneîiens coiffeurs de Libau qui savaient don< pertinemment que cette ville ne contenait ni for tification ni garnison. A Anvers, lors du premier raid du Zeppelin i n'y eut personne d'entre nous qui doutât de h présence à bord d'un Allemand d'Anvers av moins. Croit-on que lors du raid Yarmouth Sandringham il n'en fut pas de même? LA MISSION BELGE AU TRANSVAAL. Nos députés belges MM. St-andaerfc et Van d< Perre reçoivent en Afrique-australe un accuei chaleureux. D'une lettre expédiée de Cape-Towi par l'honorable député d'Anvers, nous extrayoni ! les lignes sui'.antes :— Ce n'est pas de l'enthousiasme : c'est du délire toutes les autorités de la colonie, le gouverneur les présioents de 1a CliamDre. du Sénat, ie; membres ae la Chambre et de la magistrature l'évêque et les pasteurs rivalisent d'attentions e d'amabilité pour les délégués de la pauvre Bel gique. Vraiment on se sent fier de sa qualité d< Be^ge! quelle ample moisson cela nous promet pou notre malheureux pays! C'est par certaines qui nous arrivent ics demandes de conférences. Moi ami St-andaert et moi nous tâcherons de nou: multiplier, quelque fatiguant que cela puisse être C'est pour la Pat.rie et la Justice! Ce qui nous frappe, à première vue, dans le^ foules qui nous écoutent et ovationnent la Bel gique c'est le mélange eies races et des couleurs des blancs, des noirs, des jaunes. C'est aussi dt voir combien la colonie est restée néerlandaise. Tous les Anglais, résidant ici, parlent ou com prennent le néerlandais. Si le temps ne nou; lésait défaut il y aurait d'intéressantes constata tions à faire au profit de notre colonie belge Mais songez donc: l'une conférence suit l'autre. Mercredi nous parlions devant un public d< cinq mille auditeurs. Jamais je ne vis pareilh réunion ! Toutes les personnalités de Cape-Towi ou eles environs étaient là. Inutile d'ajouté que la moisson fut abondante. A Somerset-plage le lendemain, meeting en plein bois. Et là aussi la foule massée sous les arbres accalma notre Ro et la courageuse Belgique. Ce fut un spect%el< inoubliable. Comme nos lecteurs le voient, nos député belges font de la bonne besogne à l'étranger. LES BELGESJN HOLLANDE. LE COMITE DE MIDDELBOURG. Le comité belgo à Middelbourg a adressé ai ministre de Belgique à La Haye une requête d laquelle nous extrayons le passage suivant et qu montre l'activité dont fait preuve le comité. Ce que le comité belge a fait et fera:— 1. Souscription parmi les Belges qui a prodxri 4000 francs versés au Nederl. Steun Comité. 2. Recensement de la population belge à Mic delbourg (à ce momentdà environ 7000 réfugiés] Publication de ce recensement par listes et pa 1 fiches. 3. Création d'uije police composée de gardien de prison et dirigée par le directeur de la prisoi de Malines. Nécessité imposée par la présenc parmi les réfugiés de tous les occupants des éta blissements pénitenciers d'Anvers, Malinei Hoogstraeten et Termonde. •i. Fondation des Ecoles Belges (les première en Hollande). A l'heure actuelle ces écoles on une population d'environ 600 élèves. Elles coir prennent tous les degrés de l'enseignement off ciel. Des locaux vont être construits. 5. Réalisation d'une banque pour réfugiés. C projet allait prendre forme quand nous nou sommes mis en rapport avec l'Union Belge pou réaliser ce dit projet. 6 Organisation d'un service de renseignement ayant rendu et reudant toujours d'inombrable 1 services. 7. Etablissement par fiches, de la liste de tou les militaires belges internés en Holland (55,000), blessés en Angleterre et prisonniers e Allemagne. Est-il besoin de souligner la grand utilité de cet immense travail l 8. Création d'un service postal avec la Be gique. Ce service, comme bien on le pense, a u: succès énorme, surtout qu'il est gratuit pour le militaires internés et les indigents. ' 9. Fondation de là " Section Zélandaise" de 1 Société Belge de Bienfaisance. 10. Fondation de la 44 Section Zélandaise " d ' l'Union Belge. 11. Création d'un service d hygiène sous 1 1 contrôle du docteur P. Arendt, conseiller provir cial d'Anvers. Le comité créeara en autre: 12. Des ateliers de couture, de cordonnerie etc., etc. Des Belges y travailleront pour le besoins de leurs compatriotes. 13. Des écoles du soir pour adultes. 14. Une salle de réunion et do conférence pour adultes des deux sexes et d'autres projet > encore qui se réaliseront au fur et à mesure de besoins* MONITEUR BELGE | DU 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, ET 28 JANVIER. ♦ ' ' ' " {SUITE.) OBD&E. JUDICIAIRE. Par arrête rojr.»! en dato du 21 janvier 191S, la detoitsioa de M. Bertrajid do bcs tondions de président du tribunal d« première instauicw de Hur, est acceptée. U est admia à. l'éméritat et autorité à porbor le titre honorifique de ees fonctions. CORPS CONSULAIRE. Par arrêté royal du 9 jan-rier et par dérogation à l'art, 13 de l'arrêté du 31 mars 1884, M. K. liobyns de fichnei-dauer. Consul Général, est mainteDu eu activité do service. iimlgro la .suppression du poste qu'il occupait en vortu de Notre arrêté du 1er septembre 1910. Il jouira, jusqu'à l'attribution d'un nouveau poste, du traitement que lui octroyaient les règlements pendant sou séjour à Smyrne, diminué do l'indemnité de logement et de l'allocation qui lui étôit accordée en vertu de l'art. 10 de l'arrêté du 25 septembre 1896. Uuo indemnité spéciale sera allouée à M. E. Robyns d« Schneidaucr pour lo couvrir des Irais qui lui incombent du chef de la, location de l'immeuble occupé par lo Conciliai Général à Smyrne, jusqu'à l'attribution d'un nouvear poste. M. le Chevalier R. de Wouteia d'Oplinter, Vice-Cotfani. cs?t maintenu «il activité do service malgré la suppression du poste qu'il occupait on vertu de Notre arrêté du IL octobre 1913. Il jouira, jusqu'à l'attribution d'un nouveau po6te, du traitement, que lui octroyaient les réglemente pendant son Béjour à Cônetantinople. M. Th. Oréon. Vioe-Consul, est maintenu en activité an servie© malgré la suppression du poste qu'il occupait à Smyrne vertu de Notre arrêté du 16 mai 1913. RETRAITS DE FONDS SUR LES DEPOTS EN BANQUE. PROTETS El' AUTRES ACTES CON S UR V ATOI RE»S, DELAIS, PROROGATION. Par arrête royal du 21 janvier, jiendant la durée du teiu)>!-de guerre, les demandes de retrait de londs sur les dépota eu banque opérés avant le 4 août 1914 ne devront être a»;cucnir~ qu'à concurrence, par quinzaine, de 10 % du solde créditeur, sajis pouvoir dépas^r 1,000 francs. Pourront toutefois être effectués 6aDS limite du montant : lo. Les retraits de fonds destinés au paiement des appointements et salaires des employer et des ouTriers-do toute entreprise industrielle ou commerciale. Le retrait pourra atteindre, à c.haquo échéance de paie. > montant des appointements et salaires dont il eera justifié par lea états de paiement du personne. Sont assimilés anx salaires, pour l'application de la pré sente disposition, les allocation; temporaire ou rentes v;a«. -allouées aux victimes d'accidents du travail et dont il ser.i justifié, à la satisfaction du dépositaire, soit pai; les contro*-ou jugoment^, 6oit par les écritures du débiteur. 2o. Lee retraits do fonds demandée par les ontrcpreneuia de travaux et fournitures pour la défense nationale en vue du paiement, des frais et dépenses, autres que ceux prérti* au lo ci-dessus, nécessaires à l'exécution do ces travaux ou fournitures. 3o. Leô retraits de fonds destinés au paiement total ou partiel de tous impôts, contributions, taxes, rc.d*-vanc<?.« et fermages, mémo non échus, dus à l'Etat, aux provinces ou aux communes. Le retrait 6era effectué an moyen d'un chcqne délivré par lo dépositaire au nom du Ministre des Finances. Les chèqnes ainsi délivrés seront acceptés par ies rccereuis. Ou comptables publics oommo valant numéraire. Art. 2. Les délais pendant lesquels doivent être faits les protète et tous actes concernant les reconr?.. pour toute valeur négociable souscrite avant lo 1er février 1915, sont proruS'.s pondant touto la durée du temps de guerre. Lo paiement no pourra être exigé pendant cc temp-. Le porteur est tenu de donner avis que l'effet peut être parc à son domicile. Les intérêts, calculés au taux de 5 1/2 %, seTont dus » depuis l'échéance jusqu'au paiement. CONTREBANDE DE GUERRE. Lo Moniteur publie uno liste revisée dos articles consideiéj commo contrebande' do guerre, absolue et oonditionnellc. LES BELGES EN ANGLETERRE. ' Une assemblée générale de la "Belgiea" ayant exclusivement pour objet la discussion de la tax^ .cur les absents a été convoquée pour- mardi prochain, à 3 heures, au siège de la société, Han-i noveT-square, 20 (premier étage). ; Rappelons que la section anglaise de l'Associa- • tion de la Presse Belge se réunira aujourd'hui à t : 3 heures à l'Institute of Journalists, Tudor-street. Dans la coquette salle du " Garlton Hôtel," une 1 assemblée triée sur Je A/olet applaudissant des ' artistes ae tout premier ordre, une recette des 5 plus fructueuses qui lit s'épanouir le visage des • organisateurs, tel est, en trois lignes j. le bilan du troisième concert organisé hier après midi par ; la " Belgian Artists' Alliance " en faveur des victimes de la guerre. Au cours de la partie • vocale on apprécia le beau talent de Mme Béient-5 Feltesse, la chanteuse ati style impeccable, ci l'organe généreux du baryton Goossens, de la Monnaie. ' L'excellent violoncelliste Maurice Dambois continua .a série des succès qu'il obtient depuis plusieurs semaines dans la capitale, et le jeune violoniste Kallrnann, un virtuose pas plus haut • qu'une botte, sut ravir l'auditoire par sa tech- • nique et la sûreté de. son jeu. \ Pour terminer Miss Lena Ashwell se fit ■ acclamer par la façon aussi charmante que pei -' sonelle dont elle débita quelques poèmes : lyriques. Cela termina par une agréable imp'res-\ sion d'art cette jolie audition musicale. Les soldats belges blessés se trouvant en Angleterre, ainsi que les volontaires inscrits pour rejoindre, peuvent, avoir gratuitement des places pour le concert organisée oe soir au " Queen's Hall" en s'adressant, avec preuves, aux bureaux de l'Esperanza, 9-10, King-street, Clieapside, E.C. (près de la Banque). Le nombre de ces places est toutefois limité. * I — On dément de Pretoria que les chefs rebelles Kemp et Maritz, après s'être disputés avec les Allemands, so seraient rendus. Cette reddi-1 ' tion est prochaine, mais ne s'est pas encore pro-î duite. î ■■■"■' ■ ; ■ ; LE LIVRE D'ADRESSES t DES EXILÉS. 0 pe&ee la, ligne.—Joindre le montant aux ordres, c.v.p. • T71AMILEE DIAMANT, Clanricarde-gardens, 22, r X? Hydo Parie. London, W. SEBASTIEN MAHTJ, du 1er reg. des lanciers. 3 est convalescent à Horton Hospital, Chippins fiodbury, 1 Bristol. • ' A VIS' AUX NEGOCIANTS ANVERSOIS. XX Pour les besoins do la population anT6rsois« lea ' négociants disposant à Anvers de denréet alimentaire»-, et tous articles <-omestiblcs sont pries lairo offres.—Vendredi. S 5 et. entre 2 et 4 heures», chez Mr. Larkin, New Bon<l t st., 101. ■ CIE BELGE MARITIME Du CONGO. Lo vapeur " ALBERTVILLE " partira do Liverpool pour lo Congo le 25 février 1915. sanî imprérua. ô Les membreô do L'ANCIEN PERSONNEL de pont, cabine. S cuisine, imprimerie, etc. qui voudraient reprendre nervice a 1* r Compagnie, orront eo présenter on personne, mu nia de l^ur. certificats, ou iaire leur demande par écrit, aux bureaux de U S Compagnie: 4, ST. MABY-AXE, LONDRES, E.C., jnsq\. ^ i s 10 lévrier. La Compagnie Belge Maritime du Congo. s Ï^ÏOÛïUEE.—Mme SUZANNE, 31, Baker-et , 3 V / W., iniormo les dames bolges et françaises qu'elle vknw -, d'engager dans tes salons. I MADAME IRMA, ex-vendeuse de la Maison Iiirsch et Cia., de Bruxelles, qui wj tient à leur disposition tous les jours do 10 à 6 heures. Prix très modes-tes. 'Phone, Mayfair i960. 1 TZ INGSWAY THEATBE. Tel., Ger. 4032. S La Soir à 8:30. Aujourd'hui et eamedi à 2h. 30. Représentations spéciales D'ARTISTES BELGES. ^ CARLO LITEN dans LE CLOITRE, d'Emile Yerhaeren. ON demande jeune fille, pour aider dans petit ménage belge. Vie do 'amille. Se présenter.—Mme. Roolens, 36, Fairlawn-mausions, New Cros;, London, S.E. _ e /VN demande nouvelles de Mme Fràns Ni< \ " land et onlants, Célest. Ficrena, do 8empat Laor© preg TVTaTfnre.—Ecrire: Van Hoyi^ndt. 94. Ancrley Park, S.E. LA MHiiivOPOLK paraît chaque matin, sauf io dimanche, dans le " Standard." rendu chex tous lr? ' marchands de journaux au prix d'un penny. Nous cor-r. i-3 Ions vivement à nos amÎ6 de s'abonner au prix do 3sh. 3 rar mois pour lo Royaume-Uni ot 4sh. 4 pour l'étrange-, et do nous adresser le prix de l'abonnement, en un mandat. tarii des annonces est de 9d. la ligne pour lo " 1 v ru b d'adresefti des exilés." payable d'avance, at pour toute auf: < S publicité, le tarif du " Standard." Nmia avons ouvert un c. nureau dans l'immouble du " Standard," yieet-fX-reet. 132-4, E.C.. ouvert do 2 & 6 hooT«6. T5n ca« de demasde par périt, joindre deui timbres cTua

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Londres du 1914 au 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes