La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres

933 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 09 Decembre. La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres. Accès à 06 decembre 2019, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/rx9377714t/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

LA MÉTROPOLE D'ANVERS, PARAISSANT PROVISOIREMENT A LONDRES. 21ME ANNÉE. MERCREDI 9 DECEMBRE 1914 , -vrn o a o COMMUNIQUES OFFICIELS FRANÇAIS. RENOUVEAU D'ACTIVITE. LA PRISE DE VERMELLES. PARIS, 8 décembre.—Communiqué officiel d< 15 heures:— Pendant la journée du 7 courant, l'ennemi < fait preuve de plus d'activité que les jours pre Dans la région de l'Yser et aux environs d'Ypres, notre artillerie a répliqué avec succès. Dans la région d'Arras, une très brillante at taaue, comme nous l'avons déjà annonce, nous z rendu maîtres de Vermelles et de la position d< La Rutoire. . , , : Vermelles avait été pendant près de deux moi. la scène d'une lutte intrépide. , , .. L'ennemi avait pris pied à cet endroit le le octobre, et du 21 au 25 octobre, il avait réussi i nous refouler de la localité. Depuis le 25 octobre, des (opérations de sapt et de mine nous avait ramenés pied à pied su: Je bord de la forêt et le ler décembre nous avioni enlevé le pars^et le château. Dans la région de l'Aisne et en Champagne, i y a eu quelques combats d'artillerie. Notre ar tillerie lourde a dispersé plusieurs rassemble ments de l'ennemi. . Dans l'Argonne (bois de la Grurie) et au nord est de Pont-à-Mousson (bois de Le Prêtre) nous avons gagné un peu de terrain. Sur l'est du front, il n'y a rien à signaler. PROGRES DES ALLIES EN BELGIQUE. BATAILLE PRES D'YPRES. AMSTERDAM, 8 décembre.—On a de nouveai entendu hier entre l'Ecluse et la côte le brui d'une vive canonnade, ce qui fait croire a ur bombardement naval de la cote belge. V "Algemeen Handelsblad " apprend de l'Ecluse que de violents assauts des Allemand: à l'est d'Ypres près de Becelaere, à Passchen drele et le long de la ligne de chemin de fei d'Ypres à Roulers, sur les tranchées récemment conquises par les Alliés, ont été repoussées. Les Alliés ont fait des progrès marqués dans le voisinage de Langermark, Zonnebeke et Bix schoote. Dans la région de l'Yser, les Allemands om été obligés de remplacer leurs cartons lourds pai de l'artillerie plus légère, à cause des inonda tions. Dimanche, quatre mille Allemands ont été en voyés en toute hâte à Moerkerfce, près de la fron tière hollandaise. La surveillance à la frontièr» reste plus sévère que jamais. Les gardes ont ét< renforcées. De grandes quantités de bois son transportées journellement eur la ligne de com bat.—Reuter. REPRISE DE PASSCHENDAELE. AMSTERDAM, 8 décembre.—Samedi, à neul heures du soir, les Allemands commencèrent une "formidable attaque sur Ypres. Jusqu'à dimanche soir, il n'y eut pas de résultat. Les Anglais ont repris Pàsschendaele (à vingl kilomètres au nord-est d'Ypres).—Central News. CRAINTES ALLEMANDES. AMSTERDAM, 8 décembre.—Un correspon dant du " Telegraaf " rapporte que les appréhen-sions des Allemands au sujet d'une action anglaise venant de la mer deviennent de plus en glus marquées, et qu'ils craignent même un dé-arquement.A Zeebrugge les fenêtres et les balcons d€ maisons qui ont vue sur la mer sont barricadées avec des sacs, et des mitrailleuses y ont été mises en position. On dit que la digue de mer à Heyst a ete minée.—Central News. LES PROGRES DES ALLIES. PARIS, 8 déoembre.—Des progrès sont annoncés ce matin sur deux points de la ligne dei Alliés, près de La Bassée et dans l'Argonne. Les Allemands bombardent de nouveau Reims, cette fois à l'aide d'aéroplanes. RENFORTS ALLEMANDS. AMSTERDAM, 8 décembre.—Un télégramme (?) de Louvain, viâ Turnliout, dit qu'un granc nombre de troupes fraîches sont envoyées au nord-ouest de la France, mais de nombreux trains retiennent de là-bas avec des blessés et des pri sonnders de guerre, qui sont envoyés en Aile magne.—Reuter. AVIATEURS ALLEMANDS BRULES VIFS. PARIS, 8 décembre.—Un Taube survola Bar le-Duc hier, mais il fut si chaudement reçu qu'il fut forcé de retourner dans la direction de l'Argonne.Il atteignit ainsi Cliaumont, sur l'Aire, où, cependant, un coup bien dirigé d'un canon de 75 l'abattit. Les trois aviateurs allemands qui montaient le Taube furent brûlés vifs.—Central News. MORT DE DEUX AVIATEURS ANGLAIS. La comtesse d'Annesley a reçu avis de ce que 1 aéroplane dans lequel se trouvaient le comte d'Annesley et le lieutenant Beevor a été abattu par les Allemands pendant qu'il survolait Ostende le 5 novembre. Le oomte et son compagnon furent tués eux le coup. EXPLOITS D'AVIATEURS EN BELGIQUE. AMSTERDAM, 8 décembre.—Le "Telegraaf" apprend de Turnliout que, dimanche dernier, un aviateur français tenta un raid sur les magasins allemands de pétrole et de munitions situés à Feluy, petit village du Hainaut, qui était gardé par des forces importantes. A la vue de l'aviateur, les soldats ouvrirent un feu terrible que le força à s'élever. Peu après un biplan allemand s'élèva pour poursuivre l'aviateur, mais le Français lui échappa après avoir la-ncé une bombe qui atteignit un train de munitions. Trois wagons sautèrent. —Reuter. — M. Jacques van de Werve, fils d'Auguste, bourgmestre de Viersel, et engagé volontaire dans l'armée belge, a été tué sur l'Yser en voulant sauver un de ses camarades. — A la suite de l'information du " XXe Siècle" que nous avons reproduite, au sujet de l'affaire Helbig, M. L. Helbig nous prie de faire remarquer que le tribunal consulaire de Constan-tinople était présidé par M. Fromès lui-même, qui s'était choisi deux assesseurs parmi les belges résidant à Constantinople et ignorants des règles de la magistrature; que Helbig n'était pas l'héritier de son oncle, et qu'il interjeta appel contre le jugement; qu'il a voulu s'engager dans l'armée belge, mais que M. Fromès l'en a empêché, et que M. Helbig,, père, n'a pas voulu se ïéclamer de la polioe turque comme il en avait le 4roit. après l'abolition des ca-Dituiationa. LA VIE A ANVERS. LE SORT DE LA GARDE-CIVIQUE.LA QUESTION DES FORTS. ^ ANVERS, 1er décembre (par courrier).—L , ' Handelsblad " des 28-29 novembre enregistre avec trois jours de retard, l'émotion produite pa la trahison du gouverneur von Huehne à propo de la convocation des gardes-civiques. Ce journa engage indirectement ceux-ci à servir deu: maîtres a la fois, en écrivant: ... "Personne n doit craindre que pour une déclaration, comm oelle qui leur est demandée, le gouvernemen belge ou ses concitoyens pourraient leur e: vouloir d'aucune façon, aujourd'hui ou plu tard." On peut se demander en vertu de quoi 1 " Handelsblad " aux ordres des Allemands s permet de parler au nom du gouvernement belg et de la majorité de nos concitoyens, et d désavouer au surplus implicitement les gardes civiques qui ont quitté la ville plutôt que d prêter le serment de fidélité à l'ennemi? Le niême journal—censuré par les autorité allemandes—contient dans son numéro de c jour le filet suivant dont on appréciera toute 1 saveur : " Par arrêté royal, M. Donnay, déput socialiste, est nommé bourgmestre de Flémalk Grande. La guerre a donc résolu la question de bourgmestres socialistes. Du moment où Emil Vandervelde a la confiance-du roi, il n'y avai plus aucune raison pour refuser à ses amis oett marque de confiance." Pour le surplus, les journaux précisent en oe termes l'arrête sur la garde-civique. Celui-c concerne: lo. Tous les officiers, sous-officiers caporaux et gardes, qui étaient en service lors d l'origine de la guerre, et appartenant au premiers et deuxième bans, doivent se présente] Les anciens gardes, libérés du service, n'ont don aucune obligation spéciale; 2o. Les gardes qu ont quitté la ville et qui reviennent à Anvers doivent se présenter immédiatement à la Kon mandantur. 1 Les mêmes journaux confirment d'après 1 ' "Nieuwe Ro'tterdamsche Courant" que lors de négociations entre l'autorité civile d'Anvers et 1 général von Beseler,- celui-ci posa comme cond; ; tion expresse de la fin du bombardement la r« 1 mise des forts non encore pris endéans les vingl quatre heures. Cet avertissement fut port nuitamment aux commandants des forts par M 1 Franck, qui " soumit à leurs réflexions " le poin ■ de savoir s'il fallait sacrifier Anvers à la ré sistance des nombreux forts non encore pris C'est à la suite de cette démarche de M. Franc' que la plupart, des commandants abandon 1 lièrent leurs positions après les avoir endoir magées autant que possible, et se retirèrent ave leurs hommes en Hollande. On sait que oe officiers ont déjà reçu de oe chef un blâm officiel. A propos des forts d'Anvers il se confirme qu : les Allemands les remettent en état, au moins e 1 partie. C'est ainsi qu'un avis public informe que de exercises de tir d'artillerie auront lieu, demain décembre, dans les "ouvrages défensifs " d Beirendrecht, Stabroeck. et Smoutakker, et 1 3 décembre à Ertbrand. " La zone dangereuse, dit l'avis, sera délimité à partir de neuf heures et demie du matin pa des sentinelles et s'étendra le 2 décembre entr les routes Lillo-Stabroeck-Putte, Putte-Santvlk et Santviiet-fabrique de sucre-Beirendrecht-Lille et le 3 décembre entre le fort d'Ertbrand et 1 fort de Brasschaet. "Les habitations des communes en questioi ne doivent être évacuées aucun de ces deux jour (merci !). L'ordre d'évacuation pour quelque maisons pendant, le tir sera communiqué L veille. La fin de l'exercice sera annoncée pa les - sentinelles. Les instructions données pa celles-ci devront être exactement suivies. Le projectiles ou leurs débris trouvés après l'exei oioe, ne peuvent, à cause du danger mortel, êtr touchés." Le " tribunal impérial gouvernementa d'Anvers " a condamné à quinze jours de prisoi le négociant Arnold-Henri-Marie Byovet d'Oosterwyck (Holland) " coupable d'avoir im porté à Anvers un grand nombre d'exemplaire du journal anglais " The Times." On continue a réquisitionner à tour de bras M. Tyck, conseiller communal, a passé en consei de guerre, parce qu'il n'avait pas laissé suivr immédiatement des marchandises qui lui avaien été réclamées par l'ennemi.- Il n'a pu éviter 1; prison qu'à grand peine. C'est comme cela, tou du long, que les Huns s'appliquent à-"mater1 les Anversois. ON NE SORT PLUS ! Nous extrayons d'une lettre qu'on nous com munique les renseignements suivants:— La " Kommandatur " a fait afficher mercred dernier l'avis suivant:— "A partir de ce jour, il ne sera plus délivr< de passeport pour la Hollande, sauf pour ceu: chargés du ravitaillement de l'armée et de li ville." Cet avis a produit une profonde impression d'autant plus que sous cet ordre, les Allemand; annoncent une grande victoire en Pologne avei capture de 60,000 prisonniers russes! M. Boelens, receveur communal, a dit que l'or prendrait, dès cette semaine, des mesures sévère! contre ceux qui n'ont.pas payé leurs contribu tions. Beaucoup de maisons vides ont été pillées. L< ville est calme, mais les Anversois paraissent ex cessivement malheureux. Voici enfin copie d'une autre lettre dont nous ne changeons rien :— Les Allemands deviennent de plus en plus sé vères. On ne peut plus faire ceci et cela. Enfin tous les jours des nouvelles mesures plus sévères des nouvelles proclamations. Ils vont réquisi tionner presque tous les chevaux restant dan: les environs. Aucune banque n'est encore ou verte. Les affaires ne marchent pas du tout. Or ne travaille pas en ville. Les trains ne roulen presque pas. On arrête encore de temps en temp: des jeunes gens dont les passeports ne sont pa: en règle. On a fusillé pas mal des hommes qu avaient fait quelque chose (N. d. 1. R.—Nous cro yons qu'il s'agit de pillards). C'est triste ici croyez-moi, et beau-coup, beaucoup de misères Presque pas moyen d'obtenir de pain il y i quelques jours. On entend de temps en temp: de fortes explosions, ce matin encore. Nous j sommes déjà habitués. Nous ne savons pa: grand'chose des nouvelles de la guerre. On di qu'il y aura sous peu de grands enangements. Jf crois que les Allemands ont mis au front tou ce qui était disponible comme troupes. Il ne faut pas croire que les Allemands riches de la colonie restent ici. Ils sont venus voir ci sont partis. — Le conseil municipal de Sanvic " tenant è honorer l'héroïsme du vaillant roi des Belges,'1 vient de décider de donner le nom de rue Alberl 1er à une des principales artères de la ville. — Les steamers suédois "Everilda," "Luna" el "Norra Sveridge" ont coulé dans lé port esté rieur de Bjoerneborg (Finlande), après avoii touché des mines allemandes. L'équipage di; Sremier a été sauvé; de celui du second, seui t nilate en a réchappé. " KULTUR " ALLEMANDE. SIXIEME RAPPORT DE LA COMMISSION OFFICIELLE BELGE D'ENQUETE. LEUR DOUCEUR ! TT * s ll- 1 Continuation du sixième rapport de la Cora-^ mission (officielle belge) d'enquête sur la viola-3 tion du droit des gens, des lois et des coutumes t de la guerre, en réponse au manifeste des " intel-i lectuels allemands " prétendant que " là où les s troupes allemandes durent accomplir une œuvre 1 de destruction, elles cédèrent aux impitoyables b lois de la défense dans le combat":— 3 III.—AFFICHE PLACARDEE A HASSELT, LE 17 AOUT 1914. 2 " Chers Concitoyens,—D'accord avec l'autorité militaire supérieure allemande, j'ai l'honneur de vous* recommander à nouveau de vous abstenir de toute manifestation provocante et de tous actes d'hostilité qui pourraient attirer à notre ville de < terribles représailles. " Vous vous abstiendrez surtout de sévices 5 contre les troupes allemandes et notamment de 3 tirer sur elles. ^ " Dans le cas oïl des habitants tireraiént sur des 2 soldats de Varmée allemande, le tiers de la population mâle serait passé par les armes, s "Je vous rappelle que les rassemblements de i plus de cinq personnes sont strictement défendus , et que les personnes qui contreviendraient à cette e défense, seront arrêtées séanoe tenante, c " Hasselt, le 17 août 1914. " Le Bourgmestre, 3 " FERD. P0RTMA.NS." 1 IV.—EXTRAIT D'UNE PROCLAMATION AUX ! AUTORITES COMMUNALES DE LA VILLE DE LIEGE. 5 " Le 22 août 1914. s " Les habitants de la ville d'Andenne, après 3 avoir protesté de leurs intentions pacifiques, ont fait nne surprise traître sur nos troupes (2). " C'est avec mon consentement que le Général - en chef a fait brûler toute la localité et que cent é personnes environ ont été fusillées (3). "Je porte oe fait à la connaissance de la ville t de Liège pour que les Liégeois se représentent le - sort dont ils sont menacés, s'ils prenaient pareille attitude. c "Le Général commandant en chef : "von Bulow." " V.—PROCLAMATION AFFICHEE A NAMUR, LE 25 AOUT 1914. ^ "1.—Les soldats belges et français doivent être livrés comme prisonniers de guerre avant e quatre heures devant la prison. Les citoyens i qui n'obéiront pas seront condamnés aux travaux forcés à perpétuité en A llemagne. s " L'inspection sévère des immeubles commencera ? à quatre heures. Tout soldat trouvé sera immédi- • atement fusillé. 3 " 2. Armes, poudre, dynamite doivent être , remis à 4 heures. Peine: fusillade. " " Les citoyens connaissant un dépôt doivent b en prévenir le bourgmestre, sous peine de travaux l forcés à perpétuité. ) " 3. Toutes les rues seront occupées par une » garde allemande qui prendra dix otages dans chaque rue qu'ils garderont sous leur surveil-i lance. Si un attentat se produit dans la rue, s les dix otages seront fusillés. s "4. Les portes ne peuvent être fermées à clef i et. la nuit, à partir de 8 heures, trois fenêtres r doivent être éclairées dans chaque maison, r " 5. Interdiction de se trouver dans la rue 3 après 8 heures. Les Namurois devront eom- - prendre qu'il n'y a pas crime plus grand et plus ï horrible que de compromettre par des attentats sur l'armée allemande, l'existence de la ville ou 1 la vie des habitants. i " Le commandant de la place, , "von Bulow." "Namur, 25 août 1914. " (Imprimerie Chantraine.) " VI.—LETTRE ADRESSEE, LE 27 AOUT 1914, PAR LE LIEUTENANT-GENERAL VON NIEBER AU BOURGMESTRE DE WAVRE : " Le 22 août 1914, ie Général commandant la ' 2e armée, M. de Bulow, imposait à la ville de . Wavre une contribution de guerre de trois > millions de francs payables jusqu'au 1er septembre pour expier la conduite inqualifiable et contraire au droit des gens et aux usages de la guerre en attaquant par surprise des trouves allemandes (1). " Le Général commandant de la 2e armée vient de donner au Général en chef de l'étape de la 2e -armée l'ordre de rentrer sans retard ladite contribution, qu'elle doit payer à cause de sa conduite.i "Je vous ordonne et je vous somme de remettre au porteur de la présente les deux pre-j mières quotes-parts, soit deux millions de francs . en or. [ " Je demande, en outre, de donner au porteur une lettre dûment scellée du sceau de la ville, déclarant que le solde,- soit un million de francs] | sera versé sans aucune faute le 1er septembre. ! "J'attire l'attention de la ville qu'elle ne pourra compter en aucun cas sur une prolonga-L tion de délai, car la population civile de la vule . s'est mise hors du droit des gens en tirant sur ' les soldats allemands. u La ville de Wavre sera incendiés et détruite si le paiement ne s'effectue pas à terme utile, sans égards pour personne, les innocents souffriront avec les coupables.n I 2. C'est 14 une simple affirmation, contredite pir les habitante. 3. En réalité, plus d« 400 personnes ont disparu: plus do 200 ont étd fusillée*. Tout est 4 peu près ravage. Sur une distance de 3 lieues au moins les maisons sont brftlécs. (Séance do la Commission d'enquête du 11 septembro 1914, 1er témoin.) 1 A Warre. une cinquantaine de maisons ont été brûlées. • Les conseillers communaux, un écherin et un ricairc de Basse-Warre ont été pris comme otages. Pour expliquer leurs actes, les Allemands ont prétendu o.ue les civils avaient tiré sur leurs troupes En realité, ici comme ailleuœ, les civils n'ont pris aucune part aux hostilités. Une enquête médicale a démontré que le soldat allemand qui avait été blessé, l'avait ' été par une balle allemande. (Séance de la Commission d'en- • quête du 7 septembre 1914, 3me témoin.) "Voir la Métropole du 8 déoembre. (A suivre.) ; LES FETES PATRONALES DU ROI ET D3 LA REINE. Nous lisons dans le " Moniteur officiel belge " : " A l'occasion de Leur fête patronale, le Roi ' et la Reine ont reçu un grand nombre de témoignages de sympathie. Bien que Leurs Majestés désirent qu'il soit répondu à chacun, les souverains expriment dès maintenant, par la voie de l'organe officiel du gouvernement, Leur vive gratitude à tous ceux, étrangers et Belges, qui ont bien voulu s'associer à une manifestation qui Les a profondément touchés." —■ La démission du cabinet portugais a été acceptée par- le président Arriaga. Là prochaine réunion du congrès aura lieu mercredi et on espère que pour cette date un noeveaa ministère, nett.ment national, s^ra co11- COMMUNIQUES OFFICIELS RUSSES. LA REPRISE DE LODZ EST SANS IMPORTANCE. PETROGRADE, 8 déoembre.—Un communiqué officiel, publié ici, dit:— Des forces ennemies composées d'effectifs allemands et autrichiens ont été observées au nord de Cracovie et au sud de cette ville. Ce mélange des forces est dû au fait que les Autrichiens ne sont plus capables d'une action indépendante et doivent être soutenus par les Allemands. Au cours des combats de la seconde moitié de novembre la ville de Lodz a acquis une grande importance militaire, mais l'offensive allemande sur la ligne Lodz-Lovicz ayant échoué, la question de la défense de Lodz a perdu de son urgence. La défense de cette ville énorme, attirant sur elle un bombardement ennemi, présente beaucoup de difficultés au point de vue militaire. Elle donnait à notre front un contour anormal et embarrassait nos communications avec l'arrière-garde. On peut donc s'attendre que du moment qu'une accalmie se fera jour sur la rive gauche de la Vistule la ligne russe dans la région de Lodz sera reformée. LE SORT DE LODZ. LES PLANS ALLEMANDS. AMSTERDAM, 8 décembre.—Suivant un télégramme de Berlin, des arrangements ont été pris pour l'administration allemande de Lodz. Commentant la reprise de Lodz le " Berliner Tageblatt " remarque:—Si l'on considère tout le front de bataille, depuis la régiou nord de Lowicz jusqu'au cours supérieur de la Vistule, dans la ligne Cracovie-Tarnow, et si l'on juge la victoire qui peut-être considérée dans son effet stratégique comme une rupture dans les lignes russes, on ne peut dire cependant qu'il s'agit positivement d'une victoire» que si la retraite est suivie d'une poursuite russe. Si la poursuite est victorieuse, le centre allemand sera assez fort pour agir avec énergie contre les parties méridionales et septentrionales de l'armée russe brisée.—Central News. COMME ILS ONT EU PEUR. AMSTERDAM, 8 décembre.—Un télégramme de Berlin dit que la prise do Lodz a produit un enthousiasme extraordinaire dans la capitale. 'Presque toutes les maisons étaient pavoisées de drapeaux allemands et autrichiens. Le bruit court qu'une centaine de mille prisonniers ont été capturés, mais rien n'est officiellement connu à ce sujet, pas plus qu'au sujet des canons capturés.—Central News. EN PRUSSE ORIENTALE. LA GUERRE DE FORTERESSE. PETROGRADE, 7 décembre.—Une accalmie temporaire semble s'être produite dans les opérations de la Prusse orientale et sur le front Thorn-Biala,Les deux armées sont fortement retranchées.— Reuter. RETRAITE DESORDONNEE DES AUTRICHIENS. 1810 PRISONNIERS. NISH, 7 décembre.—Le communiqué officiel suivant est publié ici:— Le 5 décembre la bataille a continue sur tout le front nord-est. Sur toute la ligne nos troupes ont remporté des succès, surtout sur l'aile gauche, où l'ennemi fut débordé et dut battre en retraite en désordre. Dans la poursuite nous prîmes six officiers et 1810 prisonniers, deux obusiers et cinq canons dé montagne, quatre mitrailleuses, deux ambulances, un grand nombre de fusils et du matériel de télégrapliie. Sur le front du nord il n'y a rien à signaler. LA GARNISON DE VIENNE RENFORCEE. PARIS, 8 décembre.—Le correspondant à Rome du "New York Herald" télégraphie qu'une partie de la garnison de Pola a été envoyée à Vienne avec une quantité do canons lourds de forteresse pour prendre part à la défense de la capitale de l'Autriche.—Central News. LES REPTILES. LE HAVRE, 7 décembre.—Le " XXme Siècle" publie l'article suivant:— Rien de plus significatif que les procédé perfides employés par les Allemands en ce moment en Belgique pour tenter d'exciter nos compatriotes demeurés au pays contre le gouvernement belge. A titre d'exemple, signalons les manœuvres de S. Ex. Herr Doktor Schiff, conseiller d'Etat et oenseur allemand à Anvers. Ce Machiavel au petit pied se charge, nous dit-on, de remettre personnellement aux quelques journaux qui paraissent malgré l'occupation allemande, des articles rédigés par lui et qui prétendent traduire les sentiments de la population belge. Suivant que ledit Herr Doktor s'adresse à un journal catholique ou socialiste, il a soin de modifier ses thèmes, et il essaie, avec une gaucherie toute tudesque, d'ailleurs, d'exprimer telle ou telle opinion. Dans un article qu'il avait présenté à certains journaux socialistes belges, et dont le manuscrit est de sa main, le Herr Doktor tentait une fois de plus de tirer parti de l'incident Barnardiston et s'efforçait d'exciter les socialistes contre la Triple-Entente. , Comme le rédacteur d'un des journaux socialistes, auxquels cet article était présenté par Herr Doktor Schiff, lui disait que sa publication ferait tort au journal auprès de sa clientèle, l'excellence prussienne lui répondit: "Pour cette question, on pourra très bien s'arranger." Et il fit un geste significatif. Il est superflu d'ajouter que le suborneur fut éoonduit. Mais on voit par là à quelles manœuvres les stipendiés prussiens se livrent en Belgique. — De nouvelles affiches de recrutement viennent d'être plaoardées dans l'East Kent., avec ce texte: Voyage à Berlin. Le pays organise au printemps une excursion en Allemagne pour quelques sportsmen. Tous frais d'hôtel et de chemin de fer payés. Excellente chasse. Age 18 à 38 aais. Fusils et munitions fournis gratis. Excursions bon marché sur le Rhin. Faire les d'xmandes tout de suite, car le nombre de candidats (un million) es*. lim;t^. LE TYPHUS DANS L'ARMEE BELGE? », . . DEMENTIS. Le "Times" d'hier publie les.communications suivantes :— Sir, D'après un leading du " Times " d'hier, comme d'après une lettre qu'on trouve sur la même page, il paraîtrait qu'une sérieuse épidémie de fièvre typhoïde aurait éclaté dans l'armée belge. Comme cette déclaration pourrait faire naître une impression erronée au sujet de l'état sanitaire de nos vaillants alliés, on m'a demande de vous informer, sur'l'autorité du principal officier de santé des forces belges, que le nombre total de cas de typhus dans toute l'armée, y compris les dépôts, le 2 décembre 1914, était de 67. dont (>0 cas à Calais et sept ailleurs. Toute l'armée de campagne a été ou est vacciné contre la maladie. L'état sanitaire général des troupes belges continue à être excellent. J'ai l'honneur, etc., W. E. FAIRHOLME, Colonel, Attaché militaire à la Légation britannique en Belgique. Dunkerque, le 3 décembre. Editeur du "Times," Londres, Les préoccupations que se font jour dans votre journal au sujet de la fièvre typhoïde qui régnerait dans nos troupes, prouvent tout l'intérêt que vous portez à l'armée belge, et je vous en remercie; mais permettez-moi de vous dire que la situation n'est pas telle qu'on vous l'a dépeinte. Il y exactement cent-vingt-six cas de fièvre typhoïde pour toute notre armée. C'est dans le but de ne pas jeter le trouble dans les nombreuses familles qui ont leur fils à l'armée, que je vous prie de bien vouloir insérer cette rectification. Veuillez croire, etc., DR. MELIS, Inspecteur-général du service de santé de l'armée belge. A BRUXELLES. CONFISCATIONS ILLEGALES. PARIS, 8 décembre.—Le "Temps" dit Que d'après des avis de Bruxelles, les autorités allemandes ont défendu le 21 novembre aux sujets anglais, français et japonais, de retirer de l'argent des banques, privées. Cette mesure, dont on ne donne aucune explication, fut prise le samedi matin, de telle manière que les banques, qui ferment à midi ce jour-là, n'eussent pas le temps de prévenir leurs clients. —Reuter. LE POISSON VOYAGEUR. PARIS,. 7 décembre.—Les Bruxellois continuent à pratiquer les " zwanzes " les plus liome-riques aux dépens des Alboehos. ' Leur dernière est celle du " poisson voyageur." Von der Goitz-Pacha ayant confisqué tous les pigeons pour éviter les communications clandestines entre Anvers et la capitale, et ces communications se faisant néanmoins toujours, un agent de police bruxellois imagina ceci. 11 aborda un beau matin, place Poelaert, une sentinelle allemande et lui dit d'un ton mystérieux : " Si vous me. promettez formellement de ne pas me dénoncer, je vais vous raconter quelque chose de très grave. Vous le jurez? Très bien. Voici donc. Le général von der Goltz est trompé par les Bruxellois. Us se moquent de son ordre sub les pigeons, car ils n'en ont pas besoin. " Us possèdent- toute une collection de poissons de mer emmagasinés dans un aquarium à l'avenue Louise, et dressés pour emporter des dépêches à Anvers. Lorsqu'il y a quelque chose d'important à communiquer, on attache le message à la queue du poisson, on le jette dans la Senne, et le poisson se rend aussitôt à Anvers par l'Escaut. Voilà le secret des communications Anvers-Bruxelles. Mais, pour l'amour de Dieu, ne me trahissez pas, car je ne sais pas ce qu'ils sont capables de me faire!" Le plus phénoménal, c'est que les Allemands montèrent dans ce formidable bateau. Le lendemain, en effet, l'aquarium de l'avenue Louise était gardé par un poste de soldats, bayonnette au canon. Et tout Bruxelles se tord ! NOS MINISTRES EN VOYAGE. LE HAVRE, 7 décembre.—M. Helleputte, ministre des travaux publics et de l'agriculture, a quitté le Havre pour aller visiter nos réfugiés en Angleterre et en Hollande. M. Carton de Wiart, ministre de la justice, quittera Bruxelles demain matin, en compagnie de M. Vanden Heuvel, ministre d'Etat. Demain, le ministre sera au Mans et visitera le camp d'Auvours; lundi, il sera à Angers; mardi a Saumur, où il visitera l'école d'infanterie de l'Etat beige à Fontevrault. Mercredi, le ministre de la justice sera à Tours et à Blois ; jeudi, à Chartres. AVIS IMPORTANT AUX REFUGIES BELGES. Le gouvernement belge attache une grande im- ; portance à posséder une liste aussi complète que oossible de tous les belges se trouvant dans le -•Royaume Uni, dont l'éxistence est essentielle dans l'intérêt de ceux qui restent ou qui cherchent une occupation ou qui veulent retrouver leurs amis et connaissances. Un régistre central vient d'être constitué par les soins du Lpcal Government Board au Registral général office, Somerset House, et par une ordre de conseil l'enregistrement des réfugiés a été rendu obligatoire. Voici quelles sont les mesures qui ont été prises en vue d'assurer cet enregistrement et en vue d'éviter tout double emploi:— 1. Un réfugié déjà enregistré, c'est-à-dire qui a rempli une formule chez le registrar-général et a reçu avant le 21 décembre prochain un certificat d'enregistrement n'ont plus besoin de s'inscrire, mais doivent notifier leur changement 1 d'adresse à la police. 2. Les réfugiés qui ne se sont pas fait inscrire, doivent s'adresser à la police au bureau de police le plus proche ou dans la City of London and 1 métropolitan police district, soit au registrar-général, Somerset House, W.C., pour s'y faire inscrire. 3. Tout changement d'adresse doit être notifié à la police, qui la fera parvenir au registrar-général.Les personnes qui hébergent des réfugiés sont priées de prendre les mesures nécessaires pour assurer l'observance de l'ordre; cet ordre s'ap-• plique à toutes les personnes, sujets belges ou étrangers, ayant résidé dernièrement en Belgique et qui sont arrivés en Angleterre depuis le début de la guerre; — Le steamer anglais "Charcas" a été capturé à huit milles de la côte chilienne par le croiseur auxiliaire allemand " Prinz Eitel-Fried-ricli." Malgré le danger de rencontrer ce croiseur, les navires anglais naviguent comme d'habitude.— Le "Vorwaerts" déclare "qu'il serait sage, pour les Allemands, d'accorder le moins d'impor-tanoe possible " au mouvement séparatiste irlandais, et de ne pas échafauder sur lui de vains ^dou"*. , LES BELGES EN ANGLETERRE O - ^ Nos braves soldats sont exposés aux intempéries; sans communications avec leurs foyers ils ie peuvent recevoir de leur femme, mère ou sœurs les vêtements de laine indispensables. Que chaque famille nous adresse un sheuing pour nous permettre dè fournir des objets de 'aine tricotés et nous pourrons envoyer des mil-ièrs de chaussettes, mitaines, écharpes, eic., aux jourageux soldats, qui en ont tant besoin. Nous ie doutons pas que les personnes ayant quelque ûsance auront a cœur de nous adresser une souscription en rapport avec leurs moyens, que es autres nous -envoient leur obole en nature ou ious accordent leur main d'œuvre. Les dons, souscriptions et ^correspondances loivent être adressés au local: 55, Russell-square, London, W.C. Les personnes qui veulent bien se charger l'une liste de souscription sont priées de faire îonnaître leur adresse au comité. * * » Cêt après-midi, à quatre heures et demie, M. e docteur Clément Philippe donnera une conférence à l'Exposition de l'invasion allemande. Piccadilly. Sujet: "Les horreurs de la guerre.' Jeudi 10 décembre à trois heures, Mlle Marguerite Laenen, pianiste, et Mme Derwent-Wood, cantatrice, prêteront leur concours au concert organisé à la même exposition, au profit de l'œuvre lu vêtement pour le soldat belge au front. Entrée 2s. 6d., réservées 4s. On peut retenir les places: téléphone, Régent 232. Vendredi 11 décembre à quatre heures, M. P. T. "del Marmol donnera une conférence sur: "La guerre-et la liberté." Samedi 12 décembre à trois heures, Mme Yetti Fenner, premier prix et soliste du Conservatoire Royale de Bruxelles, et M. Stan van Offel, caricaturiste, prêteront leur concours au concert organisé à la Belgian Exhibition. Entrées 2s., réservées 4s. On peut retenir les places: Téléphone, Régent 232. Le comité rappelle que les élèves accompagnés 3e leurs professeurs auront accès libre à l'exnibi-ion, de'11 à 7 heures, jusqu'à là clôture, le 15 décembre. M. Emile Verhaeren, le grand poète belge, donnera le 17 décembre à 3 heures et demie, à l'hôtel du duc et de la duchesse de Somerset, Grosvenor-square, 35, une conférence de salon, organisée par M. C. Liten, au profit des divers fonds de secours pour les Belges. On peut obtenir les cartes chez la duchesse de Somerset, Grosve-aor-square, 35, ou chez Mme Edwin Bevan, Sun Elouse, Chelsea Embanknient. De nombreuses lettres sont arrivées de toutes parts au département de la Guerre beige et aux * journaux demandant la voie à suivre pour faire parvenir des objets confectionnés à nos braves troupiers. ' Un comité de femmes et de filles d'officiers belges établi au Havre a décidé do servir d'intermédiaire entre ces aimables donateurs et nos combattants. Dans ce but, il fait un appel à tous-les belges habitant l'Angleterre, ainsi qu'à nos amis les Anglais, pour lui adresser des dons en chaussettes, écharpes, chemises, mitaines, couvertures :1e laine, cigares, cigarettes, tabac, etc. Ces objets, qui seront acceuillis avec la plus grande reconnaissance, seront immédiatement envoyés à 3a Majesté la Reine, qui, déjà maintenant daigne se charger de distribuer elle-même des dons aux soldats. Prière d'adresser les envois à Mme Hipp. loostens, Bureau de la correspondance belge, Ste Adresse (Le Havre). — Le Kaiser a dû remettre son retour sur le Front à cause d'un rhume bronchial, accompagné ie fièvres. — On déconseille vivement l'envoi de cartes postales-caricatures aux* soldats sur le front. Les prisonniers ou les blessés trouvés en possession ie semblables cartes sont maltraités par les Allemands,( LE LIVRE DU JOUR. La_Cam-a7ne de 1914 en Belgique. Par M. Albert do Gobart. LA MÉTROPOLE accepte les souscriptions pour cet ouvrage. Prière de joindra le montant aux ordres, y soit 2 francs par volume. J LE LIVRE D'ADRESSES DES EXILÉS. 9 pence la ligne.—Joindre le montant aux ordres, 6.v.p. A louer, maison meublée à Worthing, Sussex. —5 chambres à coucher, salon, etc., £1 par aemaine, >u moins par mois.—S'adresser à the Vicar, St. Faith' 3toke_Newingt-on,_N. PAREZ (Madame Jeanne), demeurant 42, rue Royale, Ostende, est priée de donner tes nouvelle®, toutes ettres contenant renforts restant sans réponse depuit longtemps.—H. Peralta, 1, Gillingham-street, Victoria, S.W. ROSEELS, demande adresse de Madame Henri Roseels de 107, Chaussée d'Asoot, Wilseler, Lou-ram. Répondra à Mrs. Fisher Unwin, 3, Adelpbi-terracc, atrand-, London, qui a trouvé son lîls. SPRINGÛEL, GEORGE, 27me de ligne, actuel- L) B interné a Kampen, Hollande, demande nouvelles ABBOTSFORD HOTEL, Upper Montague- stïoet. Russell-square, W.C., offre demeure conloriabla pour les étrangers, depuis 6s. par jour, tout compris.—Téléphone. City 5553. _ BELGE, lères références, ayant obtenu pour Angleterre et Belgique agenco importante industrie inglaiso, cherche commanditaire 2500 francs couYrir Irais 1er itablissement, voyages, visiter usines provinces anglaises eu rup obtenir autres agencés Belgique après guerre. Première igen.ee rapports déjà bénéfices. En dehors intérêt immédiat, commanditaire conserverait participation agences Belgique, obtiendrait sous—agences. Très Sériéux; concurrence allemande éliminée.—P. L., 5, Penyvern-road. Jiari's Dourt, London. pRITERION (Gerr. 3844). SAISON"BELGE. AUJOURD'HUI h. 2h.30. et SOIRS SUIVANTS a 8h 30. M. LIBEAU et Mlle DIEUDONNE dans LE mariage de Mlle beule;mans- V1ATINEES MERCREDI, JEUDI, ET SAMEDI, à 2 h. 30. Prix spécialement réduits. Parterre, ls. KLEINE wapenfabriek vraagt goede werknum Kennis van verharden en temperen wenschelijk. Goed loon roor voldoenend werk.—Zich celïens wenden tôt Wilkiu-ion 8word Oo-, Acton Greon. VV. F A BANQUE ITALO-BELGE a l'honneur de porter à la connaissance des intéressés que ses bureaux .eront transférés à partir du mercredi 9 décembre, du 57, Bishopsgate au 6, Princess-street, E.C. IECONS D AUTOMOBILISME en FRANÇAIS J et FLAMAND à la British School of Motoring, Ltd. -S'adresser à 5, Coventry-street, Piccadilly-circus, London, W. ON demande pour bébé quatre mois bonne d'enfant de préférence belge.—Ecrire ou s'adresser jusque 3 ou après six heures: De Keyscr's Royal Hôtel. Vic-x>na. Enibankment. chambre No. 366. ON dem. bonne à tout faire, réfugiée belge, pari, franç. ou flam., mén. 3 pert».—Se prés, 8, Thurlow-tiill à Dulwich, Londres. DECES. M JACQUES JAOOBS et Mme., née Bertho • Eeman et leurs enfants, Willy, Nina, et Wally, >nt, la profonde douleur d'annoncer le décès de leur regrette ils cl lrèie PIETER G. JACOBS, Mort au champ d'honneur a Lombartyjide, 1© 4 novembre, Sinia»n-road, 79, Cardiff. LA METROPOLE paraît chaque matin, sauf le dimanche, dans !• " Standard," vendu chez tous les uarchands de journaux au prix d'un penny. Nous conseillons vivement à nos amis de s'abonner au prix de 3sh. 3 par mois pour le Royaum£-Uni et 4sh 4 pour l'étranger, et de nous adresser le prix de l'abonnement en un mandat. I/i ■aril des nnonces est de 9d. la ligne pour le " Livro l'adresses dos exilés," payable d'avance, et pour toute autre mblicité. le tarif. du "Standard.'' Nous avon^ ouvert un nureau dans l'immeuble du Standard," Fleet-streef, 153-4, HC., ouvert de 2 a 6 heures. En cas de demanda F"* crit» joindra deux timbres -d'un penns.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Londres du 1914 au 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes