La pensée: organe hebdomadaire de la Fédération des sociétés belges de libre pensée

234 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 29 Mars. La pensée: organe hebdomadaire de la Fédération des sociétés belges de libre pensée. Accès à 19 octobre 2019, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/5m6251gt95/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Dixième Année. — N 477 CINQ CENTIMES LE NUMERO Bruxelles, le 29 Mars 1914 La Pensée Organe hebdomadaire de la Fédération des Sociétés belges de Libre Pensée ABONNEMENT ANNUEL : j §*£££ ; ; ; ; Fty- J'jjjj ON s'ABONNE A TOUS LES BUREAUX DE POSTE RÉDACTION : 350, Chaussée de Boendael. Rédacteur en Chef : Eugène HINS ANNONCES i On traite à forfait. Pour la v«nt«, abonn«m«nts, annonces, s'adr«ss«r à M. A. Alxzandxk, Administrateur-délégué ADMINISTRATION : 13, Rue du Qagomètre. POUR PARAITRE PROCHAINEMENT LA LIBRE PENSÉE INTERNATIONALE EH 1913 par Eugène Hins, secrétaire-général de la Fédération Internationale. Prix : 0.25 fr.; les 10 : 2 frs.; les 100 : 15 frs.: étrangers, respectivement : 0,35 frs. ; les 10 : 2,50 frs. ; les 100 : 18 frs. S'adresser : 350, Chaussée de Boendael, Bruxelles. vWWM* FÉDÉRATION NATIONALE des Société!» de Libres Penseurs Séance du Conseil Général A l'occasion de la manifestation organisée par la Fédération Rationaliste du Bassin de Charleroi en l'honneur de Louis Mary et qui doit avoir lieu le 5 avril, la séance du Conseil Général qui devait avoir lieu à cette date aura lieu dimanche 29 mars à 2 h. 1/2, à la Taverne Alfred, afin de permettre aux membres du Conseil de se rendre à Charleroi. Ordre du Jour : 1. Procès-Verbal. Correspondance ; 2. La Fête de la Jeunesse. (12-13 avril) ; 3. Congrès National du 1 juin ; 4. Question scolaire ; 5. Le monument Dons ; 6. Divers. Le Secrétaire-général. Lucien VERTONGEN. «VWAW . : FEDERATION BRUXELLOISE Le Comité rappelle le Congrès du 29 mars à 10 heures. Les rapports déposés font prévoir une séance intéressante. Pour gouverne et pour la célérité des relations, les correspondances généralement quelconques doivent être envoyées au camarade Depauw, 80, rue de Monténégro. — L'adresse du camarade B^yol est 62, rue du Noyer, à Schaerbeek. Les réunions se tiennent le troisième dimanche de chaque mois au local, au Cygne. à 8 h. 30. Les libres penseurs, même non délégués, des groupes affiliés, y sont fraternellement reçus. ~ m m m : Pour l'airanfllssemeat fle l'Orphelinat Rationaliste 31e LISTE DE SOUSCRIPTION Total des 30 1res listes 28.074.60 Un anonyme, Leuze, 5,00 M. Dormans 5.0(0 M. Weyl 3.00 L'Alliance Fraternelle des Ex-Orphelins 25.00 Mme James Parrow, Uccle 5.0© E. H. 5.00 Anonyme 100.00 Lich. 2.00 Aro. „ 3.00 Low. 2.00 Lehm. 5.00 Des employés de l'Administration comm. de St-Gilles 25.00 M. et Mme Puissant 140.00 Collecte faite à la représentation du Théâtre du Parc, le 19 mars 868.12 Total 29 267.72 Les souscriptions peuvent être envoyées à Mme E. Royer, trésorière de l'O. R., 131, rue du Tyrol, Saint-Gilles. • • IVKXÏSrEIIiVA La Société Coopérative «Minerva» organise, avec le concours des Amis de l'Orphelinat Rationaliste, le 31 mars courant, au rhéâtre Flamand, une soirée artistique au bénéfice de l'Orphelinat Rationaliste et d'œu-wes de libre pensée. Le programme de cette soirée a été composé comme suit: «Le Bois», pièce en un ictes, en vers, de Glatigny; Poèmes de M. Léon Legavre, dits par Mme Huberte Ma-;olle et M. Berthy; «Les Cagots», pièce anticléricale en 3 actes, de Jean Robyn. — Orchestre symphonique sous la direction de VI. H .Van Luck. Prix des places: Loge, 3 fr.; Fauteuil, 2 t.: Parquet, 1 fr. 75; Parterre, 1 fr. 50; Lo-*e 1er balcon, 1 fr. 50; 1er Balcon, 1 fr. 25; 2e Balcon, 1 fr. ; Ire Galerie, Ofr. 75; 2e Paierie, 0 fr. 60 ; Paradis, 0 fr. 50. La location est ouverte au Théâtre Fla-nand. Fédération nationale des Sociétés de Libres Penseurs. Fédération Bruxelloise des Sociétés de la Libre Pensée FÊTE DE LA JEUNESSE (12 et 13 avril 1914) Les secrétaires fédéraux des diverses fédérations régionales et locales, ainsi que les secrétaires des groupes directement affiliés à la Fédération Nationale, sont priés de bien vouloir envoyer d'urgence au camarade Ver-tongen, 125, avenue du Solbosch, à Bruxelles, la liste nominative des enfants qui prendront part le 13 Avril prochain (lundi de Pâques) a la Fête de la .Jeunesse organisée de commun accord par la Fédération Nationale et la Fédération Bruxelloise. Cette liste doit mentionner, en regard des noms et prénoms des enfants inscrits, l'indication du lieu d'origine et la Société à laquelle appartiennent les parents. Cette condition est indispensable, tant pour la réussite de la fête que pour garantir à tous les enfants une place convenable à la réception, suivie d'une partie musicale et artistique, qui aura lieu dans la grande salle de la Madeleine, rue Duquesnoy. Le Comité organisateur ne peut assumer la responsabilité d'assurer une place aux enfants qui n'auraient pas été régulièrement inscrits. Si le nombre des enfants devait surpasser le nombre de places disponibles, les premiers inscrits serai'ent favorisés. En conséquence, nous prions instamment les secrétaires de tous les groupes de bien vouloir se hâter, de dresser leur liste avec diligence et de l'envoyer d'urgence à leur secrétaire-fédéral respectif, qui la fera parvenir au secrétaire-national après en avoir pris copie. pour le comité organisateur : Emile BAYOT, Lucien VERTONGEN, Président de la Féd. Bruxelloise. Secrétaire-général de la Fédération Nationale. QUE PENSER DE JÉSUS " V. La prétendue religion d'amour, (suite). Cest donc bien d'après ses croyances que l'homme sera jugé: voilà la guerre que Jésus est venu apporter sur la terre, comme, d'ailleurs, il l'a déclaré sans ambages. Caries hommes n'attendront pas le jugement de Dieu. Cette indignation que Jésus témoigne contre les Pharisiens et les Scribes, ainsi que contre ceux qui ne le reçoivent pas, lui et ses disciples, sera reprise par ceux-ci et prodiguée par tous ceux qui n'accepteront pas la nouvelle doctrine. Chaque Etat, chaque province, chaque ville, chaque famille même seront partagés en deux camps ennemis: ceux qui croient au Christ et ceux qui n'y croient pas. Mais ce n'est pas tout: les sectateurs du Christ se diviseront à leur tour. Déjà nous voyons les Apôtres et Paul se disputer la succession du Christ, un peu à la manière des généraux (d'Alexandre. Ceux qui parlent avec attendrissement de ces premiers temps du christianisme, où tous les chrétiens ne formaient qu'une seule famille étroitement unie et donnant l'exemple de toutes les vertus, sont évidemment dans le cas de la plupart de ceux qui discourent sur le christianisme et ne connaissent pas le premier mot de son histoire. Qu'ils consultent les «Livres Saints», dont on pourrait dire ce que Voltaire disait des «Poèmes Sacrés» de Lefranc de Pompignan: «Sacrés ils sont; car personne n'y touche»; et ils verront ces chrétiens des premiers jours se déchirer entre eux avec le même acharnement que les sectes chrétiennes d'aujour^-d'hui; c'est que, dès le début, d'après le caractère même de ses fondateurs, le légendaire Jésus et le Paul des Actes des Apôtres et des Epîtres, le christianisme fut une religion d'intolérance entée sur le culte intolérant de Jéhovah. On sait les contestations qui s'élevèrent entre Paul et Barnabas d'une part, et la plupart des Apôtres d'autre part. — Pierre, l'homme du reniement, passant tantôt d'un côté, tantôt de l'autre — sur la question de savoir s'il fallait ^tussi prêcher l'Evangile aux non-Juifs. Par parenthèse, on voit ici (1) il nous reite qaelques exemplaires de la brochure de es titre, que l'on pourra se procurer à notre adresse au prix de 25 cent, franco et de 2 frs. les dix. L'étranger 30 c et 2 frs 1 ! une fois de plus combien Jésus avait dû être étranger au cosmopolitisme, pour que ses Apôtres fussent à ce point restés attachés au particularisme juif. L'affaire faillit provoquer un schisme: mais elle s'arrangea par un partage: Paul eut les Gentils (la part du lion); les autres se contentèrent des Juifs. On peut voir le gros de l'affaire exposé dans le IIme chapitre de l'Epître aux Galates, sans parler des passages des Actes des Apôtres, où il en est question. D'ailleurs Paul, comme nous l'avons indiqué plus haut, eut soin d'envoyer aux saints» de Jérusalem, le tribut des Gen-Lils dont on lui avait concédé l'apostolat. Cela, du reste, avait été convenu. Mais citons au moins deux versets du chapitre en question : t «Jacques. Céphas (Pierre) et Jean, qui sont estimés être les colonnes, ayant reconnu la grâce que j'avais reçue, me donnèrent, à moi et à Barnabas, la main d'association, afin que nous allassions vers les Gentils, et qu'ils allassent, eux, vers ceux de la circoncision.f'«Nous recommandant seulement de nous souvenir des pauvres; ce que je me suis aussi efforcé de faire.» (Vers .9-10.) Remarquons ce «souvenir des pauvres»: combien, depuis le début, l'Eglise a toujours été semblable à elle-même!. Si elle mendie, c'est pour les pauvres ! Nous avons vu plus haut que Paul, plus véridique — peut-être à dessein — déclare ,-ïJtC '*îes dons sont destinés aux «saints» et j que les pauvres n'auront que leur desserte. I Les grands chefs eurent donc la sagesse de ne pas se brouiller entre eux; mais ils ne jugèrent pas nécessaire de se gêner avec d'autres propagandistes, comme on peut le voir en beaucoup de passages des Epîtres. Citons d'abord Pierre, en sa IIe Epître, chapitre II, vers. 1: «Mais comme il y a eu de faux prophètes parmi le peuple, il y aura aussi parmi vous de faux docteurs qui introduiront secrètement des sectes de perdition et qui renieront le Seigneur qui les a rachetés, attirant sur eux-mêmes une prompte ruine.» A ceux-là, l'Apôtre prédit le châtiment qui j a atteint les anges rebelles et Sodome et I Gomorrhe. Jean, lui, traite tout simplement d'Ante-I christ quiconque diffère avec lui sur la doctrine. (Ire Epître, II, 18.) Au chapitre IV de la même Epître, il dénonce clairement les «gnostiques» qui soutenaient que le corps de Jésus n'était qu'une illusion : «Mes bien-aiméSj ne croyez point à tout esprit, mais éprouvez les esprits, pour savoir s'ils sont de Dieu; car plusieurs faux prophètes sont venus au monde. » Connaissez à cette marque l'esprit de Dieu: tout esprit qui confesse que Jésus-Christ est venu en chair est de Dieu; » Et tout esprit qui ne confesse point que Jésus-Christ est venu en chair, n'est point de Dieu: o-r, tel est l'esprit de l'Antéchrist, duquel vous avez ouï dire qù'il viendraj et il est même déjà au monde.» (Vers. *1-3.) Même dénonciation dans la IIme épître, vers. 7 : «Car plusieurs séducteurs sont venus au monde, qui ne confessent point que Jésus-Christ est venu en chair. Un tel homme est un séducteur et un Antéchrist. C'est la guerre pour les dogmes qui commence.A son tour, Jean de Pathmos reproche à l'Eglise de Pergame de donner dans l'hérésie des Nicolaïtes (Apocalypse, chapitre II, vers. 12-16), lesquels osaient soutenir qu'il n'y avait pas de péché à manger de la viande des animaux qui avaient été immolés aux faux dieux. Voilà que nous tombons des disputes sur le dogme, dans des querelles sur des futilités. Cette question de la viande était alors, paraît-il, au premier plan. Paul y consacre tout un chapitre, le VIIIe de sa première épître aux Corinthiens, et un autre, le XIVe de son épître aux Romains. Pour lui, il n'y a péché que si l'on croit faire mal en mangeant de celte viande, mais il vaut mieux s'abstenir, pour ne pas scandaliser ceux qui sont d'un avis contraire. Mais il ne faut pas qu'on se fasse pour cela une trop grande idée de la tolérance de Paul: nul plus que lui ne s'élève contre quiconque prêche autrement que lui; les passages de ce genre abondent dans ses épîtres. Dans sa IIe Epître aux Corinthiens, il parle de «faux apôtres, ouvriers trompeurs qui se déguisent en apôtres du Christ.» (Chap. XI, vers. 13.) Dans l'épître aux Philippiens, il dit: «Prenez garde aux chiens; prenez garde aux mauvais ouvriers.» (Chap .III, vers. 12J) Il se montre particulièrement violent dans son épître aux Galates: «Je m'étonne qu'abandonnant Jésus-Christ qui vous avait appelé par sa grâce, vous ayez passé si promptement à un autre évangile. » Qui n'est pas un autre Evangile, mais il y a des gens qui vous troublent et qui veulent renvierser l'Evangile du Christ. «Mais quand nous-meme vous évangélise-rions, ou quand un ange du ciel vous évan-géliserait outre ce que nous avons évan-gélisé, qu'il soit anathème! » Comme nous l'avons déjà dit. je le dis encore maintenant: si quelqu'un vous évan-gélise autre chose que ce que vous avez reçu, qu'il soit anathème!» (Ch. I, vers .6-9.) En deux endroits, où la question devient personnelle, il se sert d'une expression qui révèle en lui le précurseur de l'Inquisition; «Gardant la foi avec une bonne conscience, laquelle quelques-uns ayant rejetée ont fait naufrage quant à la foi; entre lesquels sont Hyménée et Alexandre que j'ai livrés à Satan, afin qu'ils apprennent par ce châtiment à ne plus blasphémer. » (I, Timothée, ïf 19-20.) (1). Ceci conflua une-excommunication lancée contre deux hérétiques. Le passage suivant renferme une condamnation prononcée contre un chrétien coupable d'impudicité: «Mais moi, étant absent de corps, mais présenl en esprit, j'ai déjà ordonné, comme si j'étais présent touchant celui qui a ainsi commis une telle action: «Vous et mon esprit étant assemblés au nom de Notre Seigneur Jésus-Christ, j'ai, dis-je, ordonné par la puissance de Notre Seigneur Jésus-Christ. «Qu'un tel homme soit livré à Satan pour la destruction de sa chair; afin que l'esprit soit sauvé au jour du Seigneur Jésus.» (I. Corinthiens, V, 3-5.) C'est-à-dire que Paul appelle sur cet homme toute espèce de souffrances corporelles, afin de l'amener au repentir. Paul est persuadé de sa puissance et il se croit en droit, à l'aide de cette puissance, de torturer les corps, pour sauver les âmes. Quand ses successeurs disposeront du bras séculier, c'est le même prétexte qu'ils prendront pour réclamer le supplice des hérétiques. Et à ceux qui proclameront que ce n'est pas conforme à la doctrine du Christ, ils répondront ce que saint Augustin (IVe au Ve sièi-cle) répliquait aux Donalistes qui lui reprochaient de faire appel à la répression du pouvoir civil en matière religieuse: «Quand ces gens-là, pour nous empêcher de recourir aux justes lois des puissances contre les attentats de leur impiété, viennent nous dire que les apôtres n'ont jamais rien demandé de pareil aux grands de la terre, ils ne prennent pas garde que l'état de l'Église était bien différent de ce qu'il est aujourd'hui. Où étaient alors les princes qui crussent en Jésus-Christ et qui fussent en étaL de faire des lois pour son service et en faveur de la piété contre l'impiété?» (Saint Augustin, Contra litt. Petiliani, liv. II. chap. XX.) * * * Et comment ne serait-on pas devenu cruel en prêchant un Dieu cruel? Voici Paul qui oppose la loi de Moïse à lia loi nouvelle, pour montrer combien les peines infligées par la seconde sont plus redoutables: , «Si quelqu'un avait méprisé la loi de Moïse, il mourait sans miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins. » De combien plus grands tourments pensez-vous donc que sera jugé digne, celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, et qui aura tenu pour une chose profane le sang de l'alliance par lequel il avait été sanctifié, et qui aura outrage l'esprit de grâce? » Car nous connaissons celui qui a dit: «A moi la vengeance, je rétribuerai.». Et encore: «Le Seigneur jugera son peuple.» » C'est une chose terrible que de tomber enlre les mains du Dieu vivant!» Hébreux. XX. 28-30.) (2). (1) Cette épître est considérée comme apocryphe : elle n'en révèle pas moins l'état d'esprit des premiers chrétiens dont elle émane. (2) Si cette épître n'est pas de Paul, elle témoijne de» sentiments des chrétiens de la fin du 1" siècle.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes