Le bruxellois: journal quotidien indépendant

582 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 26 Fevrier. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 17 novembre 2019, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/1c1td9p05h/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

#:jOSfiEMtX! POSTAL ÉD. $ feriîj^L'e»- •• IYo-Y U&C - EtfZiipù 3 43$ - Mk. &60 !.«*■ 'v ."•* ?o*te f E r.e'^i^.c ^ % ff&Rfctg*-' n &»n? r'w * £>»aa.«ne'tH3 I SiXfiS"! Wti.S. ceux ci pr<fc0n<ni cc/iiri le» I Jfc»v ! .Vvku, f /infvLEf J Ci,io9-&\ ^n.i'r rt\y/iC9: tor,t«îui- V « C3"® i5*T'*rx f;-,-/ • /«rr .-T'f-rrc p»«r t«ç Cffcfnt'rî fOfitf ri* v'»TJIT;fr (;£r.,*5D« 3tt ffft* de. • ? Mo's 1 Ho-.s Fr zm ^k 2Aft Vf T30 Mk t.20 (S TIRAGE : HO.00© PAS JCSft ANNONCES — La ligne Faits divers et Echos . fr. 5.00 Ncaoitagiï: ;î,(0 Ajurouecs eoBiiiti: revues . I/ O » financières. . . 1,00 PETITES ANNONCES ta petite ligne 0.50 La grande ïî«ae. . « . . . 1X0 —a— TIRAGE: II0.0OO PAR iOU» „cyqtgr.»»nrL'nr. c^çjwwI■■ ■ ,n ■ '■■ 11 — RÊDvrrrcR s CHEF : Hené A vxsn att cl loonal Qis^'en lifiipgiiaaf 1 Rédaction; Administration, Publicité^ Vente : ! | BRUXELLES, -45, RUE HENRI MAUS jj DERNIERS CCMMUNIQUÉS OFFICIELS Aï.i.£>aïANs>i» BERLIN, 2b février. — Officiel de midi : Tiiéàtre de la gaerrs & l'ctieat. An sud d'Y près ainsi qu'entre Armentières et Arras, plusieurs poussiez anglaises déclmekées en petite après une intense canonnade, eni été rejettes. Des missions de reconnaissance ont conduit nos attachements d'attaque à l'ouest de Lié vin fns-t'i-ie loin dans U position ennemie, où ils ont fait nés prisonniers et réalisé ers destructions. Dans la région de ta Somme, la lutte d'attiileiie far moments a été vive, principalement entre SaiJy et Brmcha-vesnes. A l'est de St-Miïric 1, une entreprise française est demeurée stérile. Une entreprise ri nais, dans la région boisée plus proche de la Moselle, nous a valu 12 prisonniers. Piès de Lasse, sut la pente ouest des Vosges, nos détachements d'attaque ont ramené 30 soldais de .a position front-aise. Au cours de h m it du 23 au 24 février, un dirigeable français a été ébattu tout en jlamm.es par le feu de défense dans le bois à l'esi de Saaraibcn. Théâtre de la guerre à l'Ssî. .Front d'année du îeidmarêcïîal général prince Lêopold de Bavière : Pas d'éWtM'nt il, spéciaux. Front d'année du général colonel archiduc JcseiJb: Ai: défilé des Tortues, dans la partie r.ord des C^i pallies boi '-es, une ai.aque russe a échoué. Groupe d'année du îeidjr.aréchal général ven Macfeansen: et Front de Macédoine. La situation, par suite de l'action d'avant-postes tnmime, est inchangée. BERLIN, 24 février. — Ofiiciel du soir : On ne signale d'opérations de grande envergure, sur ancun frent. AUTRÏCFi ÏE HS VIENNE. 24 féviier : Pas d'événements parti. itliers s '.u les trois théâtres ue ta g-.rre. FRANÇAIS PARiS,24 février. — Officie', de 3 h. p. ra. : Dans Us Vosges, hier en fin de journ> e, un de nos détachements a pénétré dans les lignes ennemies an nord de Sesiones. Ce matin, après un bombardement vicient, l'ennemi a tenté, sans succès" un coup de mL.in sur nos tranchées près de Wissenbach. Nuit calme sur te riste du front. Un de nos dirigeables a bombardé au conrs de la ni.it, les usines en admit dans la région de Briey et est rentré sons inudent a son poit d'attache. Quelle cents 1ilos de projectiles ont été lancés par net avions «:< les bivouacs de la forêt de Spineomt. PARIS, 24 fév^itr. — Officiel de il h. p. m. : Canonnade habituelle sur l ensemble du front, sauf deux ienilives infructueuses de l'ennemi sur ni: tranchées au Vinlu (Â'.Si r).Aucune action d'infant rie. H4JSSES PETROGRAD, 22 fénier. — Officiel. Sur le front à i'ouest, feu réciproque de patrouilles d'éélaireurs ei de reconnaissances. Sur 'e front roumain, d'épaissis colonnes ennemi, s ont tenir, après prépai >iion d'artillerie, d'alfa-qi cr nos positions dans la légion ai^ nord-est de Doma-Waira ; elles ont été le: rte foi s arrêtées par no-fr. feu ét 300 pas devant nos tranchées. A la tombée de la nuit, les troupes ennemies ont réoccupé leurs tranchées primitives. Sur les autres secteurs du fient, thabituel feu réciproc-ite des éclaireurs et des patrouilles de icconnaissance, ca r - ' de succès p< r nos armes dans ta région au nord de Brai-loir.fTALïEKS ROME, 2 3féviiep. — Officiel : Des tenta.ut-, taiies per l ennemi en rue de pé-vtirer dans ttoi lignes sur l.i Zugsta (vallée de «VI-dige r, entre Strt f;no e:. Spt'ra < vallée de Sugaïu-ij e! sur le veisant du Monte Cadini■ (Boite supê-rieui) • ut échoué. iXuis lu région du col di Lana ( Corde rôle supé-ri ■ ■ >, un àéiiw 'iement austro-hongrois qui ai pli swpris un ite nos postes de campagne a été aussitôt repoussé pat une contre-aHaquc. Nous avons fait giielip.cs prisonniers, 'bans -a nuit s hier un ue niii aètlgcables a lancé eue tonne a explosifs sur te eJh mp d'aviation ennemi de Prosecco aiec une ef-fiti,.'Jé constat'e. Noire e.btgejble est rentré indemne.ANGLAJtS LONDRES, 23 février. — Officiel. ■ Pendant ia nuit, nous * i ons amélioré r.otrc position i:e> nord de (Jraudt'cotiil, cà nous avons conquis une partie a une h juchée ennemie; S-c prisonniers et un mortier ue tranchée * nous avons < gc.cment gagne du terrain au sud de Pctit-Maranmont, qui c'en occupé pur un poste ennemi. Hier soir, nous avons ejject ' une attaque iieureùse au s; d-est de Souciiez. Un certain nombre d'ennemis a été tué, tics abris ont , ié détruits. Le malin, des t,'icônes ennemies oui clé rcpoirssées un sud d'Arntcnlières *i à proximité du bois de Pocgïleert. t.'artilleiic ennemie e ftt plus active 4ars ia région de ta Somme et au sud à'Arras. yout n'ont car,-mai avec sécccs des l'trachées ennemies au sud d'Yprès. Dernières Dépêches A la ntia.'ubro dos Commîmes. • nc>terû*J2, w i lévrier. — On annonce de Londres *u « Niiu.'À'e l'^'.'.ci'ianiûche Cours::: » : La Chambre des QmwBmSSS «si! K'ïirùy'i hier, et Lk»yd George r&çut i»o «iiivl' auiwbJe. Ss» tfixoars qui a duré ' «us licure et t'«nie, a cbtcao tua tU succès. Apres le premier fnïnkiie, larjociste Mason ckciara que a nombre des vaisseaux arrivés et pariis, n etêiî pas an motif de prendre d'ime manière iégaic des mesu-• res de panique et pour s'immiscer d'une façon aussi , drastique dans l'irarortation anglaise. Asquità n'étant pas en voix, Ranciman prit la parole à sa p'.ace. il dit qu'en ne seta-'i que lentement rîndu compte du manque de tonnage. La plupart songeaient p.us aux griots des arméss. La restriction des stocks de papier peur ton'î-s- les entreprises de journaux fcastts sw un capital, représente une perte absolument certaine. Le gouvernement empêchera 1'aecapsrement du papier, par taie ou deux grosses entreprises, et soignai a pour une répartition équitable. Ruuciman a déclaré aussi que souvent ii n'est ] pas tenu compte des rayons fixées par Lord D;ven-port. Si le pays ne restreint pas la consommation, il y aura une grande disette avant que la nouvelle récolte soit rentrée, et ia population devra se soumettre peut Cîre à un rationnement forcé, autrement étendu, il estime légitimes les mesures du gouvernement eu vue d'un rationnement obligatoire. Le gouvernement mettrait aussi à la disposition des ports et des chemins de fer, des forces de travail suffisantes peur rendre possible une répartition des marchandises et un déchargement plus rapide des bateaux. Rnnciman met également son auditoire en garde contre le retrait excessif des forces agricoles, qu: sent nécessaires et ne peuvent être remp.acces par des forces non exercées. Prothero doit disposer d:s mêmes pouvoirs que Lloyd George en sa qualité de ministre des munitions. Quant aux agriculteurs qui savent produire 5 millions de quarters de plus, ii leur paiera volontiers 60 et même 70 shillings par qt arfer. La question des vivres en Angleterre. Amsterdam, 24 féviier. — De Londres Al-gemeen Bandelsbiai » : Des prix maxima seront probablement établis pour les vivres, afin de prévenir des bénéfices de guerre excessifs. Le contrôleur des vivres ss fera adresser des informations sur les piix de gros et de détail des vivres les plus imper-snîs. En première ligne, il s'agira des prix maxima du thé. On croiù que certains négociants en thé, prévoyant les restrictions d'importation, &e sent largement couverts et ont fait hausser plus que de raison les cours de gros pratiqués pour ic thé. Perte d'or steamer japonsis. Berne, 2'4 février. — De Marseille au « Progrès de L: n » : Le vapeur japonais « Hankoku Maru » a sombré le 2; décembre, près de Gefu. Il y a peu d'espoir que dis oôO passagers il y en ait un seul de sauvé. L'Angleterre et le marché msse. Stoîfcfcdm, 25 février. — Le président de l'Alliance Trading Company, à St ?é:.rsbou:g, Thomas Falk, de pa: sage à Bcigen, a déclaré au correspondant de l'a Afïenposten », qu'on fait erreur à i'é-irsnger, si on croit que l'Anglîterre a supplanté les Allemands sur les marchés rrss.s. En réalité, le commerce étranger russe a passé aux Scaoainaves et aitx Amériques. Les Anglais en sont seulement à l'organisation pour l'avenir et ils doivent s'attendre à y rencontrer, après la guerre, hs Etats Scandinaves et l'Amérique comme concurrents principaux. Le bilan commercial de la Russie avec l'Amérique a pris un essor' particuikr. Pour autant qu'il soit possible de s'en rendre compte, on peut dire que la Russie a fait de mauvaises expériences avec "l'Amérique. "Les Américaias^iivrent non seulement Ue mauvaises marchandises, mais ils pressent les Russes de près, parce qu'iis exigent une réception urgente des marchandises expédiées en Russie. Les Russes, très ler.t% l'avaient plus facile ,.,-cc les Allemands. Les Scandinaves dominent le commerce, surtout dans la branche des machines. Les Norvégiens ont acheté pendant la guerre des régions boisées si immenses en Rnssfe, qu'ils seront bientôt à la tète de l'industrie du façonnage du bois. Le président regrettait que la travail réerganisa-terr en Russie soit si peu apprécié à l'etranger. Il Icr.a entre stî?rîs le résultat obtenu dans la construction de-chemins do fer et de ports russes. C'est ainsi qu'on pe :t considérer la communication entre St-Pétersboi.rg et la mer Blanche cane ccmplè:e-menf stable, et les conditions de transbordement ont fait tant de progrès à Archange!, que le délai d'em-magMi-rage de dix jours est rarement dépassé. L'ia-di -trie russe m.cme s pris un essor considérable, mais ce se consacre qu'à la fabrication de munitions, lotîtes '.es fabriques russes nouvellement construites se vent exclusivement à la fabrication de munitions.Le présid-nt Faik déclara encore qu'on n'a pas ia vie facile à St-Pétersbourg. La ville souffre beaucoup de la disette de charbon, et on se chauffe partout avec de l'huile.-Il assura linalement que i'er-ganisaûsn intérieure en Russie a beaucoup amélioré, les exccs dans la corruption ayant heureusement diminué. Hî.u'kq des assurances maritimes italiennes. Lugano, 23 féviier. — Le taux des assurances irarhimes a été porté à 7 p.c. par les sociétés italiennes o! "te gouvernement les a même autorisées à dépasser ce tsttx si c'est nécessaire. Avant la guerre, le taux était de 2 p. c. La propagande pacifiste en Russie. Berlin, 24 février. — De Malmo à la » Kilegs-zeitung » : La propagande en faveur de la paix a pris s.; is aucun doute, un essor très "cOnsidciable on R.'- ï. après fe.'îrc de paix allemande. Elle a appuyée en des sens divers par des fractions de ?a ga; ciie et de la droite. Un article publié par le a Suntschiua » de Moscou, est signifies if à c.t égard, et a provoqué une certaine sensation dans la rai s. Le journal demande notamment au gouverne-n;de dissoudre ia Douma, qui est la seule à empêcher le retour d'ttne raix, si nécessaire poui la Ii Russie. Le « Ruskoje Graschcanin » c'.écla:ait ces jours-ci que la Ruseie ne supporterait pas ia pro-i iongatioa de la guerre, vu que ses ressources ne peuvent non seulement pas être mises en valeur, mais sont notablement en recul. Sxpîosson d'une canonnière portugaise. Bâje, 24 février. — '>e Lorenzo ^IViarqu: z à l'agence Havas : La canonnière portugaise « Telo » a été détruite sur le ïambeze par suite d'une explosion de chaudière. Qur.ire personnes c<nt été tuées, et sept blessées, une a.tre manque à l'appel. Une nouvelle do-jlaratïon de Wihon en perspective. Copenahgue, 24 février. — De Londres au « Po-litiken » : On mande rie Washington, que Wilson a\ait résout de prononcer au Congiès un nouveau discours, par lequel ii s'adresserait encore une fois aux belligérants et aux neutres. 11 donnerait une explication de ia situation extraordinaire actuelle, et ferait des propo:iti_ns visant de nouvelles résolutions qui sont à prendre d'urgence . Au Sénr.; américain. Washington, 23 février (cfLciJ). — Wilson a décidé de convoquer ie Sénat en séance extraordinaire peur le 5 mars. Les interdictions anglaises d'importation. Londres, 23 févr. — Un arrêté publi; une longue liste de marchanoises dent l'importation a été défendue, er.:re autres ks objets d art, de vannerie, les livres, les journaux (h<mi quelques exemplaires), le cacao brut et non pr -are, les fleurs haiches et artificielles, le verre, les gan:s, le cuir, le vin, le fil, la soie, les fourrures, le bois et le bois de construction ce tout genre. La défense d'importation ne s'étend pas aux marchandises importées avec 1 autorisation de l'office du commerce. Lagiieirs de lamine, Nous lisons dans le <.Tag..', sous ia signature de Karl Eugen Schmidt : L'abbé Lemire, qui représente depuis de nombreuses années un district électoral llamaad à la Chambre des député;: française, a reçu de Roubaix une lettre qui e.ît pub'iéa aans la presse française, pour prouver que la fa.nine règne en Allemagne. Qu'on remarque, en éhet, que les nouvelles provenant de seurc'.'s hcliaÂdaises, suisses et danoises « i.;Lires » et reproduit - journsilement par les JGTiTVCXEX i ' rv ^ !ft fSlMJHC; Çi: A1! , roagns,pourraient faire cjrcire qu'en n'attend pas du côté ennemi, la victoire iA souvent annoncée depuis deux ans, de ia grande [offensive, mais principale-men du blocus de famine, ou que les espoirs d'affamer ie peuple aliemand sont tout au moins aussi giands que ceux mis dans les monceaux de munitions accumulés à la frontière de l'Ouest. La lettré de fabfc Lemire dit que les so'oats allemands allant en congé chez eux doivent emporter de^ vivres de la France, parce que leurs familles n'ont rien à manger chez elles. On donne comme exemple qu= les habitants français du territoire occupé vendent aux permissionnaires du riz, qui coûte à Roubaix 00 centimes le kilo, et qu'il est vendu par les permissionnaires dans leur patrie ù raison de -1 mark la livre. Supposons que ce.te l'eKiv diee ia >.tiité; les Fiançais devraient en conclure deux choses d'abord — et c'est ce qu'ils Sont — que les vivres sont très restreintes en Allemagne, et en second lieu — c'est ce qu ils ue font pas"— que içs Français mangent mieux dan? ies territoires occupés par ies bar-baies que les familles de ccux'-ci. h, si c'est fînsi, ii y a là des barbares très sin-gt-tiers : Des gens qui laissent leur famille dans 1 indigence pour pcawr mieux soigner les sujets des ennemis! Cela n'est possible que parmi les habitants non civilisés dey beis et tes cavernes; des hommes civilisés ont 1 habitude de se nduire autrement. Napoléon, avec lequel les Anglais aiment à comparer i Empereur allemand, aurait simplement déo.rré aux ennemis affamés qu'aussi longtemps qu'il y aurait eu une miette de pain clans les territoires occupés par ses soldats, hs familles françaises ne souffriraient pas de ia l'-v.n. Et ii aurait tenu parole et aurait affamé tous l.s habitants des territoires occupés avant que le fantôme de la faim n'eût /■:appé ses c^mpatr-oies. ût ls Napoléon était un héros violent et se trouvait à la tête de ia nation la plus .éclairée et ia plus civilisés de la terre. Si lui et sas hommes avaient été des barbares comme les Allemands, ils auraient souffert eux-mêmes de la faim plutôt que de donner à manger à satiété aux ennemis. Napoléon ^t ses soldats de la graille nation ont transporté leur civilisation en Egypte et en Asie-Mineure; à Jaffa ils ne savaient que faire de leurs 4000 prisonniers turcs ; finalement on les mit sur la plage et on les abattit avec les canons, les fusils, les baïonnettes et ies sabres. Voilà une opéiation de gens civilisés ! Mais des barbares laissent leurs femmes et leurs enfants souffrir de la faim, pendant que. les ennemis en leur pouvoir vivent largement. A ce point de vue, j: dois supposer que le mot « barbare » ne signifie autre chose qu' « imbécile » et peut-être les Français ie pensent-ils en leur foi-intérieur.La guerre sous-marine. Amsterdam, 24 février. — La direction du « Rot-terdanische Lloyd » a reçu un télégramme d'où il ressort que ie vapeur « Menaao » aurait égaiement été toi pillé. L'équipage et les passagers'ont été sauves et débarqués aux îles Scilly. Le vapeur flotte encore et sera remarqué, h Falmouth. Cologne, 24 février. — D'Amsterdam à lâ « Ga zette de Cologne » . Le ministère français de ia marine annonce que le vapeur postai a Athos » a été torpillé' dans la Méditerranée. A bord se trouvaient des troupes sénégalaises à destination de la Fiance; il appartenait aux Messageries Maritimes et jaugeait 12,447 tonnes. s i>j£PECkl£S (Reproduites de l'édition précédente.) Les combats au Iront de l'est Beiiin, 23 février. — Au front de l'est, l'activité est devenue plus intense ces derniers jours; toutefois, les conditions ciiniatériques empêchent l'exécution d'importantes opérations. Le récent effort que nous venons de faire près de Mestecanesci revêt une importance spéciale, car notre succès empêche définitivement ies Russes d'essayer encore de s'emparer de nos ccmmuiiinea-tions transversales dans la vallée de !a Bistritza dorée.Dans la vaitée de i'0i;0s,des contre-attaques russes ont été tepoussées, tandis qu'une attaque de l'armée de l'archiduc Joseph a été ceuiarmée de succès près de SJam'c. La ténacité avec laquelle les Russes résistent à cet endroit s'explique sans doute par leur désir de couvrir leur centre d'étape de Tirgul-Ocna, qui se trouve déjà à portée du feu de notre artillerie et qui établit le contact avec les troupes de montagnes russes postées plus au nord. Pour ies puissances centrales, la situation s'est améliorée en Roumanie pendant l'hiver, grâce au rétaolissement et au développement du réseau des voies ferrées et des routes. Dans 1 entrepiemps, la tactique allemande d'attaques locales continue à 1 est. Après avoir efficacement pénétré dans la position russe établie près de Radulesze, sur le front ae ia Putna, nous avons prononcé, le 22 février, des attaques à l'est de Brzeczany. Au cours de notre première attaque, nous avons fait — notre communiqué d'hier le signale — 250 prisonniers, parmi lesquels deux officiers, et capturé deux mitrailleuses. Nos attaques ont été caractërisces par une préparation minutieuse, par la collaboration complète des troupes d attaque — artillerie, lance-mines et aviateurs — et par un succès rapide et des pertes minimes. Après une courte mais efiicace préparation d'artillerie qui a mis îapidement hors de combat ies batteries ennemies, les troupes a ar aque allemandes ont pénétré aans la position russe. Dans la zone coupée par notre feu de barrage, le îeste des défenseurs, ensevelis sous les décombres et les cadavres, se trouvaient moralement déprimés au point qu'ils ont pu être fait prisonniers sais difficulté et sans pertes. Gratitude américaine envers l'Allemagne. Bsrlin, 24 îév. — En quittant le territoire de l'Empire, Ses secrétaires américains de 1' «AssW ciaiion chrétienne de jeunes gens» se trouvant au service, s'occupant des soins aux prisenriers de guerre, ont adressé au gouvernement allemand l'adresse suivante : a Nous, soussignés, secré a;res américains de l'Union chrétienne de jeunes gens, qui avons été honorés de la faveur extrêmement amicale du ministre des affaires étrangères, en trnt qu'hôtes dt( gouvernement impérial dans les trains spéciaux de l'ambassade américaine et qui quittons les lieux où notre activité s'exerçait dans l'intérêt des prisonniers de guerre qui nous étaient devenus chers, nous voudrions exprimer par ia présents nôtre plus cordiale gratitude pour cette attention. Depuis notre toute première visite d'entrée en fonctions jusqu'au moment du départ, l'amitié et la bienveillance nous ont été témoignées par toutes Its autorités et officiels avec lesquels nous avons eu l'honneur de collaborer, clans une mesure tout à fait exceptionnelle, et bien que ia douleur et la désillusion au sujet de cette soudaine interruption u'u-ne œuvre qui promenait tant, soit grande, c est pleins d'enthousiasme pour l'hospitalité reçue que nous rentrons au p-ays natal. » Bernstorfl est-il en route? Copenhague, 24 fév. — La Compagnie d's navigations réunies ignore toujours si le vapeur «i',e-derie VIII», à bord duquel se trouve 1 ambassadeur allemand à Washington, a quitté Halifax. Depuis son dépaii de New-York, une semaine s est déjà écouiée. Depuis Icrs, aucun télégramme n'est parvenu aux armateurs au sujet eu navire. On admet que le vapeur a déjà quitté Halifax et que îe télégramme a ad hoc » a été intercepté par la censure anglaise. Il est établi à présent que le vapeur n'amène aucun courrier postal. Parmi les passagers sa trouvent de nombreux Scandinaves. La Francs a besoin d'une prompte victoire. Paris, 22 fév. — Dans des commentai, es, abondamment coupés par la censure, au sujet des efforts français et anglais dans ia guerre ac.uelie, 1^ journal «La France» écrit qu'on doit rendre justice à l'Angleterre de ce qu'elle a fait, mais pour la France « il est absolument nécessaire qu'une prompte victoire soit remportée. L'Arsgeierre doit faire des sacrifices plus considérables ». Elie devrait prendre exemple sur la France r,Ji raffle maintenant sas derniers hommes. « Les recrutera.:.!s aurais sont un jeu d'enîaat » comparativement à ceux de "a France. L'heure d'ete en Angleterre. Le « Nieuwe Rotterdamsche Ccurar.t » apprend de Londres, que la commission parlementaire ch >r gée d'examiner le projet ce loi sur i'întroductiba de l'heure d été, a recommandé cette mesure à 1 ùnanimié. La parti ouvrier et 1e cabinet national australien. Londres, 24 février. — Le « Times » apprend de Sidney, que les ouvriers craignent qu'un cabinet rationaî, comme celui qui vient detre constitué par M. Hughes, ne soit difficile à renverser plus tard, loi'squ ii aura tenu les nlnes du gouvernement pendant quelque temps. Pour ce mou'?, ils annoncent qu'ils combattront ie gouvernement; ils tspèieni arriver à la dissolution du i'srlement, grâce à leur influence au Séaat. Augmentation a os tarife postaux en Suède. Le a Svenska Dagblacl » a.mor.ee qus les tarifs postaux sont à la Veille de subir une augmentation en Suède iLinpiiiiit Iran jais aux: istats- Qnis. Lonores, 24 février. — La banque uev, yu.kaise de Bonbright and Co a ouvert pour un an un nouveau créait de 15 millions de dollars à la maison Schneider du Creuset, contre une t;aiîe ae trois mois. Le crédit est garanti par des banques françaises et par des bons, du Trésor français payables à New-York. On dit que îe taux d'escompte des traites s'élève à 6.5 p.c. La conférence économique â .Rome. Le « Times » annonce que, du 12 au 14 mars, se tiendra h Rome une conférence économique, ayant le même objet que celle qui a été tenue u Paris. Mort d'un dramaturge espagnol. Madrid, 23 février. —- Le céjèbre inamaiurge espagnol Joaquim Dicenta eat mort à Alicante. La guerre sous-maiiue. Plus de tciine.: voiiiees, Rotterdam, 24 février. — Lts vap^uis anglais « Borrima » (11,137 tonnes), « Kenaiey » (4,Uoo tonnes), le vapeur de pèche « Piéton Castie » (Z45 tonnes), et le vapeur grec .i Lactis » to.UCi tonnes).Rotterdam, 24 février. — Les vapeurs anglais « Lundy lsland » (3,095 tonnes), « Lucent » (I.'IjO tonnes) et « Sunderiand » (4,o49 tonnes), ont eié coules. Rotterdam, 24 février. — On aaner.ee aujour-d hui en Bourse, que la fiégate norvégienne « Fall-Soii Slon » jaugeant hiut 1,965 tonnes, a été coulée par un sous marin allemand. Londres, 24 février (Lloyd). — Les vapeurs anglais « Grenadier » et « Trojan Prince » ont été1 coulés. Amsterdam, 24 lévrier. — D'après les journaux anglais ies vaisseaux suivant sjiu signaits manquants par le Li«ycl : Le vapeur « Ba>iea_ul » 3,000 tonnes) de Lonares et les voiliers anglais « Bal-tic », « Brocktesby » et « Columbia ». Le vapeur norvégien « .vïauramer „ (1,024 tonnes), est tort eti re.aid. Le '. apçm ea J^>e*wa Lsicm .. (2 ■ .ctonnes) a sombré. Lugano, 24 février. — L agence S.efani avoue le couiage du vapeur de transport « Minas » et ajoute que le navire a été coule à ISO miii^s à i ouest du eap Ma; a pan (Péloponèse). Une paitie des troupes a été débarquée par des vaisseaux survenus ultérieurement. Berlin, 24 février. — Nous avons mentionné que le vapeur « Edda » avait été coule le 0 février. Ur, il résulte a une enquête qu il a été c-ulé à ton et il est admissible que les propi i 'tafres du navire et de la c<o gaison, seront indemnisés. Londres, 25 fév. (Lloyd). — Lts vapeurs anglais '«Bclgier» (45S3 tonnes), «Nâtchfieid» et la barque angaise «Invernaalct > (1410 tonnes) ont été coules. Amsterdam, 24 fév. — Les navires i_e i'Amerika Linie restent à 1 ancre à New-York, suivan» une décision des armateuis. il n y a pas à songer à une reprise du trafic d outre-mer. Appel an service auxiliaire en Arigieteire Londres, 24 février. — Le gouvernement angiais fait publier dans tous les journaux un appel dont suit ie texte : Service national! Le- pain que vous avez mangé à voire déjeuner a été fait à 1 aide ac céréales apportées en Augleîerie pai un navire. Ce sont des navires qui amènent U viande de mouton et de boeuf que vous ache.ez. Les rayons de l'épicier sent pleins de marchandises qui ne peuvent arriver eu Angleterre que par ia mer. bans Ces produits a;imen' taiies et des na-, ires qui les amènent, vous mourriez de faim. Les Allemands ie savent . ils consu'uiseni des scus-marins pour couler nos navires parce qu i.j espèrent gagner ia guerre en nous affamant. Unj nation sans nourriture ne peut ni combattre, ni vivre.Vous devez triompher du danger. Vous devez ré-> pondre à la menace par la volonté et 1 énergie. Il faut construire plus de navires pour amener plus de vivres; il faut produire plus de jroeuits alimentaires . Le gouvernement vous appelle. Tofîs les hommes âgés de 18 à 61 ans cr.t le devoir de s'offrir volontairement à faire le travail qui doit être feir. 11 n'y a pas de temps a perdre. Le travail a'.tera d-^s bras aux champs, dans les chantiers, dans les ateliers, dans ies fabriques de munitions. Si vous êtes apte s ce travail, n'hésite? ni ne tergiversez pas. Du moment que vous avez une paire de mains et la tête sui les épaulés, vous êtes capable d'un effort, et le travail est urgent. Rendez-vous immédiatement au prochain bureau de poste ou de service national et l&àes-vous inscrire comme volontaire. Si vous voulez, en remplaçant dans le service civil an homme-, apte au combat, que la paix s*>i: bu» e à bref à iai, faites vous inscrire iris aujoii'ù iiul dans la liste du service de i arm- e iide-r,t,-:.» Fa a brigade anglai&o anésnU*. Consî&n:inep!e, 24 février ..•). — II n'est p'u» possible aux Angiais ce porrs .l.:e plus Ic-r-gterop# leur aventure après leur dernière défaite sa sud :1a Kut-el-Aroara. Au cours du combat du 57 devant r.»» positions de Fellahieh, une brigade d'Anglais do couleur, qui s était avancée jusque dans nos tranchées a été exterminée. D'api es les dires de3 prisonniers et dos informations d autie source, plusieurs navires charges de blessés anglais sont partis dans la direction du sud. Les pertes anglaise* au c. urs des derniers combats, dépassent 30,000 hommes. Annce - N. 861 - Ed. H ËIFCI CEKTIHES Lundis 26 Février 1917

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le bruxellois: journal quotidien indépendant appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes