Le bruxellois: journal quotidien indépendant

152 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1918, 05 Mars. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 13 juillet 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/v97zk57d48/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

JOURHAL/ QUOTIIH35N: mDBPEMDANT A^^SSEISENT Bruxelles - Prsrteca - Etranger za9m> œ&sa&ïsstesal jmt tosis •>:■*> i iii Min ■! l*s 4#àv |e ^ Jp*® ««fessfcwiwaat au taafto ée y*èie qu mxSas jjewnssysNTS •. 4 mais: St&dss 1 moi t. 9.©0 Pt. a.eo Fr. 3J tmAQE ; 123,®00 par loi ri^sp. œasEBBBHHa mtufêzm faits divin o» C<3ios ....... L» Mi-no h S » ■S^S?ÊC.-t«jjf!ï ......... 301 »T^.amnirte si-^wsrciaiej 'ÀO; &êmti*i s 2/0 . fEftI£S A£3&SIfê$. . . Li gKftiï ï^e. 2.00 %£&«fta«r «i ifcif : Jk^àJuW 0 Rr:4actlsa, »&e«, Pifelkfif, Y «Eté : fôWA&LLES, SS-&5, rse ie ia €*ac«Fî5a TIRAGE s 12S.OOO par je**.?* f -:f.Tfffyçp.-y '.-regrrriwaac^ LA GUERRE Communiques Officiels AL^EMAf^â BERLIN, 4 {Officiel), midi: théâtre de la gueua cic l'Ouest. îl-i'CKpô d'armée (in ieicl-aiaxecxiSÉ général >?ïssca fcéritier BupprocM fis Ba-vitre : Un de nos détachements d'assaut a -pénétré \ l'Yscr dans les lignes ennevi.es et a fait \ isonnters urt certain nombre tic Belges. Une nonnade intense fut suivit en plusieurs en-vits ,x< front de Flandre par /tes agressions tglaises. telles furent repoussées. Pour le fie, l'action est restée limite# à des duei-s «riilltrie et de lance line s dans certains . itcurs. -aobuïQ d'armés du Misée Aibrecfet S«r les hauteurs à Vesl de la lieuse, l'ar-Uerie et Les mute-mines pâmais ont tlé vi-unent actifs far moments. Au cours i'entre-uses peu importantes au nord du canal likin-larne, à i'tu est df Bla,<iout et a* sud Ht Met-Dzl, 27 /.r-<-fWU*rj jurent ramènes. <3® la guerre à l'Est. ii i* ui signature dn traité de fatx tec lu Russie, Us Mouvements milita res ont tt Arrêtés huer dans La Grande Russie. Des outra théâtres de la guerre, rien de tut.edu. BERLIN, H mars . A l'occasion ne la conclusion d# lu paix yec la Russie, l'Empereur et Rci a adresse i télégramme suivant au Chancelier comte >k HcrtUng : tirana 'Juart. tr général, 3 mars 1818. L'èpce ailt>n.a?ide, singée p :r do grands iefs d'armée, nous a apporté La p..iv avec la Usste. Avec une profonde reconnaissante tvers Dieu, qui a ete avec nous, une jote ère me pénètre peur les faits de M en A rtr.ee i pour la tenace persévérance de Mon feule. Que le sang et la civilisation allemande ïent pu etre sauvés, m'est une satisfaction ViTtiCuiièrû. Recevez aussi -pour votre puisante cellaVojation à la grande œuvre, Mies 'dents remerciments. GUILLAUME /. K. Gooelusioa ce la Paix entre les» Puissances Geatfaies et ia Russie BERLIN, 3 mars (Officiel): LA PAIX A E'IE à IGNEE AUJOURD'HUI A 5 HEURES AVEC LA RUSSIE. BERLIN, 4 mars : far suite de la signahtte du traité de paix tlec ia Uussie, les »pèrai.wns tmiiiaires ont He suspendues e» Grande-Russie. Des autres t,vôtres ne la guérie, rien de nouveau. Sur ffiÊi ; BERLIN, A mars (Officel); 23,&1X) tc-nnes de jauge brute spni de nou-l eau tsmûees victimes de Vpctivilé mfatiga- ' lie de nos sous-marins dans le canal de La , Manche et à la côte d'Angleterre. Parmi tes navires ceu'.cs figuraient le vapeur anglais v. Huntsmore », jaugeant brut environ tonnes et un vapeur anglais chargé de plus le gjOOO tonnes, deux vapeurs-tanki, jaugeant brut 5,(M)0 et 3,0iiil tonnes, ainsi qu'un vapeui ie charge anglais armé, avec sa cargaison, tnt été torpilles au seiu d'une forte couverture ennemie. AUTRICHIEN VIENNE, A. mars (Ofl'ciel) ; Au pmve, il y a eu plusieurs coups de main eTartillerie. Dans les montagnes, dv fortes avalanches de neige entravent toute activité combatUve depuis hier midi. En r O-dohe, des vivant-poste s austro-hongrois ont occupé Schmertnfcà, après un court combat. Lots de la priss de Gordok, un corps sibérien s'est rendu avec un commandant de division d'infanterie. L'armistice avec la Roumanie a été dénoncé hier- le gouvernement 'oumem s'est en conséquence déclaré prêt à tntaxitr de nouvelles négociations d'armistice avec les négociations de -paix annexées sur la base des conditions posées par les Puissances Centrales. VIENNE, i mars (sOfficiel de midi) ; Sur le front italien -pas d'événements essentiels.En Podolie les opérations suivent leur cours en avant avec succès. Le butin, dénombré jus-qu'à présent, consiste en plus de 77(1 canons et plus de 1,000 mitrailleuses. En outre de grandes quantités de matériel de guerre de toute sorte. BULGARES SOFIA, 2 mars ; Front en Macédoine : Nous avons dispersé par notre jeu d'artillerie un fort détachement français sur le versant occidental de la Hoèra Plantna. A l'est de Bratinlol, notre artillerie m entrepris quelles coups de main H'artillerie cturmuis de succès contre les positions ennemies. Combats de tirailleurs Uans le coude de la Cerna, qui se sont terminés à notre avantage. Des divisions d'infanterie anglaise fui s'avançaient contre no-XtJLÎtlt* '^R ÇOVveriure près de Burakli Diu- ta ai a eut été refoulées et dispersées. Activité animée aérienne ennemie dans la vallée du Vardar. Front de la Dobroudscha : Armistice. TURCS CONSTANTINl>PLE, 2 mars; A part des combats de patrouilles au front de Palestine, pas d'événements particuliers. ■wTTgac.ar>ffri»i-■«—«i. i COfAS&L^iatJSS DES ARMEES DE L'EHTOTTE FRANÇAIS PARIS, 3 mars l Officiel), 3 h. P. M.: Deux tentatives de coups de mam ennemis au nord du i hemin-des-Dame s et dans le bots de Malancoiui ctU ech^iié sous nos feux. Bombardements esse* vtfs sur le front du Bois-di-Chaume. En Lorraine, au nord-est de SeUton, les tirs de notre artillerie ont empêché une ai aqut en préparation, de sort r de ses l'gxes. Nuit câline partout ailleurs. PARIS, 3 mars (Officiel), 11 h. P.M.: Action d'artillerie parfois vive dans divers sectciiis de 'a rit:e âro te de la Ideuse et en Wœvrc, dans les régions de Domivre et de Baionvilhers. En liante- Alsace, L artillerie ennemie, énergiquevieni contre-battus par la nôtre, a violent tient bombardé cet après-midi nos lignes au nord du canal du Rhône au Phin. Rien à signaler sur le reste du front. ANGLAIS LONDRES, 1er mars (Officiel); Au cours d'opérations de reconnaissance, les Portugais ont fait quelques prisonniers. En dehors d'une certaine activité de l'artillerie allemande sur différents points du f^ont entre Ribecourt (sud-ouest de Cambrai) et. La Scarpe, rien d'important à signaler. Il ■ r - r- - ■ Permeres "Dépêchés LA PAIX E2TESB ISS OSIiTiSAUX ET LA !£USSX£. Opinions de ia pxe.jso ailem&sûei Berlin, 4 mais.— Du «Berliner Tagèblatt»; Nous accueillons la nouvelle non seulement avec joie, mais en exprimant toute notre gratitude à l'armée qui nous a valu ce traité ds paix. De la (• Gazette de Voss»: La formidable coalition dirigée contre l'Allemagne est brisée; les troupes allemandes n'ont, pratiquement, pius à combattre au front Est; sitôt la pa'x signée avec la Roumanie, elles n'auront pius qu'à faire face aux ennemis de l'Ouest; la lutte gigantesque est ainsi simplifiée pour les Centraux. De la « Gazette de la Croix » : Il a fallu de rudes combats pour en ai river à cet événement d'une si haute portée historique; si le danger qui menaçait l'Allemagne au frontEst pe'it être considéré cooime supprimé, c'est grâce tus brillants succès des troupes de von Hindenburg. Du «Berliner Lokal Anzeiger a : Nos re-gatds' de reconnaissance se portent vers le quartier général, vers l'Empereur, qui a eu la bonne inspiration d'accorder carte blanche aux teld-maréchaux Hindenburg et Liiden-cortf, à ces deux derniers et au chancelier, ainsi qu'à M. von Kiihlmann; tous ont opiniâtrement tenu tête aux difficultés de leur mission. De la « Post » : ron Hindenburg et ses troupes réalisent avec une rare perfection le but recherché au front Est; si, à présent, l'Allemagne peut avoir ses apaisements au sujet de ce front, elle en attribuera la grande part aux vainqueurs de Tannenberg, de Rêvai, de Kievv; ce n'est qu'après un aperçu rétrospectif des événements qu'on se rend compte de l'importance du danger actuellement conjuré. Du « Tagliche Rundschau » : On aura beau n'attribuer à cette paix qu'un caractère provisoire, si l'on tient compte de l'épuisement de la Russie, ainsi que ae la libération des régions frontières et de la présence des troupes allemandes, il ne sera pas trop audacieux d'espérer qu'un autre gouvernement russe n'oserait pas violer la convention. De la « Berliner Volkszeitung » : La paix avec la Russie est, en première ligne, une paix de libération; la reprise des hostilités par l'Allemagne ne visait nullement à des conquêtes, elle avait pour objectif de garantir la paix conclue avec l'Ukraine et de la signer définitivement avec la Grande Russie. Il s'agit à présent de vivre, si possible, en termes cordiaux avec elle. Cette paix que l'Allemagne réalise au- front de l'Est lui dégage un de ses bras dont elle peut diriger les coups vers les ennemis du front Ouest. Cela ne de-vrait-il pas donner à ceux-ci matière à sérieuse réflexion? La situation ©a. Finlande. Stockholm, 2 mars. — On mande de Wa«a ail «Dagens Nylieter» que le règne de la Garde rouge en Finlande touche à sa fin. Un ordre transmis aux troupes leur enjoint de se retirer définitivement du pays. D'après d'autres journaux suédois, un gros de Çardes rouees a tenté, sur le front karé- lien, entre SaAsuli et Histel, de cerner la Garde blanche, nrais ii a été repoussé avec pertes. Les journaux Eàrscncent encore que M. Ahistrôm, consul général de Suède à Heising-fors, avait été fait {.risonnier en coinpa.gnis de Gardes rouges, u:ais que quelques heures pius taid il avait été remis en liberté. Wasa, 3 mars. — Du quartier général finlandais : Aux front? de Sakatunad et de Ca-rélie, velléité d'une concentration de troupes ennemies. Au front d in-wnstUnd, l'ennemi a évité de livrer combat au 1er mars. Au front de Savols.î, rien de neuf. Le 1er mars, continuation des violentes attaques à Aîvola et Valkjaervifort en Carélie, avec échec complet; }K>ur l'ennemi. Lsa Coii-S2iH3aiies'"du peuple à Tétrograd. Pétrograd, 1er isvirs. — La Commission executive déclare absolument faux tous les forints prétendant Qu'elle s'Spprète à quitter Pétrograd, «ûnsi qae les commissaires du peuple. La situation, da la Fïcaco en Rastâ©. ÇerLn, i mars. — De Genève au « Lofcal-Anzeiger-»: Jusqu'à nouvel ordre les consulats français en Russie vaquent à leurs devoirs officieljusqu'à présent aucune puissance neutre n'a encore été désignée pour la protection des intérêts français. On attend des propositions de la part de l'ambassadeur Noulens em voie de retour. Ck>rui;:iiiîia'£ica à istort d'une feîHSîô «a Xiassio. Berlin, i mars. — De Vienne an « Loi: al-Ar-zeiger « : Le Comité central du parti terroriste russe a condamné à mort Mme Bala-hanoff, une femme-leader socialiste et partisan de ïrotzki. On l'a informée qu'elle serait fosillée à la prem-ère occasion par les membres du parti qui seront désignés par le sort, tîis -pladaysï « pic-domo « do i'er&aski Pétrograd, 4 mar-\ — L'ancien président du Conseil, M. Kerenski, a adressé de Noi-vège une lettre aux membres de la Constituante, dans laquell# il attire leur attention sur les réformes administratives et législatives réalisées par lui et où il essaie de s'excuser de la faiblesse dont il a fait preuve vis-à-vis de Lénine et de Trotzki. M. Kerenski accorde qu'il a très mal agi vis-à-vis de ïtorni-loff. Il fait cependant valoir qu'il avait dû agir comme il l'a fait, attendu qu'il y avait été forcé par l'écrasante majorité de ses adhérents. Le restant de ia lettre n'est que doléances et excuses. SVettievue du comte Gsemia et «u roi de Scumaule, Paris, "2 mars (fiavas). — L'« Echo de Paris», au sujet de l'entrevue du comte Czer-nin avec le roi de Roumanie, annonce que ce dernier auiait répondu au comte qu'il ne pouvait le recevoir avant une approbation de ses ministres; ceux-ci n'y ayant pas trouvé inconvénient, l'entrevue put avoir lieu à Bakou i ?) L'entretien aurait duré une heure; les conditions posées par les Puissances Centrales impliqueraient la séparation de la Dobroudscha ainsi que de« rectifications de frontière aux limites de la Hongrie. !ïïIoco3 de la Bas:., a par î'^tento ? Cologne, 4 mars. — De la frontière suisse à la « Gazette de Cologne » : Le bruit court dans les milieux diplomatiques romains que l'Entente déclarerait le blocus sur tout le territoire russe le jour 'Je la conclusion de la paix entre les Maximalistes et les Puissances Cea-tiales.déclaration de guerre du Japon aa ^cuveiT.Ginent maximaiisle. Cologne, 4 mars. — Quelques journaux romains annoncent la déclaration de guerre imminente du Japon au gouvernement maxi-ma liste. Le Japcn et la Bussie. Le « Petit Journal » apprend de Pétrograd que Lénine a donné connaissance au Soviet d'une communication de l'ambassadeur du Japon, affirmant que le Japon considère que ses intérêts ne sont en rien affectés pai l'organisation intérieure de la Russie, quelque forme qu'elle prenne. Berne, 3 mars. — 11 paraîtrait, à en croire le «Journal de Genève », que l'intervention japonaise suscite une forte opposition cheî certains des pays alliés, et que même au Japon les avis quant à l'utilité d'une expédition militaire en Sibérie seraient partagés. Pourparlers américano-japonais Amsterdam, 3 mars. — On mande de New-York à l'agence Renier que Lord Reading et le chargé d'affaires japonais Tanake auraient, chacun de leur côté, eu avec le secrétaire d'Etat Lansing, un entretien particulier. L'accord économique oaU'e rKnteeto et la Suède. Stockholm, S mars. — On télégraphie df source officielle, le 1er : Aux pourparlers qu: ont eu lieu à Londres entre la Suède et le: pays de l'Entente an sujet d'une oonventioi commerciale, les intéressés ont conclu un ar rangement provisoire *ux termes duquel 1; Suède pourra importer en franchise 2C,00( tonnes de maïs, 30,000 tonnes de tourteau? pour fourrag-es, 25,000 tonnes de phosphate 15,000 tonnes d'huiles minérales et 25,000 sac: de café. En contre-valeur, la Suède mettrai à la disposition de l'Entente des navires représentant un total de 10(5,000 tonnes et ce pour une durée de trois mois. La frontière ilaliescae refermés. Berne, 2 mars. — La frontière a été refermée aujourd'hui, à Chiasso, pour un temps indéterminé. Le Téwitaaieiaeait issafsisa&t do la Gîtes L'Agence hellénique de Baie apprend que malgré tous les efforts du gouvernement et Qes Alliés, le ravitaillement de la Grèce ne s'est pas amélioré. C'est le manque de pain qui se fait sentir le plus durement. 11 a donné heu en plusieurs localités à des troubles et a des menaces de grève «uvrière. La pssts en Chine. ÎReuter). — Le consul de Russie 4 Pékin annonce que la poste a éclaté à Tsina'nfou. A Pékin, aucun nouveau cas de peste n'a été enregistré. Le caemia de 1er de l'Est chinois. (Reuter). — Sous la présidence de l'ambassadeur russe, il s'est tenu à Pékin une conférence à laquelle assistaient notamment la direction du chemin de 1er de l'Est chinois et le président de la Banque russo-asiatique. Cette conférence a élaboré un plan tendant à continuer l'exploitation du chemin de fer ea ; question. La grève des ciiominots ea ! Ha vas). — On mande de Bueacs-Ayres qu au sujet des collisions qui se sont produites ! à Juiiin entre grévistes et non-grévistes, que : la troupe réquisitionnée, ayant essuyé des coups de feu de la part des lauteurs de troubles, a fait feu à plusieurs reprises, tuant un gréviste et-en blessant trois autres. À Rufiul également, la troupe a dû intervenir. La cens-pagni du chemin de fer a accordé aux grévistes un délai de 18 heures pour reprendre le travail. Arrivée de Lord French en Irlande. Amsterdam, 2 mars. — Une information K eu ter signale l'arrivée aujourd'hui, à Dublin, de Lord French avec son état-major, en qualité de commandant suprême des forces en Irlande. Voyage de XL Take Jonesco « Angleterre. Genève, 4 mars. — M. Take Jonesco s'est arrêté quelques jours à Paris, avant de continuer son voyage vers l'Angleterre. D'après la « Vérité », il a éconduit tous les rejx)rters; on croît néanmoins que M. Jonesco se rend en Angleterre pour prendre les dispositions nécessaires pfur l'hospitalisation de 1a famille royale roumaine, qu: se fixera peut-être à Londres. 2ïoavcI incident mëxicaao- américain. Washington, 3 mars. — Des bandes mexicaines ont de nouveau tué plusieurs sujets américains. Le département de la guerre prépare la concentratiou de 15 régiments de ca-valere à la frontière mexicaine, afin de protéger les territoires-frontière. Saisie de capitaux de la comtesse EemstoiS. aux Statfi-ïfnis. Berlin, 4 mars. — On télégraphie de La Haye au «Berliner Tagèblatt» qu'à New-York, selon le « New-York Times », une somme de 850,000 dollars placée par la comtesse Bern-storff dans différentes banques de cette ville aurait été saisie en tant que propriété ennemie.Mort du prince de Monénégro Mirko. Vienne, 3 mars. — On annonce ia mort du prince Mirko de Monténégro, qui était en traitement dans un sanatorium et qui a succombé aujourd'hui à la suite d'une hémorragie pulmonaire. L'affaire Gaillaux. Zurich, 3 mars. — De la « Nouvelle Gazette de Zurich ; La maladie de Caillatix semble être effectivement de nature suspecte. L'un de ses défenseurs ayant exprimé certaines craintes, le directeur de la prison a ordonné que les repas de Caillaux fussent transportés dans un bol fermé à clef, de 1 hôtel proche à la prison et qu'il serait ouvert par Caillaux lui-même en présence de deux gardiens. L'Amérique et les neutres. La Haye, 3 mars. — L'année dernière le gouvernement hollandais avait commandé en Amérique 1,1HJ0 mitrailleuses et 10 millions de cartouches. Sur l'ordre de Wilson ces mitrailleuses et ces cartouches ont été saisies par le gouvernement américain et mis à la disposition des armées alliées. Ceci est le pendant de la façon d'agir du ministre la marine américaine et du Shipping Board qui a saisi sans exception tous les navires en construction*pour compte de puissances étrangères. Les événements sur mer. . Copenhague, 3 mars. — A Bergen, sont arrivés deux navires appartenant à un convoi, i composé de 10 navires, qui avait quitté lundi L soir l'Angleterre et qui avait été disloqué par une violente tempête à proximité de la L côte norvégienne. On est provisoirement sans I nouvelles des 7 autres navires. La ffusirre sous-marine. , Rotterdam, 2 mars. — Le « Maasbode » pu-! blie la liste suivante de navires qui ont été : torpillés ou ont sombré en touchant des mi- œsezïEsras x-*...lie ■ j nés, dont les tiom» ôont communiqués euj ur-d'hui seulement : Steamers français ; «Ville de Strasbourg» (2,167 tonnes brut), «Réseaux» (1,087), « Housseih » (5,772), « Ville de Valenciennes » (3,734). Steamers anglais: «Tamagna» (5,191 ton. brut), «ShiœosH» \4,201 ), «Vienaa» (4,170), « Ortona » (5,524), « Monkagarth » (l,V>^3i, « City of Corinth » (5,870), « Delphic » (S,2ii) «Eastern Prince» (2,885), «Idomenea» (G,ti.iï), « Malta » (6,064), « Mtnnehaha » (13,714), « Turshina » (9,920). Le steamer belge « Elisabethville » {7,VÎT tonnes brut); le steamer grec «HerakLos» <2,878); les voiliers américains «Anna-j. Traniers» (427), «Henry Lippitt » (895), « Miss Queen » (492); « White » (495), « Wil-liani-H. Lifford » (1,524 tonnes brut). DEPECHES (Eeprodiiitet de l'édition ^licLdenle.) Hëgâ ia Kiëw par les Centraux et les Ukrainiens Pelrogr«id, &uars. — Des nouvelles arrivées à r institut Smclay, disent qu'un combat acharné de plusieurs jours a eu Leu ea-Ue les Maiimaiistirs et les troupes ukrainiennes. Les Maxiinalistes otit subi une lourde défaite. Les trouves okiamiicne* commandées p<u le secrétaue ce la guerre Petiura ont repoussé l'adversaire et sont entrées dans K:e« au ;«n des cloches et au milieu des acclamations de la population. La ville a beaucoup souttert des combats qui se sont déroulés dans ses environs. Des rues entières ont été détruites. Les lazarets et hôpitaux sont remplis de blessés. Les négoelatioîîs de paix avec la Bou^naaie. Paris, 3 mars. — De 1" « Echo de Paris » ; « Au sujet de l'entretien entre le comte Czer-ran et ie Roi de Roumanie, il convient d'a-jeuter ceci : « Sollicité en vue d'un entretien, le Roi répondit qu'il recevrait le comte Czernin avec l'assentiment du cabinet roumain. La réponse tut affirmative et l'entretien eut lieu à Bakou. Les Puissances cen-tiales posent comme condition la séparation de la Dobroudscha et des rectifications de frontières en faveur de la Hongrie. » Les négociations de paix avec la Kussie. BreSt-en-Litâuanie, 2 mars. — Au cours de 1a séance de ce jour, des pourparlers sans engagements ont eu lieu entre le président et quelques membres de la délégation russe. La prochaine séance plénière est fixée à demain, dimanche, à 11 heures. Pétrograd, 3 mars. — Un appel des Consens des * Commissaires du Peuple assure qu'il n existe aucun motif de fuite ou d'inquiétude pour la population de Pétrograd; la signature de 1a paix est imminente, ce qui mettra fin à la maichc militaire des Allemands en Russie. La responsabilité ù&s iaits do Brest-en-Litliuanie, Le « Dagblad » de Christiania donne un article signé Karl Johaunsen dont nous extrayons tes phrases suivantes : « Il est à supposer que les hommes d.rigeants ues Puissances de l'Ouest, ne sont pas particulièrement d sposés à s'adonner à des considérations rétrospectives. Mais si dans un moment d'oubli ils en arrivaient à se rappeler la marche des événements, ils ne pourraient s'empêcher de coustater qu'ils ont accumulé faute sur faute, au point que la situation devait devenir aussi désespérée qu'elle l'est. Lloyd George et Clemenceau portent la responsabilité de Brest-en-Lit'nuanie, aussi bien que Lenine et Trotzki. L'Angleterre et la France ont tenu en main le dernier atout, le jour où ont commencé les négociations de Brest-en-Lithuanie. Si ce jour-là ils y avaient envoyé des délégués, ils auraient été en mesure de placer un mot important aussi bien près de leurs amis que de leurs ennemis. A présent les canons vont de nouveau faire entendre leurs grondements, le beau sol de la France seTa souillé, et sa belle jeunesse sera tuée ou mutilée. Lorsque ces jeunes gens lèveront une dernière fois leurs regards vers le ciel, leurs lèvres murmureront une dernière fois les noms de Lloyd George et de Clemenceau, mais... ce ne sera certes point pour les bénir.Protestation des n.eu.tres. Berne, 3 mars (ag. tél. suisse). — Les ambassadeurs danois, hollandais, norvégien, espagnol, suédois et suisse, ont remis au gouvernement une note signée, comportant toutes leurs réserves du fait de tous les décrets au moyen desquels les droits et les biens de leurs sujets ont été lésés. L'ambassadeur suisse a ainsi réitéré d'accord avec son gouvernement, et cette fois d'accord avec ses collègues neutres, une démarche dont il avait pris seul l'initiative sur l'ordre de son département politique, Toici quelques semaines, en vue de défendre les intérêts suisses. Les alliés au Iront de l'ouest. Zurich, 3 mars. — Du « Zuricher Tages-anzeiger » : Le front anglais s'ét°*"? "maintenant jusqu'à la Fère sur Oise. , g» 1231 £dL B DIX CENTIMES »

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le bruxellois: journal quotidien indépendant appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes