Le bruxellois: journal quotidien indépendant

263 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1918, 28 Mai. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 12 decembre 2019, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/rr1pg1kf7m/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Le Brüièllois ;pix cEWlÊp: . k ■ . „ — *" f - w» Y t: l.K '' jf-.- .T O ÏT W T*T A T . - *r r\ *Trt r» T .-r- tt -wr tï TT» 1\T "O A. KT TP ; V- ABONNEMENT V Bc*utcelles - Prowinco - Etrcingaf Ii©f5 abonnement» sont reens exelusiveinon par tous leti BXJREATJX DE PÖ$XE$. \ Ï/CS réclamn Hoos ©oncemaut lo« abonne inent» doiyent Ctre adresgóes exolusivement a >ureau de poste qui a délivró 1'abouuemcat, ,;WIIX DES ABONNEMENTS : 3 mois : 2 mois : 1 mois : Ft. 9.00 Pr. 6.00 Fr. 3.0< Tfragg : 125,000 par jour ANNONCES Kaits divers et Echos . 1» ligne tt. 5 08. a Néorologie 800 Anaoacos wmunerciateis........ Anuónces fihfiscièi'Oa 8 09 PETITKS ASHONCES: la grande ligne 2 01) 1 I Rédacteur en clief Ronk AEMAtïT), Rëdactlon, Adininifltration, PublieltS, Vftite 1 BRUXELLIÏS, 33-33, rue de la Caseme.' Tirage : 125,000 aar jou»"' LA GUERRE Communiqués Ofnciels ' ALLËMANDS ''BERLIN, 27 mai (Officie!).-Mu cours d'une entreprise fructuciise a. tud-ouest de Meteren, des Anglais ont ét V(fits prisonniers. l / activité d a> tillcrie nc s'esf rcivivêe au. uynts de combat que dans Vaprès-midi. Var lillerie enne mie s'est surtout montrée acii E'C dans la region du Kemmel, sur la riy, epteritrionale de Ia Lys, entre Arras et Al Per{ et sur la rivc occidentale de l'Avrc ■L'activité de reconnaissancé est, restée vive I BERLIN, 27 mai (Officiel du soir): ■•R'icn de noih'cau des thédtres de la guern Ia KHcrrc sous-niariuc. V®ERLIN, 27 mai (Officiel): 'Nouveaux succes sous-marins dan# la zont Se barrage autour de VItalië: 5 vapeurs jau-Keanf, ensemble un total brut dc 27,000 ton De cBux-ci, le sous-marin, commandt far lc hev.tenant-capitaine Prince Henri de Rcuss, a coulè trois erands et précieux va-peurs jaugeant ensemble environ 19,000 ton-ftcs, lotamment le nabeur-transport de troupes francais «Ste-Anne», jaugeant brut p),&50 tonnes. r 11 convieut i'ajouter a titre complémentaire aux succès remportés par un de nos |frotseurg sous-marins dans la région des *Acorer, signalé le S mai, qu'un vapeur coib-fé par lui d'uu coup de torpille, hors d'un ïjrand cowvoi protégé sur la route de Gibraltar vers l'Angleterrc, et évalué a 4,500 jonnes de jauge brute envison, s'est révélè ftre lc vapeur-transport de troupés anglais liNirpura», jaugeant brut 7,6J,0 tonnes et pyant a bord un detachement de cavalerie ptglaisc. X AUTRICHIEN •VIENNE, 26 mm (Officiel de midi): r 'A part quclques tenfativcs de reconnais-fance des Italiens dans le secteur de Tonale, appuyées d'artillerie, il n'y a pas d'é-l'énements -particuliers a signalcr. BULGARE SOFIA, SJ,. mai (Officiel): (Sur le front en Macéiohte, nos avant-Jgardes ont repoussé deux attaques successi-loes prononcées pa<- plusieurs compagnies \fran(oiscs. Au siid de Huma, la canonnade jennemie continue. Entre le Vardar et le fac de Doiran, noits avons dispersé par no-ttre feu des troupes anglaises d'attaque. A fiest de BoltzeUi et au sud de Doiran, la feattomzjzrlc' a cïo c ° iZ^nc/n tflu* ilente i>ar intcrmittence. V FRAWgASS VPARISj 36 mai (Officiel, S h. V. M.): / Assen grande activité des deux artilleries |'dans la région du bois de Hangard et au vud de VAvre. U-tt coup de main ennemi pré-ic'èdé d'un vif bombardement de nos postes \du secteur d'Örvillers-Sorel n'a fa's obtenu Sde résultat. D'autres tentatives ennemies en 'Champagne et dans les Vosges ont égale-ment échoué. Nos patrouilles et détachc-\mentsr ont fait des prisonniers, notamment dans la rcgioii de l'Ailette. Rien a signalcr 'w le reste du front. ! PARIS, 26 mai (Officiel, 11 h. P. M.): ! Pas d'action d'infanterie. Activité de %'artillerie en quelques poiuts au nord et au 1'sud de l'Avre. Journéc cahne partoui ail-letirs.Ij , AMGLASS ' 'LO.NDRES, 25 mai (Officiel): j Uier soir, nos troupes ont exécuté un coup main contre les trancliêes ennemies éta-\blifs dans les environs d'Ham el, au nord 'd'Albifrt; cllcs ont fait ttne qwrantaine de yprisonniers et pris deux mitrafleusïs. Nous 'avons aussi prononcé un heureux coup de 'main au nord de Lens; il nous a valu quel-fQues prisonniers. t Uartillerie allemande s'est servie hier de \grcnades a gaa prés de Béthun e et a été '•plus active la nuit pres de Strazeele. La guerro sous-marine. ' LONDRES, 26 mai: !*' L'Amirauté annonce: « Un de nos sous-marins d'escorte dans VAtlantique annonce I après avoir re joint son point d'appui: j <! Le 11 mai, il apergut a hauteur du Cap jVincent, pendant qu'il attendait le convoi. Mi sous marin allemand du type appelé ïcroiseur, et le coida. | Comme a ce moment la vier était mau-•Vaise, il n'y a pas eu de survivants. |i Peu de temps après, il apercut un autre 'sous-marin ennemi, mais comme il plongea prccipitamment, il échappa au sort de son 'compagnon. Attendu que c'est le previier croiseur sous-marin qui a été détruit, il fut décidc de se dépariir de la règle habituclle de nc point raentionner la destruction des !sous-marins ennemis isolés. » - - • Ou annonce de Berlin: i ? « Ootnme depuis quelque temps, nous ne 'recevons plus de noireellcs de Vun de nos 'sous-marins ópérant a l'oucst de Gibraltar, !on pe^t admettre sa perU de la manière in-!diquée par les Anglais ». _ , fDemières Dépêches [ae^udie d'unc fabrique de inunitions |j' y américaiue. , 3La Haye, 26 mai (Hollaaidsch Nieuws fBuroau). — Un grand inoemdie a éolató !dan« nae fabrique de grenadea a main jd» 1'Etat a Cleveland. La fabrique a oomplèttemienii, éfcé brülée en 6 heures de fyemp®. Les dég&fcs s'élèvent 1 1 I mil-lian. de Extcusion de Ia liuiite fl'ftge . g. 1, ^ V /. aux Eta<s-Unis. - v as .'mflttds i Waabingbon au r«ï)ai{y TeJ.egraphs qi !e séaafettr Mac Lean au rriit, prop-os-ó < 1 ïeculer do 33 lv 46 a»«. Ia limibe d'a; pouT ie seorv&e militaire. j L'oeil du mnilre en France. Leg journaux parisiens tournent. en ri< cule réternelle satfefaction témoignée i> los hauts dignifcaires dans leurs tourné d'inspcction. En effefc, qu'il s'agisse de visite du min Lp(,re de 1'agrkulture, ce so les frujts et les légumea géants qu'on 1 fait voir. Les inspecteurs du service san taire font de mênie, et la tournee a poi épilogue une distribution de croix de la L Rion d'Honneur. Les trains qui amènent ö Messieurs partent et arrivent etricteme a 1'heure, on les sert coipieusement i tabl d'oü ils sort-ent avec I'impression que la n: tion francais est admirablement pourvi de victuailles. Et, comble des oambles;, Dr Clémenceau, chef do cabinet, rcnd vis te aux Messes et aux malades qu'on vei bien lui exhiber, püis s'en va répétant bdüclie que veux-tu: « Je suis content, coi tent, trés content... » Les opinioas paoifietcs Berne, 25 mai. — Renaudel dit, dan 1'cfHunianité» que lo monde entier ressee le besoin de tirer au clair les conditions d paix et qu'il cherche une voie pour sorti de la guerre; il est étonnant. des lors, d voir certains journaux (tel le uTemps» clioisir 1'instant pour promouvoir le proje d'annexer la rive gauche du Rhin: concep tion incompatible avec les conditions po ■sées par 1'Entente sur la ba,se du dvoit de, nations de disposer d'eües-mèmes et sur I; liberté pour tous les peuple:- indistincte ment. La situation en Finlandc. Moscou, 25 mai. — Le gouvernement de: Sowiets adresse a Berlin le radicrtélégram me suivant: « Aujourd'hui 15 mai, arrivée du comte Mirbach, avec 1'information que conformément aux nouvelles recues par li gouvernement allemand, les batterier de la forterêsse d'Ino auraient fait feu, le 11 mai contre des troupes finlandaises, ct que contradictoirement &. la paix de Brest-Li' to«'3k, un croiseur ruase serait cantonné pres de la forteresse. Or, rönseignement= pris, les batteries de cette forteresse n'ont pas tiré; on aura peut^être pris pour une canonnade des explosions survenues dans 1'enceinte. Le commandant, en prévisi*n d'un ultimatum de la garde blanche pour la reddition dc la forteresse, n'aurait pas ti'ouvé d'autre issue que de faire exploser les munitions. Le croiseur « Olg » était cantonné devant la forteresse, mais dans lo but exrlusif de tulation ». Les auto-canons beiges a Rhai'bin, Uao l-elfkis de Pékin communiqués & la «Na.tiou bslge» assuraib que le corps b&lgo des auto-canons avait été rctanu a Ekarbin pour y garder les dépöt.s de munitions contre les Bolchewik*. Cette lettre, datcc du 3 ayril, ajoutait que la g.a'rde de 1'ambassade de Franco a Pékin availt été dirigée sur Kharbin dains 1® même but. Nous ne dounens ©os non-velles que sous réserves, ajoutait ce journal, et il avait ra.ison, ca* une com-munication offieieile du Havre, envoyée au «Nieuwe ïtoüterdamsch© Courant», assure que les officiers éi les hommes de cabte arme sont arrivés aux Etats-Unis. DÉPÊCHES LE MEXIQUE AURAIT KOMPÜ AVEC CUBA. Amsterdam, 25 mai (Reuter). — On annonce de Mexico que le Mexique a rompu les relations diplomatiq ues avec 1'il© die Cuba. Le chairgé d'affa.ire's do La Havaine et Le ministre cubain a Mexico ont &[é rappelés respectivement. Berlin, 27 mai. — De Rotterdam au « Berliner Lokal-Anzeiger » : On mande de Londres qu'on ignore le premier mot de la rupture diplomatique entre le Mexique et Cuba. Comme Cuba compte au nombre des puissances aliiées il 'est clair tou[efois que les rapports entre le Mexique et les Alliés sont troublés de oe fait. Lc bombardeuient dc Laon. Berlin, 26 mai. — Jour pour jour, les Francai s ont continué la destruc -ion de leurs propte® villes. La ville de Laon a de nouveau été gratifiéc- de 108 projecti-les. Les dé guts sonlt, considérables. Plu-sleurs civils sont tombés victimiss _ des gnenades de leurs propres compatriotes. La germanophobic brésiljoune. Rerae, 25 mai. — De Rio/-de-Janeiro au «Temps» : Le gouvernement a décidé de rem place r tous les noms do localités allemandos par des noms brésiliens. Fin du discours de Lloyd Georgo ■ et commentaires. -Londres, 24 mai (Reuter). — Après avoir annoncé que, d'ores et dé ja, deux dos repaires de sous-marins : ceux d'Os-tende ot de Zsebrugge, o/it été rendus inacoessiblos è, la sortie, le chef de oa,-binet anglais doime leoture du rapport transmis par 1'Amirauté d'ou il rcssort que les flottes de 1'Entente détïuissnt les sou.3 -ma rins ennemis awee une rapidité supérieure a celLe des nouvolLes constructdons de sous-marins al Iemands. « Alinsi, dit-il, nous en arrivons a,u point de supprimer plus de sous-marins que l'AUemagne n'en peut renouveler, dt-, darw 1'ensemble, les nou\?eUes consbrucj-tioi» d® aa.virea .phez ie® a],- !e 1 liés dépa-s&ont le nomjetos coulagüs le | opétós pav les AllematSe basant sur ;e I toute la documenftiticniuise jusqu'ici, J rAmirautó jugc que icord d'3s des-J tnw«l(ion,s de sous-marfut etteiafc ea li- I avi'^ dernier. mois qnspuis le débat ar I *'.c 'a' sous-mat'jcnforoée, réa- es 1 li.s'e égaleinent le recote raugmenta-[a "tion daas le rPaouvelmb des aiavi-nt I nes. Pour la premiène , le ©hiffre des ui I nouvelles ©onstrucbiATlépasse- dons i- I celui deaf perbas : résu qui n'est pas 'r mauvais pour un gornement dont f" I chaqae faute 'devnne lii des critiques ^ I acerb&s. Le sdus-marmplique néanw , I moins ciicono une mee, s'il ne oon-x' stitue pas un dan ge r, peut encore ■ !0 ontrainOT pour 1'Anglrre des pertes e I terribles; öeulement, n: pouvons ray©r i- le sous-maiin de la rjenclaiuire des it j dangers quj. enbraïnorat la victöire OU . :<x I la défaite dans la guei , -I Les Allemands eux-ra^ ont r&con-I nu n'aboubir a rien prfes souB-marins, I c'oslfc os qui les a débarnés la jyréeente ' I offensivc au fronli Out Ils ont été coii-c j tranats h opéner oelteffensivo, comme r I di&mier moyen d'aboif k la vietoire. e I Nous sommess en pré&ce d'une attaque ) I imminento de vaslte eergure, mais je t [ puis oertifier que les anaisseurs les - I plus avisé-s de la sibiuon ont pleine - I confiance ien 1'issue deévénememts. Ma 3 I confiance aetuellp est as grande qu'au 1 I début de la guerre, cïions'idéraïtion des j moyeais d^ tirer Lé par le plus avanta-I geux de toulos les fo»s do 1'Entente. 1 A próaent qu'otn appïjhe de la phase I qui doit amem&r la ph grande fcatallle I de i'hifitoiro mondiale oelle qui aura ' I pour l'humanifcé eftttiènlefi conaéqueincna . I plus importanties que ï'impbrte qu'Sllo • I autre, il-m'eet agréab' de penser que nous avons, en tête cl 1'armoe combattant pour la liberbé, ut hommc de tête de la valeur de Foch. jes semaiaes qui vont se dérouleir aónèalont le match de vibetsös; entre ÏÏiadenbug et le présidenib Wüson, car les AlLempds auront les nerrs et musclas bendufjau possible dans I 1'eispoir d'aboutir avait 1'arrivée des I Améiicainis. Aussi te momeat gerait-il mal choisi pour persistor 4 des carnpa-gnes de disoord e, d e riValitós p a.rmi los I hommes cha-rgós de la aauvegardo nationale. Il faut faire trève; k ces discuss;ona X j u-si'jn'a que 1-t g"an^> Offcnsivg- aCt CU vre de réconfort du moral de résolution et unification dans lo peup!e aussi long-temps que. va dur.sr la lu'tto. S'il avait» été posis'ble de motfere un terne è, la gue-ne san-s ce combat, je me jugsrais coupabk: d'y avoir failli; mais je puis affirmor d'honnour que Le gouverrus-ment n'a négligé l'essai d'aucun moven I pour déoouvrir s'il n'y avait aucune pos-I sibilibó de sortir honorab'ement da oebte guerre avec son cortège d'horreurs et de j souffrances. L'e'xemple de la Russi® nous I tient lie\i d'eoiseignemenb, ot nous enga^ I go a ne pas trop nous fier ó. 1'ennemi. Gardons-nous doac de oommetitre des fautes, ca.r nous sommes ein prósence de 1'impjtoyable despoti. me prussien, dont les agissiemienbs ne signifient que vol eb lila ge; pour ces Messieurs, les traités I aetuols ti'au ralent pas plus de valeur 1 que celle du traité qui, naguère, concen-I Aait la Bolgique; ils n'entendejib pas I berminer la guerre a,vanlt la réalisation j de tous leurs désirs. Si quelqu'un vienb objecter qu'il y aurait moyen d'assurer au monde Le repos ct la liberté saais avoir brisé la puissance clu militarisme prusi&'en, je lui nemetLrai en mémoire j oe qui cisó arrivé a la démocratie russe. 1 Mais en toute guerre il y a deux courants d'opinio ny op posés et excessifs : 1'extréme pacifiste n'est. pas véritabLe-inent 1'ami die la paix, car ses eonoep-I üions la rendent plus difficile et ont pour effet d'encourager Feunemi. L'ex-j trême partisa.n de la guerre b, outrauce I qualifie de traliison toute idéé mentioni-I naat la paix. Il conviemt que le gouver-I nemeat adopte un juste milieu entne les I deux exces. L'an dernier, de nombreU-S'OS opinions, en Angleterre et en Franco, concluaient a la possibl'ité de oon-I clure une paix honorable, mêma sans I victoire; je pense qu'^i présent) oes opii-nions se font plus ra nes; il y avait, alors, I des persormos qai abtribuaient trop do j valeur aux discours des politiciens des I Puissances centrales, et qui nous j criaient : « Mais pourquoi ne leur ré-I pondez-vous pas ? » En fait, nous avons I répondu; puis la réplique est arrivée par I la bouche des canons al Iemands; je ne f dis pas quei nous ayons été trompés in-teationnellement par Les hommes d'Eitioli I allemands et autrichieas, mais ils n'é-I taient que das outils dans la main des chefs mililtaires, qui, quand bon leur semblaiits, les' agitaient comme des mai-I rionnettes. » - '--i . I En somnie, oe nouveau discours de Lloyd Georges est & 1'avenant de ses devaneiers. Par exemple, sa relation fa-I huleuse d'unte Angleterre prête a con-I clure la paix et recevant la réponse par I le feu de 1'artillerie allemande est trop niaiise pour qu'on la réfute; trop peu de I temps s'es'c éocmlé depuis le rejet de I i'offre allemande, eb la stipulat'ion, pour traiter la paix, des conditions humUian-1 tCjS et «ibaoluroteiilt iufWHscpfcf-blefl iwjéias par i'Eutenfe. -1, ' i La toot© oomique réside" en ce qu.e i Lloyd Georg.ei eSt passé prophéte >et pró* < d'it le fiaeoo de la guerre sousunarifie, '• fcout comme la vi-otoire de Wilson daas ' le match qu'il va courir contra Hindenburg. Pour avoir ses apaoBements, il suffib de. revoir les rappor!» de PArr»i- i raiité -allemande, aiasi que la oarte du ! front Ouest, puis de oonsidérer la va- ' leur des V-roupes américaines, cléments hétérogènes, d'ulie instruotion insuffi- ■ santé, d'un armement défectueux. -La prétcuduc mission paeif'islö dc Colysl Amsterdam, 26 mai. — Un de noS grands journaux s'est adressé au ministre Colvu lui-même afin dc tirer au clair le texte-du télégramme émanaat du correspondant du «Vaderlandi» Cfologne (on sait que cette information affirmait le voyage de 1'ex-mi-niafcre Colyn en Angleterre, a bord d'un torpilleur anglai?, dans le but de délibérer i Londres au sujet de la paix); M, Colyn a ré por. clu qu'il était tout bonnement allé en Angleterre, h titre de passager ordinaire, poiir des motifs d'ordre privé, avec un convoi ïi cette destination, - . - La guerre marHime. Londres, 23 mai. — Lloyd annonce que Lo vapeur anglais «Clan Mathöson» a <jöulé ii la suite d'une collision. Londres, 25 mai. —: De Madrid au «Morning Post" • D-epuflö le début de la guerre sous-marine, 79 navites espa-gnols, évalués au tetal de 100,000 fctmnes ont été torpillés, oe qui a ooüté 'a vie a 52 Espagnols. Madrid, 25 mai (Havas). — Le sous-marin interné k Santander y rest&ra sous la Burveillanoe do la canonnière «Marquez de Moleoi&s», qui a quitbe le Fiorroil dans oe but. L'équipage allemand sera interné aux environs d© Madrid. Amsterdam, 26 mai. — L'Ag. Reuter don-ne ce complément de détails au sujet du coulage du vapeur postal irlandais «Innis-carra»: Ce vapeur fut atteint a mi-longueur et il coula en quatre minutes. Bien que les chaloupes eussent déjci été miscs b. la mer et pourvues d'équipages, elles ne purent se dégager du navire et sombrèrent avee lui. C'est un peu plus tard que le sous-marin remonta i la surface. Son commandant in-teirogea quelquës-uns des survivants, aux-queb il remit des lettres de prisonniers de guerre, avec prière dc bien vouloir les ex-pédier par la poste. L'équipage du navire comportait, 31 hom- Ta" cargaisënT était compol^'dê"marcEanSi-ses en colis et emballages. Jusqu'au derniér moment, le capitaine resta sur le pont; fina-lement, il put atteindre la barque de sau-vetage oü déja quelques survivants avaient été recueillis. Les escapés flottèrent k 1'a-venture pendant deux heures et demie, jusqu'au moment oü ils furent recueillis par un clialutier. L'information Reuter ayant trait au coulage du croiseur auxiliaire anglais «Mol-davian, de 9,500 tonnes, complete sers détails en ces termes: « II résulte des asser-tions d'un des survivants que le navire avait i bord des soldats américains, et qu'il fut atteint ü mi-longueur, par unc belle nuit, au clair dc lune. Les torpillcurs qui 1'accompagnaient cherchèrent vainement le sous-marin. Quand on fut certain de la ptr-te du navire, ses occupants passèrent a bord du torpilleur. II est probable que des soldats, n'ayant pu s'écbapper a temps, auront été touchés par les etfets de 1'explo-sion, et qu'ils se seront noyés dans 1'eau particuliéremcnt liouleuse » Lc grand-duc Kicolas Kicolajcwitsch. Sébastopol, 25 mai. — Les bolchevlstes de Sébastopol ont eu plus de ménagements pour les domaines impériaux situés k la c6te méridionale qu'on n'en attendait après 1'e-xemple des dostructions de chateaux en Ou-kraine. Livadia, le plus vaste des domaines de 1'ex-tsar, a pu raster confié k la surveillance de ses vieux serviteurs, avec 1'appro-bation des Sowiets. Les tableaux y ont été soigneusement emballés, de même que les autres objets de prix; les meubles sont rangés dans des salles bien entretenues. Les membres de la familie impériale qui s'é-taient réfugiés en Crimée, en avrit 1917, iséjournent a présent au chateau de Djul-ber, au sud de Livadia. A 1'arrivée, on ne rencontre qu'un corps de garde russe; l'an dernier encore, il y avait, pour la garde du grand-duc Nicolas et de rimpüratrice-raère Maria Feodorowna, un poste de 25 hommes, commandés par un officier de marine, lesquels, m'a afftrmé 1'intendant en chef du grand-duc, ont juré dedéferdre la vie de leurs Altesses. D'autre part, ils ont regu, des Sowiets de Sébastopol, dont ils relevaient, instructions de ne laisser lo grand-duc communiquer avec aucune per-sonnalité politique. Mon impression me fait conclure que ce poste se conforme aux instructions russes de part et d'autre; il dispose de mitrailleuses pour toute éventua-lité. Outre la tsarine-mère et 1'ex-généra-lissime de 1'armée russe, il y a encore au chateau le grand-duc Pierrc Nicolajevvitch auquel appartient la propriété, Alexandre Nicolajewitch et le prince Dolgorukoff, fils adoptif de Nicolas Nicolajewitch, avec une suite d'une trentaine de personnes. Le grand-duc regardait, du jardin, la marche des soldats allemands; il était traité, par les chefs allemands, comme un simpte particulier. Suivant son désir, le corps dc garde ru,sse a été maintenu k Djulber. ■ Retraite des Auglais en Mésopotaiul?. Zuricli, 26 mai. — On' mande au «Züri-cher Anzeiger» que si les Anglais ont re-commencé en Mésopotamie des mouvements rétrogrades, c'êst paree qu'il leur est trop difficile de manutentionner leurs postes avancés .aurdcla de Bagdad par cette cha^ Ü eur torride. A 1'Euphrate, les Anglais sa' ■etirent égalemcnt; ils ont abandonné san :otnbat Haditho, place t'out récemmenfc a4t-einte par eux et' située ü 1-50 kilomèwès m nord de Bagdad. j Antiibëscs dc partSs & Moscou- Zurich, 26 mai. — La tcNeue Zürcher Zeï^ :ung» reoevait de Pétrograd, le 19, un t ap \ >ort con^u en ces termes: « Continuatioflj icrsistance depuis une semaine, du combat! :ntre bolchewistes eb anarchistes, 5._ Mos-! dou, a tel point qu'au cours des trois der-n ie reu semai'nes, on y a compté plus da' 10,000 agressions et pillages & main -ar-; rnée ». La cömmission anarchiste centrale? aurait adressé & Lenine et Trotzki un mj-aifeste renfermant ce passage: « CitoyoriS Lenine et Trotzki, vous vous connaissez de" longue date, et, en nous reniant, vous p''ou -vez i quel point vous êbes menteurs. Des,' années durant, vous avez persécuté l'ceuf-' vre de nos -chefs eu Rus$ie aiiisi tranger. Rappelons peulement c[u'k 1'cpo^ que oü nous nous intitulions de ja ana.rdus-' tes expropriatours, vous ne vous déaomi miez que socialistes-marxistes. Nous sommes restés aujourd'hui Ce que nous étions alers; vous, par contre, sous prébexte de services i la patrie, reprenez les traditions et procédés du tsarisme pour votre propre compte. C'est ce qui ne vous sera jc^maisï pivrdonné ». , ,L La Commission centrale proteste ensuirffl' contre 1'affirmation' qui lui impute des buftSj réactionnaircs, et déclare aux bolcho^vi.s-j tes une guerre saus trève ni merci. 'Les informations anglaises xelatives aux com-, bats de Moscou seraient donc confirméea par ces nouvelles). . ï ETRANGER ANGLETERRE. — Une singidtire in-, vasion de VAngleterre. — Le «Morning Post» annonce qu'une ligue de locataires! vitnt de se constituor k Brighton dans löj but de défendre ses membres contre les con-séquences néfaistes de 1'invasion de la ville par les nombreux étrangers qui viennpnt s'v. établir. On calcule que la population do Brighton a augmenté do plus de 30,00» amee. Pour la plupart, ces nouveaux-venug sont des juifs, Ceux-ci révolutionn^ent cift, fond en comble la question des loyers, cari ils surenchériseent fréquemmemt de 200 £ sur les chiffres usuels. De ce fait,] de nombreux habitants ont vu dénoncoTi leur bail par d'avides piopriétaires. < ETATS-UNIS. — Contre les risque* 'dé, guerre. —< Washington, 13 mai.^— Le gou< vorxjernint amtricaiu a institué une soil.e ■ W-.VW w., - L~ >- uc«o <«ö Lundi, annonce ((Reuter», cette admtnistra4 tion a regu plus de 2 millions de proposi* tions signées par des soldats ou des marins! Le montant général des pplices souscrites s'élève k 15.6 milliards de dollars, ce qui représenfce en moyenne une assurance da] 7,200 dollai~s. Le maximum prévu par ia'1 loi est de 10,000 dollars. (H.) ROUMANIE. — La updix du petrol ff «j comiTieace déji porter ses fruits. La re-j vus «Prometheus» annonce qu'en vue d'all ' léger le servioe des chemins de fer du trans»; port du pétrole roumain destiné aux Puis-l sances centrales, des ingénieurs allemands.1 ont oonfu le projet de relier Ploesti, oen.] tre de la région pétrolifère de la Roumanie,' a. Oderberg par une «pipeline». Longue de; 1,200 kilomètres, cette canaliisation pou.r-rait être établio en quelques mois, ©stiment les auteurs du pro jet, et permettrait d'a^ meuer a Oderberg de 30 a 40 litres de péf trole par seconde, co qui représente un del bit de 2,600 a 3,300 mètres cubes d'huile par jour. Les frais généraux, le service de<3 intéréts et 1'amortissement du capit-al se-! raient notablement inférieurs aux frais de transport du pétr«le par voie de terre. BULGARIE. — Sofia, 5 mai. — Le mi^ nistre Rado,slawof a déclaré au corrospou-j dant du «Leipziger Neu-este Nachrichten»| qu'on entamera prochainement le pont a: jeter au-dessus du Danube pour relier lo' réseau des chemins de fer bulgares au léj seau roumain. — J -CTi. $1 h TRAVERS 8HÜXELLES / N0TKE-DAME DE LAKEN La paroiese do Notire-Dame do Lsicfeiv oslt tin liou do pèlerinag© qui aneienma-J mieat cbait un des plus c&lèbreis.dci fcouto, ia Bolgique. On appelait. la Vierge oom' ( munétacnt,^: la oeiasolatïioe des afïiigé« ».| Depuis qualbre ans, Notre-Dame das Bel,-, ges est de nouveau 1'objet d'un-e dóvo-tiou oxtraordinaire, Tous les jouirg, L&i pèlerins viennont eo prosbemer nombreux de^aint la sta'buo miraeuleus® do la divin© oonsolatriee, qui se trouve au}-desmie du inaibro-autcl de la vasitie et superbe égliso do Ia rósidenoe royale. C'cfJt' une stavje en bois do chêne, haute do plus de, 3 pieds et représeintant; la Sakite Vierge asisdis© sv.r un siège sans dossierl La tête osib oouronnéo d'un dibdèmo. Sos pieds écrasetn-b le dójxion, figuré par uii dragon. L'enfant Josus etend la main droitle pour bénir; il tient un oiteau daas la main gauche. • .Vors l'an 900, d'après urue tradiltkat' locale, des hordos pa-ïennes vin-rent nai-' vageil not-re' pays; u,ne- armóe ohréti&nne »e niit a leur pourri-uite eb les afJLeignit' e-nfcro Lake-n et Schala-rb&ek. Les barba-j res fufent vaincus et prireiït Ia hxvbo. Isa ohef des chrét'lens fut tué dans la- mêlée; son corps fut ont-orré 4 Laken. Ce bravw' guoiirier lavailb deux soeurs qui, inoonaa-, -1-ables de sa pert-e, oonsaórèroab leur pa«-i -trimoiinie k fair© Jjatir sur le tombe au do iouir frère maft phaoolLa .dé^öéojt.lai Trèal , 5m3 aiineüV ■ Sü» 13 8 f - Ed. B 2B Bias 8918:^

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le bruxellois: journal quotidien indépendant appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes