Le bruxellois: journal quotidien indépendant

427 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1915, 08 Septembre. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 22 septembre 2019, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/028pc2vn8s/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

£' Année. - N° 341 TIRAGE 75.000 CINQ CENTIMES Ed°" B MERCREDI 8 SEPTÎMBRt 1915 Le Bruxellois ABONNEMENTS: 13 6 12 Mois Bruxelles et Faubourgs. , . . . 2 fr. A fr. 7 fr. 12 fr. Province et Etranger ..... 3.50 8.50 16.00 30.00 Journal Quotidien Indépendant Rédaction, Administration, Publicité: Bureaux de vente pour Bruxelles et Banlieue) BRUXELLES : 45, RUE HENRI MAUS 15, RUE DES TEINTURIERS Rédacteur en Chef : Marc de SALM Directeur de Vente : A. Gilliard / Faits-Divers et Echos . , . la ligne fr. 2.00 ■ iiiinunrn \ Nécrologie, Annonces commerciales * » 1.00 ANNONCES ) Annonces financières, .... » » 0.50 I Petites annonces ... la petite ligne » 0.20 » » ... la grande ligne » 0.40 La Guerre Communiqués Officiels ALLEMANDS Berlin, 7 septembre. — D'après le rapport d'w de nos sous-marins qui a rencontré en, mer le sous marin U 27, celui-ci a coulé le 10 août, à l'ouest des Hébrides, un vieux petit croiseur anglais. Lt U27 lui-même n'est pas revenu. Comme il est de puis longtemps en mer, on doit le considérer comme perdu. Le 18 août, à 7 heures du soir, un sous marin allemand a de nouveau été bombardé par ur vapeur à passagers anglais. Le sous-marin avait es sayé de faire arrêter le vapeur qui était arrivt dans le canal de Bristol, par un coup de canor préventif. Théâtre de la guerre de l'Ouest Berlin, 6 septembre (midi). — Bien d'essentiel ne s'est passé. Un biplan ennemi a été abattit à la Toute de Menin-Yprcs. Théâtre de la guerre de l'Est Groupe d'armée du général feltlmaréchal von Hindenburg De la côte de la Baltique jusqu'à l'est de Grodnt la situation est inchangée. L'aile droite s'approcht du Njemen à Lunno et du secteur lias, au nord <h Wçlkywysk. Groupe d'armée du général feldmaréchal prince Léopold de Bavière Le groupe d'armée avance dans des combats avec l'arrière-garde ennemie et a déjà franchi le secteui de Bos, au sud de Wolkowysh. Le marécage à Smo-lanica, au nord-est de Pruzana, a également étc franchi. Groupe d'armée du général feldmaréchal von Macbensen L'attaque progresse. AUTRICHIENS Théâtre de la guerre russe Vienne, ù septembre.— Les Busses opposent une violente résistance à noire marche en avant en Ga-licie orientale et en Volhynie. XJne attaque russe à la frontière bessarabique échoua dvant nos oosta-cles ; plusieurs bataillons ennemis ont été dispersés dans cette opération. .4 l'est de Vembouchure en^saj-.rif!"^' me dans une de nos tranchées, mais il fut refoulé dans un corps-à-corps abandonnant en nos mains de nombreux tués et prisonniers. A l'ouest de Tarnopol, des troupes austro-hongroises et allemandes ont pris d'assaut des retranchements ennemis étendus, Près de Labozce, nous avoiib également, pris un point d'appui russe. A ïest de Brody, et en Volhynie, notre attaque gagne lentement du terrain. Les forces 1. et B. combattant dans le triangle des forteresses, ont fait prisonniers dans les derniers jours de combat, environ 30 officiers russes et plus de 3,000 hommes. Sur le co'ivent de Buzeinow, qui se trouve au centre du front russe, le pavillon de la Croix de Genève flotte depuis quelques jours. Si l'on peut croire du dehors qu'une ambulance de campagne est établie dans la ligne du combat, il a été constaté dans ce cas-ci que les Busses ont transformé le couvent en un appui de combat tigoureux. Il n'étonnera donc personne que nous ayions pris sous notre feu Te susdit couvent, malgré la croix de Genève. L'ennemi se rend coupable ici d'un abus des accords du droit des gens qui ne peut en aucune façon, préjudicier notre direction de combat. Théâtre de la guerre italien Hier les Italiens développèrent sur le haut plateau de Dobcrdo une activité plu.s puissante, mais vaine. Après un violent bombardement de quelques régions par leur artillerie de tout calibre, ils tentèrent, le matin déjà plusieurs poussées le long de la rouïe à l'ouest de San Martino ; elles furent toutes repoussées. Notre artillerie opéra d'une façon destructive sur l'ennemi en retraite. Vers le soir, le feu d'artillerie accrut en violence. Il y eut ensuite des attaques d'infanterie isolées qui, toutes,échouèrent avec des pertes considérables pour les Italiens. Au Tyrol méridional, deux compagnies ennemies qui attaquèrent nos postes à Marco, ont été mises en fuite. Théâtre de la guerre russe Vienne, G septembre. — .4 la frontière bessarabique et à l'est de l'embouchure du Sereili, les Busses ont renouvelé hier leurs violentes attaques. L^cnnemi fut refoule partout et subit de grandes partes. Au front du Sereth et sur nos lignes à l'est de Brody et à l'ouest de Dubna, l'activité violente s'est relâchée un peu comparativement aux combats acharnés de la veille. Dans la région de Tàrnapol, nous avons enlevé aux Busses une localité retranchée. Nos troupes progressant à l'est de Luzlc ont franchi, en l'assaillant, et dans les conditions les plus difficiles, le bas fonds marécageux et inonde Putylaivka au nord d'Olylca. Les forces impériales et royales combattant à la Jasiolda supérieure ont chassé l'adversaire de ses derniers retranchements au sud du fleuve et ont gagné la rive septentrionale sur plusieurs endroits. Théâtre de la guerre italien Tandis que les Italiens restèrent hier généralement inactifs au front du territoire de la côte et en Carintliic, une violente activité d'artillerie se développa dans le trrritoire de la crête du Kreuzberg (au sud-est d'Inniclien) et ils y essayèrent de s'ap. procher sur divers points de nos positions. II n'y a pas eu de combats d'infanterie jusqu'ici. Rectification Vienne, 6 septembre. — Bectification au communiqué italien du 3 septembre : Le Monte Chia-demio, le Bladner Joch et le Monte Feralba sont en notre possession comme avant. Sur tout le secteur nous n'avons pas perdu un seul pouce de terrain. Le 1 septembre l'ennemi prononça une attaque coi tre le Bladner Joch et le Monte Peralba, mais fut repoussé avec pertes. Dans la vallée de Fleon nos détachements éelaireurs mirent le feu à Caser | Flcono et Casem Sissanis et les brûlèrent en pa. tic. Dans les derniers jours des détachements cela reurs rampèrent pendant la nuit jusqu'aux abr. ' de fil de fer et des couvertures près de Casera St. • sanis et infligèrent à l'ennemi des pertes par leu ' feu d'infanterie et de grenades à main. Le Mont '■ Afanza était toujours dans les mains des Italiens;y, mais nous n'avons exécuté une plus grande activit ■ contre eux. Nous n'avons envoyé contre la crêt ■ entre le Monte Afanza et le Monte Chiademis, e. vue d'inquiéter l'adversaire, que de petits dctaih. ments de reconnaissance, habilement conduits. ITALIENS Borne, 4 septembre. — Dans la partie monta gneuse du théâtre de la guerre, différentes opéra tions, principalement dans la zone de Tonale.Dan le Haut Cvrdcvolc et dans la vallée Cengio (An sivij, l'activité de nos troupes et de notre feu d'ar tillerie continue. Malgré la chute de neige préma turce sur les hauts plateaux de Lavarone,notre ar tillerie, par un feu continuel et efficace, mit le confusion dasn les troupes occupées aux travaux d retranchement. Dans le Haut Cordevole, le fort Lt Corte, dont l'ennemi s'était emparé en partie fu pris sous le feu d'une des batteries de notre artil lerie et de nouvau endommagé. Dans la vallé< Doeden (llienz), nos troupes ont repoussé, le 2 sep tembre, pendant la journée et avec succès, une at taque tentée par l'ennemi avec des forces considé rables. Une autre attaque violente contre nos po sitions à Slatenik et Potolc, dans le bassin d Flitsch subit le même sort.Nous avons repêché dan les eaux de l'Isonzo, des mines que l'ennemi i avait jetées au hasard, dans l'intention évidenit de détruire quelques ponts que nous occupons. Li vigilance attentive de nos troupes a déjoué cetti tentative. Borne, 5 septembre. — Des rencontres de petit, détachements eurent lieu sur la hauteur de Bedi val, dans la vallée de Strino (Noce), entre Serra valle et Marco, dans la vallée de l'Etsch, dans le. environs du sommet de Cista et dans la vallée dt Sugana. Partout l'ennemi fut obligé à se retire, avec pertes. Sur la hauteur de Bedival un retran ehement fut détruit. Nous troupes se sont empa tériel de guerre, qui a été abandonné par l'ennemi. Une de nos batteries a réussi à mettre le feu à un échauffage, sur lequel l'ennemi travaillait pour réparer la cuirasse du fort Doss Somino, sur le haut plateau de Folgaria. Sur le liaist sur plusieurs points de noire ligne nous avons fait des progrès et occupé quelques retranchements ennemis. Nos progrès sont surtout appréciables dans le secteur de Dobcrdo, au sud de la route qui conduit à celte localité. L'attaque exécutée au cours du 2 septembre dans la zone de Monte dei Set Busi, a conduit à la prise de quelques milliers de cartouches, de 150 fusils et d'autre matériel de guerre. Depuis quelques jours l'ennemi lance sur nos lignes, avec une grande activité, des imprimés, qui invitent nos soldats à la désertion, ainsi que des illustrés de guerre qui contiennent de pures inventions.FRANÇAIS Paris, 4 septembre. — (15 heures.) — Actions d'artillerie particulièrement violentes au nord et au sud d'Arras, dans les secteurs de Boclincourt, Vaïlly et Bretancourt, ainsi qu'entre l'Oise et l'Aisne (dans les régions de Quennevières et de Nouvron) Nous avons fait exploser ,aux environs de Vauquois, plusieurs mines qui ont sérieusement endommagé les travaux de l'ennemi. Il n'y a rien à signaler sur le reste du front. Paris, 4 septembre. — (23 heures,) — Continuation de la lutte d'artillerie en Artois, entre la Somme et l'Oise, et au nord de l'Aisne. Bépondant aux tirs de destruction contre ses tranchées et ses ouvrages, l'ennemi a lancé sur lîeims une centaine .d'obus, on ne signale pas de victimes. Combats à coups de bombes et de grenades en Champagne et sur la lisière occidentale de l'Argonne. Canonnade réciproque au nord de Flirey et de Leintrey. Paris, 5 septembre (15 heures). — Ce matin violente canonnade au sud d'Arras, dans la région de Vailly. Lutte de mines particulièrement active su/ les bords de la Somme, aux environs de Frise. Actions réciproques d'artillerie et d'enr'-ns de tranchées dans les secteurs de Quennevières, de Vie et de Nouvron. Nos batteries ont fait taire en plusieurs points celles de l'ennemi. Bombardement as. sez intense en Champagne, au nord du Camp dt Chûlons. Dans les Vosges, l'intervention de notre artillerie <: arrêté une fusillade ennemie devant le: positions du Linge. Paris, ~5 septembre (23 heures). — Activité toujours marquée de l'artillerie autour de Neuville ei de Boclincourt, dans la région de Boye et sur l<-front de Champagne, entre Auberive et Souain Dans l'Argonne duel d'artillerie très violent. Or signale également une canonnade assez vive en i o rêt cl' Aprcmont et au nord de Flirey. RUSSES Pétrograde, 5 septembre. — Dans la région de Biga pas de changements essentiels. Près du village de Linden nos troupes, qui avaient reconquis dans la nuit du 3 septembre, la rive gauche de lc Dwina, ont refoulé les Allemands du fleuve et_ le. impliquèrent dans un combat acharné. A F riedrichstadt nos troupes, sous la poussée dt l'ennemi qui avait été renforcé et sous le feu dt son artillerie, se retirèrent, le matin du S septem bre, sur la rive droite. L'ennemi chercha à avan cer simultanément plus loin au sud-est de Fried richstadt, dans la direction du cheiein de fer ai sud vers Jakobstadt„ i- Entre la Swenta et la Wilija les combats coni il nuent simultanément. Sur le front entre la Wili e et le Njemen la situation reste inchangée. Dans a région de Meretsch nous avons repoussé le 3 se '- tembre une forte poussée allemande. Au front ( i- Grodno, plus loin au sud, jusqu'aux sources de s Jasiolda, seules nos arricrcs-gardes eurent, les ï- et S septembre, un combat avec l'ennemi et arr r tèrent son attaque. ï A la rive droite du Stry, sur le front Derajux - Ohyk-Maymoff, nous troupes ont pris l'offensiv e qui se développa le 3 septembre. e Dans la région de Badziwilow nous avons refoi i lé l'ennemi. qui tenta de prendre l'offensive dans i • matinée du 3 septembre. En Galicic, sur le front du Screth, il n'y a ? que des rencontres d'importance secondaire. Au Dnjestr, dans la région de Zalesziki, l'un mi continua ses attaques les 2 et 3 septembre. Ta combats continuent. Des rapports reçus, il résuli que nous sommes redevables du succès des combat du 30 août à la Strypa et dans la région de la lign du chemin de fer Koszow-Tarnopol, principalemen à nos automobiles blindés armées de mitrailleuse, qui, parleur intervention occasionnèrent un t'éso: toi parmi les troupes allemandes et leur inflig rent des pertes. t Pétrograde, G septembre. — Les S et 4 septembr - des hydroplanes éelaireurs ennemis parurent a à ? verses reprises à l'entrée du golfe de Biga, au liau - de la baie d'Irben et jetèrent des bombes tur ne - torpilleurs. Ceux-ci chassèrent chaque fois les hi - droplancs ennemis par leur feu d'artillerie. Sur la rive gauche de la Dwina, les Allemand amenèrent des renforts et dirigèrent leurs princ, s paux efforts en vue de forcer le passage du fleuv ! dans la région de F ricdrichstadt. En raison de l disproportion des forces, nos troupes, qui étaieu parvenues, le 3 septembre, après de violents com bats, sur la. rive gauche du fleuve, près de Linde-n durent se retirer de nouveau sur la rive droite. D'après des rapports plus précis au sujet du com bat à Friedrichstadt du 3 septembre, la retraite d nos troupes au delà du fleuve a été causée par u. incendie des ponts de la Dwina provoqué par u bombardement ennemi. Dans la région de Biga et Jakobstadt, les AlU rr.ands se bornèrent à empêcher notre marche e. ai ant. Jusqu'à Wilna jioys arons mgirfmv l'enncm 'élans ses anciennes postfions. A Orany, nos ',r>up(.-chassèrent, le 3 septembre, les Allemands du village de Smalinki et y firent 200 prisonivzrs, a-jnt ae; officiers. Au cours inférieur du Merctschanko nous avons tenu tête, le 3 septembre, dans des conditions dit-ficiles, à l'assaut de l'ennemi qui, par sa poussée., menaça de couper la retraite à nos troupes dam la région de Grodno. Au front du Njemen, au haut de Grodno jusqu'au fleuve de Jasiolda, à Bereza Kartuska, nos troupes ont repoussé avec succès, le 4 septembre et le lendemain, dans plusieurs secteurs, quelques attaque< ae l'ennem' qui parvint toutefois à nous repousser vers WoUowishki. Entre les fleuves de Gorga et du Styr, l'ennem renforcé considérablement continua, le soir du I, septembre, à développer son offensive sur les routes vers Dubno et llou-no. Sur la rive droite d>, Styr, au nord de Dubno, des combats de rencontre se sont engagés. En Galicie l'ennemi prononça, le 1 septembre une poussée en avant acharnée au fleuve du Sereth, dans les régions de Tarnopol et de Tlusl; ainsi que dans la région de l'embouchure du Se retli, aux deux rives du Dijestr à Tlusk. Les atta ques violentes de l'ennemi, malgré qu'il eût été renforcé, furent repoussées par notre artillerie ci par nos contre-attaques. Nous avons fait 300 pri ssonniers, dont quelques officiers. Les combats con tin uent. TURCS Constantinople, 4 septembre. — Au front da. Dardanelles, dans le secteur d'Anaforta, notre ar tillerie a détruit une mitrailleuse au sud d'Azank derc. Nos colonnes de reconnaissance ont surpri sur différents point des tranchées ennemies et st sont emparées d'une quantité de matériel de guêtre et de téléphone. A Ari-Burnu, rien d'important, A Sedd-ui-Bahr, l'ennemi a bombardé, le 2 sep tembre, de terre et de nier, vainement pendan cleux heures, Altscliitze et les environs. Sur l'ail■ gauche, notre feu provoqua une explosion à la po sition des lances-mines ennemis. Une mine qu nous fîmes exploser, détruisit des installations d. fils de fei barbelés qui devaient servir à protège, l'ennemi contre nos jets de bombes. Pour le surplus, rien d'important. Constantinople, 5 septembre. — Le 4 septembr. nous avons coulé un sous-marin ennemi dans le Dardanelles. Trois officiers et 25 hommes de l'équi page ont été faits prisonniers. Dans la région d'Anaforta, nos détachement de reconnaissance ont exécuté avec succès des atta ques imprévues importantes et prirent à l'ennem un nouveau butin considérable. Le 4 septembre nos artilleurs provoquèrent un incendie à bort d'un navire-transport ennemi à la côte de Buju, Komikli. Près cl'Ari-Burnu, les combats d'artille '■ rie et les jets de bombes ont continué.Près de Sedd ■ ul-Balir, l'artillerie ennemie tira avec intervalles , mais sans succès, sur le front de la rive d'AHchi '■ cipe. Le 4 septembre, nos batteries de l'Anatoli i au détroit, ont bombardé efficacement des barque de l'ennemi au cap Elias Burnu, ses positions d : couverture à Mortoliman, ainsi que ses batterie > et camps à Sedd-ul-Balir. A la suite de notre bom ■ bardement, les batteries ennemies essayèrent de ri - poster, mais elles furent réduites au silence. L'er. - nemi fut également forcé d'évacuer ses camps e i d'établir de nouveaux camps. Le soir, nos batterie obligèrent des torpilleurs ennemis, qui tentèren i- de s'approcher de l'entrée du détroit, à se retiri la Un vapeur ennemi qui resta longtemps sous le f la de nos batteries, fut remorqué à la tombée du joi P" vers la haute mer. Pas de changements sur les a te très fronts. '.a o Constantinople, 6 septembre. — Au front d Dardanelles rien d'important. L'ennemi bombart sans succès, par intervalles, au moyen de son a r- tillerie de terre et de mer, nos positions d'Anafc ta et de Sedd-ul-Bahr. Notre artillerie provoqua i incendie dans les tranchées et dans les positio de l'artillerie de l'ennemi à Anaforta. Pour le su a plus, rien d'essentiel. LISEZ EN 3' PAGE NOS , RE/NSEIGMEME/NTî pour les personnes , sans nouvelles de leurs parent Dernières Dépêches « GUERRE SOUS-MARINE Londres, i septembre. — Le vapeur ai * glais Cymbeline a été coulé. 31 hommes d f i.'équipng<3 ont été sauvés, six hommes oi: été tués ou blessés, •s L&s concessions de la Grèce Athènes, 7 septembre. — Hier, le pre 0 tnier ministre a remis à l'ambassadeur d t Serbie la réponse de la Grèce, relative à 1 résolution de la Serbie, de consentir à quej ques concessioTs de territoire la Bulgarie La réponse s'applique loyalement à reheon . trer les desâderata de la Serbie alliée, ave e la réserve unique qu'il ne soit pas porté at ' teinte aux intérêts vitaux de la Grèce. Le '' réserves de l Grèce se rapportent principa lement à deux points, notamment au fai ^ que le secteur Sewgeii-Boiran, qui forme un enclave saillant dans le territoire grec, n , peut être cédé à la parce que 1 • 'GltîOiî U'ù '« VA u-ed§à8fi-g*tre ce fètriTOrnrf'ior? de la deuxième guerre des Balkans, qu'È cette condition et au fait que la limite de frontière entre la Grèce et la Serbie soit maintenue. Ceci signifie que Monastir doil rester à la Serbie. La presse se montre généralement favorable à cette réponse. Née. Himera dit que de ce iait, l'alliance avec lt Serbie a été rafraîchie,mais que maintenant , la Grèce s'engage à appuyer militairement 'a Serbie, dans le cas d'une agression de le ; Bulgarie contre la Serbie. Joffre au front italien Zurich, 7 septembre. — Le général Joffre i visité ces jours-ci 11 front italien. Il a séjourné deux jours au commandement général italien. Préalablement, il a été présente au Roi, qui lui a octroyé la Croix militaire de Savoie. Attentat à Fèfrograde Constantinople, 7 septembre. — D'âpre: des nouvelles officielles de Pétrograde, ar rivées -via Athènes, le commandant de placx : de Pétrograde, a été assassiné jeudi dernier Attentat au Caira Milan, 7 iptembre. — Comme l'apprene le Secolo, d'Alexandrie, un attentat a ét< commis par un jeune fonctionnaire du gou vernement, hier soir, dans la gare, contri ! le ministre Wakuf Fatlii Pacha, au momen de son elépart pour la Haute-Egypte e quand il se trouvait au milieu de sa suite , Le ministre a été blessé par trois coups di . poignard; il se défendit toutefois en tiran deux coups de revolver qui ne touchèren pas l'auteur. Celui-ci a été arrêté. L'état di - ministre n'inspire pas d'inquiétude. Les Russes réclament un ministère de défense national Paris, 7 septembre. — Le Temps annon , ce que les conseils municipaux de Pétro ■ grade, Nijni-Novgorod et Twer, s'inspiran de l'exemple dj la municipalité de Moscou se sont prononcés en faveur de la créatioi d'un ministère de défense nationale. Les dé s égués de Pétrograde ont été chargés de sou mettre ce vœu au tsar à qni ils ont deman s dé une audience. Ce mouvement est dirig par l'ancien président du conseil, M. Iîokov ; tsof, qui s'est déclaré pour le programm , des progressistes et leur a promis d'entre 1 dans leur parti. La question de Gibraltar Madrid, 7 septembre. — Le Libéral, d Madrid, annonce que la question de Gibra] _ tar sera posée devant les Cortès espagnoles e dès leur rentrée. 82 députés auraient décid s d'interpeller le gouvernement à ce sujet. La censure en Russie Pétrograde, 7 septembre. — D'après 1 Rjetch, les autorités ont publié un arrêt d'£ . près lequel la censure militaire n'aurait d< t sonnais à exercer son action que sur les at s ticles concernant les opérations de guerre o i les mesures se rapportant à la guerre. T- La Bulgarie et la Grèce eu Constantinople, 7 septembre. — La Bul-u[ garie a arrêté tout trafic par chemin de fer avec les gares grecques de la ligne de Salo-nique. La Bulgarie aurait, en outre, donné es des instructions, pour ne plus laisser pas-l(i ser la frontièi par des sujets grecs. ^ D'après d'autres nouvelles de Sofia, les m autorités militaires de Déeléagatch viennent „s d'interdire l'éclairage des rues ; toutes les r. lumières, da s les maisons, doivent être éteintes dès qu» ia uuit tombe. Un dit que a ces mesures ont été prises parce que des batteries lourdes ont été placées près de la ville ^ et que l'on veut eacher leurs emplacements, j Le point de vue serbe D'après des nouvelles adressee» de 1a frontière suisse aux journaux allemands, le mi-S Qistre serbe, à Paris, aurait confirmé que la - Serbie ne parvient pas à se décider à renoncer à toute la Macédoine, ou bien à évacuer mmédiatement une partie des territoires réclamés par la Bulgarie. La Serbie voudrait d'ailleurs que les alliés fixassent avec précision et sans retard les compensations qu'on ai offrira pour ce sacrifice e Pourquoi le chef d'état-major russe 1 a été remplacé Pétrograde, 7 septembre. — Le Rousski Invalid publie un article dans lequel le chef :* de 1 état-major, le général Janouchkevitch, e st vivement pris à partie pour avoir évacué a 'vowel trop tôt. On le rend responsable du . i^chiremem d front russe. Son envoi au . Caucase aurait été motivé par cette faute . stratégique. c Perte du navire anglais « Hesper.au Londres, 6 septembre. — On annonce de s Queenstown à Reuu . : Le vapeur anglais - Hespénan, de la ligne Allan. 10,920 tonnes, * ayant à bord 600 à 700 passagers, a été tor-e pillé hier soir à Fastnet. Il ne coula pas. Un e communiqué de Lloyd dit : « Hespenan tor- i pillé i.e ' t—^-r;" • Tpage Sont reste' à bord. Les passagers et une partie de l'équipage ont été débarqués à Queenstown. On envoie des secours. Amsterdam, 6 septembre. — Un journal :1e cette ville annonce de New-York. L'lies-perian était en partance. Parmi ies 314 passagers se trouvaient le major Barros ainsi que 12 officiers et 35 hommes d'un bataillon canadien qui dm dr> dmbesopseini27 2 retournaient au Canada pour rétablir leur santé. Le major raconte qu'il était assis sui le pont avec quelques officiers, à 8 b. 20 du soir, lorsqu'une sourde explosion se produi-' sit. Le navire fut violemment ébranlé. Une ' colonne d'eau de 50 mètres tomba sur le ■ pont. Les femmes et les enfants furent d'a-' bord descendus dans les canots. L'ordre à ; bord était exemplaire Londres, j septembre. — (Reuter.) — Le consul américain à Queenstown annonce que i lors du torpillage du vapeur Hespénan, au- • cun Américain n'a péri. Les armateurs dé-; clarent qu'il n'y a pas de victimes. Le temps , était splendidfc. Beaucoup de passagers se rendirent après [ le dîner sur le pont où ils causèrent du ; voyage agréable, croyant avoir échappé aux dangers. Tout-à-coup, les chaises du pont , furent renversée par un violent ébranlement. ! Il y a eu ensuite une explosion terrible et j. une grande colonne d'eau qui s'éleva jusqu'à la hauteu- des mâts et tomba sur le , pont, où tous les passagers furent mouillés [. jusqu'aux os. Le capitaine a ordonné immé-j diatement de descendre les canots dans les-j quels on fit monter d'abord les femmes et les enfants et dans lesquels prirent ensuite place les passagers, tandis nue le capitaine et les officiers restèrent à bord. Londres, 6 septembe, — Reute annonce : Le vapeur Hespérian a coulé ce matin, à [ 6 h. 47. ; Renforcement de la frontière Suisse i Bâle, 7 septembre. - On annonce de Ge- - nève au National Zeitung que le service de - surveillance à la frontière franco-suisse a - été renforcé. On dit que 3,000 soldats fran-é çais de la territoriale viendront, dans les - premiers jours, à la frontière et qu'ils se-e ront postés tout le long de la frontière. On r croit que le gouvernement français veut empêcher ainsi qno des déserteurs ne s'enfuient -n Suisse. e La note la Quadruplice aux Etats balkaniques i, Londres, 7 septembre. — On annonce de é Sofia au Times : Les puissances de la Quadruplice ont renoncé à remettre une note à Bucarest, simultanément avec celles qu'elles e remettront à Athènes et à Nisch. t. Troubles en Perse i- Qonstantinople, 7 sept. — Des révoltés in-•- dieïis ont détruit le pont dans la région do u Travacon et une ligne de chemin de fer dans \ le territoire frontière du Beludchistan. Des

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le bruxellois: journal quotidien indépendant appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes