Le bruxellois: journal quotidien indépendant

899 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 27 Octobre. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 06 juillet 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/bk16m34d69/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Prejni£x,e: année- ~ Num. 33 C>tJl 0"t±c3.±022l. ± O O^JOL"t. Mardi 27 Ûciofcre 1913 LE BRUXELLOIS ABONNEFIENTS: i an 20 fr 6 mois 12 fr. 3 mois . . : 8 fr i mois 3 fr. r jn■ -fr- • -, <arm.ï r~t~ i/wvtjo. jmt, ,<s -fr 1 ^ ^ /.y, g .i.t—iih »i r ia«tvgw.-r«-i-urr.i >■. iv Journal Quotidien Indépendant REDACTION, ADMINISTRATION, PUBLICITÉ : 4^5, rua Henri M a us, Bruxelles ANNONCES : Faits divers la ligne ........ 2 fr. Nécrologie » | fr, Petites annonces » 0,20 Tous les jours ne liste des Belges actuellement en Allemagne. OSTENDE BOMBARDE MISE AU POINT La nouvelle du bombardement de le forteresse de Metz,par les troupes fran çaises, a été répandue samedi en ville Cette histoire à sensation a été inventéi de toutes pièces par des personnes sam scrupules et sans responsabilités. Après avoir pris des renseignement', exacts d'une source officielle, nous som mes autorisés à démentir cette nouvelh érronée. La situation des armées sur U théâtre de la guerre, à la frontière lor raine, reste toujours stationnaire, com me nous l'avons d'ailleurs déjà annoncé Les troupes françaises se trouvent su, la ligne de Toul-Verdun, ayant, comm point d'appui, ces deux grandes forte resses, pendant que les troupes aile mandes se tiennent en face, dans de retranchements fortifiés. LA GUERRE NON OFFICIEL Londres, 23 octobre. — L'amirauté anglais communique que les moniteurs Severun, Hum ber et Mercy surveillent la côte belee. Pendan ces opérations, un officier fut tué, 6 marins bles sés et 3 perdus. Le vapeur Harwich annonc-qu'il a découvert dans la mer du nord le vapeu Carmoran, qui probablement a touché une mine On dit qu'un torpilleur a réussi à sauver l'équi page. _ o— Amsterdam, 23 octobre. — Nieuws van cle\ Dag annonce l'appaiition de plusieurs sous marins allemands à la côte belge. On se demand comment ces sous-marins y sont arrivés? Trans portés par chemin de fer jusqu'à Ostende e montés dans cette ville? Ou seraient-ils arrivé par mer, malgré la surveillance extrême de 1; flotte anglaise? Nous croyons plutôt à ia dernièr hypotèse. En tous, cas la présence dessous-marir. allemands dans les eaux belges sera d'un gram danger pour les vaisseaux de guerre anglais e pour les navires de commerce britanniques. Londres, 23 octobre. — Pendant les violent combats qui eurent lieu au cours des dernière semaines dans les environs de Lille, plusieur villages ont été détruits par le bombardement de deux partis, Presque toutes les maisons ont ét détruites par le feu de l'artillerie. Beaucoup d'ha bitants ne purent fuir et trouvèrent la mort. Paris, 23 octobre. — Les ministres Briand e Sarraut, qui ont été envoyés en mission spécial* par le gouvernement dans les départements di l'est, ont visité le quartier général. Hier matin ils sont arrivés à Verdun et commencèrsnt li visite des villages environnants qui avaient éti détruits par l'artillerie allemande au cours de! derniers combats. * * * Londres, 24 octobre. — On télégraphie de Bor deaux au Times que les recrues de cette annéi après une instruction le deux mois sont prêtes ai combat Ces troupes seront envoyées au front pai détachements. Les troupes de réserves qui m sont pas encore enrôlées, se chiffrent approximativement à un demi million de soldats frais. La lutte autour de ia côte franco-belge. Genève, 2t octobre. — Le dernier communi-1 qué officiel français publié dans la nuit prépare lentement l'opinion publique à supporter l'an ' nonce finale d'un succès allemand. Il parle de ^ combats terribles entre la côte et Bassée, com- i ' bats qui dit-il furent entrepris du côté des Allemands avec des forces supérieures. Il mentionne 3 que des positions importantes furent maintenues i par les Alliés malgré les attaques furieuses des ' Allemands. > Calais se prépare au Siège. Genève, 24 octobre. — On annonce de Bordeaux aux journaux suisses : Le commandant de r* la forteresse de Calais a ordonné l'isolement mili 1 taire de Calais. Un délai de six jours a été fixé à la population civile pour quitter la zone fortifiée - de Calais. S * * * Amsterdam, 25 octobre. — Un correspondant de l'agence Vaz Diaz a rendu visite aux Belges, internés dans le camp de Harderwyck en Hollande. Il raconte que lorsqu'il s'approcha du camp, qui était entouré d'un treillage en fil de fer et qui contenait environ 500 tentes il trouva des centaines de prisonniers derrière le grillage Beau-e coup d'entre eux portent des vêtements civils, sans lesquels ils n'auraient guère eu de chance t d'atteindre le territoire hollandais. * * * : Londres, 24 octobre. — L'amirauté britanni-r que communique officiellement que tout espoir de retrouver le sous-marin E 3 semble perdu. On craint qu'il n'ait sombré dans la mer du Nord. D'après des communications officielles allemandes ce sous-marin aurait été coulé le 11 octobre. « * * * Bordeaux, 24 octobre — Le sénateur Raymond célèbre comme aviateur audacieux a été mortel-t lement blessé au cours d'un vol de reconnaissance s qu'il effectuait aux environs de Toul. x , LE CANADA ET LA GUERREE s Londres, 24 octobre, — D'après des dépêches * i de Montréal, le gouvernement canadien a signé 1 | un accord avec la Banque d'Angleterre à la suite j duquel la banque avancera au gouvernement I toutes les sommes nécessaires à l'armée et à la s j flotte. Dans toutes les villes importantes du 3 pays, le gouvernement a prié les autorités com-3 munales de continuer, le plus activement que 3 possible, les opérations de recrutement pour les i volontaires de 1 armée. t * i 1 ! I 3 l } ! Communiqués officiels allemands Berlin, 25 oct Les combats au secteur du canal Yser-Ypres,sont d'une opiniâtreté extraordinaire Au nord, nous avons réussi â passer le canal avec des forces considérables. Dans des combats violents à l'est d'Ypres et au sud-ouest de Lille, nos troupes avancent lentement. Osten le a été bombardé hier par les navires anglais sans aucune raison plausible. Dans la forêt de l'Argonne, nos troupes avancent également; à cette occasion, nous avons pris plusieurs mitrailleuses: un certain nombre de prisonniers sont tombés entre nos mains, et nous avons réussi à descen ire deux aéroplanes français. * * * L'offre d'un armistice, offert par nous,- aux Français, pour leur permettre d'enterrer leurs morts et d'enlever leurs blessés, au nord de Toul, à Flirey, a été déclinée par eux. Sur le théâtre de la guerre dans l'est, les Russes ont renouvelé leurs attaques à l'ouest d'Au- gustow, mais toutes ont été repoussées par nous. * * * Berlin, 25 octobre. — Le vapeur anglais Gli-tra a été coulé par un sous marin allemand à la côte norvégienne le 2O octobre, après que l'équipage eut quitté le navire dans des bateaux de sauvetage. Londres, 25 octobre. — Le Times annonce : Le torpilleur britannique Dryaden a échoué au nord de ia côte de l'Ecosse. L'équipage a été sauvé. —o — Goeteborg, 25 octobre. — Le vapeur suédois Alice, en rout>j avec une cargaison de coke, de Londres a Goeteborg, a touché une mine près de Lowestoft; neuf hommes manquent de son équipage.—o— Franckfort s/Main, 25 octobre. — La Frankfurter Zeiiung mande de Rotterdam. Le fort Tsingtau a été bombardé jusqu'à présent sans résultat par deux navires de guerre japonais et par le vaisseau anglais Triumph. Le 14 octobre, la superstructure du Triumph a été traversée par un formidable obus. La canonnière allemande Jaguar a été légèrement endommagée Vienne, 24 octobre. — La Neue Wiener Tage-blatt écrit : Le gouvernement français, s'étant engagé à ne pas signer des conclusions de paix, un article, paru dans le journal Times, que la France, même si les Allemands s'avançaient jusqu'à Bordeaux, ne puisse déposer les armes jusqu'au moment où l'Angleterre aurait assez de soldats et commence la guerre morale. La Neue Wiener Zeitung continue même qu'il paraît que la Russie n'apporte aucune hâte d'assister lts Français. La Russie se serait jetée sur la Galicie-Est, qu'elle s'étant choisie comme proie. On c.oi; maintenantqu'ellechercheàmener laguerredans le genre de celle de 1812. La France devrait donc déjà pressentir maintenant quel serait le rôle qu'elle jouerait avec sa politique sentimentale à côté de l'Angleterre, la Russie et le Japon. - j \ PETITES NOUVELLES ! —O— j De la frontière hollandaise, le 21 octobre. — C'est auj- urd'hui que paraît, pour la première fois. Y Indépendance Belge qui s'imprime actuellement à Londres. LA MORT DE M. DAVIGNCN Un journal qui paraît à ; Bruxelles a annoncé samedi la mort de M. Davi-gnon, ministre des affaires étrangères. Renseignements pris, nous pouvons dire que . cette information ne repose sur rien. t Nécrologie Copenhague, 25 octobre. — L'écrivain danois bien connu Gustave Johannes Wied est décédé. fi Travers les Lignes Ennemies. Orchies (France), 4 octobre. — Le bruit du sabot de cheval nous réveille ce matin à Tournai. Vers Lille marchent beaucoup de régiments de hussards et de uhlans. Innombrables étaient ceux : qui passaient pendant les trois heures suivantes entremêlés de quelques régiments d'infanterie et d'artillerie; ces derniers étaient composés de Bavarois, qui ressemblaient dans leur tenue aux troupes autrichiennes. Je compte que depuis | hier jusqu'àce midi plus de... milliers d'hommes Iont passé. C'est dimanche aujourd'hui. La grande église de Tournai qui, dans son aspect total manque de beauté, mâis qui a des particularités de grande valeur, est pleine de croyants. Dans l'obscurité mystique de la nef, la guerre nous semble loin, très loin. Le bruit du sabot des chevaux et le roulement sourd des gros canons qui passent sur la Grand'Place est tellement assourdi que le service divin n'est pas dérangé. A la sortie de la messe les croyants se retrouvent en groupe et admirent les « hordes » des hommes armés sans qu'il y ait du désordre. On se confie à la protection de Dieu et on attend avec patience le jour de la libération. La Fuite en Bicyclette. De Tournai nous nous sommes échappés en vélo. Ce moyen de transport, si démocratique et si répandu enBelgique et ailleurs, devient de jour en jour plus rare. Des soldats belges, français et allemands lui ont fait la chasse. Et celui qui en possède encore n'ose pas le promener. Pour avoir trois bicyclettes nous avons dû explorer toute la ville. Ce même peuple qui nous prenait hier pour les espions de l'avant-garde allemande, faisait de nous subitement des espions anglais, quand ils voyaient comment nous cachions nos machines devant les soldats allemands. Dans ce pays tout étranger est ou bien soldat ou bien espion. Cette appréciation nous valait S

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le bruxellois: journal quotidien indépendant appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes