Le bruxellois: journal quotidien indépendant

300 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 29 Août. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 09 decembre 2019, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/1j9765c02c/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

; 4— Année - N. 1047 - Ed. B CIHQ CENTIMES Mercredi 29 Août 1917 ABONNEMENT POSTAL, ÉD. £ Bruxelles - Province - Etranger 3 mois : Fr. 4.50. - Mk. 3.60 Les bureaux de poste en Belgique «t à l'Etranger n'acceptent que des abonnements TRIMESTRIELS; ceux-ci prennent cours les IJanv. 1 Avril 1 Juillet 1 Octob. On peut s'abonner toutefois pour lei jeux derniers mois ou même pour le Dernier mois de chaque trimestre au prix de : 2 Mois 1 Mois fr.3.00 Mk.2.40 Frl.50-Mkl.20 TIRAGE : ffO.OOO DAD IfitlD Le Bruxellois f Rédacteur f.n Chef : Y5? l^t-8 A. •*"* b Journal Quotidien Indépendant m 1 Rédaction, Administration, Publicité, Vente : BRUXELLES, ANNONCES — La ligne Faits divers et Echos. fr. 5.00 Nécrologie 3.00 Annonces commerciales . 1.50 _» financières. . . 1.00 PETITES ANNONCES La petite ligne 0-50 La grande ligne 1.C0 TIRAGE : sIC.OûO PAR JGUR v Les bureaux du « BRUXil CASERNE, 33 et 35, à Bruxelli I Primai ifi Pnhîfdt» : theatrale, notarial* ABUS A RÉFORMER Le Bruxellois a signalé et flétri récemment l'ot irecuidants attitude d'un barnum qui prétendait, e échange de quelques billets de presse, avoir un critique obligatoirement laudative. Cet incident re met sur le tapis une question fort vieille et qu'o •lirait grand inérêt à vider une bonne fois. Trop de gon9 s'imaginent que la presse doit êtr l'humble servante d'affaires artistiques ou autres tels lesquelles l'art, hélas! n'est qu'un paravei trompeur. La presse a le droit de vivre de sa publicité, « avant la guerre certains journaux avaient sollicit leurs confrères d'en venir aux usages commercial! purs et simples. Vous voulez une annonce? Payez la. C'est tant la ligne... pour vous, exploiteur d théâtre comme pour quiconque, (Des directeurs Paris l'avaient aussi proposé.) Quant à vos billet âe théâtre, nous n'en avons oure. Nous payeron notre place quand il nous conviendra de prendr «ne récréation le soir. Cette solution simpliste aurait, pour pouvoir êtr appliquée, dû être adoptée avec ensemble par tout la presse. Mais tout le monde sait qu'en Belgiqu l'union ne règne nulle part, surtout dans la Près ee. Personne n'y eut perdu cependant. Le public aurait su désormais qu'on ne lui faisai pas de la pommade-réclame, obligatoirement d complaisance, les critiques avaient leur franc par 1er, l'administration du journal encaissait du be argent. Mais l'idée était lancée par un journal rouge o Jaune; le bleu et le vert y firent de l'oppositio systématique, et le projet ne fut jamais réalisé C'est comme pour la suppression du trarvail du di manche dans la Presse : oe furent le Peuple et 1 Dernière Heure qui ici firent, par instinct égoïste Échouer la réforme. D'autres pratiques sont courantes en matière d presse, un long usage les a tellement enracinée qu'A semble que leur durée, même à défaut d'au 1res motifs, les justifie. Telles sont par exempi les « remises » accordée© à certaines personne apportant des annonces. Qu'un agent de publicité, un monsieur qui racol. les annonces, qui s'est établi pour cela, se fass rémunérer pour le servies; qu'il accorde au jour »al, rien de plus juste. Mais pourquoi faire bénéfi cieir de pareil traitement, de pots-de-vin, certaine personnes qui, par leurs fonctions mê mes, ne peuvent se livrer qu'à certaines tâches i l'exclusion diu commerce, tâches d'ailleurs trè grassement payées? Imagiine-t-on qu'un minietr qui touche 25,000 francs par an, réclamerait s commission à un journal pour une annonce de tra .vaux publics ou autre. Non ! Vous haussez les épau les, ami lecteur. Et pourtant, vous savez, ou vous ne saviez pas que les journaux accordent 20 ou 25 p.c. sur le annonces que messieurs les notaires font mettr non pour l«ur compte, mais pour celui de leur clients, dans les journaux, et les notaires se fon non pas 25,000, mais parfois 100,000 francs de trai tement par an dans leur étude. A propos d'un conflit que les notaires ont sou levé réoemment avec la presse, on discutait au Pa lais sur la question de compétence. L'éventuel pro Cès serait-il civil ou commercial. Puisque les notaires portent des annonces, disai un avocat, touchent des commissions; pourquoi n pas les traiter comme les autres commerçants e leur réclamer des dommages-intérêts devant la ju lîdiction consulaire? f Ce propos fut traité de boutade et fit rire. Traî lier d'aussi solennels officiers ministériels sur 1 même banc que le marchand d'oranges ou de char bon I ! Et pourquoi pas, après tout ? Pourquoi pas, puisqu'ils font réellement l'an nonoe à la commission ! Il faut dire que cette pratique constante, que 1 Revue pratique du Notariat belge vient eneor d'approuver dans son bulletin (n. 1 de 1917, p. -8) n'a pas toujours rencontré l'approbation de la jus tice. Le Tribunal de Bruges, saisi d'une réclamatio: d'un client, a jugé, à propos d'annonces, dans le termes suivants : « Attendu que le notaire qui fait procéder au: Insertions d'une vente dans les journaux agit soi comme mandataire, soit comme gérant d'affaires di vendeur, que dans ''un comme dans l'autre cas il ne peut se faire rembourser en vertu des rè gles inscrites aux articles 1999 et 1375 du Cod' civil que les seules sommes qu'il a lui-mêm payées aux imprimeurs et éditeurs de journaux lorsque ceux-ci ont réduit leurs factures en en dé f al quant certaines remises qu'ils ont accordées ai notaire, fût-ce à titre personnel, il n'appartient pa au notaire de s'approprier ces remises; tout autr mode de procéder ne serait guère compatible ave. la dignité notariale. « Attendu qu'il suit de ces considérations que 1 défendeur ne peut réclamer du demandeur que le: dépenses réellement faites par lui, et que, dès lors le montant des frais d'insertion portés en compti doit être diminué d'une somme de..., représentai! les réductions établies accordées au défendeur pa. certains éditeurs de journaux. » Nous l'avons dit : la Revue pratique du Notaria ts*. d'un autre avis, naturellement ; les tabellion sont orfèvres, comme Monsieur Jossj. Elle invoqi: le long usage pour justifier la coutume abusive Franchement, ei on ne peut trouves- d'autres rai jjpjis. mieux vaudrait ne rien dire, «OIS » e© trouvent RUE OE LJ s (près de la place Astneessens) Que chacun reste à sa place, que nul n ait de; exigences démesurées et n'exploite son voisin, qu.. tout service se paie à sa valeur : voilà, nous paraît il, les sieitl.es vraies règles dans la gestion de tou tes les affaires. Si le Bruxellois, ©n dénonçant les abus, parvier. à en faire un bon nettoyage, on sera bien heureuj dans la presse de l'épuration qui permettra de res. piirar un air plus sain, d'en revenir à une compté hension plus juste des droits et de la dignité d( chacun. En attendant, les intéressés, sentant où le bât le< blesse, se fâchent qu'on leur crie la vérité. Ces ainsi que le métèque Dietrich, directeur omnipoten; <du Théâtre des Galeries, a annoncé, parait-il, qu'il cassera la... figure à M. Marc de Salrn poui' la pro. testation sensationnelle et méritée publiée dans le Bruxellois par M. René Armand, lequel avait déjà eu naguère l'avantage de dire en plein « Café des Mille Colonnes » au sieur Dietrich lui-même c-e qu'il pensait de ses procédés incorrects. Hubert. LA GUERRE SQmmuiquas iificifis ALLEMANDS BERLIN, 28 août. — Officiel de midi ; Xheaiiô de ia guerre à l'ouest. Groupe d'armée du îeld-maréchal général prince héritier Euppreeht de Bavière : En Peindre, une vigoureuse attaque anglaise s'est écroulée avec des pertes élevées à la pointe du jour, sur la route Ypres-Menin. L'après-midi, un feu roulant des plus intenses a été déclanché contre la zone entre Langemarck et la voie ferrée Roulers-Ypres. Bientôt fiprès, avec l'intervention de nombreuses automobiles blindées et d'avions volant très bas, l'infanterie anglaise s'est avancée pour l'assaut sur ce front. Pur une tenace défense, nos troupes de combat ont repoussé partout l'ennemi, qui cherchait a donner à ses attaques une pression continue par l'intervention d importantes réserves. Dans la soiiée, sous une recrudescence nouvelle de violent feu d'artillerie, un deuxième assaut compact a été déchaîné contre les mêmes secteurs. Le résultat des combats perdurant jusque dans la nuit est, qu'à l'exception d'un fléchissement insignifiant au nord-est de Fieezenberg, nos positions ont été intégralement maintenues et que les Anglais ont subi une défaite sanglante. Le succès de la journée est dû à l'attitude excellente de troupes wurtembergeoises et à l'action destructive de notre feu d'artillerie concentrique. A l'ouest de Le C-atelel, de nouvelles poussées anglaises ont échoué devant nos lignes. Groupe d'armée du prince impérial allemand : Dans la partie occidentale du Chetnin-des-Dc-mes, les Français ont tenté au chemin Allemunt-Lancy, de s'élancer à l'attaque sur l'étendue d'un régiment. Ils ont été repeussés par notre jeu. Au sud de Courtcçon et au sud-est d'Ailles, des entreprises de troupes d'attaque ont eu une issue fructueuse pour nous. Devant Verdun, l'action, toute la journéei n'a été que minime, après que les combats de la matinée autour du village de Beaumont reconquis par nous, eussent trouvé leur conclusion. Les prisonniers que nous avons ramenés en cet endroit appartenaient à trois divisions françaises. Le soir, le combat d'artillerie a revêtu de nouveau une grande violence sur la rive orientale de la Meuse. Au cours de vaines aiiaques partielles déclanchées à l'ouest de la route Beaumont-Vacherauville, les Français subirent des pertes considérables. Aviation : Ces derniers jouis, le lieutenant Foss a remporté sa 38e victoire aérienne. Théâtre de la guerre à l'Est. Groupe d'armée du laid-maréchal général tfrinca Lôopold de Bavière: De Duna jusqu'au Dniester, l'activité combattive n'a été vive que dans quelques secteurs. Sur la rive septentrionale du Pruth, des régiments rhénans, bavarois et ausiro-hongrois ont pris d'assaut les positionss fortement retranchées de la hauteur de Dolzok, ainsi que le village de Bojan. Veis le soir, la résistance opiniâtre des Russes jut également ' brisée après un rude combat, sur les ailes au nord-est du Dolzok. Plus de mille prisonniers, six canons et de nombreuses mitrailleuses tombèrent entre nos mains. Les pertes de l'ennemi, qui fut refoulé derrière le secteur de Ratkina, sont graves. Fiant d'année du général colonel archiduc Joseph: Au nord de Soveja, dans la vnllée de la Susita, nos troupes de couverture ont été refoulées par des attaques ennemies numériquement supérieures, de hauteurs récemment conquises. ©rcupe d'armée du faldmaréehal général von Maekensen: Action d'artillerie animée en quelques secteurs. Front en Macédoine: Entre les lacs de Prespa et de Doirm,, le feu s'est fréquemment ranimé. Des détachements ennemis attaquant à l'ouest, près de Ljumnica, ont été repoussés pai des postes bulgares. BERLIN, 27 août. — Ojjiciel du soir : Eu Flandre une forte attaque anglaise a échoué le matin à l'est d'Y près. L'après-midi violent combat d'artillerie au nord est de la ville. Devant Verdun, Beaumont est resté entre nos mains lors des combats à la première heure du jour. A l'Est une attaque nous a valu, des positions importantes au sud de Czernowitz. Jusqu'ici on annonce plus de 1,000 prisonniers ei 6 canons. Combats aériens à la côte de Couriande. BERLIN, 27 août. — Ojjiciel ; Nos escadrilles d'avions de la côte de Couriande, ont exécuté en ces derniers temps de nombreux vols d'attaque, couronnés de succès contre les fortifications, les stations d'aviation, et les installations militaires de l'île Oesel. Nous avons également jeté avec succès des bombes sur des joues de combat maritimes russes que nous avions aperçues dans le golfe de Riga. Au cours de ces attaques un destroyer de la classe du uNowik» a été coulé au moyen d'une bombe qui d'après nos observations a atteint son but en allumant une haute flamme incendiaire derrière la cheminée; en outre un navire, atelier a été tellement gravement endommage que les occupants sautèrent par-dessus bord. Tous nos avions sont rentrés indemnes de perles ou d'avaries, à leurs stations respectives. La guerre sous-marine. BERLIN, 27 août. — Officiel : Par nos sous-marins ont été coulées de nouveau 24,500 tonnes dans la zone barrée autour de l'Angleterre. Parmi les navires torpillés figuraient un vapeur-tank anglais armé du type du « Hyrcania » (5222 t.), torpillé hors d'un convoi de protection; le vapeur italien armé « Trente » avec 4,500 tonnes de charbon en roule de Cardiff à Gênes, son capitaine et le canon se trouvant à bord ont été capturés; en outre un grand vapeur inconnu qui naviguait en tête d'un important convoi. AUTRICHIEN VIENNE, 27 août. — Officiel du soir ; Les attaques italiennes sur le haut-plateau de Bainsizza-Hciligengeist ont continué sans diminuer de violence. L'ennemi a été repoussé. Toutes ses entreprises contre le Monte San-Gabriele restèrent également vaines. Au nord-est de Czernowitz, nous avons xécuté avec succès une amélioration de position. VIENNE, 27 août ; i'heâtre tle la guerre à l'Est. Près de Soveja des troupes allemandes du front d'aimée du colonel général: archiduc jospeh ont pris d'assaut une position ennemie qu'elles ont maintenue en dépit de violentes attaques. Théâtre de ia guerre italien. La lie bataille de l'IsonzoKontinue. Les attaques de l'ennei se sont de nouveau dirigées contre nos lignes sur le haut pltXeatmde Baïsizza-Heitigen-geist et au nord de Gorizial Le combat a été particulièrement acharné à l'est d'Auzza, où des Sty-riens du régiment 47, des R\i 'mates du 37e gardes et d'autres troupes ont coimmfa l'ennemi avec succès, ainsi que sur le Monte-San-Gabriele chaudement disputé.Lcs vaillants défenseurs se sont maintenus en dépit de toutes les attaques. Sur le haut plateau du Carso simple feu de tirailleurs entre sentinelles de campagne. De terre, nous avons a-battu, 3 aviateurs italiens. ïheatre de la guerre des Balkans : Rien de nouveau. TURCS» CONSTANTINOPLE, 27 août. — Officiel : Le 24 août, une troupe de bandits russes portant l'uniforme de soldats a débarqué près d'Ardir à la côte de la mer Noire; les bandits ont détruit le dépôt médical dans la ville; firent irruption dans les magasins du bazar, attaquèrent les civils dans les rues, volèient les montres et les bagues des femmes et violèrent deux jeunes filles grecques en pleine rue. Après ces exploits héroïques qui s'accomplirent sous l'égide d'un navire de guerre tusse, la troupe de b.mdits regagna les tiavires en amenant de force 300 habitants grecs et ma/iomé-tants.Près de Bit -es-Saba, une nouvelle et grande entreprise ennemie de cavalerie eut lieu; 6& escadrons, 8 bataillons et 6 batteries de l'adversaire y /•rirent part. Tandis que des forces considérables de l'ennemi prenaient prudemment contact à l'ouest de Bir-es-Saba, 30 escadrons environ aitaquient au sud et au sud-est de la locaUté. A l'aide de quelques bataillons, escadrons et canons, nos troupes de Bir-es-Saba firent une attaque bien dirigée contre les communications à l'arrière de la colonne de cavalerie située le plus à l'est et forte de 12 escadrons. L'adversaire se retira en toute hâte. Il perdit en morts 8 cavaliers et 20 chevaux; 4 chevaux et quelques fusils ont été capturés. Après que nos aviateurs eussent également pris part avec succès à l'engagement et eussent lancé 450 kilos de bombes sur l'adversaire, l'ennemi se retira l'après-midi sur toute la ligne. D,ms la nuit du 25 août, il s'était retiré jusqu'à TeU-Faiks. Nos détachements de patrouilles n'ont plus rencontré de postes ennemis, loin devant notie jront. BULGARES SOFIA, 27 août. — Oijiciel ; Front en Macédoine : Sur tout le jront, faible feu d'artillerie et combats de patrouilles par endroits. Une de nos patrouilles a pénétré dans les tranchées ennemies près de Rostani et a t amené des prisonniers français. Activité animée et réciproque des aviateurs dans le courant de la journée. Front en Roumanie : Faible feu d'-artilleric en certaiss secteurs du jront. FRANCAi» PARIS, 27 août. - Officiel de 3 h. p. m. : Sur le front de l'Aisne, l'ennemi a manifesté cette nuit une grande activité. Après des bombardements très vifs, ses détachements spéciaux ont prononcé une série d'attaques en divers points de nos lignes, notamment a l'est de la ferme Moisy> à l'est et à l'ouest de Certiy ainsi que de. paît et d'autre du monument d'Hurtebise. Paitout la vigilance de nos troupes a déjoué les tentatives de l'ennemi qui n'a pu obtenir le moindre résultat. Sur la rive droite de la Meuse, l'ennemi a tenté par une violente contre-attaque de nous rejeter! des lisières sud de Beaumont. Nos jeux on-t anéanti ses ejlorts. Nous avons maintenu toutes les vosi- lions conquises sur lesquelles nous nous orgam sons. Le chijjre des prisonniers valides jaiis dan le, la journée du 26 dépasse onze cents, dont trente ux deux officiers. Deux coups de main ennemis or- nord et au nord-est de Vaux-lez-Palameix on ia- échoué. L'ennemi a lancé de nombreux obus su le- Commercy; un enfant a été tué et trois civil es blessés. ies Aviation. — Dans les journées du 25 et di un 26 août, trois avions et un ballon captif ennemi au ont été abattus et quatre autres appareils ont at '• a terri désemparés dans les lignes de l'ennemi.Li n- terrain d'avialion d'Aix, les baraquements de Fra "e- tnaix, les bivouacs de Gremilly et de Wavrilh ue ont été vigoureusement bombardés par nos eSca os drilles. PARIS, 27 août. — Officiel de 11 h. p. m. : Actions d'artillerie assez. violentes sur la rivi droite de la Meuse, notamment dans la région ai nord ctc la cô'e 344. L'ennemi n'a fait aucun< a" tentative contre nos nouvelles positions au cour'• ,l~ de la journée. En Lorraine, vers Seichepray et '■'n l'Hartniannsiveilerkopf, nous avons repoussé deu: " coups de main ennemis et fait des prisonniers n; journée calme partout ailleurs. es s-_ Armée d Orient. — 26 août. u_ Canonnade et rencontre de patrouilles au nort ,l_ de Monaslit. Activité d'artillerie moyenne sut h reste du front. Notre aviation a bombardé Lesniva, entre les lacs Maliok ei d'Ochrida. ITALIEN rje ROME, 26 août. — Ojjitici ; er La bataille de l'isonzo commence à préciser se es glande enveigure. Les opérations qui se dévelop-peut depuis le 19 août au nord de Goritzts, peuvent i.z être résumées comme suit ; Les courageuses trou-vl pes de la^ seconde armée construisirent 14 ponti sous le feu animé et franchirent l'isonzo dans le nuit du 19 août. Ils attaquèrent ensuite le haut-plateau de Bainsizza en s'avançant résolument vers nt le jron jelenck Vrh. Us construisirent alors les nt trois lignes de défense ennemies de Simmer, Ko-bilek et Madoni. Conjointement avec ces opérations, d'autres forces attaquèrent en même temps les mêmes lignes de face ei tes prcèrent malgré la „s défense acharnée de l'ennemi. Cette manœuvre 3S aud-icieuse provoqua la chute du Monte Sanlo. Les troupes de la deuxième armée continuent matnle-,j_ nant leur marche en avant vers le bord est du pta-y_ te au de Bainsizza ei refoulent l'ennemi qui oppose ,s une très vive résistance avec des détachements considérables de mitrailleuses ei a'artillerie légè-o. re. Pendant les combats du 19 au 23 août, les 33e 7 et 34e brigades de Livourne, les 95e et 96e d'Udine, u{ les 127e et 128e de 'Florence, les 257e et 258e de Tortona, les 261e et 262e brigades de l'île d'Elbe, le 279e régiment (brigade Vicenci), la Ire et la 5e brigade de BerSaglieri (les 6e, 12e, ne et 21e régiments), les 9e et 13e détachements de bombardiers et les 2e et 4e bataillons du détachement de génie et ie la construction de ponts, se sont distingués parmi toutes les roupes participant au combat, pai leur bravoure et leur énergie. La ba-'lt taille a été interrompue par moments au Carso. a Nous avons corrigé et retranché, en progressant 'e légèrement, les positions prises p*:r nous. Des ten-ls tatives de contre-attaques ennemie ont échoué sous IS notre feu. Le nombre de prisonniers ramenés jus-■s qu'ici dans les camps de concentration, s'élève à :n environ 600 ojjiciers et 23,000 soldats; le nombre de canons capturés à 75, parmi lesquels 2 mortiers s" de 30.5 cm. ei de nombreuses pièces de calibre 'n moyen. Nous avons capturé en autre un grand nombre de chevaux, un aéroplane intact, de nombreux lance-bombes et mitrailleuses, ainsi que du matériel de guerre de tout genre, dont plusieurs a~ automobiles pour le transport de munitions, y Les difficultés extraordinaires que rencotUie le le ravitaillement de nos troupes dans une région im-st praticable, ont été surmontées en pïirtie à l'aide de dépôts de vivres que l'ennemi avait abandonnés dans sa retraite. \S_ ANGLAiS le LONDRES, 26 août : j- Hier soir nous avons attaqué et chassé l'ennemi r- d'un élément de tranchée au nord-est de la ferme \x de Guillemont, qu'il avait repris hier matin. Nous ys avons ainsi rétabli nos positions primitives. La nuit à l'ennemi entreprit une contre-attaque, mais il fut i - repousse. Duranf la nuit des troupes portugaises di ont repoussé une poussée allemande au ■ :.d-est de Laven'ie. L'artillerie ennemie s'est montrée très (s active la nuit à l'est de (illisible) dans la région e. de Lombartzijde. Nous nous sommes emparés des positions ennemies à l'est de Hargicourt, sur un front de plus d'un mille de longueur sur une profondeur de If2 mille (I mille = 7.6 ki omèire). L s Al&mands ont réussi un instant à occuper la lisière nord-ouest de la ferme sur la route Ypres-Menin, Us furent im- a~ inédiatement repoussés, es " Dernières Pépêches 'u Les combats en Flandre. Berlin, 27 août. — L'artillerie de campagne allemande s'est également distinguée les 21 et 23 août dans les combats en Flandre. Elle a rendu l'avance fé de l'adversaire difficile partout et lui a infligé des ?- pertes considérables ; quelques-unes de nos batte-■). ries ont entretenu un feu destructeur, de leurs po->s sitions rapprochées, notamment contre les détache-à ments anglais qui traversaient Langemarck. Un ca. st non isolé, protégé par quelques gardes de nvitrail-i- leuscs, se trouvait dans la première ligne. Quoi-le que bombardé constamment par les mitrailleuses t. d'aviateurs qui descendaient à très faible hauteur, fé et par une batterie ennemie, il continua à tirer wi sans s'en soucier et avec un succès extraordinaire, ti et s'y est maintenu, appuvé oar l'infanterie qui lui i- apportait d;s munitions ' i- 11 résulte des réclamations oe prisonniers qu'< is a de moins en moins confiance dans tes tancki. 1 s- ont encore été démolis cette fois-ci rapidement tu radicalement par notre artillerie de cam,pagne m notre feu de mitrailleuses. Les combats à l'Est. 6 Vienne, 27 août. — On annonce du quartier de presse de guerre, en date du 27 août au soir : 11 Le9 attaques italiennes contre le haut-plateau ( ls Bainsizza-Iieiligengeist on.t continué avec 'a mên violence. L'ennemi a été repousse. Toutes ses op ■e r3tions contre le Monte San Gabriele sont resté a~ sans résultat. Au nord de Czernowitz, nous ave e exécuté avec succès une amélioration de positic i- Projets d'avenir français. BerUn, 27 août. — Du « Paris-Midi », sous signature de M. de Waleffe ; Ce n'est que pot 'e l'avenir qu'on peut réellement considérer l'Ail 11 magne comme affaiblie, à condition qu'on aboutie e lois du traité de paix à la serrer des deux côt< s dans des tenailles, dont le9 doux branches sera à la France et la Pologne. La Pologne doit s'étend! x jusqu'à la mer, la France jusqu'au Rhin, afin t '• donner aux deux bras la même force. Aussi Ion, temps que le Tsar a régné en Russie, nous n'osioi point formuler l'idée conçue par nous depuis kfflj d temps. A présent, il faut que nous élevions bis e haut notre voix en faveur de cette idée. '> ■ Les pertes anglaises, Amsterdam, 27 août. — Le «Times» du 20 au i août inclusivement publie les listes de pertes a» glaises se chiffrant par 722 officiers et 11,600 so n dats. (. .incidents en Irlande. Saisie d'armes. i Razzias. Mesures de précaution. Londres, 26 août. — Nous lisons dans le « Dail s News » : a La police et l'armée ont procédé hier à de non breuses saisies d'armes dans les magasins de H: s lande. s Les locaux de la Irish National Voluntiers, 4' Partiel! Str.et, à Dublin, ont été envahis à 1 h. o du matin par la police et l'armée, qui y saisirer s 100 fusils, 1,300 boites de munitions, les livres < a les documents oificisls. Deux compagnies du i?g e m/;nt écossais cernaient la maison pendant ce'.t s opération. Les losaux visités sont ceux de la sec tien des Irish Volontiers commandée par le colc nel Moon, qui a rompu il y a une quinzaine de jour 3 avec le Comité national. s On signale des razzias à Belfast, Ennis, Corfc Newbridge, Mullingar, Ballymore, Newry, Rathan » gar et autres endroits. A Cork, les volontaires nationaux avaient em 3 magasiné leurs armes au Corn Market. A Newr-, , on n'a fait aucune résistance et on y a saisi en tou z et pour tout entre 200 et 300 fusils. i Un communiqué officiel du bureau de la censur de la presse à Dublin, publié dans l'après-midi, d: t qu'en raison des événements récents, l'autori. militaire compétente a dilcidé qu'il était nécessaire i pour la sécurité du public, de saisir les armes e les munitions emmagasinées darts certains locaux parcs qu'elles sont insuffisamment protégées e t peuvent tomber dans des mains indésirables! Ce armes seront conservées dans la prison miiiî;. s pour compte des propriétaires. Six ca.nons deuuits par des bomh&j i de Zeppelin. ' Copenhague, 27 août. — Lors des dernières atta s ques de Zeppelins, les batteries de défense compo ? sées de six canons, du nouveau type français, e i établies près du phare Spurnpoint, ont été complè tement détruites et 'es serveurs en grande parti, t tués par une pleine portée. Un vapeur ancré devan > Hull a été si gravement endommagé, qu'il a dû êtr, remorqué immédiatement dans les docks. La gar. de chemin de fer de Paragon, près de Hull, et uj bloc de maisons voisines, ont été détruits. Une al lège d atelier a été coulée par une portée en rad > de Grimsby. L&s conséquences du manque de tonnée mondial. Du « Nieuwe Rotterdamsche Courant » : Le gè l néral Botha a dit dernièrement à une séance d , « Volksraad » d>e l'Union Sud-Africaine, que dan. s les ports sud-africains 220,000 ballots de laine d t mérinos, c'e®t-à dire environ 50 millions de kilos , attendent en vain une occasion d'être trafportes eJ b Angleterre. La note du Pape, j La Bus.ùe a'y repondra pas. ; Amsterdam, 27 août. — On annonce de Pétrogra. à l'« Algemeen Handelsblad » : Le gcuvernernen provisoire a décidé de ne pas répondre à la note di Pape, parce que la Russie n'y est prs mcutionii e ^ L'.s gouvernements alliés ont été informés de cet>. décision. t ■ . lia miiere a Salonique. -Berne, 27 août. — On mande de Salonique ai « Petit Parisien », que la misère y est indescripti ble; 15,000 personnes sont sans abri, 65,000 per sonnes besogneuses ont été recueillies par leur coreligionnaires. Les mesures les plus sévères on été prises pour éviter les épidémies. LA SOUS-MARINE, Rotterdam, 28 août. — Du « Maasbedc » : L VEpeur japonais «Kotohira Ma.ru», jaugeant bru 3,479 tonnes, s'est échoué et est considéré comm perdu. Sont signalés manquants : les vapeurs an -glais «Benlary», jaugeant 3,291 tonnes, et «High bury», jaugeant brut 7,831 tonnes; la barque fran çaise « de BoLsdeffre », jaug ant brut 2,195 ton nés; le voilier «Ethel», jaugeant brut 111 tonnes le voiliisr français «Florentine», jaugeant brut 15; tonnes ; le voilier français «Havarwa», jaugean brut 139 tonnes, et le voilier néerlandais «Hciki na», jaugeant brut 157 tonnes ; les voiliers danoi , « Karoline Kck », jaugeant brut 216 tonnes, e ■« Albertina », jaugeant brut 170 tonnes. Le traw 1er à vapeur français « Esperaate » et le vapeu i suédois « Eika Iï », jaugeant brut 126 tonnes, on sombré.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le bruxellois: journal quotidien indépendant appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes