Le bruxellois: journal quotidien indépendant

435 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1916, 25 Juin. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 24 octobre 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/g73707z973/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

3— Année - N° 626 - Ed. B CINQ CENTIMES Dimanche 25 Juin 1916 ABONNEMENT POSTAL, ÉD. H Bruxelles - Province - Etranger 3 mois : Fr. 4.50. - Mk. 3.60 Les bureaux de poste en Belgique et à l'Etranger n'acceptent que des abonnements TRIMESTRIELS; ceux-ci prennent cours les 1 Jamv. I Avril 1 Juillet 1 Octob On peut s'abonner toutefois pour Tes deux derniers mois ou même pour !e dernier mois de chaque trimestre au prix de : 2 Mois î Mois Fr. 3.00 - Mk 2.40 FM .50-«kl.20 TIRAGE s 75.000 PAR JOUR Le Bruxellois — iruw m ii i -nr-m—'-"-î—rw in i niiii i Rédacteur en Chef : Al n ro de SAI^M ii i imi'iia II i iaïar.~a3iEP!Kr-j.r>-iiii Jsiarasl Quotidien Iniipsiiaai I Rédaction, Administration, Publicité, Vente : jj j BRUXELLES, 45, RUE HENRI MAUS [ ANNONCES — La ligne Faits divers et Echos . fr. 2.00 Nécrologie 2.00 Annonces commerciales . 1.00 » financières. . . 0.50 PETITES ANNONCES La petite ligne 0.20 La grande, ligne 0.50 TIRAGE : 75.C80 PAR JOUR Derniers Communiqués Officiels ALLEMANDS BERLIN, <44 jutn. — Communiqué d midi : Théâtre de la guerre à l'Ouest Sur ia rive diuitt ue ta Meuse, après un efficace préparation d'artilletic, nos troupes à leur teie le régmnent d infanterie bavarois n. 100, dit « régiment dit roi » et lt règimen d'infanterie de la yarde bavaroise, dit « Leib régiment » ont déclunché nue attaque sur lt côte de Froide Terre et à l'est de cette hau teur, enlevé d'assaut l'ouvrage blindé d. Ihtauraont et, se portant toujours de l'avant ont occupé la majeure partit du village d< Fleury; en outre, elles ont gagne du terrent au sud du. fort de Vaux. Jusqu à l'heure pré sente, nous avons compté, aux points de rus semôlement, 20i3 prisonniers, dont tiO ojfi ciers. Sur le restant du front, action vive mais Totalisée, de l'artillerie, des ■patrouille, et des aviateurs. Près de tiaiimont, un mono plan blindé français a été abattu en combui aérien. Le lieutenant \\ intgens a descendu jvès de Blarrwnt, son septième avion, ennemi, un biplan français. lïJeâtre (le la guerre à l'Est Au sud d'Illuxt et au nord de Widsy, lei Eusses ont échoué dans des attaques localisées. i ne escadrille d'aviateurs allemands t attaqué lu gîte de Potoczany (au sud-ouest dt Moiudecznoj, où nous avions remarqué dei embarquements de troupes. Ues bombes uni été également lancées sur les installations du cluûun de fer ci Lunirtiec. Armées du général von Linsirigoit : L'offensive a été portée en avant jusque dans la ligne allant approximativement dt Zubilno Vatyn-'/jviniacze et même au delà dt cette ligne. Les violentes contre-attaques dt l'ennemi ont échoué. Le nombre des prisonniers russes va toujours cioissant. /innée du général comte von Boïnmer : Bien à signaler sauf quelques rencontres peu importantes entre détachements avancés. Théâtre de la guarre aux Balkans Jîie-n de nouveau. AUTU-Dyrg.ias VIENNE, 23 juin. — Officiel de ce midi ' Théâtre de la guerre russe Dus la vallée de Czorornosz, les liasses marchent sur Kuty. Pour le reste, il n'y ,i ■■.ut d-e modifications de la situation en iSucoeit t, ni dans l'est de la Gaiicie. Hier, l'ennemi a entrepris de «-• fuses rt viol-ntes attaques contre nus ponti uu »'/-est et au nord de Radziwillu , H a été rt-pb-ussé partout. Les forces combattant n Vf le commandement du général von Ltns"ng;;nlont encore repousse plus loin les Eusses ou nord-est de Goroscow et à l'est de Lokaczy; près de Lokaczy, nos troupes ont fait plus de J/OO prisonniers et se sont em parée s de Jf mitrailleuses russes. Sur le secteur du Stochoeï-Styr, plusieurs f,rtes contre-attaques de l'ennemi ont échoué. Théâtre de ia guerre i.alien Hier, le combat d'artillerie dans le secteur nord du haut plateau de JJoberdo a été à certain moment très violent. Des attaques réitérées de Vinfanterie ennemie contre nos positions ait sud-est du Mrzli I rh ont été repoussées. Dans Ze secteur de Plôcken de vifs combats d'artillerie ont commencé ce matin. Sur lt front des Dolomites, de nouvelles attaques des Italiens contre la Grodadel Ancona ont éch'>uè. Des attaques ennemies isolées débouchant du secteur de l'rimolano ont tu lt ■même sort. Dans la région de l'Ortler, not troupes ont occupé plusieurs crêtes de monta gties à la frontière. Théâtre de la guerre Sud-Est Sur la Vojusa inférieure, lei situation est inchangée.Sur mer. Le 22 juin au soir,un groupe d'hgdro-avi°ni a lancé des bombes avec succès sur t s positio/ii ennemies près de Moitfalcone. Le 2o juin ah matin, une escadrille el' h y ilroavwn s a attaqué Venise, les forts Nicolo et Alberoni, l'usine. à gaz et spécialement l'arsenal à l'aida dt bombes de gros calibre. Plusieurs de cettes-e ont touché en plein et provoque de foits incendies. Les avions ont été violemment boni bardés, mais sans succès, et sont rentrés ut de innés. TURCS CONSTANTINOPLE, &Jf juin. — Lt quartier général annonce : Au front dt Tirai.-, rien d'important ni s'est produit. Nos troupes chargées de débar rosser de l'ennemi la Perse méridionale, ont le 21 juin, énergiquement attaqué les Eusse qui s'étaient retranchés dans le défilé de l'ai tak, qui est bordé des deux côtés de monta pies hautes de 1Ô00 mètres. Après en a vol chassé l'ennemi, elles l'ont poursuivi plu loin, et se sont avàncées jusqu'à la localité d Servil, qui se trouve à 15 km. à Test de c< défilé. Les jrerles de l'ennemi, dans la dé fense de ce défilé, sont estimées assez élevées Au front du Caucase-, rten à'important v s'est 'produit à l'aile droite et au Centre. J. 22 juin, au matin, à l'aile gauche, nos trou pes se sont emparées, au nord de la rivtèr Tschorok, après un assaut à la baïonnette, d la plus grande partie des points d'appui de flusses sur la chaîne de montagnes haute d plus de 2000 mètres. L'ennemi, qui développ àepuis quelque temps une très grande activi Hé, les a fortiment retranchés vers le sud. Ainsi, nous avons également amélioré no-j ire -position dans ce secteur. Tendant le combat, qui a duré jusqu'au soir, les Eusses ont fait de grands efforts pour regagner les jjo-; silio-ns perdues, mais ils ont été cependant chaque fois repousses en subissant de lourdes pertes. A cette occasion, nous avons fait 500 . 'prisonniers dont ô officiers et nous avons capturé 2 mitrailleuses avec équipement complet, ( une grande quantité de matériel de tentes et de vivres. Deux navires ennemis observés au large des Dardanelles, ont été chassés par notre feu d'artillerie. j Au matin du-22 juin, un de nos avions a attaqué deux appareils ennemis qui survolaient le golfe, de Saros cl les a poursuivis jusqu'à Imbros. Notre feu d'artillerie a chassé un movitor ennemi qui cherchait à s'approcher de l'oi-çher. Sinon, rien d'important. ANGLAIS ' LONDRES, 23 juin. A près avoir fait sauter une mine extraordinairement vaste, l'ennemi nous a harcelé d'une grêle d'ar'itle-rie, puis, le matin, a -pénétré dans nos tranchées aux environs de Givcnchy. Immédiatement, n >s fantassins g-uiots opérer en t une con-' tre-uttaque et pat vinrent éi refouler complètement l'ennemi, dont les pertes furent considérables. La nuit, nous avons fait sauter une mine à proximité de la redoute il ohtnxollerii, sommes parvenus a occupti le bord de l'entonnoir. — La journée du 23 est calme sur tous les le* points de notre front. k XAfrÇAlS PAlllS, 23 juin, 3 n. p. m. — Officiel : En Belgique, nos tirs de destruction ont bjaleverse les organisations ennemies des dunes.En Champagne hier en fin de journée, à la suite d uu bombai dément de nos positions situées entre Ma-tsohs-Uc-Champagne et le Ai ont Têtu, l'ennemi a attaqué par trois fois sur un front de liiOO mètres environ. Il- a été ' tprrrsse ti et* .j. ^— _ de barrage. Quelques fractions qui avaient réussi à ■pénétrer dans un de nos éléments avancés en ont été chassées aussitôt à la baïonnette. Une d zuine de prisonniers sont restés entre nos mains. Pendant la nuit, plusieurs coups de main contre nos petits postes au nord de la Butte-du-Mcsnit ont été repoussés. Sur la rive gauche de Ut Meuse, l ennemi a renouvelé ses tentatives dans lu région de la côte SOlf. Deux attaques à la grenade ont échoué sous les feux de nos mitrailleuses. Au cours dt la nuit, nve fusillade au bois d'Avo-cvurt et du Mort Homme. Bombardement m-t n.se des secteurs d'E-nés et de C'hattancourt. Sur l anve droits, l'activité des artitit-ries a été considérable sur tout notre front depuis la Meuse à Moulainville, surtout dans la région à l'ouest et au sud du fort de - Faux où l'ennemi a fait un large emploi d'obus lacrymogènes. Aux E par g es (hauts de Meuse), une petite attaque enn-mie a complètement échouée. PARIS, 2-3 jum, Il h. p. m. : Sur li rue gauche de ia Meuse, le bombardement par o(ju$ de gros calibre a continue toute la j nirtiée sur la région côte SOlf-Mort-11 u m me et sur nos deuxiernes lignes dans le secteur de Chattaucourt. Sur la rite droite à la suite des violentes ■préparai 10lis d'artillerie de lu nuit dernière, l'ennemi a dirige à partir de 8 h. du matin ■une. térie d'attaques offensives'à grande envergure, sur uu front de ù km. environ, depuis la côte 321 jusqu'à l'est de la batterie de Datnloup. Les attaques à gros effectifs se sont succédées avec un acharnement extrême,malgré les pertes énormes que nos tirs de barrage et les feux de nos mitrailleuses infligeaient ù l'ennemi. Entre la côte 3zL et Ut côte 320, après plusieurs assnits infructueux, l'ennemi a réussi a enlever lus tranchées de première ligne et l'ouvrage de Tinaumôiit. Une pats-saute attaque ennem-i& qui était 2>arvenu,c jusqu'au village de Fleuri/, u été repoussée par une vive coutrc-attaque de nos troupes. Les attaques dirigées sur le bois Vaux-CIta-pitrc-du i'unttn, lt C lie no m ci la batterie de Darnloup, ont été brisées par nos feux et complètement repoussées. En W'ocvre, lutte d'artillerie assez vive ■ dans le secteur de M'ndanivdie. Aucun événement a signaler sur le reste du front. s RUSSES PETROGBAD, 22 jum. — Dans la. région de la tête de pont d'ilhkull, les Allé. * mands produisirent un noient feu d'artille->' rie. Dons la nuit du 21, les Allemands, après ■ une préparation d'artillerie, prirent Toffen-' s/ve sur le front des positions de Divinsk, le long du chemin de fer de Varsovie, mais ils furent partout repousses. Unis la région devant le bourg de Douba-? torka, à 12 verstes au sud du lac de Visek-nevskoïe, les Allemands, après vue intense î préparation d'artillerie, prirent l'offensive et s'emparèrent d'une jiartie de nos tranchées. 5 Des renforts accourus rejetèrent les Alle-s mands dans leurs tranchées. 3 Au sud du bourg de Krevo, les Allemands ■passèrent la rivière de Krevlianko, mais ils furent accueillis par nos feu» et ne purent J. pas avancer plus loin. Ils se replièrent sur la rive ouest dt cette rivière. Du canal d'Oghinsk à la- rivière Tasselda, feux d'artillerie et de monsquettrie. Au cours de. ta j.iurnée, notre artillerie abattit deux aéroplanes allemands qui tombèrent clans nos lignes, an à 2 verstes au sud de la gare de Listopady, au chemin di fer de Bologoie Siedletz, l'autre pi ès de là ferme ïouk. à 10 verstes au sud-est de t'embouchure du canal Oghtns/c. Les deux appa.cits et leurs 'passagers furent complètement anéantis. Dans la région de Grouziutine, l'ennemi prit T offensive en files massives, mais d fui disperse et prit ta fuite, abandonnant sur le terrain un amas de mor.'is et de blessés. Dans la région à l ouest de Sokoul, sur le Styr, nous fi-p'ussâmts par une contre-attaque l'offensive des AllemanUs, capturant tn-turoH OoO prisonniers 11 prenant quelques mi-tradieuses. Dans la menie région, la lourde artillerie de i adversaire produisit eU's rafa-Its de feu du côté de Mijlsk. Dans la région dt Liuymitstof sur le Sto-c'iod, à t ouest du -viltage de Svidmkiet, à l'est de Voroiitihiue, les combats d'une extrême violence se poursuivent. Nous pîmes prisonniers officiers et 21^ soldats allemands.Sui la Strypa, à l'ouest dt Gaivoronka, nos troupes s'empai ertnl de quelques éléments de iruuchêes ennemies. Nous occupâmes la ville de Radaoutz. Lors de la pouisuite de T adversaire, nous fîmes ■prisonniers 2H officiers et un militer ele soldats. Nous primes 3 mitrailleuses et 27 colis de munitions pour mitrailleuses. ITALIENS ROME, 22 juin. — .Dans la vallée de Le-drosa l'ennemi a attaqué dans la nuit du 21 nos positions sur tes versants méridionaux au mont Sperone, mais enfa été refoulé après un violent combat. Depunf le lac de Garde jusqu'à TAstico, la joitrnee d'hier a donné lieu a des combats d artillerie et à des rencontres de petits détachements au cours desquelles no-its avons pris a l'en ^ ru des fusils, des muet d'Asiago nous avons opéré de nombreuses petites attaques dans ta direction du mont Magnaboschi et dans la région de Mandrielie, d l'ouest de Marcesmo. L'ennemi s'est tenu exclusivement sut la défensive, mais n'a pu que très péniblement retenir la progression de nos troupes. Nos batteries de gros calibre' ont bombarde la gare de Toblach, dans la vallée de Pustcr. Sur l'isonzo, aucun événement notable. Dernières Depeches uu w *. v sur raiiutentalio» eu Aiiema'jiie. Londres, 22 juin. — Ùii correspondant du « Times » qui vient, do rentrer d Allemagne, où il séjournait depuis avant la guerre, relate, entre autres impressions : « On gntondait nninuiu'er bien plus le peuple alkiniarKl, au sujet de l'alimentation, en lévrier que tes derniers temps. En février, la pression du blocus se fit durement ressentir et les plaintes furent générales. U y avait trop peu de pommes de terre. Celles-ci étaient d'ailleurs utilité*» des façons les pius ingé-nicu3?s : ou s'en servait pour faire le pain, p-our remplacer des plats de viande, il arrivait même qu'on en eût, habilement dissimulées, dans des plats de fruits (?). Cette pénurie avait consterné la population, mais, en mars, les grande arrivages de Roumanie et da Bulgarie et de Turquie ont mis le gouvernement en mesure de la faire patienter davantage. On a beaucoup parlé d'émeutes de la population ailamée; pour ma part, je n'en ai pas vu une seule; seulement, voici de quoi expliquer les eHervcsceina.B pjubliqucG donnant lieu à ces racontars : comme 1a distribution de tout ;s les marchandises, telles qxie viande, farine, sucre, beurre, etc., se fast par les autorités, le public vient au jour indiqué se masser devant les magasins de ravitaillement. Il arrive que quand toute la quantité arrivée ce jour-là au magasin est épuisée, il reste devant ce dernier des amateurs dont la déception se traduit par des cris et autres manifestations de colère, puis au bout d'un certain temps, les groupes se dispersent; il y a donc exagération à voir dans ces épisodes des émeutes contre le pouvoir public. , Volontaires allemands conlro le Mexique. Saint-Louis, 24 juin. — On annonce ici que les Allemands colonisés à Saint-Louis ont formé un régiment qui s'est mi» à la disposition du Gouvernement pour le seryiee à la frontière mexicaine s'il y a nécessité. On oit qu'ils cherchent ainsi à contrecarrer l'im-jiression de certain public qui leur ««proche de se teuir écartés du service militaire en caa d'appel aux armes par les Etats-Unis. Violent ora<je à ia frontière franco-suisse. Berne, 23 juin. — Le « Petit Parisien « annonce» que les dégâts provoqués par le demies orage se montent à des millions; ia grôle a tout détruit; dans le canton de Besse, presque toutes les communications sont rompues: sur plusieurs ponts, le passage est devenu impossible. Entre Besse et Chaudefonds, les torrents extra ordinairement enflés ont arracha également des ponts; W Cou!;i(je du paquebot russe « ftlerkur ». On mande de Petrograd quelques détails au sujet de la perte du vapeur russe « Merkur ». Ce navire allait d'Odessa à Cherson, avec environ 800 passagers, parmi lesquels on comptait de nombreux étudiants et élèves de diverses écoles retournant pas:er les vacances dari3 leur région. A une vingtaine de verstes d'Odessa et à deux milles de la côte, il toucha, une mme qui détru.sit complètement son avant, et il couia en cinq minutes. Deux grands canots, immédiatement mis à la mer, ont chaviré. Les occupants s'accrochèrent aux épaves qui surnageaient; on envoya 13 barques pour le sauvetage, mais la mer étant trop houleuse, il était impossible d'arriver au navire; toutefois, elles purent recueillir de nombreux naufragés enipoitts dans leur direction par les vagues. Beaucoup d'autres, suffisamment nageurs, ont pu gagner la côte, en sorte que la plupart1, des passagers furent sauvés. On a toutefois recueilli 2ci cadavres jusqu'à ce moment. Un annonce que le capitaine du navire russe « P or terri km » a été témoin oculaire de l'explosion et du coulage du « Merkur », mais que, dans la crainte du sous-marin, il s'est gardé d'approcher du navue en aétresse. VV La i.iijKi; jjeruiaito-ainéricaine calouiiiice. Philadelprue, 24 juin. — Le Dr. rj-exa-mer, presrdent de ia Ligue nauonale germa-no-americaiiie, a proteste contre le rcpioclie prétendant^ que i* Ligue aurait trempe a<uio une conspiration auti-iegaie, et a, aans une déclaration publique, réclamé que le Congrès ouvre immédiatement, une enquête approfondie sur cet obljet. La question irlandaise. Belfast, 24 juin. — La conférence dès nationalistes do i'L ister s'eet uecidce à t ccep-ter ies propositions de Al. Lloyd George pour un règlement provisoire de la question u landaise, par un vote de 475 voix contre L65. Husses adversaires de ia guerre économique. Berlin, 24 juin. — Lundi dernier a ou lieu, à Petrograd, avec autorisation du pouvoir supérieur, l'assemblée constituante, de la iédération nouvellement formée pour le rapide président a déclaré que durant fiT guerre il ne faut tenter ce rapprochement qu avec les pays non ennemis de ta llussie et de ses alliés, mais que sitôt la guerre terminée, les autres pays ne seraient plue à considérer comme ennemis. Vapeurs Scandinaves arrêiés par les Aiieïnantis. Copenhague, 24 juin. — Lies a Berlingske ïidende » : Les deux vapeurs danois « ilébé. » et « Nestor », venus de la mer du Nord avec des cargaisons de boie, ont été arrêtés, jeudi soir, par- des vaisseaux de contrôle allemands dans la Koegebucht; immédiatement après, un vapeui de Stockholm a été également ar-lêté. Les trois vapeurs lurent alors diriges vers lu sud, probablement à Warnenuinde, pour y subir l'inspection. Un quatrième vapeur a été également retenu on haute mer; on ignore toulelois sa nationalité. Le vapeur danois « Alexandra », arrêté à son tour, a été, au bout d'une heure, autorisé à continuer sa route. Etais-Unis et Mexique. New-York, 24 juin. — On mande de Washington à 1' « Associated Press » que M.Lan-suig a fait parvenir aux agents diplomatiques des Etats du Sud et du Centre de l'Amérique une circulaire concernant le conflit entre les Etats-Unis et le Mexique. Ce message déclare formellement que si des hostilités survenaient, le but des Etats-Unis se limiterait à la défense contre une invasion, i^is aucun projet de. s'immiscer dans les affaires du Mexique. Londres, 24 juin. — On mande de Washington au « Times » qu'en Amérique du Sud on accueille avec méfiance la note ds M. Lau-sing à Carranza, et qu'on y pressent une future absorption du Mexique par les Etats-Unis.Conférence des pays Scandinaves. Copenhague, 24 juin. — Des « Berlingske Tidende » : il y aura, le 6 juillet, à Christiania, un congrès pour favoriser l'action commune des Etats du Nord dans le domaine économique. Les congressistes sont des délégués des plus importants organismes com-mercaiux des trois pays Scandinaves. La presse anglaise et îa Coîiîéreiiee économique de Paris. Londres, 24 juin. — Le « Daily News » écrit au sujet des décisions prises à la Conférence économique de Parie . « La décision de se prêter mutuellement l'assistance financière voulue et de favoriser tous travaux d'études et recherches scientifiques et industrielles, fait voir que ia Conférence s'est rendu compte de ia véritable raison des succès de i'Aliemagne. Cette raison, il ne faut la chercher m dans la vente en dessous du prix de revient (dumping) que nous pratiquons tous ctéjà, ni dans les mesures douanières, car, exception faite pour la Grande-Bretagne, tous les pays avaient déjà leur réglementation douanière. On la trouve plutôt dans la supériorité d'instruction scientifique des Allemands, la supériorité de leur méthode économique, dans leur zèle, leur adaptation aux goûta de la clientèle, de leur i service consulaire mieux compris, et, enfin, dans la sollicitude gouvernementale, plu: grande, chez eux, pour les intérêts commerciaux.Le « Daily Chronicle » trouve particulièrement étonnante l'absisnoe, dans les décisions de la Conférence, d'allusioii3 à des droits douaniers jirotecteurs. Le « Manchester Guardian. » est d'accord avec les conclusions de ia Conférence pour ce qui concerne la durée de la guerre, mais u'e&t pas partisan de continuer ies hostilités après la paix. Car, dit-il, les alliés n'en seraient pa6 renforcés au point de vue économique; ils se trouveraient affaiblis, au contraire.par un régime qui leur interdirait, d'acheter aux Puissances centrales des produits que celles-ci fourniraient moins cher. Ces produits seraient alors achetés par les neutres, et ce sont ces derniers qui attireraient à eux le commerce que l'Allemagne s'assurait précédemment. Les nations neutres, qui, d'ores et déjà, ont acquis d'énormes richesses grâce à cette guerre, continueraient à réaLser leurs bénéfices au détriment des pays belligérants. En somme, ces décisions adoptées par la Commission entraîneraient pour ces derniers un appauvrissement de longue durée. Au demeurant, conclut l'article, bon nombre d entre elles reposent sur des principes d'économie politique absolument faux. .im innMnaBEgfeaSggKCSBfce— Dépêches REPRODUIT Ei> u£ L'EDITION PRECEDENTE) Le nouveau cabinet grec. Lwgano, 24 juin. — (De l'agence d'Athènes.) — La composition du oabinet est ia suivante : Zaïmis, présidence et aftaires éuam gères; général Calions, guerre et, provisoirement, marine; liballis, îinances; iNogris,commerce; colonel Cltaralambis, mtérieui; professeur Monferrator, justice; Lidonki, instruction publique; Cailivas, agriculture. La pres>se et l'opinion publique sont disposées a accueillir favorablement le nouveau cabinet, ' D " a ufcXfi DRTi Jiîi lietu txx-w _ ^ " ^ -g=cii\.\3 îilÀjfani concernant i'acceplation par ia tirece det. conditions de l'Entente. Athènes, 24 juin. — L'agence Reuter annonce que M. ijarmis a renuu visite a l'ambassade de France, où ont conféré les délégués des puissances de 1 Lutente, et il a remis au nom du roi une déclaration stipulant que la Grèce accepte toutes ies conditions posées par les alliés. L'opinion a Athènes. Cologne, 24 juin. — Uu mande d'Athènes: S'il est vrai que le roi et le cabinet Zaïmis ont dû céder vu leur situation de contrainte vis à-via do» puissantes,et acceptent saus restricti,,n le texte de la note d hier, il faut dire aussi que le procédé sans précédent dont se servent vis-à-vis de la Grèce les puissances pnvilég ôts et « protectrices de tous les petits Ltats neutres incapables de se défendre », a déchaîné la pius vivd indignaltion dans tous les milieux où l'on pense encore en patriote et où l'on a. le sentiment, de craindre pour la sécurité du pays, on est unanime à condamner celte manière d'agir,sauf naturellement dans ia preste du parti Venizelos,qui s'adonne à l'ivresse du triomphe, tout en prétendant que désormais la Grèce sera, sous ia garantie de l'Angleterre, de la Erance et de ia jiussie, préservee de troubles intérieurs, étant donné que l'ordre gouvernemental va être rétabli. Mais les autres journaux d'Athènes s accordent à juger sévèrement le procédé de l'Entente. Ainsi, 1' « Akropohs » dit que jamais les puissances centrales ne se seraient assure, par une convention quelconque, le droit de s'immiscer dans les alfaires intérieures du pays au po.nt d'arriver à faire révoquer la police grecque. Le « Skryp » affirme que cette note qu on vient de jeter à la face des Grecs va marquer la tache ia plus sombre dans toute l'histoire universelle, car, dit-il, elle surpasse i ultimatum de l'Autriche à la Serb.e, iequel avait pourtant produit l'impre6sion d'un agisse-ment despotique et tyrauuique provoquant la guerre mondiale; encore l'Autriche-Hongrie avait-elle à venger la mort de son archiduc-héritier, tandis que la Grèce ne s'était rendue coupable de rien. Le « Chronos » dit que jamais, depuis qu'il existe des Etats organisés, une nation n'a reçu un soufflet aussi humiliant; jamais les représentants de pays étrangers ne sont venus s'opposer au chef légal d'une nation pour prétendre qu'au nom de la liberté ils ont à lui supprimer ses droits, et, plus encore, pour organiser contre son roi une propagande do pamphlets injurieux. lieveridicaiion italienne concernant l'Albanie méridionale. Cologne, 24 juin. — On écrit de Suisse à la « Kolnischo Volkszeitung » : au conseil dos ministres italiens. M. Sonmno,. ayant fait rapport sur la situation internationale, a exposé la part prise par l'Italie, de concert avec les alliés pour en finir avec la résistance de la Grèce. Il a toutefois ajouté que la démobilisation de l'armée grecque devrait s'étendre aussi à l'Albanie méridionale. L'attaque aérienne contre Venise. Home, 24 juin. — (Télégr. de l'agence Ste-f fani.) — Dans les premières heures matinale^ des aviateurs ennemis ont survolé hier Venise et ont jeté 6 bombes. Six personnes ont «téj tuéas, quelques-unes légèrement blessées eti -i-wanrs bâtiments endommagée.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Ajouter à la collection

Périodes