Le bruxellois: journal quotidien indépendant

193 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1918, 12 Mai. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 22 septembre 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/pz51g0kq54/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

> DIX CENTIMES JO QÜOTIDIBN IP3:X>15IPKKri3^3V'r t^ZZIZ^WÊBüMWtmttÊÊK^ÊKmfT^niTnfii abonnement Bruxelles - Provlne» - Etrangei» Les *%o»a«»«iS» e««l Tfcm-.i <«n!natTor»en* par toaa le* RTREAIfX DB POSrTEÖ. Les ir«l»m ajianq les a>*nne- ments i»ir«at êtroadreaséesoielasivoment aa, 'tnirejiM 4e p«te ft iiAXri'i PRIX DES ABONNEMENTS : « aatla : t a»»l» : 1 ■»ii : Fr. 9.00 Fr. 6.00 Fr. 3.00 Tlrap : 125,000 par jour annonces Fait» «Ure» ct Esia* La llgn» ft. t 01 >00 Aaaoam Mauaoratirie* 8 OS Auuonue» üluairi'a * 00 k PHHTHg AUSOMOHS: la sxwidc liane S O» ^ Rudactsar ea clief Bbss AIUiAND. W #ódauM»a, Aliauü*t3<*ü»m, P«l»Uoit4, Teatft tRUXELLES, 33-33, rue de la Caserne. Tirags s 125,000 par jour LA GUERRE Communiqués Ufficieis ALLEMAN DS 'BERLIN, 11 mai (Officiel, midi): TMAtrf» de la cueree h 1'Oneflf. Dans la. règion de Kemmel, V»~tion d'artillerie a êté vive par moments. Nous avons 'txécuté des opérations de pen d''envergure avec succes. Des attaques franfaises par-'tielles au nord de Kemmel et prés de Lolt er 'furent, repoussées. Sur le champ de bataille 'i la Somme, des combats d'infanterie frè-quemment violents se toni dêveloppés. Des régiment g anglais ont vainemenf at-\'tarjué, après plusieurs heitres d'a.e.tinn d'artillerie, nos lignes da»s le bnis d'Aveluy. Leurs vagues d'attaque ont subi les flus <graves pertes dans notre feu T)* même des 'attaques ennc.mies oprries 'de nuxt contre Wangard ichouèrent Sur Ta rive occidentale dn l'Avre, les Francais ont pris j>ied 'dans le pare de Grivesnes- d' nilleurt, ici \encore, leur attaque s'écrou^a */'««<• manie re "san fl ante. En po "f ments ds rtconnaissance 'au rnnal Oise-Aisne. en CUw.J-acrjie ct au rrord-est de Pont-a-Motisson. Dans le bots 'ff A -hremont, nous avons rn-knuïgé des ba taillons francais renforces 'har de? pionniers 'et des lanee-flammes. A Vr.ide d'un vicoureur bombardement de mine. nous avons 'infligê de er ai) es Vertes aux Amé'icnins au 'eud-ouest d'A.fremovt et au de Parroy. Front cn Itëaeédoine : Au nord-ouest ie Maltowo, des grounes 'd'attanue allemandes ort ■bénêtrè dans des tranrhées francaises et faxt des prisonniers. BERLIN, 10 mai (Officiel du soir): Une attaque anglaise partielle au nord d'Albert a ètè repoussèe. Une attaque fran-Qaise en forêt d' Apremont a également échoué. NOUVELLE TENTATIVE DE DETUR-QITEMENT ANGLAISE A OSTENDE. BERLIN, 10 mai (Officiel): Des forees navales anglaises ont entrciris ce matin, h S heures, après une énergiaue préfaration d'artillerie, une attaque contre Ostende. Plusieurs navires ennemis, qui, sous la protection de nuages artificiels, ten-taient de s'approcher du port, en ont ètê empéckês pa* le feu de nos batteries cSt.iè-res. Uit vieux croiseur a Hè coulé n Tentrée 'du port. L'entrêe est entièrement libre. Des morts ont ètè fulement trouvés cl bord du rtavire coulè. Deux hommes vivants qui avaient santé -par dessus bord ont étè faiti pris_onniers. D'après les dernières nouvelles, deux ba-teaux-moteurs ennemis au moins ont étè coulès et un monitor sèrieusement endom tnagè. La tenlative ennemie a étè totalement tmnihilée. Cependant Vennemi y a sacrifiè des vies humaines et des transports. BERLIN, 10 mai (Officiel) : La deuxième tentative des Anglais de 'ëapprocher des points d'afipui de nos sous-marins en Flandre, qui leur deviennent de jour en jour plus incommodes, a trouvé notre corps de marine autant en garde que la première. II ètait a prévoir que Vami-rauté anglaise ne s'en tiendrait pas a une seide tentative. Les raisons pourquoi cette fois Vattaque s'est dirigée contre Ostende ne sont pas encore éc'laircies. II est vrai qu'a Zeebrugge également un épais brouillard arlificiel fut développé en même temps oü Vattaque a eu lieit a Ostende- toutefois, ce-ci ne fut fait que -pour itous induire en er-reur. L'ennemi ouviit au matin du 10 mai, vers 2 heures 45 minutesj un feu concentrè contre nos batteries d'Ostende. Quelques minutes plus tard un fort brouillard arlificiel fut produit. Lorsqu'a 3 heures et 2 minutes deux croiseurs anglais furent recon-nus dans le brouillard a Vest d'Ostende-, nos batteries ont immédiatement déclanchê un ■feu nourri et bien dirigé, après que deja auparavant un feu de barrage protégeait l'entrêe du port. Le premier croiseur prit le large dans la direction ouest, l'autre dans la direction nord. Le dernier fut encore re-connu a diverses reprises dans le brouillard et chaque fois bombarde avec violence. Vers S h. Si, il arriva encore une fois devant l'eittrée et coula en-dehors du chemin navi-gable, pris de tous cn'^s sous un feu des flus lourds. Entretemps nos batteries ont bombarde des fractions isolées de navires qui furent reconnucs sur la mer. Un moni-teur en repos, qui ne tirait faSj selon toute apparence mis déja hors de combats, fut repéré vers b hf 80, mais aussitót il fut de nouveau entouré de brouillard arlificiel par Vennemi. Le croiseur échoué est, d'a-près des papiers retrouvés, le uVindictive». Nos propres pertes sont comme a la première tentative de nouveau heureusement trés minimes. Oomme première version cmanant de eouroe anglaise au sujet de 1'attaque avortóe contre Ostende, nous reprodui-pons Partiele paxu dans Lo «Times» du 10 mai : Les opératio'ns qui ont vist de fermer les ports d'Ostende et cLs Zee-brugge as sont terminécs hier soir avec Buccès par le coulage de Tanden croiseur ;«Vindietive» ent re le pier et a travers 1'entrée du port d'Ostende. Après l'ai> itaque contre Zeebrugge, effectuée lo 23 iavril, le «Vindictive» fut remplu de ci-toent ct équipe pour ce but comme na-iVine pour bloquer. Nos foroes nav&las lé-gères sont revenues a leur base avec la perbe d'un monitor qui, sur 1'ordre du yj-ce-amiral, qui n© v-oulait pas le laisser fcomber dans les mams de Texmeroi, fu!t poulé. Nos pertes sont minimes. La guerro sous-marine. BERLINj 11 mai (Officiel) : 'De nouveaux succès de nos sous-marin. iianf Iq Méditerranée: Six vapcurs, dein voiliers d'un tonnage global de plus de 25,000 tonnes. Parmi les navires coulès fi-guraient le vafeur portugais armé uAvei-ra» (2,209 t.), avec une cargatson de maté-riel et de chevaux. ainsi que le vapeur anglais (cWibeck Hall» (5,01)3 t.) qui transpor-tait probablement t'-ne cargaison de muni-tions, vu qu'il coula avec une formidablc détonation immédiatement après avoir éts atteint par la torpille. AUTRICmE^ VI EN NE, 10 mai (Officiel): Pas d'événements particuliers. BULGARE SOFIA, S mai (Officiel) : Front de Macèdoine. — Au nord de Bi-tolia et d Vest de Dobropolje, le feu d'artil-lerie des deux cêtés a étè plus violent un certain temps. Dans la région de Mogltna nós postes ont refoulè des troupes de re-connaissance serbes. Une compagnie anglaise, qui cierchait, après préparatiotl d'artillerie crpénétrtr dans nos positions & Vest du War dar, a étè dispersie par nos bombes et le feu des mitrailleuses, et a laissé des prxsonniers entre nos rnaint. Dans le voisinage de la Struma inférieure, rencontres de patrouilles. TURC CONSTANT IN OPLE, £> mai (Officiel) : Front de Palestine. — Des deux cótès, feu d'artillerie dans des limites modérées. Vive action des patrouilles cn vernies sur la rive orientale du Jourdain. Prés d'Aïn-Sinja, un ballon-captif enncmi fut abattu en flammes. Nos aviateurs ont attaqué avec succes a l'aide de bombes el de mitrailleu ses, (Tune hauteur de SOO mètres, des camps de caz-alerie ennemis dans la vallèe du Jourdain. Sur les autres fronts rien de saillant. FRANCAIS PARIS, 10 mai (Officiel, S h. P. M.): Après une intensive brève prêfaration d'artillerie, nos troupes, dans Vanrèt-midi i'hier. se sont emparées du +n~c de Grivesnes dont une importante pnrtèe restait oc-cupée par Vennemi. Au cours de cette opè-ration, nous avons fait ?5fl r>risa»»;'rt. dont quatre officiers et ramenè un nombreux ma-tériel. Malgré de vives rèactions de Vartillerie ennemie et les reconitaxst/inces nui ten-taient d'aborder notre nouvelle Ugne, nos fanlassins se sont mai-fr-v* uur les positions conquises et les ont orgavxsées. Sur la rive drcite de VAilette, en Champagne règion de Massiges et au nord de Reims. en Lorraine, boxs d'Aillv, nous avons exè cuté avec succès plusieurs opérations de détail ou rej>oussé /Jr?, d-r r irzemii au cours clesquels nous avons fait SfS frisonniers, dont un officier. AVIAT ION: Dans la journêe d'hier, le lieutenant Fonch, au cours de deux patrouilles, a abattu six aviov- hipt aces ennemis: les deux premiers en dix secondes, le troisième cinq minutes. après, les trois der-niers au cours de sa seconde patrouille. PARIS, 10 mai (Officiel. 11 h P. M.): Rien a signaler cn dehors d'une tutte d!artillerie asses violente dans la règion de Grivesnes et entre Lassigny et Noyon. Armée d'Oricut : Actions d''artillerie réciproques a Vembou-chure de la Struma, sur le front serbe dans la bouclé de la Cerna et au nord de Monas-tir. Les troupes serbes ont exeeutè avec succès un coup de main dans les tranchèes bul gares pres de Sborshi et ont repoussé une tentative bulgare sur le Dobropolje. Rencontre de reconnaissance a Vest du lac d'0-chrida. Les aviations franco-anglaises ont • bombardé Vaèrodrome de Drawa et les cam-pements de Beranci. ITALBEN ROME, 9 mai: L'activité réciproque des deux artilleries s'est de nouveau ravivée en divers secteurs, dans la vallée d'Asiago, sur la rive gauche de la Brenta, au Montello et dans la règion de Maserado. Des détachements de viarche ennemis ont étè dispersés par notre feu prés de Roana, sur le Sisemol et dans la règion du Col Caprile-Col Beretta. Des combats de patrouille ont eu lieu sur le haut-pla-teau d'Asiago, pres de Pennar, le long du Piave et dans les environs de Foner. Le champ d'aviation de Motta. di Livcnca a étè bombardé par des aviateurs ennemis. ANGLA8S LONDRES, 9 mai: Une contre-attaque de troupes anglo-fran-(aises couronnèe de succès a chassé hier soir Vennemi dans le secteur de La Clytte et de Voormezeele, hors de la partie du front des Alliés oü il avaxt rèussi ct prendre pied le matin et rétablit la situation primitive. Nous avons fait quelques prxsonniers. Ce matin, Vennemi a attaqué de nouveau au nord du Kemmel et a rcussi a incurver lé-gérement notre ligne en un endroit oü le combat continue encore. Des troupes ap-partenant a deux divisions alleinandes ont pris part a Vattaque ennemie de hier matin. L'ennemi subit de lourdes pertes, aussi bien par notre feu d'artillerie qu'au cours des combats d'infantcrie lors de Vattaque et au cours de la contre-attaque qui s'en suivit. Au cours de combats locaux prés de Bucquoy, nous avons fait 30 prisonniers. Dans le courant de la nuit, nous avons fait de nouveaux progrès entre Somme et An-cre. Nous avons amèliorè nos nouvelles positions dans ce secteur et avons fait quelques prisonniers. Des, raids ennemis prés de Lens et de Nonris ont étè repoussés. Dtt-rant la nuxt, l'artillerie ennemie a développé une activité conidérable dans le secteur d'Albert. A la fin d'un combat local qui eut lieu ce matin dans le secteur de Voormezee-le, les positions anglaises et francaises sur ce front ont ètè complètement rétablies. ■ En connexion avec l'activité d'artillerie en- ■ nemie déja tuentionnée, l'enncmi a pronon- eé ce matin de bonne heure deux attaques locales dans le voisiMage d'Albert et fie Bou-aincourt. Dans cette derniére localité, Vattaque fut brisée par notre fusillade et par le feu de nos mitrailleuses et ne put attein-dre nos tranchèes. Prés d'Alhtrt, des troupes ttiitemies. qui avai-ent subi de lourdes perles sous notre feu, ont rèussi d s'établir datis nos positions avancees sur une largeur de front de 150 yards. A part l'activité d'artillerie réciproque, il n'y a rien a signaler dans les divers secteurs du front anglais. — — Oernières Depêches Lord Lansdowtse et !a paix par compromis. Amsterdam, 10 mai. — De Londres h 1' «Alg«mean Handelsblad» : Mercredi, Lord Lansdowne a prononoé h la Cham-bro dos Oommanes, au cours d>e« débabs concernjunlt la paix, un disooura da-ras lei q»l il démontr© aveo ineistanoo qu'un® paix obbetnuie par voia de négociatioos serait Ls «eul raoyon da terminor honora-bl&maob et sürement la guerre. Lan®-dowms a ropouasë ónergiqu-emtenfc 1'idéo d'uag pajx obtenue d'autr^ fa?on ot pro-tesiba *u conltrajw oontre 1» fait que de» négocfetours T>ossib1eis aiernfc été écartés du domarive de la politique, avajit même d'avoir pu posar le>urs oondikions. Tl pcotas&a ©n out re contre la défröEe faite & deis hommes s>&»sés d'ouvrir la bouche. unequemeni paros qu'ils aont d'av"is qu'uti® naix par voie do négociations edi, poesible. Prétendücs espionn^s fnsillées. Genève, 7 raai.— Av&nt-h^r deux ferrv rr<os, oonda.rrmées h mort du chef d'es-Tvkxnna.cne, Josephiiin Alvarez et Victo-rin<s> Fa-ucher, ont ébé fiiswlléas. Os sont deux chanteuses qu' enfjr<^ena:enfc das rappor ta avee des solda-ts francais. Les pertes francaises. Be rij n, 10 mai. •— Pl.ua d© 30 prisonniers des ré«cimenifvs d'iji fan tere francais 39,1 at 401. tombé.s aux ma'nis des Al-Ifrnorïds lors d^s attaques frangaises in-fruobeunaa du 4 mai, avouent aiw> leur tasaut s'est éfroulé niair mi'te dn feu supérieur dea AlUwa»ds. II en fut de même (tes fract'ons de \.rour»°s voisirves. ncrSss des Fran<;a's, qui avaient déih beaucono souffwt a la Somme. ont éfcé rvarticul-'èremen'- lourdes lorn de la ten.' talive d'.attaque r>rès d« Bailleu.1. Les soldats amérieains. BerLin, 10 mai. — Le général Foch au-rait d'.'t qu'il saerifjerait sans merci 1'ar-mée toute entière pour permettre d'at-tendre 1'arrivée des Américainis. Mais les soldata francais n'ontt, pas beauooup de confiance dans coux-ei. En tout ca<s, mal-gró un© réclame inouïe faite en leur faveur, ils n'ont encore rien fait de parti-culitar et n'ont que trop justiifié le qua-lificaAif do « solda-ts d'étain » dont les gratifient ies Anglais. Les Alsaciens au front. BerlLn, 10 mai. — Pendant 1'attaque framgaiisis d'hier, les Alsaciens, comme dans de noinbneuses occasions précédenr ties, es sont particulièrement oomportés dans la défense et la poursuite. Ls commandant de la division dont il s'agit s'e-xprime plein d'cloges sur leur male attitude. Las eoldaibs alsaciens S9 sont égalemen-t disbingués en mettaab hors d'óbat de nuire des mitrailleuses enne-mjes. Leur état d'osprii est empreint*de cqnfianoe comme toujours, après la jour-nee féoonde, qui coüta a l'ennemi tarub de pertos graves extraordinaires elt, par contre, aux Allemands des pertes minimes aeulemeint. Les combats cn Flandre. Berlin, 10 mai. — Depuis midi, un violent feu d'artillerie a pesé le 9 mai sur la région de Voormezeele, sur la région du ^Kemmel et sur Bailleul; il dura jusqu'a la nuit ct diminua ensuite d'intensité. La région du Kemmel seule a été exposée la nuit a un feu continue! du plus lourd calibre. Une attaque esécutée par plucieurs compagnies eimemies au nord du Kemmel s'é-croula sous notre feu avec les plus lourdes pertes pour l'ennemi. Les aciéries d'Isber-gue et les puits de mine dans la région de Marles ont été bombardés par les Alie-mands a lourd calibre comme d'habitude. Les eoinbats cnlre Meuse et Moseiic. Berlin, 10 mai. — Entre Meuse et Mo-selle, trois troupes d'assaut ont été repous-sées dans la région de Seicheprey et un officier américain a été fait prisonnier au oours d'une attaque de poursuite qui nous a valu également la capture de plusieurs mitrailleuses américaines, d'armes et de piè-ces d'équipement. Les Américains ont subi de lourdes «t sanglantes pertes aussi bien au cours de leur propre attaque que lors de la défense ct de la poursuite. Les efl'ets de la guerre sous-marine. Berlin, 11 mai. — Nous avons déja fré-quemment annoncé le coulago de transports avec une cargaison de chevaux y compris boxes et accessoires divers, marchandise dont 1'emplacement représente une énorme pexte de contenance; ce qui fait qu'au lieu de leurs réserver il bord un emplacement exclusif, on y ajoute une marchandise peeante ayant 1'avantage de ne pas laisser autant d'espace inutilisé tout en servant h arrimeT 1'ensemble; or, les articles appro-priés ü eet effet sont précisément les ar-mes, canons, plaqu.es de blindage, mine-rais et analogues. Et quand une précieuse cargaison de ce gejure n!§3t_naa coulée p_ar jnawanaBnBMNoimiiaanBnwarawaaaaoHBWKViKfiir IWM un sous-marin, le trajet par mer eau se d maladies ct de Ia roortalitc r»armi les ch vaux. La «Nautical Gazetten de Ne^r-YorV a nongait dernièrement qu'il y arait, , < moveune, une proportyon de 3 p. c. de c chevaux tombant victimes du mal de me eitc., et voués a une prompte mort; les e ploür. de sous-marins ne font qu'iffgrav de plus en plus eet état de choses, c moiriiS les alliés disposent de tonni^e, pi ils doivent aménage'r et re*-«esrrer ces ar maux en dépit des regies 1'hTgiène. La guerre a^rienne. Berlin, 10 mai. — Une attaque aériem ennemie a eu lieu le jour de l'Ascensi< oontre Cambrai. Parmi 1'innocente popul t.ion, 10 civils ont péri en ce jour de fê par suite de Vattaque aérienne exécutée p l'e«nemi oontre ses propres killes. Un e fant de 3 ans, une fp™>me et un vieilla: figurent pairmi les morts. Berlin, 10 mai. — Le 9 mai «1 7 h. 30 c »oir, des aviateurs ennemis ont lancé d bombes sur Douai. 29 civils francais tor bèrent victimes de cette attaque aériem ennemie: 17 furent tués, 13 avitrr^ blessés Les saTires bol'andais et les Etat» Un Amsterdam. 10 mai. — De Rotterdam l'dAlgemeen Handelsblad»; Le vapeur «Zy dvk» de la Holland-Am?t-'ka Linie a é chargé de provisions et fera aujourd'h du charbon pour se rendre ''-main en Am rique. C'est un des trois navires qui se re drcrat aux Etats-Unis en échange des tro navires charerés de céréale- 4 '"«Hnatu de la Hollande. Les deux autres navir sont; le vapeur «Delftland» du Llovd hc landais et «Hector» do la compagnie née landaise de paquebots qui ont égaleme: tout préparé pour la traversée. Le,s tro rarseaux navigueront sous escorte. On e en droit de conclure qu'un accord est i tervenu aussi bien avec l'Allemagne qu'av los pavs de 1'Entente et aue lVr^«-tati( des céréales vers la Hollande peut cor meneer actuellement. Une action pac'f'atc des <rava?Renrs On mande de Winschoten (Hollande) ; «Nieuwe Rottordamsche Courant» que I Saunes, membre de la Deuxième Chambi a asuiré dans une Téunion locale que bie tfit des délégués des organisations de tr vailleurs de tous les pays se réuniront Berne, afin de déhbérer sur la posfibi'i d'une paix La situation & Ssint-Pétersbourg. Stockholm, 10 mai. — La «Svenska Da bladet» annonce cjue le secrétaire d'Et finlanéais RSfckeM est ré rem ment rentré Saint-Bétersbourg; le récit d'un de ses coi pagnons de voyage nou- met au courant la situation dans la capitale russe: tous 1 chefs de gardes rouges y sont revenus et mènent la grande et joyeuse vie, grace 1'argeat qu'ils ont en •>borK,.rw~e, tandis q le restant des réfugiés arrivés de la Fi lande souffre d'une affreuse misère. L gardes rouges seraient parvenus a captur une foule d'objets de grande valeur actui lemcnt, tels que machines et instrumer aratoires, meubles, titree de portefeuil qu'ils ont apportés avec eux de la Finla de. Par contre, il v aurait des fermer d'insurrection dans les classes pauvres, bi que de nombreux ouvriers de fabrique soient trouvés absolument trop misérabl ixiur manifester le premier mai. Quant Lenin, sa politique serait plus modérée présent; il chercherait a réaliser une < mee en bon ordre, et, il eet effet, puiser; dans les cadres d'officiers de 1'ancienne ; mée; il chercherait en outre a dégager i gouvernement les banques privées. Qua aux prix en vigueur Ü Saint-Pétersboui ils öeraient extrêmement éievés. Le elioléra en Russie. Moscou, 8 mai. — Une épidémie de cl léra s'est déclarée il Saratoff. La pénétration japonaisc en Chine. Le «Times» apprend qu'un syndicat banques japonaises, soutenu par le gouv nement, a décidé d'accorder un emprunt 20 millions de yens a la Chine. Cet emprv sera garanti par les recettes des télég phes. Les fonds serviront a la réorga sation du réseau télégraphique chinois sc controle japonais. L'action de Semenoff cn Siberië. Le «North China Dailv News» annoi que le général cosaque Semenoff a avai jusqu'a 280 kilomètres a gauche du chen de fer sibérien et a occupé sept stations cette ligne. Semenoff se serait mis i tète, d'un gouvernement autonome de Transbaïkalie. Pour une nouvelle conférence de Stockholm. On mande de Stockholm 1'arrivée d; cette ville des socialistes de la droite r se, MM. Roupanoff et Soukhomlinoff, < se proposent de faire revivre la Conférei de Stockholm. Le Pape et la paix. L'Agence Stefani mande de Rome que Pape a ordonné le 9 mai par un «motu p prio» que le 29 juin, le jour des S/ S. Pi re-et-Paul, des messes pour la Paix ser dites partout. Expulsion d'un journaliste italien de Suisse. Berne, 10 mai. — Le Conseil fédéra sommé le journaliste italien Perri, 1'édit de 1'hebdomadaire « Le Document », vient d'ctre inberdit, de quitter le territc suisse. Mort d'une feministe américaine. Oü mande de N-ew-York la mort de M Honorée Patter Palmer, bien connue de société américaine ct du mouvement fé niste. Le charbon de 1'Entente pour la Suis Bern)©, 10 mai. — L'Ag. diQ dépêcl es str?95» obtient coofirmataon de la nonvis!-e" t l"i pub'déo par la de Lauaanne» n et euiraaaft la-quoile le gouveraesnenS ,n frMifJtia ftur&it, au mom des gouverne-„s r»s®tia «iliós, approuvé la livraison nse-ni-r, suelle d.s 85,000 tonnes tfc> chaarbon a la x- Suiaso a rarieom do 150 fr. Ia tonne,paya-sr blos en nniwérair© suisse. Lea disposi-w txwis plus détaülées eortcemajib la four-is njtnns da charbon, et, cdq particulier, les quoatóons do transport; connexos.no aem bleab paa eiwx>re entièremeat fixóas i 1'heure actu«!l«. II parait que les gow ie verDameni'tis alliés auraient basé leur of->n fne s-ur cetóo condiiion que le charbon fourni par 1'Entente pourrait être utili-" w b, voJontó, mais qu>e, d'aubro part, la ^ Suiass n'approureTait aucunes disposi-tions pasèrietivos, è, 1'égard de l'Alleana-s gn<a, en dehors das clauses ayanb été &■ [u -plsquées jusqu ici. « DÉPÊCHES is La conirnjssicn pai^cis^ntaire h Londrrs ^ Londres, 9 mai. — A la Chambre des !_ Communes, Lloyd George a fait observer que, depuis long+emps déj&, le Parlement L1; avait décidé qu'une commis-ion distincte' ne procurerait pas la meilleure cour de jus-n_ tice pour déterminer lea réalités de fait js quand les passions seraient déchaioées; As-IT) quith lui-même se serait ex^rimé, a juste titre, contre 1'institution d'une commis'ion. ] de ce genre pour 1'étude de 1'affaire de Mé-r_ sopotamie. Les juges auraient eu 1'habitude-de vérifier les faits et de passer prompte-ment & un verdict; depuis mardi, 1'appui! d'Asquith, par la voie-de la presse, a fait' n" clairement ressortir qu'aucune décision, émanant d'une oour de justice secrète ne )T1 pourrait être admise, et le gouvernement a Q. résolu de rendro les faits publics, bref, da laisser la nation juger par elle-même. Le diseours <1^ justification de Lloyd Goorge h la Chambre des Communes» j11 Londres, X0 mai. (Suite de la eéanca e' k la Chambre des Communes). — En oe n. qui ooncerne 1'extension du front, Lloyd P_ George dit : « II est exact que Maurioo a était a Versailles; mais il est inexact té d'en conclure qu'il ait participé la dé-libératioax conosraant l'extension da front. II se trouvait dans une partie du batimenit, mai's non dans la Chambre des dólibéraiion. L'exbonsion du front de je Gcvugh, h laquell© il est surtout fait al-n- lusion, n'a jamais été discuitée au coni-le seil de guerre de Versailles. Un accord es eut li®u & oe sujet en.tro Haig e<t Petain; y o'était d'alilleurs un fait accompli avant ^ même que le conseil de guerre se réu-116 nit. Haig transmit en oonséquence son ^ rapport au conseil de guerre. II expri-mait, il est vrai, Ie vceu d'urue ex*r.ension >1. plus étendua du front, mais pas un seul ts metro du front ne fut repris a la suito le de la conférence de Versailles. II n'y a n- pas un seul mot de vrai darus 1'affirma-ts tion que 1'extension du front de Gough ïn ait eu lieu sur 1'ordre du oabinet de guer-se re, en dépit de Popposition de Haig et de Robertson. Elle a eu lieu par suite a de la grande pression du gouvemomenfi frangais et de 1'armée frangaise, afin da> rendre possibLs ainisi 1© liceneiemeiit, de ir. gens qui étaient devenus absolument nérJ lu oassair&s pour 1'agriculture. Le ca.binet nt adopiba» 1'extension en principe, mais 1'é-g, poque et la mesure de 1'exte.nsion. de-vraien't, être abandonnées aux soins des deux oommandants suprème®. L'exten-[0_ sion du front a d'abord été mise sur le tapis i>ar les délégués francais, lors de! la conférence de Boulogne. Survinrenb alers 1'inciden.t de Cambrai et la.?.«atas(-fe Irophe italiönne, qui rendit nécesisiaire 1© Jjg penvoi de troupes anglaises hors do nt Francs et ren dit plus difficile 1'extension: ra. du front durant un certain temps. Finat-ai- lement, Clemenceau proposa que la us que©tion4 fut examinée par un délégué militaire et qu'en cas de désaceord oe fut. lc conseil de Versailles qui décidat. Les: l0e délégués mi.litaires proposèp&nb un corn-icé promis entre les proposit'.on3 fraincaises un et anglaises : 1'affaire serait discutée lo de lea- février devant la conférence de Verv la sailles. Petain ot Haig bombèrenb préa-la lablement d'aocord sur 1'extension du front jusqu'a Barisis. Une extension ul-téa'ieure n'a pa3 eu lieu. La véribable 1 et-go n qui se dégage de toutes oes diseusj ms ei ons sur 1'extension du front, c'est 1'im. us- portanoe du commandement suprème lui uni.que. Je suis heureux que nous le pos-ice sédions firualement. Telles soiit- l^s- ba.se3 du vote de reproche oonbro le gouvernement, et s'il passait nous Dorions dan9 le 1'imposisibilité de oontinuer nos opérai-ro- tions m iitaires. Ces discussions ont una er- action embrouillaaite et paralysaate. 5nt L'unité de la nation ct celle de l'aarméa sont menacées. Nous devrions commen- la oei par fouilLer dans dea acbcs, des no-tiee-s, des lettres et des entffetiens datant 1 a de ces douze derniers mois et cela en ce ;ur moment! (Vifs applaudi&semenbs.) Ja visns justement de rentrer de Franoe. ire J'ai visité quelques généraux qui m'on'C dit commenit les Allemands préparent -ae, tuclLsment en sileaice peut-être la plua me grands bataille de la guerre. Au nom da la notre patrie, dont le sort sera décidé ml" aujourd'hui et dans les semaines qui vont venir, jé vous prie de mettro fin a se. oes attaques. (Vifs applaudissements.) ïes _ Après.des dé bats ultérieurs, la moüoiv: / gm.e aia&e. m H* 1296 * OfmiHMfc* ne nai mik

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le bruxellois: journal quotidien indépendant appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes