Le bruxellois: journal quotidien indépendant

781 1
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 15 Decembre. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 21 octobre 2019, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/4m9183501z/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

LE BRUXELLOIS ABONNEMENTS ; 1 an 20 fr. 6 mois 12 fr. 3 mois 8 fr. 1 mois 3 fr> «Xonrna.1 Quotidien Indépendant Rédaction, Administration, Publicité : 45, RUE HENRI MA US. 45, BRUXELLES ANNONCES; Faits Divers ligne . . . , 2 fr. Nécrologie . , . , 1 fr. Petites annonces » . . . , 0.20 ■■■ ■ ■ ■■ ■ ■ «i rrciraa M»vmyrr^:r^m ■ 29e Liste officielle et inédite des prisonniers belges se trouvant en Allemagne La marche des Turcs dans !e désert de Syrie vers le canal de Suez Tout d'abord, dit la N eue Freie Presse, la question de l'approvisionnement d'ean est une des plus importantes. Les chameliers, qu'on pourrait appeler l'infanterie montée, précèdent l'armée proprement dite. Ils ont pour tâche de se rendre maîtres des sources nécessaires. Ils se mettent à leur recherche, se rendent compte si l'ennemi les occupe, engagent le combat s'ils le jugent propice et tiennent par l'envoi de patrouilles le gros de l'armée au courant de tout ce qui se pase. La question de l'eau est une question vitale. Si les chameliers ne réussissaient pas à s'emparer des sources indispensables, il ne resterait à l'armée qu'à rebrousser chemin jusqu'à ce que l'ennemi ait pu être refoulé. Si l'on ne suivait pas cette ligne de conduite, les troupes arriveraient près des sources dans un état d'épuisement, peu favorable à la lutte; puis, en cas de retraite, elles seraient une proie facile pour l'ennemi. Il serait possible d'emporter une certaine provision d'eau. Mais qu'on se représente le nombre de bêtes de somme que comporterait une armée de 80,000 hommes. Il faudrait des gardes plus nombreux pour pareil convoi et des soldats pour le défendre contre l'ennemi qui tenterait da s'en emparer. Pendant la- saison chaude, il n'est pas exagéré de compter pour les troupes en marche, suivant leur origine, d'un à trois litres d'eau, par tête et par jour. Les sources on* d'ailleurs un débit très variable, et il faut en tenir compte. Si le débit est frets pexit, ii «JCJ.-i.veiait' Ha6 IBS1 .soldats qui se sont désaltérés les premiers seraient assoiffés à nouveau lorsque les derniers auraient bu. Le choix de la route à suivre dépend tout d'abord des dispositions des habitants. Il n'est pas strictement indispensable de suivre la route des caravanes. Si les populations sont bien disposées et si l'ordre règne, on peut faire usage des petits sentiers intérieurs. On subdivise les troupes en détachements qui peuvent causer à l'ennemi de très désagréables surprises. Si l'ennemi n'est pas en état de défendre les sources, il cherche le plus souvent soit à les rendre inutilisables, soit à en empêcher l'accès en les encombrant de troncs d'arbres. L'empoisonnement n'est pas ^ à craindre, les populations du deseit connaissant trop bien l'importance de leurs sources. Le parti qui s'y résoudrait, alors même qu'il serait victorieux, n'ignore pas le; terribles conséquences que cette mesure entraînerait pour lui-même. La création de dépôts de vivres et d'eai est donc impraticable. Le flair des indigènes, plus développé que celui des chiens fes leur ferait aussitôt découvrir. On _n< peut y avoir recours qu'en temps de paix Quant à la guerre au désert, elle ne diffère pas de celle qu'on livre en d'autres ter rains bas. La nature du sol n entiaine pas pour le transport des cations, de difficulté; plus grandes que celles qu'on rencontre ei tout, mauvais terrain. On y livre aussi de; combats de siège, et naturellement les po sitions fortifiées s'élèvent toujours autou des sources d'eau. "On croit que les Turcs se ront soutenus dans leur marche à travers 1< désert par les tribus arabes bien disposée à leur égard, L'ACTUALITÉ Le Généralissime Russe Le commandant supérieur des armée russes, le grand-duc Nikolaïevitch, est né 1 18 novembre 1856 ; sou père était, le grand duc Nicolas qui fut mis à la tête de l'armé du Danube, par le tsar Alexandre II loi de la guerre de 1877 contre la Turquie, Il reçut une éducation spécialement mil; taire et fut attaché en 1877 à l'état-majc du général Rabetzki.Au passage de la Schij ka et à la bataille* de Plewna, il fit preuv d'une telle bravoure que son grand-oncle l'empereur Guillaume I'r, lui conféra l'ordr prussien Pour le Mérite. Depuis lors, il ; rapidement monté en grade. Il a commandé durant plusieurs année connue colonel le régiment aristocratique de Chevaliers-Gardes. C'est lui qui a été L professeur d'équitation du tsar Nicolas II et, de ce chef, il a acquis à la Cour une ta'è grande influence qui s'accommode remar quablement de sa rare énergie et de son al lure physique superbe. En 1890, il a été appelé au commande ment de la deuxième division de cavalerii de la garde; en 1895, il a été nommé géné ral aide de camp de l'Empereur et général inspecteur de la cavalerie. En 1905, le Tsaï l'a nommé président du Conseil de la défen se nationale et peu après commandant supé rieur du district militaire de Pétrograde er remplacement du grand-duc Wladimir. Le grand-duc Nikolaïevitch a épousé er 1907 la princesse Anastasie de Monténégro âgée de 40 ans, fille du roi Nicolas, épouse divorcée du duc Georges de Leuchtenberg Par ce mariage, il est devenu la beau-frère du roi Pierre de Serbie. -— — <$ïcs WèpêoM&s Le nouveau cabinet portugais Lisbonne, 14 décembre. — Le nouveau cabinet a été constitué comme suit : Présidence et marine, Coutinho; guerre, Ver-veira Albuqueyque ; intérieur, Alexandre Braga; justice, Barboza Magelhaes ; finances et affaires étrangères, Augusto Sua-rez; instruction, Ferreira Sinias; travaux - i 7 } """ """" guez Caspar. Le cabinet,' qui est formé des partisans d'Alfonso Costa, continuera la politique élu dernier cabinet relativement à l'intervention du Portugal et maintiendra l'alliance avec l'Angleterre. La guerre à l'Ouest Londres, 11 décembre. — On mande an Tintes élu Nord de la France : L'activité eles Allemands à l"\ser est un événement inattendu, niais sans importance. Ceux qui ont visité le territoire inondé oi l'ennemi veut passer, ont pu constate] qu'une tentative en vue d'y briser la lign< des Alliés, est absolument vaine. L'eau esi peut-être peu profonde en certains enelroit: et il y a quelques petites collines boueuse-qui pourraient être utilisées comme poin' d'appui à de petits détachements, mais li difficulté principale, pour l'infanterie as s-ûllante, est le passage des fossés où ell< s'embourbe. Pervyse a été choisi par les Allemand pour le point le plus favorable à une atta que. Deux fois ils ont fait des attaques d< nuit et ont été défaits, Les Allemands tenté rent principalement de surprendre le tranchées occupées par les Alliées en traver saut les eaux. Dans les combats violents des deux eler niers jours, dont Ypres a été le centre, uni partie seulement du corps eixpéditionnair anglais a été engagée. L'artillerie rend d grands services. Nous avons des canons tan que nous voulons. Peut-être les Allemand ont-ils la supériorité en pièoes lourdes, mai nous pouvons affirmer avec confiance, qu'ai point de vue de la quantité, leur artilleri ne peut être comparée à la nôtre. Er France Ministre de la guerre et généralissime Genève, 12 décembre. — Il existe des di vergences de vues entre le ministre de 1 guerre Millerand et le quartier général fran ç.iis au sujet d'une poussée générale /e: avant sur tout le front. Joffre estime qu'un acfion générale est toujours scabreuse, Mil lèrand veut risquer un grand coup, alor que les préparatifs d'hivernage ne sont pa même terminés. Un coup manqué Suivant le Bureau de Correspondance Norden, 7 soldats anglais ont été tués et 1 blessés par le jet de bombes à Hazebrouel Le président Poincaré et le générai Joff'r se trouvaient quelques instants avant, l'évè La Guerre i COMMUNIQUÉS FIANÇAIS l'a;va, M décembre, 23 heures. — Dans la région r, Apres, une attaque violente des Allemand- <:, été repoussée. Dans la môme région, les Allemands avaient pris une de nos tranchées q si a été reprise par nous. l'on.- e restant 'du front,, rien de nouveau ii signal'-i. Pari 12 décembre, 15 heures. — Les Allemand:- ont évacué la rive ouesT du canal de l'Yser î nous l'avons occupée. Da>ts les régions autour d'Arras, notre artillerie a montré beaucoup d'activité. A 1 Aisne, notre artillerie a réussi à imposer silentv <\ deux batteries ennemies. Egalement sur d'autres parties du front, des combats d'ar-tillerie ont eu lieu, accompagnés de quelques attaques d'infanterie. Non-, ;l \ ons fait sauter un « blockaus » allemand Par dos explosions, différentes tranchées enno devenues inutilisables. , 'T.è gouvernement revient à Paris Paris, 12 décembre. — Le président Poincaré, aceotipagné des ministres, et d'accord avec les ilisp -liions prises antérieurement, est revenu mei i r-edi à Paris. uement à l'endroit où les bombes sont tombées.La oataille navale aux îles Falkland 1 cadres, 11 décembre. — Les pertes an-gla sms clans la bataille navale aux îles Falk-- s -lèvent à 7 tués et 4 blessés. Aucun f' 'Xi'Xngïeterrë et le Vatican Home, 11 décembre. h'Osservatore Ro-mano annonce : Le ministre des Affaires Etrangères, Sir Edward Grey, s'est adressé officiellement au Cardinal-Secrétaire et a sollicité la confirmation du Pape à la nomination d© Henry Howarels en qualité d'envoyé extraordinaire plénipotentiaire du Roi d'Angleterre auprès du Saint-Siège. Le Cardinal-Secrétaire répondit que la nomination avait reçu l'approbation du Pape. Les russes en Hongrie Budapest, 11 décembre. — ~L'Az Est mande que les Russes ont évacué le comitat Sa-ros et se sont retirés par lii passe Dunkla. Bartfa est do nouveau entre les mains eles troupes austro-hongroises. En Serbie Le correspondant du Messagero à Nisli mande de Bucarest que cinq régiments russes combattent avec les Serbes. Ceux-ci sont arrivés à Antivari le 29 novembre dernier, venant d'Archangel. Un autre transport ele troupes serait en route. Par contre, de Vienne on mande officiellement qu'il n'y a pas eu d'événements saillants sur le terrain de combat serbe. La nouvelle concentration s'opère sans combats importants. Japon et Portugal Ou signale de source allemande que l'ambassade du Japon à Lisbonne a remis au Gouvernement portugais une liste ele navires allemands ayant confisqué des chargements japonais et l'a prié de saisir au profit du Japon tous les navires allemands séjournant dans les ports portugais. En Suède A propos de la perte des trois vapeurs suédois Stockholm, 12 décembre. — Relativement à cette catastrophe survenue dans les oaux finlandaises, tous les journaux 'expriment leurs condoléances à la Suède qui a loyalement respecté sa neutralité. Lo trafic par mer avec la Finlande est interrompu. Le ministre des affaires étrangères annonça que lç Gouvernement fera incessamment une communication à ce sujet. Tous les armements et navires ont mis le pavillon en berne. Le deuil qui frappe la marine marchande suédoise est partagé en Allemagne. Il n'est pas prouvé d'ailleurs que les navires ont S heurté des mines allemandes. Au surplus, COMMUNIQUÉS ALLEMANDS Berlin, 13 décembre (après-midi)'. — L'offensive française du 11 décembre sur Apremont, au sud-est de Saint-Mihiel, a échoué. Hier après-midi, ils ont. renouvelé leurs attaques sur un front plus étendu vers Flirey, à moitié chemin entre Saint-Mihiel et Pont-à-Mousson. Nous avons repoussé cette attaque en faisant 600 prisonniers français et en infligeant à l'ennemi des pertes sérieuses en morts et en blessés.De notre côté, nous avons eu environ 70 blessés.l'n calme relatif règne sur le restant du front à l'Ouest. En Pologne septentrionale, quelques positions russes ont été enlevées. Nous avons fait à cette occasion lt,000 prisonniers et 43 mitrailleuses . furent capturées. * * * Vienne, 13 décembre (de hier après-midi). — En Galicie occidentale, nous avons battu, à Li-manowa, hier, l'aile sud des Russes et nous l'avons forcée à la retraite. La poursuite do l'ennemi a recommencé. Toutes les attaques sur le restant du front de combat échouèrent commo toutes celles faites antérieurement. Nos forces qui avancent par les défilés des Carpathes continuent constamment .et énergiquement, dans plusieurs combats, la poursuite ele l'ennemi. Dans l'après-midi, nous avons réoccupé Neu-sandec ; également nos troupes ont repris possession de Grybow, Golice et Zmigrad. Le comitat de Zemplcn est. complètement évacué par l'ennemi. En général, nos troupes occupent tous les défilés en Bukowina et sur la ligne de Suo-zawa telcs. lieu. Au nord de Lowiez, nos alliés continuent l'attaque avec succès contre des positions fortement retranchées de l'ennemi. les côtes finlandaises appartiennent à un Etat ennemi, la Russie, et l'Allemagne avaient donc le droit d'y poser des mines. Elles avaient même averti tous les Etats neutres, y compris la Suède, qu'elles avaient usées ele ce droit de la. guerre. Dans les Balkans Des aviateurs survolent la Montagne Noire Cettinje, 11 décembre. — Des aviateurs autrichiens on jeté des bombes sur des navires de transport français. Plusieurs aviateurs ennemis ont survolé Cettinje. * * * Cologne, 12 décembre. — Le correspondant de la Kohusche Zeitung à Sofia dit ejue les nouvelles au sujet ele négociations entre la Bulgarie et la Roumanie sont dénuées de fondement. Les relations entre ces deux pays sont encore régies par la déclaration faite en octobre dernier par la Roumanie et la Grèce qui déclarèrent qu'elles ne pourraient rester passives si la Bulgarie entreprenait une incursion dans la Macédoine serbe, La Roumanie n'a pas modifié son point, de vue après la déclaration de la, Bulgarie, s'engageant à renoncer définitivement à la Dobroudzja, Contrairement aux nouvelles russes que la Roumanie est devenue rossophile, le correspondant de la Kolnischë Zeitung déclare qu'on ne doit pas s'attendre a une interventions des Etats des Balkans dans la guerre actuelle. * * * Tienne, 12 décembre. — Les négociations de la Triple Entente tendant à obtenir l'aide eles Etats balkaniques neutres en faveur de la Serbie se font plus pressants. A Sofia et à Bucarest-, pas plus qu'à Athènes, elles u'ont obtenu le succès espéré. Peut-être certaines promesses faites à la Bulgarie ne semblent-elles pas suffisantes pour la décider à renemeer à sa stricte neutralité. Des pourparlers analogues ont également échoué à Bucarest. La Roumanie s'est, même refusée à promettre d'user de sou influence à Sofia pour faire renoncer la Bulgarie à eles mesures belliqueuses contre la Serbie. La Triple Entente a échoué dans ses né- ■ y 4aM8, ■»- Mo êî tQa&tiài&Èi iO œutira&ife " Mmâi 18 fUmmnvé *#14

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le bruxellois: journal quotidien indépendant appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes