Le bruxellois: journal quotidien indépendant

372 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1915, 23 Decembre. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 21 octobre 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/mc8rb6xq52/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

« 2e Année. - IS3° 4- A80NNEMENT_P0STAL, ÉD. B < Bruxelles - Province - Etranger 3 mois : Fr. 4.50. - Mk. 3.60 Les bureaux de poste en Belgique et à l'Etranger n'acceptent que des abonnements TRIMESTRIELS; ceux-ci prennent cours les 1 Janv. 1 Avril 1 Juillet 1 Octob. On peut s'abonner toutefois pour les deux derniers mois ou même pour le dernier mois de chaque trimestre au prix de : 2 Mois i Mois ^ Fr. 3.00 - Mk.2.40 Fi-1.50-Mk.J .20 TSRAGE : 75»000 par jour [ EU® ËEIlfliSIl JEUDI 23 DÉCEMBRE 1315 Le Bruxellois ANNONCES — La ligne Faits divers et Echos .,fr. 2.00 Nécrologie 1.00 Annonces commerciales . 1.00 » financières. . . 0.50 PETITES ANNONCES La petite ligne 0.20 La grande ligne 0.40 TIRAGE : 75.000 PAR JOUR r«——:— ■ -a Rédacteur en Chef : Maro « I e S AlyM '■ilisa il iibim i iiibmammahmmanbekabnaasaan Journal Quotidien Indépendai i Rédaction, Administration, Publicité, Vente : | BRUXELLES, 45, RUE HENRI MAUS La retraite des Anglais de Gallipoli La Situation à Salonique Abonnements an ..Bruxellois" A partir du 1 janvier 1916, le Bruxellois sera régulièrement distribué par la Poste toi, les jours. On beut s'abonner dès maintenant dans tous les bureaux de Poste en Belgique et l'Etranger, au prix de: ji.-. vu j.du par inmesire, au ± janvier au isi mars îwio. Il suffit de se faire inscrire à n'importe quel bureau de poste ordinaire ou bureau de pos\ auxiliaire en spécifiant si on veut recevoir l'édition A, paraissant à Bruxelles, ; 1 heure, ou 1 edii. ion £5, par aïssant a ruxelles à o xxeur es, ou les éditions Pour éviter tout retard dans la distribution, nous prions nos lecteurs de bien voulo-i s'inscrire le plus tôt possible à, n'importe quel bureau de poste. ALLEMANDS Théâtre de la guerre à l'Ouest Berlin, 22 décembre. (Communiqué de midi.) — Dans le courant de l'après-midi les Français ont lancé des forces considérable? û l'attaque de nos positions du llartmanns-toeilerkopf et du Hirzstein (au nord de Watt-weiler).Ils ont réussi à enlever le sommet du Hartmann sic eiler, dont, il est vrai, dans leurs communiqués officiels, ils s'attribuaient la possession dès la fin du mois d'avril, ainsi qu'un petit bout de tranchée sur le Hilsenfirst. La position perdue sur le Ilartmannswéilerlcopf a déjà été reconquise, en partie, pendant la matinée d'aujourd'hui. Une attaque tentée près de Metzeral s'est écroulée devant notre position. Sur le reste du front Vactivité a été minime, le temps brumeux et les bourrasques de neige entravent les c"'rations. Théâtre de la guerre de l'Est Pas d'événements notables. Dans les Balkans Rien d'important, ^ AUTRICHIENS Théâtre de la guerre russe Vienne, 21 décembre. — Vis-à-vis de Ra-faloiclia au Styr, un détachement éclaireur russe a été dispersé. Sinon, combats d'artillerie par endroits. Théâtre de la guerrj italien Les combats d'artillerie continuent au front méridional-- du Tyrol. Deux compagnies italiennes, qui ont tenté d'avancer pendant la nuit vers le Monte San Michele, ont été anéanties. Theâtre de la guerre du Sud-Est J^s combats de poursuite contre les M on- J ténégrins ont amené hier la prise d'assaut d'une position ennemie au nord de Bérane. Nos troupes ont fait dans les cleux derniers jours environ 600 prisonniers. ITALIENS Rome, 20 décembre. — Dans la vallée de Ledro, les troupes principales ennemies, appuyées par un violent feu d'artillerie, ont attaqué nos positions sur le Monte Cocca au nord du lac de Ledro. Elles furent refoulées par le feu de nos troupes. Le même sort fut réservé à une attaque imprévue de détachements ennemis, revêtus de manteaux blancs, contre nos lignes dans la région de Mili-grobe sur le haut plateau entre les vallées de la Torra et d'Astico. Combat d'artillerie le long du restant du front. Le pu de l'artillerie ennemie a encore touché quelques ' habitations. FRANÇAIS Taris, 20 décembre. — (15 heures.) — En Artois, combats à la grenade au nord du bois en Sache; entre Somme et Oise, lutte d'artillerie. Bans la région de Fay, nous avons réduit au silence une batterie ennemie près de St-Léocade au sud du Moulm-sous-Tout-\ ent. Sut la vive droite de l'Aisne, nous avons évacué hier, dans la soirée le petit poste Qu'un coup de main nous avait permis' d'enlever par surprise le 15 décembre au sud-est de Vailly. La demi-section qui en constituait la garnison, est rentrée dans nos lignes. En Wcevre, au bois de Mortmare et au bois Le Prêtre, nos batteries ont exécuté à plusieurs reprises des tirs efficaces sur les boyaux de communication de l'ennemi. Canonnade réciproque dans les secteurs de Nomeny et de Bioncourt (Lorraine). Paris, 20 décembre. — (23 heures.) — En Artois, actions d'artillerie assez violentes dans la région de Loos; moins intenses vers Bully, le fortin de Givenchy et la route de Lille. Entre Boissons et Beims, nos obus ont démoli une passerelle à Vailly. Un tir de notre artillerie et des canons de tranchées dirigé sur les ouvrages ennemis de Ville-an Bois a provoqué trois fortes explosions. En Champagne, nous avons canonné et dispersé une troupe ennemie qui se déplaçait au nord de Gra-treuil notre artillerie lourde a endommagé une voie ferrée, où l'on signalait une grande a- ivité et a interrompu la circulation. En Argonne, bombardement efficace des tranchées ennemies de la Fille-Morte. Aux Courtes-Chaussées, nous avons fait sauter un dépôt de munitions. Un tir d'artillerie exécuté sur les ouvrages ennemis du bois de Lamorville, au nord-est de Saint-Mihiel, a été très efficace. Les tranchées se sont éboulées à plusieu, endroits. Un blockhaus de mitrailleuses a été di truit. Dans la matinée, quatre avions de bombard ment escortés de sept appareils mitrailleuses or ancé sur^la gare aux marchandises de Miilhou. six obus de 155 et vingt obus de 90. Ils sont ton bcs au but. ANGLAIS Londres, 21 décembre. — Violent feu d'arti lerie des deux côtés dans la région d'Ypres. Ai jourd'hui, une attaque avec des bombes à mai a été repoussée dans la région des carrières a Hulluch. Hier ont eu lieu 44 combats aérien. Deux aéroplanes ennemis ont été forcés à atterri derrière leurs lignes. Un de nos avions manque l'appel. RUSSES Pétrograde, 20 décembre. — Près de la ville u Widsy, il y a eu hier des combats d'important secondaire avec de petits détachements ennemi. A Dobronowce, à 17 km. au sud-est de Zalesscziki l'ennemi a fait sauter deux mines devant ne tranchées. Une tentative d'occuper l'entonnoir échoué, l'ennemi a été rejeté dana positions Le 17 décembre, nous avons coulé le croiseu BreSneji et un grand torpilleur. TURCS Constantinople, 22 décembre. — Au front d l'Irak, près de Kut-el-Amara, les combats locau continuent avec intervalles. Au front du Caucase, une attaque ennemie pre noncée par environ un régiment contre nos pos tions avancées défendues par une compagnie dan le secteur d'ili de notre centre, a été facilcmen arrêtée. Au front des Dardanelles, le dénombrement de objets d'équipements abandonnés par l'ennemi Ari-Burnu et à finaforta, n'est pas encore term\ né. Parmi le butin capturé à Ari-Burnu se trot vent deux canons de gros calibre et un cano Schneider, une grande quantité de munitions, ne tamment des munitions d'infanterie et des mitrai leuses, un grand nombre de mulets, ainsi gw de voitures de munitions, des tentes remplies de v\ vres, du matériel téléphonique et de pionniers.Le navires ennemis ont bombardé hier soir violemmcn leurs différ. ts campements, afin de détruire l butin abandonné par l'ennemi, niais ils n'y pai vinrent pas. A Sedd-ul-Bahr, rien d'important sur l'aile gauche et droite. Le centre ennemi n prend parfois ses attaques qui sont chaque foi revoussées. Dernières Dépêches La retraite ta Aillais à Gaiiipli Voix anglaises Amsterdam, 22 décembre. — Au suje de l'évacuation des positions anglaises d'An zac, à Ari-Burnu et Suvla, le ministre de L guerre anglais a encore donné quelques dé tails au cours de la séance d'hier, à li Chambre Basse : Sous la protection d'ui épais brouillard de neige, la grande arméi a été retirée de la zone occupée de la pies qu'île de Gallipoli, quoi qu'elle fût en oon tact avec l'ennemi en différents endroits Le général Monroe loue dans un ordre di jour les commandants die l'armée de terre ainsi que de la marine pour le transfert de; troupes, sur un autre théâtre de guerre, exé cuté avec tant d'adresse. Voix turques Constantinople, 22 décembre. — Les«An glais ont dû, ors de leu départ de Galfc poli, abandonner leurs malades et leur, blessés, ainsi que du nombreux matériel d: guerre. Leur retraite, quoique méthodiqui d'après leurs dires, se fit précipitamment LA SITUATION A SALONIQUE Sofia, 22 décembre. — Un banquier qu vient d'arriver de Salonique raconte au su jet de la vie qu'on mène en ce moment i Salonique : Dans la ville qui comptait piu: 600,000 habitants dernièrement, les An glais eit Français y compris, règne uni grande panique. Tout le monde cherche ; se mettre à l'abri, soit en se retirant dan; l'intérieur du pays, soit en partant po®] ® Athènes et Ivavalla. Beaucoup de Serbes aisés se sont rendus à Marseille. Toute la population et surtout les Spagnols (descen-,s dants des Juifs et Protestants expulsés d'Es-jfigne par Ferdinand et Isabelle) sont fran-^ chement germanophiles. La haine dûs Grecs contre tout «e qui est anglais est grande; les Anglais se conduisent en maîtres et orga-_ niaient des beuveries écœurantes. La popula-'e tion n'est pas du tout préparée en ce qui à, concerne les approvisionnements de vivres, i. même pour un court siège. Les Anglais et r les Français ont une frousse bleue des Bulgares dont ils qualifient les attaques à la a baïonnette d'attaques ® diaboliques ». -s Mise en liberté du général Dewet Johannisbourg, 22 décembre. — (Télé-gramme de l'Agence Reuter). — Le géné-t ral Dewet, ainsi que 118 prisonniers boers, ;G qui étaient condamnés par les Anglais pour i- haute trahison, ont été mis en liberté. Nouveaux détails. — Londres, 22 décembre. — L'Agence Reuter annonce de Johan-nisbug, au sujet do la mise en liberté de _ Dewet et ses co-prisonniers : Les prisonniers 1 ont été mis en liberté, suivant la promesse e de Lord Buxton, faite lors de l'ouverture du , Parlement. Le sursis dans le paiement de r l'amende dépendra de la promesse, faite à par les graciés qu'ils s'abstiennent : 1" de faire de la politique pendant toute la durée de la guerre ; 2° de visiter des assemblées publiques et 3° de quitter leur région sans per-6 mission accordée au préalable. Dans les Balkans s Sofia, 22 décembre. — D'après des nouvelles de a Sofia, on s'attend à ce qu» les Anglais et les Français dccl-rc2-o.irfc «3ies premiers" Jours qu'ils r prennent possession do Salonique et de la partie de la Macédoine grecque abandonnée par les Grecs. Les représentants diplomatiques les sujets des puissances centrâtes quittent en hâte Salonique. la route vers Monastlr est encore E libre, toutes les autres sont fermées. La presse de l'Entente Berlin, 22 déoembre. — On annonce de Lugano s au Berliner Tageblatt : Il a été constitué d'après t tas journaux, un trust de presse anglo-franco-^ malien pour le rachat de. journaux do ces pays et des s pays neutres. à Les élections en Grèce Genève, 22 décembre. — On annonce d'Athènes - que la situation des partis à la Chambre ne pourra 1 être déterminée que dans deux ou trois jours. '- Comme toute la Chambre, à la suite do l'absten- - tion du parti venizeîiste, suivra le gouvernement, s à peu d'exceptions près, il ne s'agira que de cté- - terminer le nombre des partisans des ministres s Gunaris, Rhallis, et Théotokis. On croit que, les t partisans de Gunaris seront au nombre de 200 à 2 250. Un changement d© ministère est toutefois improbable. Gunaris a assuré sa collaboration ab- • solue 'à tous les membres actuels du cabinet, qui - aura donc ainsi la majorité de la Chambre avec s lu'i. Le roi Pétar Berne, 21 décembre. — D'après des nouvelles de l'Agence Stefani, les Roi, en route pour Rome, a passé liari. Il séjournera au palais royal do Caser te. Les Serbes en Albanie Rome, 22 déoembre. — Les journaux italiens annoncent que l'état-major général de t 1 armée serbe se trouve à Durazzo avec le . prince héritier Alexandre. t Les Ententistes sont inquiets Athènes, 21 décembre. — D'après des t nouvelles de Mudros, il y règne une grande i inquiétude en raison des attaques mena-; çantes des sous-mafins allemands contra la . flotte anglaise ancrée dans le port. Des me-. sures do précaution extraordinaires ont été . prises. De nombreux vapeurs ont été coulés ! en dehors du port et oelui-ci est barré lui-i même par des filets de fil de fer. s L'Entente et la Grèce La Haye, 21 décembre. — Une commission du gouvernement grec est déjà partie pour le territoire de frontière grec pour y - déterminer les dégâts que les troupes des - Alliés y ont occasionnés, lors de leur re- 3 traite, par la destruction de ponts, routes, ; habitations, etc. Le compte ©n sera remis ; incessamment aux Alliés et la Grèce en ré-: clamera l'indemnité en or. Evacuation de Gallipoli Milan, 21 décembre. — L'abandon des post tions j anglaises à J» baie de Suvla-, à Gallipoli et de la position près d'An zac, où se trouvent les troupes australiennes et néo-zélandaises, a produit , une 1 grosse émotion à Londres. Les journaux anglais ' disent que d® ce faut de grandes espérances seront " déçues. Une campagne contre Balfour t Copenhague, 21 décembre. — D'après une nou-> velle de Londres au Politik ('n, on s'efforce dans • les cercles libéraux à provoquer la retraite du mi nistre de la marine Balfour et de lui donner comme successeur lord Fischer quii a été le bouc-émissaire de Churchill. Des journaux libéraux de Londres disent que l'Angleterre ne peut se priver de son premier marin, maintenant que la Méditerranée et l'Orient sont devenus les plus importants théâtres de la guerre. Sur mer Christiania, 21 décembre. — L'armateur Ha-naldséai, à Skion, a reçu du capitaine du vapeur Grenland un télégramme annonçant qi:e le vapeur, amené par un sous-ma.rin allemand, ayant à bord un équipage de prise, s'est échoué près de Anholt, mais qu'il a été remis à flot et est parti pour Swinemunde. Le vapeur, ayant un chargement de traverses de chemin de fer, était destiné pour HuL'. Rotterdam, 21 décembre. — Le croiseur français Descartes a arrêté lie vapeur américain Bo-ringnes et a emmené le gérant Wilhelm Gaibe. En Mésopotamie Constantinople, 22 décembre. — L'agence -j-iJ-U publie : Le communcqué anglais du 9 décembre, au sujet de nos grand -s pertes en Mésopotamie et de la destruction complète d'une de nos divisions, est absolument mensonger. Pas une seule division turque, pas même un bata:llon turc n'a été anéanti dans ces combats. Nos unités impliquées au début de la bataille à Ktesiphon, sont encore aujourd'hui au complet. Les Anglais cachent la moitié de leurs pertes. Des milliers de cadavres qu'ils ont abandonnés sur le champ de bataille ont été recue.llis avec les plus grandes peines; de plus, Je nombre de leurs blessés est énorme. Les Anglais n'ont : u enlever les armes que d'un seul des navires que nous avons capturés ; deux autres navires sont actuellement utilisés contre eux. Un des six aéroplanes pris aux Anglais survole maintenant les positions ennemies. Le butin que nous avons fait en armes, en munitions et en objets d'équipement, est énorme. Eu- Bessarabie Berne, 22 décérabre. — L'Information écrit : Ce n'est pas un mystère que les armées russes concentrées on Bessarabie n'ont pas attaqué en raison d'un armement insuffisant. On ne peut assez répéter que les Alliés doivent armer les réserves russes. H a été toujours entendu que l'intervention d'un armée russe contre la Bulgarie aurait été d'une importance primordiale et que ceci était la justification et la cause de notre expédition à Salonique, attendu que l'expédùtion ne pouvait plus sauver la Serbie et qu'à la suite d'une autorisation de passage de la part de la Roumanie et peut-être par sa collaboration, les communications turco-allernandes auraient pu être mises en péril. L'espionnage en Italie Bâle, 22 décembre. — Miehele Lauria, négociant et président de la Compagnie de navigation Sicilia, a été arrêté à Palerme pour espionnage. Trois généraux anglais blessés Rotterdam, 22 décembre. — Dans las dernières listes des portes, figurent trocs généraux anglais, le général de brigade Hollmann, des troupes anglaises du front de l'Irak; Hodson, des troupes indiennet> à Gallipoli et Rysec, qui commandait les troupes australiennes à Gallipoli. Tous sont blessés. Au Japon Tokiio, 22 décembre. — (Agence télégraphique de Pétrograde.) — A Ja commission économique, le ministre de la marine a déclaré que le nouveau programme naval approuvé par la commission de la défense du pays, prévoit la construction de deux escadres dont chacune possédera quatre super-drea-dnougkt et quatre croiseurs cuirassés.Des frais du programme, dont la solution impliquera les exercices de 1917 à 1922, s'élèvent à 254 millions die yen, eri dehors des frais des travaux préparatoires en 1916. Guerre sous-marine Londires, 21 décembre. — Lloyd annonce : -^e vapeur anglais KuntUj, autrefois le vapeur allemand Ophelia, a été coulé. Le vapeur anglais Belford, de Glasgow, a été coulé. L'équipage a été sauvé. i Le résultat du nouvel emprunt russe Pétrograde, 21 déoembre. — On connaît maintenant les résultats complets du nouvel emprunt de guerre russe. Comme c'était à prévoir, d'après les renseignements déjà publiés, ils sont peu eai-oourageants et fort au-dessous des prévisions très modestes cepemdant, puisqu'elles étaient basées sur lçs résultats des pa-emiers emprunts de guerre russes. La plus forte déception des autorités ce fut de voir le peu d'empressement des commerçants. LL est moins surprenant que la Finlande ait boudé. On y a si peu souscrit que la Banque de Finlande a dû garder 10 millions da roubles pour son propre compte. On se sert même de l'expression d' « échec » dans les commentaires sur les résultats de l'emprunt et les journaux déplorent amèrement que la Russie offre au monde un spectacle si attristant de « délabrement financier ». Le contrôle dans la zone des armées Paris, 21 décembre — De l'Humanité ; Des nombreuses lettres qui nous parviennent de tous lies points du front, il ressort qu'un contrôle sévère et minutieux semble de plus en plus nécessaire. Non seulement nos soldats n'ont pas de quoi se chausser et se vêtir convenablement — bien que les circulaires ministérielles nous apprennent que tout est pour le mieux dans lia distribution du linge et des chaussures — mais leurs tran chées sont, dans beaucoup.de secteurs, tout à fait défectueuses et leurs abris profonds presque inexistants. H est inadmissible qu'après dix-sept mois c.e guerre nous en soyons encore à demander que des mesures sérieuses soient prises pour préserver nos soldats contre les intempéries de l'hiver. On ne peut arguer que la campagne d'hiver actuelle nous surprend. On s'y attendait. On la prévoyait. Et il était facile de prendre toutes les dispositions voulues pour que nos troupes puissent la supporter sans danger et sans souffrance. II n'en a rien été. Aussi n'est-il pas étonnant que les hommes des tranchées nous supplient d'obtenir des possibilités de contrôle plus grandes et d'en user à l'improviste — et fréquemment. Ce quii les horripile le plus, c'est de voir lu grande presse affirmer, dans des articles littéraires de grand style parus sous des signatures de personnages littéraires ou dans des reportages officieux faits de chic et sur commande, que le maximum d'efforts pour l'amélioratilon matérielle do leur sort ayant été fait, ils prennent gaiement parti de leur situation. U suffit de s'être entretenu avec les permissionnaires arrivant de la tranchée, sales, boueux, la capote déteinte et élimée, pour s'en rendre compte! Du reste, ils ne se cachent pas pour dire que de solides chaussures, de bons vêtements de dessous, des tranchées propres et saines, ces abris profonds et sûrs feraient beaucoup mieux leur affaire que toute cette phraséologie boursouffiée et grandiloquente qui les écœure et les fatigue. Guerre i,erienne Cettinje, 22 décembre. — (liavas.) — Un aéroplane autrichien a survolé lo 17 décembre tari et y jeta trois bombes qui tuèrent trois il g tifs serbes. La révolte des Arabes Budapest, 22 décembre. — Le journal Ikdam annonce de Constantinople que les opérations des Tums mnitcmf c™ i» ville d'Aden. La défaite anglaise en Mésopotamie a comme résultat une nouvelle extension de la révolte des Arabes. Les Anglais se voient impuissants d'envoyer des renforts aux troupes, combattant contre les tribus arabes révoltées. L'assassinat de Serajewo Budapest, 21 décembre. — On annonce de Sofia à l'Az Est: Tschapraschikow, l'ancien ambassadeur bulgare en Roumanie, a déclaré à un rédacteur du Djernih que le gouvernement bulgare possède des preuves écrites que l'attentat de Serajewo contre l'héritier du trône autrichien et de sa femme, a été instigué par le gouvernement serbe. Je vous assure, déclara M.Tschaprascliikow, que le gouvernement bulgare publiera prochainement ses preuves. Le général Russki, révoqué par te Tzar Stockholm, 21 décembre. — Un ukase impérial relève le général Russki de son poste de commandant en chef de l'armée du Nord, le laissant en fonctions au Conseil de l'Empire et au Conseil de guerre suprême. Attaques contre l'Allié anglais Bâle, 22 décembre La Tribuna écrit L'Italie souffre aoLue-nement infiniment dt ses efforts à maintenir au niveau extrême sa capacité militaire. Toute la gravité de notre situation commerciale déplorable se reflète dans le cours du change haussant constamment. Elle dépend de la nécessité d'impor ter de l'Etranger, notamment de l'Angleterre, une quantité considérable de matières brutes, qui, comme le charbon, servent exclusivement aux besoins de notre armée et à la fabrication toujours plus nécessaire des munitions. La Tribuna se plaint amèrement que l'Italie doive payer des prix excessivement élevés à l'Angleterre, par exemple 150 francs au lieu de 35 francs, pour une tonne de charbon.Le Messagero, très attaché à la Triple Entente, est furibond. Au point de vue du patriotisme anglais, qui fait la guerre principalement avec la peau ^i'autrui, il est naturel qu'il le fasse 'jalement avec l'argent d'autrui. Cela s'est vu avec la hausse des frets qui a rapporté à l'Angleterre plusieurs milliards. Le Messagero ne croit pas que l'Angleterre, qui ne parvient pas à intro duire le service obligatoire, qui aurait servi d'alibi moral à son égoïsme traditionnel, voudra comprendre comme l'a proposé Marconi, une réquisition générale des navires marchands par les Alliés. L'Avanti pense que le Messagero prouve par ses déclarations le manque de prudence du gouvernement italien, ainsi que le complet désintéressement de l'Angleterre alliée et de la « grandeur de ses sacrifices pour la causie commune b. ETRANGER tJXUbblii». — ±j emprunt. — JJifrerents journaux de Pétrograde annoncent que le délai de sous-

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le bruxellois: journal quotidien indépendant appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes