Le bruxellois: journal quotidien indépendant

192 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 26 Decembre. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 15 decembre 2019, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/r49g44kj17/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

4 » ©ïîsîée. - M® 1165 - Ed. ES DIX CENTIMES Vendredi 28 Dêesm&re WÎ7 ABONNEMENT Bruxelles - Province - Etranger le* abôRîieineats soui reçus «clusivemcut par tous les BUREAUX DE POSTES. JLes réclamations toncernant tes Rboaneiaents doivent ffre adressées exclusivement ou bureau tfe poste qui a (délivré l'abonne»wnt. PRIX DES ABONNEMENTS : 3 mois : 2 mois 1 mois : Pr. e.co Fr. e.OO Fr. S.00 T5HA@E s 1^5,000 par J©^ Le Bruxellois ANNONCES Faits divers at Eehen La Hgne, fr. 500 Nécrologie 300 Annoncés conaraeremtes . 2/X) Annonces finaacterts ....... 2/0 PETITES ANNONCES. . . La grande ligne. 2.60 Rédacteur en chef : Rntfé ARMAN9 Rédaction, Administrâmes, Publicité, Vente : BRUXELLES, 33-35, rue de 1a Caserne TiHACàE : 125,©O0 par jour joueisAi/ OUOTIDI^K: ÏE»ÏS:oA.œID COMMUNIQUES OFFICIELS ALLES® AfeSDS BERLIN, 27 d-écembre : Tàéfctro ds la ^aerro h l'Ouest. Groupe d'armée au Seia-maiéciiai geaécal prince héritier ÈupiReçhfc de Bavlèr» ; Au front anglais, l'action a été vive par moments à la forêt ci'IIouthuht, à la rive septentrionale de te Lys, près de M œuvres et do Mar-MQing.<*i'oap9 d'armée du kronpri&z allemand : Les régiments d'une division de a garde exé-«nièrent, au nord-ouest de Bezanvaux, après une vigoureuse action d'artillerie et de lance-mines, des entreprises couronné-s de succès. Dans la matinee, des détaeheinenns de r'-'co-n-ttausance pénétrèrent dans les lignes françaises. L'après-midi, plusieurs compagnies, coopérant avec des lance-flammes et des fractions d'un bataillon d'assaut, accompagnés davions d'infanterie ei de surface, anai tirent, sur une largeur de 900 mèîr-s, les deux premières tranchées ennemies. Une contre-attaque des Français échoua avec de lourdes perles. Après, avoir fait sauter de nombreux abris, les troupes d'assaut retournèrent dans leurs positions de départ conformément aux ordres reçus, en ramenant plus de 100 prisonniers et quelques mitrailleuses eapturées. Groupa d'armé® du prises Albreeh!; Un détachement français, qui atteignit nos tranchées les plus avan ces, au nord dObtr-liurnkwpi, fut repoussé en corps-à-corps. Théâtre d© la guerre à l'Est. Bien de nouveau. ■troiis en Macédoine. Pas d'opérations de quelque envergu-re. Théâtre do la guerre italien : L'action d'artideric a diminué de tktlcneS hier, entre Asiago ci la Brenta. Un vif feu d'entrave a perduré dans les régions de combat, ai"-si qu'entre ia Brenta et le L'iave. Une agrès-tion italienne contre le mont Tomba a été rehaussée,BERLIN, 25 décembre (Officiel): -j'ié. U'e de la guene ue roxisst. Au. front de Flandre, au cancd de La £as-tée et au nid-ouest de Cambrai( l'activité com-batt-ve s'est -ravivée passagèrement. Sur les deux rives de la Meuse, au Uartniannswei-ler-kopf et clans la val ée de Thcmn, le feu n'a M/gmen, é d'intensité que durant quelques heu-fes de la journée. 'i'it.t iô de la guerre à, l'Est, "Rien d'2 nouveau. iriOi . v ta. Macideittî-. Dans la plaine de la. Strouma, l'activité d'ar-fil 1erie a augmenté d'intensité. 'I: « da la g■:Sït& italien. Un combat animé d'arti.lerie a persisté durant tout- la journée, entre Asiago et la Brenta. Des corn re-attaquës enne>m*es contre nos positions nouvellement conquises, et une attaque contre le Monte Perticà ont été repoussées par nos troupes. Le nombre des prisonnier* lors des combat au Col de- llosio s'est élevé à 9,000 hommes, -parmi lesquels 270 officiers. BERLIN, 26 décembre (Officiel), TMatrè c,e ia r.ue^e as l'Ouest. L'activité d'arti.lerie esi restée limitée à un feu de diversion qui n'augmenta passagèrement d'intensité qu'au sud-est d'Y près, près de Mceu-vrCs et de Marcoing. Des poussées de reconnaissance de détachements français au sud de Juvincourl ont échouié sous (notre feu ou, en corps-à-corps. Le feu qui avait augmenté d'in-iensÀé depuis quelques jours sur la rive est de la Meuse a diminué d'intensité hier. e ■ 'ae*. c-.ij là giieri'ô à l'iLeit. Rien de nouveau. irroûl ea Macédoine. Pas d'opérations de combat de certaine envergure.Théâtre de la guerre italien. Après une forte aciion d'artil'crie, l'ennemi a prononcé de violentes conrc-aiiaques contre le Col del Rosso ei les hauteurs avoisinantes à i'ouest et à l'est. Elles ont échoué avec de lour. des pertes pour l'ennemi. BERLIN, 26 décembre (Offi ici du soir): Rien de nouveau des divers théâtres de ta guerre. BERLIN, 27 dé embre (Officiel da soir): Rien de nouveau sur les div-rs thé dire» de ia guerre. Sur mer. BERLIN, 26 décembre (Officiel): De nombreux vapeurs et voiliers sont de nouveau tombés vi times des attaques de nos sous-marins dans la Méditerranée. Le tonnage des navires coulés s'élève au moins à 38,000 tonnes. Parmi eux se > rouvaùnt le vapeur armé « Ber-yjnek Lam », 4,680 tonnes, un vapeur-tank, tor-fl-lé au seiti d'une jorie couverture, ainsi qu'un "juapeur anglais armé. L'un des navires ccnt'és avait chargé 70b tonnes de -phosphate pour l'Italie. BERLIN, 26 décembre (Officiel) : Nouveaux succès sous-marins dans la zone de larragi autour de t'Ang.eterre. 21,000 tonnes de j-iuge brute. Quatre des navires coulés ont été anéantis dans la-mer du Nord. Trois rl cuire eux, fortement chargés, ont été torpi'lés au so.n de convois fortement protégés se dirigeant vers .'Angleterre. Deux -vapeurs étaient tirmés et de nationalité anglaise. Un autre valeur cou é naviguait sous pavillon anglais et était donc considéré comme navire de i/u'-rre-auxiliaire anglais. AUTKÏCI-HSN VIENNE, 25 décembre (Officie:l) ; Ïliéâtï-s èe l» gi¥&rre à l'Mai. Armistice, xaéatïe de la guerre itaaen. Des attaques ennemies contre nos nouvelles positions entre Asiago et la Bren):a ont été re-puussées avec succès. Le nombre des .priso.niert faits d puis le 23 décembre s est é.evé a 0,000 hommes, dont 270 officiers. Lois des combats des 23 et 24 décembre, lu réghnent d'mfari.erie n" 22 (Sinij, le régiment d'infanterie n" 2*7 (Grazj, d-s parties du régiment d injan-.erie »° 12 (Komorouj, nP 51 (Ko.oszvar), n" 84 (Vi raie), nm 1102, SOI (Graz), ie bataillon d'as, saut n° 11 et ici compagnie alpine n" 22, se sont pa-rtieuhèremeni distingués. VIENNE, 25 décembre (Officiel): Théâtre de .a gueire à l'Est : Armistice Théâtre de la gu<-rre italien: Les lt'ihont ont de nouveau essayé de reconquérir ou cours te combats opiniâtres, les hautews qui leur avaient é-c enlevé s te 23 courant entre Asiayv ei m Brenta. Toutes les attaques ont Hé iosn-p ètement rcpoiusces. SOFIA, 26 décembre (officiai). Front de Macédoine ; Sur quelques points du front, jeu d'arlll:crie, un pzu plus vif que d'habitude. Dans la boucle de ta Cerna, feu, roulant da courte durée. Au nord-ouest du lac de Doiran eh dans la p-atne profonde de ia Strouma, nous avons chassé -plusieurs détachements anglais. Front de ta Dobrouaja ; Armistice. SOFIA, 25 décembre (Offtcilj: Front en Maccdome : Dans la région de f>i-to la (Monas.-irJ, activité modérée d'artillerie, Plusieurs forts détachements de reconnais.ince ennemis qui tentaient de s'avancer conir". nos jtosiiions dans la boucle de ta Czerna ei a vus la région de la Moy,.ena, ont été dispersés par no.re feu. Sur -es d-ux rives du Vardar, la canonnade s'est sensiblement renforcée. D'-s groupes d'infanterie anglaise qui s'avançaient conzrs nos positions au sud-ouest de Doiran, ont été pris sous notre feu qui leur occasionna des pertes temb es, à la suite desquelles les débris restants s'enfuirent vers leurs tranchées. Duns la vallée de <-a Strouma, nous avons dispersé quelques détachements de reconnaissance. Front de la Dobroudscn-a : Armistice. TOECS C 0 N S TA N T IN 0 L , .6 décembre (officiel du 25 déc.j. Front de Palestine : L'adversaire a dirigé, de la nier contre notre aile drone, un feu violent, mais sans effet. Dans la matinée du 23. l'ennemi lança contre nos positions à l'est de Neba a, des forces peu impor-iu-.il.d, i'i2près-œttli;iiles'ftSTcrs pus conei&erar hUs Toutes ces attaques échouèrent devant .a bravoure de nos troupes, qui repoussèrent l'ennemi, au moyen de grenades à main et par des contre-attaques. Nous avons pu, ramener quelques prisonniers. De foi\-s pluies persistent sur tout le front. Au^un événement à signaler sur tes a-utres fronts. PAEIS, 24 déc. — Oliiciel 3 h. p. m, : tour ia rive droite de 1a Jiieuse l'ennemi a litige uii coup Lio nia m &ur iioo <ie. ia lé^ioii ce Beamvaiix e>t <.iu L.Ois tien. (Jaurièros. _ Ces teutativos caii échoue sou* nos ieux. La lutte d artiiiiirie a éué as»e^ viv\i wir Ja me gauche tiacs 1a rc^'ion tic Béthiacoort. Nuit calme sur re refcte au liront. PAiUSj 2-i déc. -— Omciel 11 h. p. ni. : PondAUfc la journée les aeux artilleries ont moutie une a.» uz grande activité d&us 1a ré-grua île Donaumoirt et sur ie tromt au bois de Chaume. Bien à signaler sur 1e reste du Iront. PABIS, 25 dée. — Officiel 3 h. p. m, : CaïuoiLiaade intermittente sur divers points du iront. Un coup de main ennemi sur nos petits postes du bois des Carrières n'a donné aucun résultat. Aviation. Un avion ennemi a été abattu en combat aérien da.ns.la journée du 24. lin autre appareil, dans la soirée du 23, a «. c.^eendu daas Boedigaee par les feux de nos canon3 spéciaux. Dans la soirée du 22 Dulac u. ses environs oa^ été bombardés par des avions ennemis. On signfJe plusieurs victimes.PABIS, 25 déc. — Officiel 11 h. p. m. ; Activité moyenne de l'artillerie sur la plus gronde partie du front, assez vive sur la nve droit» ue ia Meuse. Au sud de Juvincourt nous avoaus réussi un coup de matin dii^T lits lignes enSiemieis et ramené des prisonniers. ABME-E D'ORIENT, 25 déc. : Journée cainie sur l'ensemble du front. Le mauvais temps continue. PARIS, 28 déc. — Officiel 3 h. p .m. : Sur la rive droite de la Mieuse la riposte énergique de nos batteries a fait cesser un vif bombardement de nos lignes daims la ré-^giou <1.0 Bezonvaux. Dans la région do Saint-Quentin et en Haute-Alsace nos troupes ont pénétré dans les tranciideg ennemies et ont raiaeiié des priaonnierp. Nuit calme partout ailleurs. PAIUS, 26 dée._— Officiel 11 h. p>. m.: feur la rive droite die la Meuse l'ennemi a attaqué à-ueux reprisas nos positions du bois ■des Caurières. Malgré un bombardement Lès violent il n'a pu réussir à entamer nos lignes et 1 a laÎEsé sur place de ombreux morts. Assez grande activité d'artillerie dans la. région au sud de St-Quentin et dans lé secteiu- do Sapigneules. ITALIE» ROME. 23 décembre .- — A gauche de l'Assa et à l'ouest de Canova d! Mot-.o, un de nos détachements a pénétré Siprès une brève mais efficace préparation d'ar-tilerie, dans les postes avancés ennemis en se rendant maîtres par un vigoureux élan des installations de défense ei de la résistance de l'ennemi et en ramena 22 prisonniers, de nombreuses armes et du matériel de guerre. Au Monte So arnno et dans la vallée du Calsino supérieur, des tentatives de péné.r&tien ennemies ont été rc-povssées pur des vi*lsntes vagues de feu. ROME, 24 décembre : Après une préparation minutieuse et énergique d'artil erie, ?oduCrso.tre a -prononcé ce matin une attaque derrière %e secteur oriental du plat-Cau d'Asiago en dirigeant princ.paiement sts -fjoriS sur te secteur Bu o-Mon.e Val Bei-a. Dans cette région U parvint u franchir tes ittr siaUations de défense ennemies culbutées par fartiiljertej ma.s dut interrompre son attaque contre les positions situées à l'arrière. Nos troupes ont prononcé d'énergiques contrc-atla-quas qui se poursuivent -s t« momsrj avec un résultai sat.s faisant. Dans U courant de la llim dernière des déiar chements du 17e régiment cle Bcrsaglierl ont complété par un coup de- main réussi au Piff.ee eVcchia au nid de Gradtxûgo la valeureuse action effectuée, i y a que ques jours. Ils ont ensu te regagné la rive gauche de la rivière. De forts de ta chements m» avaient réussi à gagner la rive droite ont tenté de s'y maintenir uvec l'énergie du désespo r. /ktikih&m LONDRES, 22 décembre : Ce ïotr, peu après 6 heures, l'ennemi a tenté une attaque aérienne 'su) la côte du comté de Kent. U n des avions allemands a été descendu à -proximité du rivage; ses'trois occupants ont été faits prisonniers. A ce •moment, aucun au.re appareil ennemi n'a survolé ia contrée. Une seconde attaque (terie-nne s'est déve.op-pée à 9 h. il2 ei un cer,«t/i nombre de bombes \ ont été jetées sur l'î e de Than&l. Les av aieurts allemands h ont pas pénétré plus avant dans L pays. Les rajijjor.s lie', signalent ni victime ni dégâ.s. LONDRES, 23 décam%re : Hier après-midi l'ennemi, couvert par son, artillerie lourde et -par svn feu ae barrage, a fait une ahaque loca e contre nus posit.ons dans <-e voisinage de te route ï prs-Siaden. Il réussit à refouler nos p'istis uvancés sur une courte étendue, sur un front de 700 yards. Pendant la nuit, l'artillerie ennemie 's est montrée très active dans le voisinage de Ghe.uveld et de Poe'ca-pe-le.LONDRES, 24 décembre. — Officiel : Hier après-midi, l'ennemi a essayé de culbuter es -positions anglaises au sud- st d'E-peiiy, mais il du rebrousser chemin. Cette riuû noue avons également, repoussé d'autres détache-mcnts d'assaut qui witw.cni. die ,i'app<rbchèr des lignes anglaises dans te voisJiage de Mon-chy- e-i'reux ei à l'ouQst de La Bassée. LONDRES, 26 dé. emore (officiel) : Daas la soirée du 23 décembre, u-ie exvlo-s'on t.'est -proaaue d-.t'-.tpt/ie /aùi\ ,i-s d Explosifs <&u comte de j£*nl. Des'ilégâts matér.e-s furent leu&és, ma.s on n'a -pas eu à dép ore-r de -perles de vies humaines. • ... -Barfiltres Dépêches i \ vS I&4 & SIX à i'PùL2*.I 8u>Jurô.^ "è "«àak y &àf LA ET Llî XQI&t* DM VU* AÙLàMAEZ). J^Ik.strliii^ywsïCj 2h cfôc.. UcLiis iti Sv^mce <iii ueeenïore ui délégation ruase avait clécia-rc qu uu« partait ue ia volonté ocaoremeut jn^>e pu.ipj.ea iusst0,> ti 0-i^tei.ii* air pu us tôt posàfcjJi ia conciufieu d une paix t-iieraie et juste, acoepur^ie p<jur tout ±' njoti-ue ue la même es, ua^ant sur les <ié- iioei'a'ticuii des congres . paiir-rus-ses cies déie-ues ouvr;ei-s et scuiwts amsi vae suî oeiies au oorigrès pan-russe des pa/saiis, la aeiegation ruase rit ressortir txu e^ie oonsr-dei'é ia continuation <re la guerre comme uu crime, s'd s'ag.t a atteindre scuiem&nc d£a annexions,^ et qu'elle manirests so-ieneiiemént »a résolution, us signer sans retard i ^ conditions d'ime paix, qui termine cei lyaerm sur la base des condations justes, rlrpuiées sans exception de ia mômie manière pour tous les peuples. Partant de ce principe la délégation russe a proposé de su.be wonaei les riégociatious de paix aux six points suivants : 1) Aucune réunion de territoires, occupés pendant la guesere n'est auotorisée par .a violence. Les troupes, qui tiennent ces temtor- - r-w occupés sei-pnt retirées dans le plus bref I tiftitli. 2) L'autonomie politique des peuples,ayant perdu leur autonomie au cours de ia ■ uerre est restaurée dans toute son étendue. 3) La possibilité de décider par un référendum la question d'appartenir a l'un eu i'au-ti*e éttut ou de dé&'cUii' de leur autonomie politique sera garantie aux groupements nationaux, qui n'étaient point politiquement autonomes avant 1a guerre. Ce référendum devra se foire de tei.e manière que ï'indépeù-dïûice la plus complète soit assurée i.,rs du vote h toute la population du territoire en question, y compris ks immigrés et les- réfugié».4) En a qui concerne les territoii-03 do nafciosiaktés mixtes, te droit de la Fiû'or'té sera protégé par une loi spéciale, de nature à gurantir l'autonomie de la culture nationale et de l'administration autonome pour autant que cotte dernière- mesure puisse être mise pratiquement eu vigueur. 5) Aucun des pays belligérants n'est as- : teint à apyer des soi-uisauts indemnités de guerre. Des contrihutions déjà prélevées se-rosit îKiribrousées. En ce qui concerne les dédommagements _ des pertes éprouvées par des personnes privées par suite de la guerre, ils seront prélevés sur un fonds spécial auquel tous les belligérants contribueront propor-tionneEement.6) Les questions coloniales seront traneirées en se basant sur les principes énoncés aux paragraphes 1 et 4. A titre complémentaire la délégation russe proposa aux aprties cooitractante» de eonaidé- fir eemsne inadmissible toute K®te d'entrave p»r mt ptmémces fWtes à la liberté des nations faibles, telles que 1e boycottage économique, prédominance économique d'ua pays sur un outre en se basant viix des traités imposés, par des convention spéciales de douai», qui s.cjaient de natune à rostreindi'e La liberté commerciale de tiers pays par le blocus maritime, Sti XiS pouïwrhre dos buts de guerre immédiats, ote., ete. Dans ta séance pléjiière, tenue aujourd'hui sous ta présiduce du com.e Czernin, délégué plénipotentiaire d'Autriche-Hongrie, celui-ci a •••. nom t da46gatïoa%) -«es l'tiïftsances centrales, la déclaration suivante, en réponse aux propositions de la délégation russe énoncées ci-dessus : Déclarations du comte Cs^rnia Loa délégations des puissances ooafeéas parlent de 'a volonté nettement exprimée par "leurs gouv«a:»-iaeaîï» et leurs peuples, pour obtenir le pins tôt pesa Me la «çactasSGa d'une paix géméraîe et -équitable. D'aocord ave® ie point de vue énoncé à diverses reprises par l®iu* gouvernement, les déiéga.iors des puissances eoa» li éîs sont d'avis que les priucJpts fondamentaux de la proposéica rtia>e peuvent fournir une base discutable «n vue d'une telle paix. Les déi^atîons des Puissances Oeatrales se dleiar^ni d'accord en vue d'une paix générale et immédiate sans conquêtes violentes et &ars : indemnité de guerre. Si la délégation russe condamne la continuatfcm d'une guerre* qui ne : vi&e que de3 buts de conquête, les délégations des Puiskcnees Centrâtes se joignent à oatte ; oonoe^'ion. L^e hommes d'Etet des Puissances ; Coalisées ont répété à satiété dans les déclarations da leur programme qu'ils ne prolonge-rai-ut pas la guerre d'un jour potu- réaliser des co&quctes. Les gouvernements dies Puksaaces Coa^fecK» ont persisté sans «esse, sans faiblir, dans cette voie. Ils déaferent solennellement leur résolution de souscrire immi'dfâatemeat à une paix de nature à terminer oett- guerre sur ta base de conditions •égafemeat éqmtabi€s ' pour tous ke belligérants sans exoPption. Il faut toutefois insister expressement sttr ce fait que toutes tes puissances participant ao- ! tuellemeot à la guerre doivent s'obliger, sans j exceprion et sans réserve, à la stricte observa-tion des conditions qui llanfc tous les peuples de ; la même façon endéans un délai déterminé, si ; les 7 hypotheses prévues par le point d© vue rus- i ee se réaiisii-nt. Car il serait inadmissible que les Puissances de la Qa- druplice qui négociant ! actuel:tm-ent avec la Russie s'engagent uniLa-téral ment à ces ccnditioos sans posséder de : contre-garr.atic que le© alliés de la Ruseie re-ccnnaia;emt et mettent à exécution loyalement c sans réserve les dites conditions vis-à-vis dein Puise nées ÇeujKxke. Geai étant dît^il eat à rt-marqu * 03 qui suit au sujet d<ta è& points prepeeés comme base de négociations par la dé-lég-'tion rtuse : Eu ee qui concerne le paragraphe 1 : Il n'entre pas dans les intentions des Puiscaaoes Coalisées de s*approprier par la vio- : lence des territoires occupés pendant la guerre. Quant aux troupes occupant temporairememti ! 't-8 di:la territoires, il sera décidé à letsr sujet lors d s négociations de pa_x, peur autant qu'on ne sera point tombé préalablement d'accord au sujet de leur retraite d- quelques endroits. En ce qui concerne le paragraphe 2: Il n'entre point dans les vues des Puissances Coalisé "s de priver de leur autonomie, un d-s peu-pies qui auwLnt perdu Leur autonomie politique au cours de la guerre actuelle. En ce qui ooaeerae le paragraphe 3 : Pour ce qui es\ de la qiSÈsldon dé dépendance poli-tiqus des groupements nationaux ne possédant pas d'au.onomie politique, celle-oi ne peutj d'après le point de vue des Puissances C utra. les, être réglés d'état à état. Elle doit en tout cas être résolue c-ntee chaque état et ses peu-pies, par voie autonome et constitutionnelle. En ce qui concerne ie paragraphe 4: D'apiès les déclarations des hommes d'éta<t de la Qua-drup ice, la protection du droit de la minorité CBostif-u® une partie essentielle du droit cons-tii.utionnel d'autonomie d9s peuples. Les gouvernements des Puissances Coalisées admeu nt également ce principe, pour autant qu'il est pratiquement exécutable. En ce qui coaicfirn1 le paragraphe 5 : Les Puissances Cotisées ont démouuré à plusieurs reprises la possibilité de r:noncer réciproquement non seulement aux indemnités de guerre, mais eaicore aux dédommagements. Partant do ce principe, il n'y aurait de dommage à réparer pour chaque puissance belligérante que pour autant que leurs sujets sont prisonniers de guerre, ou pour autant que sur leura propres territoire», des dommages aîtnt été c&ûséa aux sujets civils de l'adversaire par des actes de violence contraires au droit de» geais. La création d'un fonds spécial dans ce but, pré-cou soe par le gouver enient russe ns jjoura-a.it être mise en dfecassion que pour amanit que 'es autres belligérans se joignent dans rm laps ds timps déterminé aux négociations de paix. En c® qui ocaosme le paragraphe S : Des quatre puissances ccaliïéi's, seule l'Allemagne dispose de colonies. La délégation aliénas.aie, d'accord complet avec lea propositions russes, déclare ce qui suit à ce sujet : La resiittttjan de- lerritoireB coloniaux conquis pendant ia guerre constitue un.e partie très eîtentiale des Oxigencs aile.mandes et dans aucun cas, nous ne pourrions nous en départir. Le chef de la dê'égr.tfon rr-sî a déclaré ee qui suit : « Je constate avec satisfaction que 'a rêpon-Jo des délégations d'Allemagne, d'Aulirjçbe-H n grie, de Bulgarie et de Turquie, v?se l'acceptation des principes d'une paix générale, démocratique et sans annexions. Nous re^onnaiG oas l'importance énorme d' ce progrès-dacis la voe de la pa.x générale, unis nous devt>ss tcujofi-is ■faire remarquer que ia réponse contient une restriction essentielle à l'article 3. La délégation russe constate ensuite avec satisfaction l'adoption du principe de la contribution de guerre eontiaue dsiî» la déàaratisa des qtsilte »ufeaaH«£B coatfsé-s. «a ce <^uî «içcra» 1® para- 1 graphe 5. La déiégatioK russe déciare en cuttrr | qu'elle attache de l'importance à ce que les pfr. sennes privées, qui ont souffert ds la guerr--, J so.cnt dédommagées à l'aide d'un fends later-! national. La délégation russe reconnaît que | l'évacuation des colonie® allemandes o-coupéeu I par l'adversaire, correspond aux principes po-; tés par etie. Elle propose de seumeitr» à une | cominjssîon spéciale la question de savoir si le ! principe du libre référendum des populations | est applicable aux col-onies. » | Finalement le chef de la délégation russe dé-] clara qu'en dép'.t des divergences d& vues ex-I posées ci-dessus, elle était d'avis-que la dépia- I' ration franche ccnteiiue dans la réponse des Puissances Centrales n'avait aucun but aggres-sif et (importait la possibilité pratique d'ent. mer ! i.nmé licitement des négociations en vue d'une paix générale en re tous les étais bell.gérants. En conséquence. la délégation rusée propose d"interrompre p -ndant un laps de dix jouis les négociations, à daUr de ce soir, pour finir le £ 'janvier 1918, afin que les peup es dont les gouvernements qui ne se sont point encore joints aux négociations en vue d'une paix générale, puissent prendre connaissance des principes ac-r-uàUemiSnt éthonr.és en vue d'une Jette paix. Piiseé ce délai tes raégociatioDs suivront leur cours en tout cas, » Le comte Czernin, président, pria ensuite la délégation russe da remette® sa répons© par écrit et proposa d'entrer ej3, négociations :;m-hkdiiateg. pour ce qui concerne l€s cas spéciaux, qui devront en tout cas être réglés entre te gouvernement russie ©t 'es gouvernements des 2)uis>acees coalisées. Le chef de la déiégaton rufcse abonda d-aus ce sens et déclara qu'il était-prêt à enitameir unméd.iaitenieiiti La diecBs&àci!.' d'; ces dé.ails, qui même su cas de négœi'at.O't!s de paix générale, const.tueront également l'ob. j^t de di-cussions spéciales enta-e la. Russie et .«s quatre puissances coalisées. Sur la proposition du secrétaire d'E.at von Kuh mann, il fut décidé à l'unanimité ©t'autant afin d'évita' toute perte de temps, qu'afm de mieux apprécier l'importance de la tâche à remplir, de comm n-ctx dès demain ces négociatioue. La caraciériqua àm négociai-ions de pslsc.. d'apiès la presse cilc- aaado, Bcriin, 27 déc. — Le résultat obtenu jusqu'ici par les négociations de p.a;x tJntre les repr.seîi-tants de ia QuadrupLee et la Russi ooais'otue, de l'avis de la « G-azette de Voos », ua accord de pceicipe sur les quegcians de ciaturo à former les bas-s fondanv-utales d'une coac uskm de paix future. L est de la plus grand® importance, dit Cfe jouruai, que ce fait ait été établi par les négociateurs rustes eux-mêna s. Par c~la, ie gouvernement le plus dÉaiacratique du monde a fcsuisj aux Puisa, ne-'s Ooatralts, u» témoignage que leur politique 'pacifi cw totalement dépourvue d'idées de c;aquê;es ci en général de toute tendance à exercer des vio-leac-s qu-lcoîiques. Si la Qiiadrupl.ee, après cette constatation indiscutable de sa> d'sp-osi-t ons pacifistes a, pour le surplus, a.d:..is que h's gouvernements de l'En enoe pussent décider, dans un dé.a. raisg..na.bie, s'ils voulaient discuter avec nous la paix sur les, raêmts baseg q u 'a.vt'c la Russie, cela diémontr© à nouv&au que ses principes re s'appliquent pas seulement à la Russie, mais aussi à tout autre de ses adversaires qui se déclarerait prêt à outrer dens cette voie. Le « Berliner T gcbU.,tt» dit: « Rien ne peut contribuer dans une p.us large mesure à ébranler le mur des armes que cette nouvelle diplomatie ouverte et publique, » La « Taglich Rundicha.rie» écrit t « Nous nous sommes trompés lorsque nous avoes admis qti'una nouvelle offi-e de paix à l'Eiit.ntiS ne "devait plus être attendue... » Le « Vorwarfcs » : « La gouvernement allemand aura à examLetr sérieusement si en sauvegardant les intérêt», une continuation de La discussion sur les bases du prograrom - ruree est peajble. L. programme de paix russ© Cst d une teneur fi iiheorique et ab.a rai», qu ua certan nombre d. questloins litigieuses ne s'en trouvent pai, sans autre, liquidées, Eu attendant, la porte da la paix reste grand, ment ouver.e pour tout le monde. » L33 EVE.-.:.EiSiidi-i'i'3 i.el Ku*tï.*jiiS. nouveaux docuaieats s&çi*eîs rms-ss. Stockholm, 26 déc. — Le journal « IsvtsJja » publie les deux nouveaux documente se-ea-etB siiivants : Télégramme confidentiel du chargé d'affaires russe à Pars, en date du 5 septembre 1917, n 889. Très urgent: « Swat'ikoiv me prie de bien vouloir communiquer au président du Conseil et au ministre d.e affaires étrangères ce qui suit : Je cro-s da mon devoir d'informer le gouvernement provisoire, qu'à l'occasion de mon audience de congé ches le président de la République, M. l'oiue-aré s'est montré extrêmement agité de ce que les Allemands avaient pris Riga et centi-uuaknt leur avance. Il m'interrogea très minu-tieusf m .at sur les possibilités d'une pouss&e Jm. médiate des Allemands stur S't-Péter..bourg qui ; lui apparaissait comme absolument exposé sans défense. « Lss nouv&il.eg de Russie sont très | mauvaises, dit-ij, et nous sommes d'ailleurs ex-! 'rêmement inquiets de ia tournure que prennent les choses eu Russie,Vous comprenez bien que le gouvernement me© peut se qualifier de « provisoire », mais qu'il peut effeotivemen' devenir durable et en revêtir aussi le caractère extérieur. Nous souhaitoas do tout cœur le succès'de Kerenski, dans ses efforts énergiques pour rétablir l'ordre administratif et militaire, u moyen des mesura les plus incisives. Il faut que je vous dise ouvertement qu'une défaite de la ïï'Usste constituerait mainte» ni une oalami-ié nationale pour la 'France. -» Poincré exprima «l'suite La coevioU n que ie génér 1 S nkev/i'.eh, un heanmc très habile et très prudent, dent il appréciait hautement la collaboration et ave'c lequel il avait déjà discuté toutes les queet.ons do détail, réussirait à ramener à ia raàson lss trou ■ ]&2a «utiuéss de la brigade i~t»a» du ewap é» ©ou(«e«, saflg qu'il s«it aé«osezirs que tes

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le bruxellois: journal quotidien indépendant appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes