Le trait d'union: bulletin de guerre des anciens du collège Notre-Dame de la Paix

610 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1916, 01 Decembre. Le trait d'union: bulletin de guerre des anciens du collège Notre-Dame de la Paix. Accès à 25 fevrier 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/vt1gh9c351/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

LE TRAIT D'UNION BULLETIN DE GUERRE des Anciens . du Collège Notre - Dame de la Paix Adresser toutes les eommunieatiofts à R, Vjafi BEfiEDEfi B. 223 A la mémoire de Joseph WALMACH Dans la nuit du 14 au 15 Oct ■}. e dernier, Joseph Walmach prenait le commandement d'une patrouille de quinze hommes chargée d'enlever un poste ennemi et de ramener des prisonniers. La patrouille arriva sans encombre jusqu'au poste et se mit en devoir de couper le réseau de fils de fer barbelés qui le défendait. L'opération marchait à souhait. Mais voici que, au-dessus du parapet se montre une tête, puis une seconde, puis une troisième. A plusieurs reprises on entend l'appel— imitation du cri de la mouette — qui se répète de poste en poste et dans les tranchées boches. Walmach se sent découvert. Que faire ? Rebrousser chemin ? Ce serait le plu> sage. Mais il n'a pas accompli sa mission et il veut tenter l'impossible pour s'en acquitter. Doucement, il fait avancer ses hommes dans le passage pratiqué à travers les fils de fer. Mais les soldats hésitent. Ils regardent leur officier. Vont-ils faiblir ? Walmach s'aperçoit de leur crainte ; d'un geste héroïque, il se dresse de toute sa taille, revolver au poing et lance le cri : «En avant !». Ses hommes le suivent. Mais sur le parapet du poste, les boches les attendent. Les grenades partent. La première est pour notre vaillant ami, qui tombe mortellement blessé ! Ramené au poste de secours, il ne laissa pas échapper une plainte. Le seul regret qu'il exprima fut de n'avoir pu réussir. A l'aumônier qui lui offrait ses services, il répondit qu'il n'avait pas attendu jusqu'alors pour se mettre en règle. Et en effet, rarement vit-on chrétien plus fervent, non seulement à l'église à l'heure de la prière, mais aussi en compagnie, toujours de bonne humeur, toujours doux et affable, toujours irréprochable dans son langage. Les hommes valides, qui restaient delà patrouille conduisirent leur lieutenant vers le poste de pansement divisionnaire. Mais avant d'y arriver, un peu au-delà d'Oude-Barreel, Joseph Walmach rendait sa belle âme à son Créateur. # * # Les funérailles de notre ami furent touchantes par la foule de ceux qui voulurent y participer et par les témoignages de sympathie auxquels elles donnèrent lieu. Nous reproduisons ci-dessous des extraits des discours prononcés sur sa tombe par ses chefs. * # # Discours du Lieutenant-Général JACQUES Messieurs, La mort a fauché à nouveau dans les rangs glorieux des officiers de ma belle division. Elle a enlevé un jeune héros à notre admiration, à notre affection. La perte est cruelle, la douleur est grande parmi ceux qui avaient appris à connaître ce jeune homme charmant, avant la guerre, et dont deux ans de guerre avaient fait un officier accompli, modèle de discipline et d'ardente bravoure. Walmach a été mortellement frappé, à la tête de ses hommes qu'il conduisait à l'assaut d'un poste ennemi. Simplement, stoïquement, sans une plainte, il a versé son sang généreux pour sa patrie, pour l'idée du Droit auquel il avait voué toute sa vie. Avec une respectueuse émotion, je dépose sur la dépouille mortelle du jeune héros, la Croix de l'Ordre de Léopold et la Croix de guerre que le Roi décerne à ceux qui tombent en braves pour la délivrance de la Belgique martyre. * # # Discours du Capitaine-Commandant JACQUES Mon Général, Messieurs, Le sous-lieutenant Walmach est mort, de la belle mort du soldat; il est tombé en entraînant ses hommes à l'assaut. Jeunesse,élégance, esprit fin et disert, fortune, sympathie et affection de ses chefs comme de ses inférieurs, il avait tout cela. 2V° 3. — Décembre 1G16.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le trait d'union: bulletin de guerre des anciens du collège Notre-Dame de la Paix appartenant à la catégorie Frontbladen, parue à S.l. du 1916 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes