L'indépendance belge

825 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 30 Mars. L'indépendance belge. Accès à 05 decembre 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/n872v2dc43/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

L'INDÉPENDANCE BELGE. [ ROYAUME-UNI : ONE PENNY CONTINENT : 15 CENTIMES (HOLLANDE : 5 CENTS) . t ADMINISTRATION ET REDACTION: ?^ImTT»«rei VENDREDI 30 MARS 1917 3 MOIS, 9 SHILLINGS. ï s, DANE STB-, HIGH HOLBORN, W.C.i. "• ^^BOURSE. «tnuncui ou m«r\o i»n. ABONNEMENTS:, e MOIS, 17 SHILLINGS. IConservation par le Progrès. TELEPHONE : HOLBORN 1773-4 TELEPH.: { 238-75. ° E" Ve"te à Londres à 3 h. le jeudi 29 rticirs» ( i an, 32 shillings. J LA SITUATION. Jeudi, midi. Les Français ont fait de nouveaux progrès hier au nord-est de Soissons. Dans le secteur de Leuilly-Neuville-Mar-gival, plusieurs points d'appui ont été saisis, dont la possession consolide les progrès faits la veille dans la forêt de Coucy, où la résistance de l'adversaire se fait acharnée. Le vaste mouvement enveloppant qu'esquissent les Alliés menace à la fois La Fère et Laon, et l'ennemi est obligé de défendre avec la dernière énergie ces deux places, dont l'abandon l'obligerait probablement à procéder à un nouveau raccourcissement de son front et à se retirer sur la ligne Lille-Valenciennes-Busigny-Hir-; son-Mézières-Verdun, ce qui équivau-■ drait à l'évacuation de la plus grande partie des territoires français occupés. En présence du danger sérieux de la pression continue de nos Alliés entre l'Oise et l'Aisne, les Allemands essaient de créer une diversion dans les secteurs adjacents. C'est ainsi qu'en Champagne ils out attaqué, après un violent bombardement, les positions françaises £ l'ouest de Maison de Champagne, oî ils ont réussi à reprendre à nos Alliés une partie des positions qui leur avaient été enlevées il y a quelques semaines. L< communiqué de Paris annonce que des détachements ennemis sont parvenus ï prendre pied dans les éléments de la première ligne française, mais que tou tes les tentatives contre la Maison de Champagne elles-mêmes furent repoussées avec des pertes sanglantes. Le communiqué de Berlin signale l'occupation de quelques tranchées au sud de Bipont et prétend cjue 300 prisonniers ont été faits du côté de Tahure. Rien des événements capitaux dont la forêt de Coucy a été le théâtre. L'avance britannique dans la direc-| tion de Cambrai se poursuit avec une prudente lenteur, qui trahit chez nos Alliés la ferme résolution de ne riei) abandonner au hasard et de ne pas compromettre par des entreprises liâtives j les résultats importants de ces dernières semaines. Au cours des dernières quarante-huit heures, la cavalerie britannique, très entreprenante, a occupé deux nouveaux villages au nord-est de Péronne (Villers-Faucon et Saulcourt) et a ramené des prisonniers et des mitrailleuses. Des progrès sensibles ont en outre été faits sur la route de Doignies-Lagni-court et du côté de Croisilles. Dans tous ces secteurs, les Allemands disputent le terrain avec la plus grande vigueur, et les contre-attaques qu'ils livrent prouvent que leur retraite, maintenant, ne se poursuit plus conformément à leurs ■ plans, mais conformément aux nôtres. D'ailleurs, Berlin n'enregistre les progrès britanniques qu'en rusant et essaie de faire avaler l'amère pilule de l'évacuation de Lagnicourt en faisant état des pertes anglaises, très fortes prétendument;, 1,000 cadavres comptés, selon les Allemands, entre Lagnicourt et Morchies. Les lecteurs allemands, tenus dans l'ignorance, ne se demanderont pas comment il se fait que les Allemands, battant en retraite, ont pu compter les cadavres sur un terrain qu'ils n'ont pu garder. Ils sont trop préoccupés poulie moment de la question des vivres pour s'arrêter à ces détails. Le contrôleur von Batocki, parlant devant la Commission du Beichstag, a dû avouer que la situation au point de ux vue alimentaire, était grave, que ^s is. évaluations précédentes, relatives aux ir- stocks disponibles, étaient erronées, et :té que le seul moyen pour sortir de l'im-[es passe était de procéder .à un abatage de plus considérable de bétail. re Grâce à un rationnement plus géné-nt reux de la viande de boucherie, on te- espère faire oublier l'absence de pommes n- de terre et de pain et arriver jusqu'à ;r- la récolte nouvelle. nt En attendant, le mécontentement est à général, non seulement parmi le public, se- mais dans les sphères politiques, bava-la roises notamment, où l'on se rend ir- compte que la Prusse tire, comme tou-,u- jours, la couverture à elle au détriment de des Etats du Sud. s. C'est probablement en grande partie ja aussi au manque de nourriture qu'il -re faut attribuer le déclin rapide du moral ,nt du soldat allemand, déclin qui a rendu lrg nécessaire le elépôt d'un projet de loi lle vivant la réduction des peines disci-m_ plinaires dans l'armée. à L'exposé des motifs fait ressortir que où dans les circonstances actuelles, les cas d'absentéisme, de désertion, de dés-)nt obéissance grave, de voies de fait contre Le des supérieurs, de provocation à la ré-jes volte'et de négligence grave élans le ser-vice des sentinelles doivent être jugés la avec plus d'indulgence, étant donné ,u_ l'état de nervosité et d'excitabilité dans de lequel se trouvent les soldats du fait de ls- la guerre prolongée des tranchées, et de l'emploi des armes à feu modernes ! JC II est également fait état de la pré-sence sous les armes d'éléments ph^-si-n_ quement et mentalement inférieurs, et de l'entraînement incomplet des re-ja crues. La nécessité d'un projet de loi de ce genre en dit long sur l'effet moral que le prolongement de la guerre a produit chez nos ennemis. Le régime prussien en Allemagne s'identifie avec l'armée, et le L" moindre ébranlement de l'éelifice militaire -chez nos ennemis peut _ avoir les CS r • conséquences les plus serieuses. es Plus la guerre se prolonge, plus les facteurs moraux deviennent prédomi-llt nants et tout concourt actuellement à hâter chez nos adversaires le processus JX de désagrégation morale qui hâtera la s~ fin des Empires Centraux. es L'entrée en scène des Etats-Unis et la Bévolution russe ne peuvent qu'activer El t® l'eflondrement final, qui n'est plus 1_ qu'une question de mois. us Bien jusqu'à présent n'indique que nos adversaires puissent, par un succès et militaire sur d'autres fronts, réparer le 11 " prestige de leurs armes. le En Macédoine et en Mésopotamie, les rs Alliés progressent d'une manière très s- satisfaisante, et le dégel survenu sur le °" théâtre oriental rend difficile, sinon im-s" possible, toute opération sérieuse sur les Ie fronts russe et roumain. :lt Sur mer, les sous-marins continuent, é- il est vrai, de faire des victimes, mais s> la perte de tonnage, sensiblement égale et pendant le mois de mars à celle de fé-* vrier ne justifie pas les espérances exa-is gérées de nos ennemis. is Quant au "bombardement" de Dun-t- kerepie par une flottille de torpilleurs allemands (il a duré exactement 3 mi-'U nutes) c'est un incident sans importance ir et qui ne fait que mieux ressortir l'im-lr puissance de la flotte allemande, réduite à des démonstrations qui relèvent du it théâtre plus que de la stratégie navale a et militaire. LA GUERRE EUROPÉENNE. Les Opérations Militaires. SUR LE FRONT OCCIDENTAL IE COMMUNIQUE BRITANNIQUE. Progrès au delà de Bapaume et de Peronne- — La cavalerie britannique capture encore deux villages Londres, mercredi, 8 h. 36 du soir. —Poursuivant ses succès d'hier matin, notre cavalerie a capturé, au cours de l'après-midi, les villages de Villers-Faucon et de Saulcourt (respectivement à 9 k. et demi et à 10 k. au nord-est de Péronne), faisant plu- Vi sieurs prisonniers et prenant quatre LE mitrailleuses. — La nuit dernière une attaque enne- Vi Inaie sur nos nouvelles positions à !'<quancourt (sur la voie ferrée de Bapaume à Péronne) a été refoulée avec des pertes eonsidéraiblès pour les Allemand^. ] Plus an nord, nos troupes se sont] établies, pendant la nuit, à deux points sur la route de Doignies à Lagnicourt (qui traverse la route de Bapaume è ambrai à 10 k. de Bapaume), après un bref combat, et aujourd'hui, elles ont gagné du terrain au sud et à l'ouest de Croisilles (à environ 11 k. au sud-est d'Arras), rencontrant une forte résistance. Nous avons exécuté des raids fructueux, ce matin, à la pointe du jour, à l'est d'Aix-Noulette (à l'ouest de Lens) et au nord de Neuville-Sainte aast. £8 COMMUNIQUES FRANÇAIS. iolentes lutte d'artillerie. — Progrès au nord de Soissons. Paris, mercredi, 14 heures.—Entre , la Somme et l'Oise et au sud de l'Oise il n'y a rien eu d'important pendant la, nuit. . Il .y a eu une très vive lutte d'ar tillerie dans la. région à l'est de la basse forêt de Coucy. Au nord de l'Ailette nous avons fait de nouveaux progrès. Nous avons également avancé plus loin, dans le secteur à l'est de Leuilly-Neuville sur Margival, où nous avons emporté plusieurs points d'appui importants. Dans la région de Beims nous avons exécuté un raid à l'est de Neuville et nous avons rotnené quelques prisonniers.En Champagne, hier vers la fin de la journée et au cours de la nuit, la lutte d'artillerie a pris un caractère d'une violence particulière dans la région entre la Butte du Mesnil et Maison de Champagne. La nuit a été calme partout ailleurs. Violente attaque allemande en Champagne Paris, mercredi, 23 heures.—Entre la Somme et l'Oise, il y a eu de part et d'autre, une grande' activité d'artillerie, spécialement sur le front d'Assigny-Benay. Notre feu a dispersé des détachements de travailleurs ennemis au sud de Saint-Quentin. Il n'y a pas eu d'action d'infanterie. Au sud de l'Oise, ainsi que dans le district de Soissons, il y a eu des escarmouches entre patrouilles et un vif échange de feu de mousqueterie à différents points du front. En Champagne, après un violent bombardement de nos positions à l'ouest de Maisons de Champagne, les Allemands ont lancé, ce matin, une puissante attaque et sont parvenus à prendre pied dans quelques-uns dç nos éléments de première ligne. Toutes leurs tentatives sur Maisons de Champagne ont été écrasées sous notre feu qui a infligé des pertes sanglantes à l'ennemi. Deux coups de main sur nos petits postes à l'est de la route de St-Hilaire à St-Souplet et au nord de Tahure ont complètement échoué. Sur la rive gauche de la Meuse nous avons exécuté un feu destructif efficace sur les organisations ennemies dans le secteur de la Côte 304-Mort-Homme.Sur le reste du front il y a eu une canonnade intermittente. Sim LES FRONTS RUSSES. Schecs allemands dans le Centre et en Gai cie Pétrograd, mercrèdi.—Après une préparation d'artillerie les Allemands ont attaqué nos positions à l'est d'II-lukst (au nord-ouest de Dvinsk), mais ils ont été repoussés. Une attaque allemande a également été repoussée au nord'-ouest de Pos-tavv (à 89 kilomètres et demi au sue! de Dvinsk). Dans la nuit du 26 au 27 mars, après une préparation d'artillerie, l'ennemi a attaqué nos positions dans la région de Bogushy, au nord-est de Krévo," au sud-ouest de Vilna), et a occupé une partie dé nos tranchées, mais une contre-attaque immédiate nous a permis ele nous rétablir dans nos tranchées. Sur le.Stokhod, dans la région de Borovno, nous avons livré une attaque de gaz. A l'est de Brzczany (en Galicie), après l'explosion d'une mine, nos patrouilles ont fait un raid dans les tranchées ennemies et ont ramené 20 prisonniers. m LES FRONTS B0UM3S ■E COMMUNIQUE -ROUMAIN. Vifs bombardements Jassy, mercredi. — Notre artillerie a bombardé, avec succès, les tranchées que l'ennemi nous a prises il y a deux jours entre le Trotus et la di-vière Ciobanaca. L'ennemi a violemment bombardé la région de Movileni (sur le Sereth, devant Galatz) à l'aiele d'obus chargés de gaz asphyxiants. Sur le Sereth notre artillerie a bombardé les batteries ennemies à l'ouest de Vadubïosta et de Va.ldurul. La nuit dernière, un détachement, russe en reconnaissance a été découvert par les projecteurs lumineux et cerné par l'ennemi au sud de Miha-léaj mais les éclaireurs russes sont parvenus à rentrer sains et saufs dans leurs lignes, apportant une importante information. E COMMUNIQUE RUSSE. Combats sur le Trotus et su<' l'Un 1 Pétrograd,' mercredi.—Un train blindé allemand a bombardé nos posi- la tions à l'est de Kôrosmezô (Car-pathes).it Au sud de la rivière Ciobanaco, nos as troupes combattent pour la reprise des le positions perdues le 23 mars, ir Au sud de l'Uzul, à 22 kilomètres au u- sud-ouest de Moinesti, l'ennemi a attaqué nos positions et, après un îs combat désespéré, a ocupé des parties et de celles-ci. n- Une offensive prise par des éléments ennemis insignifiants, le long de la le voie ferrée de Foscani à Marasesti, et la de 1a- route de Foscani à Ciusléa, .a été re repoussée. ' SUR LE FRONT MACEDONIEN. S- LE COMMUNIQUE FRANÇAIS. L'ennemi défait au delà de Monastir. Salonique, 27 mars. — Après une re violente préparation d'artillerie, l'en-rt nemi a attaqué les tranchées que nous r- lui avons prises le 26 mars dans la récit gion de Tchervenastena, à l'ouest de s- Monastir. Son attaque a été arrêtée rs net par notre tir de barrage. Il Les prisonniers faits le 26 mars portent le total de nos captures dans le les récentes opérations autour de s- Monastir, à 2,104 prisonniers dont 29 m officiers. Nous avons également pris à au cours de la même période, six lance-bombes et 16 mitrailleuses, it OPERATIONS NAVALES. ie • 1 Une attaque navale allemande sur Dunkerque Paris, mercredi.— Le 26 mars, vers 2 heures du matin, des torpilleurs allemands ont lancé 60 obus sur la ville de Dunkerque. Ce bombardement,qui dura trois mi-nutes, n'a fait cjue deux victimes. Les ^ torpilleurs ennemis ont immédiatement pris le large à toute vitesse. is Les pertes sur mer. 1_ Arrivées et départs des navires mar-chands de toutes nationalités et dépas-t" sànt 100 tonnes élans les ports du Boyau-me-Uni (non compris les bateaux de ie pêche et bateaux locaux) pour la semaine finissant le 25 mars: (a) arrivées: 2,314; (b) départs: 2,433, contre 2,528 et 2,554 respectivement la semaine précédente."Navires marchands britanniques coulés par mines ou sous-marins: (a) au-de-ssus de 1,600 tonnes: 18; (b) en-des-le sous de 1,600 tonnes: 7, contre 16 et 8 respectivement la semaine précédente. J" Navires marchands britanniques atta-18 qués sans succès par sous-marins: 13, contre 19 la semaine précédente, 't Navires de pêche coulés: 10, contre s~ 21 la semaine précédente, d s, OPERATIONS AERIENNES. û ❖ " J 1S Un raid russe près de Constantinople Pétrograd, mercredi. — Une esca-a drille d'hydroplanes russes a exécute un raid sur Terkos, à- 43 kilom. au ' nord-ouest de Constantinople, et a ls jeté 50 bombes sur l'aqueduc qui approvisionne Constantinople en eau € potable. ), RUSSIE. i- Telegramme du baron de Broqueville au 10 prince Lvoff Le président du conseil des ministres de Belgique a adressé au prince Lvof le ^ télégramme suivant : "Je tiens à saluer, au nom du Gouvernement belge, le Gouvernement qui, sous la présidence de Votre Excellence, vient d'assumer le pouvoir en Bussie. ie Les sentiments avec lesquels le peuple ;s russe a soutenu la noble résolution avec a laquelle le Tsar est intervenu en vertu i- des traités par lesquels la nation russe s'est engagée à garantir l'indépendance é de la Belgiejue, nous donnent la certi-î, tude que le grand peuple garant, au ■- moment- où il se rapproche de nous par la similitude des institutions libérales, i- continuera à nous prêter son indéfec-it tible appui pour rétablir notre patrie dans ses droits imprescriptibles. En lut-it tant pour son honneur, pour son exis-i- tence, pour les droits des petites naît tions, dont elle incarne la cause, la Bel-i- gique s'est attiré l'inimitié de l'Allema-t gne et l'affection de tous ceux qui sont s épris de justice et de liberté. Nous comptons donc sur vous, comme vous pouvez compter sur nous. Je souhaite que sous la direction du nouveau Gouvernement la Bussie connaisse les jours heureux que la Belgique a dus à la n clairvoyante sagesse avep laquelle nos i- pères de 1830 ont su faire fleurir la li- !ar- berté immortelle dans l'ordre et le respect des institutions ejue le peuple s'était nos données. La fraternité d'armes née de des la lutte contre nos ennemis communs scellera à jamais l'amitié qui existe au entre nos deux pays. a (S.) DE BIIOQUEVILLE." un ===== NOUVELLES DIVERSES :nts , la e'j. — Le ministre du Danemark à Berlin 'été s est chargé des intérêts chinois en Allemagne.— D'après l'Agence Balkanique, von Mackensen est arrivé à Constantinople " pour réorganiser l'année turque. —Les membres de la Conférence impériale de guerre ont été invités hier à ■ déjeuner au Palais de Buckingham. une — Avant de quitter Bagdad, l'ennemi en~ a détruit les installations de télégraphie °us sans fil réaniment établies, qui reliaient re" Bagdad à Berlin. de — M. Raoul Briquet et M. Albert Taillandier, député d'Arras, ont été tués dans une explosion accidentelle à als l'Hôtel de Ville de Bapaume. ans de — Un décret prohibant les importa-29 tions en France sauf pour compte de )rjs l'Etat vient d'être publié.. Certaines sjx exceptions pourront être accordées. — Des négociations sont en cours de route entre l'Allemagne et l'Espagne pour le libre retour, vers leurs ports, de bateaux espagnols actuellement dans des ports alliés. — Le "Handelsblad" dit que l'exportation" totale de fromage de Hollande en ers Allemagne s'est élevée en 1916 à 76,286 al- tonnes (environ un kilo par tête d'Alle-ille mand et par an). — Le bureau de la- presse serbe (sût ni- connaître que le traitement inhumain Les infligé aux populations serbes par les ite- Bulgares a amené des révoltes dans différentes parties du pays. — Un projet de réforme électorale, ar_ comprenant un système de représenta-ias_ tion proportionnelle, a été adopté par au la Chambre des représentants des Pays- cje Bas et va être soumis au Sénat, ine — Le général sir William Bobertson, es: chef de l'état-major de l'armée britan-528 nique, vient de rentrer en Angleterre ré- après une visite au front italien ; il a fait un vif éloge de l'armée italienne. ou_ — Il y a à ce jour 55,397 Allemands, j*u~ 16 Autrichiens, 763 Bulgares, et 15,512 les- Turcs prisonniers de guerre dans l'em-^ pire britannique. Les Allemands ont e- fait, par contre, 32,500 prisonniers bri-tanniques.— Le Parlement autrichien ne semble tre pas devoir se réunir bientôt. Les Tchèques et lesJSlaves du Sud refusent d'accepter les propositions du gouvernement sur les questions de langues et d'administration nationale en Bohême. —■ Un projet de loi a été déposé à la e Chambre des Communes en vue de la ré-ca_ vision des hommes exemptés jusqu'ici comme inaptes, comme ayant terminé au leur service militaire ou naval ou e*>mme a jugés impropres au service à l'étranger. ip- — La quantité de sucre allouée aux îau pâtissiers et confiseurs pour l'année 1917 sera, pendant les six premiers mois, la moitié de la quantité employée par eux: en 1915 ; pendant les six derniers mois, la quantité allouée sera encore réduite ... de moitié. au — A la suite de la décision de la Cour res Suprême des Etats-Unis, le steamer bri- ■ tannique "Appam," amené comme prise paf un équipage allemand dans uïi port 3U_ américain, a été restitué au représen-uj tant de la compagnie britannique à lace, quelle il appartenait. iie. — D'après le "Boston Transit," sir pie Sam Hughes, dans un discours prononcé au Canadfan Club, a eléclaré que les rtu sous-marins commerciaux " Deutsch-sse land" et "Bremen" avaient été captu-nce rés et se trouvaient maintenant internés "ti- dans les ports britanniques. tlu —. Un projet de loi est déposé à Cons-)al tantinople pour la création au ministère es' de la guerre d'un bureau des chemins de ec fer de guerre qui dirigera la ligne de rie l'jfëdjaz, ainsi que les chemins de fer, lît_ tramways, et ports de Syrie et du vilayet ls" de Smyrne. qui appartiennent à des 1^~ compagnies françaises et britanniques. la_ — Sir Douglas Haig, dans une lettre )nt au général Nivelle, a exprimé la pro-)ug fonde sympathie de l'armée britannique )us pour les souffrances de la population ite française soumise à la barbarie alle-)u. mande. Le général Nivelle a répondu jj>g en remerciant les armées britanniques la pour le secours apporté aux victimes et ios disant que les crimes de l'ennemi don-li- nent une nouvelle énergie aux Alliés, 8Sème anné«. No 77

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre L'indépendance belge appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Londres du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes