L'indépendance belge

243 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1918, 14 Août. L'indépendance belge. Accès à 15 octobre 2019, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/bv79s1mj3w/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

L'INDEPENDANCE CONSERVATION PAR LE PROGRÈS BELGE ROYAUME-UNI: 1 PENNY LE NUMÉRO CONTINENT .. 1& CENTIMES . HOLLANDE 6 CENTS I ADMINISTRATION ET REDACTION : BUREAU A PARIS MERCREDI 14 AOUT 1918 . f3 MOIS, 9 SHILLINGS. ÎUDOB. HOUSE, TUDOR ST.. E.C. 4 il. PLACE DE LA BOURSE - ABONNEMENTS jô MOIS, 17 SHILLINGS - TELEPHONE: CITY 3960 TELE.: 311-57 et 238-75 En Vente à Londres à 3 h le mardi 13 SOUt * Il Alï. 32 SHILLINGS LA SITUATION . •Mardi midi. i Auprès des nouvelles sensationnelles ! de ces derniers jours, notre présent bulletin semblera plutôt maigre. Il ne faut cependant pas que nos lecteurs s'en étonnent et concluent que la grande offensive de la Somme à l'Oise se trouve immobilisée. Le fait de l'intervention de nombreuses divisions fraîches de la part de l'ennemi n'a pas amené une complète stabilisation des armées combattantes. Certes, en certains points de la ligne d'attaque la réaction allemande a été particulièrement vigoureuse et le retour ennemi dans la région entre Lihons, Chaulnes et Roye s'est traduit en combats dont l'issue fut parfois à l'avantage de l'adversaire ; toutefois, jusqu'à présent, ces demi-succès ont toujours été éphémères et nos vaillantes légions n'ont pas permis à leurs opposants de garder Ile moindre pouce de terrain reconquis au prix de sanglants sacrifices. Dans le secteur entre l'Ancre et la Somme les Anglo-Américains ont profité de l'accalmie momentanée pour organiser et améliorer sensiblement leurs gains dans les environs de Bray et Froissy. La 4e armée britanniqu'e a brisé de violentes contre-attaques ennemies sur Lihons et au sud-ouest de Chaulnes. Le communiqué de Berlin annonce, d'autre part, que les Allemands ont repris Hallu et dégagé la voie ferrée de Roye à Pé-ronne, et qu'ils ont repoussé de fortes attaques alliées sur la route d'Amiens à Roye. Cependant, la Ire armée française a maintenu toutes, ses positions contre des attaques adverses. Les régiments du général Humbert (3e armée) ont réalisé dë nouveaux progrès dans la direction de ■ Roye et de Lassigny, ainsi que vers Xoyon, occupant la Ferme des Loges, les xillages de Canny-sur-Matz, de Roye-surÀfatZ et de Gury, et atteignant le Bois de Tliîescourt et la Ferme de Belle Assise, d'où ils commandent la vallée de l'Oise et le massif de Lassigny. La possession de ce massif a une im-pôrtance capitale pour le développement ultérieur de la bataille,* et les critiques s'accordent à dire que le sort de l'offensive dépend en grande partie de sa capture. Le général Humbert se trouve en excellènte position pour réaliser ce programme' et tout nous porte à croire qu'une stabilisation des lignes dans cette région ne dépendra pas de ses glorieuses phalanges. Les journaux allemands publient des notes officieuses expliquant le revers des troupes teutonnes et tendant à diminuer 1 importance de la brillante victoire du maréchal sir D. Haig, l'attribuant à la surprise et aux "tanks diaboliques." Dans leur ensemble, ces commentaires contient la valeur des succès alliés et affirment que Ludendorff ne tardera pas à reprert'dre tout le terrain perdu, tout en vengeant les soldats allemands, qui, 'pour une raison ou pour une autre," sont tombés aux mains de l'ennemi ! Le général Von Hutier établit active-? ment une nouvelle ligne de défense entre Roye et Noyon. Cette ligne est évidemment provisoire, car s'il y est favorablement couvert par les hauteurs au nord de Ribecourt, il n'en est pas moins menacé sérieusement par une attaque lancée du front Goyencourt-Villers-les-Roye 1 iiloloy d'une part, et par un envéloppe-ment dans fa direction de Nesle, dont la capture constituerait un grand danger pour les Allemands. Aussi bien, on peut envisager qu'ils li iau;elf|,'ont pas long' temps pour poursuivre une retraite d'ores et déjà préparée, par la destruc tion des dépôts et des magasins de muni tions en divers points à l'arrière de c< nouveau front. , Aucuns nouveaux chiffres officiel; n'ont été publiés au sujet des trophée' de la grande bataille. Néanmoins 1' " Echo de Paris " se dit en mesure d< pouvoir assurer que le nombre de prison niers capturés par les Alliés entre le 8 e le 11 août excède 37,000 hommes, don 2,300 officiers, et que l'immense butit tombé entre nos mains comprend plus di 1,000 canons et environ 10,000 mitrail leuses. Sur les 31 divisions allemande: identifiées sur le nouveau champ de ba taille, trois étaient bavaroises et 28 prus siennes, ce qui dément péremptoiremen ' l'affirmation de Berlin, accusant les Ba i varois d'être la cause de la défaite de 1; Somme. i Sur le front de la Yesle, la situatioi ■ reste inchangée, bien que les Allemand ■ aient tenté deux violentes attaques dan s la région en face de Fismes, sur la rivi • nord de la rivière. Li - troupes britanniques ont encor ' amélioré leur ligne dans la région de Ro : becq et entre Vieux Berquin et Merris ï sur iv front de la Lys. 1 E* Italie, en dehoKs de duels d'artil lerie dans la région du Tonale, dans 1; ' vallée de la Lagarina et sur Je plateai 1 d'Asiago, l'activité combattive a ét : modérée. j En Albanie, les Italiens ont oblig t l'ennemi à évacuer la tête de pon I d'Yagodina et à repasser la Semeni. Un ' attaque austro-hongroise lancée au nord ouest de Berat a été repoussée avéc per tes pouf les assaillants. ï . Jt£n Russie, les é.vçaemerit^ préiûpi ; tent. Le " gouvernement " bolshévist 3 a fui Moscou pour se mettre sous la pre tectiori des marins à Kronstadt, et le - membres de la légation allemande, mena t cée par l'action terroriste des socialiste 5 révolutionnaires, de fyloscou, se son - transportés à Pétrograd, d'où, n'étan - pas en plus en sûreté, ils se sont rendu i à Pskoff. Helfferich, lui, ne voulant pa - s'exposer à subir le même sort que so î prédécesseur, le comte Mirbach, rester î prudemment à Berlin. Nous laissons s nos lecteurs le soin de tirer la conclusio de déplacements aussi précipités qu s " volontaires !" s La situation des Bolshévistes dans 1 r région du Don n'est guère plus enviabl i qu'à Moscou. Les Cosaques, après u î mois d'opération, ont presque complètt ' ment expurgé le Donetz des Maximaîi; s tes et ils ne tarderont pas à être les ma t très de cette région. s En Sibérie, les Tchéco-Slovaques, spt i cialement menacés dàns les régions d , Transbaïkal et d'Ussuri, par l'interver ' tion aux côtés des gardes rouges, de prisonniers austro-allemands, ne tarde - ront plus à être secourus par les Allié; e Déjà les troupes britanniques, débai - quées récemment à Vladivostok, or - gagné, le front d'Ussuri et ont été l'objc d de manifestations enthousiastes de 1 .- part des Tchèques. Suivant une dépêch - d'Ottawa, le Canada se propose d'er e voyer, à brève échéance, un continger - en -Sibérie pour renforcer les Russes e a les Tchèques, et contribuer ainsi à la d< r livrance de l'ajicien^mpire moscovite d t l'emprise germanique. SUR LE FRONT OCCIDENTAL SUR LE FRONT BELGE Communiqué hebdomadaire du 3 au 9 août 1918. Activité moyenne des deux artilleries sur l'eiisemble du front, sauf vers Dix-îtiude, Merckem et Boesinghe où la lutte ^'artillerie a été généralement plus vive. Luttes de bombes vers Dixmude et à 1 ouèët de Langemarck. Nombreuses rencontres de patrouilles en avant de nos lignes, notamment au sud de Dixmude, vers Kippe et Lange-Warck, au cours desquelles des prison-niefs ont été capturés. Un avion allemand abattu par nos mitrailleurs est tombé dans nos lignes. La première armée américaine La formation de la premier© armée IKiéri<!aiiis gn France est officiellement annoncée. L© général Pershing en prendra le commandement, tout en restant commandant en chef de la force expéditionnaire américaine. OPERATIONS NAVALES Six bateaux à moteur britanniques perdus — Un Zeppelin détruit L'Amirauté annonce que des forces britanniques légères, accompagnées de forces aériennes, ont fait une reconnaissance sur la côte de la Frise occidentale le 11 au matin. Les forces britanniques furent violemment attaquées par des forces aériennes allemandes et six bateaux à moteur ne sont pas rentrés. Nous n'avons pas subi d'autres pertes. Nos aviateurs attaquèrent un dirigeable^en-nemi au nord de l'île d'Ameland et le détruisirent.Dementi allemand Un télégramme de Berlin aux "Dus-§eldorf Nachrichten," à propos de la dé claration' de M. Lioyd George; disant que 150 soifs-marins allemands avaient été détruits, dit: "Nous sommes en me-o-_ sure d'affirmer que la guerre anti sous-e> marine de l'ennemi n'a pas eu, même ic- approximativement, le succès que lui at-tribue le premier minister britannique." ce Nous ne pouvions pas nous attendre à voir admettre par les Allemands la réa-4S lité de leurs pertes sur mer; ils ne recon-,es naissent jamais—même approximative-,s ment—les défaites qu'ils subissent., OPÉRATIONS AÉRIENNES et m "n L'activité britannique dg Le 11 août : 29 appareils ennemis dé-jj_ truits et 24 forces à descendre désempa-[es rés; 4 ballons ennemis incendiés; 5 appa-)a_ reils britanniques manquants. Au cours 1S_ de la journée et de la nuit suivante, 50 ,nt tonnes de bombes ont été lancées, les ob-;-t. jectifs principaux étant les passages de la j Somme et certaines, gares d'importance militaire telles que (ourtrai, Péronne ©t on Cambrai. Dans îa nuit du 10 au 11 août, un Gotha a été abai.u par l'artillerie ©n dehors d© ceux déjà signalés. — (Quar-' tier général.) Raid sur :rancfort >re Le 12 août, malgré les conditions at-;o- mosphériques défavorables, une de nos is, escadrilles a attaqué avec succès les usines d'aéroplanes et de À produits chimiques _jl à Francfort. Des explosions furent obser-j. vées au centre de l'objectif et un grand ' nombre d'aéroplanes ennemis firent une ^ attaque-poursuite sur une distance d'environ 50 kilomètres. Deux d'entr'eux furent détruits; toute;; nos machines ronge trèrent intactes. >nt Une autre escadrille attaqua l'aéro-ne drome de Haguenau (25 kilom. au nord rd- de Strasbourg) avec' d'excellents résul-er- tats. Elle avait à peiae franchi les lignes à l'aller qu'elle ft t attaquée par de pi- nombreux aéroplane ,ennemis. Après un ste -oomfbat -quatre 'appareils ennemis fu-ro_ rertt détruits et un autre désemparé; jes deux de,nos appareils sont manquants. la_ L'escâdrille se reforma après le combat et atteignit son objectif. Une touche di-recte fut obtenue sur un grand foaraque-int menk dans l'aérodrome et une bombe I s tomba sur quatre appareils ennemis sut . le sol, qu'elle détruisit. )dS S LES EVENEMENTS EN RUSSIE lon Mise en liberté du consul britannique 'ue M. Lockhart,agent britannique à Moscou, M. Wardrop, consul britannique. , ,a et leur personnel, ont été remis en ble liberté. un te_ Le général Mannerheim [is- D'après l'"Essen Allgemeine Zei-ai- tung" le générai Mannerheim a été nommé commandant en chef de l'arméf pé- finlandaise. du Une note britannique à la Finlande en~ En réponse à une déclaration du gou-les verrtêment finlandais, disant que les trou de- pes alliées assistaient les éléments révo-es- lutionnaires contre le gouvernement lé' ar- gai finlandais, -en aidant les troupes rus Dnt seg à envahir le pays, 1© ministre britan >jet nique à Stockholm a remis un© note ai la chargé d'affaires finlandais dans cet'tf :he ville, démentant formellement cette allé en- gation tant en oe qui concerne la Caréli( ent et la Mourmanie. et Sir Esme Howard déclare que le gou dé- vernement britannique désire qu'un ar de rangement satisfaisant intervienne, mai: il rappelle au représentant de la Fin mb lande qu'une solution ne dépend pas di gouvernement britannique. Ni oe gou ^ vernement, ni aucun autre n© peut, d< son propre chef, décider que tel territoire qui appartient à la Russie au momen' où existait un gouvernement reconnu — puisse appartenir à présent à un autr< Etat. Le gouvernement britannique, ce pendant, n'est pas opposé à un arrange ier" ment de la question en concordance ave< les vœux de la Finlande, et il est inutil" ■ces de dire qu'il n'a aucune intention ag de gressive contre la Finlande; mais i ais- craint que, la Finlande étant sous l'in ;ale fluence allemande, les prétentions finlan ues da.iSes soient àppuyées par l'Allemàgni des dans le seul but de permettre aux sous ba- mârins allemands d'opérer libremen ous dans l'Océan Arctique au préjudice de STos intérêts des Alliés et des neutres auss en- bien que d© la Russie. dé- Ce n'est qu© dans le but de mainteni une communication libre avec la Russi< et d'empêcher l'Allemagne d'établir un< >u^- base sous-marine dans l'Océan Arotiqu dé- que les Alliés possèdent des troupes su » it la cote mourmane, sans aucun© intention it de oonquérir des territoires, tant là qu'en >- n'importe quelle autre partie de la 3- Russie. e L'Ukraine pressurée " La "Vossiche Zeitung" signale qu'un accord complet est intervenu entre l'Alle-à magne et l'Autriche-Hongrie en ce qui concerne la distribution des produits agricoles de l'Europe orientale, et spé-- cialement de l'Ukraine. Les premiers envois seront mis à la disposition de l'Allemagne ! L'accord avec l'Ukraine échoit le 15 août, et des ' négociations sont déjà en cours pour un nouvel arrangement pour les approvisionnements agricoles et autres. Les Puissances Cen- o 3- traies, aux termes du nouvel accord, de-i- mandent 30 millions de poods, soit plus i- de 480,000,000 kilos de grains,, d© sers menoes et de viandes, et espèrent ob-'0 tenir une réduction des prix. a Le meurtrier de von Eichhorn pendii ;e Le meurtrier qui a fait justice du tyran von Eichhorn, a été pendu samedi I matin, après avoir été jugé par une ,n cour martiale allemande. r" Deux généraux russes pour les Tchèques. Un télégramme de Moscou à la "Vossiche Zeitung" dit que les généraux b- russes Shtcherbatcheff et Tcheremisoff ds ont offert leurs services aux Tcheco-Slo-îs vaques. Ils commanderont une nouvelle 3s armée, actuellement en formation, r- On annonce d'autre part qu'avant leur d fuite pour Kronstadt, Lenine et Trotsky îe avaient nommé commandant en chef des i- Gardes Rouges destinés à combattre les i- Tchèques, l'ancien "généralissime" 1- Kriylenko, qui, tombé en disgrâce, avait été nommé balayeur de rues, suivant une 0- version, ou agent de police, suivant une ■d autre.. 1- ' - II LA MONARCHIE EN FINLANDE m Par 58 voix contre 44 la Diète de Fin-s ; lande a adopté, après de longs débats, le 'S. rapport de la commission recommandant, ^ par 9 voix contre 8, la forme monarchi-que du gouvernement,, autorisant le pou-e~ voir exécutif à prendre les mesures né->e' cessaires pour le choix d'un candidat au Ir trône et à soumettre l'élection de oe candidat à la Diète au cours d'une session = extraordinaire aussitôt que le gouverne-E ment sera prêt à le proposer. Entretemps, la session parlementaire a été déclarée close. La monarchie a été ainsi adoptée 'par IS" un Parlement de 200 membres, dont 90 e' étaient forcément absents (en prison ou ;n en fuite). AMES BOCHES ■}: ■—— -e On lit dans le "Berliner Tageblatt" : "Ce qu'on ne saurait disputer aux armées allemandes, c'est la destruction totale d'un nouveau coin de France. La u nuit, on peut contempler les incendies qui ravagent les moissons et les forêts. C'est là un spectacle consolant." [g C'est vrai. On ne saurait leur disputer n cela. Et nous comprenons la joie que m doit inspirer à des âmes vraiment alle-^ mandes une telle constatation. On a beau, comme M. Théodore Wolff, •e rédacteur en chef du "Berliner Tageblatt," avoir vécu longtemps en France, u et vécu de la France ; on a beau avoir r aimé Paris, fréquenté ses hommes de t-g lettres, traduit et protégé les ouvrages de ses auteurs dramatiques, ce doit ère une grande douceur que de voir brûler des moissons françaises..- Et ces Boches cje .ont vraiment 1© cœur bien placé ! — "Le re Figaro.") " ESCLAVES DES ALLEMANDS ,re Je" "Le fermier et son fils avaient l'habi- 'e~ tude de frapper ces jeunes filles à coups ^ de bâton sous le moindre prétexte et leut causait une telle terreur que lorsqu'il- ll les appelaient, ©lies couraient vers eux n- comme des chiens." n- Tel est une des déclarations faites pj,i ne un prisonnier récemment rentré d'Aile-is- magne en décrivant la situation de cer-nt taines femmes belges forcées de travaillei [es dans une ferme près de l'endroit où était ssi situé son camp. "Elles devaient travailler de 4 heures du matin à 9 heure; lir du soir et dormait sur de la paille éten-sie due sur le sol. Leur situation était terne rible et leur traitement absolument in ue humain. C'était un esclavage de la pir< ur espèce."—Reuter. "| AUTOUR de la GUERRE la m BELGIQUE — Les budgets de 1918 pour la Flan-ln dre et pour la Wallonie auraient été e: dressés séparément par les Boches, k> U1 budget de la Flandre s'élèvant à Fr. 222,385,000 et celui de la Wallonie à é' Fr. 124,300,000. — Nous apprenons qu'un des savants 6 dont s'honore le plus la Belgique, et qui le a souvent donné d© belles preuves llS d'amour pour la France, M. Maurice ? Delacre, professeur de chimie à l'univer- s site de Gand, dont 1'"Histoire de la Chimie" a été récemment récompensée 6 par l'Institut, vient de s'évader de Bel-i JS gique et est rentré en France après de , dures péripéties.—Le "Matin." b" CHINE — Les autorités chinoises de la frontière occidentale ont télégraphié à Pé-kin que les Allemands donnent leur aide rï1 aux Thibétains rebelles contre la Chine. ae FRANCE L'"Echo de Paris" apprend qu« es- l'Allemagne a adressé un urgent appel à >®- l'Autriche afin d'obtenir d'elle un se-JX cour militaire et que des troupes aus-3ff tro-hongroises sont actuellement en route °" pour la France où elles seront employées '1® à la défense de secteurs calmes sur le front franco-britannique. ur On annonce, d'autre part, que le ma-ky réohal von Hindenburg, dont les réser-es ves stratégiques en Occident fondent ■es oomtae neige au soleil, avait demandé e" aux chefs des corps d'armée allemands lit en Orient s'ils pouvaient se passer de cerne taines divisions. Tous, dans un accord ne touchant, ont répondu qu'ils avaient besoin de toutes leurs forces,"étant donné la situation actuelle des esprits ©n Russie. £ Le général commandant en Ukraine a même demandé des renforts ! n_ GRANDE-BRETAGNE je — Une firme londonienne a été condamnée à une amende de £150 pour avoir vendu d© la confiture à un prix sur 21" périéur au prix maximum, et à £30 pour u- en avoir acheté à un prix supérieur. ^ MAROC — Herr Bohn, le consul d'Allemagne à Tétouan, continue à rendre de fréquentes visites au camp de Raisouli. Celui-ci et Kassim Ben Salah (également à la solde de l'Allemagne) distribûent des fonds aux tribus montagnardes pour s'assurer leur concours. iar 90 ROUMANIE ou -— La Chambre roumaine a décidé d'entamer des poursuites contre les membres suivants de l'ancien ministère Bra-tiano: M. Emile Costinesco; M. Vintila Bratiano, frère de l'ex-premier ministre; ,, M. Alexapdre Constantinesco-; M. Mor-: tzun; M. V. Antonesco; Dr Angelesco ir" ©t M. Ta-ke Jonescu- La Chambre avait on décidé auparavant des poursuites contre La M. Bratiano lui-même. ies M. Bratiano Costinesco, Mortzun et t,s. Constantinesco ont envoyé au parlement roumain une réponse dans laquelle ils ter déclarent ne pas reconnaître l'autorité ue morale et légale 'du parlement actuel, le- "composé de traîtres et de déserteurs," attendre avec confiance les conséquences [ff, finales de la guerre et avec fierté le juge-ye- nient de l'histoire. oe, Cette réponse n'a pas été du goût □ir d'un grand nombre de députés; les uns de ont demandé que les ex-ministres soient res déférés aux tribunaux ordinaires, les sre autres qu'ils soient arrêtés immédiate-ler ment. M. Marghiloman insista pour les que son avis soit suivi et que les ministres Le ne soient pas jugés par les tribunaux ordinaires. ' DERNIËRE HEURE k1" Le communiqué britannique lPs Mardi, 9 h. 35 matin. ;';r Sur le front de bataille nos troupts ont effectué de nouvelles améliorations dans ux les positions qu'elles occupent au nord de la route de Roye et sur la rive nord de )j.r r . . je. la Somme, faisant de nouveaux prisoti- er- niers. 1er Une attaque locale faite par l'ennemi ait dans le voisinage de Fouquescourt a été ra- repoussée. Nous avons capKiré quel- res ques prisonniers la nuit dernière au cours an- de rencontres de patrouilles au sud de la er- Scarpe, dans le voisinage-de Vieux-Ber- in- quin. L'ne attaque ennemie contre nos ire positiohs dans le secteur de Merris a été repoussée après un vif combat. ■ 89e anné 'Ml No 190

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre L'indépendance belge appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Londres du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes