L'indépendance belge

1108 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 10 Janvrier. L'indépendance belge. Accès à 24 janvrier 2022, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/804xg9g283/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

iO Centime £n belgique et a paris C3 85» ANNEE Samedi 10 Janvier 1914 ADMINISTRATION ET RËDACTIOI 1 î't rue do® Sables, liruxelleit BUREAUX PARISIENS : 11, place de la Bourse ABONNEMENTS : ÉDITION QUOTIDIENNE ItLfilQUE. Un an. 20 fr. 6 mois, 10 If. 3 mait, Sf llUEMIOimtltf.-DJ » 28 fr. » a fr. » 8f iTflJSKfl =• 40fr. » 22 fr. » 121 ÉDITION HEBDOMADAIRE llnUrnitiinili Et d'Outri-miri w pages, paraissait le mercredi Un an franc fciix mol».,••••••.1 £> franc L'INDEPENDANCE BELGE îbqis â>izh£ss p4t? jota. — szs pages tdssEEXÂmas SAS LE pboseè N° IO Samedi 10 janvier 1914 ^ Les annonces sont reçues s A BRUXELLES : aux bureaux du jou'oal» M A PARIS : il, place de la Bourse. A LONDRES ; chez MM, John-F. Jones & G5, n° J| Snow Hill, E. G.; à ïAgence fiavas, n° 11$ Cheapside E, C. ; et chez Nevroud & Fils, Ltd nos 14-18, Queen Victoria Street, et T. B. BrowiKj Ltd. n° 163, Queen Victoria Street. £ AMSTERDA&l ; chez Nijgn & Van Ditmar, Rnkin, 2t fi ROTTERDAM : même îirme, Wynhaven, 113. ALLEMAGNE, EN AUTRlGHE-BONGRiE et El SUISSE, aux Agences de la Maison Rudolf Mossa ÏV ITALIE : chez MM. flaasenstein & Vogler, à Milan Turin et Rome. dfeNEW-YARK • T.B. Pj>nnmo fi<i / Fiist AÇ-ûd ■ Ëclition du matin A.ujourd'hui : Revus politique. lies Turcs en Albanie. — Les menées d'Izzet paclia. — La trame du complot. — Rapatriement des soldats turcs arrêtés à Valona. — Durazzo se prépare pour recevoir le prince de Wied. En Grèce. — La question des lies. — L'attitude de la Triplice. js Eu Angleterre. — Le mouvement gréviste dans l'Afrique du Sud. — Les cheminots et les mineurs. — Les armements navals de l'Angleterre. — Retour de -M. Lloyd George. — Voyage do M. Asquith à Paris. En Allemagne. — Les incidents de Saver-ne. — L'attitude du Kronprinz. § Au Mexique. — Mesures financières du président Huert-a. — Renforts américains. Em Italie. — M. Venizelos à Rome. — La question agraire. — Graves incidents. Lettre du Nord. Notes d'une Parisienne, par Marie-Louise Néron. En Belgique. — Calculs fantaisistes. Chronique mondaine. Informations financières et industrielles. — Nouvelles diverses de nos correspondants. BRUXELLES, 9 janvier Revue Politique Le tests du traité serbo-roumain pu blié par le « Pesti Hiriap » est-il exact' On le conteste de différents côtés, mai; on n'en attache pas moins une certaine importance à cette publication dans le: milieux politiques, car un journal russe jle « Novoïe Vrémia », avait déjà, fait uni ^illusion assez précise à ce traité. Le Sexto publié par le « Pesti Ilirlap » es daté du 10 juin 1913, c'est-à-dire du mo ment où la seconde guerre balk3niqu< ■s'annonçait comme inévitable. Il est. trè: naturel que la Serbie ait songé à ci imoment à s'assurer, l'appui éventuel di ïa Roumanie et que celle-ci, soucieusi par-dessus tout de ne pas laisser détrui re l'équilibre balkanique par la Bulgarie lp.it compris l'avantage qu'il .y avait i (lier partie avec la Serbie. Le traité, ei /question aurait été conclu pour dix ans (il stipulerait que si la Roumanie où 1; (Serbie était attaquée par une puissance (plus forte, la Serbie mettrait. 200,00< hommes en campagne et la Roumanii donnerait à la Serbie tout l'appui mi 1 i taire nécessaire. Là où le texte publii par le « Pesti Hiriap » est particulière ment intéressant, c'est dans la définitioi Ides sphères d'influence des deux pays la Serbie reconnaîtrait comme sphèn d'influence roumaine toutes les région; habitées par des Roumains au nord di iDanube et des Alpes transylvaniennes par contre, la Roumanie reconnaîtrai comme sphère d'intérêt serbe tous le territoires situés à l'ouest de la Tisza Il est évident que ces dispositions vi sent "tout particulièrement l'Autriche Hongrie, car ce n'est que du côté de 1 grande monarchie voisine que la Rou manie pourrait chercher logiquemenl dans certaines éventualités, une exteii sion territoriale d'autant plus indiqué que la population roumaine est. intens "'dans ces régions et qu'elle n'a certains nient pas à se louer de l'administratio hongroise. En ce qui concerne la Serbii on sait trop bien tout ce qu'elle a à ri douter de l'Autriche-Hongrie et commei celle-ci s'est emparée de la Bosnie-He xégovine, provinces qui rentraient toi naturellement dans la sphère d'intéri serbe. Il est possible que l'on ne veuille pe admettre à Vienne que la Roumanii jliente traditionnelle de l'Autriche, ; soit définitivement, détournée de celle-c mais il est évident que les événemen de 1913 ont clairement démontré au Roumains qu'ils n'ont, pas à compter si les sympathies désintéressées de l'Autr che et que celle-ci poursuit une polit que absolument égoïste, sacrifiant d< libérément ceux qui la suivent quan ses propres intérêts sont, en jeu. Le Ira té serbo-roumain publié par le « l'es Ilirlap » constitue donc un documei tout au moins vraisemblable et si le peut discuter au sujei. de son existent U faut pourtant n'accueillir qu'avec ur certaine réserve les démenlis intéresse 'de la presse viennoise. On a pu craindre des difficultés asse îérieuses entre la Grèce et la Serbie a «sujet de la situation de fait existai dans les réglons frontières des deu pays et où tes deux éléments nationau *e mêlent intimement. Un arrangera*! B été conclu entre Athènes et Belgrac nui met. les choses au point et qui ten ft resserrer encore les liens qui unisse! Serbes et Grecs depuis la dernière gue re. 11 n'était guère douteux, en effet,qi les deux gouvernements s'appliquerait'! loyalement à prévenir les froissemen pouvant, résulter d'un minutieux rèal ment d'intérêts très divers. De part d'autre on s'est engagé à n'exercer a cufie propagande scolaire et religieu: dans les territoires annexés à l'un c l'autre pays; le métropolite et les pr 1res grecs quitteront. Monaslir et. seroi pensionnés par la Serbie; de plus, h deux gouvernements n'accueilleront p; les réclamations émanant do partie iiers qui invoqueraient soit leur origii grecque soit leur origine serbe pour sc t'eiter la protection soit de la Grèce iui de la 'Serbie contre les autorités locales. C'est là un arrangement tout à fait amical et qui témoigne de .la grande cordialité qui caractérise les relations de la Grèce et de la Serbie. Enver pacha, le nouveau ministre de la guerre ottoman, a voulu frapper un grand coup dès le lendemain de son arrivée au pouvoir. Il a un programme de réorganisation de l'armée, qui a été communiqué au général allemand Liman von 'Sanders, programme dont on ne connaît pas encore les grandes lignes, mais il s'applique avant tout à l'œuvre de rajeunissement des commandements. Le premier acte du nouveau ministre de la guerre a été de mettre à la retraite environ deux cents généraux et colonels. Parmi les sacrifiés, se trouvent la plupart des généraux qui jouèrent un rôle dans la dernière guerre, notamment Ahmed pacha, Torghout, Chefket. pacha, Hassan pacha. Chukri pacha, l'héroïque défenseur d'Àndrinople lui-même, esl sacrifié. Il est logique que des mesures radicales soient prises au lendemain d'une guerre malheureuse, alors que les désastres subis s'expliquent par la préparation insuffisante de l'armée il la tâche qui lui incombait, mais,étant donné le nombre de généraux et d'officiers supérieurs sacrifiés,on peut supposer que Enver pacha ait profité des circonstances pour épurer le haut-commandement de tous les éléments vieux-turcs qui s'y trouvaient encore. C'est là qu'on découvre le caractère politique et dangereux de cette réorganisation, car il est évident que l'on aggrave ainsi le mécontement contre, le régime jeune-turc qui existe à Corislanti-nople même et qui trouve un puissant élément dans la violence des procédés d'Ênver pacha.Certes, une grande éner-! gie dans l'exercice du pouvoir est nécessaire au lendemain des désastres su-| bis par la Turquie, mais encore faut-il ' que cette énergie tienne' compte d.es circonstances politiques et qu'elle ne s'affirme pas à l'aveuglette, au risque de ' provoquer une réaction violente et de déterminer un bouleversement intérieui ■ de l'empire qui paralyserait toule ten | vre pratique de réorganisation. Les Turcs et l'Albanie Les menées d'Izzet pacha. La trame d'un complot .Valona, jeudi, 8 janvier. On communique de source autorisée les ) renseignements suivants au sujet des eau , ses qui ont déterminé ,1a proclamation d< ^ l'état de siège auquel il a été procédé hiei -, soir. 11 y a quelques mois on a vu arrive! à Scutari un certain Zenîl bey- venant d'I i pek et un nommé Diabeti venant de Dia : kova, commissaires du gouvernement turi , en .v.ue de propager dans la population al ( banaise de religion mahornétane l'idée dt i réclamer un prince musulman connut ; prince d. Albanie. Par là, les rapports fu I, turs de ia Turquie et de l'Albanie devien 5 draient plus étroits. De Scutari les deu: . agents se rendirent à Durazzo où ils con - tinuèrent leur propagande séditieuse. Ui - autre émissaire, du nom de Bekir, fut i envoyé par les Turcs de Grebeni à Durez - zo et Valona. Un raison de l'insuccès des; ., propagande en cet endroit il voulut profi - ter de l'occasion pour enrôler des troupe: e de gendarmerie pour les territoires du su< e de l'Albanie évacués par les troupes grc\ - ques et essaya de faire entrer ses gens dan: a la gendarmerie. Le gouvernement, mi; ', confidentiellement au courant de ses agis '- sèment s, se tint sur ses gurdes, mais il ni t put cependant, faute de preuves matériel '- les, prendre des mesures utiles. L'agita >t tion était devenue au cours des trois der 'I nières semaines extrêmement intense. I.i gouvernement étant entré enfin en posses s sion de preuves documentaires suffisan \ tes qui permettaient de constater le gros ■p sissement progressif du courant hostile ai '• prince chrétien et d'apercevoir le but d s ces, agitateurs décida hier d'accord avec i x commission de contrôle internationale e '.r la gendarmerie de proclamer l'état de sit !" ge. Sur un vapeur du Lloyd arrivé de Cor î" stnntinople se trouvaient plusieurs centai nés de passagers à destination de Valons . On a refusé le droit de débarquer à la mo j: tié de ces passagers parce qu'ils parai? i saient suspects et on a pris des mesure 1 pour leur retour à Constantinople. Des de n cuments saisis chez les personnes arrêtée; ' il ressort que leur arrivée est en rappoi 0 aveu les menées des agitateurs à Durazz 's et qu'ils venaient pour continuer à Valon le travail commencé à Duri.zzo et qui d< vait aboutir finalement à la proclamatio z d Izzet pacha comme chef de l'Etat d'.-Vlb: u nie. (a) it X Déclarations d'Izzet pacha x De Vienne au u Daily Telegraphn: Les dernières nouvelles concernant coup de main d'Izzet pacha indiquent qi c' la personne qui l'avait préparé recule c it tout au moins désire en avoir l'apparenc r- D'après une dépêche de Constantihopl e communiquée par l'agence télégraphiqi 't officielle de Vienne, Izzet paclia lui-mên ts aurait catégoriquement contredit les infc - mations qui le représentent comme aya M voulu jouer un rôle dans les affaires int l- rieures d «l'Albanie. Izzet aurait déclai ;e qu'il se rend en Europe pour des raisoi u puiement personnelles et qu'il n'a pas i'i tention d'aller en Albanie. it En outre, il a autorisé les correspondan ;S dejquelques journaux viennois à Consta 1S tinople à déclarer que le coup albanais i .1- 1# concernait en rien et qu'il n'avait pe m d'importance politique. 1- lliUni pacha, l'ambassadeur de Turqu t à View^ a déclaré gue la Turquie n'u\ï nullement favorisé les projets d'Izzet et a montré à plusieurs reprises qu'elle n'a pas d'intérêts en Albanie. Néanmoins, dans les cercles bien informés, on a reçu des nouvelles dignes dï foi disant que la tentative d'Izzet pachs devait bien otre le prélude d'une action des Jeunes-Turcs en vue de reconquérir les Balkans. La présence d'agitateurs jeunes-turcs en Albanie est un fait certain. A leui tète se trouve le major turc Bekir bey, connu pour la bravoure dont il a fait preuve oomme chef de bande contre les Grecs en Albanie. Il semble toutefois que l'attitude décidée des grandes puissances et particulièrement les démarches à Constantinople ont eu lù-bas un effet salutaire, et on peut considérer les projets d'Izzet pacha comme ayant complètement échoué. (a) Rapatriement des soldats turcs arrêtés à Valona. De Rome au « Matin » : La « Tribuna >■ reçoit de Tries te la dépêche suivante : On assure que les deux cents Turcs qui, à bord du steamer « Méran », du LloytJ autrichien, avaient tenté de débarquer i) Valono arriveront ici demain. Il est certain toutefois que le Lloyd les rembarquera immédiatement pour Constantinople.D'autre part, on mande de Tiieste ai « Neue Wiener Tageblatt » : Les 380 officiers et soldats turcs arrivés il Valona sui le. vapeur autrichien « Méran » et ramené; il Triests seront incarcérés à Corazet,près de Muggia, jusqu'au départ pour Constan tinople du prochain paquebot. (a) Durazzo se prépare pour recevoir le prince de Wiec Milan, vendredi, 9 janvier. On mande de Bari au « Coi-riere délit Serra » : Hassan pacha, l'un des personna ges albanais veftant de Durazzo, démen tous les bruits qui ont couru, sur line agi tation contre le prince de Wiêd à Durazzo Hassan pacha déclare qu'au contraire or fait dans cette ville des préparatifs pour It recevoir. Essad pacha est favorable au prince di Wied. il dirige les travaux de décoratior du port. Hassan pacha ajoute qu'il a été délégiv par Essad pacha [joui- aller recevoir 1, prince de Wied en son nom et au nom di la ville. 11 partira dans quelques jours ave les autres membres de la délégation alba naise.. ' (b} A Valona Milan, vendredi, 9 janvier. On mande de Brindisi, 9 janvier, ai « Corriere délia Sera » • : L'équipage di steamer « Adriatico », venant de Valona dit que le service d'ordre dans cette vill a été sensiblement renforcé. Des patrouil , les de gendarmes, baïonnette au canon circulent sur les. quais. Les stationnairei . italiens et autrichiens exercent une surveil lance très active. (b) ■ nouvelles de FÈiranger ALLEMAGNE LES INCIDENTS DE SAVERNE L'attitude du Kronprinz i Berlin, jeudi, S janvier. L'affaire des télégrammes du Kroriprin continue à occuper les journaux. : La «Gazette de Voss », qui, ce matin parlait de préte»dus télégrammes du Kron ; prinz, constate, ce soir, que leur envoi ai 1 général Deimling et au colonel von Reut ter est maintenant hors de doute. La «Tagliche Rundschau», d'autre part affirme qu'il n'y a eu qu'un télégramme a colonel von Reutter pour le féliciter de soi énergique attitude, et aile laisse entendr que son existence aurait été. connue pa l'indiscrétion d'agents des postes. (a) L'Allemagne envoie des religieux en Corée De Séoul à la « Presse Associée ».: Des religieux bénédictins allemands i dont l'un a été nommé pair le Saint-Siègt sur- la demande du .gouvernement aile ' mand, a la dignité d'abbé d'un monastèr t bénédictin près de Séoul, viennent de pal - tir pour la Corée. C'est l'abbaye de Sain - Benoît qui fonda des monastères bénédit - tins en Corée, avec des écoles, les fondî • lions agricoles et œuvres de toutes sorte; Les établissements de ces religieux sor protégés par l'Allemagne et particulièri s ment par le Kaiser et le roi de Bavière. '- En un mot, c'est l'influence, ce sont le ;, intérêts allemands qui s'implantent ain: t et rapidement en Corée. Mais, dit la u Gei o mania », ce travail de germanisation, m/ a me religieuse, commence à inquiéter 1 Russie. En encourageant ces missions, ce n fondations de toutes sortes, le Kaiser soi t- ge peut-être à germaniser ces pays d'Eî trême-Orient, dans un but politique et. mil taire que l'on peut supposer , et qui do exciter une sérieuse méfiance, à SainWi tersbourg. (a) ANGLETERRE I,1 Le voyage de M. Asquith e, Londres, vendredi, 9 janvier. ie Le « Daily Chronicle » croit savoir qi ie le premier ministre, M. Asquith, se rendi r- la semaine prochaine à Paris. (a) it Londres, vendredi, 9 janvier. ?- On apprend de source autorisée que M •é Asquith a l'intention de se rendre dans ! îs sud de la France la semaine prochain a- pour aller rejoindre Mm' Asquith. II pas:' ra pour Paris en suivant l'itinéraire ha:: ts tuel. Mais on considère comme entièn a- ment dénuée de fondement l'idée que cet! ie visite aurait un caractère politique, (b) s Le retour de M. Lloyd George le I He Londres au « Journal » : t>» démei :if I M,Lloyd George ait reju des télegrs:: mes le rappelant d'urgence de Constantine. Le ministre anglais revient en Angleterre parce qu'il trouva de la neige en Algérie alors qu'il avait quitté r'Angleterre pour la fui!-. (a) La ouestion des armements navals Londres, jeudi, 8 janvier. Parlant hier à KeigMey, Sir Stanley Buckmaster affii-ma qu'il n'existait aucune discorde dans le parti gouvernemental sur la question des armements. Le but de la politique des libéraux est d'assurer constamment la sécurité de la Grande-Bretagne et de ses possessions ooloniales et, en vue de cela, d'établir et de maintenir la supériorité de la flotte anglaise. En même temps, il a entendu démontrer de façon non équivoque que le renforcement des forces navales ne visait ni à un accroissement des territoires n.i à aucune agression. (a). Mort du vicomte Cross Le vicomte Cross est décédé à l'âge de 91 ans, dans sa propriété du Lancaâhire. Avec lui disparaît le dernier des membres du second cabinet Disraeli, foimé en 1876. Lord Cross a commencé sa carrière politique comme député de Preston en 1857. Devenu fameux dans son parti à la suite de sa victoire sur Gladstone aux élections de .1868, il fut secrétaire d'Etat pour l'intérieur de 1S74- à 1880. Il réoccupa ce poste en 1885, et Disraeli disait de lui que c'était un ministre de l'intérieur idéal. En 18S6 il fut nommé secrétaire d'Etat pour l'Inde, poste qu'il occupa jusqu'en 1890. En 1S85 il revint au pouvoir et fut nommé lord du sceau privé. Il occupa ce poste jusqu'en 1900, époque à laquelle il se retira de la vie politique. (a) LA GREVE DANS L'AFRIQUE DU SUD L'attitude des cheminots Capetown, jeudi, 8 janvier. A Bloemfontein, une vingtaine d'hommes seulement chôment dans les grands ate-| liers de chemins de fer. On considère que la grève a échoué. A Pietermaritzburg, les résultats connus : du scrutin dans les ateliers de chemin de 1 fer sont jusqu'ici en faveur de la grève. A Durban, la situation est normale. Les liû-mmes ne montrent pas d'empressameni à répondre à l'appel des cheminots du Transvaal, car ils n'oublient pas qu'avant la création du Syndicat le Transvaal a re. " fusé, d'aider les grévistes au Natal. La direction des voies ferrés» a reçu de t1. - -Ws.ossOfiatloCBs de cheminot? de k province du Cap des télégrammes décla rant qu'elles ne veulent pas la grève, i Dans ces conditions, la grève sera localisé* au Transvaal, où l'on pourra envoyer di j personnel des chemins de ter du Cap poui . assurer le sevice. (a) Les mineurs i Johannesburg, jeudi, S janvier. - . Les ouvriers d'une mine de charbor d'Elandslaagte se sont mis en grève. (a ! Les cheminots Prétoria, vendredi, 9 janvier. Un seul train a pu partir ce matin, tous les mécaniciens, sauf trois, s'étant mis er grève; Los conducteurs ont également ces sé le travail. Le service est virtuellement suspendu. (b) Le Cap, vendredi, 9 janvier. La circulation des tramways est suspendue entre Prétoria et Klerksdorp. H est en-core impossible de dire jusqu'à quel poiut la grève s'étend, mais il n'y a aucune rai-, son de supposer qu'elle .s'étendra à la pro- - vince du Cap. A Durban, les cheminots 1 travaillent ce matin, mais les nouvelle; " venues de l'intérieur annoncent que i'i dée de la grève a fait des progrès depuis i hier soir. (b) » ÂUTRiCHE-HONGRiE ~r Le compromis germano-tchèque Vienne, jeudi, 8 janvier. Le comte Stuerghk, président du conseil a envoyé aux partis allemand et tchèqu< eh Bohême une invitation de continuer le: pourparlers au sujet du compromis ger mano-tchèque. (a) , Un procès politico-religieux Budapesth, vendredi, 9 janvier. B Le ministre de la justice a refusé, ai conite Bohrinsky, de Saint-Pétersbouirg. qui s'était offert pour déposer comme té moin dans le procès des Ruthéneis, le sauf " conduit qu'il demandait. (a) l BRÉSIL Vente de dreadnoughts démentie s Rio de Janeiro, jeudi, S janvier. ii On dément de source officielle la vent ■- des dreadnoughts «Saint-Paul» et «Mina. - Geraes». La Grèce avait fait une propositioi a avantageuse à leur sujet, mais le gouver s nement brésilien ia déclina immédiate [. ment. (a) CHILI La situation financière Santiago du Chili, jeudi, S janvier. Le président de la République a déclart au conseil d'Etat qu'en raison des écono mies accordées, le pays pourra couvrir le: dépenses de 1914 avec les recettes ordinai res. (a) ESPAGNE a Les élections municipales Incidents Tortosa, jeudi, 8 janvier. Des désordres se sont produits prove 3 qués par les élections municipales. Les bu e reaux de l'octroi ont été incendiés, 'l'on i- les établissements de commerce sont fei niés' et-tous les corps de métiers sont ei grève. Les journaux ne paraissent pas e L'état de siège a été proclamé. (a) La grève du Rio-Tinto De Madrid au « Daily Telegraph u : it Une série de nouvelles difficultés se son r- ../l'.iites aux mines du Rio-Tinto, les u . vriers alléguant que la compagnie n'a pas rempli les conditions de l'aocord par lequel s'est terminée la récente grève. Le gouvernement, a nommé une commission qui recueillera les témoignages des deux côtés. Lés nouvelles officielles du Rio-Tinto annoncent que trois cents grévistes se sont postés hier sur la route, à deux kilomètres de la maison du directeur. Les hommes s'étaient cachés dans le but d'arrêter le directeur sur son chemin vers lès boréaux de la compagnie. La garde civile fut prévenue et une troupe fut envoyée qui dispersa le groupe. Les journaux annoncent ce matin que l'intention des hommes était d'enlever le-directeur et de l'obliger par la foroe à souscrire aux conditions qu'ils ont l'intention de proposer. (b) — On mande de Madrid : I.es recettes totales du Trésor, pour 1913, s'élèvent à 1,505,228,712 pesetas, en augmentation de 228,387,831 pesetas sur 1912. (b) GRECE LA QUESTION DES ILES L'attitude de la Triplice Londres, jeudi, 8 janvier. On assure que les gouvernements de Vienne et de Berlin ont adhéré au point de vue de l'Italie au sujet des lies occupées par celle-ci. Peut-être la Triplice fera-t-elle quelques réserves, mais elles ne porteront que sur des points de détail. Cependant, la réponse à la note de Sir Edward Grey n'a pas été remise aujourd'hui au Foreign Office. Il ressort des derniers renseignements obtenus que l'aim-bas-sadeur d'Autriche n'a pas encore reçu d'in-structioii définitives à ce sujet. (a), ITALIE L'arrivée de M.'Venizelos Rome, jeudi, S janvier. M. Venizelos est arrivé ce soir à 9 h. 20. Tous les journaux le saluent en termes amicaux et font l'éloge de sa personnalité. Le correspondant de la « Tribuna » à Paris à voulu l'interviewer,, mais il refuse de faire des déclarations politiques. Il a dé-. claré qu'il restera à Rome pendant deux jours et il partira samedi soir pour Paris, où il fera un séjour plus long. 11 ira ensuite à Londres et à Berlin, mais il ne sati pas encore s'il se rendra d'abord à Londres ou à Berlin. (a) Rome, vendredi, 9 janvier. M. Venizelos s'est rendu, i 11 heures, ii la Consulta pour, conférer avec le mar-1 qiiis di San Giuliano. Rome, vendredi, 9 janvier. Les journaux commentent l'arrivée de àL Venizelos. Le « Corriere d'Italia » semble considérer le voyage de M. Venizelos à Rome com-i me une sorte d'amende honora-ble à la Tri-i plice. 11 estime que les décisions de cette dernière ne doivent en rien être modifiées. L'article renferme quelques allusions à l'amitié franco-grecque. • Le « Messagero » pense que des modifications secondaires pourraient être accordées à propos de la ligne-frontière albano-grecque et que le terme de l'évacuation de l'Albanie par les troupes grecques pourrait être prorogé. En ce qui concerne les lies occupées par l'Italie, celle-ci, dit le journal, ne pourrait les restituer à la Turquie sans demander en retour des concessions économiques en Asie-Mieure. (b) Les marins menacent de se mtttre en grève Gènes, vendredi, 9 janvier. Les équipages de diverses compagnies de navigation menacent de se mettre er grève, s'ils n'obtiennent pas certains avantages relatifs à une augmentation des salaires et au contrat de travail. (b). Agitation agraire' Graves incidents [ Rome, jeudi, 8 janvier.. Depuis quelques jours, on signalait une ' certaine agitation agraire dans la commune de Palliano. Aujourd'hui, un groupe de paysans vint manifester par des cris de. vant la maison de M. Andréa Tucci. Celui-ci ouvrit une fenêtre et, de l'intérieur de son habitation, il tira de nombreux coup: de fusil sur les manifestants. Une trentai ne de ces derniers ont été blessés et une jeune fille a été tuée. Tucci a été arrêté. D'après une autre version, un conflit se serait produit entre les troupes et des paysans manifestant au sujet de questions locales. U y aurait un mort et treize blessés. (a) JAPON Un emprunt d'un demi-milliard ' Tokio, jeudi, 8 janvier. 1 Suivant un journal local, des capitaliste; français, à la fin de 1912, ont refusé de consentir au, Japon une avance d'un mil liard de francs pour développer les res sources nationales, l^e Japon propose aujourd'hui de leur emprunter 500 million; de francs garantis par des obligations dt . la Banque Hypothécaire. Les négociation: se poursuivent actuellement. Dans les mi ! lieux français on .confirme cette informa . tion. Le ministère, des communication; espère que le Japon sera le premier pay; qui établira une ligné de navigation em pr-untant le canal de Panama. Cette entre prise ne rapportera rien pendant les pre mières années, mais elle constituera ui excellent moyen pour étendre l'influenct . japonaise dans le sud de l'Amérique. ; MEXIQUE j" Frappe de monnaie Mexico, jeudi, 8 janvier. Le gouvernement désirant remédier i la rareté actuelle du numéraire, fera îrap per chaque semaine 250,000 francs de demi pesos. Une partie du métal argent vendi t par les reines sera transformée en mon rwie. .(a) • Renforts américains Washington, jeudi, 8 janvier. M. Daniels, secrétaire d'Etat pouir la marine, a donné des ordres pour que 450 marins des forces qui se trouvent actuellement dans la zone du canal de Panama aillent rejoindre les navires détachés sur la côte orientale du Mexique. M. Daniels déclare que ce déplacement est fait dans l'intérêt de la santé 'es hommes ,ui se trouvent depuis plusieurs mois dans i'iths-me, où une garnison militaire est maintenant établie. (a) La guerre et le cinéma Londres, jeudi, 8 janvier. Une nouvelle bien curieuse de Mexico annonce que le général Pancho Villa, commandant des forces rebelles qui assiègent actuellement Ojinaga, a signé un traité, contrat d'association en bonne et diue forme, avec le président d'une compagnie cinématographique américaine. Ce contrat concède l'exclusivité des champs de bataille sur lesquels le général Villa commandera en chef aux opérateurs de la compagnie en question, qui aurait déjà versé la forts somme et promis de plus un pourcentage au vaillant guerrier. Celui-ci aurait garanti de combiner de» attaques absolument palpitantes. Au temps jadis, on disait que les guerres étaient dues à des combinaisons de financiers. Va-t-on maintenant accuser les preneurs de films de jeter les peuples les uns sur les autres pour la plus grande gloire de leurs projections ? (a) PORTUGAL — La commission coloniale du Sénat a présenté un .rapport au sujet du décret du 17 novembre dernier par lequel le gouvernement concède le libre transit des marchandises d'origine étrangère dans la province d'Angola. Le rappoi't conclut à la suspension de ce décret jusqu'à ce que la ligne de chemin de fer en construction dans l'Angola soit arrivée à proximité de la frontière. (b) TURQUIE Le commandement des forts Constantinople, jeudi,. 8 janvier. On fait remarquer que le commandement des forts du Bosphore et des Dardanelles relève directement du ministère de la guerre et non pas du commandement du premier corps d'armée. La Cour martiale et l'état de siège relèvent du commandement de la place sous les ordres direct» et exclusifs du ministre de la guerre, (a) Le rajeunissement des cadres Constantinople, vendredi, 9 jaaiviar. Dans les -milieux officiels on explique la mise, à la retraite de 285 officiers supérieurs dont deux maréchaux et quatre-vingt-dix généraux de division et de brigade, par le besoin urgent de rajeunir les cadres et de sanctionner les enquêtes sur le rôle joué par ces officiers dans la dernière guerre, (b) Journaux suspendus Constantinople, vendredi, 9 janvier. Le « 'l'anine », le « Tasviri-I-Ekiar » et le « Sabali », ont été suspendus ponir avoir publié des nouvelles militaires non officielles. (b) Les réformes en Anatolie De Constantinople à 1' « Echo de Paris » : Un accord complet est fait maintenant au sujet de la question des réformes en Anatolie. (a) LETTRE DU NORD (De notre correspondant.) Les transformations de Lille. — La cris» théâtrale. — La situation de la Métallurgie.LILLE, 4 janvier. La transformation de Lille se poursuit. Jusqu'ici productrice de richesses qui ne se dépensaient guère sur place, elle tend à devenir une ville de luxe, où tous les raffinements de l'existence moderne seront offerts à qui pourra les payer. On s'enrichissait à Lille, on vivait à Paris. Dorénavant on vivra dans la même ville qui aura fourni. les. moyens de thésauriser. Les prophètes de « Lille-Capitale » auront donc une fois de plus raison. Depuis un an, plusieurs hôtels-palace gigantesques ont- jailli du sol, prêts à recevoir d.es myriades d'étrangers opulents. Et voici que l'on songe à fournir aux sédentaires le luxe essentiel des grandes capitales : l'appartement somptueux. Une société va acheter, dit-on, te 1 le pâté de maisons anciennes qui se trouve encore en bordure du grand boulevard de Roubaix-Tourcoing, dans la traversée du Vieux-Lille, en face du Lycée. Sur leur emplacement, réduit par les mesures municipales d'alignement, on édifiera, parait-il, un immeuble géant, dont le prix dépassera six millions de francs. Le moindre appartement atteindra le loyer de quatre mille francs. Mais l'on y jouira du luxe le plus raffiné; grâce aux ascenseurs, monte-charges, escaliers de service, gardiens, etc... les frais de domesticité pourront s'y trouver, du moins certains l'annoncent, extrêmement, réduits. Lille n'a jamais possédé d'appartements d'un tel prix ni d'un tel confort. Il s'agit donc d'une clientèle à créer et d'une confiante spéculation dans l'avenir. * * * ■ Coïncidence curieuse, c'est de cetta - même confiance dans un avenir doré-i que vient de faire preuve l'un des ca'n-■ didats à la direction du Nouveau Théâtre de Lille, actuellement en voie d'à-

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre L'indépendance belge appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Londres du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes