L'indépendance belge

2008 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 05 Juillet. L'indépendance belge. Accès à 11 decembre 2023, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/k93125rc95/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

L'INDEPENDANCE I ROYAUME-UNI : ONE PENNY BELGE CONTINENT s 15 CENTIMES (HOLLANDE s 5 CENTS) I ADMINISTRATION ET REDACTION 5, PANE STR., HIGH HOLBORN, W.C. TELEPHONE : HOLBORN 1773-< )N. BUREAU A PARIS: c j II. PLACE DE LA BOURSE. -r-rr. f 3 1 1-5 7 et " TELEPH.: {238-75. «JEUDI 5 JUILLET 1917. En vente à Londres à 3 h. le mercredi 4 juillet. ( S MOIS, s SHILLINGS. 1 ABONNEMENTS ; j 8 MOIS, 17 SHILLINGS. [Conservation par le Progrès, it. ( 1 AN. 32 SHILLINGS. J LA SITUATION Mercredi, midi. i La victoire des armées révolutionnaires i I russdl se précise. Aux 10,000 prisonniers j I de la première journée sopt venus s'en ! ajouter 6,300 ainsi que 21 canons,, des mitrailleuses, des mortiers de tranchée, : ctc. ' Cette brillante "rentrée en scène" de j nos Alliés est due en grande partie à la vaillance de la 4e division finlandaise et < .de la brigade mixte des Czecho-Slova- 1 ! ques, qui ont fait le plus grand nombre < de prisonniers, et le communiqué de Pé-| trograd accorde à leur bravoure une < mention spéoiale. Les Finlandais ont fait 1,560 prisonniers et les Czecho-Slovaques i 3,150. Ce sont les Czecho-Slovaques éga- < lement qui capturèrent la majeure partie i i des canons (15 sur 21) qui figurent parmi ! le butin, et le rapport officiel ajoute que i beaucoup des canons capturés furent I tournés contre l'ennemi et contribuèrent 1 I à jeter la confusion dans ses rangs. i Le succès de la deuxième journée complète et élargit celui du 1er juillet. La , première poussée de nos Alliés leur avait < permis de percer les lignes austro-alle- i I mandes au nord et au sud de Brzezany ; I la deuxième leur livra Koniuchy, au nord i I de cette dernière ville, et le dernier oom- , I muniqué de Pétrograd ajoute que les po- ] I sitions ennemies au nord de Koniuchy, \ I c'est-à-dire Josefowka et des deux côtés I de Zborow, ont été occupées. C'est là une , I extension sérieuse de la brèche creusée -I dans les lignes ennemies, et Berlin est ( I obligé de reconnaître l'extension vers le , I nord de la rupture du front provoquée ' '% par les Russes la veille. ( A Pétrograd la joie est générale. Des , ® manifestations patriotiques ont eu lieu ; K le général Russky a parcouru les rues j I bras dessus bras dessous avec les officiers Ides Puissances Alliées ; le ministre de la guerre, M. Kerensky, organisateur avec ■ le général Broussiloff de la victoire, a été ' acclamé, de même que le Gouvernement Provisoire et les ministres de l'Entente. Quelques orateurs extrémistes, qui essayèrent de prendre la parole pour protester contre la reprise de l'offensive, furent attaqués par la foule et finalement arrêtés comme espions. , Les anarchistes qui, la veille encore, attaquèrent les prisons, mettant en liberté les espions et les agents provocateurs arrêtés, sont traqués et la moindre provocation de leur part pourrait déclan-cher un'mouvement populaire dont ils seraient certainement les premières victimes. 1 Le Congrès des délégués ouvriers et soldats a décidé, à une grande majorité, d'adresser à son tour un appel aux officiers et soldats. Dans ce document, lef Congrès les invite à se jeter corps et âme 1 dans la lutte; il adresse son fraternel ; salut à ceux qui, sur le champ de bataille, défendent la cause de la Révolution, qui versent leur sang pour la liberté et la ' paix universelle, et exprime l'espoir que l'offensive hâtera la fin de la guerre. "Dans cette heure décisive," dit l'appel en terminant, "le Congrès des délégués ouvriers et soldats" de -toute la Russie et le Comité exécutif de l'Union des délégués-paysans de toute la Russie invitent le pays à concentrer tous ses efforts en vue d'aider l'armée." "Paysans, donnez du pain à l'armée; < ouvriers, ne la laissez pas manquer de -munitions; soldats et officiers de l'ar- < rière, constituez des réserves et envoyez- 1 les au front; citoyens, veillez à ce que < chacun fasse son devoir. Vive la Révolu- j tion ! Vive l'armée révolutionnaire!" ; Le Gouvernement Provisoire, de son ] • côté, a décidé d'adresser un appel à h flotte russe, dont il attend, dit-il, qu'ell< fera son devoir. Bref, tout indique que la victoire di 1er juillet a régénéré la Russie, et i n'est probablement pas exagéré de diri qu'elle a sauvé la Révolution et les idée: généreuses dont elle est l'émanation. La victoire du 1er juillet est la victoir< de la démocratie, et nous souhaitons d< tout cœur que l'avenir justifiera l'espoii que le monde a-mis en elle. En Allemagne, l'offensive russe a pro duit une émotion considérable. La "Volkzeitung" de Cologne dit qu< dans les milieux militaires allemands oi considère l'attaque russe en Galicie com me ne constituant que la première parti-d'un vaste-plan qui semble .être la réoc cupation de Lemberg, et la "Gazette d< Cologne" évalue à 200,000 hommes le to tal des troupes russes qui participèren à l'attaque. L' "Echo de Paris" croit égalemen que la bataille n'a fait que commencer et il s'attend à entendre parler biçntô du front roumain. Quoi qu'il en soit, une chose est cer taine: l'offensive russe gêne considérable ment nos ennemis et détruit certainemen les plans élaborés par l'état-major austro-allemand pour l'été. Hindenburg et Ludendorff sont arrivé: au grand quartier-général autrichiei "afin de discuter les opérations présente! et futures des armées alliées." Les deu: généraux ont çté reçus par l'Empereui Charles qui, craignant que des compli cations intérieures ne viennent se greffe] sur les embarras extérieurs,- oonypçuce i jeter du lest en ordonnant la mise en li berté des condamnés politiques. Des informations de source hollandais-annoncent que les Allemands ont ordonni lê transfert immédiat sur le front orien tal des troupes qui se trouvaient à l'en traînement au camp de Beverloo et qu étaient destinées à être utilisées sur 1 front flamand, où des nuages menaçant s'amoncellent. Hindenburg lui-même reconnaît qu-l'Allemagne ne peut plus vaincre mili tairement. La guerre, aurait-il déclan récemment, est gagnée par nous "si nou nous maintenons contre les attaques en nemies jusqu'à ce que le sous-marin ai accompli sa tâche." Nous est avis que nos adversaires at tendront longtemps. En tout cas, le di plomate interviewé à Berlin par la "Nou velle Presse Libre" a raison, en "ce cas de conseiller à nos ennemis de se prépa rer en vue d'un quatrième hiver, mais i se pourrait que nos adversaires changeas sent d'avis d'ici au mois d'octobre. Ca sur le front occidental l'offensive des Al liés ne s'arrêtera pas un seul jour. Momentanément, le front britannique est relativement calme, sauf dafis lv Flandres, où l'artillerie tonne sans int-er ruption. Berlin mentionne égalemen l'activité de l'artillerie britannique dt côté d'Ypres et le communiqué belge qu-nous découvrons dans les journau. étrangers parle, lui aussi, de violent duels d'artillerie dans les régions d< Woesten-Lizerne-Steenstraete. Au nord de l'Aisne, les Français on complètement rétabli la situation. Lei Allemands ont été expulsés des position; qu'ils avaient occupées des deux côtés d< la route Paissy-Ailles, et sur la rive gau che de la Meuse l'es nouveaux assauts aile maijds dans la région d'Avocourt-Côt< 304 ont été repoussés. Le duel d'artille rie dans ce secteur continue. LA GUERRE EUROPEENNE OPEUATiOss m9AIE8 SUR LE FRONT B0SIBEMTAL t B" ie5t'T'i,K . Le contre-torpilleur "Dex, navir* enn ïïJ mMi- nurrr ?rec monté Par un équipage et des offi OUiî hh rKunl DErLub ciers français, a coulé dans la Méditer ranée le 28 juin dernier, à la suit( Les Allemands repoissés à Het Sas d'une double explosion. Le "Des" s< Le Havre, mardi. - Le duel d'artil- à ,1100 mëtres ^bateau m ac iérie a été très vif dans la région de chanf ' ^ 11 conv°yalt- 0n «gnah Woesten-Lizerne-Steenstraete (au nord vin° lleu ' manquants. i d'Ypres). Une tentative ennemie de Les pei'tes norvégiennes en juin 1 traverser le canal dans la direction de La Légation de Norvège inform< Het Sas (au nord de Lizerne) a été re- l'Agence Reuter que les pertes norvé poussée par notre feu. giennes sur mer causées par les sous- * marins ou les mines pendant le mois (. de juin 1917 sont de 43 bateaux, jau- 1< géant au total 59,986 tonnes. Il y a eu b la 26 tués' ® La navigation néerlandaise suspendue d Les principales compagnies de navi- £ u gation néerlandaises ont décidé qu'après il le 4 juillet (date à laquelle, suivant la fe notification du gouvernement britanni-es que, la zone dangereuse sera étendue ^ dans la mer du Nord) aucun de leurs ^ re bateaux ne quittera la Hollande, jus- n qu'au moment où elles connaîtront le ^ lr résultat des représentations faites par le gouvernement néerlandais au gou-3~ vernement britannique. s. La déclaration qui accompagne cette ie notification dit: "Il n'est question d'au- c. m pu ne nervosité de la part de la direc- „ > tion des compagnies maritimes, celles-ci v ie étant convaincues de ce que le gouverne- a c~ ment britannique n'a pas et n'a jamais 0 Ie eu l'intention de couper les Pays-Bas <1 °* de ses communications d'outre-mer. A " «. lt OPERATIONS AERIENNES » r> * T ^ Un raid sur l'Essex f( Mercredi, 8 h. 15. — Des aéroplanes r ennemis ont apparu au-dessus de la côte e_ du comté d'Essex vers 7 heures du ma- ^ ^ tin. Ils ont été attaqués par nos canons ^ g_ anti-aériens. Quelques bombes ont été je- p tés, mais jusqu'à présent aucun détail ig ne nous est encore pervenu.—Press Bu- u reau. „ sn . . n ss *■* * d ^ Bien qu'aucun avertissement officiel jj |r n'avait été fait au sujet du raid de ce • matin,la nouvelle de l'attaque se répan- dit rapidement à Londres. A 7 h. 10, avant même que la police n'en ait été ?" prévenue l'information arrivait déjà .' dans la plupart des bureaux de rédac- | tion londoniens. * se ^ A 8 h. 30 la dépêche "Tout va bien" n était reçue et la nouvelle rassurante cir- j1 cula à travers la cité, avee la même ra- * ^ pidité que l'information alarmante. S LES BOCHES DE RUSSIE î v * e ie Le véritable nom de Lenine est Zeder- I i- bluhm. Pendant un certain nombre c ré d'années, il a porte le nom de Uljanoff; c as c'est sous ce nom que son frère fut pendu n n- pour attentats terroristes. b it A propos de bons noms russes qui ca- v ch,ent des noms de toute autre prove- g t- nance, voioi les véritables noms de 1 i- quatorze membres, sur dix-huit, qui n il- composent le comité exécutif du "Con- n S; seil des délégués des ouvriers et sol- r a- dat-s" : Heimer, Zederbaum, Rosenfeldt, y il Krachmann, Bronstein, Katz, Soffer, }, s- Golfond, Apfelbaum, Gauldmann, ^ lr Zederneluhm, Lurier, Holl'ander et t, 1- Nakhamkes. Les quatre autres portent j leur nom véritable, l'un est Arménien, s. ie l'autre est Allemand, un autre Juif et le \ lS quatrième Russe.—L'"Heure." j, E AUTOUR de la PAIX ? ie V îx La paix " Morel " e ts Le fameux Morel, l'ami de Casement, e ;le y est allé aussi de ses petites proposi- d tions pour une paix allemande, qu'il a it fait connaître par l'intermédiaire du es comité exécutif de 1' "Union of Denio- Q. is cratic Control." e1 le II veut bien admettre que la Belgique «■ ,i- doit être restaurée et doit obtenir une 0 e- sécurité absolue; le malheur c'est qu'il C te ne dit pas comment, et il feint d'oublier ci 3- que la sécurité absolue de la Belgique B lui était triplement garantie avant la p » guerre. Les districts envahis de la n France seront évacués. (Merci pour elle, ei ô doux Morel I) L'indépendance de la ir, Serbie, du Monténégro et de la Ron- D manie sera également rétablie. (Tu es n ,e trop bon, Morel, ça n'est pas naturel; I sûr tu nous caches quelque chose !) Le r sort de l'Alsace et de la Lorraine seront s' [e décidés, par plébiscite ou autrement, P _e selon les vœux de la population. (Ca, ^ c'est déjà moins bien, Morel; ce que le 65 I Boche a volé, il n'est que juste qu'il le rende.) Le Trentin et l'îstrie décideront £ de leur sorte par un procédé semblable; N les populations de la Pologne autri-ie chienne et de la Pologne allemande au-i- ront à déclarer si elles veulent faire s- partie du nouveau royaume de Pologne, d (Bravé Morel, va 1 Tu prends la Pologne russe à la Russie; mais sous l'œil bienveillant des baïonnettes allemandes et autrichiennes, si j'ose employer cette figure hardie, les deux autres tronçons de la Pologne choisiront librement.) L'empire d'Autriche-Hongrie ne doit pas être démembré, mais lgs populations qui le composent auront un "self-go-vernment." (Ca, c'est gentil, Morel, surtout pour les Habsbourg.) La Turquie doit être dotée d'un contrôle international. (Ca n'est que juste, il faut bien une tête de Turc). Les colonies allemandes ne doivent pas être annexées. (Ne le dis pas, Morel,juîous le savions; nous n'attendions pas $5oins de toi . La grande zone -de l'Afrique tropicale doit être neutralisée sous une garantie internationale. (Vieux farceur, va, te voilà repris de ta vielle colique anti-esclavagiste, anti-congolaise, pro... on ne peut pas le dire). Enfin, ■ pas d'indemnités, si ce n'est à la Belgique. Alors, ô digne Morel, qui va payer la casse? Qui va payer les immondes et inutiles dévastations commises en France et dans tous les pays envahis? Tu n'y crois pas, hein, au fonds commun fourni par toutes les nations belligérantes et qui pourrait peut-être payer une partie des dégâts? Pas étonnant, Morel, que l'"Evening Standard" qualifie ta manœuvre en ces termes : "La Paix de Morel, c'est notre vieille connaissance la paix allemande, spécialement rééditée pour quelques fous sentimentaux de Grande-Bretagne; tentative de la onzième heure pour le sauvetage de l'Allemagne." La Paix "Kolnische Zeitung" Tandis que le suave Morel prépare ses plans pour une bonne petite paix allemande, ses protégés ne restent pas inactifs. Ecoutons la "Kolnische Zei-tung" : "Que deviendra la population allemande établie en Belgique, autour d'Ar-lon et de Limbourg? Ces Allemands sont à peine 60,000 ; mais nous ne devons pas les laisser absorber par la majorité wallonne. Le district allemand d'Arlon est à l'ouest du grand-duché de Luxembourg et flanque au nord le bassin de Longwy-Briey. On pourrait songer à donner ce territoire au Luxembourg pour le récompenser de sa neutralité. Mais les éléments animés de sentiments français qui habitent la région influenceraient défavorablement sur l'opinion luxembourgeoise, qui n'est déjà pas si favorable à l'Allemagne. Tandis que si, conformément au vœu de l'immense majorité de notre peuple, le bassin de Longwy-Briey reste allemand, tout indique qu'il faudra, y rattacher politiquement le bassin d'Arlon. Avec ses hauts-fourneaux d'Au-bange, ses riches forêts, celui-ci complétera admirablement le bassin de Briey. La frontière du territoire à annexer passerait à l'ouest de la ligne Saint-Léger, Vance, Habay, Aulier, Fanvillers, Hol-lange. Msgs ne pou*rait-on pas annexer en même temps que la bande de terrain qui va de Bastogne à Vielsalm et aboutit au territoire allemand près de Saint-With? Ce dernier district est assurément en grande majorité wallon, mais il n'a en somme été francisé qu'au cours des derniers siècles." Les illusions de von Hindenburg. Le maréchal von Hindenburg et général von Ludendorf—Don Quichotte et Sanoho Pança—se sont rendus au grand quartier général autrichien où ils ont eu une entrevue avec l'empereur Charles. Avec la belle sérénité qui caractérisait le héros de Cervantes, von Hindenburg a déclaré sur un ton prophétique : "La guerre est gagnée... si nous tenons nos gains contre les attaques ennemies jusqu'au, moment où les sous-marins auront terminé leur besogne. Dans un avenir qui n'est pas éloigné, nos ennemis seront forcés de demander la paix." M. von Hindenburg 'se fait des illusions... à moins qu'il ne parle ainsi pour apaiser les peuples allemands tenaillés par la faim. Cette hypothèse est vraisemblablement la meilleure. AUTOUR de la GUERRE ALLEMAGNE —Le "Diisseldorf General Anzeiger" dit que jeudi dernier des désordres ont - éclaté à Diisseldorf et que des ouvriers I d'origine ennemiè y ont pris part. Des s rassemblemnets se sont formés en dif- 3 férents endroits de la viue et les mani-s festants ont pillé et endommagé les ma-) gasins. La police a été renforcée par t la troupe, les rassemblements ont été s défendus et un tribunal extraordinaire - a été établi. Celui-ci a condamné pour - haute trahison à cinq et trois ans de ser-b vitude pénale les Belges, François Al- - voret et Prosper Snyders, accusés d'a-t voir pris part aux troubles. D'autres s peines, plus légères, ont été pronon- - cées contre des Allemands. e Les journaux de Berlin publient une e communication officielle suivant laquelle " une ration maximum d'une livre de e pommes de- terre par personne sera ac-' cordée pour la semaine de 2 au 9 juillet. e Suivant le "Tageblatt," le bourgmestre ■ de Berlin a fait observer que les espé-s rances de la population au sujet des '■ pommes de terre seront considérable-a ment déçues: L'ancienne récolte est * complètement épuisée, alors que l'ar- II rivée de pommes de terre nouvelles ne ' peut être attendue que dans deux ou Q trois semaines. Le même journal dit: "Les cuisines communales sont le plus r sévèrement atteintes par la "disette" '> de pommes de terre et la disette générale ~ des vivres. Le nombre des "clients" de a ces ouisiries grandit journellement à " Berlin et a augmenté au cours de la se-" maine dernière de 21,000 à 150,000 per-" sonnes, bien que 16,000 enfants aient été e envoyés à la campagne. e Un autre, journal de Berlin, cité par le "Vorwaerts," dit que les cuisines communales ne pourront, au cours des e semaines prochaines, s'approvisionner . qu'en nourriture moins substantielle. s AUTRICHE-HONGRIE •— D'après un télégramme de Vienne, l'empereur Chaa'les a proclamé une am- ' nistie pour les civils condamnés du fait - de haute trahison, lèse-majesté, atteintes t à l'ordre public, émeutes, etc. Un cei1-s tain nombre de députés slaves bénéficie- - ront de cette amnistie. ' ETATS - UNIS ^ — D'après des calculs faits par des r experts britanniques actuellement soumis au gouvernement américain, il est passé l'année dernière en Allemagne, . par l'intermédiaire de la Hollande et de la Scandinavie, assez de graisses pour _ approvisionner toute l'armée allemande; ^ les principaux articles figurant sur la liste, établie en tonnes, sont : beurre, e 82,600 t.; viande, 115,800 t.; produits v du porc, 68,800 t. ; lait condensé, 70,000 a t.; poisson, 407 t.; fromage 80,500 t.; _ œufs, 46,400 t. ; fécule, 179,500 t. ; café, 58,500 t.; fruits, 74,000 t.; sucre, 12,000 t.; légumes, 215,000 t. Espérons que les Etats-Unis auront vite fait d'enrayer ce joli trafic de neutres. , GRANDE-BRETAGNE — Lord Hardinge, ex-vice-roi des In-r des, sur lequel la commission d'enquête i dé Mésopotamie rejetait une partie du - blâme^ a donné hier à la Chambre des • Lords des renseignements justificatifs. 4 — Alfred Hagn, sujet norvégien, a été arrêté à Londres sous l'inculpation s d'espionnage pour le compte de l'Allemagne.— Le "Times" dit qu'il y a lieu do croire que les négociations conduites à e La Haye entre délégués britanniques et allemandes au sujet des questions relatives aux prisonniers de guerre donne-. ront d'heureux résultats pour ces der-^ niers, tant civils que militaires. — Les restrictions apportées à la j consommation des pommes de terre dans s les restaurants sont supprimées. PAYS-BAS — Des troubles sérieux ont eu lieu ; lundi à Amsterdam, ayant pour cause les r exportations de pommes de terre. La foule a assiégé certains marchés pour ; s'emparer des précieux tubercules, et la 1 police, se trouvant impuissante, a dû s faire appel à la troupe. Celle-ci fit en e vain les sommations, après quoi l'officier fit tirer en l'air, mais la foule était si surexcitée que cela n^ produisit aucun ? effet. Finalement on dut faire feu sur ' les manifestants, qui seulement alors se dispersèrent. Il y a eu, dit-on, un tué et plusieurs blessés. Un certain nombre ' d'agents de police avaient été blessés par tfles émeutiers. % 88ème année. No 107

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre L'indépendance belge appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Londres du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes