Moniteur d'Anvers: finance, commerce, industrie, marine

290 0
08 fevrier 1914
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 08 Fevrier. Moniteur d'Anvers: finance, commerce, industrie, marine. Accès à 25 septembre 2022, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/n872v2dn6x/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Moniteur d'Anvers LE NUMÉRO : 1 O CENTIMES ABONNEMENT: 5.00 FRANCS PAR AN Pour l'étranger le port en sus. PARAISSANT LE SAMEDI Finance - Commerce - Industrie - Marine BUREAUX (03, PLACE DE MEIR Téléphone : 4S93 AMYLO Le marché de cette valeur a un peu végété depuis la hausse survenue il y a quelques mois. Vis-à-vis du recul intervenu depuis lors, quelques-uns de nos lecteurs nous demandent des renseignements sur la marche actuelle de l'affaire. Voici ceux que nous avons pu recueillir à une source généralement bien informée. Les expériences avec le nouveau procédé dont nous avons signalé l'existence il y a quelques mois se poursuivent régulièrement et les démonstrations donnent généralement satisfaction. Les brevets pour les principaux pays où il peut être utilisé ont été pris et déjà certaines négociations importantes sont entamées pour L'emploi du procédé. Gomme nous l'avons dit dans nos études, celui-ci permettra à l'Amylo d'entrer en Angleterre d'où les formalités du fisc l'avaient exclu jusqu'ici. Il y a lieu d'espérer que ces résultats seront hautement favorables, mais il s'agit naturellement d'avoir un peu de patience puisque l'installation, l'application du nouveau procédé demanderont un certain temps et que sa généralisation ne peut se faire que petit à petit. Pour ce qui regarde la situation actuelle de la société Amylo, elle serait très satisfaisante n'étaient les résultats moins favorables de l'Amylo français pour 1913. Le marché de l'alcool a traversé cette année une crise assez intense qui a eu sa répercussion sur les prix de cette matière. Il s'en est suivi une forte baisse dans la production. Le bilan de l'Amylo français s'est ressenti de cet état de choses et il est probable que cette société ne pourra guère, amortir pour l'exercice de 1913. Or, la société française est un peu la vache laitière pour l'Amylo belge. Le plus gros des bénéfices de celui-ci provient de là depuis des années. .11 est donc à présumer que les résultats de l'Amylo belge pour l'année qui vient de finir ne seront pas tels qu'on aurait pu les souhaiter et il se peut que cette année la distribution de bénéfices par voie d'amortissement subisse une diminution. Pour ce qui regarde l'exercice en cours il pourrait se ressentir déjà peut-être des résultats à obtenir par le nouveau procédé, si tant est, évidemment, que ceux-ci soient ce que ses fervents en prédisent. X... Bourse d'Anvers On peut caractériser en deux mots la situation boursière de cette semaine: on a travaillé à rétablir l'équilibre des cours endommagés par la crise; on y est parvenu dans la plupart des groupes. La besogne faite, beaucoup plus rapidement qu'on ne s'y était attendu, on s'est effrayé soi-même du résultat obtenu et on s'est arrêté. La situation n'est pas plus mauvaise pour cela; au. contraire, nous la trouvons excessivement saine. Les cours actuels forment une base bien nette et bien stable pour asseoir les futures opérations à la hausse. Il faut laisser un peu de temps aux professionnels de la finance pour se rendre tout à fait compte que le temps de l'argent cher est fini et bien fini... pour quelque temps naturellement; il faut laisser au public, — le peuple anversois n'a pas la prestesse comme spécialité, — le temps de s'apercevoir qu'en Bourse en ce moment on gagne de l'argent en quelque sorte à coup sûr pourvu qu'on y mette un peu d'intelligence et quelque patience. Nous espérons, pour l'honneur de nos compatriotes, qu'il ne leur faudra pas des seinain '.s pour s'apercevoir que l'année 1914 a la ferme intention de marquer une volte-face complète sur 1913, année de malheur et de "culottes'', aussi bien en fonds publics qu'au domino et autres jeux plus nobles encore. On dit: Heureux au jeu... Eh bien! non, il paraît que le malheur ici aura été universel. 1914 s'attache à réparer tout cela. Et le début de l'année promet bien. * * ♦ Pas d'événement spécial cette semaine. Une petite affaire de cuisine boursière cependant. Nous avons pu lire avec grande satisfaction dans les journaux de Bruxelles que les membres de la Bourse de-, fonds publics ayant leurs •raisons de se plaindre de la législation nouvelle qu'on leur mijote au parlement et à l'Hôtel de Ville, la commission s'est hâtée de convoquer ses membres pour leur exposer les griefs ■communs... et la presse pour donner à la publication de ces griefs toute l'étendue qu'il faut pour leur assurer la réparation. A Bruxelles la commission s'est appuyée à bon droit sur l'opinion pour faire prévaloir ses revendications.A Anvers, tout s'est passé à huis clos. Ne «connaissant pas les noms de ceux qui ont assis té à la vague séance où, parait-il, on a nommé une commission tout aussi vague, nous ne dirons pas qu'elle se composait de quatre pelés et de trois tondus. Nous dirons seulement que, puisque la commission de la Bourse tient tant à conserver le plus hermétique secret sur ce qu'elle compte laire pour détendre les intérêts de tous, nous la laisserons à son hermétisme et à ses petits secrets. Le jour où elle se trouvera impuissante à faire aboutir quoi que ce' soit, peut-être songe-ra-t-elle à faire comme les "kiekenfretters", qui savent qu'il est parfois bon de crier et de gu... pour assurer son bon droit. Mais ce jour-là îious lui répondrons : Messieurs, vous ne l'avez pas volé ! * * * Fonds d'Etat Succès inouï, fantastique pour l'émission de i G millions emprunt belge à Londres: 3 % de prime. Ce qu'on va s'amuser avec la balançoire clérico-libérale, les uns constatant le succès parce que..., et les autres bien que En Belgique, n est-ce pas, il est entendu qu'on ne peut se réjouir franchement et sincèrement d'un succès national. Quelle chance encore que l'autre querelle, la flamingo-wailingante, n ait rien à voir dans l'affaire ; c'est ça qui ferait du bien à la sonorité des murs du "Burgerkring" et au tympan si délicat du si intelligent président du Ned. Bond et de sa séquelle. * * * Dans le groupe des lots de ville, l'animation persiste. Les Anvers 1887 restent soutenus. Tandis que les Bruxelles nouveaux regagnent vivement leur avance non encore réalisée; les Anvers 1903, qui sont à la veille du tirage, lâchent plus ou moins pied. En fonds d'Etat étrangers, on reinai-que moins de résistance pour bon nombre de titres. C'est d'autant plus curieux que l'abaissement du taux de l'escompte, au Danemark et en Suède, à 5 et à 4 1/2.% respectivement, con-Iirme la généralisation de l'aisance monétaire. 11 est vrai que le marché anglais est assez désagréablement influencé par le drainage du métal jaune qu'y ont entrepris la France et la Russie, et que projette l'Argentine pour les besoins de la mobilisation de sa récolie. En rentes allemandes le 3 % est voulu à 77.60-77.90. Le compartiment des fonds argentins directs ne se distingue pas par une activité spéciale. Nous notons cependant une reprise en int. 4 1/2 1888 jusqu'à 93.10-93.35. Dans le coin des cédules l'ouverture se fait à des cours en faiblesse. Celle-ci ne se maintient cependant pas au cours de la séance et nous regagnons, chemin faisant, une partie du terrain perdu. En clôture, nous enregistrons !'2.70-93.25. Les séries K et L sont très lerines à 86-86.25 et 93.80-94.10 respectivement. En ce qui concerne les Cédules, ce qui maintient leur marché si bas, c'est l'affux des titres de la nouvelle série et les arbitrages qui s'el-l'eetuent contre ceux-ci. Connue nous l'avions prévu, ils se traitent avec un déchet de 3 points environ sur les cours des Cédules nouvelles officiellement cotées ; et comme les garanties sont exactement les mêmes, l'arbitrage est fructueux..., aux dépens malheureusement des titres officiellement connus. Il y a peu de mieux en fonds brésiliens. Nous avons annoncé que la Banque de l'Union anversoise devait émettre sur notre place des Bons du Trésor de l'Etat de Sao-Paulo 5 p. c. à 97 p. c. Le succès de l'emprunt à Londres, où il a été couvert sept fois, a été si grand que l'établissement anversois n'a même pas eu occasion d'ouvrir ses guichets. Aucune publicité, ou à peu près, n'avait d'ailleurs été organisée à cet effet. En fonds austro-hongrois, l'on reste bien tenu. Les nationales, remontent à 85.60-85.90. Un très large marché est toujours réservé aux bons du trésor hongrois et à ceux de la ville de Vienne. Parmi les fonds japonais, on travaille toujours très activement les railway bonds, qui sont recherché, dès le début, a des cours fermes. L'émission de bons du trésor japonais, à Londres, dont nous avons parlé, concerne un montant de £ 2,500,000 environ. Les traites ont une durée d'une année et ont été placées à un cours qui fait ressortir l'intérêt à 4 3/4 %. Du montant de l'émission, £ 1,500,000 sont destinées à rembourser des bons qui vont échoir, tandis que le reste servira à payer des lions du trésor qui ont été placés exclusivement au Japon. Nos fonds mexicains ne se ressentent en aucune façon — sauf au compartiment des obligations étrangères où les Crédit foncier mexicain se relèvent à 176 •— de l'amélioration signalée dans ce groupe sur les grandes places financières. Le 3 p. c. reste nominalement fixé à 45 et le 5 p. c. à 70. Le change s'améliore lentement et vaut actuellement jusque 18 d. 1/2 à Londres. Les fonds balkaniques font preuve de beaucoup de résistance. En Bulgare nous épinglons les cours très fermes de 81.90-82.10. Pour les rentes roumaines, nous notons 86.35-87 en 1908. Les 1913 sont aussi fort bien soutenus. Inaction à peu près complète en fonds russes. Relevons seulement la fermeté du 4 p. c. 1880 à 89.75. Les villes ruSses ne se relevent pas. On ne note même pas d'arbitrage en Ville de Kiew contre l'emprunt 5 p. o. émis en ce moment à Londres et offert à 95. Cet emprunt est remboursable de 1925 à 1965. Kharkoff 5 p. c., 470. Il y a lieu de croire que notre place sera intéressée bien qu'on le démente dans certains milieux, à la tranche d'emprunt russe (600 millions de francs) dont on annonce rémission à Paris à 93.50, pour le 15 février. Rien en Serbe. Le projet de budget pour 1914, qui sera présente à la Skouptchina à sa rentrée s'équilibre par 210 millions de dinars, en augmentation de 80 millions de dinars sur celui de 1912. Cette augmentation se justifie par une dépense de 50 millions pour l'aménagement des nouveaux territoires: 7,200,000 dinars pour les secours et les pensions et 13 millions 500,000 dinars pour l'année du dernier emprunt. Les recettes sont dues aux plus-values constatées sur le recouvrement des impôts sauf en ce qui concerne 7,200,000 dinars de centimes additionnels, affectés aux pensions et secours. Les impôts à percevoir sur les nouveaux territoires figurent pour 18 millions, alors que la Turquie percevait 80 millions environ. On traite le Suédois 3 1/2 p. c. à 84.10. Après une longue éclipse, des cours reparaissent en Turc unifié: ils sont fixés à 81.50 environ.On ne dit rien du succès de l'emprunt uruguayen. * * * Obligations Immobilières Le compartiment des valeurs immobilières • ^t invarié. La privilégiés Banque belge de-prêts: Ion ciers se retrouve à 1045-106Ô; les différentes séries d'obligations sont demandées à 471.50. Société hyp. du Canada, obligations, 459-463. Crédit foncier sud-américain: privilégiée, 1020-1045; obligations, 461-463. Banques Quelques ordres surviennent en Banque d'Anvers, ramenant les cours jusque 1,780. Le rapport du premier établissement de crédit de notre place présente, comme d'habitude, une belle situation financière. La Banque Anversoise de fonds publics est cotée 290 environ. On fait prévoir une augmentation du dividende, les bénéfices ayant été sensiblement supérieurs à ceux de 1912. Dividende Banque belge de prêts fonciers, 675. La Banque centrale anversoise est fort demandée et les cours marquent une bonne reprise jusqu'à 523. Banque de commerce, 565. Le bilan au 31 décembre fait apparaître un solde en bénéfice de fr. 773,252. 14. Les réserves y figurent pour 669,000 francs. Le dividende reste inchangé à 30 francs. Banque de Reports, 710. On avait annoncé que l'augmentation de capital prise par la Banque nationale de crédit, constituait en partie une transformation d'une créance de cet établissement sur la Banque de reports. De source officielle on annonce que cette information est controuvée et que le capital souscrit par la banque française est entièrement liquide et à la disposition de la Banque de reports.Le Crédit anversois est très ferme à 480. La succursale de Malines du Crédit a été ouverte le 2 février. Il sera procédé également à l'ouverture d'une succursale à Saint-Trond. Jouissance Crédit foncier sud-américain 1,780. Les Crédit national industriel sont fermes en sympathie avec la reprise de plus en plus accentuée du groupe pétrolifère. A l'assemblée de ce matin, il a été décidé que les parts de fondateur seraient scindées en dixièmes, sur la demande de chaque intéressé et à ses frais. Ces parts de fondateur sont poulies trois quarts détenues dans les portefeuilles liégeois, comme on a pu s'en convaincre par la liste de présence de la dernière assemblée. * * * Tramways L'annonce que d'après certaines indications non encore confirmées le dividende des capital Tramways d'Anvers sera probablement porté de fr. 3.10 à fr. 3.50 n'a pas exercé la moindre influence sur le marché ; on pourrait même presque dire qu'elle a supprimé tout mouvement dans ce compartiment. Pour divers motifs le service de la voirie d'Anvers s'est opposé à l'octroi à la société de certaines concessions nouvelles dont le tracé était soumis à ce service. Il y a tout lieu de croire que le mécompte ne sera que passager. Rosario 85.75 et 41.50, Rotterdam 93 et 27. • Saratow 101. * * * Valeurs diverses Parmi les valeurs diverses, rien de saillant n'est à mentionner. L'ordinaire Amylo cote 15.50-16.50. On attend des renseignements sur la marche de cette société.' Electricité de l'Escaut: capital, mieux à 155,50-160.50; dividende, 120-122.50. Compagnie électrique anversoise, 419-430. Produits Kemmerich,ordinaire,347.50-352.50. • * * Valeurs Petrolifères L'activité est toujours prédominante dans les différents groupes des valeurs pétrolifères. On traite les pétroles de Grosnyi, ordinaire, à 2887.50-2922.50. Les Pétroles de Nafta accaparent une bonne partie de l'animation. La capital est ferme à 129 1/2-135 ;la dividende se tasse à 404-414.50. Un prévoit de plus hauts prix pour la capital. La dividende est trop chère. Pétroles de Borvslaw, capital, 74.50-75.50. Les Pétroles Colombia, achetés par Paris, se relèvent à 1900-2060. L'Omnium est soutenue à 775-870. Les Pétroles de Roumanie, la capital bondit à 182-185: la dividende, à 121-123.50. Le bénéfice de l'Alpha se chiffre par 1,800,000 fr. * * * Valeurs de Plantation Il y a en ce moment un tassement momentané, mais il faut s'attendre ici à de plus hauts cours, et surtout pour la Financière et la Kuala. Financière des caoutchoucs, 110-115, Kuala Lumpur, 116-120. Tanjong .Malim, 20-21. rederated Malay States: ord., 445-460; nri-v il. 205. Deli Moeda: capital, 100 P.; dividende, 22. Nieuw Tjisalak : act. ord., 38 P.; part de fondateur, 65. Kalitengah, 8. Sœngei Lipœt, 185 A. Sennah, 26-25. Zuid Preanger, 90. Kuang, 46 A. Galang Besar, 3-4. * * Valeurs Congolaises Les valeurs congolaises sont bien orientées. Les valeurs de Recherches minières sont encore assez fermes, surtout la Simkat et la Mi-nerkat.Agricole de Mayornbe, 62.50 A.-70 P. Coloniale anversoise: action privilégiée, 475 P. ; ordinaire, 110. Comptoir commercial congolais, 25. Compagnie du Congo belge, 80. Katanga ordinaire, 2250. Plantations Lacourt, 540. Sultanats du haut Oubangui, 450; parts bénéficiaires, 75. Vicinaux du Mayombe, 170. Part du Kasai, 78. Belgo-Katanga; capital, 90; dividende, 115. Minerkat: capital, 90; dividende, 115-120. Simkat: capital, 100; dividende, 440-450. BANQUE GÉNÉRALE BELGE L'assemblée générale extraordinaire du 31 janvier a approuvé la proposition du conseil d administration tendant à augmenter le capital social de 15 à 25 millions de francs, par la création de 20,000 actions nouvelles de 500 francs chacune qui seront libérées de 50 pour cent, comme les titres existant actuellement. L'émission se fera vers la fin février ou le commencement de mars. Au cours de cette assemblée il a été annoncé que les actionnaires auront lieu d'être pleinement satisfaits des résultats enregistrés cette année, lesquels sont supérieurs à ceux de l'année dernière et permettront de distribuer le même dividende tout en dotant le fonds de réserve d'une somme importante. Quant aux modalités d'émission il sera attribué une action nouvelle pour deux anciennes aux anciens actionnaires. L'émission porterait donc sur 15,000 titres, les 5,000 restants étant réservés au groupe émetteur. Le taux d'émission sera vraisemblablement fixé à 625 francs. Il est superflu d'ajouter que l'accueil le plus empressé sera fait à cette émission, tant par les actionnaires anciens que par le public. La Banque Générale Belge est en effet un des établissements les plus dignes de la confiance des capitalistes, ainsi que le prouvent les résultats obtenus ces dernières années, grâce, il faut bien le dire, à la prudence de son conseil d'administration. Dix-Imitïème année Dimanche 8 Février 1914 iv°

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Moniteur d'Anvers: finance, commerce, industrie, marine appartenant à la catégorie Financieel-economische pers, parue à Anvers du 1901 au 1940.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes