Patrie!: journal non censuré paraissant comme, où et quand il peut

313 0
01 fevrier 1916
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1916, 01 Fevrier. Patrie!: journal non censuré paraissant comme, où et quand il peut. Accès à 23 octobre 2019, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/th8bg2j89r/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

F . ». Deuxième année N" 4. Février 1916. Journal non censuré paraissant comme, où et quand il peut. " Jamais une femme ne m'a parlé sur ce ton, dit le Roi. " C'est, reprit-elle, que vous n'avez jamais parlé à une Liégeoise". NOS PREMIERS NUMEROS. Le succès de notre journal a dépassé nos prévisions et de toute part on réclame nos premiers numéros. Bien que le but même de notre oeuvre de propagande patriotique exige la plus largë'-di-ffjjsion possible en des mains SURES et non la garde jalouse à domicile, que les collectionneurs et les curieux se tranquilisent : ils pourront se procurer en temps et lieu nos premiers numéros aujourd'hui épuisés. Nous leur en donnons l'assurance formelle. Qu'on nous laisse juges du moment où il importera de les réimprimer. * * * Lire en supplément dans le présent numéro : Au journal : « La Bel ique ! » Éncore un mot sur m. schuchard. 1 Un ami d'Anvers se présente à notre bureau installé aujourd'hui, pour plus de sécurité, à la belle étoile, sur le versant d'une colline de la Famenne. Nous voulons «faire» un abonné et nous donnons à lire à notre ami les derniers numéros de «Patrie» ! Et voyez la chance. Il a à peine lu notre article consacré à la : REPONSE AUX EVEQUES BELGES DE M. SCHUCHARD, belge naturalisé, décoré ae l'Ordre de Léopold qu'il part d'un large écbj de rire. — N'est-ce pas, elle est bien bonne l'histoire de l'imposition de Frs 480 millions : En Allemagne, on a toujours considéré le pays comme un pays très riche. Comme les malandrins préparent un mauvais coup, SCHUCHARD et sa bande avaient, sans doute, marqué la maison où, pensait-on, il y avait de «la braise». — Non, ce n'est pas cela. — Alors celle des petites religieuses violées que SCHUCHARD veut examiner à son aise.Pour nous, nous vous dirons que ces désirs de vieux marcheur et ce geste graveleux nous répugnent et nous ne le lui avons pas envoyé dire. Ce salaud certainement n'a pas de filles, écrivions-nous à l'adresse de M. SCHUCHARD. —Sans doute, oui, l'apostrophe est bien envoyée, mais ce qui me faisait sourire, c'est que vous ne paraissez pas connaître SCHUCHARD, ALFRED SCHUCHARD ALFRED ni Macaire, ni Michel. Alfred, mon brave, il s'appelle ALFRED, Monsieur ALFRED SCHUCHARD, une des grosses légumes de la Colonie Allemande à ANVERS. Ce factum a été distribué à profusion à Anvers aussi et là (ussi par la Kommandantur. Et voici ce que nous apprenons : \LFRED SCHUCHARD, pardon, Monsieur ALFRED SCHUCHARD n'est pas un Belge naturalisé, il est, au contraire, un allemand né en Westphalie vers 1848 (1) et na:uralisé Belge vers 1880. C'est en qualité de marguil-lic. ou de président de fabrique de son église qu'il a été décoré. Nous disons : son église, car il a introduit à ANVERS une secte protestante, dissidente, dont il a com-nvncé par être tout ensemble le pasteur officiant, le prédicateur, l'enfant de choeur et l'assistance. Espèce de Quaker rigide et en même temps commerçant retors, il porte dans la colonie allemande le nom de BIEDER-MEYER. En bourse, on dit de lui qu'il couche avec la B ble et avec le Code. --«Notre belge est aussi un des fondateurs du «GYMNA-S^JM », atnenée allemand à ANVERS. SCHUCHARD venu pauvre comme tous ses pareils à ANVERS, vers 1870, naturalisé Belge vers 1880, a fait fortune à ANVERS dans une société d'exportation qui p )rte son nom et dont tous les intéressés sont allemands. (2) En 1911 ou 12, lors de la souscription de guerre en ALLEMAGNE, il fut, dans la colonie allemande à ANVERS, le souscripteur le plus fort. Il souscrit 100.000 marks. Et voilà .... Ne continue-t-il pas admirablement la liste de nos naturalisés (3) ? la liste de tous ceux qui, venus en terre de Belgique, ont pris la place de nos commerçants belges et ont fait de ces fortunes insolentes avec une rapidité inexpliquée. On encaisse de divers côtés dans ce beau monde et le prix de la trahison rectifie ou complète les balances des bilans commerciaux. (1) Nous aurons d'ici peu, pour nos dossiers, les dates tout-à-fait exactes. Celles que nous donnons sont, nous le savons, très voisines de l'exactitude. (2) La lecture des annexes du Moniteur est instructive. ALFRED SCHUCHARD venu en 1862 à ANVERS sans le sou, comme la plupart de ses congénères, commence par être employé dans une maison belge dont il finit par être un modeste associé. En 1884, il s'établit pour son compte, fonde la Société ALF SCHUCHARD & CIE. Voici la répartition du capital de cette société et les modifications de cette répartition de dix en dix ans. Capital belge Capital allemand Capital SCHUCHARD 1884 600.G00. — 400.000.— 0 1894 375.000. •- 875.000.— 0 1 1904 175.000.— 875.000.— 750.000.— 1910 75.000. — 800.000.— 1.250.000.— 1915 0 400X00.— 1.100.000.— Et nunc erudimini. (3) Voir nos nos d'octobre 1915, de novembre 1915, de décembre 1915 et celui de février 1916. C'est un devoir pour tout patriote de faire circuler ce journal auprès du plus grand nombre possible de lecteurs.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Patrie!: journal non censuré paraissant comme, où et quand il peut appartenant à la catégorie Clandestiene pers, parue à S.l. du 1915 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes