Votre recherche * a donné 7600 résultats

a-z index des titres
  • Vlaamsgezinde pers

Filtres

Sujet

Stabilisation du front jusqu’à l’Yser

En août 1914, les Allemands progressèrent vers le sud et l’ouest par la Belgique. Ils atteignirent rapidement la frontière franco-belge, mais furent arrêtés à la Marne par les troupes franco-britanniques.    Le haut commandement allemand bouleversa ensuite ses plans pour tenter de marcher sur Paris par l’ouest. ...

Ludwig von Falkenhausen à la tête du régime d’occupation

Le 26 août 1914, le haut commandement allemand installa un gouvernement militaire en Belgique, censé assurer le bon fonctionnement de l’occupation. Il fut baptisé gouvernement général et dirigé par un gouverneur général. Moritz von Bissing exerça cette fonction de décembre 1914 jusqu’à sa mort en avril 1917. Après son ...

Lecture critique des journaux historiques

Les journaux constituent une source accessible pour étudier les différents aspects de la Première Guerre mondiale. Mais à l’instar des autres sources historiques, les informations issues des journaux doivent être appréhendées de manière critique. Ceci vaut tant pour les textes que pour les photos et les ...

(Auc)un nouveau rôle pour la femme

En Grande-Bretagne, l’armée absorba une partie importante de la main-d’œuvre masculine pendant la Première Guerre mondiale. Le travail des hommes à l’usine ou au champ fut souvent temporairement repris par des femmes. Leur dévouement eut cependant peu d’impact sur leur rôle d’après-guerre. En Belgique, ...

Flamenpolitik et activisme

L’Allemagne était une fervente adepte du principe de diviser pour mieux régner pendant la Première Guerre mondiale. En semant la discorde, on renforcerait la position allemande. La Flamenpolitik faisait partie intégrante de cette stratégie.   L’occupant allemand voulait réduire l’influence francophone. Notamment en ...

Le monde au front

La Première Guerre mondiale fut principalement menée en Europe, mais des soldats et des ouvriers arrivèrent ici du monde entier pour combattre et se mettre au service des différentes armées.   Dès les prémices de la guerre, les grandes puissances européennes utilisèrent leurs troupes coloniales pour compléter leur propre armée. ...

Le jeu pendant l’occupation

La guerre fut parfois une période difficile pour les enfants, mais elle ne les empêcha pas de continuer à jouer. Elle avait un grand pouvoir d’attraction et offrait son lot d’inspiration pour les jeux d’imagination. Ils défilaient aux côtés des troupes qui passaient, chantaient des chansons satiriques et arrachaient les ...

Aide américaine pour les Belges

À la veille de la guerre, la Belgique dépendait en grande partie de l’importation pour s’alimenter. Celle-ci fut paralysée par le blocus maritime britannique. L’approvisionnement alimentaire devint rapidement problématique, surtout dans les villes. Pour nourrir la population, un gigantesque programme d’aide fut mis sur ...

La Société des Nations

Après le 11 novembre 1918, le slogan « Plus jamais la guerre » résonna plus fort que jamais. Les pays qui négocièrent l’accord de paix avaient convenu que le texte du traité devait contenir suffisamment de garanties pour éviter de futures guerres. Une de ces garanties était la création d’une association de nations, ...

Le tourisme en temps de guerre

Juste avant la Première Guerre mondiale, le tourisme connut une première démocratisation. Il n’était plus uniquement réservé aux plus riches, la classe moyenne aisée pouvait également s’offrir un voyage de temps à autre. Lorsque la guerre éclata, le tourisme en Belgique occupée fut dans un premier temps totalement paralysé. ...

Dépasser les bornes: La frontière avec les Pays-Bas

Dès le début de la guerre, la frontière avec les Pays-Bas neutres bourdonnait d’activité. Presque immédiatement après l’occupation, les autorités allemandes fermèrent la frontière avec du fil de fer. Les Allemands voulaient empêcher les volontaires de guerre belges d’atteindre le front par les Pays-Bas et enrayer la ...

Attente à l’Yser ou grandes offensives?

L’armée belge enregistra beaucoup moins de pertes que l’armée britannique et l’armée française. Alors que près de 3,75 % des soldats mobilisés périrent dans l’armée belge, les pertes s’élevèrent respectivement à 10,3 % et 16,8 % chez leurs homologues britanniques et français. Une situation imputable, ...

Pages