Het Ypersche volk: katholiek en volksgezind

409904 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1915, 05 April. Het Ypersche volk: katholiek en volksgezind. Geraadpleegd op 25 oktober 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/tm71v5cd63/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

|f Journal îi'iljtrts 50" JHHR Nr 2539 Editeur-Imprimeur | Drukker-Uilgever | Printer=Editor callewaert.de mellenaere 36 - Rue au Betrrk | Boterstraat | Butterstreet - 36 Dieuwsblad aan Yper U^rr's Hlfflili] ilrtiis ZONDAG 5 APRIL 1915 10 centiemen Aile mededeelingen moeten geworden Naamlooz e schriffen worden niet .... . acht genomen. — Briefwisselaars wor" ten bureelt van t bladtcn laatste den werzosh Melkens hun wolledlg «dr«» tegen Donderdag avond. op te geven. Paschen 't Is Paschen ! het feest der feest en ! Christu? heeft door lijden en dood de-Satan geveld, het mensclulom verlost Ghii< ui heeft lijden en dood overwonnen, Chris tus is verrezen. Alléluia ! We îièbben, wij chri^tène Belizen, ii schielijk ontvlogen vrede- çn vrijheidsçiagen ieder jaar, het Paaschfeest gevierd met gqd vruchtig geloof en vast betrouwen. cUiof in C'ùistus verreisfcn die door zijix verrijzenis de poddelijkheid van /ijn^ zen ding. van zijne leer, van zijne kerk heet bevest igd v n in Çhri^tus verre/eh doo vviens verdiensteiï w i). gestorven, ook een uit hr't graf zullen opstaan om ecuwig me Hem te leven. O Paaschfeest dèr vrede dagen ! Blijde zegevierend. /, >nt'en de klokken fever Mad er d'iip, ... t w;is lentetij 1, 't was uit m -t d( doo Ische winterdngen. veinieuwd lever doorstriemelde Jand en veld. .x>sc-h en boom bot cti blad. l oi en haag ; vernieu.wd Moec doovsiroomdè de1aderen. 't Was feest ir kerk, in buis, op straat ; rond Gols altaar, aan oudeili)keil heerd. in vriendenkiing . . En nu ! 't I> Pa^schfqest wêe-, in 'r dr<x-vig jaar. voor ons en alleu die we minnen Langs hier bromt 'r versclu ikkend 00H04-vuur. lang& daar drukt zwaar de last van 's vijands jute. en gimler kwelt hvl vliemend hfrteleed van verre vlucht op vreemden g rond Paschen is 't !.. en tocl), her en daar en s^inds. klinken de klokken hun geloofsbelij-denis : Christus H verrezen !. . Ja ! .la ! Ja ! — klinkt maar klokken, luideen schel. Ù\v bronzenstemmen zingen 't lied : dat Christus is verrezen ! — ïn droefheid, angst en diep verdrïet verstaan we, beter nog, het bedied van de klokkentaal. Ja ! klinkt o klokken ! De klokkenslagen versterken 't geloof, vervasten t betrouwen : îlatjna regenweer de zonne sçhijnt, dat na nieuwe leven !. . Is 't droevig Paschen nu, blijde Paschens zullen volgen. de klokken zijn't die 't zeggen. Ons volk hier op het oorlogsfront, ons volk daar onder 's vijands juk, ons volk ginds op een vreemde gevlucht, ons volk lijdt... lijdt âlsof hçt sterven zou... maar... Christus heeft geleden, Christus is gestorven... Christus is verrezen !... ons volk dat lijdt ; ons volk dat als gestorven is ; — maar neen « ons volk kan niet vergaan ! » — ons volk zal ook verrijzen ! Verrijzen ja ! Dank aah lijden, daiik het strijden, vçjrrijzen zal het volk,.. Verrijzen zal het, in glorierijke zegepraal, in blijde vrijheid wêer, in vrede en voorspoed als voorlïeen. Dan zal het ook een Paschen zijn ; het Paschen van het Vaderland ! leenard. /V/* r— Happier days are yet to come A tribUle of admiration w neigium from the Rt. Hon. Arthur J. Balfour in « King Albert's Book. » I am asked to speak of Belgium. Is il ôf I^olgium as she is. or of Belgium as slie will one daN'- be'?, If the first mv. tliéhie- would h? the. <4rea- i test of national tragédies, but also the rio-blest. Nothijig that ean hçi^liton our sym-pathy or move our admiralion is \vantin^ The wepkness of the yiclim. the justice of her cause, thé «jieatness of lier sufferings; aiul lier uneohqtierable sôul. bave movtd wonder and pity of the w'orld. And when we turn from the vicli^i to. tho oppressor. the trafic horror deepens. We sec wrong heapecl on wuong, ' and ; tireaclier> ' on treaehe-ry. Faithless in des^ni^g his sehemes. brutal in ex6eutlil« them. lie lias' l'ilthlcssly tr:1m-pled under foot ail laws but the la\\ of the strongest. He knows, il seèms. no, oUkm . But the draina is mot going ,to cncl with the triumph ot es il We aie witn ssïil^ no inemodioble tnagedy. Happier days ai\' yet to corne, Wroms had inder.l be n donc Uiiich nothin^r ean ri^ht ; suffeMrigs enrlure l which ncthiiig ean rppay. Yet thé t i me will suv.cly eonie. and corne sooil, wben.Be'.gium s wo^nds, will heal. when morallv and matciidly gireaT ter than beforc. slic will pursuo in pcace her hi^'a destiiïy. stron« in the"iiheniories of an heroic pa'st. îtnd in the affection.Hc .steem of ail who love lwer/y and admire valour, ABTII. J. B VLFQl'ft. « As/il/11 cg/ua at(icx/n i lin.r in vesli- Aan de recliterhand des Konings slaat tu (Kauràio circumdqla varielatc » de ede'.e Koningin, gekleed in een gond /> en veelkleurig gewaad. .. het goud en de y. 11. veelkleurigheid van hare veelvtildige lief- de tôt den weerden echtgenoot, tôt de gp- l/inrlnrc ini », ni ~ 11. » Altolilô portas, principes, vesiras. .. Belgisci e stcdeii, bereidt u uwe poor- et introïSà A'ex gUrnc... Dominus te openen,... de dag zal komen waar- -, j op uvv glorierijke Koning, zegevierenj *ortis etpotens ... inpriçlio. » za| binnentreden .. uw machtige Koning Ps. 23, v. 7. sterà in den stiijd. Le Roi Albert interviewé par un ^ journaliste américain Le Diily Ch> oniAe reproduit de les passages essentiels d'une interview accordée à un repHL'^èntant du New- York World, par le roi Albert. Celui-ci y donne un démenti direct aux dernières allégations allemandes concernant un arrangement avec la Grande Bretagne impliquant, du fait de la Belgique elle-même, l'abandon de sa neutralité : — t'ersonne en Thlgique dit le *oi\ ri a attaché lé nom d'une conve Htori entre les gouvernements anglais et be gjs à la Irtt e que le général Ducxrne adressa au ministre de la Guerre à B'-uxdlles et qui d nnait des détai's sur les échanges de vues complè e-ment libres '{éntirely informai conv» rsations) qu'il avait eues avec l'attaché militaire an-gluïs.)) Mais j é a :s tel entent désireux d'éviter même le semb'ant de tout ce qui pourrait être inhrp été comme étant con raire à la neutralité, que j'ai fait communiquer à l'al taché militaire allemand à Bruxelles tout ce que l'on cherche mai tenant à exploiter tant contre nais » Quand les Allemands ont fouillé n s archives, ils savaient exactem nt ce qu'ils trouv raient et leur u inéprise » actuelle et leur « indignation » sont feint, s » Le roi Albert dit encore.: — A ucun honnête homme n'aurait pu agir autrement que je l'ai fait. La Belgique ne s'est jamais départie pour un instant ni dans le moindre d'gré de la neutralité la plus stricte. » L'Imbécile L'imbécile c'est le rédacteur de la Ga\ellt de Francfo-l Francfurter Zeitung). Voici ce que nous lisons à son propos dans L". XXe Siècle du 26 Mars sous la signature du directeur A/. FcrJitunJ Neuroy. La Gaulle de Franc!ort accable de ses railleries, kolossales comme une gare allemande, S. M. le roi des Belges, iille l'apelle, figurez-vous ? « Albert Sans Terre » !... Vous ne voyez donc pas, malheureux, que c'est justement son état de roi sans royaume qui fuit, qui fera éternellement sa noblesse ? Albert a mieux aimé perdre son royaume que l'honneur. C'est une faiblesse à vos yeux ■ de Barbares, heureusement incapables d'évaluer aucune force morale. C'est une force pourtant, une force incomparable. Traduite en valeur matérielle, elle pè«e autant, à elle seule, dans les balances où se décide le isort de la guerre, que plusieurs corps d'armée Sans parler de nos alliés? dont lés malheurs de la Belgique et de son roi ont excité l'ardeur, notre cause serait-elle aussi sympathique, chez les neutres, et celle de l'Allemagne à ce point abandonnée, si Phé-roïque infortune de notre roi-chevalier ne symbolisait à la fois notre droit et l'injustice de l'agression prussienne ? Mais tout' ceci, pour le plaisantin de Francfort, c'est de l'hébreu. Tant mieux C'est si^ne que leur aveuglement, au 1 eu de se corriger, s'aggrave tous les jours Puisque leur incapacité à comprendre, même rudi-: mentaiiement, les notions morales qui sont l'Aj B, C de la civilisation véritable, résiste aux dures leçons de cette guerre, le mépris et l'aversion du monde civilisé:, qu'ils ont soulevé contre eu.x augmenteront encore. Hulde aan Z Maiesteit Koning Alber aan H. Majesteit Koningin Elisabeth 8 April 1915 Vesrtigste Verjarii m 's Konings getiocrte Vier weken is 't dat Het Ypcrsche Volk her-verschijnt. Vanaf het eerste nummer hebben wij de gelegenheid te bate genomen om hulde te bren-gen aan onzen grooten Koning Albert I, aan zijne gemalin, onze geliefde Koningin Elisabeth. Dit geïllustreerde Paaschnummer willen we niet uitgeven zonder deze hulde eerbiediglijk te vernieuwen in de hoopvolle afwachting binnen kort onzen zegezang te mogen verheffen ter eere van den zegevierenden Koning der Belgen, ter eere van de volksminnende Koningin. Hoe nu vandaag, bij het naderen van 8 April 1915, onze hulde uitgedrukt ? Dit kunnenwe niet beter dan met de woorden over te drukken welke de belgische dichter Emile Verhaeren tôt Z.Majesteit den Koning richtte in het « King Albert's book » van « The Daily Telegrapli ». Degcvoelens van den dichter zijn de onze, zijn deze van al onze lezers Leve onze groote Koning ! Leve onze volksgeliefde Koningin ! A Sa Majesté Albert I", roi des Belges, Sire, n C'est peut être, depuis les belles journées » de Liège, la première vraie joie que l'on » me permet d'éprouver en me priant de n vous rendre hommage. Vous êtes, à cette » heure, le seul roi du monde que ses sujets 11 à l'unanimité, sans exception aucune, n aiment et admirent de toute la force de » leur âme. Ce sort unique est le vôtre,Sire. » Aucun conducteur d'hommes ne l'eût au » même point que vous sur la terre. » Malgré l'immensité du deuil qui vous n -ntoure, il me semble que vous avez le 11 droit de vous en réjouir. D'autant que » votre compagne. Sa Majesté la Reine, 11 [participe à votre rarissime privilège. » Rire, votre nom sera désormais très grand. 11 ?rousvous êtes à tel point confondu avec » /otre peuple que vous en demeurez le 11 symbole. Son courage, sa ténacité, sa 11 douleur tue, sa fierté, sa grandeur future, 11 son immortalité résident en vous. Notre 11 .ime profonde est la vôtre. Vous êtes nous » tous en étant vous seul. Et vous le resterez. « Plus tard, lorsque vous rentrerez dans n votre Belgique reconquise et infiniment 11 glorieuse, vous n'aurez qu'à parler, Sire, » pour que les querelles baissent de ton et » que les antagonismes s'évanouissent. Si » bien qu'après avoir été.celui qui maintient 11 et défend vous serez celui qui rapproche 11 et reconcilie. » Sire, croyez à mon respect fervent. Emile Verhaeren. Ja,de hulde van den dichteris de onze,deze van onze lezers, deze van aile strijdende en lijdende, lijdzame en betrouwende Belgen. Deze hulde leggen we eerbiediglijk nedér aan de voeten van Zijn Majesteit Koning Albert I, ter gelegenheid van \ijn verjaringsdag : 1875 — 8 Hpril — 1915. Aile Belgen zullen op dezen dag hunnen grooten Koning gedenken, die aan 't hoofd van zijn leger den snooden vijand verslaan en verdrijven zal. Hun gebed zal van God afvragen en ver-krijgen van 's Konings volgenden verjaardag te rnogen vieren in nieuwen vrede en zçge-praal,Heil den Koning ! Heil de Koningin ! Dit nummer op vier kanten gecîrukt moet — bij uitzondering — 10 centiemen verkocht worden. Gcen verkooper mag meer vragen dan den aan-gewezen prljs. , Union Patriotique LES TACH S DE DEMAIN — Excellentes paroles de M.PAUL HYMANS, ministre d'i tat, ministre de Belgique à Lond< es. Y.'Indépendance belge a interviewé M. Paul Hymans à son arrivée à Londres. Le nouveau ministre de Belgique près la Cour de Saint-James a fait à notre confrère des déclarations dont voici le passage principal : «Je n'avais jamais, pour ma part, douté du patriotisme belge ; malgré l'àpreté de nos divisions intérieures. Il y avait dans notre peuple des forces latentes que le péril a fait éclore et se déployer. La Belgi^e a prouvé qu'elle est et veut être une nation, et une grande nation. Elle sortira de la guerre neuve, fraîche et saine, comme un adolescent, après une grave maladie, dont sa jeunesse et sa vigueur ont triomphé. Et nous aurons alors une inmense entreprise de reconstruction à accomplir Elle exigera une loyale, unanime, fraternelle coopération, que les leçons de la guerre, le rapprochement des hommes, des classes, des partis rendront facile, je l'espère. Que ne peut-on attendre de cette admirable population qui, aux heures les plus dures, në désespère pas ! A Bruxelles, comme à Liège, à Gand, à Anvers, on subit le joug, sans se résigner, sans,s'humilier. Hors de Belgique, comme en Belgique, les Belges n'ont plus qu'une pensée : la patrie, qui dans leur esprit est inséparable de l'honneur et de la liberté. » Nous applaudissons de tout cœur à ces patriotiques paroles et nous ne doutons pas qu'elles trouvent écho dans les cœurs de toiis les Belges. * ** VAINES TENTATIVES ALLEMANDES. — « FLAMAND » « WALLON » ne sont que des prénoms « BELGE» est notre nom de famille Nous avions appris que le gouvernement allemand avait offert aux chefs du mouvement flamand de transformer l'Université de Gand en université flamande. On nous confirme le fait de bonne source en nous disant que c'est le général von Bis-sing lui-même qui a tenté ainsi de ressusciter les querelles linguistiques. Le gouver-rieur général a convoqué chez lui MM. Ver-mèylen et Camille Huysmans et les a priés d'examiner avec lui les moyens de donner satisfaction aux flamands : il a offert de créer immédiatement une université flamande à Gand L'un et l'autre ont répondu que le peuple flamand attendait du gouvernement belge lui même, et non de l'ennemi, la réalisation de ses aspirations. Le même échec attend tous les machiavels qui essaieront de diviser les Belges Plus que jamais, Flamands et Wallons comprennent que l'union fait la force. Resurgam ! 1914-1915 Patrie ! — Contiée de nos pèie>, pays des a'ieux ; sol natal, place de nos berceaux, t£ire de nos tombes ; petit coin de l'univers un) pli des vesiigis et souvenirs du passé; !i»\ 11 de la grande famille nationale autour d'un ( ère-Roi et d'une mère-Reine 1 Patrie?— Que Us esprits éloquents en essayent la définition, aucune parole n'en doniKia l'expiession toute exacte ; le cœur uul peut ressentir et goûter le sens de ce nom sublime, de celte léaliié idéale : la Patrie î — Qt.i donc osa dire • les IVlces ne fournirent pas, Çf'inme il lauV, l'amour de là Pa'riè ? — Va t il un peuple sur tene qui témoi-.« nji p us d'amour à la Patrie que le peupla iMtte en montia dar.s ces mois dedouleuri , atroces qui durent et pjut etie dureront ejiîore... ira s finiront un jour < * * * M i > en demeure de fouler aux pieds la foi jurée ou de subir une invasion mineuse et sanglante le Roi répon lit : « Plutôt la mort ! qui- la souilluie! ». . et tout le peuple, una-j mmement pa'i ioiiquement d*. bout autoui du i j'atnotique Souveiojn. s'écria : « Vive le ! Roi ! — Vive la Belgique ! — Plu ût la ; môit que le deslumneui ' » ... Ki alois ce fut l'invasion scélérate | d'innomb a Mes lésions de bandits!... des ! uombesvle 1er et de feu dévei sè ent la moi t sur nos campagnes ; les vieilles et belles , liés, les i ici es et | opulei ses c< mmur.es changé ent en cimetières"'; les innocents de-• vinrent des suppliciés. .. Mais, voyez le miracle de l'amr ur de la l'a'rie. au milieu des ruines branlanles, | sur les cendres toutes chaudes, dans la sang rouge des irartyis, les Belges, lieies unis, indomptables à jamais, restent fièrement debout, refusant de plier devant le monstre menaçant. Ceux qui soufflent, ceux qui luttent n'ont qu'un seul cri, un cri d'amour, d'espérance et de foi : « Pour le Roi et la Patrie! » Oui, pour la Patrie !... Souillée, dépouillée par le sale et rapace teuton, elle n'est pas. elle ne sera jamais conquise par le tyran ; elle n'est pas, elle ne sert jamais soumise au parjure d'Outre-Rhin... la Belgique est au Roi ! * *» La Belgique !.... Ils l'aimint rmtff^iqu.mciit, les Belges à voir le jour de la rentiée dans leurs foyers. Ils l'aiment patriotiquement, les Belges broyés sous le joug d'une tyrannique occupation passagère, dans l'attente du retour des libérateurs. Ils l'aiment patriotiquement les Belges injustement, cruellement bannis.' souffrant, en pays ennemi, les tortures indicibles de l'ignoble incarcération. Oui, ils l'aiment tous éperdûment dans leur grande douleur, ils l'aiment avec son Roi, avec sa Reine et ses Princes, avec ses institutions nationales et ses libertés.... car la douleur donne des forces nouvelles pour aimer davantage. La Belgique !.... Ils l'aiment patriotiquement, ardemment lès braves et héroïques soldats, — autour de leur grand Roi-Soldat, — quidisputèrent,pied à pied, le pays à l'envahisseur : qui arrêtèrent net, sur l'Yser et l'Yperlée, la marche trop précipitée de l'ennemi ; qui, pas à pis, donnant toutes leurs forces, tout leur sang, toute leur vie, refouleront, un jour, les barbares scélérats au delà des frontières I 1915 •1 \ i - : ' • •; ' ' ' Ce jour viendra ce jour ne tardera guère Parce qu'ils aiment la Patrie, les Belges gardent, au fond du cœur, l'assurance, la certitude de la victoire et de la libération prochaine. Ils ont la foi ! foi en Dieu ; foi en leur Souverain : foi en l'Armée ! Dieu, le Roi, l'Armée leur donneront ce jour de gloire et de résurrection ! Jour nouveau qui ne connaîtra plus d'éclatement de bombes, plus de feu de mitraille;... plus d'obus, plus de shrapnels, plus d. fusillade semant les ruines, fauchant les viese Jour nouveau qui ne connaîtra plus les secrètes souffrances de l'occupation ennemie, la terreur provoquée par la présence d'une soldatesque teutonne pour qui les plus horribles et écœurants méfaits sont des titres de gloire. Jour nouveau de revie et de bonheur malgré toutes les peines endurées ; car leur souvenir ne sera pas sans douce consolation pareeque les Belges ont souffert comme jamais peuple ne soufliit, pour la liberté, la justice et la vérité, et que, de ce chef, ils sont purs et sans tache aux yeux de Dieu, glorieux à la face de tout l'Univers. Jour de joie sereine, pleine de promesses, malgré le deuil cruel des chers disparus ; car les noms des Belges morts — pères, frères où fils — seront à jamais illustres, inscrits en caractères ineffaçables dans les annales de l'histoire,auréolés de la gloire des martyrs delà Patrie., Jour de.paix enfin et de retour de tous au foyer, jour de restauration et d'allégresse; jour où éclateront les feux de joie, où sonne-1 ront les clairons de fête, où tonneront les ' canons du triomphe... auxquels se mêleront les voix de toutes les cloches survivantes, j les chants de victoire, les cantiques d'actions dé grâce : Grâce à Dieu qui sauva son peuple fidèle ! Honneur à la Belgique resuscitée ! Honneur à son Armée victorieuse ! Honneur à son Roi triomphant ! La Belgique-au Roi ! P. LE G.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Het Ypersche volk: katholiek en volksgezind behorende tot de categorie Katholieke pers. Uitgegeven in Ieper van 1910 tot 1932.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes