Informations belges

125 0
15 januari 1917
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 15 Januari. Informations belges. Geraadpleegd op 14 november 2019, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/dn3zs2m38x/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

No 217 15 Janvier 1917 Informations Belges Otoservation importante Les difficultés inhérentes à l'état de guerre rendent actuellement impraticable le contrôle régulier des nouvelles de presse concernant la Belgique occupée : lorsqu'il s'agit de nouvelles indirectes, il est seulement possible, en certains cas, de s'assurer de l'exactitude de leur texte ou de leur substance, par un contrôle de leur source première de publication. On aura donc égard aux classifications ci-après : (x) signifie : Information indirecte et qui, tout en présentant des caractères suffisants de vérité, n'a pu être contrôlée sur source. (xx) signifie : Information indirecte qui a pu être contrôlée sur source. (xxx) signifie : Information de source officieuse ou officielle belge. Les notes d'information directe et personnelle ne sont précédées d'aucun signe. Adresser les communications de service : 53, rue des Gobelins, EE HAVRE (Seine-Inférieure) France. (xx) — Texte des résolutions votées à tous les meetings de protestation contre les déportations belges qui ont eu lieu en Suède, le Jour de l'An — Le jour de l'An, à Stockholm, Goteborg et Malmö, les socialistes suédois ont tenu des meetings de protestation contre les déportations belges. A Stockholm, le principal orateur fut Iljalmar Branting, leader du parti social-démocratique suédois à la seconde Chambre. D'après le « Dagens Nyheter» (n* du 2 Janvier 1917), 1'affluence était telle que l'on dut improviser une autre réunion, dans une salle voisine de celle où parlait M. Branting, avec M. Ernest Söderberg comme orateur. Voici, d'après le journal de Stockholm, un résumé de la conférence du leader suédois. Hjalmar Branting récapitula les malheurs de la Belgique puis, arrivé à la mesure arbitraire des déportations, montra que celles-ci étaient un « délit flagrant contre le droit des gens » et « en co«tradiction avec les promesses solennelles faites aux ouvriers belges par les autorités allemandes ». L'orateur donna alors des exemples de la brutalité allemande au cours des déportations et réduisit à néant les excuses dont se servent les Allemands pour justifier leur conduite. Il évalua le nombre des déportés belges à 100 ou 150,000. 11 termina en faisant ressortir que la violation du droit des gens en Belgique est si palpable, si évidente, que la Suède peut protester contre elle sans sortir de sa neutralité. A tous les meetings du jour de l'An, les résolutions suivantes ont été votées : « Les déportations en masse de Belges valides qui ont eu lieu dans ces derniers temps et qui ont surtout atteint la classe ouvrière du pays déjà si éprouvé, ont révolté les consciences dans le monde entier. « Directement et par l'intermédiaire de leurs représentants dans l'Internationale, les ouvriers belges ont demandé à leurs frères de classe de tous les pays de chercher, par la pression d'une opinion mondiale, à mettre un terme à cette barbarie qui est un crime contre le droit des gens le plus élémentaire et contre la foi et la parole jurées. Cet appel a trouvé un écho non seulement chez les peuples qui font la guerre à l'Allemagne et chez les neutres, mais aussi dans toute la social-démocratie allemande. " Cette assemblée sait qu'elle exprime le sentiment unanime de toute la classe ouvrière de la Suède, lorsqu'elle unit sa protestation aux manifes- tations qui se sont produites en divers pays contre cet abus criant de la domination occasionnelle d'un envahisseur sur un peuple opprimé. " Lorsque, récemment, notre gouvernement donna son adhésion à l'initiative du président Wilson en faveur d'une paix durable, il reconnut expressément avoir des obligations, non seulement envers son propre peuple mais aussi envers toute l'humanité. L'assemblée ose exprimer l'espoir que ce même sentiment des obligations communes des Etats civilisés pourra amener notre gouvernement à se joindre, d'une manière appropriée, aux représentations que plusieurs Etats neutres ont déjà faites à Berlin contre les déportations belges. " Enfin, l'assemblée proteste contre toutes les violations, dues à la guerre mondiale, du droit et de l'indépendance de nations particulières, et elle demande aux ouvriers de tous les pays que, unis autour des principes d'une paix juste et durable qui sont communs à l'Internationale, ils déploient, chacun de son côté, toute leur énergie en vue de la réalisation aussi prompte que possible de ce programme de paix. " (xx). _ Une conférencière suédoise, Mme Marika Stjernstedt, fait l'éloge du Cardinal Mercier et proteste contre les déportations. — A l'occasion de la Noël, dit le « Dagens Nyheter » (no du 27 décembre 1916), des meetings en faveur de la paix ont été tenus dans toute la Suède. Dans mie de ces réunions, qui a eu lieu à 1'« Auditorium » de Stockholm, la conférencière suédoise, Madame Marika Stjernstedt, devant une salle comble, « parla moins des horreurs de la guerre que des vicissitudes de la paix. » Le «Dagens Nyheter» rend compte de la conférence en ces termes : " Pour elle, la paix est l'activité, la volonté, le sacrifice La paix n'équivaut pas à la « Mon-guerre » : elle est identique au droit. C'est pourquoi un champion du droit est également un champion de la paix.» Développant ces idées, Marika Stjernstedt en arriva au point principal de sa conférence. Elle fit un portrait caractéristique du Cardinal Mercier, « prince parmi les philosophes chrétiens», qui, pendant toute la guerre, n'a cessé de protester avec courage et une noble domination de lui-même, contre les violations du droit dans son pays. Elle décrivit comment, dans le silence lugubre de « la prison prussienne qu'est la Belgique», la voix du Cardinal a été à peu près la seule qui ait réussi à se faire entendre, lorsqu'il

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Toevoegen aan collectie

Periodes