Informations belges

210 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1918, 02 Juli. Informations belges. Geraadpleegd op 12 november 2019, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/0r9m32rf0r/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

N° 741 2 Juillet 1918 INFORMATIONS BELGES Observation importante Les difficultés inhérentes à l'état de guerre rendent actuellement impraticable le contrôle régulier des nouvelles de presse concernant la Belgique occupée ; lorsqu'il s'agit de nouvelles indirectes, il est seulement possible, en certains cas, de s'assurer de l'exactitude de leur texte ou de leur substance, par un contrôle de leur source première de publication. On aura donc égard aux classifications ci-après : (x) signifie : Information indirecte et qui, tout en présentant des caractères suffisants de vérité, n'a pu être contrôlée sur texte de presse ou sur document. (xx) signifie : Information indirecte qui a pu être contrôlée sur texte de presse ou sur document. (xxx) signifie : Information de source officieuse ou officielle belge. Les notes à'information directe et personnelle ne sont précédées d'aucun signe. Adresser les communications de service : 29, rue Jacques-Louer. LE *I -V V1 CIs (Seine-Inférieure) France. (xxx). — Télégramme de M. Cooreman, chef du Cabinet belge, à M Orlando, président du Conseil des Ministres d'Italie. Havre, 1er juillet 1918. M. Carton de Wiart, revenu au Havre, relate la réception émouvante laite à la Mission belge par le Gouvernement et le peuple d'Italie. Je tiens à vous dire combien le Gouvernement belge a été touché par les témoignages si impressionnants d'amitié que nos collègues ont recueillis et qui resserreront les liens unissant nos deux pays. Je vous adresse, au nom du Gouvernement, des félicitations chaleureuses pour la splendide victoire que vient de remporter l'héroïque armée d'Italie. (s) Cooreman. (xx) — La cravate de Commandeur de la Légion d'honneur à M. le Ministre de Broqueville. — M. Georges Clémenceau, président du Conseil des ministres de France, vient de remettre à M. le baron de Broqueville, ancien président du Cabinet helge, ministre d'Etat, la cravate de commandeur de la Légion d'honneur.(xx) — Pour les hôpitaux militaires belges. — Générosité anglaise. — Une vente de meubles, peintures, objets d'art, faite le 28 juin 1918, à Londres, au profit des hôpitaux militaires belges de France, a produit une somme de 50,0J)0 francs. (xx). — Sympathies chiliennes pour la Belgique. — Mme Blanca Vanini Silva, l'ominente poétesse chilienne, avait, dès décembre 1914, écrit une brillante Ode à ta Belgique. Elle en a envoyé le texte le 8 avril 1915 au ministre de Belgique au Chili, M. Hector Charmanne, avec une lettre où on lit notamment : « ... Il me serait très agréable que cette copie originale arrivât aux mains de votre noble et héroïque souverain, le grand Albert 1er, comme une simple preuve de l'affection, de l'admiration et de la gratitude que, en ma patrie •— Chili — ressentent les âmes bien nées pour ce peuple immortel qui a donné au monde le plus haut exemple do civisme, d'honneur et d'héroïsme. » Un autre écrivain chilien distingué, M. CosmeD. Lagos, avait dit son admiration pour la Belgique, en septembre 1914, dans un article de belle envolée intitulé : « Grandeur entraîne grandeur. La Belgique sera grande et heureuse ». De la lettre d'envoi au ministre de Belgique, ceci : « Qu'il me soit permis d'unir ma voix au chœur humain qui chante aujourd'hui le Droit et la morale, — la Beauté du Bien — car il ne signifie pas autre chose l'hommage unanime accordé, aujourd'hui, dans tout le monde civilisé, à votre grand roi, Albert Ier de Belgique, grand entre les grands et premier entre les premiers pour ses belles vertus civiques ». (xx) — Mort du docteur Gustave Verriest. — On annonce la mort, à Saint-Cloud, du docteur Gustave Verriest, ancien professeur à l'Université de Louvain. (xx) — La Belgique pierre de touche isolée.— Commentant le discours du secrétaire d'Etat von Kuhl-mann, au Reichstag (24 juin 1918), le journal américain " New-York Rost Evening " écrit : "M. von Kuhlmann affirme que l'Allemagne ne peut pas prendre d'engagements à l'avance sur la Belgique. La Belgique, dit-il, est seulement une partie d'un tout complexe. Pas pour les Alliés, pas pour les Etats-Unis. La pierre de touche reste isolée ; jusqu'à ce que l'Allemagne consente sans réserves à réparer autant que possible le mal commis en Belgique, il restera oiseux pour le ministre des affaires étrangères de demander au monde de croire à l'honnêteté et à la chevalerie de l'Allemagne." Filles et femmes des Flandres au travail forcé. — Témoignages d'évadés. — (Front belge, 1er juillet 1918 : d'un témoin oculaire). — Après des péripéties dramatiques, deux Français sont parvenus à traverser les lignes allemandes et à se réfugier dans les nôtres. Les renseignements qu'ils ont fournis sur ce qu'ils ont vu, appartiennent évidemment à l'autorité militaire. Nous n'avons pas à les dévoiler. Toutefois, ils ont donné des détails précis sur la façon odieuse dont les prisonniers belges sont traités. Nulle vexation n'est épargnée à ceux-ci! Dans les feuilles qu'ils lancent, par divers moyens, dans nos lignes, les Allemands reproduisent des photos séduisantes, montrant des soldats au milieu de leur famille ou entourés de leurs connaissances. Voyez, disent-ils, comment nous traitons nos prisonniers ! Nous sommes pleins d'attentions pour eux. Ils peuvent aller voir leurs parents et ceux-ci sont autorisés a les visiter en prison. La réalité est autre. Les promesses font alors place aux menaces, les sourires aux brimades. Les évadés m'ont conté la lamentable histoire d'un déserteur qui avait été séduit par ces promesses. On l'autorisa à se rendre, sous bonne garde, chez ses parents, dans l'intention de prendre une de ces photos destinées à la propagande. Le misérable passa sous les regards méprisants de ses concitoyens. Malgré la permission des Allemands, nul ne vint lui rendre visite. Sa famille «st mise à l'index et il a ét» envové

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Informations belges behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in Le Havre van 1916 tot 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes