L'écho de Sambre et Meuse

246 0
02 oktober 1918
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1918, 02 Oktober. L'écho de Sambre et Meuse. Geraadpleegd op 28 september 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/td9n29qg5w/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

PRIX î>ES ANNONCES : Annnoncr? la lifne, fr 0.150: — Ann tinanr. (avù d'a*s. (Je soc ), la Hgae. fr. 1.00; — Nécrologie, 1» ligne fr. 1.00; — Fa H» divers fin), la ligne fr 1.25; — ItWs Hiver- (coros la ligne, fr I.50; — CJhron. locale, la ligne, fr. 2.00- - Répara lio; • judi inivps !a 'i^ie, 'V. 2.00 *'dmlnî*trotioc ®t Ré<t»cticR < 37-39, rue Fossés-Fleuris. Naniur ' mv i i< H à i h. et. di -1 à S h 1 A*, articles /l'engagent que leurs xuteurs 9*«t)us' i -t» noo ne «ont. »j.v rendus. PRJX DES ABONNEMENTS : 1 moi», fr. 5.B0 — 8 atoi», fr. 7.8f ! aï demande» d'abouiioMont sesi reçues exelusi »emei^jpar 1m bwofcux t lés fadeurs des poflW 1 f>5 réclamations concernant U : bonnement itoivet# êtro &&"#«■ «R t:> .naïvement aux bureaux de pot v J.-L C3LLHH0, BIïggîRer-FFBprî#fe«:c La ■> Tribut./. Libre » «U iarytw- si ouvert? à tom DE-CI, DE=LA DE-CI, DE-LA L,e mois d'oeteibr® Le dixième mois de l'année a conservé le nom qui indiquait son rang dans le calendrier romain primitif, où figuraient, dans l'ordre, ars, Aprilis, Mains, Junius, Qtiin-tilis, Sextilis, september, October, No^ember et December. 11 est influencé presque tont entier, nous disent les astronomes, par le signe zodiacal de la Balance (23 septembïe-24 octobre). Ecoutez l'horoscope des gens nés sous ce signe : « Une timid té native pourra entraver leur réussite sociale, au ouid'hùi surlout oô le succès appartient généralement aux audacieux Leurs chances de fortune seront tardives et souvent n'apparaîtront qu'après un renversement de leur position. Ayant horreur de la solitu 1 , ils recherchent instinctivement la société et se plairont au milieu des foules houleuses et bruyantes. Hommes et femmes seront fréquemment volés, surtout par leurs domestiques, e( perdront aux courses et au jeu. L'ensemble de leur vie sera mouvementé, agité avec de grandes alternatives de succès et de revers. Quant au mariage, il est, par ce signe, plutôt maléficié, avec menaces de- formel désaccord. Les enfants voyageront beaucoup surtout en pays étrangers, où ils émigreront vers l'âge de vingt-deux ans. La gemme qui s'harmonise avec le si ne de la Balance est le diamant, dont la vertu est de procurer des idées intuitives. » f L'applicatif n ds ces horoscopes a ,x « ko norables personnes présentes » constitue, paraît-il un petit jeu de société très apprécié des lecteurs de notre journal 11 ne faut pas, en effet, y chercher autre chose qu'une distraction — souvent piquante... * * « JEn Allemagne Le programme, du parti national-libéral Dans sa dernière séance, la fraction dû parti national-libéral a traité la situation politique et a pris, à l'unanimité', la résolution suivante : La gravité de l'heure exige la conc» ntration de touUs les forces et ! a nécessité de réunir sous la même bannière des milieux aussi étendus que possible. Dans ce but la fraction nationale-libérale du Reichstag établit le program.i e suivant : I. — Politique intérieure 1. 11 faut créer des relations plu» étroites entre le gouvern«ment et la' représentation du peuple en faisant encore entrer au Cabinet d'autres hommes de confiance des partis qui sont disposés à assumer la responsabilité pour les affaires du gouvernement A ceti» fin. les articles 9, passage I et II, alinéa 2 de la constitution de l'empire devront être abro gés. 2. L'unité de 1* direction de l'empire est à garantir par une coopération permanente des secrétaires d'Etat à l'expédition des «flaires et à la politique générale ainsi que par des institutions d'organisation convenables, surtout par des conférences générales et des résolutions.De même, il (aut établir l'unité d'action entre le gouvernement de l'empire et les autorités militaires responsables. 3. Nous réclamons une réforme complète du département des affaires étrangères et du service diplomatique, réforme qui tiendra compte des exigences politiques et économiques modernes. 4. Nous nous attendons à une ré >lementa-tion rapide du suffrage pour fe Landtag prussien conformément au projet du gouvernement.5 Une loi impériale, dont nous attendons la nouvelle'pour la prochaine réunion du Reichstag, réglera les questions en rapport avec 'Eta de siège, notamment celles concernant la censure et le droit d'assemblée. (i. Après une période* intermédiaire de la plus courte durée possible, 1 organisation forcée de la vie économique nationale devra cesser au moment où son application n'est plus indispensable. n 7. La réglementation de la forme d'Etat de l'Alsace-Lorraine est une question qui ne concerne que les affaires intérieures de 1 llemagne ; il y faut prendre une décision le plus tôt possible. 8. Dans les territoires occupés à l'Est, l'administration militaire doit être transformée en une administration civile. Les institution- publiques de ces territoires sont à organiser de telle façon que toutes les couches de la population pourront y participer. II. — Politique étrangère. 1. En concordance avec le gouvernement 'et le commandement supérieur, nous déclarons que nous < onaentons à une paix à conclure avec nos ennemis sur la base de l'intégrité du territoire de l'empire et de la resti tutiori des colonies allemandes. Le rétablissement de l'indépendance politique et économique de la Belgique exige la garantie d'une vraie neutralité et la conservation du droit d'autonomie culturel et politique du peuple flamand 2. La séparation des Etats et conforme aux désirs ;ie leurs peuples, bordant l'extrémité occidentale de la Russie, établie par les traités de paix conclus avec la Russie, forme la base pour une coopération économique et la protection mutuelle de ces Etats et de l'empire allemand Une jonction étroite au point de vue politique, économique et militaire des provinces baltiques et de la Litouanie avec l'Allemagne est à exécuter le plus tôt possible, çonformé-ment aux désirs des deux parties contractantes. Le traité de paix universel ne pourra pas compromettre cette réalisation. 3. Nous prenons fait et cause pour une participation active de l'Allemagne à toute convention internationale favorisant une paix perpétuelle ussi acclamons-nous l'idée de la Ligue des Nations qui devra éviter des guerres à venir par des jurys permanents ainsi que par une restriction simultanée et réciproque des armements. . Toute guerre économique devra être .supprimée EUe est aussi peu combinable avec la Ligue des Nations que n' mporte quelle restriction de la libre navigation maritime. / M * X Les ts8»*d'mm savant I>«Ige Nous n'honorons pas assez nos grands hommes C'est un défaut Emu de cette situation, un de nos plus redoutables concurrents s'est décidé à y mettre fin. Et, de son style tolédan. il a commis, sous le titre qui décore cet article, la petite merveille que voici : . « A la dernière séance de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres de Paris, U. F. Cunsont, le sarant belge bien connu, a présenté une étude rela-ive à une inscription romaine récemment découvert'; à Madaure, ville de Numidie, où Saint-Augustin lit ses premières études. » Voilà. Soyez un des plus glorieux pionniers de l'histoire des religions, un de ces hommes qui ne c.aignent pas d ébranler les vieilles idoles, les vieux préjugés, les vieilles superstitions, et que les anciens eussent placés au-dessus de leurs dieux, s'ils avaient pu les connaître Ecrivez d'admirables travaux de critique, formulez des conclusions magistrales qui. font éeole dans la science moderne, découvrez aux profanes les mystères de Mithra, triomphant des cultes du Bas-Empire. Et un journaliste trop ^.lé croira ajouter à votre gloire en affirmant que vous avez déchiffré quatre lignes latines dans la ville où Saint-Augustin fit ses premières études. Par bonheur la réputation de M. Cumont peut se passer des éloges de notre confrère. C'est heureux, car une appréciation de ce genre suffirait à la faire sombrer sous le ridicule. joutons cependant, que le journal incrimine n'a pas songé a mal faire, et qu'il a cru de très bonne foi rendre hommage à l'un de nos plus illustres savants. L'ours de La Fontaine agissait de même lorsque, pour le délivrer d'une mouche, il broya la tête de son maître. Un péché commis sans malice mérite toujours absolution. i..,*», Qu.err® «mx- Mer Paris, 29 septambra. — Une dépêche Haras confirme la nouvelle du torpillage d'un sous-marin français dans l'Adriatique. 11 s'agit apparemment du sous-marin « Circé », qui n'est pas rantré à sa base. Les Operations à l'Ouest Paris, 29 septembre. — Du collaborateur militaire du « Matin » : — Les informations du front parleut de tout la système de défense de la zone des Nibelungen. _ Il ne s'agit pas d'une simplë ligne, mais bien d'une zone blindée constituée par une langue série d'ouvrages fortifiés, de redentes, de tranchées, Ha boyaux de communication et, de blockhaus dispersés. Entre Douai et Saint-Quentin est établie la position Wotan. puis, près de Soi«son-, Is position Siegfried ; plus loin, la position Krimhield ; anauite, Ta position Michel et d'autres encore. Les Allemands ayant eu le temps d'établi!' miuu-tiéusement ce systèm * do d >fens«. Is en om fit un ense ibl^frès p tissant, quoique loutes ses parties n'aient pas la même valeur. Les ai)"is sont largement, bétonnés et les lignes sont souvent couvertes dè tiianiè e à échapper aux ob erv-iteurs ' aux projectiles. Les A! emtantfe paraiss nt avoir tout pai-fi ulière-meet soigne postes de loitr. illeuses destinas à prendre nos attaques de flanc. » Eft BULGARIE Budapest, 28 septembre. — I)a l'Agença télégra-phiqme bulgare : — Le général Savof, aneien commanda >t en chef de l'armée bulgare, s'est exprimé aujourd'hui comme suit au sujat de la situation créée parles événements bulgares : « La situation actuelle de la Bulgarie n'est pas si grava que l'on croit. L'ennemi a profité de certains troubles surgis sur le front et a I intérieur, pour remporter des succès en Macédoine; mais il faut considérer ees succès comm ■ passagers et prévoir le prompt rétablissement de la situation, frâce ux masie es qui ont été prises par le commandement supérieur de notra aernée et des armées coalisées. Vous savez très bien que 1a théâtre de la guerre çn Orient n'est pas seulement la nôtre, mais celui de toute la Quaïiruplice : rien que cela suffit pour qu'on ait pleine confiance d» voir bientôt la succès mouaen-tani da l'ennemi annihilé par les baïonnattes de nos vaillants soldats. En ce qui concerne la paix, les Coalisés veulent 1* piix et sont prêts à faire de- s «rriftees pour l'obtenir, mais nos enne,m,s étant adversai es de la pais, ils nous faut attendre le moment psy< hologi'jue où neus po rron, cou u1' un paix capable de sauvegarder i' tégrité de no ce ter itoire et tiotre droit à i'existenc,'. .te ne crois i» s me tromper en préd'ssnt que ce me,nent l'est plus éloign - ; mais c'est pn cis> mail», parce qu'il est proche que nous devons faire encore COMMUNIQUÉS OFFICIELS < L'Echo de S ambre et Meuse » pubhe le communiqué officiel allemand de midi d le dermer commimqut fremçms, douze heures avant Us autres journaux omsDisûjûés df» Piisisiees Berlin, i" octobre Théâtre de la guerre à l'Ouast Groupe d'armées Kronprins Rupprecht de Ravière. ^ proximité de la côte, une poussée couronnée de succès çtous a valu des prisonniers belges. Notre nouveau front se trouve dans les anciennnes positions d'arriéré établies et consolidées au cours de la bataille en Flandre de l'an dernier, depuis le secteur de Hand-zame, passant près de Roeselaere. par Léde-gen-Geluwe, descendant vers Werwil et joignant enfin le reste du front près d'Armen-ti'ères, dans le bas fonds de la Lys. Hier après-midi, l'ennemi a attaqué entre Roeselaere et Wervik. Nous l'avons rejeté avant qu'il ait pu aborder nos lignes. Nous y j vons capturé hier, à part les Belges et \nglais, aussi des Français ~ Des poussées ennemies entre Flubaix et Hulluch ainsi quç, des charges partielles contre les hauteurs de Fremelles et Aubers se sont écroulées. De part et d'autre de Cambrai, pendant la journée, les Anglais ont poursuivi leurs attaques violentes. Dans le courant de l'après-midi, une division canadienne,, fraîchement mise en ligne,'est parvenue à avancer par une poussée au Nord de Cambrai, passant à côté de la ville, jusqu'à Ramillies. Commandée par le lieutenant-général von Fritsch, la 2(îe division de réserve wiirttem-bergeoise qui s'est particulièrement signalée dans les combats entre Arras et Cambrai, à refoulé l'adversaire sur Tilloy. Au Sud de Cambra également, nous avons intégralement maintenu nos positions contre les assauts répélés de l'ennemi. Groupe d'armées du général von Boehn Des deux côtés de Le Catelet, dans l'après-midi, l'adversaire * repris ses attaques "entre Vendhiiile et Joncourt. Au Sud de Joncourt aussi ainsi qu'au Sud 'de la !■ i/mme, -de-violente-eombals se. sont développés dans la soirée. Les entreprises ennemies ont été annulées partout. Groupe d'armées du Kronprinz impérial Entra l'Aisne et la Vesle, et au delà de la Vesle, entre Breuil et Jonchery, l'adversaire a dirigé de vialentes attaques sur notre ligné. A part un succès partiel remporté par l'ennemi sur les hauteurs au Nord de Breuil, ses efforts se sont écroulés bien qu ils fussent réitérés à plusieurs reprises. En Champagne, l'ennemi s'est conlenté de charges séparées à l'Est de Somme-Py et contre nos nouvelles positions occupées par nous dans la nuit, au Nord de Aure et de Nauroy; elles ont été rejetées Près' de Sainte-Marie-à-Py, nous avons capturé à celle occasion 2 ç. mpagnies françaises.A l'Est des Àrgonnes, l'adversaire a attaqué avec des forces considérables. Une fois de plus, Apremont et Montrebeau ont été les foyers de combat. Nous avons repoussé les aggresseurs partout. Hier, ils ont essuyé de nouveau des pertes paaticulièulièremênt lourdes Groupe d'armées von (.ollwitz. Sur la rive Est de la Meuse, l'activité combative s'est bornée à un feu de harcèlementL'infanterie, les troupes,du génie et Parti lerie on une part égale à la destruclion de nombreux chars d'assaut ennemis.. Au cours des derniers combats se sont signalés ainsi tout spécialement; les lieutenants Suhlung et Birmeister du 90e régiment de réserve, le sergeant-major Gelkmann, du bataillon des tirailleurs de la garde impérial^, ainsi que le sergeant-major Rauguth, du 27e régiment de réserve, les lieutenants Leibel. 40e artillerie de campagne, Sclire-pler, 74e artillerie de campagne, Ribbélt, lU8e artillerie de campagne,Mayer et i iâuer du 241e artillerie de campagne de la réserve, Berninghaus, du 63e artillerie de campagne et le sous-officier Thele du 40e artillerie de campagne * « Vienno, 29 septambre. — Offieiel. Sur la front en Italie, pas d'événemant particulier à signaler. Sur le front en Albanie at prêt da Berat, échee des attaquez italiennes. , Sofia, 27 septembre. — Officiel. Sur le front en Macédoine, à l'Oua«t du Vardar, no troupe: ont exécuté los nsoinamf.Bt» ordonnés pat te haut commandemeat; elles ont été très peu inquiétées par l'ennemi. Entra la Vardar at la Strouma, combats d'arrière-gardes à alternatives diverses. Sur la Belasitza et dans la vallée de la Strouma, opérations de patrouilles qui nous ont valu des prisonniers grecs. * » » » Sofia, 28 septembre. — Officiel. Sur le front en Macédoine, à l'Ouest du Vardar, nos troupes ont continué méthodiquement leur mouvement.Entre le Vardar et la Strouma, nos arrière-gardes «ont aux prises avec l'ennemi Dans la vallée de la Strouma, engagement entro patrouilles, fructueux pour nous. —«(0)»— Berlin, 29 septembre. — Officieux. Au cours de nombreux combats aériens fructueux livrés le 56 septemhre par notre escadrille do chasse de la marine des Flandres à des aviateurs ennemis, 9 appareils «nnesnis ont été détruits. Le lieutenant de vaisseau Osterkamp a deseendu ses 27e et 28e adversaires; nous avo»s fait prisonniers huit aviateurs enneaais sans subir de pertes.- Q)mranni(| «és Puissances Alliée» Paris, 30 septembre (3 h.). Au cours de la nuit les Allemands ont prononcé de violentes contre-attaques dans la région d'Urvillers (au Sud de Saint-Quentin.).Toutes leurs tentatives pour s'emparer de la côte 88 ont été brisées par nos feux. Lutte d'artillerie assez vive entre l'Ailette et l'Aisne. En Champagne, aucune action d'infanterie cette nuit, la bal aille a recommencé au point du jour. * * r Paris, 30 septembre (Il h.) Entre l'Ailette et l'Aisne, nous avons effectué une avance à l'Ist de Costei-Ostel. Les unités italiennes opérant au Nord de l'Aisés se sont emparés de Soupir Entre l'Aisne et la Vesle, nos troupes se sont portées ce malin, à l'attaque et ont réalisé de sérieux progrès sur un front de 12 kilomètres environ. Malgré la résistance des Allemands, elles ont enlevé Revillon, Romain, Mo;:tigny-sur-Vesle' Plus au Nord, elles ont atteint les abords Sud de Meurival et de Ventelay. . 1601} pricoi.niei's sont actuellement dénombrés.La bataille a continué aujourd'hui sur tout le front de Champagne. Sur la gauche, nous avons entièrement rejeté les Allemands de Sainte-Marie à-Py et dépassé ce viliage. Au Nord de Somme-Py, nous avons atteiat le coude de la route nationale Plus à l'Est, au cours de violents combats, nous avons conquis Aure, ainsi que les plateaux et les bois au Nord de ce village. Au centre, nous avons pris Marvaux de haute lutte et avons porté nos lignes devtfnt Mon hois, taudis qu'à droite ils élargissaient leurs gains au Nord de Séchault et dans la régi«n de Bouconville * * » * Londres, 28 septembre. — Officiel. Sur le front de Cambrai, nous avons poursuivi hier notre attaque jusque tard dans la soirée, notamment dans la partie septentrionale du champ de bataille; nous avons encore fait des prisonniers et pris des canons. Les troupes de nos 6e et 7e corps ont continué i faire des progrès notables sur le front compris entre la crête de Flesquiè'res et les hauteurs de Uourlon. La Ire division canadienne a dépassé Haineeourt et atteint la nuit la route de Llouai a Cambrai. La lie division a dépassé les Canadiens; elle a avancé de plus de deux milles et s'est emparée d'E-ciney et d'Oisy-le-Verger. Simultanément, la 56e divisien a progressé vers le Nord le long du canal et fait plus de fcOO prisonniers dans les positions de défense au Nord-Est de Sau-chy-Cauchy.Celte opération a été exeellemment appuyée par nos pionniers qui, à peine quatre heures après la début de l'attaque et malgré la canonnade ennemie, avaient réussi à jeter sur le canal du Nord un certain nombre de ponts, assez solides pour y faire passer le train, de sorte que nous avons pu continuer sans arrêt à marcher de l'avant. Ce matu, nos opérations ont progressé de maaière satisfaisante sur tout W front de bataille. Nous avons fait plus >lo 10,000 prisonniers et pris plus de 200 canons. En liaison avec l'armée belge, les opérations de l'armée britannique ont commencé ce matin en Flandre. * « H Rome, 28 septembre. — Officiel. Sur certains points du secteur de montagne, violentes opération-^ locales. En Judicarie, une de nos patrouilles a dispersé dos détachf-ments de reeonnaissauee ennemis à eoups de grenades à mai» Sur les versants du monta Mozzolo (Vallarsa). un imposant doiachement d'as aut ennemi a attaqué lr 25 au soir, après une violonte préparation d'artillerie, un de nos postes avancés établis près de la position du monte Corno; il a été rejeté en désordre par un feu effica. e. Le long do la Piave, violent feu de diversion d* | l'artillerie ennemie dans la région du iiontello et ! outre l'agare et San-Andrea Un avion ennemi a été df seond* au cours d'un j combat aerien. des sacrifices et envisager l'avenir avec pleine con-, fiance. » Cologne, 29 septembre. — On mande de Berlin à la « Gazette df Cologi e » : — Au nomb-'e des causes qui ont facilité l'éclo-sion dans l'armée bulgare des Machinations contra la continuation de la guerre, s'iiscrit le mécontentement, qui remonte déjà à uq certain temps, du parti démocrate qui est actuellement au pouvoir r( qui es, dû u fi'i que la solution de la t e^tion dé la I)ebr > toi •!« été laissé» e suspens par le ta i- et Radesiawt>f. Aloi s qu'il ne fa sait aucun dou'e pour les Rulga re? ■ > - o tables <v «• la Bul ari» aurait finalement , tou'e'a bo^ ou'leha, la liquidation de cette affair n'ayant été reta dee que par égard our toute In Quàdruplice, cette laeun' dans la satisfaction à donner aux aspirations bulgares a été démesurément i exploitée et a créé l'état d e>p"it qui vient maintenant d'atteindre son point culminant sous la forme du refus de certaines parties de l'armée de continuer à se battre. 11 faut remarquer, pour bién comprendre l'attitude de M. Malinof, qut n'a pas pris le soin qu'il aurait dù de faire eonnailre au peuple et à l'armée bulgare dans tous ses détails l'acfcord coarlu le 28 septembre i. Berlin entre los Coalisés en présence du gratui-v z r Talaad, aux terme' duquel oule la Dobrou leba tait accordée à la u!g«rie. M. Mi 1 nof et le général Lukof c ( gardé le "ilf ce sur l'accini interven ; et , x 1 i té tfttns 1« sens dç leurs -.rojets l'esprit ir.e partie, de l'armée ainsi la'S ée t, n, 'unor, ncr. i e troisième dos membres de ladél fation chargée de négocier avec le commandant des troupes de l'Entente n'est pas le seerétaire d'Etat Badef, mais jiea M. Simon Badef, l'ancien mioistre de Bulgarie à ïuearest et à Borne, komrae madré et très fort qui, sans être hostile aux Puissances centrales, entretient l'étreites relations dans les Milieux français. C'est probablement lui qui sora le peraonnafe principal do la délégation si les néfociations viennent à s'ouvrir. En battant en retraite sur certains points avec précipitation, los Bulgares ont abandonné des positions très précieuses, celle par exemple de Bela-lilza, qui était imprenable par attaque directe ; d'autre part, leur retraite a coûté très cher au point de vue pertes aux Bulgares qui se sont échappés vers le Nord à travers la région impraticable des montagnes de Maleech. Les Bulgares qui aiment leur belle patrie n'auront qu'à s'en prendre à M. Malihof et à ceux qui lui ont servi d'auxiliaires dans l'armée si une partie do leur propre territoire s'est transformée en théâtre de la jfuerre : c'est toutefois ce que les troupes coalisées vent chercher à éviter dans la mesure du possible. » Berlin, 30 septembre. — Du » Berliner Lokal inzeiger » : — D'après des nouvelles reçues ici de source autorisée, il ne s'est pas encore produit à Sofia aucun événement décisif en faveur d'une amélioration. M. Malinof ne possède pas, lui non plus, la clef qui ferme le temple de Janus : les Bulgares peuvent tout trouver en le suivant, saùf le repos ». On mande de Vienne à la « Deutsches Tages Zei-tung » que le roi Ferdinand de Bulgarie et ses deux filles sont arrivés hier à la gare de Graensersdorf près de Vienne, d'où ils sont partis pour le château d'Eb^nthal De la « Tagliche Rundschau » : — De toutes les semaines pénibles que neus avons vécues à combattre pour notre existence, celle qui vient de se terminer a été la plrs dure. Nous avons résisté à toutes les attaques prononcées à l'Ouest par l'Entente quelques formidables que fussent los masses d'hommes et de matériel mises en œuvre, de <orie que le général Foch a été obligé de reeonnaitre qu'il était au-dessus de ses forces d'obtenir une décision cette année L'Entente attend fout d'une décision cette année, parce qu'elle a manifestement renoncé à croire que le temps combat pour elle. Ce n'est pas l'Amérique, mais bien l'Angleterre et la France^qui envisagent avec inquiétude l'hiver qui les menace et qui les menace non seulement de difficultés de ravit lillement et de troubles intérieurs, mais encore d'une, dépendance de plus en plus lourde vis-à-vis de l'Amérique, qui se sent de plus en plus deveninle dictateur de l'Entente et le maître futur du monde. » Du « Vorwarts » : — La situation est terriblement grave. Il n'y a de salut que «i tout le monde fait son devoir en se disant que les semaines les plus critiques dp la guerre sont arrivées et que l'on ne oeut plus escompter un meille r avenir qu'à la condition que ces semaines soient vaillatament traversées. » Delà « Gazette de Voss » : — Le peuple allemand a été gâté et il s'est plaint bruyamment de toutes sortes de petites misères tant il avait foi en un succès militaire persistant. Brusquement, aujoucd'uui, une avalanche de mauvaise» nouvelles s'abat sur les esprits. Aux durs combats à soutenir sur les divers fronts vie; nent s'ajouter les événements soudains de Bulgarie.Il s'agit pour chacun de nous de garder l'esprit lucide et le sang-froid. Et «|u'o'n n'interprète pas ce conseil en ce sens qu'il faille prendre les événements à la légère ; ce secait là ,me grossière erreur, car los événements dans les Balkans as sont pas terminés par le fait que des troupes ont été envoyées eu très graud nombre par l'Allemagne et par l'Autriche-Hongrie en Bulgarie. » Du « I okal Anzeiger » : — Il y a des mois que nos ennemis cherchent à s'immiscer dans nos affaires intérieures et à ébranler notre système d'Etat bien charpenté en nous promettant que si nous acceptons de le parlementa-riser et de le démocratiser, ils neus octroyeront une paix avantageuse. Nous soumettre à leurs exigences serait signer notre anéantisement et notre esclavage. De plus en plus l'on comprend que l'instauration * d'un gouvernement parlementaire en Allemagne et sa'démocratisation ne sont que des conditions préliminaires sur lesquelles nos ennemis comptent pour atteindre par la suite, grâce à l'introduction de ces réformes, notre écroulement et leur victoire complète. » Vienne, 18 septembre. — L* correspondant à Budapest de la «Nouvelle Presse Libre » expose comme suit d'après des informations authentiques, les causes de l'écroulement bulgare : — La lassitude de la guerre, le mécontentement des paysans et surtout les machinations politiques des partis du bloc qui est. arrivé au pouvoir, en sont les causes. En ces derniers temps, ce sont surtout les femmes qu'on a vues réclamer une rapide conclusion de la paix. Des cortèges composés de nombreux milliers de femmes >-ont venus des villages tenir à Sofia des Meetings contre, la guerre. Les villages de la Bulgarie sont presque exclusivement habité^ par des femmes et de» enfants, tous 1er hommes aptes à porter les armes étant au front. Les événements du 25 septembre ont été sans aucun doute précédé» d'un contact entre les négociateurs de la Bulgarie et l'Entente. 0 i a pu suivre '.es traces des négociations menées en Suisse jusqu'à il y a quelques semaines. » Budapest, 28 septembre. — De l'Agence télégraphique hongroise : — 1 es journaux nnoncent qu'au Conseil d'hier de* la Couronne tout a été fait de ce que commandait l'intérêt bi^n compris de la monarchie. Tandis qu'on y prenait des mesures militaires qui s'imposi nt en vue d'une défense efficace, on y a réitéré l'invariable résolution de conclure, aussitôt qu'il sera possible, une paix qui puisse garantir l'intégrité complète de notre territoire. Cette paix, nous la'conclurons d'accord avec l'Empire allemand avec lequel nous avons combattu coude à coude. Dans les sphères officielles, on souligne expressément le fait qui; bien que la démarche d# la Bulgarie ait pla"é la monarc ie en présence d'une situation extrêmement grave, il n'existe aucune raison de perdre courage et de trembler, Après qu'elle a eu les nerfs assez solides pour support r les invasions russe et roumaine, la Hongrie g rdera dans la monarchie une confiance inébranlable. ; Son armée opposera à l'ennemi un rempart d airain et is diplomates une résolution à toute épreuve. » Vienne.SS septembre.— L'information de l'agence StefaM dbanl. ou« l'Autriche-Hougrie projette de eonclure prochainement une paix ««parée avec l'ttali étant reproduite par certaines ag-nces. il s'impose que nous continuions de notre côté à affirmer i complète inexactitude de cette nouvelle La tlave, 29 septembre. — Du « Vaderland » : , si l Turquie et même l'Autriche suivaient l'exemple de la Bulgarie, l'Allemagne continuerait la gu» re. Il n'y a pas d'autre issue pour «Us, sauf qu elle 4®e aruw£ — .V 229 JKlfllL tCOFISÎII — L# ÎO ï*m Mercredi 2 Octobre l91ë

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'écho de Sambre et Meuse behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in - van 1915 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes