L'écho de Sambre et Meuse

204 0
02 februari 1918
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1918, 02 Februari. L'écho de Sambre et Meuse. Geraadpleegd op 14 oktober 2019, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/dj58c9s80n/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

L'Echo de Sambre & Meuse i li coiiHDlmis in lelll|ârai!i —°— - tr -sus* ] TURCS l Coaataatiaepls, 30 janvier (c ffic'el). f Dans 1*8 Dardanelles, le sous-marin anglaii « E. 14 > a été coulé par nés batteries des «ôtos près de Kurrbale. Sspt matelots ent été sauvés. Le périscope d'un autre sous marin anglais, le « £. SU >, ayant été abattu pris de Nagara, on a constaté la préienee d'usé , graade taehe d'hui'e sur la mer, ce qui permet de ereire av^c assez de certitude que ce sous-marin aussi a été anéanti. Un hydroavion anglais dm type Shore s été forcé, par le feu de nés mitrailleuses, à atterrir près de Nsgar»; les aviateurs oit été faits prisonniers et l'appareil, qui était indemne, a été aapturé. Sur les autres fronts, la situation ne s'est pas modifiée. ANGLAIS Lendres, 30 janvier (efficiel). \ Câtte nuit, «ne de nos patrouilles a dirigé une attaque efficace centre un avait-p ste allemand établi a* Mord d'Havrin- j court; elle a tué o* fait prisonnier un car-trin nombre d'Alleasamds. Près de Bulleeeurt, au «ours d'engege- , r-onts entre patrouilles, mens avoes infligé , d pertes à l'ennemi et noua avons aapturé , u a mitrailleuse. Lendres, 30 janvier (officiel). Le vapeur de transport « Arsgom » j (9 583 t. brut), du Royal Mai!, a été, aiasi q 'il a été annoncé dans le communiqué ' c 7 janvier, torpillé et eaulé le 30 «l^cem- : >. dans la partie orientale de la Médi- 4 terranée, | L-î navire auxiliaire de guerre « Ojsaa- j ni t.), de la Khadivian Mail, a îhé une mine le 31 décembre, à peu i * a même endroit et a coulé. Q ître officiers du bsrd de 1' «A.rsg»n», T r >ai lesquels le capitaine, 15 matelots de i fuipage, 19 efficiars de l'armée et St; arsonaea ont péri. Da vapeur < Osmanie » 3 officiers du 1 i, parmi lesquels le capitaiae, SI mate-1 de l'équipage, 1 officier de l'armée, 1 C soldats et S infirmières ont péri; c'est c !■) deux navires qu'il a été question à 1 iance de la Chambre des Communes c ^s 23 janvier. Londres, 30 janvier. (Officiel de l'Amirauté) : Le navire armé < M^chanieian », qui fe- oortait des transport?, a été torpillé Vt 20 janvier et jatép^s tard sur la côte s la Manche as glaise. Le navire est k l'état d'épave : 3 officier* et 10 matelots oat péri. La torpilleur « Bszard » a coulé, le 28 jsnvier, daas la Manche anglaise, à 'a suite d'une collision ; 3 matelots ont péri. La «uerro navale i — Berlia, 31 janvier. Notre guerre sous marine exerce une * influence absolument dévastatrice sur le trafic à destination de l'Italie. D'après le « Pepoio d'Italia », M. Nitti, S le miiistre du commerce italien, évalue -les pertes du tonnage de la fletto naarchin- | de italienne pendant la présente guerra à , 43 p. c. Co résultat nous eawse une gat'sfsction j d'autant plus grande qse la confiance que j l'Italie avait dans la sécurité de fbs impor- ■ titions par mer formait la base préalsb'e ! de sa trakiion vis à vin de la Triplica et de I son adhésion à l'Ang'eterre. Or, aujourd'hui ses importations en I •thsrbon, ea minerai et en vivres sont res- | treintes au point que ses chemins de fer et Etémo son industrie de guerre en souffrent, i Elle est livrée au e»price de l'Angetorre qui traite le froat de la Vénétie comme un théâtre do guerre secondaire et n'aide l'Italie qu'A condition qu^efl'o «i continue è se sacrifier pour les projets de l'Eatente. — Londres, 30 janvier. L'Amirauté a été informée télégraphi-quement qu'une reconnaissance navale exécutée la nuit de dimanche a permis de constater que le « Go*ben » ne se trouve plus à proximité du cap Nagara. Négociations de Paix A BREST-LITOVSK «a» — Pétrograd, 30 janvier. Di la « Novaja Chisn » : — Les délégués de la Bassarabie, des républiques autonomes de Sibérie, du Turks a «n et de la région du Don vont partir pour Brest Litovsk. D'autre part, troia délégués persans sont partis pour Brest-Litov»k. P' *£OH>S DIVERSES — Londres, 30 janvier. M. Orlando a déclaré dans un eatrotieu q 'il a eu avec des journalistes que les 1 u ta de guerre de l'Italie «emportent les territoires nécessaires, de i'avou de l'Au-t che, à son unité nationale. Avant que l'Italie entrât eu guerre, l'Autriche-Hongrie lui avait offert le Tren-tin et la ligne de l'Izanso et s'était déclarés ——i——a disposée à accorder l'autonomie à Trieste. Il serait étrange que ce; questions ainsi résolues par l'Autriche-Hongrieello-méme furent soumises par les Alliés à un nouvel examen. L'Italie ne vise pis une politique agressive ou impérialLte dam la Méditerranée; elle re demande que les garanties nécessaires au maintien de son équilibre. — Londres, 30 ja vier. De l'AgenceîReuter : — Une bomba jstéa lundi à Londres par les aviateurs allemands a traversé une mai on du grenier k la eavs, où nn grand nombre de personnes' s'étaient réfugiées à l'annonce du danger. L'entrée de la cave étant obstruée par les décombres, le» pompiers te sont difficilement rendus mettras du feu. I's ont retiré 40 cadavres de la cave. D'autre part, dans une gare du Métropolitain, la pression de la foule qui y cherchait un refuge a été si forte que 17 personnes sont mortes étouffées. — Berlin, 31 janvier. On mande do Genève au < Barliner Tsgeblatt » : — Hier, au cours d'un interrogatoire qui a duré plusieurs heures, M Caillaux a eu pour la première fois l'oscision d'exposer en détail les raison* patriotiques qui l'avaient incité à rédiger son programma de réformes dont l'exécution, a t-il dit, ne comportait pas la moindre violence. — Paris. 30 janvier. Le « Figaro » apprend do New-York que le (touyernement a fait srrêter & Philadelphie le comité cenitral des grévistes, qui avait exhorté la population à la grève générale. En All«aiaga«. — Berlin, 31 janvier. Ea vertu do la loi sur l'état do siège, le commandant en ch«f des Marches a ordonné la dissolution du Comité de grè^s qui s'était constitué sous le nom de Conseil ouvrier et en a interdit toute nouvelle réunion. Il a justifié cette mesure on disant que le mouvement gréviste a été organisé au mépris des prescriptions légales et qu'il met la sécurité publiquo on daager. Il a, ea outre, Interdit la constitution de tout nouvel orgaaismo institué en vue de diriger le mouvemeat gréviste actuel. — Spaadau, 30 janvier. La situation s'est modifiés essentiellement hier. Bans la plupart des chantiers de l'Etat, le travail est complet A l'arsenal de l'artillerie, le aombre des grévistes qui était hier de S 500 à 4,000 a considérablement diminué et il en est de même à la Société Oresstein et Koppel, où il y avait hier environ 600 ouvriers en g-ève. Br^f. il y a aujourd'hui à Spandau, sur 70,000 à 80 000 ouvriers occupés, un peu moins de 4,000 ouvriers en grève. Le travail est i peu près normal aussi dans le* usines Siemens, (ù le? équipes des diva "s ateliers ont formellement refusé da se mettre e g ève en iavoqutnt les i è^lements da cartel des usines allemandes dites le* « jaunes », qui interdisent la participation à la grève. — Munich, 30 jsnvier. Mercredi matin, les bruits les plus fantaisistes oat été répandus au sujet de la grève. Le3 me,ours ont dée'dé hier soir, à l'in^tigati ,n des socialiste indépendants, doat le chef est l'écrivain Kurt Eisner, une grèra de trois jours pour faire pièce au vote de la Fédération chrétienne des métallurgistes.Le mouvement est instigué par des ouvriers socialistes indépendants venus des usines Krupp. Les ouvriers du terroir n'ont qu'une œéliocre ympathie pour l'idée de grève et le groupe toc'aliste local défend nettement Je point de vue de la résolution votée à l'assemb'ée générale de Cologne. La direction de la Fédération générale des ouvriers métallurgistes allemands, à laquelle est affilié le groupe local des ouvriers chrétiens de Munich et des environs, a adresfé aux ouvriers de Munich un appel où elle déclare qu'elle refuse absolument son approbation aux grèves de dé morstration projetées sous quelque forme qu'elles soient organisées. Le groupe loeal de la Fédération des typographes allemands dément l'intention qu'on lui a prêtée de se mettre en grève, à l'exemple des typographes de Berlin. —«o» — Ea Roumanie. — Paris, 80 janvier. M. Antonescu, ministre de Roumanie à Paris, a déclaré au « Matin » ; — Si les maximalistes ont rompu les relations diplomatiques avec mon gouvernement, c'est qu'ils veulent forcer par la famine les troupes russes à quitter la Roumanie. Naturellement, ne recevant plus rien do J Russie, les Roumains seront aussi sfamés par contre-eoup. Les troupes russes pillent 1a Bessarabie; t les autorités de cotte région ont demandé ? aide et protection à l'Oukraiae, qui s'est J adressée à son tour au général Tscher- ! batschef. Derniers Cnuaips les Beiligtats ALLEMANDS B9rlia, Ie' février. Théâtre de la guerre à i'Ouest. Nos détachements d'observation ont ramené des prisonniers et des mitrailleuses des positions anglaises ea Flandre P*r le brouillard épaty, l'activité de fou est restée minime sur la totalité du front. Front italien Sur le plateau d'Asisgo,lutte d'artillerie. Débouchant du Monte di Val Bâlla et du Col del Rosso, les Italiens ont de nouveau déclanché de nouvell°s attaques avec des fore?s puissantes. Toutes leurs tentatives se sont écroulées devant les positions sustro hongroises Dar erste Generalqusrtiermeister, LUDENDORFF. —«o»— FRANÇAIS Paris, 31 janvier (3 h.). Nos patrouilles opérant en divers points du front ont fait des prisonniers. Rien à signaler sur l'ensemble. Aviation Dans la journée du 29 janvier, un de nos rfqnipages composé du capitaine Yuil-lemin ot du sous lieutenant Lecreux, a bombardé ft très faible hauteur la gare de Thiaucourt où un grand incand e s'est déclaré. Paris, 31 janvier (11 h.). Rien i signaler ta dehors d'une lutte d'artillerie assez violente dans la région de Flirey. Aviation. Dins la journée du 30. ua avion aile mand a été abattu par nos pilotes et trois autres sont tombés dans leurs lignes À la suite de combats. Il se confirme, en outre, que trois appareils allemands, signalés comme grave ment endommagés les 9 ot 25 janvier, ont été réellement abattus. Paris, 30 jaavier. Armée d'Orient. Près du lac Doiran, les» troupes britanniques ont exécuté avec ruecès un raid qui leur a permis do rameaer des prisonniers dans la région de Monastir. Actions d'artillerie réciproques. Un avion ennemi a été abattu dans la région de Doiran. Celui-ci a prié le gouvernement roumain d'envoyer des troupei pour défondre les dépôts d'armes et de munitions établis an Bassarabie. Pour protéger les communications à l'arrière, les Roumains oat été forcés d'occuper Kischinef, Reni et Bolgrad. —«o»— Eaa Russie. — Paris, 30 janvier. On mande de Pétrograd : — Un appel de la fraction socialiste révolutionnaire de la Coastituante, signé I' par M. Tcheraof, annonce que toutes les mesures ent été prises pour que la Constituante puisse se réunir de nouveau à bref ? délai. 4 — Berlin, 30 janvier. Un radiotélégramme russe commente dans les termes suivants la rupture des bolchevistes avec le gouvernement roumain : — L'oligarchie roumaine, qui n'a reculé . devant aue<in crime, a ouvert les hostilités contre la République russe. Habituée à fonder son pouvoir sur la propriété et dans le sang des paysans et des ouvriers roumains, la monarchie roumaine a tenté, appuyée par ses propriétaires fonciers et ses banquiers, de se sauver en occupant la Bassarabie et en ^ faisant de cette région un tampon contre les violents mouvements de la révolution russe. Les crimes du pouvoir militaire et civil roumains ont innombrables. ^ Les commissaires et les délégués des troupes révolutionnaires russes ont été arrêtés et fusillés, tandis que ces troupes elles mêmes étaient affamées et désarmées, i Lorsqu'ils se sont retirés dans le Hinter-. land, les Russes ont été poursuivis & coups : de canon. \ Lo général Tscherbatschef, commandant en chef du front roumain, est responsable en toute première ligne de tous ces crimes. A titre da protestation et d'avertissement, le Conseil des commissaires du peuple a fait mettre sous les verrous, pendant un court laps de temps, le ministre de Roumanie à Pétrograd. | — Pétrejfrad, 31 janvier. L' « Utro Rossiji » publie un rapport du gouvernement roumain, duquel il résulte que les troupes maximalistes ont été battues près do Jassy. Après un accord entre le secrétariat général de l'Ookraine et la nouvelle République de la Bessarabie, les détachements roumains ont pénétré en Bassarabie ot marchant sur Kischinef ot sur Odeisa, chassant devaat eux les troupes maximalistes.Les Roumains ne se trouvent plus qu'à i EMBA ■HHHBHHHBaMPBI BgBBBPWgafl—BMgJC; < 14 verstes de Kischinef et & 82 verstss d'Odessa. Les troupes opérant centre Odessa disposent d'une puissants artillerie. L'administration municipale oukrai-nienne d'Odessa a été destituée et arrêtée par le commandant de 1» yille Les m ximaliates créent un nouveau comité directeur composé uniquement de délégués du prolétariat. Ce comité a pour mission do défendre Odessa à outrance contre l'attaque com mune des Roumains et ds' Oukraiaiens. Sur le Danube inférieur, do* combats navals bo sont terminés par la victoire des Roumain». Bans le port da Kiban, le monitor roumain € Blieabeth » a 4té cou'é Le général Avsrescu a été nommé com mandant on chef de toutes les troupes. A titre de représailles contre lo traitement infligé aux membres de la légation de Roumanie à Pétrograd, lo gouverne ment roumain a ordonné l'arrestation de tous les maximalistes russes se trouvant à Jassy. Cette mesure n'a eu aucun effet et les crimes ont continué. Ea conséquence, le Conseil des commis . saires du peuple décrète que les relations ] diplomat ques avec la Roumanie sont rompues Lt légation et tous les agents de la Rou manie seront expulsés le plus vite possible du territoire russe. Le Trésor de la Roumanie, dépoté i Moscou, n'est plus à la disposition de l'oligarchie roumains. Le Conssil des commissaire) du peuple assume la garde du Trésor, qu'il restituera au peuple roumain Le commandant en ehef Tscherbatschof, en révolte contre la révolution, est déclaré ennemi du peuple et mis hors la loi, Ua autre radiotélégramme dit : — M. Diamanti et sa clique ont passé les frontières de la République russe, ce qui dispense MM. les ambassadeurs de l'En tente de continuer k parler de son inviolabilité.Non seulement le sort de quelques vagabonds, mais encore aussi celui de tout le peuple roumain ayant été placé sur cette carte, les mesures prises par le Conseil des commissaires du peuple appuyeront vigoureusement et directement la révolution roumaine qui couve depuis longtemps dans les eouches socialistes du paya, dont les ehefs peuvent compter sur l'appui complet des maximalistes. — Pétrograd, 31 janvier. La scission attendue s'est produits dans la R&da centrale de l'Oukraiae. Deux tiers des délégués, soit 250. appuient le secrétariat géaéral do Kief, tandis que le troisième tiers s'est prononcé pour M. Tschernof. Dans un appel adressé au peup'e de l'Ockrains, le secrétariat général de Kief déclare que la paix est k la veille d'être conclue entre les puissances centrales et l'Oukraine et que, seuls, les déléguée ou-krainiens ont travaillé pour la paix i Brest-Litovsk, tandis que les maximalistes employaient tous les subterfuges imaginables pour entraver les négociations. Le secrétariat général affirme qu'il con-cluera la paix avec la Quadruplice, même si les bolchevistes de Pétrograd s'y refusent.— Paris, 31 janvier. On mande de New York au « Herald » : — Quatre navires américains sont entrés dans le port de Vladivostok. — Pétrograd, 30 janvier. Des navires anglais, américains et japonais ont débarqué des troupes à Vladivostok; elles ont occupé le port et la ville. Une nets, signée au nom des puissances intéressées par le consul général du Japon à Vladivostok, a été remise aux autorités russes, aui l'ont transmise télégraphique-ment & Pétrograd. — Pétrograd, 30 janvier. D'après la « Novoja Chisn », le généralissime Krylenko a donné au grand quar- • tier général l'ordre de licencier la elasse de 1903. D'autre part, d'après plusieurs journaux de Pétrograd, le gouvernement maxima-liste aurait décidé de démobiliser l'armée russe avant le printemps encore. — Barlin, 30 janvier. La Presse russe publie le télégramme suivant du général Bentch Bruyewitch, chef du grand état major : — Impuissance absolue. De nombreux secteurs du front sont découverts.Tout le long du front, il n'y a plus que 160 baïonnettes par verste. Los réserves ne relayent plus leurs camarades dans les tranchées. Les élections ont éliminé un nombre ' énorme d'sffleiers expérimentés. L«s états majors actuels ne sent pas à la | hauteur de leur tâche. ILes états-majors et les autorités militaires cesseront bientêt le travail, celui-ci devenant impossible. Disse ution complète au point de vue économique. Il n'y a plus aucune discipline dans l'ar- Imée. Les ordres ne sont par exécutés. Les soldats désertent en masse. L9s parmissioanaires ne rejoignent plus leur régiment. Sur de nombreux points, il n'existe plus do liaison entre les unités. ILes chevaux sont extrêmement rares. Les ouvrages de défense tombent en , ruines. « frgwBCTfti—i1 www ua m wwmmuwi Pour favoriser la fraternisation et le commerce, les obtacles on fil de fer barbelé ont été enlevés. Il serait impossible de résister à une offensive ennemie. S'il devïit en ê:re ainsi, un seul moyen pourrait sauver l'arœée : la replier derrière des lignes de défense naturelles. —-<o»— QUESTION POLONAISE — Varsovie, 30 janvier. Du « Kurjsr Wierschsirski » : — Le 24 janvier, le Conaoil des ministres polonais a gdopté définitivement le statut de l'armée. Le Conseil » décidé, on outre, de publier un journal officiel dont le premier numéro pari în a le 1" février. — Barite, 30 janvier. Du Bureau polonais de la Presse : — Les délégués des différents partis politiques polonais réunis A Wilraont transmis nne note à M. von Kiihimann. Sa basant sur le principe adopté d'ans paix sans annexion et du Droit des peuples de décider eux mêmes de leur tort, ils demandent que tout le territoire occupé de la Lithaanie historique soit déclaré indépendant. Les Conférences à Paris — Paris, 30 janvier. MM î loyd Fit O'iando. les généraux Pershing, Douglas Haig, Cadorna et plusieurs généraux frarçiis sont arrivés â Versailles. Le Conseil de guerre qui se réunira aujourd'hui officiel ement aous la prési-denca de M. C:émenceau, se tiendra dsns la salle de l'Hôtel Trianen. Les généraux ont tenu hier une assemblée préparatoire. — Paris, 30 janvier. L' < Echo de Pari3 » donEe une nouvelle, que rien n'est encore venu cor Armer, d'aprè* laquelle leurs conventions militaires et politiques auraient été supprimées par une décision commune des Cabinets de l'Entente intervenue le lt janvier. DERHIÉHgS DÉPËSKES Dépêches de l'Agence Wolff. (Service particulier du journal) : — Londres, 29 janvier. Le « Times » apprend de Pétersbourg en date du 28 janvier ; Un détachement de matelots russes qui, venant de Pétersbourg, se rendait à son port à la côte fliroise, fut caaonné par la Garde Blanche et dût retourner après avoir subi des pertes considérables. La Garde Russe renforcée d'artillerie est envoyée dans la direction de Wyborg. — lerlin, 31 Janvier. Lq collaborateur militaire de la revue de Londres < The World » constata le 14 janvier que d'après la statistique du Wtr Office, l'armée britannique a eu 1,000 000 de morts dans les deux seules grandes offensives infructueuses sur la Somma et sn Flandre. — Berlin, 1" février. Nos sojîs-marins ont coulé 5 vapeurs,-dont 3 étaient lourdement chargés, dans la ïone barrée autour de l'Angleterre. La défense ennemie dans la Msnchs a été très vive. Au nombre des navires étaient 2 grands vapeurs anglais armés d'au moins 6,000 et 4,000 tonnes. — Stockholm, 31 janvier. Information du bureau télégraphique suédois. Après la fermeture de l'Agenee Télégraphique finnoise par la Garde Rsuge, un correspondant spécial de Helsingfors télé-graph e sans cesse : Les civils russes partent. A l'heure actuelle, la Garde Rouge combat avec la Garde Blanche près de Libbo; le résultat du combat est encore inconnu. Dans la nuit de lundi et mardi, un nouveau combat a pris naissance près de la statien de Kaemaerae. 82 soldats dé la Garde Rouge furent tués, 172 blessés. La Garde Blanehe a perdu 8 morts et un blessé. — Paris, l*r février (Havas). Clémenceau s'est rendu la nuit dans lss quartiers de ville bombardés et y a visité les hôpitaux. Le nombre des blossés traités thez eux ou dans les infirmeries semble se monter à 61. D'après les constatations faites jusqu'à présent, toutes les personnes blessées par des éclats de bombes se trouvaient dans la rue ou aux fenêtres de leur» demeures. Une bombe a produit une fuite dans un tuyau de gaz ce qui a produit une série de petits incendies. — Amsterdam, 31 janvier. Le < Allgemeen Handelsblad » écrit ce qui suit sur le gouvernement maximaliste en Russie. La folie d'un gouvernement qui par sa propagande compromait la paix avec les puissances centrales sans essayer do conclure la paix d'après les maximes adoptés en décembre et qui on même temps déclare la guerre à la Rada ukrainienne et aux alliés roumains ne peut manquer d'amener sa perte. 4me année N" 27 Le N° s JLO centimes Samedi 2 Février 1918

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'écho de Sambre et Meuse behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in - van 1915 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes