L'écho de Sambre et Meuse

267 0
13 januari 1918
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1918, 13 Januari. L'écho de Sambre et Meuse. Geraadpleegd op 21 september 2019, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/xp6tx36g3r/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

L'Echo de Sambre & Meuse Aiailnis'ration-Rélaction : J.-B. COL .ARD 37, rue Fossés Fleuris, Nami JOXJRIVÀ3^ >—, Quroxioisciv Les Communiques des Selligeranis BULGARES Sofia, 8 janvier (officiel). Sur le front en Macédoine, sur la rive occidentale du lsc de Prespa,des chasseurs allemands ont pénétré dans les positions défendues jusqu'à présent par des troupes russes; ils ont ramané plusieurs prisonniers français. Grande activité de l'artillerie sur les positions établies sur les hauteurs dans la boucle de la Czerna et entre le Vardar et le lac de Doiran. Au Sud du village de Gradeschnitza, quelques détachements de reconnaissance ennemis ont tenté, après une préparation d'artillerie, d'atteindre nos positions; ils ont été dispersés par notre feu. A proximité de la Strouma inférieure, nous avons dispersé plusieurs détachements d'infanterie anglaise. Sur 1* front d« la Dobroudscha, armistice.TURCS Constantinople, 10 janvier (officiel). Pas d'événements importants à signaler. ANGLAIS Londres, 9 janvier (officiel)- L'ennemi a réussi, hier au crépuscule, à refouler deux de nos poates avancés établis au Nord du chemin da fér Ypres Staden. Nous lavons toutefois immédiatement repoussé par une contre-attaque le cale. Aujourd'hui, à l'aub8, les troupes canadiennes ont prononcé une heureuse attaque au Sud de Lens et ont capturé deux il : bilieuses. Pendant la journée, notre artillerie et cel-.e de l'ennemi ont été actives sur diffé-r points du front au S id de la Scarpe. L'i tiilarie allemande a aussi été active au Nord-Est d'Ypres. ITALIENS Rome, 10 janvier (officiel), canonnade a été peu active hier p iu,3! tout le long du front; elle n'est dr re plus violente par intermittence qu'à Est de la Erenta. No hardis détachements de reconnais-st 3 nt fait quelques prisonniers à l'Ouest de Ganove de Satto, sur la rive gauche de l'Assa; leurs opérations ont provoqué tune longue canonnade ennemie. Nous^vc^s dispersé des travailleurs en-nemis prés de Grave di Papodopoli. Dans les environs de San Dona, nos batteries ont réduit au silènes les mortiers ennemis. SUR MER HPU*» illull — Barlin, 10 janvier (officiel). Nos sous marins ont encore eoulé, dans la Méditerranée, 36,000 tonnes brut de navires généralement ch*rgés de cargaisons précieuses à destination de l'Italie et de l'armée anglaise en Orient. Grâse à des attaques habilement conçues et conduites avec opiniâtreté, ils ont réussi à désorganiser de»x convois et à détruire 6 vapeurs. Au nombre de ceux ci, on a constaté la présence des vapeurs ang'ais chargés et armés « Fiskus » (4,070 tonnes brut), « Turnbridge » (2,874 toanes brut), « Cli-tondale» (3,311 tonnes brut) et «Waverley» (3,853 tonnes brut, C9S deux de'niers transportant chacun 5,000 tonnes de charbon à destination de Malt et de Port-S ï '. Le capitaine du «C'.iftonda'e », qui était armé de t mortiers de 150 mm. et d'un canon à tir rapide de 76 mm , a été fait prisonnier. Le vapeur italien armé « Pietro » (3 360 tonnes brut) a été détruit à coups de canon pendant une attaqua en surprise. Le vapeur < Percia » (3.374 t brut), qui sa rendait chargé à Osante sous protection de navires de garde, a été détruit par une torpille. La guerre navale — Londres, 10 janvier. L'Amirauté annonce que dix huit navire» jaugeant plus de 1,800 tonnes et trois navires jaugeant moins de 1,600 tonnes oat été coulés la semaine dernfè e. Oaze navires ont été attaqués sans résultat. D'autre part, quatre chalutiers ont été coulés. — Berlin, 10 janvier. On mande de Londres : - L'amirauté annonce que Je navire-hôpital anglais « Rowa » a été toraillé et coulé, le 4 janvier vers minuit, dans le canal de Bristol. Le navire venait de Gibraltar. Tous les blessés ont été transportés & bord des navires de patrouilles. 3 hommes de l'équipage ont péri et 3 latc s manquent à l'appel. Le navire naviguait tous feux allumés et portait les signes distinctifs prescrits pa r1« Convention de La Haye; d'autre part, il ne se trouvait pas dans la zone h barrén déterminée par l'Amirauté alle-rn >de dans sa déclaration du 29 janvier 1917 ». L'Agence Wolf fait suivre le télégramme anglais de la nete suivante : — Les sous-marins allemands intéressés étant encore en mer, les autorités compétentes no sont pis en masure en oe moment I i 11 s « de te prononcer au sujet de la perte du « Rewa ». Toutefois, dans les milieux bien infirmés, on considère qu'il est impossible que ce navire hôpital ait été torpillé par un fous marin; sa perte doit donc être attri buée à une explosion de mine. — La Raye, 10 janvier. , On mande de Londres que des change-i ments ont été appor és dans l'amirauté britannique. On s'occupe actuellement de la forma-i tion d'un état-major pour la flotte. l Chaque membre de l'amirauté aura do-t rénavant sa tâche bien définie. Le tout est copié sur l'organisation de l'état-m«jor de l'armée. 3 Auront voix entre autres à cet état-i major, de jeunes officiers revenant du 3 front et qui y auront acquis une précieuse expérience militaire. I — Copenhague, 10 janvier. Le ministère des f ffdre3 étrangères an-. nonce que le vapeur danois < Dagny » a été coulé, le 3 janvier, dans le golfe de Gascogne. Deux matelots manquent à l'appel. Le reste de l'équipage a été débarqué à . Brest. — Berlin, 10 janvier. On mande de Hambourg à la « Gazette à de la Bourse » : 8 —Oi a trouvé dans la baie de Kiel des petites caisses contenant des douilles * de projectile de 70 mm ainsi qu'une ceinture de sauvetage portant l'inscription « H. M. S Radian ». Le « Radian » est un nouveau contre-c torpilleur anglais qui semble donc avoir péri. t . — Dresde, 10 janvier. Le comte Luckner, commandant du b croiseur auxiliaire < Seadler », a été interné à Montuihi, dans la Nouvelle-Zélande.— Genève, 10 janvier. r Oq mande de Madrid que quatre officiers t de la marine espagnole, chargés de con-3 trôler les navires-hôpitaux, sont rentrés en Espagne. Ils ont pris cette décision parce que les i Alliés embarquaient sur les navires-hôpi-s taux des tro ipes qu'ils prétendaient attein-- tes de fièvre, alors qu'elles étaient en réalité bien portantes. — Cologne, 10 janvier. O i ®and« d'Amsterdam à la « Gaz9tte 3 de Cologne » : '-k- Une information de Washington annonce que l'armateur Ferguson a déclaré à la Commission commerciale du Sénat qu'il est impossib'e, comme on l'estime, de construire 8 millions et demi de tonnes Je nouveaux navires en 1918 aux Etats-» U is M. Ferguson évalue à 3 millions de 8 tonftes le tonnage des navires qui .peuvent 9 être construits en 1918. LA SITUATION MIL!TAIRE Barlin, 10 janvier (officieux). Il se confirme que l'attaque prononcée le 8 janvier, à l'Ouest de Flirey, par les Français, s'est terminée par la défaite c^mp'ète de l'ennemi, qui a subi des partes i xtraordinairement élevées. Rien que dans un étroit secteur, nous avons compté plui d'une centaine de sol 1 ats frar çais tués. En présence de ces constatations, il est intéressant de signaler que le radiotèlé-gramme de Lyon du 10 janvier (4 h. 30 da mat'n) annonce qu'outre quelques blessés, les Français n'ont eu que 6 soldats tués. Ma'gré le mauvais temps, les Anglais et les Françds, fous la protection d'une violente csronnade. ont continué à tenter des opérations de reconnaissance exécutées par d'importants détachements. En Flandre, à l'Ouest de Zandvoorde, de fortes attaques de patrouilles anglaises ont nettement échoué. Sur le reste du front à l'Ouest, les détachements de reconnaissance ennemis n'ont pas mè ne réussi à atteindre nos obstacles. Il y a deux ans, le 8 janvier, que l'Entente a définitivement décidé d'abandonner l'aventure des D irdaneiles, entreprise dont l'issue défavorable a été considérée par la Presse ang'aise comme un malheur national.Les Anglais et les Français ont laissé 300.000 hommef sur les rochers de la presqu'île de Gallipoli. 12 vaisseaux de ligne et croiseurs ennemis, 17 croiseurs cuirassés et 20 sous-marins et torpilleurs ont été détruits ou fortement endommagés dans les Détroits par les batteries turques de la côte et par les sous-marins allemands.En outre, C9tte vaine expédition a coûté 5 milliards en chiffres ronds. Négociations de Paix A BREST-LITOVSK — Brest-Litovsk, 10 janvier. La séance plénière, interrompue hier, a été reprise ce matin à 11 heures. M. von Kuhlmann, qui l'a présidée, a d'abord donné la parole à M. Golubovitch, secrétaire d'Etat oukrainien du commerce et de l'industrie, qui a prononcé le discours suivant : — Les peuples épuisés et acoablés sous Derniers Communiques des Belligérants ALLEMANDS Berlin, 12 janvier. Théâtre de la guerre à l'Ouest. L'activité combative s'est bornée à des luttes d'artillerie et de lance mines en plu"ieurs endroits du front. Théâtre de la guerre à l'Est. Rien de nouveau. La situation est sans changement sur les fronts macédonien et italisn. Dar erste Generalquartiermeister, LUDENDORFF. —«o»— FRANÇAIS Paris, 11 janvier (3 h ). En Argonne. vers les Courtes Chausses et dans les Vosges, dans la région de Piemerey, nos détachements ont fait des incursions dans les lignes allemandes et ramené des prisonniers. La lutte d'artillerie a été assez vive par moment dans la région de Beaumont et de Bezonvaux. Nuit calme sur le reste du front. Aviation Dans la journée da 9, deux avions allemands ont été abattus en combats aériens. Paris, 11 j'nvier (11 h ). Dans la région de Saint-Q 'entin la lutte d'artillerie a pris une certaine intensité au cours de la journée En Champagne, un de nos détachements pénétrant dans les lignes allemandes dans la région de la Butte du Mèssfl, a opéré des destructions importantes. Rien à signaler sur le reste du front. le poids des maux qie déchsîne la guerre ont soif de paix. Emus par leurs souffrancas, les représentants de la démocratie grande russien-ne ont décidé sans souci du blâme d'une partie de 'a société et de la Presse ru ses, de franchir hardimeat les t-anchées des belligérants pour venir ici coopérer au rétablissement de la paix à laquelle le monde aspire, non pas d'une paix imposée sur les champs de bataille pir le sang et le feu, mais d'une paix conclue par compromis entre les nations. Lorsque les négociations de paix eurent été engagées et leurs principes essentiels rendus publics, vous avez décidé avec raison d'interrompre vos travaux durant dix jour-j pour donner aux Etats qui n'y avaient pas participé jusqu'alors le moyen d'y adhérer. Notre payi — la République démocratique de l'Oukraine — dont les populations ont toujours aspiré à la^paix, a été le premier à répondre à votre appel. Le troisième décret de la Rada ayant en date du 7 20 novembre précisé la situation du pays au point de vue du Droit, la République de l'Ojkraine a repris l'existence national qu'elle avait perdue il y a un peu plus de deux s'ècles et demi, et sa participation dans la plénitude de ses droits aux relations internationales. Fort de ce décret, le secrétariat général de l'Ojkraine estim3 qu'i a droit à une situation indépendante au cours des présentes négociations de paix et a l'honneur de transmettre aux puissances ici représentées la note suivante : — Le gouvernement (secrétariat général) de la République de l'Oukraine porte par la présente ce qui suit à la connaissance de tous les Etats belligérants. Le troisième « Uaiversal » de la Rada centrale de lOukraine a, en date du 7 20 novembre 1917, proclamé la République démocratique de l'Oukraine et fixé sa situation au point de vue du droit des gens. La République souhaite la constitution d'un vaste Etat fédératif dont feront partie toutes les républiques qui surgiront successivement sur le territoire de l'ancien Empire russe, mais en attendant cette constitution et la réglementation de sa représentation au sein de cet Etat fédératif, elle a décidé de nouer, par l'intervention de son secrétariat général, des relations indépendantes avec les autres nations. Le secrétariat général estime par suite indispensable de porter à la connaissance de tous les Etats et de toutes les nations du monde l'attitude adoptée par la République démocratique de l'Oukraine à l'égard des négociations de paix qui viennent de s'ouvrir à Brest-Litovsk entre les délégués russes et les gouvernements deB puissances en guerre avec la Russie. lnébranlablement convaincus que la guerre actuelle étant le pire malheur pour tous les Etats et surtout pour les classes ouvrières, il s'impose que tous les Etats belligérants ouvrent sans délai des négociations de paix en s'interdisant toute visée de conquête, la Rada centrale et le Parlement de la République de l'Oukraine ont estimé qu'il était indispensable pour eux, aussitôt après la proclamation de la République de poursuivre une politique paci- ; fiste active. Aussi la Rada a-t-elle, après avoir dans son troisième « universel », proclamé que la conclusion immédiate de la paix s'imposait, jugé indispensable la conclusion préalable d'un armistice. A cet effet, le secrétariat général a envoyé des délégués sur le front Sud-Ouest et sur le front de la Roumanie, réunis désormais eu Uu front oukrainien unique sous la direction de la République de l'Oukraine. Simultanément, la Rada a chargé son j secrétariat général d'en aviser les puis- , sances de 1 Entente, ce qui a été fait. Plus tard, le Conseil des commissaires du peuple, ayant entamé avec les gouver- ; nemants des Etats en guerre avec la Russie la négociation d'an armistice sur tous les fronts russes, le secrétariat général a envoyé à Brest Litovsk des délégués chargés de s'en informer et de la renseigner; à ce moment il n a pas manqué de faire remarquer que les délégués des Conseils des f commissaires du peuple, bien qu'ils eussent été prévenus de l'arrivée à Brest dfs délégués du gouvernement de l'Oukraine chargés de participer aux négociation?, avaient conclu un armistice général de leur seul gré et sans s'être entendus d'une manière quelconque à est égard avec la République de l'Oukraine. Aujourd'hui que le Conseil des commissaires du peup'e, en vertu du dernier article du traité d'armistice général, a ouvert de3 négociations de paix avec les gouvernements de l'AUemsgoe, de l'Autricha-Hongrie, de la Turquie et de la Bu'garie, le secrétariat général déclare au nom de la République de l'Oukraine : 1* Tous les démocrates de l'Oukraine veulent mettre fin à la guerre et rétablir une paix générale parmi les Etats balligé rants ; 2' La paix qui sera conclue entre eux doit être une paix démocratique assurant à toutes les nationalités, même les moins nombreuses de chaque Etat le droit de décider""al s mènes de leur sort ; 3' Il faudra donner aux nationalités la garantfe qu'elles pourront exprimer librement leur volonté ; 4° Toute annexion quelconque, c'est à dire la conquête par la force ou la cession imposée d'une partie de territoire sera illicite si la population de ce territoire n'y «cquiesce pas; 5* Da même est illicite au point de vue de l'intérêt du prolétariat toute indemnité de guerre, quelque forme qua l'on puisse lui donner; 6* Le? p»ys et les Etats qui auront subi du fait de la guerre des dommages considérables ou des dévastations recevront une aide matérielle conforma à un règlement qui sera élaboré par le Congrè3 de la paix 7° La République démocratique de l'Oukraine, dont le territoire comprend actuellement le front oukrainien, repréfe tée, au point de vue du droit des gens, par son gouvernement auquel incombe la protec tion des intérêts de ses nationaux pourra participer da manière indépendante à l'égal des antres puissances aux négociations, aux conférences et au Congrès de la paix; 8° L<* pouvoir du Conseil des commissaires du peuple ne s'étend ni à toute la Russie ni à la République de l'Oukraine. La paix à résulter des négociations engagée* avec les puissances en guerre avec la Russie ne pourra devenir obligatoire pour l'Oukraine que si les conditions en ont été aceeotées et signées p*r le gouvernement de la République de l'Oukraine; 9° Un gouvernement fédéral pourra seul conclure la paix au nom de toute la Russie, mais à la condition d'avoir été reconnu par toutes les républiques et. tous les territoires russes organisés en Etats. A défaut d'un gouvernement féléral constitué de la sorte, la paix ne pourra être conclue que pir les légitimes représentants de cas répub'iques et territoires. Résolu à ne pas se départir du principe d'une paix démocratique, le secrétariat général souhaite pouvoir conclure la paix aussi promptement que possible et attache une grande valeur à toutes les tentatives faites en vue d'en rendre proche la réali sation. Il juge qu,il est indispensable qu'il ] soit représenté à la Conférence de Brest-Litovsk.Il espère que la paix sera définitivement conclue dans un Congrès international auquel le gouvernement de la République de l'Ojkraine convie tous les belligérants. WINNITSGHENKO, président du secrétariat général. SGHULGIN. Secrét. d'Etat des affaires internationales. M von Kuhlmann, président, a répondu à cette déclaration de M. Golubowitch : Messieurs, C'est avec un vif intérêt que nous avons entendu l'exposé que vient de faire le pré sident de la délégation de l'Oukraine. Je propose de joindre la note de l'Oukraine aux documents historiques que renferme le dossier de notre Congrès. Les délégués des puissances coalisées réitèrent le salut qu'ils ont adres é déjà aux délégués de l'Oukraine dans leur télégramme du 26 décembre; ils se réservent toutefois quant à l'attitude à prendre par eux à l'égard des divers points exposés dans la note des délégués de l'Oukraine. • • \ M. von Kuhlmann exprime le désir de soulever quelques-uns des points qui ser-f viront de base à la rédaction d'une résolution des puissances coalisées, j C'est avec les délégués du gouvernement de Pétrogrgd que l'on a négocié jusqu'ici sur toufts les questions qui concerne le territoire russe; c'est donc au président de la délégation du gouvernement de Pétro-grad qu'il faut demander s'il entre dans ses intentions de continuer à charger ses délégués de représenter diplomatiquement à Brest-Litovsk les intérêts de toute la Russie. — Brest Litovtk, 10 janvier. A la féance tenue ca matin,la délégation russe a déclaré qu'elle était prête è continuer les négociations de paix à B est-Litovtk.Ei'e s, on outre, reconnu que le compte rendu de la séance du 28 décembre publié p^r l'Age ca Wolff est fxsct et l'InfX'cM-tnda d^ l'information publiée par l'Agence Télégraphique russe concernant cette séaî ca. ^ v — Berlin., 11 janvier. L« < Bjr'iner T-geVatt » annonce' que le sous secrétaire d'E at b*.ron vsn den B îsscha tient tous les soi s les chefs des partis politiques au courant des événements de Brest-Litovfk La Ctnlerence de Stockholm — Copenhague, 8 janvier. Oi manda de S ockhilm au « S>zial-detQi kra'eu » : — M. Csm'lle Huysmans, fondé dë^i^retï— voir du Comité néerlando Scandinave, a reçu aujourd'hui son passeport pour l'An-srleterre. où se trouve actuellement M. A'bert Thomas. Immédiatement après la Conférence de Nottingham, aura lieu une conférence internat'onale socialiste qui approuvera, esièreton, le prog amme do paix de M H^nderson. * M. C*mil e Huysmans lancera ensuite, au nom de Gomi é néerlsndo Scandinave, !es invitations à une conférence socialiste internationale. » J' — S ockholm, 10 janvier. Recevant un journaliste, M. Csmirt^É H ystnans lui a déclaré entre 'a position de M. Lloyd George est d ffieil" en ce moment. Il n'est pas impossible qu'un reviremet^^ se manifeste du jour au lendemain danjn poHtiqae européenne. JÊI DERNIÈRES DÉPÊCHES — Pétersbo'ïrg : 10 janvier : Lu ï-ff^rts én9"giques tentant à renvers*^^^ la uuissance des Sovja s ont échoué Outow^J 9 été battu et s'est enfui. Il est ta'onné par des détachement de soldats révolutionnai ^ res et de la « garde rouga ». 4 Lps troupas de Kilédine se sont retirée* sp- è3 avoir subi plusieurs graves défaites. La conseil des ouvriers et soldats de J Rostowestel liberté. Les cosaquas du ■ front se sont déclarés adversaires de Ka-Rline. Kalédine es aya de battre en re-t-aite. Set trou p; s envoyées dans la dire J tion du Don ont fait demi tour. I Lt découverte de relations criminelles entre la Rada, KsHdine, les Français f* les Américains o tt ouvert les veux aV V pauple au sujet du commerce infâme qt i V a été fait avec le sang des soldats, ouvriers ^ e naysars de l'Ukraine. m La puissance des Sovjats qui s'est formée sur le Gongrèj de Charkow gagne de-plus-Î^B e i plus. v Le ministre da la guerre ukrainien, S Pdt'ura, s donné sa démission — Brest-Litowk, 10 janvier. v* Trolzki a fait la dé laration suivante : }■ « Après avoir pris connais ance de la note du Secrétariat général de la République ukrainienne, publiée pir la délégatip'A^ de l'Ukraiue, de son côté, la délégatit JB russe déclare que conformément à la rp-^B connais ance en principe de l'autonomie I da chaque nation jusqu'à la séparation 1 même, elle ne voit aucun empêchement à la participation de la dé'égation i k ai- ; nienne aux négociations de paix » A la suite de cette déclaration, une ■ longue discussion est survenue, de laquelle m fut posée la question de savoir si la détéga- ■ tion ukrainienne n'fst qu'una brarche de la délégat'on russe ou si, au po nt de vue^ diplomatique, elle doit être^eeç-si^-B'e^ comme mandataire d'un Etat indépendant'. ■ A ce sujet, Tro'zki a déclaré considéreî^H cette question tranchée : la délégati n^B ikrainienne étant venue à Brest Litovfk® comme dé'égation indépendante et qué^ cette qualité a été reconnue par sa dé é- V gation. B Le président de la délégation de l'Ukrai- V ne a remercié alors le représentant russe fl de l'attitude prise et de la manière dont lui <■ et ses collègues ont été reçus. Il présumait que, par là, la position in- ■ dépendante de sa délégation aux négocia- A tions de paix est assurée, c'est-à-dire quefl les délégations ukranienne et russe forme^ raient 2 délégations séparées indépen-V dantes du même parti. H Après une déclaration du secrétaire* d'Etat von Kuhlmann disant que cettnS question préliminaire demandait encore àl être discutée par les délégations de puis-^ sances centrales à la première réunion de | la séance publique, le premier délégué I russe a pris la parole : Il a dit qu'il jugeait nécessaire d'écarter^ d'abord un malentendu qui s'est glissé 1 dans les négociations. <1 La délégation russe a lieu de constater J que le compte rendu officiel de la séance 1 du 27 décembre, publié par les journaux fl allemands, et qui contient le discours du 5 président de la délégation russe, est ex;c-^ tement rendu à la publicité. S Nous commençons par confirmer que, ■ de plein accord avec l'ancienne révolutumi^B nous voulons poursuivre les négociatvjjB de paix, que les puissances de l'Ente! 1 s'y joignent ou non. 4me année Nw 10 îk «• JLO a Dimancke 18 Janvier 1918

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'écho de Sambre et Meuse behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in - van 1915 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes