La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

616 0
18 januari 1917
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 18 Januari. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Geraadpleegd op 19 september 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/222r49hg4q/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Jeudi 13 Janvier 1917 •TOTTRTVTATi OTTOT'TTiT'RTSr —— 7* ,f> TKTn m A t»a» • f H ry^nf^-mâo 4e Année. — N° 782 LA BELGIQUE PRIX DES ABONNEMENTS 1 mois (février), fr. 2.55 — 2 mois (février-mars), fr. 5.10. jES DEMANDES D'AS^NNEMENT SONT REÇUES i LES RDCLAWlATrONS CONCERNANT LES ABO^U EXCLUSIVEMENT PAR LES CEMENTS DOIVENT ETRE ADRESSEES SUREAUX ET LES FACTEURS DES POSTES. | EXCLUSIVEMENT AUX BUREAUX DE POSTE. ADMINISTRATION ET RÉDACTION Si, ùTontagne-avLx-Her'bes-JPota.ffères, 13 Ft ZJ X TELLES BUREAUX : DE 9 à 17 HEURES DIRECTION ET ADMINISTRATION t De lO 1,8 à 18 1/8 et de 15 ljS à 17 heures. Jos. MORESSÉE!. Directeur Petites annonces, s s » s ». la ligne, fr. 0.50 Réclame avant les annonces : — 1.25 Corps du journal .... g • •—. 5.00 PRIX DES ANNONCES Fai's divers ...... i •— 3.75 Nécrologie —. 2.50 . Coin dos Eleveurs ...... sj—• 1.00 Aujourd'hui : SIX pages. LA GUERRE 899' joui* de guerre Les nouvelles de quelque importance continuant à faire défaut. Sus: lo froat rouxnain, on en est à la période des contre-attaques russoni^uimakies. Les troupes de 1 aronidhic Joseph le.ir ont terni tête diams les vallées die Casinu et de SuchitMt, et la IXe armée austro-allemande a contenu une forte contre-offensive de» Russes sur la Serctli inférieure, dans ie secterur de Fundeni. Sun les autres grands fronts, l'artillerie continue à éuce active, mais l'intervenlliJoin de l'infanterie reste extrêmement limitée. DANS LES BALKANS EN GRÈCE Londres, 16 janvier : Le oolterborateur diplomatique du. „Elaily tTelegrapih" écrit : — Les Puissances alliées', y compris l'Italie qui n'avait pas adhéré à la noie du 31 dsfcaao bro et n'avait consenti à modifier «on attitude qu'à condition que La ©litière du gouvernement vénizéliste fût restreinte à ses limites territoriales actuelles, ont. trema-mis samedi leur avis concernant lia note grecque du lil janvier. Cette nouvelle note semble assez étendlue. Les gouvernements alliés exigent à nouveau le contrôle des postes et télégraphes qui leur avait échappé à la suite des événements du 1er et au 2 décembre. Ils» promettent d'user do ce contrôle de telle manière qjui'il ne constitue pour le gouvernement grec aucune entrave. Ils exigent en outre une satisfaction publique pour l'injure à leur drapeau, la mise en liberté immédiate des vénizélistes emprisonnas, des indemnités pour les personnes qui ont perdu la via au cours des événements des deux, premiers jours de décembre, et l'éloigneraient du général qui commandait à Athènes ces jours-là. Ils exigent enfin le stict accomplissement de toutes les conditions posées par-les notes des 14, et 31 décentre et) diu 8 janvier. Aussi longtemps que satisfaction ne leur sera pas donnée, il ne pourra être question do la levée du blocus. Aucune date n'est fixée. Les quatre gouvernements sont toujours visiblement convaincus qu'ils {pourront arriver à un accord satisfaisant avec le roi. Constantin." Le Pirée, JL7 janvier : EVaprès l'Agence Router, le général Kal-laris, qui coinuiancDait le premier corps d'armée lors des événements qui se sont passés le lor décembre dernier, a été remplacé par le général Yannakitsas, officier dr or-donnaaco du roi Constantin. Le général Yannakitsas a été ministre de La guerre dans le cabinet Skouloudis. Londres1, 17 janvier : Le général J^apatJiiotis, rentré de Salo-niqiue, où il a conduit une délégation militaire, a déclaré à Rome au correspondant du ,,Times" que la dernière concession du roi Constantin n'a été faite que pour gagner du temps. La situation dans les Balkans ne peut être sauvée que si l'Entente tient Athènes et le Pirée sous une pression politique constante, ce qui -fiinirait par branler la position du Roi. EN ROUMANIE Londres, 17 janvier : Le „Daily News" apprend de PétrQg*rad que, dans la Bessarabie, la ville d'Isma J, sur le Danube inférieur, est bombardée par l'ennemi, dont les aviateurs survolent les territoires russes jusqu'à Bolgrad et Kagul. Berlin, 17 janvier! : Le ,,Berliner Lokal Anzeiger" apprend; do Budapest : -- L'encaisse do l'Etat roumain et. toutes | ses valeurs ont été expédias de Jassy sur | une aatire localité. Les Roumains «âgés1 de 16 à 60 ans qui ne sont pas malades ou absolument inaptes ! au service sont enrôlés dans l'armée. DtPÈCHESJfiVERSES Paris, 15 janvier ; , Le „ Temps" éerit : — -Dans tous les domaines, la France va devoir faire un suprême effort. L'heure a sonné do mettre à exécution les mesures, prises par elle et approuvées clans leurs grandes lignes par tous ses alliés, au point de vpe national et international, concernant la défense de son territoire, les effectifs de ses armées et son matériel de guerre. Au point de vue défensif, 1916 a donné à l'Entente de bons résultats à Verdun et dans Le Trentin. En ce qui concerne l'offensive, le bilan est plutôt maigre. La ba*aille de La Somme n'a donné que des résultats fort limités et exclu®veulent tactiques. IL/offensive du général Brussilof n'a .pu modifier la situation stratégique sur lo front dans l'Est. Le point noir a été la campagne des BaL kans, où les Alliés' ont toujours méconnu les conditions qui leur étaient imposées et n'ont pas prévu les conséquences de leurs actes. La Roumanie est entrée en lice à l'heure même où. les Russes étaient épuisés. L'expédition de SaiOnique n'a donné qu'un résultat médiocre. L'attitude des Alliés à l'égard do la Grèce n'a fait que Compliquer la situation à l'extrême- Les responsabilités seront établies plus tard1, mais dûs aujourd'hui il est avéré que la concordance des efforts des Alliés est restée fort au-dessous de ce qu'on pouvait à bon droit escompter. Les nombreuses entrevues dos chefs des gouvernements alliés ont. ressemblé jusqu'ici à dos conversations de salon. Une meilleure méthode, une centralisation du travail s'imjKJsent impérieusement. Quand sévit une guerre comme cel'e-cà, il n'y a pas plaça pour l'improvisation." * Paris, 16 janvier : Le „ Journal'' écrit : L'Allemagne nous menace d'une guerre renforcée de sous-marins. Nous devons donc nous tenir sur nos gardes. Notre ennemi n< ' réussira sans doute pas à briser notre blo eus par l'action de ses sous-marins; mais, d'autre part, il serait puéril de nier qu< les perturbations qu'ils apportent dans 1< trafic maritime ont pris une extension inquiétante. Toutes nos mesures de dépens* n'ont pas empêché que les dommages n< deviennent de plus en plus considérables. En conséquence, il est indispensable d armer tous les navires marchands do deus canons desservis par des homme® expérimentés; en outre, il faut mettre à boit des torpilles ordinaires et des torpilles aé. riennes explosant sous l'eaa pour que les sous-marins puissent ctre touchés aussi bien en plongée qu'à la surface de la nuejy" Dans 1',,Information", le député Bergon. membre de la commission de ià marne d< ta Chambre, écrit : _ — Dans le combat contre les1 sous-ma-rioa aUcsnancte), les Alliés doivent passeï avec décision à l'offensive, étant donné que la défensive est insuffisante.'' M. Bergon propose de donner la chasst aux sous-marins allemands à l'aide d hydroavions, de contre-torpilleurs et dé sous-marins Sjpéciaux ; il demande, en outre, que les flottes de haute mer anglaise et française attaquent les ports allemands de la mer du Nord et de l'Autriche. Occuper les Lies aliemondles de la mer du Nord serait, dit-il, donner le coup de grâce à la guerre des sous-marins. * ♦ a Genève, 17 janvier : Ou apprend do source française qu'à- par-t.r du mois de février prochain toutes les permissions accordées aux soldats français qui se trouvent au front ou à l'arrière du front seront suspendues. » Paris, 16 janvier : Le ,,Petit Parisien" annonce que de graves incidents se sont produits ces jours derniers dans la fabrique de munitions de Bes-sems ('Bordeaux). Les ouvriers noir3 et jaunes se sont divisés en deux groupes ennemis et se sont livrés do véritables batailles, au point qu'on a du faire intervenir la trouipc. On organise en ce moment uni sar-• ice d'ordre spécial. * _ * • Paris, 17 janvier : En France, le manque de charbon devient de plus en plus grand. Dans la banlieue parisienne, des centrales éleo;riique£i desservant d'importantes blanchisseries ont dû cesser leur exploitation. Deux cen*s blanchisseries, occupant 3,000 ouvrières, ont, par suite, fermé leurs portes1. Lo transport) -des charbons par la Seine a, été suspendu à cause de la forte éjrue des eaux. ♦ Zlmicli, 16 janvier : Le Conseil fédéral1 communique ce qui suit ; — Les circonstances n'ont pas permis au Conseil fédéral die réduire sérieusement, d'accord avec la direction) de l'année, les effectifs des troupes échelonn/es sur la frontière. Depuis le commencement de 1917, le Conseil fédéira.1 a jugé opportun de prendre des mesures de pijudence plus étendues et de décréter à cet effet, la mobilisation, pour le 34 janvier, de la 2e division, ainsi que des parties cfô troupes rron encore appelées de îa 4e et de la 5o division. Le Conseil fédéral continue à être tout à fait convaincu que les deux groupes belligérants' continueront à respe-'tor ït 1 avemir, comme dans lo passé, la neutralité de la Suisse." L'Agence Télégraphique suisse annonce à ce sujet que, d'après ses informations, il n'e{xiste aucun' motif d'inquiétude. Le Conseil fédéral reste convaincu qu'aucune violation volontaire de la neutralité siuisso ne se produira i>as. Toutefois, pendant ces der-ni-ars mois, les effectifs suisses ont été relativement faibles et comme, d'autre part, il est possible que les opérations militaires se rapprochent davantage de la frontière du pays, une plus forte mobilisation s'impose. * * * Berne, 16 janvier : Parlant d'une dépêche de l',,Echo de Paris", d'après laquelle lai ville de Côme aurait été évacuée par la population civile, le ,,Berner Tageblatt"' écrit que, si cette nouvelle devait se confirmer, on ne pourrait voir dans cet^e évacuation qu'un acte susceptible de eomipromet-tre la sûreté ce la Suisso- Du moment où l'Italie masserait plus de troupes encore à Côme, les forces qui gardent notre frontière méridionale devront Otre renforcées. Pareille attitude de ! l'Italie ne pourrait être considérée que comme un acte inamical, qui renforcera l'opmion des pessimistes suisses. » * « Zurich, 16 janvier : D'après des nouvelle® de source privée, d'importants effectifs portugais auraient refusé récomment de partir pour la France; il! y aurait eu de véritables batailles. D'autre part, l'Espagne aurait refusé de laisser passer sur son territoire des ouvriers portugais engagés en France. * * ♦ Cologne, 17 janvier : On niundb de Zurich à la ,,Gazette de Cologne" : — Le» pourparlers engagés par le Conseil fédéral st*isso en vue de l'échange d"n-validos allemands et austro-hongrois, d'une part, et japonais, d'autre part, ont abouti. Le département politique suisse croit que cet échange pourra se faire à bref délai. * * * Berlin, 10 janvier : ,,Tagliche Rundbchau" prétend que l'on doit s'attendre à bref délai à la fixation d'un prix maximum pour la bière vendue par les brasseries; on parle de 32 mark par hectolitre. Il ne serait pas question de fixer des prix maxima pour la vente au détail. * * * Lonidlres', 16 janvier : Le „Times" apprend' de PétrogtracB qiue l'on s'attend pour cette semaine encore à dès changements dans le ministère, afin d'éviter un conflit avec la Douma. Le peuple, qui avait été désillusionné déjà par la nomination du nouveau président du conu seil, a pris connaissance avec stupéfaction de l'exposé que la ,, No voie Vremia" a fait du programme du prince G-alitzine; ce'.ui-ci a, en effet, déclaré que sa politique consistait en une opposition formelle à l'établissement d'un gouvernement responsable. i Pétrograd1, 16 janvier : > Lepui.s plusieurs semaines, toutes les réu-- uious convoquées, même par des sociétés jouissant de l'existence légale, sont dtfon- > dues à Moscou. Il en est de même pour les î nombreuses réunions convoquées par l'ini- tiati-7e privée, dans des maisons» particu-i lières, en vue ce discuter les cuestions po. i Ûtiques. Cette campagne policière a début par l'interdiction de la session des Unions les Villes et des Zemstvos. Ces jours derniers, entre autres, l'Association de la presse le groupe historique, des assemblées de fabricants ont dû lever ou contremanrlœr leurs réunions par ordre du commandant de la place de Moscou. Nonobstant ies règlements, des assemblées et des conférences académiques, tenues dans les locaux de l'Université sojus la. direction de professeurs, ont ù ' l6ur tour éçé dissoutes par la polaee. ♦ * * Stockholm, M ianvier : L',,Aften:bl/adet" apprend que les autorités militaires russes font exécuter, en ce mu-i ment, de nouveaux travaux sur les îiles d'Al and. Outre un grand nombre de petits bâtiments, on construit actuellement à *Ma- rieliamn .une grande caserne. * * • Pétrograd, 16 janvier : Suivant des informations du „RiiSskoïe Slovo", 1e mouvement révolutionnaire prend un caractère menaçant au Caucase. Plusieurs rencontres sanglantes se sont produites entre la police et la population. * * * Stockholm, 17 janvier. : Ouvrant hier la session du Parlement, lo Roi a prononcé un discours du Trône dans lequel il a dit, entre autres : — C'est à une heure critique que so retrouvent ici lo Roi et le Parlement, qui ont en commun la responsabilité de la sécurité et da l'avenir du pays. Le but que je poursuis avec l'approbation unanime de la nation est d'assurer à la Suède la libertjé et le droit do disposer d'elle-même et de conserver sa neutralité. Il nous est encore impossible de renoncer au maintien sur pied cé guerre de nos forces de terre et de mer. L'unanimité des déclarations faites au cours de la dernière session parlementaire concernant la question des îles Aaland m'encourage à redoubler d'efforts pour aboutir à la solution qu'exigent les intérêts vitaux du pays." Lo discours du Trône parle ênsutfbe des difficultés auxquelles se heurte l'approvisionnement et fait prévoir l'allocation de nouveaux secours dé guerre. Il réclame un renforcement des effectifs de l'armée et î ». misé à profit, cta toutes les expériences acquises pendant la guerre. Il signale, en. outre, le dépôt de divers projets do loi visant lo règlement des droits respectifs dés patrons et dfe9 ouvriers', la construction de nouvelles voies1 ferrées dans le Noordland, l'augmentation du rondement des chemins do fer de l'Etat et l'extension du réseau du téléphone. » * * Copenhague, 17 janvier •: Les deux Chambres du Parlement ont tenu aujourd'hui une siéance secrète, au cours de laquelle M. Scavenius, miiîni'sttrd des affaires étrangères, a prononcé un long discours. Il a exposé la situation commerciale du Danemark et s'est occupé de La note do paix Scandinave. Une longue discussion s est ensuite engagée» Au cours d'e la séance, M. RedewL, ministre do L'intérieur, a fait un exposé détaillé de la question du ravitaillement en céréales du pays.. 9 * ts Londres, 17 janvier : On annonce officiellement que !M. Lloyd George et les membres du conseil de guerre ont eu, lundi et mardi, une séné d'entré-tiens importants avec les généraux Nivelle et Haigh. * * * Londres, 17 janvier : La reine Alexandra a rel;u en audience M. Caml)on, ambassadeur de ÙF rance en Angleterre, ainsi que le général Nivelle, accompagné die son officier d'ordonnance. Berlin, 17 janvier : On mande de La Haye au „Berliner Ta-gel>lat,t" que M. Asquith et »a famille sont fixés sur l'île de Wiglit. Toutefois, l'ancien premier ministre assistera aux prochaines séances de la Chambre des communes.« * * Tokio, 15 janvier ; Le général Acki, rentré à Toldo, déclare qu'il n'e>t pa.s exact qjue la "Chine se trouve à la veille d'une quatrième révolution. ' Le général Acki prétend qu'un rapprochement s'est effectué entre les provinces du sud et cei-es dlu nord de la Chine en vue do combattre . les milieux gouvernementaux ce Pékin. * * * La Haye, 16 janvier : Dans les millieux diplomatiques de La Haye ayant dés rapports étroits avec les Etats-Unis, on a été avisé que le gouvernement japonais presse depuis quelque temps le gouvernement chinois d'adhérer à certain projet gros dfâ conséquences. 11 lui pr^nose de signer avec lui et de publier une*pro-clamation qui constituerait, une sorte de doctrine de Monroë da l'Extrême-Orient. Dans cetie proclamation, le Japen et la Chine déclarera ent de commun accord que toutes les questions intéressant l'Extrême-Orient constituent des affaires dé politique intérieure japonaise et chinoise au sujet desquelles les deux empires ne toléreront plus désormais l'immixtion d'aucun Etat étranger. ♦ * Pétrograd, 16 janvier : La ,,Novoïe Yremia" annonce qutg les représentants politiques de l'Angleterre à Pékin, avec l'aice des autorites chinoises de Chantoung, ont recruté 50,000 coolies chinois à Tchifou et We^Hai-Wed; ils seront expédiis en Angleterre. « » » Paris, janvier : Dans son édition parisienne, le ,,Nerw-York Ilaraldl"' annonce que !o présil^ent Wi son ne considère pas sou ac ion en faveur de la paix comme terminée. Avant la fin du mois, il enverra encore des notes aux Puissances cen trales et à l'En tenta. Londres, 16 janvier : Le ,, Central News" apprend de Washing1-ton que M. Wilson aurait 1 intention ik faire un© déclaration p*»ur prendre positio: visr-ô-vis des deux notas qui lui ont été remises. Il 6iub«rdonne toutefois la remise d* cetUa déeiara.tion aux deux groupes de puissances à l'afclatudé que prendra la Congrès. * * Washington, 16 janvier : On annonça la mort de l'amiral Dewey, , qui se distingua lors de la guerre hisppno-américaine.» * * Amsterdam, 16 janvier : Les journaux hoTtandais apprennent df< New-York que lo bruit court qu'un emprunt gngé anglais de 300' millions ie dollars SAra émis à Now-York, dès que le nouvel em-ixrunt die cuerre anglais aura été ulacé. SUR MER Londres, 16 janvier : Lloytte amionce que le varpeur britannique ^Brock-wocd'' et le vajpeiu* norvégien ,,Thelma" auraient été cofulAs. D'autre pari-, le vapeur norvégien „Graa-Cield'' a touoké une mine et a sauté. Cinq matelots ont été sauvés, les autres on|i> péri. Stoo&liolm, 15 janvier : On mande d'OxeÉooaund qu'on a réussi hier à renflouer le vajpsur allemand ,,'Bur. geneister von M elle", qui s'hait jefcé à la cô-te le 32 décembre dernier et que l'on croyait perdu. Copenhague, 17 janvier : On apprend aujourd hui seulement que, le 21 aofit 191 G, à l'entrée de la baij do Uiga, le torpilleur russe ,,Dobrowole2/", jaugeant 660 tonnes, a touché uno mine et a coulé. Londres, 16 janvier : Lloydis annonce que le vapeur ,,Martin" ( 1,904 tonn-s) ei le vapeur suédois „Nor-ma" ont été coulés. Des vapeurs arrivés ici ont ramené l'ô-quipîge du vajoeur norvégien ,,IIolma", do Drom, ainsi qu' une partie de l'équipage du vapeur britannique „Brockwood", coullés 1 un et l'autre. Lo second et 12 hommes'do l'équipage du „Bruck.wood" ont disparu. Le ravitaillement de ia Belgique et l'industrie suisse Sous ce titre, le ,,Journal de Genève", du 26 novembre reproduit, en 1 approuvait sains réserve, urne corre^oiiflUuico qui nous intéresse particiiilifîremeat. Nous ne savons éviueniuneat |>s« si l«s tiques qu'elLa contient à l'ûdr^Siso du COm'tté améincain saut fondées, mais d'accordi artec le ,,Jourftaldo Genève", nous devons souhaiter que la question soudevée soit ausîàteti que passible resolue dans un sens favomble- — Le sort de la Beri-giq/ue est, en véiït^ peu; cigne d'envie. Ce nwilkeureuixi p*ys semble ne trouver quelquefois (juc dés sym-pathies bien platoniques chez ceux-là mêmes qui se sent intiitulés ses défenseurs. C'est ainsi qn elle s'est privée d'une quantité de dénrées et produits nécessaires à sa consoarmatiou, parce que les Alliés craignent de voir ces produits prendre la route die 1 Allemagne. Ce souci de maintenir la blocus», compréhensible en principe, équivaut en fait à ,,bloquer' ' la Belgique comme on veut le faire pour l'Allemagne et à l'empêcher de recevoir les matières de première nécessité dtmfi elle aurait besoin. Un comité américain de ravitaillement R'eSt bien constitué, mais son activité semble étire assaz restreinte et nous sa votas quj'une maison suisse qi i s'était adressée à lui n'a, malgré de rii-térées lettres, pas même obteuu un mot de réponse. Les faite suivants1, qui nous sont affirmés, avec pieses à l'appui, illustreront ce que nous venons de dire. Une des principales et des plus anciennes fabriques suisse» de produits pharmaceutiques, qui depuis plus de dix ans fournissait ses produits en Belgique, par l'intermédiaire d'un agent belge et luttait, non sans peine, contre la. puissante coacurrcnoa allemande, s'est vu re&ror, depuis qaelqne* mois, par la S. S. S. 1'autr*risation de con-iauer ses envois à desriimtion dé la Bel-dlque. Ce refus était décidé à l'instigation des attachés commerciaux alliés. Soit dit, en passant, le chiffre do ces envois ne dér passait paà celui enregistra avain't la guerre, do sorte que le so«i)çou d'envoi h indirects destinés à rAJUemagne pouvait Ôtre d emblée écarté. Do jBei'gique sont aussitôt arrivées d'ainères récriminations' et des plaintes vé-hémeates. Des hôpitaux, des cliniques, une quantité des principaux médecins ont èorih en suppliant do continuer d'envoyer les re- ' 'mècias fortifiante qui. en ces moments de détresse, de pénurie et d'angjoissti morale», sont mua nécessité vitale pour des milliers de femmes et d'enfants. Cela se passait en juin dernier. Et depuis cinq mois, la maison' en) question, stimulée par les constants appels qu'elle reçoit de Belgique, multiplie ses dé^ uiarcjies pour obtenir l'autorisation d'effectuer ies envois si désirés. Le Comité américain ne daigne pas répondre. La S. S. S. fait ce quelle peut, mais sans pouvoir faire lever le vote opposé. Les attachés commerciaux excipcnt ae leur incompétence à trancher la question et no peuvent que transmettre les suppliques en) haut lieu. On laisse esipérer qu'une solution interviendra... et puis c'est de nouveau le silence. Une démarche directe an-près de S. M. la reine das Belles, dont îa maison a transmis la demande à Paris, n'a pas semblé avoir pesé d'un poils dér tûsif dans la balance.. Pendant ce temps l'industrie allemande, inutile do le dire., cherche à_ suipc^antar dé son mieux la concurrence suisse et à pousser en Belgique des racines assez «solides pour ne se les point laisser arractier de Ri tôt. On voit, par ce bref récitï, qu'il eût été aisé de faire beaucoup plus détaillé et, partant, plus probant, combien est difficile la. situation de l'industrie vis-à-vis de la BoL gioue. Nous no pouvons qu'appuyer la réolama-tîon do notro cCTrespondta.nt, qui nous pa-ia t tout à fait digne d'intérêt." COMMUNIQUÉS OFFICIELS Communiqués des Puissances Centrales. Berlin;, 17 janvier.— Officiel d'e ce midi: Tihé'âtre do la guerre à l'Ouest. Armées du feldmaréchal princehhéritier RuppreCht dé Bavière : Sur plusieurs points du front, le duel d'artillerie a augmenté de violence. Du*® la bo.uc.o d Y près, une entreprise ennemie a été enrayée dès son début par la feu de nos batteries. Des opérations fructueuses de no® patrouilles, effectuées près de I-e Sat-s, d)e Gueucecouit et à l'ouest de Péromne, nous ont valu 27 prisonniers et une mitrailleuse. Armées du prince-héritier allemand : Après avoir fait sauter une mine avec suôojs sur les hauteurs de Combinas, des fantassins et des pionniers du Hanovre ont pénétré dans la position ennemie et, après avoir maîtrisé les troupes occupant les tranchées, sont rentrés dans leurs propres lignes en ramenant plusieurs prisonniers. Théâtre de la guerre à l'Est. Front du feldmaréchal. prince Léopold de Bavière : Après' un violent feu d'artillerie, plusieurs attaques russes ont été dirigées dans l'après-m-di contre nos positions établie® au sud de Smorgon. L'ennemi, qui avait pénétré dans nos lignes sur une partie étroite dé netre front, a étî repoussé. La postèien ast restée partout et entièrement eu notre pouvoir. De nombreux cadavres russes couvrent le cliamp d'afcta/pie. Pendant la nuit, des détachements d» reconnaissance et dés patrouilles mobiles, avançant à plusieurs endroits contre nos lignes, ont été repOussés. Front du général-colonel archiduc Joseph : Dana les Carpathes orientales, sur la Cornant, au nord de la Bistritza dorée, des détachements de chasseurs allemands ont ramené plusieurs Riusses et une mitrail-lciysa des tranchées ennemies. Entre les. vallées de Casinu et de Su-aita, de fortes masses russes et roumaines ont continué avec acharnement leurs atta-ouies contre! tles positions établies sur les hauteurs que nous leur avons arrachées au cours des derniers combats; elles ont réussi à prendre pied sur un sommet. Dans tous les auta*os ca^, elles ont été ropous&éesi d une manièro sanglante et onti tubi de fortes pertes. Armées du feldmaréchal von Mackensen : Dans 1 abaissement marécageux, enire Bra'la et Galatz, devant des forces enne-miai supérieures en nombre, des troupes turques avancées, postées près dé Yadéni, ont été retirées par ordre srir la ligna de sûreté principale. Le feu de notre artillerie a forcé dos détachements russes attaquant La Burtea à s'arrêter. Front macédonien. Pas d'événements spéciaux à signaler--** * ©orlin, 17 janvier. — Officiel : tBiea que, pendant le mois de décembre, des circonstances climatériques aient consi-aérablemeiat entravé l'activité des avions, nos aviiateurs et nos services de défense contre les attaques aériennes oint réussi à infliger des pertes considérables à l'ennemi. Nous avons perdu Ii7 avions. Nos «nlierais ont perdu 66 appareils, dont 48 au cours de combats aériens, 16 sous le fou de noa canons de défense et 2 par atterrissage forcé. 22 de ces appareils sont en. notre pouvoir et il a été dûment étaîbii que 44 sont tombés au delà des lignes ennemies. * * * Berlin, 17 janvier. •— Officiel d'hier soir: Pas d'événements particuliers, ni à l'Ouest, ni à l'Est, sauf, sur le front de l'Est, dles combats au sud de Smorgon. n • « * Berlin, 16 janvier. — Officiel : En siguaiant, il y a quelque temps, l'in-dfignité du traitement infligô aux AUemandfe [»risonnie^5 dé guerre, que les Français) ont r habitude dé part] uer cans la zone de feu de leur terrain d'op»rations, nous avons annoncé que le gouvernoment alllemand avait pris ses mesures en vue de remédier à cette situation révoltante. Par une note, à térme fixé, le .. gouvernement français avait été sommé de ramener tous les prisonniers présents sur le terrain d'opérations à une cis-iance d au moins 30 kilomètres en arrière de la ligne de feu» de les grouper dans dos campements bien aménagés et de. les mettre, au point de vue d'u traitement, des communications par voie postale et des visites à recevoir de la part des délégués dos am-bassaces neutres? sur le pied de parfaite égalité avec les Français prisonniers de gueno en- Allemagne. Cette mise en demeure s'ncoompagmait d'un avertissement disant que, en cas die refus, plusieurs milliers de prisonniers français seraient amenés derrière lo front allemand, pour y être placés sur la ligne de feu et stvumis aux mêmes conditions eue les prisonniers allemands cantonnés en arriéra du front français. Le gouvernement français ayant laissé passer la date du 15 janvier 3 017, indiquée comme échéance, sans s'être prononcé sur se# intentions, la mesure envisagée à titre de. re^ présailles a été mise à exécution. Elle ne serçi rapportée que lorsque la France se conformera à la sommation allemande. * * * . Vienne, 17< janvier. — Officiel d hier micu : Front de l'Est. 'Front dés arméeâ du feldmaréchal-général von Mackensen : Hier aiprâs-midi, l'ennemi a fait une sortie en massé de sa t'te de pont de Nemo-lese et Namoloasa, sur la Sereth. bous le feu de l'artillerie allomando, son assaut s'est écroulé. Au cours de la Moirée, il a réussi à pénétrer dans nos tranclijéos, mais à la suit? de notre conttfô-attaque, il en a été rejeté sans retard. Front des armées du colonel-général archiduc Joseph : Entre les valïees de la Sussita et dh Casinu, les Russes et les Roumains ont dirigé de violentes attaques contre les détachements de combat du feldtmaréeh a.1-1 i eut o nant von Ruiz. Non» les avons repousséo* jmrtout; but 3a hauteur ara. sud du Casinu, i nous avons dû contre-attaquer. L'ennemi a laissé entre nos maous 2 officiers etJ 200 hommes. Près du tunnel de Meistioanesti, dés peu trouille», austro^hongroises, poussant à travers les lignes d avant-xx>stes ennemis, oui pénétré dans la position principale russe, (Foù elles oni ramené 20 prisonniers. Front des arm ;es du feldimaréchal-g&iéraj prince Léopold de Bavière : Pas d'événements particuliers. Front italien. Sur le front du Karst, l'artillerie se rnooi tre toujours active. Front du Sud-Est-, | Aucun changement. « Sériai, 16 janvier. — Officiel <3u granû état-major : Front macédonien. Sur tout le front, opérations peu imipoiy. tantes. Front roumain. Notre artillerie posa» sur la rive droite du Danube a incendié la gare do [Barbo-cie et a pris sous son l'eu la route Mobi-leui-Ualatz-iDauivlziulesti, où nous avons o,b-i servé d imporfcunts mouvements de troupes et du chai'roi. Près d'l»acea, notre artilleriei a couié jusqu'à présent 7 allégeas ennem,ies et uni petit turpiUeur. • # ♦ Constantin opte, 15 jan vier. — Officiel diq grand quartier générai : Sur le front du Caucasa, sur l'aile gant-cha, no/as avons repoussé des attaques ennemies à dieux endroits. Sur le front roumain, nos troupes ont repoussé une attaque et, maigre le violent fea de l'ennemi, elles ont pris d'assaut Vadfeni. Pas d'événements importants à sjgnaleu sur les autres fronts. » * * Constantinople, 16 janvier. —i Officiel' du grand quartier général : Pas d'événements importants àj signale® sur aucun front. Communiqués des armées alliées Paris, 16 janvier. — Officiel do .3 heures :■ A la faveur d'un tir de torpilles e* d'obus asphyxiants, l'ennemi a tenté, dans la région de la Somme, un coup de main„ qui a été facilement repoussé. Notre artillerie a vivement riposté. Etsoarmouches de patrouillas et canonnade habituelle sur le reste du front. * « * Paris, 16 janvier. — Officiel de 11 houresl : La lutte de l'artillerie s'est poursuivi'e assez vive dans la région de la Somme, ainsi que sur le front nord-eso de Verdun et en Lorraine. Un coup de main exécuté par nous sur les tranchées ennemies à l'ouest de Vie-sur-Aisne a pleinement réussi. ■f: * Londres, 16 janvier. — Officiel : La tentative f:iite par l'ennemi pour attaquer nos positions au nord-est de Gueut-decourt a éenoué; les Allemands ont subi des pertes, tandis que les troupes britanniques n'ont eu ni tués, ni blessés. Au nord de Bouchavesnes, ainsi que dans les environs de Beaumontrllamel et d'Ar-r&s. canonnades réciproques. Notre artillerie a sérieusement endommagé une. position ennemie établie près du canal > pi es-Comines. * * * Rome 16 janvier. — Officiel du grandi quartier gOnéral : Sur le versant méridional du petit Logar. zuoi (torrent d'Andraz), dans le '-'ordçvoLa supérieur, après un long et pénible travail souterrain, l'ennemi a fait sauter, le 14 janvier au suir, une puissante. mine sioua .nos positions du Cengia Martini. Une contre-mine que nous avons fait exploser en temps opportun a rendu complètement inefficaces pour nous lés effets do la forte mine» ennemie. -Bien au contraire, son oxiplosioni a fait s'écrouler un boyau creusé par les Autrichiens, ce qui leur a infligé des pertes sensibles. Dans le courant de la journée d'hier, da fortes chutes de neige sur les hauteurs, ainsi que la pluie incessante et le temps souveit dans les affaissements, ont restreint sur tojut le front les opérations et ont même limité le feu do l'artillerie. * * Pétrograd, 16 janvier. — Officiel du grand 'Hat-major général : Sur le front à l'ouest, la situation inchangee. Sur le front roumain, dans la région situ^ au sud-ouest de Pralea, à 19 verstes au sud du confluent de la Casinu et da Trotus, les combats ont eu c.ès alternatives diverses. Les troupes roumaines et russes, qui" se trouvaient à 7 vérités au sud da Pralea, ont avancé de deux verstes. Les Roumains ont repoussé doujx attaques nocturnes prononcées au sud de Re-kos, sur la Susita. Dans la région do Vadeni, à 10 verstes à l'ouest de Galatz, le combat continue. Sur le Danube, près de Braila, nos aviateurs ont lancé des bombes sur les allèges* ennemies ; les explosions ont provoqué mil inrATiHie. irrrririfir*'" "" ———r Dépêches Diverses New-York, 16 janvier : La Commission américano-mexicaine n'ai pas réussi à écarter les difficultés <|nJl existent entre les deux pays;èn conséquence, ella a été dissoute. Toutefois, les membres américains de la commission ont conseillé au président Wilson de renvoyer l'ambassadeur des Etats-Unis à Mexico et de rappeler du Mexique l'expédition commandée pa»ï le général Pershing. * * * Londres, 16 janvier : L'ancien chef boer, le général Benjaminj Viljoen, vient de mourir à l'âge dio 50 anal à. Samoa (Mexique), où l'irréductibleTrang-vaalien s'était établi après la guerre sud[-africaine. C'était Ben Vil;oen qui avait capturé le Dr Jameson lors (le son fameuar raid

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie behorende tot de categorie Gecensureerde pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes