La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

274 0
08 januari 1917
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 08 Januari. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Geraadpleegd op 23 oktober 2019, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/086348hr1x/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Lundi 8 Janvier 1917 JOURNAL QUOTIDIEN — JLe TTumêro : ÎO ÔeniîmëS 4-* Année. —- M* 772 ,-*■ LA BELGIQUE PRIX DES ABONNEMENTS 1 mois (janvier), fr. 2.55 | 2 mois (janvier-fivrier), fr. 5.10 3 mois (janviar-févriar-mars), fr. 7.65 Les demandes d'abonnement sont reçues I Les réclamations concernant les abonné» exclusivement ments doivent être adressées par les bureaux et les facteurs des postes [ exclusivement aux bureaux de poste. ADMINISTRATION ET RÉDACTION «M, MIontagne-aujL-Her'hes-F'ota.gères, JSFtUJZEZiLUlS BUREAUX : DE 9 à 17 HEURES DIRECTION ET A.DÛ1INIS THA.TIO.V .- De lO 13 à 13 1/3 et da 1S 13 à 17 heure». Jos. MORESSÉE, Directeur Petites annonces. . . . j j . la ligne, fr. 0.50 Erclame avant les annonce» . . — 1.2S Corns du journal >— S.00 PRIX DES ANNONCES | Faits divers — 3.75 Nécrologie ...,••••• >— 2.50 k Coin des Eleveurs «•■••• -.f— "f#00 LA GUERRE 089® jour ti© guorra Les1 Centraux poursuivent aveo un redoublement d'énergie leur offensive dfcms la vaàlco inférieure de la Serelh. Dans les CarpatheS de Transylvanie, les troupes de l'archiduc Joseph progressent vers l'est, lentement mais sans répit, par les vais de Tr-tuz, de Cassinu, de Su-chitza et die Putna. Dans le secteur d'à ÎFocsani, la bataille est devenue plus violente encore, mais aucune indication ne nous est parvenue jusqu'ici quant à sion développement. Entre le sud de Focsani et Rimniceni, des divisions austro-allemandes ont percé de forte» piisi.ions russes dont elles* ont repoussé les défenseurs jusqu'à proximité de la Sereth. Plus' vers l'est, d'autres trouas de la IXe armée austro-allemande ont entrepris sur taute la ligne Gulianca-Maxineni une offensive qui les a condfuii.es jusqu'au bord de la rivière. Entre la ÏBu&eu et le Danube, l'évacua'i m de Bra la par le? Busses a eu pour con^ séquence prévue leur ie raite sur la rive septentrionale tle la Seretli. Enfin, les Centraux avancés dans la pointe nord-ouest de la Eiobroudscha ont pris Galatas sous le feu de leurs canons. ♦ ♦ * En ce qui concerne les autres théâtres de la guerre, il n'y a toujours rien à noter, saujf un combat assez violent qui s es. déroulé entre 11 côte de la mer 'Baltique et la route de Riga à Mi tau : il a valu aux Bus es, repoussés sur les antres points, la conquête des premières tranchées défendues pair un bataillon allemand. Les chemins d3 fer en France Dans une étude très complète, publiée le 11 novembre, 1 ,,L.Vx>nonus.e français.; ra-suinie les r suttjats obtenus, pe.tfhi .t la guerre», par l'exploitation des six grands r seaux des ohemms de fer français. 11 s éto^d ensuite sur les causes de la perturbation qui s'est produite dans 1 exploitation de ce» ré-seatiîx et se d amande enfin s il n) est- pus urge.it de porter rem .de à la situation financière qui en est résultée. Tout d'abord, il convient -de comparer les résultas obtenus pendant la guerre avec ceuu. du dernier exercice normal, 1 exercée de <1013. Les recettes commerciales totales des sic réseaux de 1 Et.ti, de 1 Est, du Mili, du NoitJt, du Parisi-Lyoïi-Médiiterrance et du Paris*-Orléans, avaient, en rJtii, atteint deui milliards 17 millions en cliiffres ronds. En 1014, ces recettes sont tombees à l milliard 67O,pi2i,0f30 francs", ce qui représente une moins-va-luc de 17.1G ,% par ràpi iortl à 1913. Les recettes commerciales proprement dites n'entraient dans ce total que pour 1 milliard 47ii,462,000 francs, le complément, soit 19l,4ô<0,(Xio francs, étant fourni par les recettes militaires. En 1915, les rOoct es at!ei-.guient 1,607,7l.>,752 francs, ce qui donne une plu»-value de 1.60 % par rapport à 1914. Fait à noter : dans co total, ie> recjtibes commerciales entrent pour 1,326,888,000 i'r., chiffre inférieur à celui d*e 101 -i. La plusr-value est due aux recettes militaires qui se sont élevées à 37()i,S27,000 francs. Eps dlifi'éa^ences qui apparaissent ici entre les résultats d>e 1015 et, ceux de 1914 tiennent à ee que l'année 1915 fut une année complète de guerre, tandis que 1914 comptait sept mois de paix. D'après les prévisions qu'il est possible de faire, étant dlôniaé l'époque où nous sommes, les recèles totales des six réseaux atteindraient cottie année 1,980 mil-lions de francs, dont 525 millions comme recettes militaires et 1,464 millions) de franog pour les recettes commerciales. Si ces prévisions se réalisent, le résultat représentera une plus-value de 17.17 % par rapport à 1915 et urne moins-value de 1.(58 % par rapport à 1913. Les recettes oominc.r 'i ïles, au lien de fLichir, la guerre continuant, augmentant, et semblent devoir dépasser celle® de 1915 de 1&) ou 140 millions de francs, se rapprochant aiusi de celles de l9l4.C'eH lfi, an point de vuo général, u/a. résultat • satisfaisant-iVoyons' maintenant comment se compor-' teint les dépenses. En 1913, les charges totales atteignirent 2 milliards 59 millions ; en 191-1,-elles furent de pr :s de 2 milliards 15 millions, ce qui représente une inoins-value dy 2.16 % par rapport à 1913. Ce'.ta moins-value ne fut qu'éphémère. Elle était due à la restriction du trafic commerçai pendant les premiers' mois des hostilités ; elle se transforma, en 1915, en une plus-value de 2.70 % par rapport à 1914. Les obliges totales furent, en 1915, de 2 milliards 69 millions. On prévoit qu'en 1916 elles atteindront 2 milliards 413 mil/lions1, ce qui représente une plu^-value de 18.08% pur rapport aux charges "de 191 " r-t do 18.66 % par rapport à celles de 1913. Par le rapprochement de ces chiffres, on constate que, .si t année iKn...,ue ..> s'est soldée par une moins-value do 42,219,000 francs, la moins-value de l'année 1914 a at'eint 318,165,000 francs, et celle de l'année 1915, 371,707,000 francs. Comme il fallait s'y attendre, ce sont les Compagnies du Nord et de l'Est qui ont été les plus éprouvées,, une partie de leur résmit se trouvant eu territoire envahi par l'ennemi, et l'autre partie, dans la zone des armées, mais en réalité aucun des réseaux Cranr'ais n'a pu, ni en 1914 ni en 1915, équilibrer se* dépenses avec ses recettes. Les grands efforts faits pour ajourner tous les travaux qui pouvaient être ajournés, «ans nuire à la bonné exploitation des- réseaux, ni les progrès réalisés en 1915 d'tns ks ree-ettes, n'ont pù emp'dier un déficit colossal qui, pour les six réseaux et -les deux exercices 1914 et 1915, d'passe 714 millions de francs. On no prévoit pas que l'année 1916 puisse amjélioteir cette, situation. Au contraire, la moins-valiM? des recette de 1916 pourrait bien dépasser, pour les six ré-seauK, 4"0 millions âv francs, ce qui re-présenferait une augmentation de 22.27 % . par npport à 1915 et d'environ 977 % par rapport à 1913. Tandis que les recettes des réseau* français ^'améliorent de fa.on continue, le défie, t constaté entre le chiffre des recettes et le chiffre des dtépensie.s ne fait donc que s-'accroîtro. La cause en est tout d'abord à ce que la progression des recettes si con-tinueî et comparativement si favorables qu'elles soient, étant donné les circonstances, n'a pas encore ramené le chiffre de 1913. D'autre part, les recettes m. litairea entrent dans, les chiffres globaux pour des sommes de plus en plus considérables : u se pourrait qu'elles fussent d'environ 500 millions. de francs cette année et m me davantage. Or, les recettes mili a ires, contrairement aux recelés commerciales1, ne lais»- !5e:ut aucun bénéfice aux exploitants. * * • Mais ce qui cause surtout l'i sufavance des recettes des exploitations des chemins de fer, c est l'augmentation de leurs dev-penses. Les grands réseaux ferrés, qu'ils soient concédés ou qu'ils appartiennent i l Etvti, sont d'énormes consommateurs d< produits de toute sorte, au premier rang desquels se trouvent le charbon, les. produits métallurgiques, les huiles, les graig-eSj la bois, etc. Or, tous ces j i\duits ont su i depuis la guerre des hausses considérables, parfois fantastiques. Une hausse même as-9825 minime par kilogramme a immédiate meut pour les compagnies des1 conséquences qui no sont pas négligeables!, étant donné que ces compagnies ont besoin do grandes quantités de chaque produit. La hausse du charbon, notamment, doni le prix m'oyen s'est élevé de 30 francs; qu'il (tait en 1914, à 46 francs, eu 1913, poui atteindre 05 francs dans les premiers moi; ne 1916, bouleverse complùtoment lej budgej d«> compagnies. Le P.-L.-M. qui a dépensé en 1913, 56 millions de francs de combus-lib'e, a dépensé en 1915, 85 millions et dé-boursera de ce chef, en 1916, environ 17( millions. Pour les autres réseaux, chif. :'rjs sont à l'avenani. La hausse des charbons n'est pas la seule dont aient à pâtir les exploitât;ons de chemins de fer, puisque tous les produits, quasi sans exception, ont vu leurs prix hausser, mais ce n'est pas non plus la plus considérable. Les« rails, qui coûtaient ISO francs la tonne avant la guerre, om dépassé le prix de 550 francs, soit unt augmentation de 2Qô %. Les traverses qui valaient avanti la guerre 6 franc» environ a p'-oîe, valent 1] francs actuelleunen®. Par suilo do la hausse do toutes les matières et celio de la main-d'œuvre, une locomotive dont lo prLx de revient éta.t, eu 1913, de 115,00*') francs, coûtait, au! diébut le 1916, 1681,000' francs, soit 50 % de p'us. Un wagoni couvert- à marchandises, avec t'reini, a passé do 5,000 francs en 1913, à 10,00o francs en 1915. Aciuellementi, l'augmentation de prix déptas.-e 2(» % par ra.i>-port à l9l3. L'étude des va ri itions du prix ios; divers produits ou maiières employés dans l'industrie, montre en ef'et que la hausse, loin de se ralentir, s'est, piesque toujoar», rès sensiblement accentuée dans le second semestre de 1016. semestre qui fournit des cours en accroissement parfois énorme sur ceux du semestre précédent. Il y a là un phénomène sur, lequel on ne saurait trop insister. Tous les prix sont orientés vers la hausse. Aussi les grands services des chemins de fer: -la traction et la voie, doivent-ils [pour un avenir prochain, prévoir des accroissements de dépenses qui atteignent des pourcentages dépassant très souvent 150 % pa.r rapiport à 1913, et allant jusqu'à prèsi de ±00 %. A ces charges qui résultent do l'élévation; colossale des prix des produits employés, il faut ajouter celles que les- réseaux s'imposeront pour aider leur petit personnel a faire faoe au renchérissement de la vie. Il s y jpindra, eu outre, les dépenses qu'entraîneront les travaux et les commandes' différés, travaux et commandes qu'on no peut ajourner indéfiniment et qui subiront les hausses) du prix des matières premières! et. de la main d'œuvrc. Aussi, dans ces conditions, même avec un accrois--emeu.t continu des recettes, accroissement d'ailknirs très vraisemblable, on assistera à un élargissement des différences entre les rece ;es et Ljs découses, ces dernières paraissant devoir se développer plus vite que les premières. Voici maintenant la coucl: fûoffi1 à'e l'„Eocx. corniste français" ; Si les recettes des six grands réseaux français t anoi^nent de l heu-reuso reprise des affaires industrielles et commerciales, accusent eu un mot une renaissance de la vie économique du pays, c'est h\, au point de vue général, um phénomène dont ou ne saurait trop se féliciter et qu/on a niison d'enreuisti-er; mais,oon.m > le remarquait Bastiifat. il y a toujours ce qu on voit et ce qu'on ne voit pas. On von le développement des recettes, on voit moins celui dès dépenses, et ca,:-endant il a égalemenit son importance au nôint de vue gen-ri 1.11 n'est pas indifférent-, an moment où les finances publiques ont à faire face à tant de charges, que ces charges so'e it accrues du fa.it d'une exploitation onéreua^ des chemins do fer. Il n'est jxis indifférait que le r'iseam de l'Etnc ait à o^nvrir, pio-îr 1914, 1915 et 191 (î, une insuffisance de recettes qui sera d'environ 370 inil,li>"S ; in. • snf isance que d ^.vra supporter le Tr'sar. Il n'est pas indifférant non ; lus pour le Trésor que, pour l'ensemble des cinq réseaux conoécVs et pour lr« trois mêmes etxercice®, l'insn,ffisanC3 globale à ouvrir s it d'envi', ron 790 million» de francs. An^si, ét^nl donr^ nue les insuffisances de recettes, (Loin de diminuer, vont s'aarcravant et que ce phèniomène semble devoir se développer par suite de la hausse continue et rapide des prix, " il apparaît comme ta.ison.na.bip et prévoyant fîe rétaWJr, par un rol^vemenit des tarifs, l'érruili re entre les recettes et les dépersins. Cvi serait bien servir les finances publiques," I/a solution pr'conisée par 1',,Economiste français' ' est assnr'ment logique, et les c''i?fpps nue rions venons de pos>s>'r en revve font croir3; qui'u.n re^ -vemet des tarifs de transn-ort en France est inôyita.He. Malheu-reusemént, pareille mesure os' de nat -to \ complio-aer la sit^nfiion, rliéjà si difficile, dû commerce et de l'industrie. | DAIMS LES BALKANS EN GRECS Londres, 6 janvier : On mande d'Athènes au ,,Mor:iingl "Postï" : — Le g'ouiverue.no t grec projette visible, blement de faire 1 un ou l'autre acte de folie; divers inrJices l incl'iqi ient clureiue t notamment le fait que les réservistes or.fc été rappelés secréton e it sous les a ines et ont été avis's qu'une he.;re apr. s av- ir été préva lu®, ils doivent rallier :e ir corps. D'autre part, des mesures militaire^ importantes sont prises, surtout en ce qui concerne l'aril.erie, les stocks de munitions et les vivres. EN ROUMANIE Odessa, 7 janvier : On mande de Jassy aux ,^^08^" : — Depuis le d ibut di janvier, des dl libérations do la plius haute impoitaiice ont ea lieu à Jassy ; le roi de ivoumani?', les généraux Broussiiow, Ae.-.iew, Beiajf^v, Saohàrow et Bertiio'.ot y ont pris p£u t; el os se sont prolongées pendant six heures. La situation militaire a été examinée en di t il, et un nouveau plan de campagne a et minutieusement élaboré. Certaines e'P-ic t .-ils données par les coin mandants des secteurs du front permettent de coneluro que le Conseil de guerre s'est convaincu que, danis un te;nps rapproché, non seulement la ligno dé la Sereth, mais encore le Pru.h et peut-être mûine le Dnie^tei* seront ap^el- vs à jouer un rôle dans les opérations milt i:es. DÉPÊCHES DIVERSES Le Havre, 5 janvier : Le lieutenamt général Wiel mans, comman-diaait en chef do l'armée Le-e, est mort >e matin d'ans un. village situé deivière l.i ligno de front. Il a succombé à une pneumonie, contractée il y a quelques j,;iu*s ' dans les tranchées. Le liou'.euanb général Wielemans était né 10 10 janvier 186;?. Il avni: été promui -sous 11 h;tenant 'le 1er mai lSSl, l e;-.tenant le 27 décembre 188S, capitaine le 2G d'o.ànbrj. 1S94, majar le 25 d'<vîom ro 1.J05, li -u;tenant • colonel le 2)-décembre 1912. Le d i'unt avait été nommé lieutenant général pendant la guerre. C'était un va'ouireux soldat, aimé de tous. ♦ * * Pars,, 6 janvier : Le) ,,Petit Journal" annonce que lo cabinet français a approuvé à l'umanim.to le projet do loi établissant le service militaire obligatoire dans les colonies. » * * Paris, 6 janvier : Le „Journal.'' fait remarquer que, pendant les trois dernières semaii.es, t ute importation en France de charbon anglais a coonplèteinent cessa à la suite du refus ces armateurs norvégiens d effectuer les tr.ins-ports- aux frets maxima fixés Jfâr l ^Vn-gleterre.• " * PaiÎ3, 6 janvier : Om annonce la mort du député radical Henri Maret, doyen des journalistes politiques de France. * * * Paris, 6 janvier : Le gouvèrnement français a récemment chargé son ministre à Berne de renouive er aù gouvernement f 'déral les assurances d: vn-n'ûs le 4 août 191.4 à la Suisse. Une fo's de plus, le gouvernement français s'e t on-gagjé f orm el I mien t à respec ter sans rv:str i c- tion aucune la neutralité du pays. * * * Rome, 6 janvier : Hier, M. Briand, accompagné de M. 9Bar-rOre et des membres de la mission f aurais^, s'est rendu, à 10 h. à la Consulta pour conférer avec MM. fëoselli. et feonnino. M. Lloyd George est arrivé à 11 h. V*, accompaené de M. Benn^i Eoàd et des membres do l'ambassade d'Angleterre. Dans l'après-midi, entre 3 et 4 heures, les missions alliées ont été reçues par In Reine, le régent et la rsine-mère. * * * Rome, 6 janvier : Les représentants d'e la Quadruple Entente se sont réunis ce matin, à 10 heures, sous la présidence de M. Boselii. La, co f>-ronca a duré jusque 1 heure de l'après- midi. A 3 h. 30, la séance sera rouverte. ♦ * » Rome,, 0 janvier : Le r,Giorna.le d'Italià^ ajmonce que le général Sarrail eS' arrivé hW s^ir h Borne, nccomipagné d,i de'ix officiers d'ordonnance. .M. Briand lui a rendu visite ce matin et s'est! entretenu pendant une heure ave^ lui. A 10 heures, le gétnéral Sarrail s'e^t rendu à la Consulta. • » * Lugano. 6 janvier : I^e syndic de Turin a anînonoê au Conseil communal quo le ministre de la guerre n'a pas réussi à obtenir lie combustible dont la ville a besoin. En oanséqrence, à -partir du 20 janvier, le gaz manquera. Cette nouvelle ia fortement impressionné la population.* * * Rome, 6 janvier : D'après des informations officielles, fin -lécémVe dernier., la. tonne de charV>n domestique se payait à Gaies 310 lire et le charbon de Catoif' coûtait 380 lire la tonne. Malgré ces prix inconnus m ftialie, les offres s >nt très j eu im.pn.rt^mites, les stœîcs faisant défaut par suite du man^ que do navires. * * Parafe, 5 janvier : T/ Arron^e TTavas apprend de Madrid : T.es journaux pu' l e t une informa'ion do source diplomatique disant que le r^ouver-neme-vt su>;ktois a transmis au ca1i"et de ■^Tadrid une note demandant à VEspo/mede «tonner so<n avis sur l s mesures jugées m4-cessnires par le gouverneraient esy>agnol pour la défense dés intérêts des neutres. .♦ « * La TTave, (v décembre : A la seconde Chambre, le ministre [affaiies étrangères a déclaré que le gouver nera ont néerlandais ne fera aucune démarche en faveir de la paix, étant donné qu u ».st convaincu que parejlo démarche ne favoriserait pas en co moment le but à aa teindre. » * * La Haye, 6 janvier : Le ,,Nieu\ve Courant" se fat1' l'écbo d'une nouvelle, d'après laquelie le gouver-nomeait suéek is aurait proposé aux Etats neutres de l'Europe do convoquer une con-iérence pour (iscuiter <yi commun di verses questions de Droit internaitional intéressant ies neutres ûans le pr sent et dans l'avenir. * * * Pétrograd', 6 janvier : Le ,,R'asskoïe Siovo"' prétend savoir d> source autorisé que M. Protopopofr donner sa démission et qu il sera ro nplacé par M. SScliwostoff, ancien minisure de l'intérieur. ♦ * * Pétrograd, 6 janvier : L'assassinat du moine Raspoutine est annonça ofïicieilcineii; par ia „! irschewija Wj.vlomostii" dans son n-uim«ro diu 30 dé-cemoTe-* . * * Londres, 6 janvier : Lo nTiines,; dit avoir appiis de bonne source que l'instruction judiciaire ouvert contre les assassins du moine Raspoutine serait prochainement close, attendu qu'ils auraient agi en état de légitime défense. * * *j Pétrograd, 6 janvier : Un vol avec ef raefcîon, auquel on attribue des motifs d'ordre politique, a it <• m. mis au domicile de M. Rodsianko, président ''e la Douma de 1 Empire. Toute la maison a été boulevers e, mais aucun objet de viv iour n'a disparu. * » it Washington. 6 janvier t D après une information du dèpniJtom~nt V l'Ètnt. le président Wilson n'a pas l'intention d' envoyer une nouvelle note de paix, w « « Londres G janvier : O-ii. mande (io New-York aa "Daily Tcle-•iTnnh" que le nouvel emprunt anglais h •'ntttl.ro aux F.tats-Unis sera di 60 mil-llins da £: il fer» rem onrsahl.' en cm ans. Lu Grande-Bretagne donnera d.-s (gages. SUR MER Paris, 6 janvier : L'Agence il a vas apprend des Sables l'Olonii s qu'un sous-marin allemand a fait sauter 1© no vire français ,,Sainle-Ni-Q '. • v équipage a été sauvé. Londres, 6 janvier : Lloyds annonce que désormais, par ordre de l'Amirauté, on ne {Hprra plus publier de nouvelles concernant les navires, sau,i' celles concernant les accidents. Londres, 6 janvier : Lloyds annonce que le vapeur norvégien ,,Sariâ!', jaugeant 1,119 tonnes, a été vrair-s^mblablement coulé. liondreis, 6 janvier : Lloyds annonce que "le vapeur norvégien ,,Eriba" que l'on croyait coulé, e.st arrivé au port. Londres, 6 janvier : Le vapeur norvégien ,,Taino" a été coulé. Ymuiden, 6 janvier : Le chalutier à vapeur ,,Walwisch", d! Y-muiden, est considéré comme perdu. Marseille, 6 janvier : Les vapeurs anglais ,,nestland" et ,,Cav-Ivve", les voiliers français ^jMiss Maud et ,Capricïeiax", ainsi qu'un vapeur grec inconnu, ont été couk's. Vigo, 6 janvier : Un sous-marin allemand a essaya do faire sauter le vapeur charbonnier norvé-i irn ,,Thyra7\ Les lioml.ics plac es à b rd n'ont pas explosé et le naviro a <'fe' rencontra, allant à la dtirive, par des pécheurs.Londres, 7 janv'er : Lloyds anmonce que le va.pC'ur ,,Alr'On , de Bergeru, jangea.nt 432 tonnes, a ^ coulé le 2 janvier à coups de oa.'ion par un sous-marin allemand. L'équipage a été sauvé pay le vapeur danois ,,Plierko\v''. LES PROFITEURS Sr>us ce litre „L» srétropo'o'' du 9 d'eam-bre, éditée à LoikIlcs, publie l'amusante in^ formation que voici : — La plu part dos pays nerteea s enrichissent déit!e3iuTi'inent s r le dos ; "e."l 1^11 gérante. D'après d'es «lotis ijtje» di rai <fo Toi, le pelit Danemark a.urait 'nw jua-qu ici plus d'un» milliard1 à .a guérie. En Hollande, les prof.te ne sirl pis m .indtes- Les c,>npagii;.es de navigataon distribuent des dividendes insensés, !a eotii-trelinnde met son homme sur le v.lonrs en six mois... si tout va liai, 'e lui ee, -le pi»i:is Viorls, I,a Haye et Soheveniugue n ont- jamais plus ga.ia et plus laixls. La vaivité des nouveaux r eh s. de- Q.W. (oorlaffwinïiers), comme on les ai.^e'.lo 1'-lus, dftpiissu t>utos les bornes. '.Bit- praid dida c'est évicemme».t de so '«ne pisser ponr >''es mcmUres de la pl .ut icratie as-s'se. Mais le numéro élevé de leur auto e'. ils en ont tous une — révèle lada-e ré. conte et l'origine do leur fortune. Alors sa-. e/,-vous 03 qu'ils ont imaginé % Ils achètent il pTi\- d'or la licence do l'un ou l'autre automobiliste spéculateur qui porte un lia» numéro. La ehnse est toVement courante que le „Nienwe Rot:erlamsohe Gourant" Ai 14 novembre renfermait rien moins one treize annonces offrant Cn ve' 'e de telles licences. L'affaire fait nature leme it la ri-«é© générale et. pour emh... nn.yor !e« O. W.. l'Automofîilr. (Ui.bs a-lresser. iiu:ess rament aux eomniis-s- ipes de la. T'e;j-e dans les diverses provinces poair arriver à top&-cher le trafic des ic ■ ces. Un ces ctfe's les oins oaraftéristinr«s do b prospérité hollandaise s'affirme (lmns iitio motion que s'\ m-mhr?» f1es F/at« pr' ii.-eiaux de la Hollande ge.itM.trio»>' 1 ■ vi v>-ne::t d'introduire. IH proposent <!■ o l'irdom. ndté annuelle des membres des Etats députés soit poit'e de 9.501 à 3,500 florins à p rtir du 1er inavier 1917. Evidemment.'' COMMUNIQUÉS OFFICIELS Communiqués des Puissances Ceatraies. Berlin 7 janvier. — Off ciel de ce anûdi : Théâtre de la guerre à l'Ouest. Arm es du feldmaréchal prince héritier Ru(pprecht de Bavière : Après une préparation d'artillerie qui. a dure plusieurs hjures, des buta:lions anglais i>nt passé à 1 attaque au sud d Arras. Cette a.itacjuo s'est écroulée, avec de tories per-fes «pour 1 ennemi, sous lo feu de noiro ar-tdler e et de nos mitrailleuses. Les opérations de toutes les armées ont été iinuves à cause du temps défavorable. Théâtre de la guerre à l'Est. Front du ftldmaréchal prince Léopold de Bavière : . Hier, les lluss s ont encore prononcé d'e fories attaques dans le secteur de Mi.au ; elles oru échoué avec d imporiautes |.ertes pour 1 ennemi. Le nombre de nos prisonniers a atteint 1,300. Près de Klsieiin, à 1 ouest de Luck,.u; e patrouille allemande a surpris un posre Ue campagne russe et a capturé les so.dats eiu.euàs. Une tentative faite par des compagnies russes pour enlever un de nos postes au suj-ouess de Stanislau a échouo. Front du général colonel archiduc Joseph : Dans les forclsi dos Carpaïhes, couvertes de neige, par un froid intense, il n'y a eu que des opérations de patroti'lies et des canonnades d uflo intensité- vniiable.. iùiire les valbes d'Oitos et do Putna, en enlevant plusieurs points d'appui aux Russes et aux Roumains, nou.ï avons con-i.iiu.i à ret'oui.or t ennemi vers ia plaine. De fortes coutrc-attaquet prononcée? par des trouves fraîches n'ont pas réussi à nous enlever le terrain conquis. Front du feldmaréchal von Mackencea : l.o sommet du Mr.-Odobesfli a été pris d'assaut li er par le régiment d'infanterie de garde de corps do Munich. Eu;.ie Fôosam et Fundeni, sur un front île 23 kiloiaètrea, les Husses ont o. repris une gi^ande attvj: e de diversion. D % s la direction d Obilesti reale, ils ont gagné un peu do terranj sur tous '.es ait^es ^KiiiKS, l'assaut russe s e >t écroulé avec Ue fortes j erïes pour l'en: oui devant 1 opiniâtre fo:ca do ivsisttincé des troupes allemandes. Plar sieirs centaines »ïo prisonniers sont rest » ou lire nos mains. Froi.t macLdonien. Des tentatives faiies par les Anglais pour s'emparer do £X>sitioi:s d'avaait-postcS bulgares établis au nord-e^ti du lac de Doiran ont échoué. * * ♦ Berlin, 7 janvier. — OCfic'.cl d'hier soir : Les combats engages au sud de Kiga se sont terminés à notre avantago- Au sud do Focsani et dans lo secte, r d« Mi covul, l'action est devenue plus inieuse. A Brada, avant d abandonner, la vide, les Russes ont d truit la plupart des éuv biissemenis industriels roumains. * * ♦ Berlin, 6 janvier. — Officie! : Après un combat acharné, 'a bataille quii avait pour enjeu- la possession de la îivo méridionale de la Sereth s'est terminée à notre avantage sur un front largo d'e 30 kilomètres. Les Russes outj été d-faits et ont ainsi perdu, sur la rive méridionale de la .Sereth, leur base fortement établie, forafi'e au moyen de retranchements de campagne et préparée depuis dos semaines etj do'i, d'après les proclamations bruyantes de la prosse de l'Entente, ils entendaient commencer leur contre-offensive. Sur une largeur de lo kilomètres, les puissances coalisées-, exception faite do quelques vidages, sont arrivées au sud' do Fundeni, aux ali'ais-sements marécageux et au Lit de la Sereth intérieure. Les pertes sanglantes des ei'fec-lil's russes sont lourdes ; los combats se poursuivent toujours, et le butin fait n'a pas eicore été inventorié. Grâce à la collaboration remarquable do l'armée du Danube et d'e l'armée "de la Dobroudscha, qui ont exercé une double pression sur Bra la,, do l'es-i et de l'ouest, la viile commerciale la plus importante de la Roumanie est tombée aux mains des puissances coalisées. En un mois exactement, les troupes des puissances colal'isées ont fait, au milieu de combats incessants et acharnés, la route de Bucarest à Jira la, sa t près de 200 kilomètr s. Avec ses importantes installations mar.ti-mes, ses hangars, ses élévateurs, etc., Brada, qui compte 65,000 habitants, constitue pour les puissances coalisées un point d'appui stratégique extra ordinairement important. Lesi navires du Danubo peuvent arriver du cœur do l'Allemagne jusqu'à Brada, tandis que, d'autre part, la navigation russo-roumaine sur .'o Danubo est com-pathes frontières, contie le point d'appui extrêmement favorable de l'armée ru so-rouniaine, se trouve déjà sous lo feu de nos canons. Les troupes coalises marchent victorieusement de l'avant contre Fundani, centre do la position de la Soreth inférieure, tandis que les effectifs allemands et austro-hongrois avar.coat d'une façon toujours plus menaçante, sur les versants des Car-pathes frontières, contre o point d'appui extrême-ouest de la ligne do la Sereth, x^rès de Focsani. » ♦ * Beft-lin, 6 janvier. — Officiel : TJn de nos sous-.marins a ooulé, lo 28 décembre, dans la Méditerranée, le vapeur armé ,,Oronsa(y", jaugeant 3,7G1 tonnes brutes, chargé de 5,110 tonr.es de jute. Le même sous-marin a coulé, en ortre, le 30 d' combre, le vapeur anglais armé „Aps-JevhaU", >a.u<rcant 3,S83 tonnes bnrtes et ayant G,500 tonnes de céréales à bord, et, le 1er janvièr, le vapeur anglais armé ,,BalvCrai'r", jauVeant 3,761 tonnes el transportant 5,800 tonnes de sucre. Les capitaines des trois vapeurs ont été faits prisonniers.* * * Vienne, 7 janvier. — Officiel d'hier midi : Front de l'Est. Front des arni'es du feldmaréchal général von Mackeusen : Hier, nos alliés ont déblayé la bajidede terrain de Vacareni et occupé la ville da Brada. L'ennemi a éfvacué la région en aval du confluent du Bouzéou et »'est re ire au delà de la Sereth. A l est do Gulianca et près de Rmmhi-conii, le? troupes du général von FalUen-hayn ont enfoncé les ligues fortement re* tranchées des K^usses. Elles s'avancent' également vers la Sereth. Front des armées du colonel-général archiduc Joseph : Les combats engagés dans la région» db la Putna et de la Susita se développent à notre avantage. Plus au nord, nous avons repoussé des contre-attaques russes. Aux abords du mont Faltucanu, à '4 kilomètres au nord-ouest, de la Su ta, des p'v giments austro-hongrois et allemands onti encore pris d''assaut plusieurs haute» rs. Au nord-esû de Kirlibaba, une attaque on':'te par les Rlusses, avec ( des effectifs u sez iinkaortonts, a été repouss-'o par le feu de nos batai lions. Hier, nous avons amené plus de 700* prisonnier».Front des armée* du feldmaréchal généu ral prince Léopold de Bavure : Sur le front d(^ troupes austro-hongroises, rien à signaler. Fronts italien et du Sud- Est. Rien d'important. m » * Constun'tinople, 6 janvier. — Officiel dm grand quartier général : Sur le front d'e 1 Irak, canonnades et fu1-sillades récip roupies. Sur le front en Perse, des forces ennemies^ composées de trois escadrons de o>> valcrie, ont att.uinô, lo 4 janvier, nos; avant-postes à 1 est d'Hamadhn. Cette ■ tt:t. Oî g a été repoussee. Le m'nie jour, < 'e.tx: régiments de cavalerie ont dirigé ure ata-que_ contre colles de nos troupes/"po^t* es mijc environs dl ■ Bi ijap. I.e comlva.t s'est pou rsuivi pendant toute, la journée. \' rs la soir, nos renforts sont e^tr's en ligne; ils ont attaqué l'aile gauche ennemie, ce- qui a terminé la bataille en notre faveur. Le lendemain, nos troupes ont renouvelé lmr con-tre-attaquo et repoussé l'ennemi, uni a été mis en fuite. Ses pertes gunt consi Vrai les, alors que les nôtres sont peu importantes. Sur les autres fronts, rien d'essentiel à signaler. Communiqués des armées alliées Paris, 6 janvier. — Officiel de 3 hoareP :« Aucun événement important à signaler auj cours do la nuit. Dans la nuit du 4 au 5 janvier, nos esca itrilles de bombardement o ,t arrosé de projectiles le champ d'aviation de (Jrisol!es, la gare et les baraquements de tiu s-art, où. l'on a Constaté quatre foyers d incend.e et plusieurs explosions. Dans la nuit du 5 au 6. les bivou~.Cs ennemi au sud de Spi'iucoùrt, ies dapets de muniti ms do la ferme Longeau et la !>iare •'e Mesnil-càint-Nicaise ont étô également bombardés. * * ♦ Paris, 6 janvier. — Officiel de 11 heures: Au cours do l'après-midii, actions d'artilleries violentes et courtes dans la région do Paschendaele. 4 Sur, le front de la Somme, notre ait'lieu rie a oxéouté des tirs de destruction efiica-ces sur les organisations ennemies de la région dm Bois-1 Abbé, d'Omiécouifc et de Lioourt. Des couds die main ennemis sur nos postes avancés, à l'est d'e la butte du Mesnil daus la région des Maisons de Champagne, et à i ouest d/Arracourt, ont été repoussé^ par nos feux. L'ennemi a laissé des prisonniers entre nos mains. Rien à signaler sur le reste du front. * * * Londres, 6 janvier. — Off cic-1 du soir : Au nord de Benumont-ïïanicl, nous nous* sommes emparés, la nuit dernière, de deux postes ennemis et nous avons ensui:o re*-poussé une contre-attaque allemande. A midi, par un temps clair, nous avons dirigé une heureuse attaque contre les positions ennemies établies au sud d'Arras., Sur un large front, nos troupes ont pènéw t?ré dans les tranchées allemandes et sej sont, avancées jusqu'à la troisième ligne d'e l'ennemi ; de nombreux abris ont été liom-bardos et détruits. Les dégâts sont importants.Nos aviateurs ont lancé des bombes aveo succès sur de nombreux points offrant d)el i'importanœ militaire à l'arrière des lignes» ennemies. Londres, 6 janvier. — Officiel do l'Amirauté : D'après les dernières informations, outre ■a victimes déjà signalées, -ô s ldluts qui se trouvaient à bord du vapeur de transport „Ivernia" manquent à l'appel. * • • Rome, 5 janvier. — Officie! du granc| quartier général : Sur tout le front, la journée a été reda. t.iveiment calme. Activité habituelle de l'artillerie et de nos petits détachements d'e ret-connai»?ance.Dépêches Diverses Londres, 6 janvier : L'Agence Reuter annonce que Je S/mat des Etats-Unis a voté, par 48 voix contre 17, la motion deo républicains approuvai i la démarche faite jior M. W Lon eai faveur de la paix; le Sénat nJa toutefois pas approuvé la forme de sa note. G'Agence Reuter apprend, d'autre part, de source officielle, que le Président no songe pas à envoyer une nouvelle note de tv"\;. Enfin, l'Agence Reuter re-v'xKit. une information du ,.New-York World'', journal anglophile, qui démontre que la jresse allemande peut trouver dans le ref s dV\s Alli 's un motif pour justifier un renforcement* de 1a guerre des sous-marins.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie behorende tot de categorie Gecensureerde pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes