La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

577 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1915, 30 April. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Geraadpleegd op 10 april 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/cz3222sp2b/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Vendredi 30 Avril 1915 N« 173 Vendredi 30 Avril 1915 LABELGIQUE ADMINISTRATION ET REDACTION £5» Rue Montegne-de-Sion, S, BRUXELLES Bureaux ; de iO à 17 heures JOS. MORESSÉE, DIRECTEUR. JOURNAL QUOTIDIEN LE NUMÉRO t IO CENTIMES f I çetîfe ligne .. ï , ..... . .... te.. 0.4Q J I Réclamo avant les annonças 1 ,QO> ANNONCES- Corps du journal 4.ÛO' | Faits divers.,. ... .. .. 3.00' f Nécrologie .. .. .- •• 2.003 LA GUERRE 270"" Jour da guerrs Les informations relatives aux hostilités du 27 sur le front Ouest se distinguent par leur caractère contradictoire. flans le secteur nord d'Ypres, les Alliés ont pro- tion notable des positions des Français : le prochain communiqué s'expliquera sans doute sur cette affaire..* * # Sur le front oriental, l'action s'est ranimée à l'ouest du Niémen, où les Allemands annoncent avoir fait progresser leurs positions avancées sur une section de 20 kilomètres. Ils signalent également qu'un engagement au nord de Przasnisz leur a valu certains avantages. Dans les Carpathes les belligérants ont combattu, bédé à de vigoureuses contre-attaques à l'est du calai. Les dépêches de Paris et de Londres affirment que ces contre-attaques leur ont valu des progrès, tandis que Berlin prétend qu'elles sont restées vai-ces. A tout prendre, et en l'absence d'une nouvelle indication géographique quelconque, on ne risque guère de se tromper en disant que la situation est testée inchangée. A l'est de Verdun, les Français affirment l'échec complet de l'offensive allemande, tandis que Berlin en évalue les progrès à une avance de 1,250 mètres en profondeur au sud-ouest de Calonne. Quoiqu'il tel soit, il semble que pour le moment les forces mises en œuvre dans le secteur de Combres-Les Epar-ges s'équilibrent. La lutte y est en tout cas devenue moins vive et s'est même bornée mardi à de vives Canonnades. Dans les Vosges, ,1a nouvelle de la reprise du Jîartmannsweilerkopf annoncée hier par l'état-ma-Ijor français se heurte à un démenti formel du quartier général allemand. Enregistrons les deux versions en attendant qu'elles arrivent à se rapprocher, ce qui ne tardera guère. Notons enfin, pour en finir avec ce qui concerne le front dans l'Ouest, que les travaux de sape des Allemands en Champagne — travaux dont nous avons récemment signalé la persistance — ont déterminé de leur part une vive attaque au nord de Le Mesnil. Suivant les dépêches de ^Berlin, cette attaque les a rendus maîtres d'une sec- avec ténacité mais sans grands résultats, près d'O-rcszpatak — que nos lecteurs trouveront sur notre carte au sud d'Oroszruszka — ainsi qu'aux alentours du col d'Uszok et dans la direction de la Strij. Sur tout le restant du front, il n'y a pas encore apparence d'une reprise sérieuse des hostilités. Toutefois il est évident que cette reprise devient de plus en plus imminente, maintenant que la mauvaise saison est décidément passée et que toutes les régions traversées par la ligne de bataille tondent de joui" en. jour à redevenir praticables. * # * En ce qui concerne le débarquement des troupes que les Alliés dirigent contre les Dardanelles, Londres se borne aujourd'hui à dire que leur marche en avant continue. Relevons cependant que la dépêche de l'Amirauté parle d'un débarquement opéré des deux côtés des Dardanelles, c'est-à-dire aussi bien , sur le territoire de la Tuirquie d'Asie que sur la près- j qu'île de Gallipoli'. Nos lecteurs verront que toutes les dépêches de i Constantinople continuent à affirmer que les troupes turques ont victorieusement combattu les divisions débarquées par les Alliés, et les ont forcées à . battre en retraite vers la côte malgré l'intervention , de contingents de renfort. , De ce côté certainement le dernier mot n'est pas < dit. SUR MER Rome, £8 avril : Le cuirassé français Léon Gambetta faisait une exp option de reconnaissance dans te canal d'Otrante, s fendant à, Malte, où il devait rejoindre d'autres cro «eups. Vers 1 heure du matin, il a rencontré un roilic |itali«n. Le croiseur a prié le navire de stopper. Il 1' (visité et a trouvé les connaissements parfaitement e règle. Le voili-er s'était à peine éloigné que le Léo (»&mbetta était touché par une torpille; Feau eaivah: I«immédiatement la chambre des machines et des dym f mos. Le navire a coulé au milieu d'une complète obsci rité et il n'a pas pu faire d'appel par la télégraphi i&ns fil. Il a sombré en 20 minutes. PDeux chaloupes, descendues par les matelots, or | coulé. D'autres, portant 108 marins, ont réussi à teni a la mev. Une barque italienn'-e, qui a aperçu les chaloupes * v? neures du matin, est allée à leur secours. .Une- &scï 5 5e contre-torpilleurs italiens est arrivée à 3 hea de l'après-midi, à Leuca, ave-c des habillemei® ir les eu r vi sants, qui sont partis la nuit pour Syife e. Il y avait 10 officiers parmi eux. Paris, 27 avril : L agence Haya^ publie la note suivante 1 DesTêrégrâmmes concis nous annoncent que I© cro: «eur-cuirassé Léon Gambetta. a été torpillé dans î nuit dû "26" "au "27 avril," dans l'Adriatique, 'à hauteu d Obrante. Les détails manquent, mais on a la cert] tude qu'un© partie au moins de l'équipage a été sauvé| Rome, 23 avril : ^ Avec le Léon Gambetta, 742 hommes de l'équipage qû I IIIMIU U Brindisi, 23 avril : } Les survivants du Léon Gambetta racontent que î; • ® ^ouelié" à"gâùche par deux torpilles e * qu îi a coulé en 10 minutes. | Hi^brc,4ea ma,1'ip* 136. 68 cadavié >ont ëŒ repèches et enterrés ce matin, avec les honneur militaires, au cimetière de C&strigu&no. ' Rotterdam, 27 avril : Le oooeul iétérai an^îais à Rotterdam a fait savoi qo aujoura haï les navires'britanniques ne pouvaient Kt&rœ Grmrtft B^t^n P°rti! hoilamlais Poui Christiania, 28 avril ; Osvertrup, qui se rendait d< ™ p- '',°tjerdam, avec une cargaison de minerais a éuî capturé par les Anglais et amené à Lcith. ■■■■ ■"i nia—p—a——«— Christiania, 28 avril : ! 200 mine-s flottantes ont été jusqu'à présent amenées a Bergen. Sur la côte norvégienne, on a repêché jus-qu à présent environ 600 mines, dont la valeur peut être évailuée à 420,000 couronnes. La plupart de ces mi-î nés Bont encore utilisables, ë J jï Paris, 27 avril : < jé. A hauteur de Pemmarch (département du Finistère), c a| un canot de sauvetage d'une longueur de 7 m. 40 a été c n| rePftcbé. Il s y trouvait un sac en toile avec une ins- 1 n$ cription anglaise. On suppose que le canot appartenait t £ a un vapeur anglais qui a sombré. Copenhague, 28 avril : f On mande de Horsens que le charbonnier danois 1 ; 1 horwaldsen, qui est arrivé ici lundi, a rencontré, dans 1 i ia mer du Nord, une escadre anglaise composée de 30 £ cuirassés, croiseurs et torpilleurs. t Stockholm, 2S avril : j h D'après des informations reçues au ministère des af-faire3 étrangères, les charbonniers suédois amenés ces :- jours derniers^ Swinemunde par des navires de guerre s aJle'mands, ainsi que les vapeurs Louise et Harold, de y r- { "laîmo, et les vapeurs- Kajna et Viking, d'Helsingbor c | ont été libères. ' J — ++ APRÈS LA BATAILLE ... Nous sommes en Pologne, à Rawa, petite ville qui vient d'être bombardée par les Russes. C'est la premiè-«fo!s que j'entre dans une localité qui vient d'être le o theatre de scènes guerrières. Je m'attends à traverser n ^ des rues mortes. Je vais ne voir sans doute que de d rares habitants, la faee blême et terrifiée, se glissant le e long .des murs. Rien de tout cela ! j Les paysans poussent devant eux leur bétail; le>s pay-3 saunes conversent bruyamment. Les juifs, enveloppés t dans leur longue houppelande noire, courent comme é des perdus. Mais ce n'est pas la peur qui les chasse L 3 au dehors. Ils cherchent à faire des affaires avec lesjfj ^ soldats. Les femmes iuives versent du thé sous une tente# et vendent des gâteaux. Sur le marché, quelques atte-i? larges s arrêtent et les Polonais, les mains enfoncées dans leuire pocbea, regardent gravement. Certes, la physionomie de Rawa n'est pas celle qu'of- 7< rre la petite ville en tempo de paix. Mais, tout de mê- ^ • me, je me représentais autrement une ville qui venait a etre bombardee. Que nos soldats, habitués au feu, restent calmes, c'est assez naturel, mais il eat étonnjant voir avec quel flegme les Polonais acceptent d'être pn but «e tir et avec quel fiataiieme» wtaiment aveugle u-3 naxgue-ut lee dernieevi' ehrapnello qui sifflent Éuu-dee-sais de Lou-rs têt63. ^ Au quartier général russe Un médecin américain, qui a été attaché à la Crôix-Rouge russe, écrit : Le quartier général russe se trouve à peine à quelques kilomètres du front. Comme ce front change souvent de plaee dans les opérations russes, c'e3t un travail gigantesque que le transport rapide de ces installations considérables. Plusieurs fois, les Allemands ont eu l'occasion de les bombarder et près d'Insterhurg il s'en est fallu de bien peu qu'elles n1 soient capturées. Le quartier général russe occupe environ 500 officiers — généraux et officiers de l'état-major général, adjudants et ordonnances; il s'y trouve, en outre, un certain, nombre de religieux. Le service divin de campagne est célébré par le métropolite de Moscou, auquel le tsar a fait cadeau d'une splendide auto autel. Une activité incessante et fébrile règne au quartier générai. Des automobiles # ronflent, d-es cavalier^ passent en galopant, des vélocipédistes et des motocyclistes apportent et emportent des messages. La centrale téléphonique emploie 300 appareils qui sont constamment en action. Le généralissime habite une « maisonnette » composée de trois chambres; elle peut être démontée et remontée très rapidement. Il i^ainie pas à séjourner dans une autre habitation et est toujours servi par le même personnel. On a raconté au sujet du grand-duc beaucoup d'histoire qui font sourire ceux qui connui.-^nt sa façon do vivre. Il est loin d'être le sybarite décrit par différente journaux. Il vit simplement et se contente de la nourriture la plus primitive, lorsque cela, eot nécessaire. Son neveu, le tsar, lui, est toujours.- suivi dans ees déplacements de cuisines démontables. La percée de3 Allemands à travers les lignes russes près de Lodz a été attribuée à la lenteur avec laquelle le gémirai PJantkewiteh a fe-rmé le cercle de fer ; h grand-duc lui a donné alors l'ordre de prendre une position autrichienne dans les Carpaihes, position rénu- f tée imprenable. La division a été entièrement détruite par le feu ennemi et, sous "''tv monceau de cadavres, ou a trouvé le corps du général russe. Le grand-duc Nicolas-Nieolaiewiteh interroge souvent lui-même lps officiers allemands prisonniers. Deux aviateurs, forcés d'atterrir dans les licmes russes. | refusèrent cTe rowndro à ses ouest-ions, relatives aux . positions allemandes. Le gr^nd duc, n'arrivant pas à-ses fins, a. interrompu l'entretien, a fait aî>r»orter dn; vin et a fait soiomer un d'1- officiera qui était blessé par son chirurgien particulier. DÉPÊCHES DIVERSES Christiania, 29 avril : En séance tenue à huis-elos, le Parlement a adopté bous les projets de loi militaires dëpo&&Tpar le" gouvernement.. La Commission chargée de faire rapport sur ces projets ayant rejeté un certain nombre de crédits demandés, le ministre de la Guerre avait posé la question de confiance. * Rome, 28 avril : M. Sonnino a fait connaître hier au Conseil des Tni- I oistres Les bases des néaroeint'orig en. cours. Les détails I ue sont connus que de M. S; ' - ndra. ttome, 23 avril : M. Tittoni, ambassadeur italien h Paris, est arrivé hier à Rome. Il a été immédiatement reçu par M. Sonnino et s'est rendu ensuite au Quirinal, où il s'est entretenu une demi-heure avec le Roi. * * * Hazebrouck, 27 avril : Un aviateur allemand a survolé la ville de Casse! et a» jeté 9 bombes, qui sont tombées dans ies champs, paraît-il. ' " * * * Vienne, 27 avril : Deux aviateurs autrichiens ont jeté des bombes sur a gare et sur ia ligne de chemin de 1er d'Antivari. Plavnitza et Rjecka ont été également bombardés par ies aviateurs autrichiens. * Christiania, 28 avril : Le Conseil d'Etat va proposer au Parlement d'établir a censure de guerre en .Norvège. Cette censure s'éten-ira aux lettres et aux télégrammes. A la frontière, les voyageurs seront visités minutieusement. * * Pétrograd, 27 avril : On annonce officieusement que la Russie a proposé à a Chine de conclure un traité de commerce stiijulant, lf 1 m ordre principal, à, la frontière mongole et à la fro&-Î îère nord de la Mandchourie l'abolition des droits de f '= iouane. * „ | ' Londres, 27 avril : Le gouvernement a interdit l'exportation du coton 1 [ >rut et des machines-outils. Cette interdiction ne s'ap- i fclique pas à la France, à la Russie, à l'Espagne et au Portugal. i * . Romanshorn, 28 avril : Vers 9 h. 1/2, à Fciednchshafen et dans les environs, i commencé une violente canonnade contre six avions " nnernis qui approchaient. Le feu a duré plus d'une A .emi-heure. On n'en connaît pas encore le résultat. Au c dessus des ét>ablisseme-nts ou l'on eonsUmit les dirigée- c xles se trouvait un grand baUon.captifx quv aa-mî"de ; '( mitrailleuses, participait à l'aeiiôn. | ] Le vapeur suisse" qui fait le service sur le lac de t /onstanee s'est trouvé un moment dans.la zone dange- \ ^ euise et les voyageurs se sont réfugiés à d'intérieur du • ( i-avire. £ s D'après les dernières nouvelles, l'attaque des a via-, s surs a été infinie tueuse. \ On annonce que la ville ouverts- de Loiraeh a élé éga-. t ement attaquée par des avions. ° ^ ^ Turin, 28 avril : . i Le priooe Eraest d'Arenfcerg, figé do 28 ans, déjà i'-lessé deux fois, est retourno uns troisième lois au • ront et a été tué au cours des derniers combats eut s Champagne. j t Le prince Ernest- d'Arenberg était né à Paris.et était\ I ieuteeant de réserve au 32° régiment d'infanterie fran- c lise. Il avait épousé Mlle Thérèse do là ïtochefou- s »ujd. i 1 * „ 7 , Amsterdam, 27 avril : ( c Lé correspondant du « Tijdt », à Bonkorqnc, snnon-« I 2 c|u avant la dernière attaque allemande aux envi- i c ina d'Ypres, des aviateurs allemands ont fait des vols; r e reconnaissance, très étendus et ont jeté des bombe*"' r atre autres sur Ypres, i'urnes, La Panne, Perwysejf ,i «o, Poiinchove, Oostkerke et Avecapelle. \ j * * « Bomaashorn, 28 avril : Une nouvelle attaque d'aviateurs ennemis a été en- fr ■éprise contre les chantiers d'aéroplanea eje lirie- vi richshafen. L'attaque a, été repoùssée. " £ * " Christiania, 28 avril : s Lo ministre de la, pierre a déclaré au Sfcorthing qun^ 8 (,0ÛQ. boœmes sont à présent &pua les armes pour itf- uidre la neutralité du pays. * * it Odessa, 28 avril : Le Tsar est arrivé ce matin ici.. * * * Paris, 28 avril : Deux aviateurs aHemaads ont jeté des grenades in-ûdiairès ,éûr Èpernay. Personne n'a été atteint 1: COMMUNIQUÉS OFFICIELS Communiqués allemands Berlin, 28 avril (Le grand quartier général nous communique ce qui suit) : Les communiqués français, et anglais d'hier montrent de nouveau à quels moyens nos ennemis ont recours pour tromper l'opinion publique de leurs pays. Les Français prétendent nous avoir repris le sommet di;..^rtmq.-ppswçl 1 f qu: leur a été enlevé le 25 avril ; en réalité, "depuis leurs tentatives tout à fait infructueuses du 20 avril après-midi, ils n'ont plus attaqué du tout. Le sommet est naturellement encore en notre pouvoir. Le communiqué anglais annonce que les Français, progressant sur l'aile gauche des Anglais, ont repris, Flandre, mais en réalité ce village n'a pas été attaqué hier. En outre, ce même communiqué prétend que la nouvelle officielle allemande concernant la prise de i canons anglais n'est pas exacte. Il est regrettable que le haut commandement de l'armée anglaise soit si mal informé par s-:'s organes, quoiqu'il soit compréhensible que le 25 avril le fonctionnement du service des informations ait un peu souffert âp.u désarroi causé par la retraite précipitée des trouves anglaises. Les canons en question appartiennent, d'après les indications qu'ils portent, au 2" d'artillerie de la garnison de Londres et à la 2e division territoriale de Londres. Ce sont des pièces de 12.8 cent, qui donneront prochainement à l'ennemi des preuves évidentes de leur présence dans nos rangs. * * Berlin, 29 avril (C'omtttitnijui oifcicl d'hier) : Théâtre occidental de la. guerre. Depuis hier après-midi, les ennemis attaquent continuellement mais en vain nos positions, de la rive ouest du canal an nord d'Ypres, sur les bords de l'Yperléc, près de Sjeenstraate et do Het Sas. A l'est 3u canal, une attaque dirigée contre notre aile droite a échoué hier soir. Elle a été entreprise en commun par des Français, des Algériens et des Anglais; les pertes de l'ennemi sont très fortes. Le nombre des canons ennemis dont nous nous sommes emparés au nord d'Ypres s'est élevé à 63. L'ennemi, a en vain fait sauter des fourneaux de mines près de la voie ferrée de. P-lffSh; Vffiélib-""" et en Champagne, au nord du Mesnil. Près du Mcs-niTTTës Français ont attaqué de nuit les positions Cfje nous avons conquises dans la nuit précédente, mais^ils ont été repoyssés et ont subi de fortes pertes. Les prisonniers français capturés dans ce combat se trouvaient dans un état d'esprit vraiment pitoyable ils. tremblaient de pour car leurs officiers leur avaient dit qu'ils seraient fçàÇfes touc de tuile î'ils tombaient en notre pouvoir. Sur les Haut', de 'Meuse;'au-sud-est 'de Verdun, nous avoririîS^S^d!; quelques cSïtâiiife 3è mètres et consolidé nos nouvelles positions. Dans les Vessges, la situation n'a pas changé. fhéâtre oriental de la guerre. Au sud de Kaivaria, nous avons occupé le vil-iiige de Kqwale et la '.sauteur au sud de cet endroit i res de Dachowo, au sud de Sochac^ew, nous avons ailevé un point d'appui aux Russes. -X- * # Vienne, 29 avril (Communiqué vfficid d'hier) : Dans les Carpathes et en Pologne russe, quelques canonnades isolées. Notre artillerie a fait sauter 2 ilepôts de munitions. .Nous avons repoussé plusieurs ïttaques de nuit dans le secteur à l'est de la hau-:eur d'Ostry. Dans le sud-est de la Galicie et en Rucovine, rien de particulier. ^^tant'inopie^1-^ avril, 5 h. 40 de l'aorès-midi "Offtfftm-q^frfter général) : L'ennemi renouvelle ses tentatives contre epe et la côte méridionale de la presqu'île moj^Nous le" repoussons. Hier, il a encore essaye, rwfc de nouveaux effectifs, d'attaquer la cote près le KumkgJg, mais il a été obligé de se retirer et a .-3ss™d mitrailleuses entre nos mains. Dans le Caa-:>lco, nous avons repoussé une attaque nocturne des ^usseo contre nos avasit-postes de la frontière au lord de Milo et leur avons infligé des pertes Sur es autres fronts, rien d'importait. Bruxelles, 29 avril : Les 19 et CO avril, le Gouverne>irr général £ entrepris i :n voyage d^.ixs le Hainfitit, pour y inspecter les Livjuogs ' Jleinôndes de _eet:ta région et «ariOitfc'ppCTM ïosuier i e "V'K'i'u uïi jiigeni'tiut sur la Situ-ation oc l'intlust-ne de :efc|,e provujae.  Soigaleis, il visita lès « Carrières v.:./ iainaut », sous la conduite de M. Berge^'et, dire-cteuf i'énci'ail, et la Fabrique de cui.rs de la- maison VanV: ;'utaem. De Mons, le Gouveriiour général se rendit à )bourg pour y visiter la Fabrique de soie artiûoiiiie, ous la conduite de M. Lambert, administrateur de là ociété, et Je.s Usines Solvay. ; Le jour suivant, il alla aux Charbonnages de Fon-i aine-i'Evêque, dont l'exploitation était en pleine acti-i'éj puis aux G laveries de Cha-rlcroi et fitiôdejBQtiîfc il isita à Marehienne-au-Port les Ateliers allemands de éparations pour automobiles, qui sont installés dans les lâtiments industriels de la Société Métallurgique. Partout^ le Gouverneur généra! se renseigna sur la! ..tnation oeonoDiique des divers établissements et s'en-retint avec leurs di recteurs .sur les mesures à prendre iour développer ou faire reprendra l'exploitation, afin e pouvoir donner ies instructions nécessaires aux or-anee compétents, dès qu'il serait rentré à Bruxelles. Le Gouverneur général a été très heureux de consta-er, au cours de son voyage, l'état fort satisfaisant des' uitures de printemps dar.3 ia provinco du Hainaut. 1 a vu avec plaisir que la population a tenu compte es conseils du Gouvernement général et des chefs d'ar-ondissement, en contribuant avec dévouement à. aug-lenter le rendement agricole du sol. Ce résultat est il certainement aussi aux ciforts des agronomes de Etat et de la Société du « Coin de Terre"», fondée ro-emment en vue de favoriser le développement de l'a-riculture. C'est grâce à ces multiples efforts que la rovinee du Rainr.ut, de même que d'autres proràces u pays, a pu agir efficacement en vue d'asSurer une our.ritu.ro suffisante à la population. Voir !,i suite en 3° page oas îa rubrique « Affiches, arfêîés et avis aîlenîKEuS îîs ^ Communiqué des armés allêss Paris, 28 avril (Communiqué officiel de 15 he:>-zs) : Au nord d'Ypres, nos progrès continuent particu-; èrement à notre aile gauche. I Nous nous sommes emparés de six mitrailleuses, de deux înineriwerfer et d'un nombreux niS-tériel de guerre. Nous avons fait plusieurs centaines de prisonniers, parmi lesquels plusieurs officiers. Sur les Hauts de Meuse, nous avons, sur le front Eparges-Saint-Remy-tranchéc de Calonne, gagné sans cesse du terrain. Nous avons infligé de fortes pertes à l'ennemi et nous avons détruit une de ses batteries. * * # Paris, "S avril ( Communiqué officiel de 23 h stères ) : La journée a été relativement calme. En Belgique, la situation n'a pas changé. Nous niaiîitênons le terrajn gagné dans les derniers trois jours. En Champagne, les Allemands nous ont, dans la région *c[ë Eeauséjour, enlevé trois mètres de tranchées avancées. En. Acgsnne. lme tentative d'attaque, entreprisé près de Marie; fliérèse, a été arrêtée par notre feu. Près.dj.Iijjarges, l'ennemi bombarde, mais n'attaque plus, tout comme au Hartmannsweilerkopf. Là, les Allemands qnt ctînafé" uîî'îëSIS'tifisê'gur k sommet", mais n'ont pas attaqué. » * « avril (Rapport du maréchal Sir John .Hier, toutes ies attaques allemandes au nord-est d.' '/près ont été- repo-ussées. D ans l'après-midi, nous ' avons passé à l'offensive et. r.o-us avons avancé près de Saiiji^Jjulien. Plus a.u nord, les français <xi.t coopère avec notre aile gauche. Het Sas a été repris. Nos aviateurs ont bombardé avec succès les gares et les points de jonction des voies ferrées à Tour-coing, à Roubaix, à Ingelmunster, à Staden, à Laa- gemajek, h Tliielt et à Ronlers.. * * * •- Londres, 27 avril (Officiel) t*' ^ Des troupes aljiées ont été débarquées des deux côtés des Dardai^Dès et elles ont fait de nombreux 'prisonniSï^^rcombaftant violemment. La marche ¥ avant continue, -,t, * * ■ Pétrograd, 27 avril (Communiqué officiel du. grand état-major général) : Près d'Ossowiec, il y a eu des combats d'artille-rie intermittents. A droite de la Vistule, au sud-ouest de Rados-ziec, il y a eu, 1e 25, une escarmouche où nous avon3 eu l'avantage. Dans les Carpathes, sur la hauteur au nord-est , Orosapatek, après un bombardement préalable, ■ l'ennemi a o.ttaqué nos positions. Les troupes assaillantes se sont approchées jusqu'à notre réseau de fils de fer barbelés, mais elles ont été dispersées par notre feu. Le 26 avril, l'ennemi a entrepris de vaines attaques dans la région au nord-ouest et à l'est du col d'Uzsok. Dans la airection de la Strij, un combat violent se poursuit. Nos aviateurs ont bombardé avec succès des avions allemands qui se trouvaient dans rai hangar près du village de Sonniki. Nous avons endommagé et pris 2 avions : 1 allemand près de Naselsk et i autrichien près de Ri-inanow.* * # Pétrograd, 27 avril (Communiqué officiel de l'étal-major de l'armée du Caucase) : Le 2o avril, nos troupes ont poursuivi leur offen-i sive dans la direction d'Olty et dans La région cô-tière.Dans la vallée de l'Alaskert, notre cavalerie a engagé un combat avec des troupes kurdes. Celles-ci ont été dispersées et rejetées vers le sud. Aucun changement à signaler dans les autres secteurs du front. * * * Capetown, 27 avril (Officiel) j Les troupes de l'Union, qui gardent une voie de chemin de fer près de Trekkopjes, ont repoussé un<! -attaque de troupes allemandes fortes de 700 hommes et soutenues par 12 mitrailleuses. L'ennemi s ^laisse 25 hommes, morts et blessés, sur le terrain du ^ombat. ^ LES FAITS DU JOUR j L'Angleterre a conclu un*© convention avec l'Araal-^arnated cbe manière que toute la production américaine -de caiiv*& se trooivtô en réaJî^-ë fiouls Contrôle aïigîais. ^ En Prusse, les Stocks <Le riz.-et -elle farine de riz qui e-e pouv^ftt''éhcoi'e chez les commerçante e-er^nt réquiai-j/tiqpnés par les autorités. Plus de 200.C€0 enfante caaiadi-ens ont 'hh_^ u VformatfknTiftr fcfit^ ^fr seco'Sra pb'ur 1er. belgea ^ c^i &e trouvent en Angle1 ter re, enInique, en r ince" ? . eaen Hollande. Le total dee souscriptions recueilli es est •*' / A Gla<3go-w, des ferrwn.es..commencent à_conduits lésa «voiticrcs rcotrices -clés tramway©. Une douzaine <Ie \ wattwom-en » sont en service, et on estime qu«e 400 f\mmes eeront euoceftsiveanent engagées'. JflLes officiers anglais d'un régiment, formé à Liverpool fbnt envoyé en Angleterre d'eo plante die violettes cueillies à Neuvo-Ch.apclle. C/n plante viennent d'être vea-^us à Liverpool à raison -de 125 fiiancs» paèee. |M. Ki.ng, membre du Parlement anglais, deenanders1 sM gouverneinr-nt d'accorder huit jours <io eongé aux «••)Wat3 qui ont ét-é bie-ssés et qui vont retourner -sw Seront. Une nouvelle loi anglaise, en vigueur pour la durée îi-a la guerre, décide qu'aucun policernan aie pourra démis^ fi'ionner sans qu'un ccr&ficafc* mé^icai" ai^uro. qu'il cs'fc liorT^Fetat de remplir ses fonctions. ■ Des aviateurn a3!om?.ndis ont jeté, sur différentes !<► % fC alités français, 4e s cx.empM-iivs dte La « Ga.^fta das § j lArà'nn-eis », imprimée en languis franç:;.:-^?, et c-ontteass&b'&j Jnne lor.rçue liste ùe prisonniers français JF

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie behorende tot de categorie Gecensureerde pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes