La libre Belgique: bulletin de propagande patriotique

414 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1915, 01 Maart. La libre Belgique: bulletin de propagande patriotique. Geraadpleegd op 25 oktober 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/4x54f1nj24/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

NUMÉRO 5 PRIX DU NUMERO — Élastique, de zéro à l'infini (prière aux revendeurs de ne pas dépasser cette limite MARS 1Q15 LA LIBRE BELGIQUE Acceptons provisoirement les sacrifices qui nous sont imposés., et attendons patiemment l'heure de la réparation. Le Bourgmestre, Adolphe MAX. Envers Jes personnes qui dominent par la force militaire notre pays, ayons les égards que commande l'intérêt général. Respectons les règlements qu'elles nous imposent, aussi longtemps qu'ils ne portent atteinte ni à la liberté de nos consciences chrétiennes ni à notre DIGNITÉ PATRIOTIQUE. Mgr MERCIER. BULLETIN DE PROPAGANDE PATRIOTIQUE — RÉGULIÈREMENT IRRÉGULIEF NE SE SOUMETTANT A AUCUNE CENSURE ADRESSE TÉLÉGRAPHIQUE KOMMANDANTUR -- BRUXELLES BUREAUX ET ADMINISTRATION ne pouvant être un emplacement de tout repos, ils sont installés dans une cave automobile ANNONCES : Les affaires étant nulle; sous la domination allemande, nous avons supprimé la page d'annonces et conseillons à nos clients de réserver leui argent pour des temps meilleurs. La Nouvelle Armée. ERRATA. — A la réception des épreuves, nous nous sommes aperçus qu'un passage avait été omis. Notre cave automobile étant pour le moment en province, il nous a été impossible de signaler la chose à temps, nous réparons donc l'erreur commise en donnant ci-dessous le passage omis, qui doit être intercallé après le premier paragraphe se terminant par " la proportion est moins forte. „ Le recrutement de la classe de 1915 sera plus difficile et il faut que l'on trouve parmi les Belges réfugiés en Hollande, en Angleterre et en France les éléments qui doivent permettre de porter progressivement l'armée à 150.000 et 200.000 hommes. Cela n'est pas impossible, puisqu'il y a environ 700.000 Belges réfugiés dans ces trois pays, et que parmi eux se trouvent un grand nombre de jeunes gens ayant reçu une instruction militaire assez sérieuse pendant leur service dans la garde civique qui fit campagne à la suite de l'armée du 3 août au 12 octobre. Parmi ces jeunes gens, on a recruté des milliers de volontaires qui sont aujourd'hui au front, mais il s'agit d'amener à la conscience de leur devoir ceux qui pourraient encore hésiter à l'accomplir. L'appel lancé par le Gouvernement au roi ALBERT s'adressait aux hommes non mariés de 18 à 30 ans, les engagements après 30 ans n'étant reçus que si le volontaire faisait preuve de certaines qualités de résistance et d'entraînement. Pour le cas où cet appel ne donnerait pas tous les résultats qu'on est en droit d'en attendre, le Gouvernement Belge pourrait prendre un arrêté imposant le service militaire à tous les Belges âgés de 18 à 30 ans. On s'arrêterait finalement à ceci ; tous les Belges âgés de 18 à 25 ans doivent contracter le service militaire; et des avantages sérieux seront accordés par la suite à ceux âgés de 25 à 30 ans qui contracteront un engagement pour la durée de la guerre. Avant d'en arriver là, on appellerait sous les drapeaux les exemptés des trois dernières classes et on obligerait les réformés à se soumettre à un nouvel examen. La Situation. Les parades de l'Allemagne et celles de Guillaume II. Le régime auquel les habitants de Bruxelles sont soumis par les Allemands au point de vue des nouvelles est très déprimant. Il serait de nature à les décourager complètement si de temps à autre la vérité ne parvenait pas à percer malgré la censure officielle, et le système de mensonges organisé avec une perfection remarquable par toutes les autorités, du haut en bas de l'échelle. Le Kaiser donne l'exemple et le ton par ses proclamations depuis le commencement de la guerre. Il s'y est d'ailleurs entrainé par les protestations astucieuses et hypocrites qu'il a prodiguées depuis sa visite à Bruxelles en 1910 jusqu'au 4 août 1914 envers notre pays et notre Roi. Il continue à mentir avec une audace vraiment impériale, aujourd'hui que la guerre donne à ses manœuvres une excuse patriotique. Il peut, en effet, se justifier en disant à ses intimes : nous faisons la guerre aux Belges; ils sont coupables de ne pas avoir compris leurs devoirs envers la suprême Allemagne ; notre devoir est de tout faire pour vaincre : « Deutschland uber ailes ». L'Allemagne au-dessus de tout. Nous serions sans excuse de dire la vérité à nos ennemis, quand cette vérité pourrait nous nuire. Le travestissement est d'ailleurs une ruse de guerre qui, non seulement est permise, mais impérieusement commandée et fait partie essentielle de nos devoirs d'Etat. J'ai par mes promesses au Roi Albert, par mes déclarations à son attaché militaire, par les déclarations publiques de mes ministres et de mes chefs de légation endormi la vigilance des dirigeants belges et trompé le peuple belge; en faisant cela, j'ai agi en chef responsable de l'empire et préparé une agression que m'imposait la conviction de la supériorité de notre « Kultur ». Cette conviction nous commande non seulement de conserver intacte notre indiscutable supériorité mais aussi de faire profiter de notre Kultur tous les peuples qui nous entourent. Aimez votre prochain comme vous-même est une loi divine. Quelle meilleure application pouvons-nous faire de ce précepte souverain qu'en imposant notre domination et notre organisation aux nations qui n'en jouissent pas? Nous devons vaincre d'abord. Ceux que nous auront vaincus, nous en remercieront plus tard. Leur reconnaissance sera pour nous un jour une récompense, mais cette récompense ne doit pas guider notre conduite dictée surtout par notre devoir envers la patrie Allemande : « Deutschland uber ailes ». La reconnaissance des peuples vaincus sera surérogatoire. L'attitude des Polonais et des Alsaciens-Lorrains nous montre d'ailleurs que cette reconnaissance peut être tardive. Mais qu'importe. La postérité nous glorifiera et les peuples nous béniront. Ce que l'Allemagne bâtit doit durer des siècles. GOD MIT UNS. En résumant ainsi la pensée orgueilleuse du Kaiser, nous n'exagérons nullement. C'est bien exactement l'essence du fanatisme teuton qu'il incarne dans sa personne. On conçoit, dès lors, qu'il faut se défier de tout ce qui vient de lui et des siens. Il est toujours en scène et récite avec une apparence de vérité vraiment extraordinaire un rôle préparé avec soin et des attitudes théatrales qui trompent et cfSHnicpnf cnn pntnnracrp II a fait dp son trnnp un tréteau nù il Hp- Prière de faire circuler ce bulletin.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks La libre Belgique: bulletin de propagande patriotique behorende tot de categorie Clandestiene pers. Uitgegeven in S.l. van 1915 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes