La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres

1552 0
25 december 1918
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1918, 25 December. La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres. Geraadpleegd op 05 februari 2023, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/8p5v699727/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

The Nawtnansr for R«larl*n LA MÉTROPOLE D'ANVERS, PARAISSANT PROVISOIREMENT A LONDRES Directeur : «IULES OLAES BELGIQUE : DIX CUrTIHU AVeUTTKRRB > "OSE PEHMT „aOLLAMD* : WUF CEKT oorru«E*T : t ^dixioektibim Bureaux: 43, Chancery Lanc, W.C.2 — Téléphone : Holborn 212. (i muit f «fc é meU i7 ih • J3 «K 4 6L*B^NEE MERCREDI 25, JEUDI 26, VENDREDI 27 ET SAMEDI 28 DECEMBRE 1918 S's>TÎ^LtP- °- Nos 359-302 La vie en Belgique Le châtiment des traîtres anversois Les élections en juin M.M- Delacroix et Jasp&r & Londres Bruxelles, 23 (décembre. — Le Conseil des ministrefc s'est réuni aujourd'hui sous la présidence du roi Albert. Il a décidé que les élections à te Constituante auront Lieu au mois de juin prochain. Tous les électeurs âgés dte 21 ans y prendront part. La question du suffrage des femmes est réservée mais Heur droit au vote sera vigoureusement défendu au Parlement. MM. Delacroix, premier ministre, et Jaspar, ministre dles Affaires économiques, partent dé-main matin (mardi) pour Londres, où ils auront des entrevues avec MM. Lloyd' George et Bonar Law. — Daily Telegraph. Mélis, de Bom, Rudelsheim •t Denucé révoqués Dans une séance "à huis-olos tenue à la suite de sa séance publique du lundi 16 décembre 198, le Conseil communal d'Anvers a révoqué les fonctionnaires suivants, convaincus! de niai-nœuvres activistes : 1. Hubert Mélis, secrétaire communal. 2. Emmanuel de Bom, bibliothécaire en chef à la bibliothèque communale, correspondant anversois du Nieuwe Rotterdartnsche Courant. 3. Marten Rudelsheim, sous-bibliothécaire communal, chef du "service dé traduction sous l'occupation allemande. 4. A. Denuée, 'conservateur du musée Plan-tin-Moretus.Justice est faite ! M. Mélis, prévoyant oe qui allait se passer, avait envoyé une lettre dé démission au Collège, a'ilégant l'état de sa chère santé, les fatigues (?) éprouvées et faisant valoir ses droits à la pension. Le Conseil communal a refusé oetite démission.La revanche de M. Max M. Max, bourgmestre de Bruxelles, qui a eu tant à souffrir des mauvais traitements allemands, vient dte trouver une revanche inattendue. Il a hérité, en effet, dte la superbe' limousine automobile que lWicien gouverneur de la Belgique, le général von Falkenhausen utilisait pottr son usage personnel et que les Allemands n'ont pu emmener dans la débandade de leur déport précipité. C'est dans ceitte voiture, qui lui rappelle un dte ses tortionnaires, que M. Max se rend chaque jour à son bureau, à l'Hôteil de Ville. ( Au port d'Anvers La légation de Belgique communique l'avis suivant aux armateurs : iLe port d'Anvers est accessible pour les bateaux ordinaires 20 pieds à marée basse, 32 à marée haute. Aucune formalité'Spéciale nlest exigée pour les navires. Les passagers doivent être pourvus de passeports. Pour les équipage® les règles, sont semblables à celles appliquées par les pays alliés. Pour les marchandises il est nécessaire de solliciter licence d'importation, en matière de ravitaillement du ministère de d'Industrie et Travail. Le Gouvernement et les fonctionnaires Le Conseil des ministres a décidé d'accorder un mois de gratification à tous les fonctionnaires et employés de l'Etat. De plus, fonctionnaires et employés recevront le rappel des traitements qui leur sont dûs depuis 1914 et bénéficieront des avancements qui, normale-mentment auraient dû leur être accordés depuis cette époque. Enfin, une indemnité de vie chère sera accordée, jusqu'à nouvel ordre, à tous les fonctionnaires ou employés dans une proportion que fixera un comité dte fonctionnaires représentant les différents départements ministériels.A la mémoire de Miss Cavell Le conseil d'administration de l'écolle belge idi'infirmièries dont Miss Edith Cavell fut la directrice et Mme Depage '.'une dtes fond'atri-ces, a décidé de faire ériger, dans le jardinet qui précède l'établissement, un monument à la mémoire de ces deux victimes des Allemands.La rebrise des cours à , [^l'Université de Gand flxfr! La reprise des cours à l'Université die Gand est fixée au 14 janvier prochain. Le corps professoral a sollicité du gouvernement pour les étudiants qui sont actuellemtent à l'armée, l'autorisation dte suivre ces cours. Gouverneurs militaires Par arrêté-royal en date du 13 décembre 1918, sont nommés gouverneurs militaires dte province. Pour 'Te Hainaut : le lieutenant-général-major Meiser ; pour te province d'Anvers : le général-major -Mahieu ; pour la province de Liège : le général-major Balle ; pour le Limbourg : le colontel Vanniesbecq ; pour la province de Namur : le colonel 'Lorent; pour fe Luxembourg : te colonel Lahire. 1 Deux nouveaux échevins à Anvers Le Conseil communal d'Anvers, dans «a séance du 16 décembre, a procédé à l'élection die deux nouveaux échevins en remplacement de MM. Frank et Albrecht. M. Baelde a été élu échevin des Beaux-Arts par 19 voix, une voix pour M. Steger et deux bulletins blancs. M. François Steger a été élu échevin du Commerce par 19 voix, et 3 bulletins blancs. Ne pouvait-on faire mieux? M. Armand Villete écrit de Bruxelles au Petit Parisien : La vie est ahère à Paris; elle est encore plus chère à Bruxelles, ce qui se conçoit aisément. Toutefois, et comme me le disait ce matin un important industriel, il serait urgent que le nouveau gouvernement prît des mesures énergiques pour que la situation présente s'améliorât, — Je ne veux accuser personne, me confia-t-ii, mails il faut reconnaître que les prix de certaines denrées de première nécessité pourraient être fort abaissés. Les oeuvres de bienfaisance et de ravitaillement ne fonctionneront pas toujours, et puis, il faut songer à œux, très nombreux, qui ne peuvent pas y avoir recours. Ces dernier® sont extrêmement malheureux ; 1a misère ne peut être plus grande chez le petit bourgeois, chez lie modeste employé, que chez l'ouvrier, enicore que celui-ci éprouve également les plus sérieuses difficultés .Nous allons passer des mois d'hiver fort durs ; en conséquence, le gouvernement se doit à lui-même de faire l'impossible pour atténuer ces misères. Ceci est parfaitement juste. Ces: pauvres gens ont souffert terriblement pendant les cinquante mois de l'occupation allemande. Maintenant qu'ils sont libérés, le gouvernement belge (doit tout mettre en oeuvre pour leur faire oublier les mauvais jours passés. Si aujourd'hui la vie à Bruxelles paraît brillante, ce n'est qu'un aspect extérieur. Ce grand mouvement, cet air die fête, sont dus presque exclusivement à la présence d'une nombreuse population étrangère que dépense largement, sans compter ; il ne fauf pas en déduire que tous les Bruxellois sont riches parce que les salles des théâtres et des cinémas regorgent de spectateurs, parce que les restaurants où la côtelette aux pommes frites coûte dix francs, sont très fréquentés et parce que les pâtisseries sont dévalisées de 4 à 5 heures, bien qu'une tartelette aux fruits et une tasse de thé «oient comptés sept francs cinquante. Juger ainsi les Bruxellois serait tes mal juger — dans leur ensemble, s'entenidi. Les optimistes — ceux qui trouvent que tout va toujours très bien dans te meilleur des mondes — diront que la Belgique n'est délivrée que depuis cinq semaines et que dtes progrès importants ont déjà été réalisés. C'est exact ; un point d'interrogation se pose néanmoins : ne pouvait-on faire mieux? Après la neutralité belge Une solide frontière militaire,. Le commandant de Civrieux publie danis lai Matin l'énergique article suivant : La Belgique, on le sait, renonce aux avantages trompeurs de la neutralité. Dans l'Europe future, élite isera un Etat dégagé de toutes obligations, libre de ses amitiés comme de ses répulsions, en revanche plus que jamais exposé à une querelle allemande. Les frontières belges, artificiellement découpées, ne peuvent donc plus être maintenues telles elles se présentaient te 4 août 1914. Nos voisins et alliés ont droit à dtes garanties nouvelles qui, par surcroît, seront nôtres, puisque contre toute invasion germanique renouvelée dans les Gaules, ils continueraient à couvrir le flanc gauche de nois armées. D'abord, comme la guerre est, avant toutes choses, affaire dte communications, la grande route maritime dte l'Escaut doit être placée sous le contrôle absolu- de la Belgique. L'enclave continentalte hollandaise de la Zélande est une anomalie dont la disparition s'impose. La côte méridionale du Hont ou Escaut occidental sera dans son intégralité remise au ro: Albert, sinon, les stipulations relatives à la liberté de l'Escaut vaudront un jour tout autant qu'hier -celtes des traités caducs de neutralité. ' Les communications par Anvers assurées avec le reste du monde souis le feu de ses canons, la Belgique, d'autre part, doit être pourvue d'un front défensif sur lequel, Je cnkS éahéant, puisse se concentrer son armée, fortement étayée à ses ailes. Or, ce front ne peut être établi que sur la ligne Maastricht-Luxembourg, avec bastion central aux premiers contreforts dte il'Eîfef. La place de Luxembourg, reliée au vaste camp retranchée Metz-Thionville, représente le pilier de droite dte 3a défense dte la Belgique. Nous ne préjugeons pa's son attribution (Voir suite 3e page, 3e colonne) Le président Wilson â Londres Une heure d'importance planétaire Londres a fait jeudi au président Wilson preuve d'un enthousiasme extraordinaire et l'on ne se souvient pas depuis les fêtes jubilaires de la reine Victoria foule pareille à celle qui se trouvait dans les rues de la capitale anglaise. On peut évaluer à plus d'un million le nombre de personnes qui se trouvaient dans les rues depuis la gare de Charing Cross jusqu'au palais de Bucking-ham.Toutes les rues avaient été magnifiquement décorées pour la circonstance et les drapeaux américains et des pays alliés étaient arborés à toutes les maisons. Londres qui était éclairé par les rayons d'un soleil des plus brillants avait pris son aspect des grands jours. A la gare de Charing Cross a le service d'honneur était fait par de nombreuses délégations de l'armée anglaise et américaine et par des marins et des aviateurs des Etats Unis. Sur le quai de la gare de nombreuses personnalités parmi lesquelles : M. Lloyd George, les premiers ministres du Canada et de l'Afrique du Sud, M. Hughes, premier ministre d'Australie, le général Smuts, M. Asquith. Peu après Leurs Majestés le roi et la reine d'Angleterre, accompagnés parla princesse Mary arrivèrent pour recevoir le président Wilson. A l'heure prévue le train, conduisant le président des Etats Unis et qui était survolé par des aéroplanes, fit son entrée et une acclamation formidable retentit qui vint couvrir les accepts de la musique militaire jouant le Star Spangled Banner. L'entrevue des souverains de la Grande Bretagne et du président des Etats Unis et de Mme Wilson eut un caractère extrêmement cordial. Après avoir passé rapidement en revue les troupes qui se trouvaient dans la gare, les hôtes distingués prirent place dans cinq voitures de la cour qui encadrées par des " life guards " prirent le chemin du palais de Buckingham. Jamais cortège royal ne fut salué par des ovations plus délirantes qui ne s'arrêtèrent que longtemps après que le cortège eut pénétré dans le palais de Buckingham où un diner intime eut lieu dans la soirée. La journée de vendredi a été consacrée à des entrevues politiques à Downing Street où un déjeuner a été offert au président Wilson par M. Lloyd George. A 4 heures Mme Wilson a rendu visite à l'Américan Women's Club, 41, Hertford Street. Le soir un grand banquet de gala a eu lieu au palais de Buckingham. Wilson et Lloyd George sujet de la visite du président Wilson à Londres sous le titre " La Responsabilité de deux hommes " un article qui parait réfléter exactement l'opinion du monde civilisé sur cet événement de premier ordre. En voici des extraits : " On peut douter si deux hommes se partagèrent jamais une responsabilité personnelle aussi grande que le font le président des Etats-Unis et le premier ministre d'Angleterre en ce moment-ci. " Des efforts ont été faits des deux côtés de l'Antiantique par des Junkers américains et britanniques, pour forcer un coin entre le président et le Premier ministre, mais ce travail malfaisant, ne comptera pour rien à moins que M. Wilson et M. Lloyd George n'y n'y collaborent. " Ils ne traitent pas leurs affaires privées et personnelles, mais de la destinée de l'humanité, et il n'est pas de question impliquée dans la conférence de la paix au sujet de laquelle ces deux hommes ne soient capable d'arriver à un accord s'ils s'attellent corps et âme à cette tâche. "Un accord entre eux signifie un accord entre les gouvernements américain e} britannique, avec tout ce qu'une semblable entente implique pour la liberté et la sécurité humaines dans l'avenir. Il n'y a pas de divergence qui soit réellement importante en comparaison des point sur lesquels ces deux grands conducteurs de la démocratie moderne doivent inévitablement tomber d'accord, en raison même des principes et de la politique dont ils ont été si longtemps les champions. " Wilson et Lloyd George partent pour l'homme de la foule qui a porté le poids de ce terrible conflit. Nous ne pouvons rien imaginer qui puisse apporter plus de confiance et d'inspiration à la masse de l'humanité que l'assurance que sur les questions réellement vitales de la paix et de la reconstruction Woodrow Wilson et David Lloyd George agissent comme un seul homme, dans un même esprit et vers un même but." ♦ — La grandie firme Friedrich Krupp, nous atpprend1 Rentier, ne distribuera pas de dividende oette année. LES INDEMNITES Les réclamations relatives à l'enlèvement des titres, sommes, et valeurs Avis au public La procédure à suivre pour faire valoir les réclamations relatives à l'enlèvement des titres, sommes et valeurs est indiquée daos l'avis suivant du ministre des Finances de Belgique en date du 11 décembre et que nous reproduisons à toutes fins utiles : y Aux termes du paragraphe II du protocole de clôture des travaux de la Commission internationale d'armistice de Spa, qui ai fixé des conditions d'exécution des clauses financières de l'armistice, te gouvernement allemand four-nirai inoes'sammenit au gou: v-ernemenft &ei|ge des relevés dûment certifiés, faisant connaître, d'une part, tous tes 'documents, espèces, va-jeurs mobilières ou fiduciaires ou objets d'art touchant aux (intérêts publics et privés, qui ont été enlevés ou recueillis dans la partie envahie du pays, et, d'autre part, tes lieux d'où lietsidlts documents, espèces,valeurs ou objet d'art proviennent, les endroits où ils se trou-\ ent présentement, aiinsi que tous renseigne^ ments utiles pour leur restitution aux ayants-droit.En vue de permettre au gouvernement belge de vérifier l'exaictitudte desdlits relevés et d'exercer auprès du gouvernement allemand toutes revendications ultérieures relativement aux valeurs enlevées ou recueillies, par l'es Allemands, tous les intéressés, Belges ou alliés, sont priés de faire connaître à la Délégation, financière belge siégeant à la Banque Nia-tionale de Belgique le détail des valeurs dont ils réclament la restitution. A l'effet de faciliter l'examen et 1e classement des réclamations, oelles-ci seront subdivisées en quatre catégories. 1. Réclamations visant des documents;' 2. Réclamations visant des espèces et billets de 'banque ; Réclamations visant dtes "valeurs mobilières" ; 4. Réclamations visant des objets d'art. Il est 'spécifié, à titre purement indicatif et en aucune façon limitatif, qu'il faut notamment comprendre 1. Danis tes "documents", les archives publiques ou privées et en particulier, celles des officiers publics et ministériels ; tes matrices et plans cadastraux ; lets rôles deis contributions ; les -registres de comptabilité, ainsi que tes modèles, dessins, plans, marchés, devis, etc... pris dans tes administrations publiques, tes établissements industriels ou commerciaux, ainsi que chez tes particuliers; 2. Dans "tes espèces", tes billets de banque et touteis valeurs monétaires prises soit dans la caisse publique, soit dans tes caisses pri vées y compris les avoirs dte banques, ifeis cautionnements imposés .aux banques, sociétés ou particuliers, ainsi que tes avoirs enlevés par tes séquestres, appartenant à dtes sujets belges et des puissances alliées ; 3. Dans les "valeurs mobilière" celtes prises dans les services publics, d'ans les établissements privés ou chez tes particuliers ainsi que celjes trouvées soit dans les tranchées, soit dans tes habitations abandonnées, ou celles remises en cautionnement ou à (tout autre titre aux autorités allemandes, l'expression "valeurs mobilières" doit s'entendre dtes actions, obligations, bons dte caisse, chèques, accréditifs, mandats de payement, effets de commerce, et tous autres titres de crédit nominatifs ou au porteur, à l'exclusion des meubles, outils, vêtements, objets de ménage, marchandises etc., dont la revendication -n'est pas du ressort de la Commission financière; 4. Dans 1-eis objets "d'art", exclusivement les oeuvres ayant une valeur artistique caractérisée et pouvant être nettement décrites et identifiées.. Pour chacune des catégories ci^dessus, il y a lieu dte faire une déclaration séparée. Les déclarations datées et signées porteront en ^tête 1 indication de la catégorie des valeurs qu'elles concernent; (I. Documents, II. Espèces, III. Valeurs mobilières, IV. Objets d'art), et mentionneront tes noms, prénoms, profession, et domicile des déclarants. Elles seront adressées en franchise de port à la- Délégation financière 'belge 'àe la Commission 'internationale d'armistice, à la Banque Nationale de Belgique, rue du Bois Sauvage, à Bruxelles. Les in téressés sont instamment invités à formuler -leurs réclamations avec la plus grande précision possible avant le 15 janvier prochain ; à cet effet, ils -n'omettront aucun détail, aucun renseignement, particulier aux objets, leur enlevés et susceptible d'être a-dtaiis comme éléments de preuve du dommage subi. Citons notamment : la dlate exacte ou tout au moins approximative de l'enlèvement, le nom des militaires ou la désignation des autorités ou organismes qui y ont procédé, une copie du récépissé qui aurait été délivré, la dénomination complète des documents ou titres, leurs numéros, leur échéance, leur valeur nominale et effective, te montant exact des cautionnements constitués ou des avoirs séquestrés, la description exacte dte l'objet d'art et 1e nom ide son auteur, la facture et 1e prix d'achat, des témoignages de tiers honorables, etc. Pour chaque objet, titre ou document, la valeur que leur attribue te propriétaire 9era indiquée.— Il est spécialement reccttnmandé aux intéressés d'adtesiser leurs réclamations à la Délégation financière belge à la Commission internationale d'armistice (Banque n-aitionate de Belgique à Bruxelles) au plus tard avant le 15 janvier prochain. Bruxelles, 1e 11 décembre 1918. Le ministre des Finances, DELACROIX. Pour les enfants pauvres d'Anvers Les etrennes de la victoire Nous avons pris la résolution d'ouvrir, cette année encore notre souscription traditionnelle en faveur des étrennes des enfants pauvres d'Anvers. L'armistice, en effet, n'apporte aucune aide pratique aux malheureux. La satisfaction morale n'apporte pas un morceau de pain à ceux qui en manquent. C'est pourquoi -nous osons espérer que notre souscription sera au moins au-ss» élevée que la précédente. Nous avon-s reçu à ce jour : DIX-SEPTIEME LISTE. A-lan Hugh Macrae 1. o. o. Anonyme ... ... ... 1. o. o. La tirelire de Christian et Aliçe pour leurs petits frères d'Anvers 5. o. Une grand-mère pour un heureux retour avec tous les sien-s ... 5. o. M. L. Reinquet ... ... 1.0. Total £ 200. 5. 10, 4 La dégringolade du mark dans les pays rhénans Le mark perd progressivement sa va-leui dans tes provinces rhénanes. Il est -déjà descendu, pour tes habitants, à la valeur di franc, alors que l'a semaine passée un fran< valait seulement 80 pfennigs. Les soldats alliés peuvent, depuis 1e 17 dé cernbre changer 1e -franc, dans les banquek d'Aix-Ia-Chappeiîte, au cours de 1.40; déjà ida-ns les magasins, on compte, aux milita-ire: alliés, s francs pour 7 marks. Rapatriement Avis officiel A la suite des démarches de la Commission de Rapatriement 1e W,ar Trade Department vient de décider qu'aucunte licence d'exportation n'est nécessaire pour l'expédition en Belgique des -bagages des réfugiés. Les Belges peuvent donc confier à des firmes dte commissionnaires expéditeurs, ltes bagages qu'ils n'emportent pas avec eux, étant en-tendu que oes bagages ne peuvent pas contenir d'objets neufs, ni -aippareilsi photographiques, plaques, films, etc. La Commission fait également des démarches auprès dtes autorités belges- et anglaistes pour obtenir en -faveur des réfugiés l'autorisation d'emporter tout au moins certaines quantités d'objets neufs. Dès qu'u-ne solution sera intervenue, tes réfugiés -en seront informés par la voie des journaux. ♦ Pour les populations grecques d'Asie-Mineure et de Thrace Les persécutions auxquelles les populations grecques d'Asie-Mineure et de Thrace ont été en butte depuis te commencement de l'a guerre ont produit te plus douloureuse impression parmi tes colonies grecques en France, en Angleterre et -aux Etats-Unis. i Presque la moitié des Grecs déportés dams : l'intérieur de l'Asie-Mineure ou da-ns -les ca-mps dte concentration dte fe Bulgarie sont morts de faim ou-ont succombé aux mauvais ; traitements. Ceux qui ont survécu retrouvent leurs de-; meures saccagées, leurs champs dévastés et se trouvent dans te pluis complet dénuement-

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in Londres van 1914 tot 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes