Le bruxellois: journal quotidien indépendant

2489 0
30 september 1915
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1915, 30 September. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Geraadpleegd op 03 december 2022, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/fq9q23r431/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

2® Année. N° 363 TIRAGE 75.000 CINQ CENTIMES Edon B JEUDI 30 SEPTEMBRE (915 Le Bruxellois ABONNEMENTS: 13 6 12 Mois Bruxelles et Faubourgs. . , , . 2 fr. 4 fr. 7 fr. 12 fr. Province et Etranger ..... 3.50 8.50 16.00 30.00 Il Journal Quotidien Indépenciant Rédaction, Administration, Publicité : ï Bureaux do vento oour Bruxelles et Banlieue: BRUXELLES s 45, RUE HENRI MAUS | 15, RUE DES TEINTURIERS Rédacteur en Chef : Marc de SALM | Directeur de Vente : A. Gilliard / Faits-Divers et Echos ... la ligne fr. 2.00 iiiuniiArn \ Nécrologie, Annonces commerciales » » 1.00 ANNONCES } Annonces financières > 0.50 ! Petites annonces ... la petite ligne » 0.20 » » ... la grande ligne » 0.40 TRIBUNE LIBRE Doléances motivées ou variations sur un vieux thème Une honorable négociante nous écrit : Les œufs restent toujours à 22 centimes. Les négociants eux-mêmes se plaignent, les paysans et revendeurs leur demandent 20 centimes — aux autorités allemandes ils se contentent de demander 12 et 14 centimes — il semble donc que nous autres sommes plus exploitables. Pour l'avoine, même manœuvre — à l'intendance allemande on la vend à 33 francs, le., autres propriétaires de chevaux payent 80 et 90 francs. En temps ordinaire ce produit se vend fr. 21.— à 22.5G les 100 kgr. Le prix de 33 francs compense donc largement les frais de transport, pénurie de sacs, etc. Quand donc cette honteuse exploitation finira-t-elle? C'est encore du patriotisme vraiment bien placé. Des lecteurs nous écrivent pour réclamer un arrêté fixant un prix maximum des œufs. C'est très louable. Mais, croyez-vous que le prix fixé sera observé? Pas plus que les autres fixés par l'autorité occupante. Elle seule bénéficie probablement de la mesure. Nous autres, contribuables, sommes exploités dans des proportions fantastiques. Prenons un des articles les plus courants — la viande : les débitants déploient des artifices, des boniments que leur envierait plus d'un camelot! ! Si vous faites timidement observer qu'il existe un prix tarifé, des yeux ayant beaucoup d'analogie avec ceux du bouledogue vous dévisagent d'un air inquisiteur, puis on vous présente un morceau en tous points tellement désavantageux que vous préférez mettre le prix demandé. On nous annonce bientôt la vente des nou-velle'3 récoltes de pois et haricots blancs. Les accapareurs se frottent les mains, ceux qui en voudront payeront le prix,on parle d'augmentation de 30 à 40 p. c. Yoiis^ompri-fteç.... ios engrais sont chers... lesAÏÎeœanàs enlèvent le tout... certains terrains n'ont pu être cultivés... il paraît (ne vous effrayez pas, la zwanze ne connaît plus de bornes), que ces champs sont convertis en cimetières ! ! Les conserves... nouveau thème : le fer-blanc est inabordable... une augmentation de 25 p. c. s'impose. En connaissance de cause, je puis vous certifier qu'une majoration de 5 centimes par boîte compenserait largement cette augmentation de prix du métal. Il est vraiment surprenant qu'à l'époque où nous vivons, un de ces « mercantis » n'ait pas encore trouvé le moyen de nous faire payer l'air que nous respirons! Mais voyez-vous par « PATRIOTISME x nous devons nous laisser tondre sans nous plaindre. Et puis, à qui se plaindrait-on?? Après la guerre, disent ces bons « Patrio-tards », tout cela se réglera... en ce moment donnons à nos ennemis l'exemple de la Fraternité. A ceux qui refusent de se laisser museler on promet même des indemnités, « vous pensez bien... avec l'indemnité de guerre que touchera l'Angleterre de l'Allemagne, nous serons largement indemnisés »! La bonne blague. Pendant ce temps, ces hypocrites continuent avec succès leurs petite exploitation, ils auraient vraiment tort d'y mettre des formes, l'impunité absolue les y •encouragent! Ce sont ces mêmes a braves » qui lancent certains mots d'ordre, les calomnies les plus absurdes et les plus monstrueuses, font circuler des listes noires (sur lesquelles, ils ont, par un oubli bien concevable, omis de s'inscrire en tête), menacent de représailles futures ceux qui comprennent autrement le Patriotisme qu'en exploitant sans vergogne leurs malheureux compatriotes.Le fil de cette épée de Damoclès qu'ils tiennent suspendue comme une perpétuelle menace sur j.a tête de ceux qui, comme vous, ont le courage de dénoncer leur honteux trafic, pourrait quelquefois se' briser à leur détriment ! Il y a quelques semaines j'avais acheté sur présentation d'échantillon 3 fûts d'huile de ricin, à 375 francs le fût — une paille, quoi ! Avant d'en prendre livraison, j'eus l'heureuse inspiration d'examiner le contenu des fûts. Heureusement cette huile garantie pure avait une vague odeur de savon et de pétrole. Quant à la couleur, je renonce à la dépeindre. Naturellement, de ma part, refus catégorique de prendre possession de cette mixture. Veuillez agréer, etc. Suzanne M. LISEZ EN 3' PA GE NOS RENSEIGNEMENTS pour (es personnes sans nouvelles de ieurs parents Derniers Communiqués Officiels La Guerre Communiqués Officiels ALLEMANDS Théâtre de la guerre de l'Ouest Berlin, 29 septembre (midi). — Les tentatives de débordement ennemies ont continué avec acharnement dans les secteurs d'attaques en jeu jusqu'ici. Une contre-attaque, après une nouvelle attaque anglaise, au moyen de gaz, a amené la reprise d'une partie du terrain abandonné par nous au nord de Loos. De violentes attaques anglaises venant de la région de Loos ont échoué avec des pertes considérables pour l'ennemi. Des attaquez françaises répétées dans la région de Souchez et de Neuville ont été repoussées en partie par de violentes contre-attaques. Egalement en Champagne toutes les tentatives de débordement ennemies sont restées inefficaces. Leur unique résultat fut que l'ennemi ne put encore être chassé de nos tranchées sur une étendue de 100 mètres au nord-ouest de Souain. Les vagues assaillantes françaises s'avançant sans relâche, échouèrent à la résistance inflexible des bataillons badois, du régiment de réserve rhénan n. 65 et du régiment d'infanterie irestphalien n. 158. Les pertes considérables que s'infligea l'ennemi dans son assaut souvent répété contre les hauteurs à Massiges ont été sans utilité. Les hauteurs sont solidement maintenues par nos troupes. Les tentatives des Français de reprendre les tranchées perdues à Fille-Morte ont échoué. Le nombre des prisonniers s'est accru. En Flandre, deux aéroplanes an-.pUiLi ont c±c-ahaltus et las occupants faits prisonniers. Théâtre de la guerre à l'Est Groupe d'armée du géréral feldmaréchal von Hindenburg. L'attaque au sud-ouest de Dunaburg n avancé jusqu'à la hauteur du lac de Swen-ten. Au sud du lac Drysvjaty et à Postawy les combats d'artillerie continuent. Notre cavalerie, après avoir appuyé efficacement les opérations de l'armée du lieutenant-général von Eiehhorn, en opérant contre le flanc de l'ennemi, a quitté la région près et à l'est de Wilijka. L'adversaire reste inactif. A l'ouest de WilijJca, des colonnes ennemies, qui opéraient imprudemment, ont été dispersées par notre feu d'artillerie. Entre Smorgcm et Wischnew nos troupes sont généralement en progrès. Chez les Groupes d'armée du général feldmaréchal le prince Léopold de Bavière et du général feldmaréchal von Mackensen rien d'essentiel ne s'est passé. Groupe d'armée du général von Linsingen Les Russes sont refoulés derrière le Kor-zin et la Putilowka. AUTRICHIENS Théâtre de la guerre russe Menacé d'encerclement au Styr par les forces austro-hongroises et allemandes, l'ennemi s'est vu obLgé d'abandonner la grande offensive qu'il avait prononcée dans les territoires des forteresses de la Volhynie,avec des sacrifices considérables. La retraite russe a continué hier, pendant toute la journée et conduisit l'armée ennemie derrière la Pu-tiloicka ; nos armées le poursuivent. Dans les combats d'arrière-garde, à l'est de Lusk, nous avons fait prisonniers 4 officiers russes et 600 hommes ; « l'ihwa et en Galicie orientale, la situation est inchangée. Théâtre de la guerre italien Au front des Dolomites, une attaque ennemie contre le Col dei Busi a été repoussée ce matin, avec des grenades à main. Hier les Italiens ont bombardé de nouveau l'hôpital de la Croix Rouge à Gôrz avec 50 obus environ, quoique cet établissement sanitaire, qui n'avait pas encore pu être évacué complètement, arborait encore le drapeau de Genève. Dans le secteur de Doberdo, notre feu a fait échouer une tentative d'attaque contre le Monte dei Sei Busi. Théâtre de la guerre du Sud-Est Notre feu d'artillerie a dérangé les travaux de fortification ennemis à la Save inférieure.Les canons de forteresse de Belgrade ont tiré sur 11 ville de Semlin quelques obus sans portée. ITALIENS Home, 20 septembre. — Les combats ont continué dans la zône de Civhlali, où l'ennemi, qui avait reçu des renforts — également en artillerie — a tenté le 2lt de ce mois un coup cle main contre notre position à l'> « Cedakhiitte ». Nos troupes accoururent rapidement de VOberveltlin.Les colonnes ennemies jurent attaquées et refoulées. Dans la Carinthie-, l'ennemi passa, après de vi goureux préparatifs d'artillerie, le 23 septembre, trois fois a l'attaque contre tout notre front du Petit lJal jusqu'au Pizzo Avostams, mais il fui chaque fois repoussé. A" itre artillerie dirigea un jeu efficace contre la station de ïarbis. Un constata de grands incendies.Sur le Earst, la situation est inchangée. Rome, 27 septembre, — Le 26 septembre, il y a eu pendant toute la journée de petits combats d Doso Dasina, sur les pentes septentrionales du Monte Baldo, à Malga, dans la région de Monte Coston, sur les pentes du Monte Rornbon (Flitsch) et du Poloce( Krnj où l'ennemi abandonna quelques prisonniers en nos mains .Dans le bassin de Flitsch notre artillerie a dispersé, par un feu précis, une colonne traversant la vallée de Korit-nica, prit en outre, sous son feu un détachement d'ouvriers ennemis et le dispersa. Sur le Karst, sur l'aile gauche extrême de nos lignes, notre infanteriz qui s'était avancée inaperçue, a fait des progrès notables dans la direction de Feteano. Elle s'installa alors rapidement dans les endroits occupés. FRANÇAIS Paris, 27 septembre. — ( 15 heures.) — En Artois, nous avons maintenu nos positions à l'est de Souchez. Notre progression signalée d'abord comme ayant atteint le télégraphe détruit au nord de Thélus, n'a pas dépassé les vergers de la Folie et la route d'Arras à Lille ; elle a été entièrement maintenue. Sur le front, au sud de la Somme.,lutte de bombes et de torpilles vers Andcchy. Notre artillerie a vigoureusement contrebattu les batteries ennemies qui canonnaientjios positions de Quenne-vières. En Champagne, le.s combats se sont poursuivis avec ténacité sur tout le front. Nous avons occupé sur plusteurs points, notamment au Trou-Bricot, au nord de la ferme des Waçques, quelques position!- déjà dépassées où des éléments ennemis erraient r ' '< ' ■ E" : '!' cl I - et Lorraine, canonnade intense de part et d'autre. Une violente tempête dans les T;osges a suspendu momentanément toutes les opérations. Paris, 27 septembre. — Au nord d'Arras, la situation ne s'est pas modifiée. L'ennemi n'a réagi que faiblement contre les positions nouvelles, occupées par nos troupes Le nombre des prisonniers faits dans cette région dépasse actuellement 1,500. En Champagne, la lutte se poursuit sans relâche. Nos troupes se trouvent maintenant sur un front étendu devant la seconde position de défense ennemie, jalonnée par la cote 185, à l ouest de m Ferme Navarin, la butte de Souain, l'arbre de la cote 193, le village et la butte de Tahure. Le nombre des canons enlevés à l'ennemi n'a pu être com plètement fixé, L'ennemi a prononcé aujourd'hui en Argonne, une offensive qui a été complètement enrayée. A quatre reprises, il a tenté un ...saut d'infanterie sur nos positions de la FiUe-Morie, après les avoir violemment bombardées avec des projectiles de tous calibres et les obus suffocants. L'ennemi n'a pu atteindre qu'en quelques potn'-s notre tranchée de toute première ligne, il a été arrêté là par le feu de nos tranchées de soutien et a été repoussé partout ailleurs avec de lourdes pertes. llien d'important à signaler sur le reste du front. Paris, 28 septembre. — (15 heures). — En Artois, nous avons, dans la soirée et pendant la nuit, gagné du terrain de proche en proche vers les crêtes à l'est et au sud de Souchez. En Champagne, l'ennemi résiste sur ses position de repli, protégées par des réseaux de fil de fer étendus et dissimulés. Nous avons réalisé quelques nouveaux progrès vers la cote 185 à l'ouest de la Ferme Navamn et au Nord de Massiges, vers la Justice. En Aryonne, les attaques obstinées, menées hier par l'ennemi avec six à huit bataillons contre nos tranchées de première ligne de la Fille-Morte et de Bolante, ont abouti à un échec. Les contre-attaques, exécutées par nous au cours de la nuit, nous ont permis d'expulser les fantassins ennemis de presque tous les points où ils avaient pu pénétrer. Nuit relativement calme sur le reste du front. Paris, 28 septembre. — (23 heures.) — Dans la journée du 28, nous avons continué à gagner du terrain pied à pied vers les crêtes à l'est de Soldiez. Nous avons fait une centaine de prisonniers parmi lesquels des hommes du corps de la garde, ramenés il y a quelques jours du front russe. En Champagne, également, de nouveaux progrès ont été réalités, particulièrement au nord de Massiges où nous avons encore fait 800 prisonniers. L'ennemi a dirigé sur nos tranchées en Argonne un bombardement violent auquel nos batteries ont efficacement riposté, mais l'ennemi n'a tenté aucune action d'infanterie. Des combats à la grenade nous ont permis de regagner quelques éléments de notre première ligne où l'ennemi s'était maintenu depuis hier. Canonnade intermittente au bois Le Prêtre et dans la région du Ban-de-Sapt. ANGLAIS Londres, 28 septembre. — Feldmaréchal French communique : Au nord-ouest de Hulluch, nous avons repoussé plusieurs contre-attaqucs et avons infligé à l'ennemi de sérieuses pertes. A l'est de Loos, notre offensive avance. Nous avons fait prisonniers en tout 53 officiers et 2,800 hommes et pris 18 canons et 32 mitrailleuses. L'ennemi abandonna une grande qitan- tité de matériel ; on n'en a pas encore fait le dénombrement. RUSSES Pétrograde, 28 septembre. — Une attaque de: Allemands dans la région d'Eckan a été repoussée. L'artillerie ennemie continue à diriger son fev contre différents points de la région de Riga. Notre artillerie a chassé à plusieurs reprises des aviateurs ennemis dans la région de Schlock et a dérangé des travaux de sape ennemis. Sur plusieun points de la région de Dunaburg, les combats ont recommencé avec l'ancienne violence. De nombreuses attaques allemandes dans la région de Nowo-Aleksandrowsk ont été repoussées. Ici le combat d'artillerie atteignit une grande violence. Par des attaques vigoureuses de notre cavalerie entre les passages de la Wilija supérieure, dans la région de Dolgwinow, la cavalerie allemande, composée de vieux régiments, a été dispersée. Nous avons fait prisonniers 6 officiers et 65 hommes, pris S mitrailleuses et plus de 100 sabres. Nos pertes sont insignifiantes. Dans la région à l'ouest de Wilejka, un combat extrêmement acharné a été livré. Quatre attaques allemandes ont été repoussées. Par une nouvelle attaque allemande, nos troupes furent un peu refoulées. Le comOat continue sans interruption. Une de nos armées dans cette région a pris aux Allemands, pendant la semaine écoulée, 5 mitrailleuses de gros ca'ibre, 33 mitrailleuses, 12 voitures de munitions et plus de 1,000 prisonniers non blessés. Dans la région à l'est d'Oschmjany et plus loin, au sud, jusque dans la région du Pripet, des combats se développent des deux côtés itvec une extrême violence. L'ennemi attaque sur beaucoup de points en rangs serrés et avec une grande violence. Quelques-unes de ces attaques curent des succès locaux, qui furent en réalité vraiment modestes et ne sont d'aucune influence sur l'exécution des problèmes méthodiques généraux de nos armées. Les succès les plus nmarquables de nos armées furent. 1° Une attaque contre la localité de- Deljatitschi, 'ttu-NjiW.cn, gui }arç-J, Vin: -ua • :c r:f d? grandes pertes; 2" Le refoulement d'une attaque ennemie dans la région au sud-est de la station de Baranowitschi ; S° Une attaque à l'improviste contre un bataMon autrichien au village de Labussy, à la Schtschara, dans la région de Liacliowilschi, où une partie des Autrichiens fut sabrée et 36h hommes avec 2 officiers furent faits prisonniers et 1 mitrailleuse capturée. Le résultat de cette attaque fut que l'ennemi se vit forcé de reculer au delà du fleuve ; b° La prise du village de Sliesnitsi, dans la région du Stochod inférieur. Ici la violence du combat atteignit les limites les plus extrêmes. Un se disputa avec une rage inouïe des maisons en flammes; le village resta dans nos mains. L'ennemi fut anéanti. Nous n'avons fait Que 3 hommes prisonniers et pris i mitraiKeuses. Dans la région du chemin de fer Kowel-Sarny il y a eu plusieurs combats acharnés à la rive gauche du Styr. La localité de Kolki et ses environs sont violemment bombardés par l'ennemi. A la frontière galicienne, les combats acharnés à Nowo-Aleksinice ont repris. A l'aide de troupes fraîches, les Autrichiens nous ont obligés à évaluer la localité. Par une nouvelle attaque vigoureuse et dans un combat à la baïonnette, nos troupes refoulèrent de nouveau les Autrichiens de la localité,en tuèrent beaucoup et firent plus de 1,000 prisonniers. D'après les dernières nouvelles, les Autrichiens attaquent de nouveau Nowo-Aleksinice. -URCS Constantinople, 28 septembre. — Au front des Dardanelles, la situation est inchangée. Nos détachements éclaireurs envoyés dans différentes directions, ont attiré dans un g uet-apens, deux détachements éclaireurs ennemis à Anaforta et dans les environs de Kereuiis Dereh et les ont fait prisonniers. D'autres détachements prononcèrent des attaques imprévues contre des tranchées ennemies et ont pris une quantité de fusils avec des munitions, des téléphones de campagne et des ustensiles de pionniers. Sinon rien de nouveau. Constantinople, 29 septembre. — Le quartier général annonce du front des Dardanelles : Dans la nuit du 27 septembre, nos colonnes de reconnaissance ont exécuté à Anaforta une attaque à l'im-proviste avec des bombes, contre les tranchées ennemies et y ont pris plus de 50 fusils, des baïonnettes et des lunettes d'approche. A Ari-Burnu,nos batteries postées à l'aide droite réduisirent au silence une batterie ennemie de 3 canons et détruisirent un canon. A Sedd-ul-Bahr, le 27 septembre, feu d'infanterie réciproque sur tout le front. Sur l'aile gauche duel d'artillerie. Au centre, combat de bombes. Environ 50 ennemis tentèrent d'attaquer, mais à peine furent-ils éloignés de leurs abris qu'ils furent en grande partie détruits par notre feu. Les autres se retirèrent en fuyant dans ses tranchées. Le 27 septembre, un de nos aéroplanes toucha avec une bombet le hangar d'aéroplanes ennemi sur Lemnos. _ ... . „ Dernières Dépêches DANS LES BALKANS La santé dv. roi de Serbie est rétablie On mande de 7 ish que le roi Pierre est complètement rétabli et qu'il a pu entre prendre un voyage d'inspection le long du front de l'armée serbe. Un télégramme du Tzar des Bulgares au roi Contantin Francfort-s./M., 2y septembre. — On an-ponce de Constantinople au Francf. Ztg. : Le roi Ferdinand a adressé au roi de Grèce un télégramme, ayant pour but de dissiper la méfiance qui règne actuellement au mo*: ment où les armées des deux pays ont l'arme au pied. Le roi de Bulgarie donne dans ce télégramme l'assurance que la mobilisation bulgare n'implique en aucune façon une attaque contre le territoire grec. La Bulgarie, au contraire, met une grande valeur dans l'amélioration des bonnes relations existant entre les deux pays. L'ofiensive franco-anglaise Berlin, 29 septembre. — De Genève on annonce au Berliner Tageblatt au sujet des pertes considérables subies par les Anglais et Français : A Paris, le public n'a pas reçu la moindre nouvelle, ni par le rapport de French, ni par le communiqué de l'état-major général, au sujet des pertes considérables en officiers et en hommes, Français et Anglais, sur les terrains encore si violemment disputés. Toutefois il résulte des données des journaux qu'on est plus exactement renseigné dans les rédactions parisiennes sur les chiffres trè.; élevés que la censure permet de publier. Quelques critiques professionnels expriment une certaine désillusion que Ja poussée au Nord et en Champagne a été suivie d'un intervalle relativement long. On craint que L'adversaire ne le mette amplement à profit. Dans les journaux anglais on rappelle la combat de Neuve-Chapelle où les Anglais avaient débordé victorieusement la première ligne et ont été repoussés avec des pertes sanglantes devant la deuxième ligne. Baie, 29 septembre. — Le Baseler Anzei. ger écrit : Les Alliés sont encore arrivés trop tard avec leur offensive. Les Allemands sont cette poussée et il est sans la moindre importance pour la marcl e de la campagne qu'une série de tranchées change d'occupants. La guerre navale Copenhague, 29 septembre. — Le journal Snàttposten, de Maimô, a eu des entretiens avec les capitaines des premiers navires qui sont arrivés à Mahnô, après avoir traversé le champ de mines allemands à l'entrée méridionale de l'Oeresund. Les capitaines ont déclaré unanimement que la navigation à travers les barrages de mines n'est rendue difficile ou retardée que d'une façon insignifiante ; les indications des navires de surveillance allemands se fon rapidement et exactement. Les torpilleurs suédois stationnant au nord et a . sud du champs eles mines dans les cours navigables, donnent également des indications précises. L'idée que les mines allemande*- sont insuffisamment ancrées est infondée. Le risque pour les voiliers est plus grand attendu qu'une croisière à travers les eaux minées est très difficile. Le Snàllposten espère donc que du côté allemand on facilitera le remorquage des voiliers neutres Impôt de guerre en Russie D'après les journaux suisses, le gouvernement russe a l'intention de ciéer un impôt de guerre de 2 p. c. sur tous les revenus dépassant 500 roubles. Pour les personnes dispensées du service militaire, cet impôt s'ajoutera à l'impôt particulier, créé pour cette catégorie de citoyens. Les troubles ouvriers en Russie On télégraphie de Bucarest que de nouvelles rencontrer sanglantes se sont produites, à Kieff, Kharkow et Iékaterinosiaw, entre la police et les ouvriers. Les ouvriers, réquisitionnés à Pétrograde, pour la fabrication des munitions, ont provoqué des troubles et poussé les autres ouvriers à abandonner le travail. Les pertes italiennes D'après les journaux allemands, on aurait appris d'une source officieuse, que le général Cadorna évalue les pertes subies par l'armée italienne pendant les trois premiers de guerre, à 35,000 morts et 180,000 blessés et malades. Ces chiffres auraient été cités 'ans un rapport adressé au gouvernement. Il faut se rappeler que lè gouvernement italien ne publie pas de listes des pertes. Contre la censure russe L'Ecluse, 2? septembre. — Beuter annon-e de Pétrograde que le Cabinet s'est pro-îoncé unanimement contre la censure. La situation aux Dardanalles Paris, 29 septembre. — Le Petit Parisien nublie une lettre du député Merlin, envoyé aux Dardanelles au nom de la Commission l'Hygiène cle la Chambre, à la commission Je contrôle. Merlin expose dans sa lettre que l'expédition des Dardanelles a été mal commencée et subit en ce moment un arrêt. C'est

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Le bruxellois: journal quotidien indépendant behorende tot de categorie Gecensureerde pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes