Le bruxellois: journal quotidien indépendant

1012 0
31 oktober 1914
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1914, 31 Oktober. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Geraadpleegd op 13 augustus 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/s756d5qh2j/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

LE BRUXXLLOIS abonnehents: Journal Quotidien Indépendant annonces: * an. 20 fr. , Faits divers la ligne 2 fr. 6 12 fr. REDACTION, ADMINISTRATION, PUBLICITE: .., , . 3 mois . . : 8 fr. Nécrologie » 1 [r. 1 mois 3 tr. 4-5, rue Henri IV! a us, Bruxelles Petites annonces » 0,20 UN ULTIMATUM de la RUSSIE A LA BULGARIE LA GUERRE DK ULTI1TDPI DUSSE î Lfl BULGARIE —o— Bucharest, 28 octobre. — Le journal Vitoiwl annonce : La Russie a adressé un ultimatum à la Bulgarie la menaçant au cas ou ce dernier pays accorderait le passage des transports de munitions allemandes destinés à la Turquie, la Russie occuperait immédiatement les ports bulgares de Varna et Burgar. (Cette nouvelle du journal roumain n'est pas encore officiellement confirmé). Sofia, 28 octobre. — D'après le journal Utro tous les étudiants bulgares qui sont inscrits aux universités russes ont été invités à quitter la Russie dans les 24 heures. La Position des Armées dans le Nord. Le communiqué français de dimanche décrit les positions des armées en présence dans les territoires de la côte belgo-française. Egalement jusqu'à Arras et dans la ligne suivante allant vers le sud : Nieuport, Dixmude, les environs d'Ypres et Roulers, le terrain entre Armentières et Lille, ensuite une ligne a l'ouest de La Bassée et enfin à l'est et au sud d'Arras. Cette position d'ensemble n'est rien moins qu'une ligne droite. Le communiqué confirme que les Allemands ont passé l'Yser entre Nieuport et Dixmude. Cependant près d'Ypres la ligne française fait une courbe mais non aussi loin qu'il y a quelques jours par suite de ce que Roulers est occupé par les Allemands. Lille est également occupé par ces troupes et au sud de Lille la ligne allemande s'avance de beaucoup vers l'ouest. De là la ligne de bataille continue presque en ligne droite dans la direction du sud passant à l'ouest de Lens jusque dans les environs d'Arras, au nord de cette ville. D'après les communications officielles allemandes du 26 octobre, c'est ici qu'une attaque française fut brisée La ville d'Arras elle-même, d'après le communiqués français, est toujours en possession des troupes de la République. Le dernier communiqué officiel français du 26 octobre 23 heures se reportant probablement aux événements de lundi dernier est ainsi conçu : € En Belgique, Nieuport a été violemment bombardé. » La tentative des Al'emands de marcher de , l'avant sur le front Nieuport Dixmude continue j sans qu'il paraisse, d'api ès les dernières nouvel les reçues, devoir aboutir à un j%|filtat décisif. » Tout le front entre La Bissée et la Somme est également l'objet de violentes attaques de nuit qui ont été repoussées. » La situation sur le reste du front est sta-: tionnaire. » . Il n'est pas nécessaire d'insister sur l'importance des attaques de nuit dont parle le commu-muniqué cité plus haut, attaques que d'ailleurs les Fiançais effectuent également presque toutes les nuits pour comprendre qu'elles ont pour but de priver de repos les effeclifs de l'adversaire Une autre constatation ressort comme point capital de ces communiquées, c'est que Nieuport est violemment exposé au feu de l'artillerie allemande.Le Comhat le long de la Côte Belge. Amsterdam, 28 octobre. — Un correspondant de guerre de l'agence Vaz Diaz a ru l'occasion d'observer le combat qui s'est déroulé entre Nieuport et Westende : les dunes offraient aux Allemands des abris très utiles Elles ies protégeaient aimirab'ement contre l'artillerie des Alliés et permettaient aux troupes allemandes d'effectuer une marche en avant brillamment soutenue par les mitrailleuses établies dans les montagnes de sable. J'ai été spectateur de la rencontre de Westende. Le terrible bombardement des dunes durait un jour et une nuit; le feu qui était surtout dirigé sur les vallons situés entre les dunes rendait le passage de l'armée allemande excessivement pénible. J'ai été surpris par les angoisses qu'éprouvaient les nombreux fuyards qui rentraient à Ostende. Beaucoup d'eux pris de panique s'enfuyaient plus loin vers Blankenberghe et plus au nord. A Westende je n'ai pas trouvé d'âme vivante exception faite des troupes allemandes. La bataille se déroulaient avec furie surtout entre Westende et Nieuport. Les marins allemands disposaient d'une artillerie à très longue portée qui ripostait à l'artillerie de marine. Il semble qu'elle atteignait souvent son but attendu que je revoyais très souvent surgir des flammes des flancs des bateaux de guerre. Il est excessivement difficile de fixer le nombre et la natures Jes navires anglais, parce qu'il se trouvent a une tiès grande distance et ne s'aperçoi-vent à l'horizon que comme des petits points , noirs. Mon impresM 11 fut que cette flotte était formée de 12 bateaux se composant de croiseurs et de torpi leurs. Le S'ir à Os'ende la bitaille donnait l'impres-! sion d'un feu d'artifice vu de très loin. Les habitants de la reine des plages craignent que la f'ern ère heure de la ville ne S' it proche et la digue est occupée par les soldats allemands. Ceux-ci éloignent les enfants de lî plage pour leur épargner les dangers que provoquent les i mir.es flottantes qui viennent y échou r, at qui l sont immédiatement enlevées et détruites par les : marins POINT DE VUE ANGLAIS Stockholm, 28 octobre — On annonre de Londres : les Allemands font des tentatives énergiques pour pouvoir rompre notre fiont dans le ! Nord, ils o>t gagné du terrain dans les environs j de la Bassée. En ce moment, la bataille est furieuse entre Lille et Dunkerque, bataille qui apportera probablement la décision sur les opérations en France. De toutes les nouvelles arrivées à Londres, ainsi que des communiqués émanant du théâtre de la guerre, il ressort que la bataille est ^rna'nt'çnant entrée dans une phase critique et qu'une tournure décisive doit être amenée dans un jour prochain. -—0— Marseille, 28 octobre. — 27,000 hindous sont arrivés ici dimanches et sont repartis pour renforcer les troupes alliées Londres, 26 octobie. — L'amirauté a donné cdre à la flotte anglaise de ne plus arrêter à partir d'aujourd'hui les bateaux des nations neutres sur lesquels se trouvent des réservistes allemands ou autrichiens. —o— Amsterdam, 28 octobre. — On dément formellement l'information qui avait été lancée annon çrnt la destruction du môle de Zeebrugge. —0— Amsterdam, 28 octobre. — Le personnel des chemins de fer belges a reçu communication du gouvernement belge l'informant que les salaires du mois d'octobre ont été déposés dans des banques hollandaises. DANS LES BALKANS En Roumanie Bucarest, 28 octobre : Les frères Buxton qui ont été victime d'un attentat politique lors de l'enterremen': du roi Carol sont rétablis. Ils se rendront prochainement en Russie. ■ — I Communiqués officiels allemands Bei lin, 30 octobre Notre attaque au sud de Nieuport g^gne lentement du terrain. A Ypres la situation est sta'ionaire. A l'ouest de Lille nos troupes firent des bons progrès Plusieurs positions fortifiées furent prises par nos soldats, 16 officiers anglais ainsi que 300 sol.lats furent faits prisonniers et 4 canons couquis Des contre—sttaques françaises et anglaises furent partout repoufsées. Une batterie fra çiise avec un observateur en haut de la Tour de la Cathédrale de Re;ms a dû être pris sous notre feu. Dans la forêt de l'Argonne nous avons ob igé l'ennemi à se retirer de p'usieurs retranchements, quelques mitrailleuses ont été pris ses nous à cette occasion. Au sud ouest de Verdun une violente attaque française fut repoussée par nous. Dans la contre-attaque nos troupes avancèrent jusqu'à la position principale cies Français, qui fut pti e et gardée par nous. A cette occasion les Français ont eu des pertes considérables. A l'est de la Moselle toutes les entreprises de l'ennemi qui étaient d'ailleurs, sans importance ont été facilement repoussées. Munich, 30 octobre — Princesse Adelgunde, duchesse de Modena estdécéJée hier après midi. Vienne, ^8 octobre — (offici-1) La situation est Statioanaire en Qalicie. Sur différentes parties du front les deux adversaires se sont dissimulés dans des retranchements fortifiés. Notre artillerie lourde a détruit plusieurs batteries ennemies et leurs point d'appui. Le 27 octobre nous avons obtenu de nouveaux succès en Serbie. Les positions serbes solidement fortifiées près de Ravnje au nord de la route de Brnabara daus la Macva ont été prise a l'assaut après une défense héroïque de l'adversaire. Nous avons pris 4 canons 8 mitrailleuses et un butin de matériel considérable. 5 officiers et 500 soldats ont été faits prisonniersCopenhage, 28 < ctobre. On annonce de Londres que les croiseurs cuirassés Gœben et Bres-lau qui ont été vendus a la Turquie, au commencement des hostilités, sont rentrés en hâte dans la mer Noire. Les ambassadeurs anglais et russes à Constan-tinople ont annoncé hier a la Porte qu'ils considèrent la vente de ces navirs comme non avenue et que les croiseurs seront attaqués aussitôt qu'ils sortiront. L'ambassaJeur russe déclare encore que les mouvements de la flotte russe contre le Bosphore sont uniquement basés sur le fait que le Gœben et le Breslau se sont trouvés en dehors des eaux turques. Revue de la Presse Etrangère —o— Copenhage, a7 octobre. — Le National Ri-dende annonce de Hazebroek : Dernièrement sur le champ de bataille, le Roi Albert se trouvait très expose au feu allemand. A son état-major qui le priait instamment de s'éloigner de la sphère dangereuse, le Roi répondit textuellement : ma vie n'a pas plus de valeur que la vôtre pour mon pays Ma place est sur le champ de bataille. D'après les derniers renseignements reçus, le Roi Albert se trouverait actuellement en Angleterre.La Gazette de Erancfort annonce de Constanti-nople : le gourvernement roumain a envoyé une commission à Illinois pour traiter l'achat de vingt millions de cartouches pour les fusils mannlicher. 1 *b Rome, 28 octobre. — La Trïbuna publie un compte rendu d'nn de ses correspondants en ce moment à Dunkerque. Voici ce qu'il dit : J'ai visité, dans la compagnie d'un officier supérieur de l'armée belge, le terrain inondé devant Dunkerque.La décision qui a été prise d'inonder le pays ne pourra avoir de résultat effectif, suivant l'opinion de l'officier qui m'accompagnait. Nous, Belges, nous avons également inondé des terrains autour d'Anvers, mais cela n'a pas empêché les Allemands d'avancer. Voici comment ils procédèrent : à l'aide de sacs de ciment que l'eau solidifiait immédiaiement, ils se construisirent des routes propres au passage de leurs 1 troupes. Au sujet de canons de 42 que possèdent les Allemands il me dit également que ces engins sont de taille a détruire n'importe quelle forteresse.Qui aurait pu prévoir l'existence de ces montres d'acier ? L'Etat-Majur belge a toujours cru que l'armée allemande ne possédait pas d'autres canons que ceux que désignait le catalogue Krupp. L'ailleurs les fortifications d'Anvers furent construites en se basant sur la force des canons que l'on connais-! sait et les forts d'Anvers étaient les plus modernes qui existent. j Chaque fois que l'Allemagne, construisait des j canons d'un calibre plus fort, toujours nous avons ' renforcé le bétonnage protecteurdenosouvrages. Impossible de laisser dans les forts attaqués par les engins formidables que possède actuellement l'Allemagne, une garnison sans la conduire inévitablement à une boucherie inutile, j —0— ; Malgré la guerre qui bouleverse tant de choses, on annonce que l'Exposition universelle de San-Francisco s'ouvrira le 20 février 1915. j La Poste en Belgique. Suivant un télégramme du Havre de l'agence Vaz DUz, le ministre belge des Postes aurait lancé un appel à tous les fonctionnaires et agents les invitant à reprendre leur poète. Dans les Cimetières Le Collège échevinal de Bruxelles a tait placarder, sur les murs de la ville une affiche dont voici le texte : Le Collège échevinal a l'honneur de faire con-naî;re au public les mesures d'ordre arrêtées à l'occasion des visites d'usage des 1er, 2, 3 et 8 novembre au cimetière de la ville, à Evere. L entrée du champ de repos, vers la commune d'Evere, sera ouverte comme les années antérieuresLe public circulant dans l'avenue du cimetière eî-t invité à tenir la droite de la partie non occupée par la voie du tram. Il est interdit : 1° D'introduire au cimetière ou de déployer sur l'avenue tout emblème ou drapeau quelconque.2° De prononcer des discours à l'intérieur du champ de repos. Les voitures amenant des visiteurs iront au pas dans l'avenue du cimetière et prendront la droite ; elles se rangeront aux emplacements qui leur seront d ésignés par les agents de la ville. Le cimetière sera fermé a 4 heures précises. Toutes les infractions au règlement du 22 mai 1905 seront rigouremsemént Doursuivies. Première' année. - Quotiaien 1 O cent. Samedi 31 Octobre 1914 - Num. 3 f

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Toevoegen aan collectie

Periodes